11 mai 2022 3 11 /05 /mai /2022 06:33

Une nouvelle fois, mes successeurs à la mairie usent de la contrevérité pour se dédouaner de leur responsabilité. Et, abusivement mis en cause dans les propos rapportés par Var-Matin, je me dois de rétablir la vérité.

 

Le projet immobilier de Bois Sacré ne date pas, comme l’assène mensongèrement le premier adjoint à la maire, « de l’ère Vuillemot », faisant écho au rappel de la maire à la presse que le permis de construire date de « la précédente mandature ».

 

Non ! C’est la droite, sous la municipalité d’Arthur Paecht et la présidence de Robert Beneventi du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), qui a classé en 2006 le site en « zone d’urbanisation dense ».

 

 

PLUSIEURS ANNÉES D'EFFORTS POUR RESTREINDRE LA CONSTRUCTION

 

Notre équipe n’a eu de cesse, au contraire, dès ma première élection en 2008, de réduire les droits à construire sur ce site comme sur bien d’autres.

 

Nos élus successifs chargés de l’urbanisme, Claude Astore, Denise Reverdito, Cécile Jourda et Robert Teisseire, à l’écoute de l’expertise des fonctionnaires communaux, ont refusé d’attribuer un premier permis, ont modifié le Plan local d’urbanisme (PLU), ramenant de plus de 50.000 à 23.000 m2 la surface constructible et de plus de 700 à 350 le nombre de logements, et ont obtenu de l’État qu’il impose une étude d’impact contraignant encore plus la construction.

 

 

LA LOI, C'EST LA LOI, MÊME POUR Mme BICAIS ET M. COLIN !

 

Mais, comme le rappelait Var-Matin dans un article du 30 avril 2014, « juridiquement, la collectivité ne peut pas refuser à un privé [le promoteur Constructa, acheteur] de bâtir sur un terrain privé [le groupe Total, vendeur], s'il respecte les prescriptions d'urbanisme ».

 

Un maire se doit de respecter la loi. D’ailleurs, tous ceux qui ont tenté de faire annuler le permis de construire par la justice administrative s’y sont cassé les dents.

 

 

APPLIQUER LA LOI MAIS OBTENIR DES CONTREPARTIES SOCIALES ET ENVIRONNEMENTALES

 

Ce furent alors des mois de négociations avec Constructa ayant abouti à ce que 40 % des logements soient sociaux, pour répondre aux besoins et réduire l’amende de carence que l’État impose aux Seynois, à ce que les espaces verts dépollués par le constructeur soient ouverts au public, à ce qu’un équipement public, en l’occurence une crèche, soit intégré au programme, et à ce que, pour les 400 postes de travail nécessaires à la réalisation de la résidence, dont 100 emplois directs, il y ait une obligation de 10% d'heures travaillées réservées à des parcours d'insertion pour des personnes de notre aire urbaine très éloignées de l'emploi, programme d’ailleurs soutenu par la Région sur l’intervention de Mme Torres, élue municipale et régionale de droite.

 

Et ce fut enfin la négociation avec la Métropole, ayant permis l’obtention, pour réduire l’impact néfaste de la circulation routière en incitant et facilitant la desserte par les transports en commun, de la création d’un embarcadère de bateaux-bus et du prolongement du tracé du site propre du bus à haut niveau de service (BHNS) jusqu’à Bois Sacré.

 

 

INQUIÉTUDE POUR LA SEYNE ENTRE LES MAINS D'APPRENTIS SORCIERS

 

Les engagements à accomplir l’impossible, c’est utile dans une campagne électorale. En responsabilité, la réalité imparable du droit républicain vous rattrape. Il aura fallu deux ans pour que la municipalité le réalise.

 

Pourvu que l’impact budgétaire des stratégies d’apprentis sorciers de Mme Bicais et M. Colin sur cette affaire ne soit pas dévastateur pour les finances communales.

 

 

QUELQUES ARTICLES POUR SE RAFRAICHIR LA MÉMOIRE...

 

> Article « Bois Sacré : la Loi l'est aussi (sacrée), et la qualité de vie également (1/2) »

 

> Article « Bois Sacré : la Loi l'est aussi (sacrée), et la qualité de vie également (2/2) »

 

> Article « Programme de Bois Sacré : un compromis sous forme d'un bol d'air pour l'emploi »

Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 09:39

Mes amis et anciens collègues élus des territoires urbains fragiles de la République m'ont invité à prendre part à la présentation de la « Harangue à la Nation » qu'ils ont lancée, portant la parole des 1514 quartiers prioritaires de France, à l'adresse de l'État, des candidats à l'élection présidentielle, et de l'ensemble des Français.

