10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 08:55

Les congés scolaires de printemps commencent ce vendredi soir. La tentation va être grande pour les enfants, les ados et les jeunes de déroger aux règles de confinement. Je sais aussi que, pour certaines familles, notamment celles où l'on est nombreux sous le même toit dans un appartement exigu, ça permettrait de souffler un peu que de laisser les plus jeunes s'aérer un peu.

Mais il n'est pas question de relâcher les contraintes de confinement, vraie garantie d'auto-protection et de prévention de la transmission du virus.

Qu'on se le dise : les polices nationale et municipale vont renforcer les contrôles et les sanctions. Mais nous avons aussi demandé à l'ensemble des services communaux et des associations partenaires de notre programme « cité éducative » de déployer un maximum d'offres d'activités à distance, en plus des propositions d'activités périscolaires et de soutien proposées par certains établissements scolaires...

 

LES STAGES "VACANCES APPRENANTES" DES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES

En plus des activités de loisirs éducatifs à la maison proposées par le ministère de l'Education nationale pour la période de vacances ( voir ICI ), plus de deux cents écoliers seynois vont pouvoir bénéficier du dispositif de "vacances apprenantes" organisé par des enseignants volontaires. Il s'agit de "stages à distance" qui, avec des activités instructives sous une forme adaptée complétant celles proposées en temps scolaire, en direction de groupes de moins de dix enfants, visent principalement à compenser les inégalités d'accès aux savoirs qui se sont fait jour depuis la fermeture des établissements en fonction, notamment, de la situation des familles (difficultés des parents à accompagner le travail scolaire, absence de matériel, "illectronnisme", configuration ou surpopulation du logement, etc).

À La Seyne, vont pouvoir en bénéficier des écoliers scolarisés dans les écoles élémentaires suivantes : Antoine-de-Saint-Exupéry, Émile-Malsert 1 et 2, Georges-Brassens, Jean-Zay, Jules-Verne, Léo-Lagrange 1, Lucie-Aubrac, Toussaint-Merle et Victor-Hugo, dont les coordonnées sont disponibles ICI.

Trois de nos quatre collèges publics seynois organisent aussi des stages "vacances apprenantes". Il s'agit des collèges Henri-Wallon, Marie-Curie et Paul-Éluard. Le collège Jean-L'Herminier proposera de son côté son "activité du jour" accessible quotidiennement à ses élèves sur sa plateforme Moodle. Les coordonnées des collèges sont accessibles ICI.

 

LES ACTIVITÉS DES SERVICES COMMUNAUX DES 0-25 ANS, DE LA CULTURE ET DU SPORT

Comme à chaque période de vacances scolaires, les animateurs socio-éducatifs de la Caisse des Écoles et du Service municipal de la jeunesse sont sur le pont pour proposer des activités adaptées au confinement.

Comme elle le fait depuis le début du confinement pour les mercredis, la Caisse des Écoles assure l'accueil en centre de loisirs des seuls enfants des personnels sanitaires, médico-sociaux et des professions appelées à être mobilisées en cette période de pandémie. Renseignements ICI.

Les animateurs du service municipal de la jeunesse restent en contact à distance avec les jeunes qui fréquentent les quatre espaces accueil jeunes et la maison de la jeunesse pour les guider dans leurs recherches d'activités de vacances et répondre aux besoins et inquiétudes qu'ils peuvent exprimer. J'ai permis qu'ils puissent, dûment munis d'équipements de protection, effectuer des "maraudes de rue" en complément de celles des éducateurs de prévention spécialisée pour expliquer aux jeunes insouciants avec les règles du confinement les raisons vitales de celui-ci et les risques sanitaires et sanctions encourus.

Les services communaux sportifs et culturels (médiathèques, Beaux-Arts, etc.) adaptent leurs offres d'activités qu'elles proposent via leurs sites Internet et leurs pages de réseaux sociaux : 

> Bibliothèques-médiathèques – Facebook

> École municipale des Beaux-Arts – FacebookInstagram

> Service municipal des sports – Facebook

 

LES ASSOCIATIONS DE LA "CITÉ ÉDUCATIVE" EN PREMIÈRE LIGNE

Comme toujours, le monde associatif seynois impliqué dans le dispositif de "cité éducative" se mobilise pour déployer une palette d'activités proposées à distance et assurer le lien avec les enfants, jeunes et parents en proie au questionnement et à l'inquiétude. Mais tous les professionnels et bénévoles associatifs relèvent la lassitude et une certaine inquiétude des parents, notamment au regard de la difficulté d'accompagner le travail scolaire de leurs enfants.

> L'Association Maison intergénérationnelle de quartier (AMIQ) poursuit son accompagnement scolaire pendant les vacances et propose divers activités (jeux de société, cuisine, etc.) aux enfants, jeunes et familles – Adresser un courriel

> L'association Femme dans la cité (FDLC) aide les parents à concevoir et organiser des activités en famille – Adresser un courriel

> Le Centre social et culturel Nelson-Mandela conçoit un ensemble d'activités à proposer à ses trois publics : enfants, jeunes, adultes Facebook – Adresser un courriel

> Le Foyer des jeunes et d'éducation populaire Toussaint-Merle prévoit des activités enfants et parents proposées sur sa page Facebook Facebook – Adresser un courriel

> La Maison associative enfance famille école (MAEFE) reste disponible pour ses relations d'appui aux familles Facebook – Adresser un courriel

> L'association Nouvel Horizon reste aussi disponible pour ses activités éloignées et relations aux jeunes et familles  Adresser un courriel

> L'association Univers-Cité poursuit son accompagnement des jeunes, notamment autour des besoins d'accompagnement de la scolarité Facebook – Adresser un courriel

 

Merci à tous ces salariés et bénévoles, personnels éducatifs, fonctionnaires territoriaux, ou acteurs associatifs, qui se sont préparés du mieux possible à cette période de vacances scolaires.

Je réitère pour conclure mon appel aux familles à veiller à ce que leurs enfants respectent le confinement. Le maximum de volontaires sont mobilisés pour les aider dans cette mission dont je conçois qu'elle n'est pas facile.

Si, d'aventure, ils ne trouvaient pas l'appui qu'ils attendent auprès des diverses structures exposées dans cet article, ou pour tout autre sujet lié au covid-19, ils peuvent contacter le point d'entrée unique de la mairie en cette période de crise, par courriel ou par téléphone au 04.94.06.95.00.

 

LES JEUNES, JE VEUX POUVOIR COMPTER SUR VOUS !

​​​​​​​Aux enfants et aux jeunes, enfin, je demande d'être responsables et de veiller à leur santé et à celle des autres :

> diversifiez vos activités à la maison : ne passez pas des journées et des nuits devant vos écrans !

> pas de sorties autres que celles pour les besoins du chien, les courses ou l'heure d'activité physique autorisée, avec vos attestations en papier ou sur vos smartphones, et sans rejoindre le groupe de copains ! Ne mettez pas vos parents en difficulté si vous êtes contrôlés par la police à qui j'ai demandé de ne pas hésiter à vous sanctionner, comme tout résident de notre pays.

> et, au contraire, soyez ambassadeurs des bons usages, gestes barrières, respect des consignes, auprès de vos copains, de vos familles et de vos proches !

Je compte sur vous.

 

Repost0
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 11:03

À La Seyne, comme sûrement ailleurs, on ne compte plus les beaux gestes solidaires en cette période où certains, plus fragiles, plus isolés, ont comme jamais besoin d'une assistance particulière.

Si, bien sûr, les services publics se sont organisés pour répondre au maximum des besoins, il n'en demeure pas moins qu'on assiste à un élan de solidarité individuel et associatif qui fait plaisir à voir.

 

On me dira « Ok, mais ils n'ont pas leur travail habituel à faire » en parlant des fonctionnaires de la mairie qui se sont portés volontaires pour aider des personnes âgées, malades ou isolées bénéficiant des divers appuis que nous mettons en place, notamment à domicile. Il n'empêche qu'ils n'ont aucune obligation de le faire et de s'exposer à la contamination, d'autant qu'ils ne font pas partie des personnels prioritaires pour disposer des équipements préventifs qui, d'ailleurs, en manquent toujours cruellement. Je leur suis très reconnaissant de leur investissement.

 

DES DONS DE PRODUITS ET D'ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION TRÈS BIENVENUS

Il me faut à ce propos saluer sans le nommer, car il souhaite conserver l'anonymat, ce Seynois qui, détenteur pour son activité de 60 litres de gel hydroalcoolique, a choisi de nous les remettre pour que nous en fassions bénéficier les acteurs de la santé, ce qui est chose faite.

Un autre acteur bien connu de l'activité associative et économique seynoise, Bernard Benet, a remis ce mercredi 1500 combinaisons protectrices dont il disposait, pour partie à l'Association des infirmiers libéraux du Var, et, pour une autre partie, à la Ville qui les répartit entre les médecins et infirmiers volontaires de notre centre de consultation du coronavirus – dont nous assurons en ce moment l'extension, au vu de son « succès » qu'on aimerait autant ne pas avoir à qualifier ainsi ! –, nos sapeurs-pompiers qui sont aussi très mal dotés, et certains autres services en première ligne face à l'épidémie. Merci, Bernard, pour ce beau geste !

 

DES ASSOCIATIONS MOBILISÉES ET UN APPUI COMMUNAL À LA CONTINUITÉ DE LEURS MISSIONS

Je ne peux féliciter tout le monde, d'autant que la plupart manifestent leur solidarité dans la discrétion, mais je voudrais remercier les associations solidaires et caritatives, celles, socio-culturelles, socio-éducatives ou sportives, qui ont dû suspendre leurs activités mais qui déploient leurs ressources humaines salariées comme bénévoles pour ravitailler des personnes en difficulté, pour aider par téléphone ou Internet pour leur travail scolaire « à distance » les jeunes dont ils s'occupent habituellement, ou apporter toute autre aide qu'elles jugent utile.

Je profite de l'évocation du rôle des associations pour répondre sur deux points à leurs responsables qui m'ont questionné.

D'une part, comme toute entreprise, les associations employeurs sont évidemment éligibles aux aides de l'État pour la couverture de leurs salaires payés à leurs employés en chômage partiel.

Et, d'autre part, j'ai obtenu, en réponse à ma demande auprès des services des finances de l'État que, bien que nous ne puissions réunir le conseil municipal, sauf en cas urgence et dans des conditions très contraintes, je suis autorisé à interpréter l'ordonnance ministérielle parue ce mercredi sur « la continuité du fonctionnement des institutions locales et de l'exercice des compétences des collectivités locales » afin de leur allouer les subventions annuelles que la commune leur accorde, sur la base des montants votés pour 2019, quitte à ce que ceux-ci soient réajustés ultérieurement par délibération du conseil municipal. J'ai donc demandé à nos services maintenus en activité de mettre en œuvre ce dispositif.

 

Merci, sincèrement, à tous, individuels et associations seynois, pour vos contributions à la régulation des effets de la crise.

Repost0
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 08:38

Comme beaucoup de mes collègues maires de communes abritant des quartiers populaires, je suis confronté à l'inquiétude de certaines familles pour régler les loyers de leur logement social en cette période exceptionnelle de perte de revenus.

C'est une question que nous avons abordée ensemble lors d'une conférence téléphonique avec Julien Denormandie, le ministre du Logement et de la Ville.

La solution ne peut en effet venir que de l'État, tous les organismes publics d'HLM, fragilisés par les récentes réformes, ne pouvant aujourd'hui décider d'un report de règlement ou de réduction des loyers.

Mais quid des locataires du privé ?...

 

 

L'INQUIÉTUDE RÉELLE DE PERTES DE REVENUS

Contrairement à d'autres villes où La Banque Postale a fermé ses portes alors qu'elle est souvent le dernier établissement financier acceptant encore de maintenir une agence dans les quartiers fragiles et de conserver la gestion de comptes que l'on vide sitôt que sont perçues, en début de mois, les seules sources de revenus que sont pour certains foyers les allocations familiales, La Seyne n'est pas confrontée à cette difficulté. La Poste accepte en effet – et je l'en remercie – de maintenir ouvert son bureau du quartier Berthe malgré les difficultés en personnel que, comme tout organisme, elle rencontre. C'est loin d'être le cas partout.

Mais, si les allocations familiales peuvent continuer à être perçues, les difficultés financières du moment touchent bon nombre de familles de résidents du logement social. Les statuts professionnels sont pour beaucoup de locataires parmi les plus précaires, pas forcément pris en compte par les mesures compensatoires décidées par l'État. Les pertes de revenus sont réelles et les risques d'impayés de loyers tout autant.

 

LA SOLIDARITÉ DE L'ÉTAT DOIT JOUER

Il n'est pourtant pas pensable qu'un office d'HLM décide de sa propre initiative de différer le règlement ou réduire le montant des loyers, en tous cas pas au-delà des mesures sociales ordinaires d'accompagnement dont, comme à Terres du Sud Habitat, bénéficient certaines familles en lourde difficulté de gestion de leur « économie familiale ». Imaginer pour un bailleur social une perte de recettes  non compensée par la solidarité nationale mettrait en péril le service public du logement, pour l'entretien et la gestion du patrimoine HLM.

Comme c'est le cas pour les soutiens à l'économie, l'État doit se pencher avec bienveillance sur cette réalité. C'est ce que nous lui avons demandé dans un courrier que nous avons adressé hier, après une vidéoconférence que nous avons organisée entre maires de toutes opinions politiques qui nous retrouvons au sein de l'Association des maires Ville & Banlieue de France...

 

 

ET LES LOCATAIRES EN DIFFICULTÉ DES BAILLEURS PRIVÉS ?

J'évoquerai la question des locataires des offices publics d'HLM ce jeudi après-midi lors d'un échange téléphonique programmé avec le ministre en charge du logement. Mais il reste que, si l'État accepte pour franchir cette mauvaise passe de mobiliser des moyens nationaux dédiés au logement social, notamment ceux de la Caisse de garantie du logement locatif social (CGLLS), la question ne sera pas pour autant réglée pour les locataires du secteur privé dont certains, faute de logements sociaux en nombre suffisant dans notre métropole, sont parfois des familles très humbles aux revenus fort modestes, voire sans autre ressource que les aides sociales.

Les associations de locataires et de consommateurs sont aux côtés des familles en difficulté et, s'appuyant sur les possibilités règlementaires, les assistent en proposant par exemple, comme la Confédération nationale du logement (CNL), des lettres-types à adresser au propriétaire pour obtenir des délais de versement des loyers.

Si notre Maison de l'Habitat fait partie des services communaux fermés pour cause de risque viral, il est toujours possible de trouver un appui auprès de notre Centre communal d'action sociale (CCAS) au 04.94.06.97.23 ou par courriel.

Et les associations de locataires présentes à ma connaissance à La Seyne doivent également pouvoir être jointes :

> Association Force Ouvrière Consommateurs (AFOC) : coordonnées

> Confédération logement cadre de vie (CLCV) : coordonnées

> Confédération nationale du logement (CNL) : coordonnées

> Droit au logement : 04 94 87 41 57

> Information défense des consommateurs salariés (Indecosa-CGT) : coordonnées

 

Repost0
28 mars 2020 6 28 /03 /mars /2020 13:11

Avec huit de mes collègues maires de communes abritant des quartiers populaires (  1  ), nous nous sommes entretenus ce vendredi pendant plus d'une heure et demie avec Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement. Il est vrai que les plus démunis de nos habitants rencontrent des difficultés particulières en cette période difficile, notamment économiques en matière d'approvisionnement alimentaire et produits de première nécessité.

En partageant nos problèmes spécifiques entre nous et avec le gouvernement, nous avons pu avancer quelques pistes utiles à La Seyne...

 

Parmi les sujets abordés, la question de l'approvisionnement alimentaire des familles à très faibles revenus commence à se poser avec acuité un peu de partout dans les quartiers fragiles du pays. Comment, en effet, alors que la restauration scolaire, grâce aux efforts municipaux via les centres communaux d'action sociale (CCAS), propose le midi des repas aux alentours de 1 euro aux plus démunis, une famille très modeste peut-elle préparer un déjeuner s'il lui faut acheter des denrées pour assurer un repas équilibré et en quantité suffisante à plusieurs enfants ?

 

UN APPROVISIONNEMENT DES FAMILLES LES PLUS DÉMUNIES

C'est le cas à La Seyne, où j'ai demandé à nos services communaux d'envisager un avitaillement des familles en lourde difficulté socio-économique, et le ministre nous a indiqué que l'État sera aux côtés de nos CCAS pour nous aider à mener à bien cette mission vitale.

Elle est d'autant plus importante que les associations solidaires et caritatives assurant des fonctions de banques alimentaires se trouvent elles aussi en difficulté de fonctionnement, et que les familles suivies par les unes et les autres des organisations publiques ou associatives ne sont pas toutes répertoriées par les CCAS. Et vice-versa.

 

MARCHÉS ALIMENTAIRES POUR LES COMMUNES POPULAIRES : PAS POUR LA SEYNE

Dans le même esprit, nous avons aussi, entre autres, plaidé pour que, dans la perspective d'un assouplissement de l'interdiction nationale des marchés forains, il soit considéré que les familles les plus humbles y trouvent dans certaines villes un moyen d'acquérir des denrées à un prix abordable. Et que, donc, les communes urbaines abritant des quartiers prioritaires supposant un accompagnement social de leurs habitants soient considérées comme pouvant bénéficier d'une dérogation préfectorale au même titre que les communes rurales n'ayant pas de magasin de proximité, sous réserve bien sûr que soit prévue une organisation garantissant une précaution sanitaire parfaite. Le ministre a approuvé notre sollicitation et nous a indiqué que les préfets devront être attentifs à ces réalités.

Déjà sollicités par des concitoyens seynois qui ont peut-être interprété trop rapidement et extensivement les récentes mesures de souplesse dont le gouvernement a fait état, nous avons donc étudié cette éventualité pour La Seyne et, fût-ce en week-end, nos services et Anthony Civettini, notre adjoint en charge du commerce et de l'économie, ont évalué la situation avec les commerçants, non au travers du prisme de la situation économique des forains, qui est pourtant une préoccupation réelle, mais au travers de celui de la réalité de la difficulté avérée qu'auraient certaines familles à s'approvisionner, l'ayant bien pesée à l'aune des risques de contamination encourus et de notre capacité matérielle et logistique à les prévenir. Pour l'instant, leurs recommandations ont été au maintien de la fermeture de nos marchés.

La commune, toutefois, promeut les commerces de proximité en publiant une liste de ceux qui sont ouverts, avec leurs horaires, sur une page dédiée du site du magazine municipal « Le Seynois ».

 

NOTRE IMPLICATION NATIONALE AU SERVICE DU LOCAL

Moins directement liée à celle des difficultés économiques des familles les plus modestes, la question de la vente directe des producteurs, en grave souci d'équilibre économique de leurs exploitations, aux consommateurs est aussi une de nos préoccupations.

De même que ma fonction de président de l'Association nationale des maires Ville & Banlieue de France me permet de plaider la cause des quartiers fragiles auprès du gouvernement, celle de notre première adjointe, Raphaëlle Leguen, investie dans la direction de l'Association nationale des élus du littoral et du Comité national des pêches lui a permis d'obtenir du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation que la vente directe des produits de la pêche, la pisciculture et la conchyliculture par les producteurs eux-mêmes, comme cela se fait en bordure de quais ou au « mas aquacole » des Sablettes, puisse faire l'objet d'une dérogation préfectorale à l'interdiction des marchés. Les Seynois amateurs de produits frais de la mer ne s'en plaindront pas.

 

PRODUCTEURS-CONSOMMATEURS : L'INITIATIVE ORIGINALE D'UNE FONCTIONNAIRE COMMUNALE DE LA SEYNE

Je dois enfin saluer l'initiative de Karine Introini, une employée communale seynoise, comme beaucoup de ses collègues confinée à son domicile, mais qui, déjà très investie dans la vie associative locale (Plurielle83), a imaginé un dispositif Internet de mise en relation entre producteurs et consommateurs, permettant d'acheter des produits frais par contact physique, ou par un système de type drive, ou par livraison, dans tous les cas dans des conditions sécurisées.

En quelques jours, via le réseau social Facebook, plusieurs milliers de personnes se sont appropriées cet outil. La Ville, de son côté, comme elle n'a ni l'intention ni la prétention de « réinventer l'eau chaude », mais a vocation à jouer un rôle de « facilitateur », ainsi qu'elle l'a fait pour le centre de consultation du coronavirus, a opté pour soutenir cette initiative bénévole en proposant la mise en relation de cette fonctionnaire avec ses collègues pouvant lui apporter un appui technique à la transformation de sa page Facebook en site Internet plus performant et en lui proposant la promotion de son projet par les moyens communaux de diffusion et de communication.

Son site Internet vient d'être mis en service à l'adresse suivante : http://vardrivelivraison.fr

 

On le voit, en combinant une assistance publique aux plus démunis, une saisie des opportunités offertes par les règlements nationaux, les stratégies et savoir-faire des producteurs et commerçants eux-mêmes, alliés à ceux des fonctionnaires territoriaux, et l'initiative de Seynois imaginatifs et dévoués, on doit pouvoir assurer, sauf évolution encore plus dramatique de la situation, une diversité de l'offre qui pourrait répondre à l'ensemble des besoins des Seynois d'approvisionnement alimentaire et de première nécessité.

 

 

( 1 ) : La conférence téléphonique a réuni, avec le ministre et son cabinet, neuf maires de diverses régions et de toutes sensibilités politiques : Caroline Cayeux (Beauvais, Hauts-de-France - Divers droite), Frédéric Cuvillier (Boulogne-sur-Mer, Hauts-de-France - Parti socialiste), Meriem Derkaoui (Aubervilliers, Île-de-France - Parti communiste français), François Garay (Les Mureaux, Île-de-France - Divers gauche), Marc Goua (Trélazé, Pays de la Loire - Parti socialiste), Xavier Lemoine (Montfermeil, Île-de-France - Parti chrétien démocrate), Guy Malandain (Trappes, Île-de-France - Parti socialiste), Karl Olive (Poissy, Île-de-France - Divers droite), et moi-même (La Seyne, Provence-Alpes-Côte d'Azur - Gauche républicaine et socialiste).

Repost0
25 mars 2020 3 25 /03 /mars /2020 16:57

La dynamique associative seynoise est très forte et très dense. Des centaines d'associations culturelles, sportives, environnementales, éducatives, solidaires, mémorielles, et bien d'autres, activent chez nous le « vivre ensemble » tout au long de l'année en direction de milliers de nos concitoyens de tous âges et de tous quartiers.

Ce n'est donc pas un hasard si nombre de Seynois me demandent comment ils peuvent se rendre utile en cette période troublée. ​​​​​Tout en prenant les précautions d'usage en matière de sécurité sanitaire, il est possible de le faire dans un cadre organisé...

 

La Seyne et les villes adhérentes de l'association des maires Ville et banlieue de France, dont je suis le président national, ont travaillé (à distance, bien sûr !) avec le ministre de la Ville Julien Denormandie et ses services. Nous avons débouché sur la création d'une plateforme Internet, mise en service ce lundi, permettant aux associations ou aux mairies de proposer des « missions » dans lesquelles des citoyens, « volontaires civiques », peuvent s'investir. Ils constituent la « réserve civique », en complément des réserves de sécurité ou réserves sanitaires dans lesquelles s'impliquent des spécialistes, professionnels en formation ou retraités.

 

UNE PLATEFORME INTERNET POUR PROPOSER DES "MISSIONS" ET OFFRIR SES SERVICES

Cette plate-forme est accessible sur le site spécialement dédié : www.jeveuxaider.gouv.fr

Les offres de « missions » qu'un organisme public ou associatif peut mettre en place et proposer, et auxquelles peuvent répondre les citoyens bénévoles, sont essentiellement de quatre ordres :

> de l'aide alimentaire et d'urgence à distribuer aux plus fragiles et plus démunis

> de la garde exceptionnelle d'enfants de soignants ou d'une structure d'aide sociale à l'enfance

> du maintien du lien (téléphone, vidéo, etc.) avec des personnes isolées, malades, âgées, fragiles, etc.

> de la solidarité de proximité (courses pour des voisins empêchés, etc.).

 

UN DISPOSITIF SEYNOIS COORDONNÉ PAR LE SERVICE "VIE ASSOCIATIVE" COMMUNAL

J'ai adressé ce mardi une lettre à toutes les associations seynoises pour inviter celles qui le peuvent à s'impliquer dans la démarche (ci-dessous). Notre service « vie associative » est en astreinte pour coordonner les offres de « missions », en vérifier la faisabilité, éviter les doublons ou les offres inutiles, accompagner leur mise en œuvre dans les conditions de sécurité requises, en fournissant aux « volontaires civiques » de ces associations les protections voulues.

Je demande donc aux associations de ne proposer une « mission » sur la plateforme qu'après être entrées en contact et avoir obtenu le feu vert de notre service « vie associative », par courriel à vieassociative@la-seyne.fr

Je remercie par avance les bénévoles et personnels associatifs et communaux qui acceptent de se mobiliser pour cette œuvre solidaire essentielle, de même, bien sûr, que tous nos concitoyens qui répondront aux appels à cette mobilisation civique.

 

MA LETTRE AUX ASSOCIATIONS SEYNOISES

 

Repost0
11 mars 2020 3 11 /03 /mars /2020 10:44

Après deux premiers jeux de quizz portant sur la ville durable puis sur les services publics locaux, je propose aux visiteurs de mon blog un troisième moment de détente, portant cette fois sur le bilan et les projets concernant deux volets importants de la vie communale : la démocratie participative et les actions solidaires pour une ville inclusive de tous.

 

Pour répondre aux dix questions de ce quizz, il est utile de consulter « Le Journal, l'énergie positive » en le feuilletant. Pour cela, cliquez ICI ou sur l'image illustrant cet article.

Le quizz est en train de charger depuis Quizity.com, le site pour créer un quiz, veuillez patienter...


Repost0
10 mars 2020 2 10 /03 /mars /2020 09:40

Des centaines de mesures ont été prises par l'équipe municipale sortante pour le respect de l'environnement, en faveur des énergies propres, de la qualité de l'air et des eaux, et du maintien de la biodiversité.

D'autres projets sont en cours, et d'autres encore vont pouvoir démarrer. On peut les retrouver sur le document « Le Journal, l'énergie positive » qui est accessible sur le site Internet de la liste unie des gauches, de l'écologie et du régionalisme.

Je propose aux visiteurs de mon blog d'en prendre connaissance en cliquant ICI ou sur l'image illustrant cet article, et, pour se détendre un peu, de répondre aux questions du quizz ci-dessous...

Le quizz est en train de charger depuis Quizity.com, le site pour créer un quiz, veuillez patienter...


Repost0
4 mars 2020 3 04 /03 /mars /2020 05:10

Ça a été un peu long en négociations et surtout en atermoiements entre temps de pourparlers. Mais ils y sont parvenus.

Les employés de la société chargée par la Métropole de l'enlèvement des ordures ménagères et de la propreté urbaine ont obtenu satisfaction et ont voté la fin de leur mouvement social.

 

Il aura fallu plusieurs jours de grève pour qu'un protocole de sortie de crise soit ratifié entre les salariés et leur direction. Les points de désaccord portaient essentiellement sur une volonté d'en finir avec des méthodes d'un autre âge de « management vigoureux » des équipes, de gagner en équité de salaire entre agents de la société effectuant le même travail mais sur des sites différents, et d'obtenir pour les salariés-parents d'enfants l'octroi d'une certaine priorité pour la prise d'une partie de leurs congés payés en période de vacances scolaires.

Avec mes collègues maires de la métropole, dont Hubert Falco, sans nous immiscer dans les relations au sein de l'entreprise, nous avons tout de même tenté d'appeler la direction à la raison  et aux échanges constructifs. Et essayé d'aider à ce que les liens du dialogue ne se rompent pas.

Il me faut saluer l'esprit de responsabilité qui a prévalu chez les salariés, toujours conscients du fait que le service public qu'ils accomplissent est vital à la qualité de vie urbaine, notamment aux conditions sanitaires des espaces publics de nos communes. Je remercie également les responsables syndicaux locaux, notamment les Seynois, et départementaux qui, forts de leur expérience, ont bien accompagné les personnels, impulsé une solidarité entre ceux des différents sites, et prévenu autant que faire se pouvait des débordements causés par des personnes extérieures à l'entreprise, dans un contexte social général d'autant plus « chaud » que l'annonce du passage en force gouvernemental sur la réforme des retraites n'est pas de nature à minorer les sentiments d'injustice. Et il a enfin été appréciable que la direction de la société, même si ça a été un peu long, ait fait preuve de raison.

Les choses rentrent dans l'ordre. Les employés sont rassurés et sauront d'autant mieux accomplir leurs missions, la société n'est pas mise en péril par les avancées obtenues. Les institutions publiques donneuses d'ordre et les organisations de salariés ont joué leurs rôles de médiation. Le service public dû à nos concitoyens est sauvegardé. C'est bien.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Vie sociale et ville pour tous
3 mars 2020 2 03 /03 /mars /2020 05:05

Les droits des femmes constituent un enjeu à l'international mais aussi au local. C'est dans la voie conjuguant temps forts de convivialité, de rencontres et de réflexions communes, et action concrète permanente, tant pour une ville toujours plus inclusive des genres que pour l'accompagnement social des femmes en difficulté, que nous proposons aux Seynois de poursuivre.

 

Comparez les projets en ce domaine de ceux qui se proposent de présider aux destinées de La Seyne. Loin de nous l'idée de faire des procès de non-intention car c'est peut-être par manque de place dans leurs documents de campagne, mais certains n'abordent même pas le sujet. L'équipe « La Seyne 2020, l'énergie positive » s'appuiera quant à elle sur son expérience, héritée de l'action de pionnières seynoises, comme Solange Andrieu, première élue varoise à laquelle a été confiée en 1995 une délégation intitulée « femmes dans la ville »...

 

 

Dès 2010 La Seyne s’est en effet engagée dans un plan local de lutte contre les discriminations, celles liées à l'origine, avec, notamment, les actions s'inscrivant dans le cadre de la « politique de la ville », mais aussi celles découlant du handicap.

 

 

POUR UNE SEYNE INCLUSIVE POUR TOUTES

 

Nous avons aussi considéré, sous l'impulsion de Bouchra Reano, que l’égalité femme–homme est un défi qu'une collectivité locale se devait de relever et, outre les actions du quotidien, dans nos propres services, dans l'accès aux services publics, aux activités associatives, au sport, à la culture, à la citoyenneté, l’idée a mûri de mobiliser le territoire sur la question des droits des femmes en organisant en 2015 une première journée « droit des femmes » sur le Parc de la Navale autour d’échanges et de débats ayant réuni des dizaines de participants de tous quartiers.

 

Cette première édition a amorcé un questionnement sur le sens de cette journée, les messages véhiculés, ce qui restait des combats féministes et comment lutter contre les régressions des droits des femmes. Souhaitant engager tous les services dans cette démarche, une équipe projet pluridisciplinaire, constituée de plusieurs cadres de la Ville, a été créée pour structurer les actions autour de cette question.

 

 

DU TRADITIONNEL 8 MARS À UNE SEMAINE POUR LES DROITS DES FEMMES

 

En 2016, la Ville a décidé de ne pas se limiter à une journée qui ne peut suffire pour permettre à un territoire entier de s'approprier les questions de la condition des femmes, mais d’y consacrer une semaine entière d'animations, d'expositions, de débats et de conférences en laissant la parole à des femmes connues qui s'engagent pour d'autres femmes, avec une thématique différente chaque année au mois de mars. Il s'est agi d'afficher notre engagement pour l'égalité femme–homme pour inviter tous les acteurs du territoire à se mobiliser, à se questionner et à agir.

 

Durant ces périodes annuelles, afin de cibler tous les publics, tous les acteurs municipaux et associatifs ont proposé des programmations en lien avec la thématique annuelle retenue; les samedis matin étant généralement consacrés à la mise à l'honneur de huit Seynoises qui ont été valorisées pour leurs engagements dans la vie quotidienne.

 

Ce sont plus de trente acteurs qui se sont mobilisés chaque année autour de cette programmation pour permettre à tous les Seynois d’être sensibilisés à la cause des femmes en France mais aussi dans le monde. Depuis cinq ans, et chaque année, la programmation de la semaine des droits des femmes a proposé sur plusieurs jours à plus de 1000 personnes des ateliers d’information et de débat, des conférences, des expositions, des séances de sport–santé, des ateliers créatifs, proposés par les services de la ville et de nombreux partenaires associatifs.

 

En 2017, cette programmation a été complétée par une opération « Place aux femmes » par l’installation de supports géants sur différentes places de la ville, présentant chaque année des femmes qui ont fait ou font avancer la cause des femmes en France ou dans le monde.

 

En 2018, une priorité a été faite à la jeunesse qui construira le monde de demain, et la programmation a été renforcée d’actions en sa direction dans les différentes structures éducatives de la ville et par un concert.

 

 

DES ÉVÉNEMENTS D'UNE SEMAINE À UNE ACTION PERMANENTE D'ÉGALITÉ DE GENRE

 

Notre engagement ne s'est pas limité à ces semaines de temps forts, mais a fait l’objet d’un travail toute l’année, menés par différents services municipaux : le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), la politique de la Ville, la direction des 0/25 ans.

 

Le CLSPD s'est mobilisé autour de la question des droits des femmes, notamment en lançant, dès 2011, le réseau des acteurs des violences conjugales en fédérant les associations, les institutions et les travailleurs sociaux autour d’un protocole seynois.

 

Une plaquette d’information a été construite autour des lieux ressources de soutien aux femmes victimes de violences conjugales. Et ce travail a été complété par l'ouverture d’un logement d’urgence à destination des femmes victimes de violences.

 

La direction 0/25 ans pilote le plan de lutte contre les discriminations et inscrit dans tous les projets éducatifs enfance et jeunesse, la question de l’égalité femme–homme comme une priorité.

 

Au fil des années, le CLSPD, le service politique de la ville et la direction 0/25 ans ont accompagné le développement d’actions sur le territoire en accueillant de nouveaux partenaires associatifs comme le Centre d'information des droits des femmes et des familles (CIDFF), ou l’Association d'aide aux victimes d'infractions du Var (AAVIV), qui sont venues conforter les actions déjà portées depuis de nombreuses années par l’Association Vivre en famille (AVEF) autour de la famille des auteurs de violences. Un soutien a également été apporté aux opérateurs associatifs intervenant auprès des femmes de la ville qui œuvrent à l’émancipation et à l’insertion des femmes.

 

Avec ses 24 femmes, dont 15 nouvelles, l'équipe « La Seyne 2020, l'énergie positive », hommes et femmes, aura à cœur de redoubler d'efforts et d'imagination pour mobiliser tout le corps social local afin de garantir à toutes les Seynoises – et à nos visiteuses – toute leur place dans la ville et faire progresser leurs droits vers l'égalité.


 

 

24 énergies positives féminines, pas seulement autour de la Journée des droits des femmes...

Cliquez sur la photo pour l'agrandir (il manque Corine, Marie, Martine, Samar et Vanessa)

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Vie sociale et ville pour tous
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 16:20

Comme on pouvait le craindre, ceux qui s'acharnent depuis des années contre notre projet de cinémas, d'hôtels, de commerces de bouche et de loisirs dans « l'Atelier mécanique » de nos anciens chantiers navals, non contents d'avoir déjà fait perdre un temps précieux au programme en ayant tour à tour saisi le tribunal administratif de Toulon, puis la Cour administrative d'appel de Marseille, lesquels ont confirmé en tous points la validité du permis de construire du projet, ont déposé un nouveau recours auprès du Conseil d'État, la plus haute juridiction administrative du pays.

 

Je livre aux visiteurs de mon blog le communiqué que j'ai adressé à la presse après cette funeste nouvelle. Fort heureusement, les opérateurs n'entendent pas désarmer et m'ont confirmé leur volonté aussi intacte que la mienne de mener à bien ce projet. Mais on peut, à juste raison, se demander quel est le but de ces acharnés qui semblent ne pas vouloir que les Seynois bénéficient enfin de ce qui leur est dû. Et s'il n'y a pas des intérêts contraires à la Ville à la manœuvre pour inciter à un tel entêtement nuisible à notre territoire...

 

 

Repost0

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

CLIQUEZ POUR SIGNER
LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE