29 novembre 2018 4 29 /11 /novembre /2018 07:37

Aucun de mes concitoyens ne m'a fait part de questions ou remarques sur les turbulences qui ont traversé la majorité municipale ces derniers jours. Les Seynois sont, à l'instar de l'ensemble des Français, préoccupés par leurs conditions d'existence, l'accès au travail, le pouvoir d'achat, la qualité et le développement soutenable de leur ville et leur métropole, le droit à un logement, l'éducation de leurs enfants, les mobilités, la prévention sanitaire et la santé, l'éducation, les loisirs et la culture.

Maladresses d'expression quant à sa position politique qui a évolué depuis 2014 de la gauche républicaine du parti créé par Chevènement vers le « et – et » de celui de l'actuelle majorité nationale, ou choix d'affirmer son nouvel engagement vis-à-vis d'une partie de l'équipe municipale ou du grand public, peu importe, notre collègue Yves Gavory a exposé sa posture, cohérente avec ses nouveaux choix politiques que je regrette. Il m'a confirmé continuer à partager le projet communal de notre mandat, mais il a indiqué tirer les conséquences de ses options et ses déclarations en démissionnant de la délégation de vice-président de notre office public de l'habitat que je lui avais confiée.

Ce n'est jamais de gaieté de cœur que l'on prend ce genre de décision. Yves Gavory est de notre aventure depuis plus de dix ans et, même avec ceux qui craignaient qu'une forme d'incohérence ne nuise à la lisibilité de l'action municipale, des liens amicaux se sont forgés. Je suis de ceux qui regrettent la situation. Cette mission de vice-président délégué de l'établissement public « Terres du Sud Habitat » aura été menée à bien avec beaucoup d'investissement personnel, sans indemnité, avec toute ma confiance, jamais trahie, et en bonne complémentarité avec le responsable de l'office d'HLM qu'est de par la loi le directeur général de l'établissement. Même s'il reste beaucoup à faire et si – situation qui ne doit pas être facile pour un militant engagé qui les soutient désormais – les choix du gouvernement et des parlementaires avec la loi de finances 2018 et la loi ALUR compliquent largement la tâche, Yves Gavory et les administrateurs qui se sont investis auprès de l'équipe de direction auront mené à bien le plan de retour à l'équilibre financier d'un office de l'habitat qui était sous tutelle nationale depuis un quart de siècle. « Terres du Sud Habitat » a tout bonnement été sauvé de la faillite. Je dois ma gratitude à Yves Gavory. Et je dois la témoigner publiquement.

Si l'énorme chantier de rénovation urbaine qui aura concerné la majorité du patrimoine est en voie d'achèvement, beaucoup reste à faire pour gagner encore en gestion du quotidien des appartements, des parties communes et des espaces publics partagés, en relation aux locataires et aspirants à l'obtention d'un logement social, en maintien d'une offre à loyers accessibles sans fragiliser l'équilibre budgétaire, en prévention et régulation des coûteuses – et parfois désespérantes – incivilités de certains, et, depuis dix-huit mois, en devant accomplir ces missions dans un contexte terrible d'insécurité et même de délinquance criminelle dans plusieurs de nos cités d'HLM.

J'aurais autant aimé que les circonstances fussent autres. Tout départ d'une équipe est un affaiblissement du collectif, et il est dommage que la voie choisie par notre collègue Gavory ait conduit à cela. Mais, devant l'adversité, l'action doit d'autant plus être poursuivie que la loi impose la fusion de « Toulon Habitat Méditerranée » et de « Terres du Sud Habitat » en 2021. Les deux années qui nous restent seront mises à profit pour aborder ce rassemblement des offices toulonnais et seynois dans le meilleur des intérêts des foyers bénéficiaires d'un logement social et de ceux ayant besoin de le devenir.

15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 08:14

Des pistes semblent enfin s'ouvrir, du côté de l'État, pour engager de façon globale la redynamisation et la rénovation du cœur historique de La Seyne dont la situation urbaine, économique et sociale se dégrade inexorablement depuis trop longtemps. Des dizaines de Seynois volontaires étaient au rendez-vous, ce mercredi, pour prendre en main le destin du centre de la commune.

 

La salle du conseil municipal était en effet bondée, ce mercredi, à l'occasion de la concertation organisée conjointement par la métropole et la ville pour – enfin !... – faire avancer le projet de rénovation urbaine du cœur historique de La Seyne.

 

LE CENTRE-VILLE, L'AFFAIRE URGENTE DE TOUS...

Habitants, employés, commerçants, usagers, vivant notre centre ancien au quotidien, mais aussi représentants de tous les quartiers tant le sujet dépasse le périmètre de nos vieux quartiers, ont répondu si massivement à l'invitation que, pour des raisons d'organisation et pour se conformer au processus d'organisation prévu par les textes règlementaires, il a fallu refuser du monde.

C'est que l'enjeu est d'importance. Depuis près de vingt ans, La Seyne attend que puisse être engagé un programme global et d'envergure de rénovation et redynamisation de son cœur de ville. Habitat, espaces et équipements publics, cadre de vie, mobilités et centralité, fonctionnalités urbaines de services, de commerces, de « vivre ensemble », de culture et de loisirs, sont autant de sujets qui appellent une mobilisation conséquente de la puissance publique, préalable à celles des acteurs économiques et associatifs et des citoyens.

 

APRÈS VINGT ANS D'ATERMOIEMENTS, L'ÉTAT SEMBLE ENFIN DÉTERMINÉ À AIDER

La Seyne en a d'autant plus assez d'être lésée que, comme dans tous les centres anciens des villes moyennes, la situation se dégrade inexorablement, année après année.

Une alternance politique au niveau de l'État n'a pas permis de voir démarrer le « Grand projet de ville » de mon prédécesseur Arthur Paecht au début des années 2000.

En 2006, pour le « programme de rénovation urbaine de première génération », celui qui a permis la rénovation de Berthe qui s'achève, l'État n'a pas retenu notre vieille ville parmi les périmètres à traiter.

Candidate au « programme national de rénovation des quartiers anciens dégradés » en 2009, le projet que nous avons présenté au gouvernement d'alors a été positionné en n°1 pour sa qualité et son urgence, mais a été « rétrogradé » par le ministre en charge du logement au profit d'Aix et de Nice, pourtant bien moins bien classés.

Et, en 2013, si nous avons enfin obtenu que notre centre ville soit retenu comme « quartier prioritaire de la politique de la ville » pouvant bénéficier du « nouveau programme national de rénovation urbaine », il aura fallu attendre cinq ans pour que, ces toutes dernières semaines, l'État annonce enfin pouvoir abonder le budget nécessaire.

 

UNE INQUIÉTANTE SITUATION MALGRÉ DES EFFORTS CONTINUS

Certes, nos services communaux et ceux de la métropole, désormais compétente en la matière, accompagnés par des spécialistes tels que notre agence d'urbanisme varoise, n'ont pas chômé et ont travaillé « en temps masqué ». Le diagnostic de la situation urbaine, économique et sociale du quartier a été d'autant plus facile à réaliser que, depuis vingt ans, chacun s'emploie, en mobilisant les maigres moyens disponibles, à contrebalancer la dégradation économique et sociale.

Des places urbaines et des équipements publics ont été réhabilités ou créés. Un « permis de louer » vient d'être institué, qui va être mis en place dès que les décrets seront publiés. Des dizaines de logements et commerces, façades et devantures, ont bénéficié d'aides financières et techniques à la rénovation. Des îlots insalubres ont disparu. Des passages traversants et des placettes ont aéré et facilité le désenclavement entre les rues. Des espaces et cheminements végétalisés ont vu le jour. Une « zone de rencontre » avec son nouveau plan de stationnement a été mise en place. Le classement en « zone de sécurité prioritaire » a été obtenu et nous venons de créer une « brigade municipale du cadre de vie ». Des animations culturelles et commerciales ont été initiées. Les associations ont été mieux soutenues pour leurs initiatives en faveur du « vivre ensemble ».

On connaît bien les problèmes et on sait désormais, pour l'avoir modestement expérimenté, ce qui marche pour tenter de les résoudre.

 

MAIS LES EFFORTS BUTTENT SUR DE LOURDES DIFFICULTÉS

Mais il reste trop d'irréductibles « marchands de sommeil » louant des taudis. Les incivilités demeurent en matière de stationnement, de dégradations et de propreté urbaine malgré les efforts de pédagogie et de sanction de nos agents. La délinquance, malgré les efforts de la police nationale, est présente en certains lieux. Les acteurs associatifs, privés de subventions et d'aides à l'emploi, s'essoufflent.

La situation socio-économique de nombre de résidents se dégrade. Beaucoup de commerces et le marché sont en difficulté croissante face aux grandes surfaces périphériques et à la vente par Internet, tandis que certaines cellules commerciales sont appropriées par des personnes ne respectant pas toujours les règles fiscales, sociales ou sanitaires, générant une concurrence déloyale et un sentiment de laisser-faire.

Les mobilités ne sont toujours pas à la hauteur des besoins de la desserte, de la quiétude, de l'attractivité, et de l'enjeu environnemental.

Un sentiment d'abandon s'installe chaque jour un peu plus.

 

ON NE PEUT PLUS ATTENDRE : IL Y A URGENCE ABSOLUE

Sur la base de ces constats, la commune et la métropole ont ainsi présenté ce mercredi à des dizaines de Seynois volontaires, globalement en accord sur le diagnostic de situation, divers scénarios d'intervention urbaine et d'action pour la décennie à venir.

Ils ont travaillé avec nos élus, dont Marie Bouchez, chargée de la politique de la ville et l'habitat, Jean-Luc Bruno, chargé du centre ville, ou Florence Cyrulnik, chargée du patrimoine, avec nos très impliqués et disponibles fonctionnaires, appuyés par une agence d'urbanisme, des heures durant, dans le cadre d'ateliers, pour affiner le constat de situation et apporter d'indispensables avis sur les pistes à emprunter pour la reconquête de notre centre ville.

Grand merci à toutes ces personnes manifestant leur détermination à prendre en main le destin du cœur de leur commune.

Au regard de l'urgence avérée depuis trop longtemps, j'ai fixé l'objectif d'un projet arrêté en fin d'année, d'une validation par l'État au printemps prochain, et d'un démarrage des premières opérations aux alentours de l'été. Si chacun se remonte les manches, on peut y parvenir.

10 octobre 2018 3 10 /10 /octobre /2018 05:31

Surprise en feuilletant la page six-fournaise du quotidien local Var-matin aux premières heures du jour !

Alors que nos services communaux travaillent depuis de nombreux mois sur une perspective de monnaie locale dans le but de soutenir notre activité commerciale de proximité qui en a bien besoin, les circuits courts, les échanges éthiques et les démarches sociales et éducatives, voilà que je découvre que le projet d'une monnaie locale complémentaire citoyenne, appelée « La Fève », dont j'avais vaguement entendu parler à l'est de Toulon, a bien avancé et est sur le point d'entrer en fonctionnement, y compris dans la partie occidentale de notre aire métropolitaine.

 

UN CERCLE VERTUEUX ENTRE CITOYENS, COMMERÇANTS, ARTISANS ET... COLLECTIVITÉS

Faut-il, dès lors, poursuivre le projet seynois de monnaie locale, nettement moins avancé, dans la mesure où la démarche collective citoyenne initiée par d'autres a vocation à s'exercer sur notre grand territoire littoral varois ? Plus on est nombreux, plus on a de chances que le projet réussisse. Ne vaut-il pas mieux rejoindre la dynamique impulsée par des citoyens depuis La Londe jusqu'à Bandol ?

D'autant que, outre les particuliers réglant leurs achats en monnaie locale et les prestataires que sont les commerçants, artisans, producteurs, professions libérales et associations acceptant d'être payés « en Fèves », les collectivités locales peuvent être engagées dans la démarche pour soutenir et informer, mais aussi pour accepter le paiement des prestations en monnaie locale, voire même rémunérer leurs personnels pour partie avec cette devise originale, les incitant ainsi à « consommer local »...

 

UN « PLUS » POUR LA REDYNAMISATION URBAINE, ÉCONOMIQUE ET SOCIALE

À quelques jours de la Journée nationale du commerce de proximité que La Seyne, avec la Chambre des métiers et de l'artisanat et l'association Cœur de ville, va organiser pour la deuxième année samedi prochain 13 octobre (y compris pour les commerces de Berthe et des Sablettes), et tandis que nous renouvellerons sous peu notre opération de rénovation de l'habitat dont les commerçants peuvent bénéficier pour leurs façades et enseignes, et que l'État annonce qu'il va – enfin ! – emplir la « cagnotte » de l'Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) pour que, après cinq longues années d'attente et d'espoirs sur le point de se briser, nous puissions engager le projet de redynamisation de notre cœur de ville, cette initiative de monnaie locale citoyenne pourrait se conjuguer avec bonheur, comme un « plus » sympathique et original, avec les efforts conduits et attendus sur les infrastructures urbaines de l'habitat, des espaces et équipements publics, et des mobilités.

Moi, je suis assez enthousiaste à l'idée. Je vais sans tarder demander à nos élus et services communaux de creuser la question et soutenir l'initiative, en mobilisant les acteurs économiques et associatifs locaux volontaires. On ne prend aucun risque, le territoire ne peut qu'y gagner.

 

pour en savoir plus sur le projet de « La Fève », cliquez ICI ou sur l'image ci-dessous

 

9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 03:57

De ce dernier vendredi à dimanche s'est tenue sur notre « Esplanade Marine​​​​​​ » la huitième édition de la « Fête de la science », déclinaison locale de l'événement national imaginé en 1991 par l'ancien ministre Hubert Curien, père de l'Europe spatiale et promoteur infatigable de la culture scientifique et industrielle.

 

La Seyne s'est forgé au fil des années une solide réputation dans le domaine de la vulgarisation scientifique par l'activité du jeu et de la découverte. J'ai prononcé une allocution inaugurale de cet événement désormais réputé dans notre Région Provence...

 

 

« Mesdames Messieurs,

 

« Bienvenue à toutes et tous à La Seyne-sur-Mer !

 

« Si nous vivons la 27ème édition nationale de la "Fête de la science", c'est la 10ème fois que la ville l'organise sur son territoire, et c'est le 8ème village départemental que la ville coorganise avec la coordination départementale "fête de la science", le plus important du Var. Le 6ème, enfin, avec notre partenaire et coordinateur départemental, l'association Gulliver.

 

« Si vous aviez à quel point nous sommes heureux et fiers de cette toute jeune tradition ! Et le hasard n'est vraiment pour rien dans le fait que ce rendez-vous varois, rendez-vous de l'éveil, de la curiosité, de la culture, de l'intelligence, du partage des connaissances ait lieu, ici, à La Seyne.

 

« Notre ville, base maritime du Pôle de compétitivité mer Méditerranée, a dans ses gènes, avec plus d'un siècle d'industrie navale et, aujourd'hui avec les scientifiques, les chercheurs, les ingénieurs et techniciens qui vivent et travaillent ici, une vraie culture de la science fondamentale et appliquée.

 

 

UNE BELLE IMPLICATION DES ASSOCIATIONS, ENTREPRISES ET CENTRES DE RECHERCHE

 

« D'ailleurs, ce village départemental est animé par nombre d'acteurs locaux, même si ni notre commune ni la plupart des associations, entreprises et centres de recherche qui sont présents ici n'apparaissent pas parmi les autres dans la rubrique "Ils font la fête de la science" de la jolie brochure programme qui a été éditée : Ifremer, Planète Sciences Méditerranée, la Division technique de l'Institut national des sciences de l'univers, et d'autres... j'y reviendrai bien entendu.

 

« Mesdames, Messieurs,

 

« Est-il nécessaire de rappeler la gravité des enjeux actuels au moment où l'on invite le public à un week-end ludique, au moment où la science se "fête" ?

 

« Eh bien oui, exactement comme on n'est pas obligé, sous nos latitudes, de "bronzer idiot", on peut "fêter intelligent"... et je rajouterai... "lucide", tout simplement.

 

« On peut enseigner aux jeunes et rappeler aux adultes qu'être curieux, que "chercher", n'a rien de neutre. Il est permis de se souvenir que, comme les trains, "une question peut en cacher une autre"...

 

« Oui... on peut tout en s'amusant se souvenir qu'éthique et science sont indissociables ; qu'il est vital de s'interroger sur la croissance, sur "quelle croissance" pour la planète ; que l'innovation ne doit pas constituer un but en soi et aveugle ou une quête tournée entièrement vers la rentabilité... Et qu'est-ce que la rentabilité, au fond ? Doit-on la considérer d'un point de vue individuel, privé ? Sur le long terme et pour l'humanité et le vivant ? Que deviennent les fameux "communs" dans un monde en voie de privatisation ? 

 

« En parlant de "communs", justement, je voudrais rappeler que La Seyne, en 2015, a été la première collectivité adhérente du mouvement de "Ocean nation",  la "Nation océan" pour le respect de ce "commun" que sont les océans, et doivent échapper à la sphère marchande.

 

Et rien de hasardeux non plus dans le fait que La Seyne, le 29 septembre dernier, elle accueillait le mouvement de lutte contre la pollution de nos fonds marins par les boues rouges... Et là encore, se pose la question du lien entre développement industriel, entre emploi et respect de l'environnement...

 

 

DES ENJEUX MAJEURS DE SOCIÉTÉ AU DÉTOUR DE L'EXPÉRIENCE SCIENTIFIQUE

 

« Que de questions non résolues par nos sociétés ! Et qui traversent, forcément, ces moments festifs et conviviaux ; des questions, je le sais bien, que vous connaissez par cœur, vous dont les travaux sont au cœur de ces enjeux...

 

« Alors optimisme ? Pessimisme ? Antonio Gramsci, ce grand penseur et révolutionnaire italien du siècle dernier, se disait "pessimista con l'intelligenza, ma ottimista per la volontà" – "pessimiste par l'intelligence mais optimiste par la volonté – . C'est pas mal, je trouve, pour vous caractériser, vous les femmes et les hommes de science et d'industrie innovante.

 

« Et quoi de plus optimiste que le rassemblement de jeunes, car la journée d'hier a, comme de coutume, été consacrée aux scolaires, avec quelque 650 élèves, du CE2 au lycée, sur les 17 stands du village. Beaucoup de jeunes seynois, mais aussi des élèves de toute la métropole et même au-delà, de Draguignan ou de Saint-Cyr ! Et ça, c'est formidable !

 

« Aujourd’hui et demain, c'est au tour du grand public. Les exposants ont carte blanche pour construire leurs animations... décidément, c'est un rendez-vous à ne pas manquer, ce village est joyeux et passionnant. Bravo !

 

« Et l'on me dit que cet après-midi, les visiteurs pourront "adopter un chercheur" ? Drôle de façon de soutenir moralement la recherche ou peut-être, plus simplement, de démontrer sa passion pour telle ou telle discipline... Il y aura aussi une chasse au trésor pour les 600 enfants qui, en moyenne, fréquentent le village durant le week-end... Et je ne veux pas oublier de le rappeler : ce village, votre village, attend pas moins de 5000 visiteurs... C'est assez impressionnant.

 

« Voilà. Ce succès, on le doit aux acteurs associatifs et aux universités, aux laboratoires et aux entreprises de pointe - j'en ai déjà cité quelques uns.

 

 

5000 VISITEURS, DES ÉCOLIERS ET COLLÉGIENS AU GRAND PUBLIC

 

« Mais rappelons la présence des "Petits débrouillards PACA", d'IFREMER, du centre de Physique des particules de Marseille, de "Planète science Méditerranée", de l'Université de Toulon et de l'INSERM PACA/Corse, de la Division Technique de l’INSU, je l'ai dit, de l'association "S'pece" dont le domaine est la protection de l'environnement et des espèces, citons aussi le village des tortues de Carnoules, "Mer nature",

 

« Et bien entendu les collèges La Marquisanne de Toulon, Romain-Blache de Saint-Cyr, le lycée Anne-Sophie-Pic de Toulon, qui assure l'accueil du village...

 

« Je les félicite et les remercie toutes et tous, comme je remercie les fonctionnaires de la ville qui s'investissent dans l'aventure (dont, bien sûr, Marc Bazzucchi, coordinateur, interlocuteur des organisateurs), l'événementiel, les sports,  l'entretien des locaux, les espaces verts, la reprographie, la communication, l'informatique...

 

« Et, naturellement, une mention particulière de l'association Gulliver, coorganisateur et coordinateur départemental de cette "Fête de la science", que je remercie pour sa fidélité envers notre ville. Car Lénaïc Fondrevelle, responsable de l'association, choisit chaque année La Seyne pour organiser le village-phare du département, et cela nous honore, croyez-le bien.

 

« Merci et bravo, sincèrement à chacun, et belle "Fête de la science" à tous. »

26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 07:24

Comment ne pas trouver choquants les propos de certains élus minoritaires seynois qui, enfourchant le pas d'un écrivain et chroniqueur ayant récemment fait parler de lui en tenant des propos outranciers sur les policiers lors d'une émission de télévision (dont il s'est certes excusé), pensent faire avancer le débat en déplorant que nos concitoyens seraient « las d'apercevoir des véhicules de police patrouiller sans rien dire » ?

Comment ne pas déplorer des propos démagogiques et inexacts lorsque, d'une séance du conseil municipal à une autre, d'autres élus de nos minorités sont capables de s'offusquer tour à tour d'un nombre soi-disant pléthorique de fonctionnaires communaux puis d'un nombre bien trop insuffisant de policiers municipaux ?

 

ATTISER LES PEURS, UN JEU DANGEREUX ET AFFLIGEANT

Comment ne pas s'inquiéter pour la qualité des débats démocratiques lorsqu'on extrait délibérément de son contexte une phrase pour la mettre en exergue sur un réseau social, laissant entendre que, à l'instar d'importantes communes françaises (Brest, Créteil, Le Mans ou Nanterre), La Seyne serait favorable à la suppression pure et simple de sa police municipale ?

Comment ne pas voir une manipulation cynique lorsque, sur le même réseau social, tel autre contempteur propose un sondage demandant si la police municipale doit être armée, laissant ainsi entendre qu'elle ne l'est pas, alors que c'est le cas depuis des décennies et que ce sont même des policiers municipaux seynois qui sont agréés pour assurer la formation de leurs collègues d'autres communes ?

 

LES SEYNOIS FONT CONFIANCE À LEURS POLICIERS NATIONAUX ET MUNICIPAUX

Je ne le répèterai jamais assez : il est des sujets avec lesquels il est désolant de faire de la petite politique politicienne. La tranquillité publique et la sécurité des personnes en sont un, majeur, la triste actualité dans la métropole toulonnaise le confirme hélas depuis plusieurs mois.

Qu'on se le dise : les policiers nationaux et communaux en poste à La Seyne font bien leur travail. Ils ont la considération de l'équipe municipale et de la population. C'est justement pour cela que la municipalité seynoise n'a de cesse de conforter ses effectifs de policiers municipaux, d'agents de sécurité de la voie publique et de médiateurs urbains. Et qu'elle réclame depuis deux ans sans relâche des renforts significatifs et de nouveaux moyens logistiques pour la police nationale.

 

POLICE MUNICIPALE : LES CHIFFRES VÉRIFIABLES PARLENT D'EUX-MÊMES

Face aux contrevérités et remarques désobligeantes pour les fonctionnaires de la sécurité et leurs hiérarchies, je me dois de préciser les choses à partir de données officielles que chacun pourra à loisir vérifier sur les sites Internet de l'open-data du gouvernement pour les effectifs et du ministère de l'Économie pour les données budgétaires (dernières statistiques disponibles au 1er janvier 2017).

On y découvre que, contrairement aux dires de certains, La Seyne était fin 2016 dans la bonne moyenne varoise en matière d'effectifs de policiers municipaux rapportés au nombre d'habitants. Avec 9,43 policiers municipaux pour 10.000 habitants, elle est 7ème sur les douze communes de la métropole (moyenne 10,81), devant d'importantes communes comme La Garde, La Valette ou Toulon. Elle est également 7ème des 15 communes les plus peuplées du Var (moyenne 10,03). Et que, si elle figurait dans la palmarès des effectifs de policiers municipaux des 50 communes les plus peuplées de France (elle ne le peut car elle n'est que 78ème par sa population), elle serait à la 5ème place nationale...

Et, lorsqu'on aura finalisé dans les prochaines semaines les 9 recrutements en cours (voir l'annonce de Claude Astore, notre adjoint à la sécurité, dans l'article de Var-matin ci-dessus), avec 10,82 agents pour 10.000 habitants, La Seyne gagnera une place dans les classements métropolitain et varois, et, comparée aux 50 plus grandes communes de France, elle figurerait entre Avignon qui trône en tête du palmarès (11,75) et Nice qui est deuxième (10,65).

On remarquera également que, rapporté aux crédits dédiés aux charges de personnel dans les budgets communaux, le nombre de policiers municipaux seynois pour 10.000 habitants est à la 5ème place des 15 communes les plus peuplées du Var. Et on mesurera encore mieux l'effort budgétaire consenti par La Seyne pour sa police municipale quand on aura rapporté ce même effectif à la dette par habitant (hélas la 3ème plus importante du Var, depuis vingt ans, derrière Saint-Raphaël et Fréjus), plaçant notre commune, malgré ses difficultés financières structurelles, en 9ème position sur les 15 plus importantes communes varoises.

 

PRÉVENIR VAUT TOUJOURS MIEUX QUE GUÉRIR

On le voit, il est désolant, alors qu'un grand quartier de la ville est en deuil et la population dans l'inquiétude, de voir certains manipuler sans vergogne les esprits à de tristes fins. Ceux qui viennent donner des leçons sans argument seraient mieux inspirés, pour gagner en crédibilité, d'accompagner les démarches que je conduis sans relâche pour obtenir que la police nationale voie ses effectifs et moyens logistiques renforcés ou pour que des crédits soient débloqués pour des caméras permettant d'élucider les faits délictueux et criminels.

Mais aussi, et c'est tout aussi important, pour renforcer les services associatifs de prévention de la délinquance, de médiation éducative de nuit, de la lutte contre les radicalisations, les services communaux de médiation urbaine, et créer des services de sécurité pour les ensembles d'HLM, permettant d'agir en amont du travail de la police.

Et également pour obtenir de l'État les moyens financiers pour une nouvelle vague d'opérations permettant le relogement urgent de familles qui n'en peuvent plus de vivre dans certains immeubles afin que ceux-ci puissent être démolis, ou le désenclavement de certaines cités, telle La Présentation, que la configuration viaire en impasse ont transformées en coupe-gorges.

 

S'IL SUFFISAIT DE « TRAVERSER LA RUE », ÇA SE SAURAIT, NON ?

Mais je n'oublierai jamais que l'insécurité découle directement et fondamentalement de la situation sociale et économique catastrophique de trop nombreux habitants, sans emploi, en détresse absolue, qui conduit un infime nombre d'entre eux à sombrer dans la délinquance et, désormais, dans la criminalité, terrorisant tous les autres, pauvres mais honnêtes gens, qui tentent de survivre dans ce qui devient un enfer urbain.

Pour tous ceux-là, victimes de politiques libérales qui privilégient le capital à l'humain, ça se saurait s'il était si simple et suffisant pour sortir de la désespérante indigence qui est leur quotidien, comme le leur suggère le Chef de l'État, de... « traverser la rue ».

La preuve, je ne les vois pas, rassurés et rayonnants, sur le trottoir d'en face.

26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 05:07

Les très longs échanges autour des graves enjeux de sécurité, de prévention et de lutte contre la délinquance et la criminalité qui ont émaillé la réunion du conseil municipal seynois ce mardi ont occulté une décision qui peut paraître de moindre importance, mais qui n'est pas dénuée de portée symbolique.

Entre le temps où, ça et là, dans le « Grand Toulon », on a rechigné à construire, comme la loi le prévoyait, les habitats nécessaires au relogement sur une commune autre que La Seyne d'une partie des 862 familles des immeubles démolis à Berthe dans le cadre du programme de rénovation urbaine, et la période récente où, ça et là, certains ont estimé que, leur commune ne connaissant pas de danger de submersion ou d'inondation, leurs administrés n'ont pas à supporter le nouveau petit impôt, dit taxe GEMAPI, que la métropole toulonnaise a l'obligation légale de lever pour réaliser les investissements nécessaires à la prévention de ces risques, les occasions ont été nombreuses de mesurer combien la marche métropolitaine vers la coopération intercommunale est un très long et patient cheminement.

 

UNE INITIATIVE COOPÉRATIVE SEYNOISE

Il est parfois des petits gestes qui, pourtant, ont une valeur symbolique d'encouragement au partage et la mutualisation. J'ai ainsi proposé, et cela a été retenu à l'unanimité par les membres de notre assemblée communale, que, pour la tarification à appliquer aux associations souhaitant utiliser pour leurs activités éducatives et socio-culturelles les salles du nouveau Centre Henri-Tisot, il ne soit fait aucune distinction entre celles qui exercent leur activité principale à La Seyne et celles qui l'exercent dans l'une des onze autres communes de notre métropole Toulon Provence Méditerranée. Seules les associations extérieures à l'aire urbaine du « Grand Toulon » seront soumises à une contribution plus importante couvrant la quasi totalité du coût de fonctionnement des espaces mis à disposition.

 

MODIFIER POSITIVEMENT LES REPRÉSENTATIONS MUTUELLES

Ce n'est pas grand chose, ce n'est pas une perte catastrophique de recettes pour le budget communal, mais ça peut en revanche permettre aux structures culturelles ou socio-éducatives de notre grand territoire de se côtoyer, se découvrir, coopérer, envisager des partages de leurs savoir-faire et expériences.

Ça peut créer les conditions d'un élargissement de l'offre d'éveil aux arts et à la culture pour nos concitoyens seynois. Et ça peut contribuer à changer de manière positive la représentation que nos voisins peuvent avoir des quartiers urbains de La Seyne et, en retour, celle que les habitants usagers de notre centre culturel de cœur de cité populaire se font d'eux-mêmes et de leur environnement de vie.

 

DES INITIATIVES EN ÉCHO À LA DÉMARCHE SEYNOISE ?

Si je choisis de ne pas demander de compensation financière aux communes de TPM d'où viendraient ces associations culturelles, ou à la métropole, je formule toutefois le vœu que mes onze collègues maires imaginent de leur côté une contrepartie en forme de miroir à notre choix d'ouverture, en adaptant les tarifs de tel ou tel espace culturel de leurs communes en écho à l'initiative seynoise.

Et, si la mayonnaise prend pour cette expérience de coopération intercommunale voulue, peut-être sera-t-il bon de l'élargir à d'autres sites communaux à vocation culturelle, socio-éducative, sportive, dans un esprit de réseau positif et vertueux...

19 septembre 2018 3 19 /09 /septembre /2018 08:55

Il serait intellectuellement malhonnête de ne pas reconnaître l'écoute attentive dont à fait preuve pendant près d'une heure M. Philippe lors de l'audience qu'il m'a accordée ce mardi.

Il a en retour ouvert des pistes répondant, au moins pour partie, aux demandes que je formule depuis des mois pour tenter d'enrayer et éradiquer la délinquance criminelle qui s'installe depuis deux ans dans les quartiers populaires urbains de la Seyne et de la métropole toulonnaise.

Je ne reviens certes pas de Paris avec dans mon cartable quelques dizaines de policiers, d'éducateurs de rue, d'enseignants, de caméras, de moyens logistiques, ou le chéquier d'un compte en banque bien garni permettant de redynamiser les services communaux et les associations faisant œuvre de prévention ou d'engager une nouvelle phase de démolitions d'immeubles où s'enkystent les trafics.

 

DES PISTES À TRADUIRE EN FAITS CONCRETS

Mais, sauf à ce que le Normand qu'est le Premier Ministre et le Provençal que je suis ne donnions pas les mêmes sens aux mots de la langue commune de notre République dans laquelle s'est déroulé notre échange, je peux rapporter son intention de répondre aux besoins de ressources humaines supplémentaires pour la police, de vidéosurveillance, de médiation urbaine, de prévention par l'éducation, et d'une sorte de « saison supplémentaire » de la rénovation urbaine, permettant de mener à bien des opérations telles que, par exemple, la démolition de la fameuse « tour du Gère » où le trafic violent est gravement ancré.

Plus vite on passera de l'intention aux actes, et mieux ce sera. Je pense qu'il en mesure avec moi l'urgence.

 

UN ÉCHANGE RÉPUBLICAIN AUTOUR D'INQUIÉTUDES PARTAGÉES

Je dois également me réjouir d'avoir trouvé en la personne du Chef du Gouvernement un interlocuteur aux idées politiques à l'opposé des miennes mais qui partage avec moi, comme avec bien des démocrates républicains, la même analyse que l'insécurité et l'angoisse des habitants ne peut que nourrir le sentiment d'un abandon de la puissance publique susceptible de constituer un terreau fertile pour tous les obscurantismes religieux et politiques qui guettent nos territoires.

C'est l'intérêt de tous les habitants du « Grand Toulon », et pas seulement ceux des sites fragiles, que, lorsque c'est nécessaire et sans se la jouer « ni – ni », soient dépassés les clivages afin que se conjuguent les efforts pour que la situation de nos quartiers fragiles se normalise, des centres anciens de nos deux plus grandes communes jusqu'à nos grands ensembles d'habitat social et d'importantes copropriétés dégradées.

Les interviews que j'ai données aux deux titres de notre presse locale, Var-matin et La Marseillaise, que je m'autorise à reproduire ci-dessous, apporteront aux lecteurs de ce blog d'autres précisions sur l'audience qui m'a été accordée (cliquez sur les images pour les agrandir).

 

Var-matin 19/09/2018
La Marseillaise 19/09/2018

 

15 septembre 2018 6 15 /09 /septembre /2018 04:12

Quand on est maire d'une ville où vivent les habitants les plus au-dessous du seuil de pauvreté du département, on ne crache pas sur la moindre mesure proposée pour atténuer la misère. Mais, franchement, on est loin du compte avec le « plan pauvreté » présenté ce jeudi par le Président de la République.

 

Je ne peux pas m'empêcher de comparer les moyens annoncés pour ce « plan pauvreté » à ceux décidés pour ce qu'on pourrait appeler le « plan richesse » que le Gouvernement s'est bien gardé de vanter...

 

 

8 MILLIARDS POUR LES PAUVRES, 25 MILLIARDS POUR LES RICHES...

 

Sur quatre ans, ce seront donc 8 milliards d'euros pour les pauvres. C'est toujours ça. Mais je rappelle le cadeau de 16 milliards offerts à ceux qui payaient l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) du calcul duquel est désormais exclu le capital financier, et celui de presque 9 milliards qu'on a fait avec le « prélèvement forfaitaire unique » fixant à 30% l'impôt sur les revenus du capital alors que, auparavant, plus ceux-ci étaient importants, plus le taux croissait, pouvant atteindre 60% pour les gens les plus fortunés.

 

Comme le relève l’Observatoire des inégalités, organisme indépendant : « 2 milliards d’euros par an pour 9 millions de pauvres, 3 milliards par an pour 300 000 assujettis à l’ISF. La France fait des choix. »

 

C'est vrai que 8 milliards sur 4 ans, ça représente 61 centimes par personne pauvre par jour. Le Président de la République sera enfin rassuré : le social ne coûtera plus un « pognon de dingue »...

 

 

A LA SEYNE, BEAUCOUP DE MESURES DU PLAN SONT DÉJÀ EN VIGUEUR

 

Mais acceptons de regarder le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide, et explorons les pistes que ce « plan pauvreté » pourrait ouvrir pour La Seyne. J'ai demandé aux services de voir comment l'État pourrait contribuer à atténuer pour la commune, son Centre communal d'action sociale, ou son Office public de l'habitat, le coût de quelques mesures de ce « plan pauvreté »... que nous appliquons déjà à La Seyne, comme le repas à la cantine à 1 euro pour les plus en difficulté, la mixité sociale dans les crèches, une assistante maternelle par classe au lieu d'une par école comme le stipule la loi, ou encore les dispositifs de prévention des expulsions locatives...

Publié par Marc Vuillemot - dans Vie sociale et ville pour tous
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 05:18

Hubert Falco, président de notre métropole toulonnaise, a reçu ce jeudi soir le Premier Ministre, Édouard Philippe, en visite dans le Var. Dans la journée, le président de Toulon-Provence-Méditerranée s'était enquis auprès de moi, pour les relayer auprès de son honorable visiteur, des besoins de La Seyne pour regagner en sécurité et tranquillité publique comme en accompagnement social et en insertion, notamment professionnelle. Il a ainsi pu fournir au Chef du Gouvernement un dossier dont j'avais présenté l'essentiel dans un article de ce blog posté au lendemain d'un précédent drame survenu fin juin dans notre ville.

Nos requêtes et sollicitations, voire nos exigences, ont de même été transmises depuis des semaines à M. Philippe par les parlementaires de l'aire toulonnaise, comme elles l'avaient également été par le préfet du Var.

 

UNE VISITE DU MINISTRE DE L'INTÉRIEUR ET UNE AUDIENCE DU PREMIER MINISTRE

J'aurais certes apprécié, non pas tant que le Premier Ministre m'honore moi-même d'un échange, mais qu'il puisse consacrer quelques instants à entendre quelques-uns de nos concitoyens habitant dans nos quartiers populaires fragilisés, tant pour se faire une idée plus précise de l'impact terrible de la situation sur la vie de nos résidents que pour leur témoigner la compassion et l'attention que l'État doit porter à la réalité qu'ils subissent.

Cela n'a pas pu se faire, mais je formule le vœu que le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, avec lequel je me suis entretenu au téléphone et dont la visite est annoncée chez nous dans les prochaines semaines, puisse accepter cette rencontre avec quelques Seynois en détresse.

Je serai moi-même reçu par M. Philippe mardi prochain à Paris. Je lui dirai que, de l'avis de tous les spécialistes de la sécurité, de la rénovation urbaine et de l'accompagnement social des habitants des quartiers prioritaires, la situation seynoise est d'autant moins inéluctable que la violence criminelle est relativement nouvelle et qu'il est possible de l'éradiquer si des ressources humaines et logistiques sont allouées à la police, et que la rénovation urbaine réalisée à Berthe a considérablement diminué les lieux offrant des possibilités de « zones de non-droit » tandis qu'il pourra en être de même au centre-ville lorsque les crédits seront enfin débloqués.

 

LA SITUATION N'EST PAS INÉLUCTABLE DANS UN TERRITOIRE EN PLEIN ESSOR

J'expliquerai au Premier Ministre que c'est d'autant plus vrai que, pour peu qu'on leur redonne les moyens dont ils disposaient il y a quelques années, les acteurs publics et associatifs de l'éducation scolaire et périscolaire, de la prévention, de la formation et l'insertion professionnelle, du sport et de la culture, ont prouvé leur volonté et leur capacité à faire des merveilles pour éviter que les enfants, les adolescents, les jeunes et les nouveaux majeurs, premières cibles de la prédation opérée vers la délinquance par des criminels endurcis, soient protégés et se voient ouvrir d'autres perspectives de vie que le chaos mortifère qui semble aujourd'hui constituer leur unique horizon.

Une ville et une métropole qui se rénovent, qui changent d'image, qui connaissent une formidable redynamisation de leurs économies de l'industrie, de la recherche et des hautes technologies marines, des services, de la culture, du loisir et du tourisme, créant des centaines d'emplois, ne peuvent laisser une partie de leur peuple sur le bord du chemin de leur renouveau. Ce ne serait pas digne d'une République égalitaire.

3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 05:01

En rentrant, ce samedi, d'une visite de remerciement et d'encouragement aux personnels communaux qui, toute la journée, ont présenté au Parc Braudel des Sablettes, sous forme d'animations de découverte des disciplines, la vingtaine d'activités sportives proposées aux petits et grands par les écoles municipales de sports pour l'année 2018-2019, je n'ai pas pu m'empêcher de me questionner, non sans inquiétude, sur la capacité de la Ville à pérenniser cette offre, existant depuis plus d'un demi-siècle, de service public presque gratuit (20 euros par année pour les enfants...).

C'est que, chaque année, la situation budgétaire des collectivités locales est rendue plus précaire par des politiques publiques d'État toujours plus contraignantes. Les subventions n'arrivent plus. Les dotations ont baissé durant quatre ans. Si elles sont stables aujourd'hui, l'État brandit la menace d'en retenir une partie si les collectivités ne respectent pas le « pacte financier » qu'il leur impose, les obligeant à contenir chaque année l'augmentation de leurs dépenses bien en dessous du taux de l'inflation. Donc, de fait, à réduire l'offre de service public, alors même que les inégalités s'accroissent dans les populations et que, dans une république qui s'affiche égalitaire, c'est justement elle qui permet de compenser quelque peu les différences de situations sociales et économiques entre les citoyens...

 

FAUT-IL ABONDONNER LE LOISIR ÉDUCATIF ET SOCIAL AU SECTEUR MARCHAND ? 

Et ce n'est ni sur l'État Civil, ni sur l'entretien des écoles, ni sur aucune des compétences obligatoires dévolues aux communes, qu'on peut économiser. C'est sur les coûts des services que, souvent depuis des décennies, les villes ont volontairement développés pour le bien-être de leurs habitants et la qualité de vie locale : le sport, la culture, l'accompagnement éducatif, les loisirs, la solidarité, le soutien à la vie associative... Devra-t-on abandonner ? Les plus aisés achèteront-ils ces services au secteur privé marchand toujours prêt à investir de nouveaux champs économiques abandonnés par la sphère publique, tandis que les plus pauvres y renonceront, se privant d'éveil de leurs consciences, de connaissances, de beauté, de sensibilité, de bien-être, de prévention sanitaire, de vivre ensemble, de temps libres actifs et instructifs ?

 

UNE RENTRÉE DES CLASSES ASSOMBRIE PAR UNE POLITIQUE... DE CLASSE

Cette situation est d'autant plus grave que le gouvernement, comme d'autres auparavant, au mieux fait un pari hasardeux, au pire agit délibérément pour plaire aux plus nantis de la finance internationale. Il compte que la redynamisation sera au rendez-vous au bénéfice de tous, en serrant la vis du service public, y compris celui qu'il assure lui-même, et celle des ménages, des salariés, des retraités, des artisans et petits entrepreneurs, pour dégager des moyens considérables pour aider l'économie du capital. C'est feindre de méconnaître les appétits féroces du monde de la finance et des grands patrons et actionnaires qui prennent les cadeaux sans investir vraiment dans la valeur travail, seul moyen réel de relancer la consommation des ménages.

Ça s'appelle une politique de classe. On réduit les aides au logement et on supprime les emplois aidés, mais on exclut le capital de l'imposition sur la fortune. On accroît la contribution sociale généralisée, y compris sur les pensions de retraite, mais on instaure un bouclier fiscal pour les revenus du capital. On limite l'accroissement annuel des prestations sociales à 0,3% alors que l'inflation est prévue à au moins 1,7%, mais on diffère la suppression du crédit d'impôt pour la compétitivité des entreprises, doublant, avec la baisse des cotisations, la largesse de quelques 20 milliards d'euros de trésorerie accordée sur les fonds publics au patronat. On exonère de cotisations les heures supplémentaires, soi-disant pour donner du pouvoir d'achat, mais on fragilise ainsi l'emploi salarié si l'on en croit le très sérieux Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) qui prévoit une perte de 19.000 postes. Et on pourrait multiplier les exemples de mesures prises depuis 2018 – voire avant – ou annoncées pour 2019...

 

UN SERVICE PUBLIC ASPHYXIÉ PEUT-IL POURSUIVRE SON RÔLE RÉGULATEUR ? 

Or, malgré cette casse assumée de l'État social, la dynamique économique n'est pas au rendez-vous. La croissance s'est limitée à 0,2% au cours des deux premiers trimestres de cette année, soit la moitié de celle de la zone euro. Comment pourrait-il en être autrement avec des ménages contraints à plus de contributions et dont la petite hausse de 0,5% du salaire net a été aussitôt anéantie par l'inflation, obligés de puiser dans leur épargne pour tenter de maintenir leur consommation ?

Dans sa présentation des orientations budgétaires de 2019, le Premier Ministre a confirmé il y a une semaine cette feuille de route qui ne bénéficie nullement aux citoyens. Éludant le sujet fâcheux du budget public de l'État en n'évoquant que la disparition programmée de 4.500 emplois de fonctionnaires nationaux, il s'est bien gardé d'aborder les intentions gouvernementales en matière de collectivités locales au bord de l'asphyxie.

Depuis les élections municipales de 2014, par rapport au mandat municipal précédent, on a vu croître de 32% le nombre de maires démissionnaires. Cette réalité exceptionnelle est symptomatique de la rudesse avec laquelle les communes sont désormais considérées. Ce sont pourtant elles qui sont en première ligne pour amortir pour leurs habitants, des plus pauvres aux classes moyennes, le choc des politiques publiques nationales et européennes.

Moi, je veux que La Seyne continue à offrir des écoles municipales de sports, des centres d'éveil aux arts, au théâtre, à la musique, des médiathèques, des lieux d'activités périscolaires, de l'animation pour nos seniors, de l'aide aux initiatives associatives sur toutes les thématiques. Ma détermination demeure sans faille en cette rentrée.

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 

 

Mes engagements

 

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var