 

De droite, du centre, des gauches et de l'écologie, regroupés au sein de l'Association des Maires Ville & Banlieue de France, que j'ai présidée de 2015 à 2020, ils ont une nouvelle fois parlé d'une même voix ce jeudi au cœur de La Goutte d'Or, ce quartier populaire parisien où nous accueillait Anne-Claire Boux, élue de l'arrondissement, pour que notre nation, comme l'a relevé une journaliste du Monde, « ne cède pas aux discours de haine qui saturent le débat public ».

 

 

Même si La Seyne a, de façon incompréhensible, quitté cette association transpartisane, les Seynois de Berthe et du centre-ville doivent savoir qu'ils peuvent compter sur des élus de toute la France engagés pour que le pays ne les abandonne pas.

 

Après la présentation d'une vidéo de quelques minutes (ci-dessus), ils ont longuement échangé avec la presse nationale et régionale sur un ensemble de constats et d'analyses qu'ils soumettent à la réflexion de la plupart des candidats à l'élection présidentielle.

 

J'écris "la plupart” car il en est certains, ceux de l'extrême-droite raciste et totalitaire, qu'ils ont jugé à juste titre inutile de convaincre au regard de leurs discours porteurs de haine et de discorde civile qu'il ont d'ailleurs déjà condamnés.

 

Première vice-présidente de Ville & Banlieue, Catherine Arenou, maire de Chanteloup-les-Vignes, a relevé que « c'est la première fois de [sa] vie politique [qu'elle] entend les habitants de nos quartiers être autant vilipendés ». 

 

Elle a ajouté que « nous contestons fermement les idées reçues qui associent mécaniquement nos quartiers à l'échec, à la délinquance ou au communautarisme. Ces déviances ne concernent qu'une minorité bruyante. ». Un propos d'une élue de droite que certains autres élus de droite de chez nous pourraient méditer...

 

Avec la passion qui les anime, forgée par leur investissement du quotidien en faveur de l'égalité et la fraternité républicaines, chacun d'eux a plaidé pour que la Nation reconnaisse enfin que, comme ce fut d'une aveuglante évidence tout au long de la crise sanitaire, les habitants des quartiers populaires « ont soigné, nettoyé, servi, accueilli », qu'elle « a besoin d'eux », et que, en retour, « ils ont besoin d'elle »

 

Dénonçant les inégalités flagrantes que subissent les résidents de nos grands ensembles et nos centres-villes dégradés au travers de nombreux exemples, dont certains sont illustrés par une série de courtes "capsules vidéo" (ci-dessous), ces élus de toutes familles politiques ont appelé d'une même voix à la création d'une « cour de justice d'équité territoriale » pouvant être saisie pour que soit imposée à la puissance publique par décision judiciaire la correction des inégalités constatées.

 

Ils appellent seulement la Nation à exercer son devoir républicain, comme elle doit d'ailleurs le faire dans le monde rural, lui aussi victime des mêmes types d'abandon.

 

C'est vrai dans les domaines de l'accès à l'éducation, à la formation professionnelle et à l'emploi, du logement, des énergies, du cadre de vie et de la transition écologique, de la santé et l'alimentation saine, des mobilités, de l'accès à la culture, de la pratique des sports et du droit aux loisirs émancipateurs, du vivre-ensemble dans la sécurité, de la vie sociale, démocratique et citoyenne.

 

Ces élus des communes et intercommunalités, grandes et petites, de métropole et des outremers, ne sont pour autant pas dans une démarche de présentation d'un catalogue de suggestions, de propositions, voire d'exigences, comme le font en direction des candidats de nombreux groupes d'influence à l'approche des échéances électorales.

 

C'est au contraire une invitation à ceux qui envisagent de présider aux destinées du pays à la réflexion et à l'échange, en retour de la formulation d'une volonté exprimée par les habitants d'être eux-mêmes reconnus comme actifs, imaginatifs, entreprenants, ainsi qu'en atteste la multitude d'initiatives économiques, sociales, associatives et citoyennes qui germent et s'exercent avec brio dans tous les quartiers populaires.

 

Ce n'est rien d'autre que l'expression de l'ambition d’une réconciliation républicaine par une relance d’un contrat social universel, un souffle nouveau et une dynamique, pour une nouvelle ambition, une nouvelle méthode de co-production et d’animation pour des solutions locales d’intérêt national, et le déploiement vital de moyens renforcés du droit commun.

 

Aux acteurs actuels de l'État, aux prétendants à ces fonctions, et à l'ensemble des Français, de tendre l'oreille, de réfléchir, de se projeter. Et, autant que possible, de répondre.

 

Nos acteurs politiques locaux, puisque La Seyne et la métropole toulonnaise sont concernés, pourraient aussi s'exprimer sur le sujet...

 

QUELQUES "CAPSULES VIDÉO" D'UNE MINUTE...

 

ET POUR LIRE LA « HARANGUE À LA NATION »,

CLIQUEZ SUR LA PHOTO CI-DESSOUS...

 

CLIQUEZ SUR LA PHOTO

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR LA PHOTO

 

Repost0
16 février 2022 3 16 /02 /février /2022 16:56

J'ai des amis macronistes.

 

Parmi eux, il en est trois qui comptent vraiment pour moi, et auxquels je me dois de demander comment ils peuvent admettre et supporter, voire défendre, le sale coup fait au droit au logement pour tous qui s'est joué ces derniers jours avec le vote au Parlement de la loi 3DS démantelant un pan vital de la loi "Solidarité et Renouvellement Urbains" (SRU) qui imposait aux communes de garantir dans un délai raisonnable une offre de 25% d'habitat social.

 

Un sale coup qui nie jusqu'aux fondamentaux de la nation républicaine. Et qui ne peut laisser indifférents mes amis macronistes.

 

 

SCANDALE : TROIS FOIS PLUS DE TEMPS ACCORDÉ AUX COMMUNES POUR ATTEINDRE 25% DE LOGEMENTS SOCIAUX !

 

Sous la pression du Sénat majoritairement à droite, le texte législatif triple désormais le délai consenti par l'État aux communes réfractaires à l'obligation légale de production de logements sociaux pour qu'elles se mettent en règle.

 

Autant dire que, dans notre département du Var, qui figure parmi les champions de la carence en logement social, les 27.500 familles qui attendent depuis des années dans l'angoisse d'avoir un toit à un coût locatif compatible avec leurs revenus ne sont pas près de voir le bout du tunnel.

 

Et j'en reviens aux macronistes de mes amis. Je les évoque ci-après du plus âgé à la plus jeune, ils se reconnaitront, et certains des visiteurs de mon blog les reconnaîtront. L'un d'eux était socialiste comme moi et a compté au nombre de mes bras droits lorsque j'étais maire. Le second, aussi impliqué à mes côtés en ayant eu, avec toute ma confiance, la charge de présider notre défunt office municipal d'HLM, émargeait au parti souverainiste très à gauche fondé par Chevènement. La troisième, qui fut également conseillère municipale dans une des équipes que j'animais, celle de 2008-2014, a assumé avec brio la responsabilité départementale du mouvement des jeunes communistes.

 

 

ÊTRE MACRONISTE, À LA RIGUEUR... MAIS PEUT-ON ÊTRE ANTI-RÉPUBLICAIN ? 

 

Leurs transitions vers le macronisme n'ont évidemment en rien entaché nos amitiés. Peut-être était-ce moi, me disais-je, qui, arcbouté sur des doctrines d'une autre époque, ne comprenais pas qu'on pouvait faire dans le « ni-ni », même s'ils ne m'en voulaient pas de ne pas être dans l'air du temps. Comme je ne les ai jamais blâmés d'emprunter d'autres routes.

 

Mais, là, c'est à moi de les interpeler. On n'est plus le « ni-ni », mais dans le déni. Le déni d'une réalité politique anti-républicaine qui s'étale aux yeux de tous, et forcément d'eux-mêmes. Cette réalité dépasse gravement le « ni de droite - ni de gauche » car elle bafoue les fondements républicains de notre nation... celle-là même qui, disposant du cinquième produit intérieur brut du monde, ne peut arguer du manque de moyens pour justifier son indicible mépris du droit à un logement accessible.

 

Le droit au logement est en effet considéré en France comme découlant de la rédaction des dixième et onzième alinéas du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946. C'est un texte à valeur fondamentale :

« 10. – La Nation assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.
« 11. – Elle garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence. »

 

Se fondant sur cette déclaration, le Conseil constitutionnel a d'ailleurs considéré que « la possibilité de disposer d’un logement décent est un objectif à valeur constitutionnelle ». C'était il y a près de trente ans, en 1995.

 

 

AMIS MACRONISTES ISSUS DES GAUCHES, REVENEZ AU BERCAIL

 

Alors, amis macronistes issus des familles de pensée humanistes, vous ne pouvez accepter ce qui vient d'être voté. Ç'en est fini des illusions. Il est l'heure pour vous de rentrer au bercail. Nous vous attendons.

 

Et puis, regardez, dans notre région, qui sont ceux qui vous rejoignent désormais. Soyez réalistes, ce qui est en train de se jouer, ce n'est que le retour à la partition des partis des droites que nous avons connue jadis : l'UNR face au CNIP, puis l'UDR face aux RI, puis le RPR face au PR, qui ont tous fini par tactiquement se retrouver dans l'UMP puis LR. Et qui, maintenant, tout aussi stratégiquement, s'éloignent de nouveau, une partie d'entre eux ayant bien compris que leur droite libérale est incarnée par Macron et son parti LREM et ses satellites.

 

Les amis, croyez-vous franchement que vos nouveaux compagnons de marche Christian Estrosi, Renaud Muselier ou Hubert Falco, qui sont certes des républicains respectables, partagent vos visions progressistes, par exemple sur la traduction dans les communes de leurs territoires... du droit de chacun à disposer d'un toit ?

Repost0
27 janvier 2022 4 27 /01 /janvier /2022 11:57

L'Association des maires Ville & Banlieue de France, dont font partie des dizaines de communes et d'intercommunalités, dont notre métropole toulonnaise, interpelle à nouveau l'État.

 

Un an après la tenue d'une réunion du Conseil interministériel des villes (CIV), obtenue non sans que 200 maires aient dû lancer un appel au secours, des choses ont bougé pour que le plan de relance n'oublie pas nos communes fragiles, mais il reste beaucoup à faire dans un contexte de pauvreté croissante qu'aggrave la crise sanitaire.

 

C'est pour rappeler que « le monde d'après reste à construire » que les maires et présidents d'intercommunalités de Ville & Banlieue, de toutes tendances politiques, viennent de prendre une nouvelle position...

 

 

Repost0
26 janvier 2022 3 26 /01 /janvier /2022 11:05

On peut mettre son grain de sel espiègle en commentant la vie locale, pointant les heureuses initiatives et les succès comme les défaillances et les choix hasardeux.

 

On peut aussi s'inscrire dans une démarche constructive en formulant des propositions.

 

C'est ce que je m'autorise à faire en lançant l'idée que notre ville, historiquement parmi les plus attachées du territoire à l'éveil et la pratique du sport pour toutes et tous, pourrait sûrement rejoindre bien d'autres qui s'inscrivent dans la perspective de l'opération des "Olympiades de la Jeunesse".

 

 

L'information sur cette initiative n'est peut-être pas parvenue à nos édiles locaux ni aux nombreuses associations sportives seynoises. Elle résulte d'échanges que des maires de communes abritant des quartiers populaires vulnérables ont eus avec diverses institutions et fédérations sportives, dans le but de faire ruisseler sur leurs territoires les effets attendus de l'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

 

Ça s'est imaginé au sein de l'Association des maires Ville & Banlieue de France, association transpartisane que La Seyne, de façon incompréhensible, a hélas quittée l'an dernier, et ça a germé dans le cadre du Conseil national des solutions.

 

 

UNE PLAQUETTE ET UNE VISIOCONFÉRENCE DE PRÉSENTATION DES "OLYMPIADES DE LA JEUNESSE"

 

Plutôt qu'écrire un long discours, je présente ci-dessous la plaquette qui vient d'être éditée pour présenter l'initiative, que l'on peut télécharger ICI et qui devrait susciter l'intérêt de nos clubs sportifs.

 

Les mairies intéressées peuvent s'inscrire pour participer à une visioconférence de présentation prévue ce samedi 29 janvier à 11 heures en cliquant ICI. Et les clubs sportifs sont aussi conviés à y prendre part en s'inscrivant ICI.

 

La Seyne, cité olympique, il me semble que ça aurait du sens...

 

 

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

 

 

Repost0
23 décembre 2021 4 23 /12 /décembre /2021 23:01

Des pensées joyeuses pour ceux qui pratiquent une religion chrétienne et vont fêter la Nativité, à Saint-Jean-de-Berthe, à Notre-Dame-de-Bon-Voyage, à Notre-Dame-de-la-Mer, au temple protestant de Sanary-La Seyne, à l'Oratoire orthodoxe Saint-Antoine de Tamaris, mais aussi pour ceux qui pratiquent d'autres religions et célèbreront sous peu le Dies Natalis Solis Invicti, le Mithragan, la naissance d'Éon de la vierge Coré, le Lohri-Maghi, Xiǎo hán, le Makar Sankranti, ou dans deux mois Laylat al-miraj ou Imbolc, pour ceux qui ont récemment fêté Dōng zhì, Hanoucca, Jól, le Jour de Bodhi ou les Saturnales, pour ceux qui, adeptes du culte de la Raison, fêteront le Jour du Soufre en ce quartidi 4 nivôse de l'an CCXXX, et pour ceux qui, par tradition familiale ou coutume locale, non-croyants ou libre-penseurs, vivront à partir de ce vendredi des temps de convivialité avec leurs proches.

Des pensées chaleureuses aussi et surtout pour ceux qui ne fêteront rien, mobilisés par leur travail ou leur engagement volontaire pour la santé, l'aide humanitaire, la maraude sociale, la sécurité ou la logistique des services, pour les salariés du commerce victimes de la loi PACTE autorisant leur travail de nuit, pour ceux dont les croyances leur interdisent toute festivité, pour les victimes de l'isolement, de la maladie, de la pauvreté, les gens contraints à une quarantaine sanitaire ou affectés par un malheur survenu.

Des pensées préoccupées enfin, bien sûr, en mémoire des pionniers artisans de notre République française forte de sa laïcité constitutionnelle qui garantit à tous le droit de pratiquer un culte ou de ne pas croire, et pour ceux qui, sentinelles vigilantes, veillent à ce que ces fondements, ciments de notre vivre-ensemble et notre tolérance, perdurent et ne soient jamais remis en cause par quiconque.

Joyeux moments à ceux qui vivront des temps festifs, le meilleur du possible pour les autres, et le respect, la raison et la concorde entre tous ! 

 

ÇA, C'EST MA CRÈCHE DE MÉCRÉANT NÉANMOINS ATTACHÉ AUX TRADITIONS PROVENÇALES

 

Repost0
14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 04:29

Les calotins doivent être ravis. On se demandait à quoi allaient servir les économies réalisées grâce à la baisse sans explication de plus de 20% des subventions municipales aux associations socio-éducatives laïques. On a la réponse : à abonder la caisse de l'association de gestion de l'école privée catholique de La Seyne.

Les élus de gauche et écologistes se sont opposés à cette décision lors d'une récente réunion du conseil municipal. Ils ne l'ont pas fait par dogmatisme laïcard, intolérant et anticlérical, mais parce que, s'ils entendent naturellement que l'on respecte la loi qui impose aux communes de financer l'enseignement privé sous contrat avec l'État, ils ont à juste titre considéré que la municipalité n'était pas obligée de faire du zèle en allouant une contribution intégrant les surcoûts des aides spécifiques que la Ville apporte aux écoles publiques, notamment celles des quartiers fragiles classées en "réseau d'éducation prioritaire" pour aider à la réduction des inégalités face aux savoirs.

 

À PART CEUX DE GAUCHE, ÇA NE TROUBLE PAS LES ÉLUS D'UN CONSEIL POURTANT RÉPUBLICAIN

La position adoptée par les actuels élus écolos et de gauche est conforme au choix auquel, comme maire, je me suis toujours astreint – ce que, partout, font la plupart des élus, de droite comme de gauche –, considérant que le budget communal doit être destiné à l'ensemble de la population et non de façon discriminante pour des cas particuliers, nos écoles publiques disposant de suffisamment d'espaces pour accueillir tous les élèves seynois. Et ce bien sûr en respectant la liberté que la loi confère aux parents de scolariser leurs enfants dans le privé, la commune apportant sa juste contribution légale, mais seulement sa contribution légale, le surplus devant être assumé par les familles, l'organisme gestionnaire de l'école, voire la paroisse, l'évêché, l'archevêché, le Vatican ou le Royaume des Cieux.

Comme citoyen libre-penseur athée, je suis tout de même scandalisé que la décision de la maire de porter de 600 à 1200 euros le forfait alloué par la commune pour chaque élève de "l'escòla dei capelans" n'ait pas soulevé plus de protestations parmi les 49 membres d'un conseil municipal supposé républicain.

Et je serais bien tenté d'aller plus loin, mais, sait-on jamais en ces temps d'obscurantisme néo-médiéval où de nouveaux croisés appellent en vue de l'élection présidentielle au retour aux « valeurs chrétiennes » de la France, je ne voudrais pas finir sur un bûcher comme Segarelli.

 

VASES COMMUNICANTS ET TOUR DE PASSE-PASSE BUDGÉTAIRE

J'aurais d'autant plus cette tentation que je ne peux m'empêcher de rapprocher cette décision de celle prise lors du vote du budget 2021 de réduire de 21% par rapport à 2019 les subventions allouées aux associations laïques qui œuvrent pour l'enfance, la jeunesse et les familles dans une démarche socio-éducative pour l'émancipation, sans distinction, de nos petits futurs citoyens de tous les quartiers de la commune, de toutes les croyances et de toutes les origines. J'en faisais état, chiffres à l'appui, en avril dernier (voir ICI).

À ceux qui voudraient en savoir plus et connaître dans le détail le tour de passe-passe comptable qui a permis de doubler l'aide communale à cette école privée confessionnelle, je propose de lire en cliquant ICI l'extrait d'un article que les élus écologistes et de gauche ont mis sur leur blog très instructif auquel j'invite d'ailleurs les visiteurs du mien à s'abonner.

Repost0
24 novembre 2021 3 24 /11 /novembre /2021 09:36

La maire n’est pour rien dans le plan local d’urbanisme (PLU) qui autorise la réalisation d’un immeuble à Mar Vivo qui génère beaucoup d’inquiétudes. Le président de la métropole non plus. Le coupable, c’est moi.

Et, à lire le magazine “Le Ravi”, un projet immobilier de 23 logements sociaux rendu possible dans ce quartier par le PLU offusque à juste titre des riverains dont l’un indique au reporter que « les arbres qui doivent être abattus sont des chênes centenaires de douze mètres de haut ». Je les comprends. Il faut que le projet soit amendé.

Mais ces protecteurs avisés de la flore sont aussi fort préoccupés par la rupture des équilibres de l'écosystème animalier que le projet entrainerait. Le même riverain, regrettant que « personne ne soit épargné » par le logement social, se demande... « quel type de faune on va avoir ».

Et là, c'est à moi de m'inquiéter, fût-ce contre l'avis général. Et d'assumer d'autant plus mon choix répréhensible.

 

Le riverain interviewé précise sa pensée zoologique au journaliste : « Si ce sont des travailleurs, d'accord, mais si on ramène des cas sociaux... ». Et, heureusement pour les espèces animales endémiques, il explique que la mairie veut les rassurer : « Avec des loyers entre 600 et 700 euros, ça va sélectionner ». Si Charles Darwin veille au grain...

 

LE DROIT À UN NID EST UN DROIT FONDAMENTAL

Il faut reconnaître que, comme bestiole locale moi-même mais zoologiste en chef du parc animalier seynois que j'étais lors de la révision du PLU, j'ai fait le pari que notre territoire pouvait tenter de mettre en œuvre une décision de 1995 du Conseil constitutionnel de la République française qui stipule que « la possibilité de disposer d’un logement décent est un objectif à valeur constitutionnelle », confirmant une loi de 1990 indiquant que « garantir le droit au logement constitue un devoir de solidarité pour l’ensemble de la nation » et une autre de 1982 formalisant que « le droit à l'habitat est un droit fondamental ».

Préserver et accroître nos espaces naturels et sites agricoles, sauvegarder notre patrimoine littoral et historique, aménager et parfaire nos zones à vocation économique, aménager le territoire communal pour les mobilités de demain, sont autant d'objectifs à conjuguer le plus harmonieusement possible avec les réponses urbaines à apporter aux besoins de logement. 3000 familles sont en attente d'un habitat social à La Seyne, 12000 le sont dans la Métropole. La Seyne est hors-la-loi avec seulement 19% de logements sociaux. Ça coûte désormais une "amende" de 800.000 euros par an au budget communal. Atteindre l'objectif d'un toit pour tous sans freiner les autres enjeux de développement et valorisation du territoire suppose de constantes recherches d'équilibres. Mais tous doivent être poursuivis concomitamment.

 

LA NATURE N'A PAS GÉNÉRÉ QUE DES RELATIONS DE PRÉDATION

Et ça impose à nos habitants des concessions qui s'inscrivent dans l'idéal républicain de la cohésion citoyenne et la mixité sociale. Oui, dussé-je froisser certains, voire une majorité puisque les Seynois ayant participé au vote de 2020 ne m'ont pas renouvelé leur confiance, j'assume d'avoir construit le cadre règlementaire du PLU permettant la construction ou la rénovation de logements sociaux partout où c'est possible dans tous les quartiers. Et je forme le vœu que ma successeure s'inscrive dans la même perspective.

Si ce n'est pas sa volonté, elle peut se dédouaner en expliquant que c'est de ma faute et de celle de l'État qui, selon le propos de son cabinet retranscrit par le journaliste, impose « de construire du social dans les zones épargnées » (sic). Et elle peut aussi demander une révision du PLU à la métropole.

Pour l'heure, les diverses espèces animales évoluées qui peuplent notre territoire doivent toujours pouvoir s'abreuver à l'eau du cours d'eau qu'elles ont en partage. Et même s'entraider dans leur écosystème communal, comme le requin et le rémora ou l'oiseau pique-bœuf et le rhinocéros.

 

J'en profite pour inviter les visiteurs de mon blog à s'abonner pour soutenir le magazine espiègle qu'est "Le Ravi". À découvrir en cliquant ICI...

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Vie sociale et ville pour tous
20 novembre 2021 6 20 /11 /novembre /2021 05:43

« Et les jeunes dans tout ça ? » était le thème mis en débat, lors du Salon des Maires qui se tient traditionnellement à Paris en parallèle au Congrès annuel de l'Association des Maires de France, par trois associations nationales très préoccupées par l'impact de la crise sanitaire sur l'enfance et la jeunesse des quartiers urbains fragiles : l'Association des Maires Ville & Banlieue de France (AMVBF), l'Association de la Fondation Étudiante pour la Ville (AFEV), et l'Association Nationale des Conseils d'Enfants et de Jeunes (ANACEJ).

De nombreux maires, adjoints et conseillers municipaux chargés de ces thématiques dans les communes concernées s'y sont donné rendez-vous pour partager leurs constats de situations, leurs inquiétudes, les solutions imaginées et leurs analyses des impacts mitigés des mesures mises en œuvre pour leurs jeunes concitoyens. 

Pas ceux de La Seyne. Dommage.

 

ENFANTS ET JEUNES GRAVEMENT VICTIMES DE LA CRISE SANITAIRE ET SOCIALE

C'est un fait, les mineurs et les jeunes adultes des 1514 sites populaires urbains prioritaires payent un lourd tribut à la pandémie de coronavirus. Suroccupation des logements dans les périodes de confinement, rupture scolaire par manque de moyens logistiques pendant les temps d'enseignement à distance, décrochages des activités socio-éducatives, culturelles et sportives, difficultés psychosociales résultant des mesures imposées, gestion sanitaire difficile entraînant une plus grande transmission du virus, graves difficultés économiques des familles allant jusqu'à de dramatiques reculs des réponses aux besoins élémentaires vitaux, insertion professionnelle freinée par l'impact de l'épidémie sur le tissu économique, les réalités partagées sont édifiantes. Dans les quartiers populaires, la crise sanitaire est bien plus violente qu'ailleurs pour les jeunes générations.

C'est bien pourquoi les élus locaux des territoires vulnérables, en première ligne, ont besoin de se retrouver pour échanger, imaginer ensemble des pistes se fondant sur leurs expériences, et plaider la cause de leurs habitants en détresse auprès de pouvoirs publics pas toujours à la hauteur.

Comme président honoraire demeurant actif à la demande de mes anciens collègues de « Ville & Banlieue », j'ai encore une fois pu mesurer combien il est utile, face à de pareilles difficultés, de se serrer les coudes et de construire des partenariats entre communes, mais aussi avec des associations de niveau national telles que l'AFEV et l'ANACEJ, co-organisatrices de ces échanges, qui fédèrent beaucoup d'expertises.

 

SORTIR LES QUARTIERS DE LEUR ÉTAT DE RELÉGATION

M. MACRON À L'ÉCOUTE DES MAIRES

C'est d'autant plus nécessaire que le Président de la République, pourtant interpellé solennellement par l'Association des Maires de France sur les enjeux des quartiers prioritaires (lire ICI), a balayé avec suffisance les attentes des territoires en déshérence dans son allocution de clôture du Congrès des Maires, estimant outrageusement que le nécessaire était fait.

Or on en est très loin. L'exemple de la jeunesse est édifiant, le défi de l'égalité républicaine demeure d'une cruelle actualité. Les avancées obtenues, parfois de haute lutte, par les maires et leurs associations ("cités éducatives", "quartiers d'été", "colos apprenantes", "Micro-Folies", "cités de l'emploi", "bataillons de prévention", budget accru de la rénovation urbaine, ...), dont bénéficie d'ailleurs La Seyne, sont bien trop insuffisantes. Il faut poursuivre les efforts de persuasion.

 

LA SEYNE DEVRAIT DEMEURER AU COMBAT AVEC LES AUTRES

Le nouveau président de l'Association des Maires de France, M. Lisnard (Les Républicains), dont je suis pourtant très loin de partager les idées politiques, l'a exprimé clairement à M. Macron : « Et ce ne sont certainement pas de grands discours, souvent caricaturaux, qui feront sortir nos banlieues de l’état de relégation dans lequel elles sont plongées. Là encore, les espoirs qui avaient été suscités ont été déçus et le sabordage du "rapport Borloo" justifie la mobilisation de nos collègues maires de quartiers prioritaires de la politique de la ville. »

Et c'est pourquoi je persiste à penser que La Seyne a tort de s'isoler des autres communes populaires de France qui œuvrent ensemble, au sein de « Ville & Banlieue », pour peser fortement pour que les quartiers difficiles, dont notre centre-ville et notre quartier Berthe, sortent, justement, de leur « état de relégation ».

En ce 20 novembre, journée mondiale de l'enfance, puisqu'on évoque les mineurs des quartiers de relégation, ça pourrait être un joli signal que la maire revienne sur son choix d'esseulement de notre commune...

Repost0
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 12:07

Invités puis priés de ne pas répondre à l'invitation ! C'est ce qui est arrivé à Any Baudin, élue de la précédente équipe municipale en charge du handicap, à Olivier Andrau, élu aujourd'hui minoritaire et ancien adjoint au maire à l'action sociale et la santé, et à moi-même.

L'inélégance du geste n'est absolument pas le fait de l'association invitante. Nous avions en effet été conviés par l'Association Présence, devenue Phar83, au lancement, prévu ce vendredi, des travaux d'un beau projet qu'elle bâtit depuis plusieurs années en coopération avec la commune : un site à vocation médico-éducative permettant à des enfants handicapés de vivre des activités en des temps et des espaces partagés avec des écoliers qui ne le sont pas. Un projet à propos duquel l'association écrivait dans son invitation que notre équipe l'avait « durant plusieurs années soutenu » et qu'elle avait « œuvré à sa concrétisation ».

Le fait que l'association a été contrainte – et est sincèrement contrite – de revenir sur son invitation n'est certes qu'anecdotique, mais elle constitue un énième exemple de la conception de la maire de La Seyne en matière de courtoisie démocratique vis-à-vis d'anciens élus, de considération des minorités, puisque l'un d'entre nous siège encore au conseil municipal, de continuité républicaine, et de respect de l'autonomie d'une association.

Anecdotique, car la chose importante, c'est que le projet démarre.

 

PROXIMITÉ, ESPACES, TEMPS ET ACTIVITÉS EN PARTAGE

C'est en effet une belle perspective de stratégie éducative de rapprochement à vocation inclusive entre personnels des écoles de l'Éducation nationale et formateurs d'un établissement associatif laïque agréé par l'État pour ses missions éducatives et médico-sociales (en France la quasi totalité de ces établissements sont privés, quoique sans but lucratif et exerçant sous la tutelle de l'État).

L'idée était que la Ville accède à la demande de l'association de construire son nouvel établissement sur un terrain communal délaissé à côté des écoles publiques Léo-Lagrange des Sablettes, des espaces médians permettant aux enfants ayant une déficience intellectuelle, avec ou sans autres troubles associés, de côtoyer dans un but d'intégration sociale les enfants non porteurs de handicap, et à ces derniers de vivre des temps concourant à l'acceptation de la différence. Un concept gagnant-gagnant en quelque sorte pour les deux équipes éducatives. Le conseil municipal d'alors y avait souscrit à l'unanimité.

On en est à l'heure de la première pierre. Avec mes anciens collègues élus, nous saluons – même si c'est hélas de loin – l'initiative de l'association Phar83 et nous formulons le vœu d'un chantier sans embûche. Et, très vite, d'une réussite dans le fonctionnement.

 

La photo illustrant cet article est "capturée" sur l'excellent site Internet enfant-different.org, soutenu par le Grand Lyon, la Ville de Lyon, l'État et la Caisse d'Allocations Familiales. Je peux la retirer si on me le demande.

Repost0

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

CLIQUEZ POUR ACCÉDER
LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE