11 mai 2022 3 11 /05 /mai /2022 06:33

Une nouvelle fois, mes successeurs à la mairie usent de la contrevérité pour se dédouaner de leur responsabilité. Et, abusivement mis en cause dans les propos rapportés par Var-Matin, je me dois de rétablir la vérité.

 

Le projet immobilier de Bois Sacré ne date pas, comme l’assène mensongèrement le premier adjoint à la maire, « de l’ère Vuillemot », faisant écho au rappel de la maire à la presse que le permis de construire date de « la précédente mandature ».

 

Non ! C’est la droite, sous la municipalité d’Arthur Paecht et la présidence de Robert Beneventi du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), qui a classé en 2006 le site en « zone d’urbanisation dense ».

 

 

PLUSIEURS ANNÉES D'EFFORTS POUR RESTREINDRE LA CONSTRUCTION

 

Notre équipe n’a eu de cesse, au contraire, dès ma première élection en 2008, de réduire les droits à construire sur ce site comme sur bien d’autres.

 

Nos élus successifs chargés de l’urbanisme, Claude Astore, Denise Reverdito, Cécile Jourda et Robert Teisseire, à l’écoute de l’expertise des fonctionnaires communaux, ont refusé d’attribuer un premier permis, ont modifié le Plan local d’urbanisme (PLU), ramenant de plus de 50.000 à 23.000 m2 la surface constructible et de plus de 700 à 350 le nombre de logements, et ont obtenu de l’État qu’il impose une étude d’impact contraignant encore plus la construction.

 

 

LA LOI, C'EST LA LOI, MÊME POUR Mme BICAIS ET M. COLIN !

 

Mais, comme le rappelait Var-Matin dans un article du 30 avril 2014, « juridiquement, la collectivité ne peut pas refuser à un privé [le promoteur Constructa, acheteur] de bâtir sur un terrain privé [le groupe Total, vendeur], s'il respecte les prescriptions d'urbanisme ».

 

Un maire se doit de respecter la loi. D’ailleurs, tous ceux qui ont tenté de faire annuler le permis de construire par la justice administrative s’y sont cassé les dents.

 

 

APPLIQUER LA LOI MAIS OBTENIR DES CONTREPARTIES SOCIALES ET ENVIRONNEMENTALES

 

Ce furent alors des mois de négociations avec Constructa ayant abouti à ce que 40 % des logements soient sociaux, pour répondre aux besoins et réduire l’amende de carence que l’État impose aux Seynois, à ce que les espaces verts dépollués par le constructeur soient ouverts au public, à ce qu’un équipement public, en l’occurence une crèche, soit intégré au programme, et à ce que, pour les 400 postes de travail nécessaires à la réalisation de la résidence, dont 100 emplois directs, il y ait une obligation de 10% d'heures travaillées réservées à des parcours d'insertion pour des personnes de notre aire urbaine très éloignées de l'emploi, programme d’ailleurs soutenu par la Région sur l’intervention de Mme Torres, élue municipale et régionale de droite.

 

Et ce fut enfin la négociation avec la Métropole, ayant permis l’obtention, pour réduire l’impact néfaste de la circulation routière en incitant et facilitant la desserte par les transports en commun, de la création d’un embarcadère de bateaux-bus et du prolongement du tracé du site propre du bus à haut niveau de service (BHNS) jusqu’à Bois Sacré.

 

 

INQUIÉTUDE POUR LA SEYNE ENTRE LES MAINS D'APPRENTIS SORCIERS

 

Les engagements à accomplir l’impossible, c’est utile dans une campagne électorale. En responsabilité, la réalité imparable du droit républicain vous rattrape. Il aura fallu deux ans pour que la municipalité le réalise.

 

Pourvu que l’impact budgétaire des stratégies d’apprentis sorciers de Mme Bicais et M. Colin sur cette affaire ne soit pas dévastateur pour les finances communales.

 

 

QUELQUES ARTICLES POUR SE RAFRAICHIR LA MÉMOIRE...

 

> Article « Bois Sacré : la Loi l'est aussi (sacrée), et la qualité de vie également (1/2) »

 

> Article « Bois Sacré : la Loi l'est aussi (sacrée), et la qualité de vie également (2/2) »

 

> Article « Programme de Bois Sacré : un compromis sous forme d'un bol d'air pour l'emploi »

Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 09:39

Mes amis et anciens collègues élus des territoires urbains fragiles de la République m'ont invité à prendre part à la présentation de la « Harangue à la Nation » qu'ils ont lancée, portant la parole des 1514 quartiers prioritaires de France, à l'adresse de l'État, des candidats à l'élection présidentielle, et de l'ensemble des Français.

 

De droite, du centre, des gauches et de l'écologie, regroupés au sein de l'Association des Maires Ville & Banlieue de France, que j'ai présidée de 2015 à 2020, ils ont une nouvelle fois parlé d'une même voix ce jeudi au cœur de La Goutte d'Or, ce quartier populaire parisien où nous accueillait Anne-Claire Boux, élue de l'arrondissement, pour que notre nation, comme l'a relevé une journaliste du Monde, « ne cède pas aux discours de haine qui saturent le débat public ».

 

 

Même si La Seyne a, de façon incompréhensible, quitté cette association transpartisane, les Seynois de Berthe et du centre-ville doivent savoir qu'ils peuvent compter sur des élus de toute la France engagés pour que le pays ne les abandonne pas.

 

Après la présentation d'une vidéo de quelques minutes (ci-dessus), ils ont longuement échangé avec la presse nationale et régionale sur un ensemble de constats et d'analyses qu'ils soumettent à la réflexion de la plupart des candidats à l'élection présidentielle.

 

J'écris "la plupart” car il en est certains, ceux de l'extrême-droite raciste et totalitaire, qu'ils ont jugé à juste titre inutile de convaincre au regard de leurs discours porteurs de haine et de discorde civile qu'il ont d'ailleurs déjà condamnés.

 

Première vice-présidente de Ville & Banlieue, Catherine Arenou, maire de Chanteloup-les-Vignes, a relevé que « c'est la première fois de [sa] vie politique [qu'elle] entend les habitants de nos quartiers être autant vilipendés ». 

 

Elle a ajouté que « nous contestons fermement les idées reçues qui associent mécaniquement nos quartiers à l'échec, à la délinquance ou au communautarisme. Ces déviances ne concernent qu'une minorité bruyante. ». Un propos d'une élue de droite que certains autres élus de droite de chez nous pourraient méditer...

 

Avec la passion qui les anime, forgée par leur investissement du quotidien en faveur de l'égalité et la fraternité républicaines, chacun d'eux a plaidé pour que la Nation reconnaisse enfin que, comme ce fut d'une aveuglante évidence tout au long de la crise sanitaire, les habitants des quartiers populaires « ont soigné, nettoyé, servi, accueilli », qu'elle « a besoin d'eux », et que, en retour, « ils ont besoin d'elle »

 

Dénonçant les inégalités flagrantes que subissent les résidents de nos grands ensembles et nos centres-villes dégradés au travers de nombreux exemples, dont certains sont illustrés par une série de courtes "capsules vidéo" (ci-dessous), ces élus de toutes familles politiques ont appelé d'une même voix à la création d'une « cour de justice d'équité territoriale » pouvant être saisie pour que soit imposée à la puissance publique par décision judiciaire la correction des inégalités constatées.

 

Ils appellent seulement la Nation à exercer son devoir républicain, comme elle doit d'ailleurs le faire dans le monde rural, lui aussi victime des mêmes types d'abandon.

 

C'est vrai dans les domaines de l'accès à l'éducation, à la formation professionnelle et à l'emploi, du logement, des énergies, du cadre de vie et de la transition écologique, de la santé et l'alimentation saine, des mobilités, de l'accès à la culture, de la pratique des sports et du droit aux loisirs émancipateurs, du vivre-ensemble dans la sécurité, de la vie sociale, démocratique et citoyenne.

 

Ces élus des communes et intercommunalités, grandes et petites, de métropole et des outremers, ne sont pour autant pas dans une démarche de présentation d'un catalogue de suggestions, de propositions, voire d'exigences, comme le font en direction des candidats de nombreux groupes d'influence à l'approche des échéances électorales.

 

C'est au contraire une invitation à ceux qui envisagent de présider aux destinées du pays à la réflexion et à l'échange, en retour de la formulation d'une volonté exprimée par les habitants d'être eux-mêmes reconnus comme actifs, imaginatifs, entreprenants, ainsi qu'en atteste la multitude d'initiatives économiques, sociales, associatives et citoyennes qui germent et s'exercent avec brio dans tous les quartiers populaires.

 

Ce n'est rien d'autre que l'expression de l'ambition d’une réconciliation républicaine par une relance d’un contrat social universel, un souffle nouveau et une dynamique, pour une nouvelle ambition, une nouvelle méthode de co-production et d’animation pour des solutions locales d’intérêt national, et le déploiement vital de moyens renforcés du droit commun.

 

Aux acteurs actuels de l'État, aux prétendants à ces fonctions, et à l'ensemble des Français, de tendre l'oreille, de réfléchir, de se projeter. Et, autant que possible, de répondre.

 

Nos acteurs politiques locaux, puisque La Seyne et la métropole toulonnaise sont concernés, pourraient aussi s'exprimer sur le sujet...

 

QUELQUES "CAPSULES VIDÉO" D'UNE MINUTE...

 

ET POUR LIRE LA « HARANGUE À LA NATION »,

CLIQUEZ SUR LA PHOTO CI-DESSOUS...

 

CLIQUEZ SUR LA PHOTO

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR LA PHOTO

 

Repost0
16 février 2022 3 16 /02 /février /2022 16:56

J'ai des amis macronistes.

 

Parmi eux, il en est trois qui comptent vraiment pour moi, et auxquels je me dois de demander comment ils peuvent admettre et supporter, voire défendre, le sale coup fait au droit au logement pour tous qui s'est joué ces derniers jours avec le vote au Parlement de la loi 3DS démantelant un pan vital de la loi "Solidarité et Renouvellement Urbains" (SRU) qui imposait aux communes de garantir dans un délai raisonnable une offre de 25% d'habitat social.

 

Un sale coup qui nie jusqu'aux fondamentaux de la nation républicaine. Et qui ne peut laisser indifférents mes amis macronistes.

 

 

SCANDALE : TROIS FOIS PLUS DE TEMPS ACCORDÉ AUX COMMUNES POUR ATTEINDRE 25% DE LOGEMENTS SOCIAUX !

 

Sous la pression du Sénat majoritairement à droite, le texte législatif triple désormais le délai consenti par l'État aux communes réfractaires à l'obligation légale de production de logements sociaux pour qu'elles se mettent en règle.

 

Autant dire que, dans notre département du Var, qui figure parmi les champions de la carence en logement social, les 27.500 familles qui attendent depuis des années dans l'angoisse d'avoir un toit à un coût locatif compatible avec leurs revenus ne sont pas près de voir le bout du tunnel.

 

Et j'en reviens aux macronistes de mes amis. Je les évoque ci-après du plus âgé à la plus jeune, ils se reconnaitront, et certains des visiteurs de mon blog les reconnaîtront. L'un d'eux était socialiste comme moi et a compté au nombre de mes bras droits lorsque j'étais maire. Le second, aussi impliqué à mes côtés en ayant eu, avec toute ma confiance, la charge de présider notre défunt office municipal d'HLM, émargeait au parti souverainiste très à gauche fondé par Chevènement. La troisième, qui fut également conseillère municipale dans une des équipes que j'animais, celle de 2008-2014, a assumé avec brio la responsabilité départementale du mouvement des jeunes communistes.

 

 

ÊTRE MACRONISTE, À LA RIGUEUR... MAIS PEUT-ON ÊTRE ANTI-RÉPUBLICAIN ? 

 

Leurs transitions vers le macronisme n'ont évidemment en rien entaché nos amitiés. Peut-être était-ce moi, me disais-je, qui, arcbouté sur des doctrines d'une autre époque, ne comprenais pas qu'on pouvait faire dans le « ni-ni », même s'ils ne m'en voulaient pas de ne pas être dans l'air du temps. Comme je ne les ai jamais blâmés d'emprunter d'autres routes.

 

Mais, là, c'est à moi de les interpeler. On n'est plus le « ni-ni », mais dans le déni. Le déni d'une réalité politique anti-républicaine qui s'étale aux yeux de tous, et forcément d'eux-mêmes. Cette réalité dépasse gravement le « ni de droite - ni de gauche » car elle bafoue les fondements républicains de notre nation... celle-là même qui, disposant du cinquième produit intérieur brut du monde, ne peut arguer du manque de moyens pour justifier son indicible mépris du droit à un logement accessible.

 

Le droit au logement est en effet considéré en France comme découlant de la rédaction des dixième et onzième alinéas du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946. C'est un texte à valeur fondamentale :

« 10. – La Nation assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.
« 11. – Elle garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence. »

 

Se fondant sur cette déclaration, le Conseil constitutionnel a d'ailleurs considéré que « la possibilité de disposer d’un logement décent est un objectif à valeur constitutionnelle ». C'était il y a près de trente ans, en 1995.

 

 

AMIS MACRONISTES ISSUS DES GAUCHES, REVENEZ AU BERCAIL

 

Alors, amis macronistes issus des familles de pensée humanistes, vous ne pouvez accepter ce qui vient d'être voté. Ç'en est fini des illusions. Il est l'heure pour vous de rentrer au bercail. Nous vous attendons.

 

Et puis, regardez, dans notre région, qui sont ceux qui vous rejoignent désormais. Soyez réalistes, ce qui est en train de se jouer, ce n'est que le retour à la partition des partis des droites que nous avons connue jadis : l'UNR face au CNIP, puis l'UDR face aux RI, puis le RPR face au PR, qui ont tous fini par tactiquement se retrouver dans l'UMP puis LR. Et qui, maintenant, tout aussi stratégiquement, s'éloignent de nouveau, une partie d'entre eux ayant bien compris que leur droite libérale est incarnée par Macron et son parti LREM et ses satellites.

 

Les amis, croyez-vous franchement que vos nouveaux compagnons de marche Christian Estrosi, Renaud Muselier ou Hubert Falco, qui sont certes des républicains respectables, partagent vos visions progressistes, par exemple sur la traduction dans les communes de leurs territoires... du droit de chacun à disposer d'un toit ?

Repost0
27 janvier 2022 4 27 /01 /janvier /2022 11:57

L'Association des maires Ville & Banlieue de France, dont font partie des dizaines de communes et d'intercommunalités, dont notre métropole toulonnaise, interpelle à nouveau l'État.

 

Un an après la tenue d'une réunion du Conseil interministériel des villes (CIV), obtenue non sans que 200 maires aient dû lancer un appel au secours, des choses ont bougé pour que le plan de relance n'oublie pas nos communes fragiles, mais il reste beaucoup à faire dans un contexte de pauvreté croissante qu'aggrave la crise sanitaire.

 

C'est pour rappeler que « le monde d'après reste à construire » que les maires et présidents d'intercommunalités de Ville & Banlieue, de toutes tendances politiques, viennent de prendre une nouvelle position...

 

 

Repost0
28 novembre 2021 7 28 /11 /novembre /2021 06:07

Les fortes pluies de ces derniers jours n'ont hélas rien d'exceptionnel. La Seyne est habituée à ces événements climatiques méditerranéens qui noient chaque année une partie de la ville. Et il n'y a pas vraiment de solution curative pour les zones très anciennement urbanisées.

Ceci étant, notre plan local d'urbanisme impose à chaque aménagement récent, privé ou public, des mesures préventives que les constructeurs doivent respecter.

Ça me rappelle un événement survenu il y a deux ans, que certains, à quelques mois de l'élection municipale de 2020, s'étaient empressés d'instrumentaliser...

 

La Seyne s'est bâtie au niveau de la mer sur les anciens marécages du fond occidental de la Rade de Toulon. Lorsqu'il pleut, la configuration géographique des bassins versants est telle que les ruissellements des collines entourant la vieille ville dirigent vers elle des masses importantes d'eau de pluie. Ce n'est pas pour rien que nos anciens ont appelé « Lo Regonfle » (prononcer lou ré'gounflé – voir la définition en fin de cet article) le ruisseau (en Provence, on dit le vallat) qui se jette au sud-ouest du port. En outre, lorsqu'il fait mauvais temps, la pression atmosphérique est faible et le niveau de la mer s'élève (ne croyez pas que l'eau du port monte jusqu'à déborder des quais uniquement parce que la pluie remplit la Méditerranée !), l'impétueux vent d'est ("lo levantàs" – prononcer lou lévantass) souffle vers la ville et y pousse les hautes vagues formées dans la Rade. Un mur d'eau de mer s'élève face aux eaux de ruissellement, faisant barrage à leur évacuation. Et la ville se remplit.

C'est ce qui s'est passé ce jeudi soir, comme le montre la photo ci-dessus de la place Germain-Loro, en haut du marché, récemment rénovée, où voitures et piétons ont baigné dans quarante centimètres d'eau.

 

FAIRE TORNADE DE TOUTES EAUX...

Et c'est là que, les mollets dans l'eau, j'ai eu une pensée pour des donneurs de leçons sarcastiques d'hier. Je m'interdis de blâmer leurs amis aujourd'hui aux affaires car, malgré la réfection totale du réseau pluvial de l'endroit qui a précédé les jolis aménagements de surface de cette belle place publique d'entrée de la vieille ville, il leur aurait été impossible de mieux faire.

Ceux-là, en revanche, ne s'étaient pas gênés, à l'automne 2019, pour faire monter la sauce et attiser la colère à l'endroit de la Ville des résidents d'un immeuble récent proche du cœur historique, lorsque son sous-sol a connu une grave submersion. Que n'ai-je pas entendu alors !...

CLIQUEZ SUR L'ARTICLE POUR L'AGRANDIR

 

Et pourtant, rien n'a pu être reproché aux services de l'urbanisme de la commune et de la Métropole, ainsi que j'avais dû l'expliquer dans le quotidien Var-matin (cliquez sur l'encadré rouge pour l'agrandir).

Mais, pour certains, en période de campagne électorale, tout est bon pour discréditer le concurrent.

C'est une façon de faire vivre la démocratie. Ce n'est pas la mienne. Peut-être à tort, comme me l'ont dit certains de mes proches ?...

 

 

Lou tresor dóu Felibrige - Frédéric Mistral - Tome premier, p. 209 - 1878

 

Repost0
12 octobre 2021 2 12 /10 /octobre /2021 02:17

Il faudrait faire preuve d'une coupable inconséquence pour renier aujourd'hui ce que l'on projetait hier. La municipalité a raison d'entamer le chantier imaginé il y a trois ans pour « apaiser le centre-ville » en élargissant la zone piétonne.

Ce sera un vrai changement indispensable pour la redynamisation de notre ville historique. Mais cela suppose une véritable, constante et large association des riverains, des usagers, des commerçants et professions de services à la définition des stratégies de mise en place pour leur environnement urbain. Il faut donc « se hâter lentement ». Et, sans faire de procès d'intention, c'est peut-être là qu'un effort est à accomplir.

 

LA CONCERTATION CITOYENNE EST UN DEVOIR, C'EST MÊME UNE OBLIGATION LÉGALE

La concertation citoyenne est d'ailleurs imposée par la Loi. Le fonctionnement permanent du « conseil citoyen », composé d'habitants du quartier officiellement installés par arrêté du préfet après une procédure de désignation, accompagnant les décideurs pour la conception, la programmation et le suivi de la réalisation de chaque opération du « nouveau programme national de rénovation urbaine » (NPNRU) de notre centre-ville, est une obligation légale. Des représentants de cette instance doivent même siéger au sein du comité de pilotage du NPNRU réunissant l'État, la métropole, porteuse du projet, les collectivités locales, dont la Ville, et l'ensemble des partenaires institutionnels.

À La Seyne, nous disposons en outre d'autres instances permettant aux citoyens volontaires d'enrichir la réflexion, formuler des propositions et contrôler le suivi des opérations : les « conseils de quartiers » qu'animent les « adjoints de quartiers », les « comités d'usagers des services publics », dont celui dédié aux mobilités, la « charte » et les réunions avec la municipalité des « comités d'intérêt local » (CIL), dont celui du centre-ville.

Là où le bât blesse, on espère plutôt par manque d'expérience après seize mois de mandat que par volonté de s'exonérer du recueil des avis des concitoyens, c'est que ces instances, lieux et temps d'échanges, pourtant présentés sur le site Internet de la Ville, sont, à l'exception des CIL, qui sont des associations autonomes, désespérément en quasi sommeil. Ce ne sont pourtant pas des gadgets. Sauf à courir à l'échec, on ne peut décider du cadre de vie et du fonctionnement urbain contre l'avis des gens qui vivent la cité.

 

LA MISE EN ŒUVRE D'UN PROJET INITIÉ AVEC LES CITOYENS PAR L'ANCIENNE MUNICIPALITÉ 

La chance qu'a la municipalité, c'est que, justement, pour l'élaboration du projet et de la programmation du NPNRU du centre-ville, les concertations ont bien eu lieu durant des mois, voire des années, pour aboutir fin 2019 au projet global de rénovation dont la métropole, porteuse du projet, a pu entamer la mise en œuvre avec la place Germain-Loro qui en fut la première réalisation, sous le mandat de l'équipe municipale élue en 2020.

Ainsi, si l'on compare (ci-dessous) le plan de site piétonnier que la métropole a arrêté avec les citoyens, mon équipe municipale et les financeurs publics en 2019, et celui que présente aujourd'hui la Ville pour le compte de la métropole, on notera une quasi parfaite similitude. En outre, le calendrier est respecté. Il ne reste plus qu'à entreprendre un effort d'information, d'explication, d'écoute des suggestions d'amendements et d'améliorations, et d'accompagnement pédagogique constant de la mise en œuvre. Surtout, pour garantir le succès, ne rien imposer malgré les inévitables changements d'habitudes que cela entraînera !

Moi, je serais ravi que la réussite de cette « piétonnisation » espérée soit au rendez-vous, comme je l'ai été lorsqu'a été inaugurée la nouvelle place Germain-Loro que nous avions conçue et dont nous avions obtenu le financement. Et peu importe qui de la réalisation tirera la couverture politicienne à soi.

 

 

 

 

Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 13:27

Si l'on se rend sur la page du site Internet de la Ville dédiée aux documents soumis à la concertation citoyenne pour le « Nouveau programme national de rénovation urbaine » (NPNRU) du centre ancien de La Seyne, on accède à un certain nombre de jolies plaquettes qui s'apparentent plus à des prospectus publicitaires qu'à des dossiers officiels.

Mais, en cherchant bien, on finit par découvrir les intentions municipales en matière d'accueil de la petite enfance pour le cœur historique de la commune.

Le projet de reconstruction d'une crèche de 70 places, dont seulement 30 % du coût était prévu à la charge de la commune grâce à des aides acquises de l'État et de la Région, est enterré au profit d'un « tiers lieu » offrant... 10 places.

 

UNE CRÈCHE POUR INCITER À L'INSTALLATION DE FOYERS DE JEUNES SALARIÉS NOUVEAUX RÉSIDENTS

Les choses sont claires : alors même que l'axe central du NPNRU est, suivant la loi, le développement de l'habitat par la rénovation, la restructuration d'îlots et la construction de nouveaux immeubles, pour lutter contre l'habitat indigne afin de maintenir les habitants actuels et faire venir de nouveaux résidents dans une logique de mixité sociale, la maire semble faire peu de cas des futures familles dont l'arrivée est tant espérée pour la redynamisation du centre ancien, notamment de jeunes couples de salariés.

Au-delà de cette question d'anticipation des réponses aux besoins des familles, se pose la question du devenir des subventions sur lesquelles les partenaires s'étaient entendus pour financer une crèche neuve de 70 places. Sur un budget de plus de 3 millions d'euros (hors taxes), l'État couvrait la moitié des dépenses et la Région un cinquième.

 

UNE MÉDIATHÈQUE À LA PLACE DE LA CRÈCHE ? D'ACCORD, MAIS ELLE ÉTAIT AUSSI PROGRAMMÉE !

À la place du programme de crèche est désormais prévue la construction d'une médiathèque. C'est également un réel besoin. D'ailleurs, le projet de NPNRU que nous avions élaboré en 2019 prévoyait la création d'un tel équipement. Mais l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), établissement public d'État qui alloue les subventions pour le compte de celui-ci, était explicite : même s'il était reconnu utile, ce type d'équipement ne pouvait être subventionné. Les 4 millions d'euros qui étaient prévus pour sa réalisation seraient entièrement à la charge de la commune. Il paraît dès lors étrange que les nouveaux documents stipulent que cette médiathèque sera « financée par l'ANRU ». À suivre attentivement, donc.

En tous cas, même si l'ANRU a changé son fusil d'épaule (grâce à l'économie résultant de l'abandon de la crèche ?), les Seynois pouvaient espérer deux équipements publics dynamisateurs du cœur de ville, l'un à vocation sociale et éducative, et l'autre à vocation culturelle et d'émancipation. Ils n'en auront qu'un. On fait vraiment table rase du passé. Ce serait étonnant que le président de la métropole, institution porteuse du projet de NPNRU, laisse faire... 

 

 

Pour les dubitatifs, voici les éléments tangibles qui justifient mon analyse :

 

LE PROJET GLOBAL DE LA MÉTROPOLE POUR LE CENTRE-VILLE DE LA SEYNE TEL QU'IL A ÉTÉ VALIDÉ PAR L'ÉTAT (2019)

CLIQUEZ POUR LIRE

 

LE CHAPITRE DU PROJET 2019 RELATIF À LA CRÈCHE, EXPOSANT QU'ELLE EST LE SEUL ÉQUIPEMENT SUBVENTIONNABLE AU TITRE DE L'ANRU

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

L'ANNEXE BUDGÉTAIRE DU PROJET 2019 EXPOSANT LE FINANCEMENT PRÉVU POUR LA CRÈCHE

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

LE CHAPITRE DU PROJET 2019 RELATIF À LA MÉDIATHÈQUE

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

L'ANNEXE BUDGÉTAIRE DU PROJET 2019 EXPOSANT LE FINANCEMENT PRÉVU POUR LA MÉDIATHÈQUE

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

LE NOUVEAU PROJET 2021 POUR LA PETITE ENFANCE EN CENTRE-VILLE N'ANTICIPANT PAS L'ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

LE NOUVEAU PROJET 2021 POUR LA MÉDIATHÈQUE, SIMILAIRE À CELUI DE 2019, MAIS RELOCALISÉ LÀ OÙ DEVAIT ÊTRE CONSTRUITE LA CRÈCHE

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 16:06

Il est des fois où certains feraient bien de s'assurer de la certitude de ce qu'ils avancent avant de parler.

Questionnée par Olivier Andrau, conseiller municipal du groupe d'opposition des gauches et de l'écologie, sur les modalités opérationnelles de l'obligation qui va être faite aux propriétaires de certains immeubles du centre ancien seynois d'entretenir leur façades, la majorité municipale a répondu par une information relayée par le quotidien Var-matin.

Parfait. Sauf que... c'est – en partie – tout faux !

 

En chapeau de son explication, l'adjointe à la maire en charge du dossier de la rénovation urbaine expose que cette nouvelle obligation qui, au passage, ne pose pas de problème sur le fond dès lors que la commune s'engage à aider financièrement les propriétaires, s'appuie sur l'article L.132-1 du code de la construction et de l'habitation.

 

UNE BONNE INITIATIVE... SUR UNE BASE ILLÉGALE

Cet article 132-1 stipule que... « les bâtiments respectent les règles de construction fixées par un plan de prévention des risques naturels prévisibles tels que les inondations, les mouvements de terrain, les avalanches, les incendies de forêt, les séismes, les éruptions volcaniques, les tempêtes ou les cyclones »... Bigre ! Les façades ont intérêt à être costaudes !!!

La municipalité s'appuie en fait sur un article de 1999 du code de la construction et de l'habitation qui a depuis été abrogé par le Législateur. Quand je pense au nombre de fois où je fus qualifié d'incompétent par l'ancienne opposition aujourd'hui aux affaires, ça me laisse rêveur...

 

ALLEZ, UN PETIT COUP DE MAIN POUR RENTRER DANS LES CLOUS...

Mais, souhaitant être constructif, je m'autorise à guider l'adjointe à la maire vers l'article 126-2 du même code qui pourrait lui rendre service. Sauf que cet article n'impose pour l'instant une obligation "de propreté" des façades qu'à... la Ville de Paris.

Bien sûr, La Seyne pourrait solliciter l'État, après en avoir délibéré en conseil municipal, afin de confirmer le droit d'injonction de ravalement des façades au regard du nouvel article de la loi, dont elle bénéficie, à l'initiative d'Arthur Paecht, pour les façades du port, depuis 2002. Ça ne devrait pas poser grand problème.

Les propriétaires peuvent donc pour l'instant dormir tranquilles. Toutes les menaces proférées ne reposent que sur un fondement administratif qui reste à confirmer. Mais ça ne signifie pas qu'ils ne doivent pas s'en préoccuper. C'est à leur esprit civique que la commune doit surtout faire appel, tant il est important que chacun, en fonction de ses moyens, prenne sa part dans l'embellissement de notre centre-ville.

 

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Rénovation urbaine - aménagements et habitat
27 septembre 2021 1 27 /09 /septembre /2021 18:13

Si elles n'en ont pas le monopole, et malgré les indicibles difficultés urbaines, sociales et économiques qu'elles rencontrent au quotidien, les communes et intercommunalités abritant sur leurs territoires des quartiers populaires urbains vulnérables n'en sont pas moins parmi les plus actives, voire parmi les pionnières, pour imaginer et mettre en œuvre des solutions vers la transition écologique et sociale.

La Seyne n'est d'ailleurs pas en reste en ce domaine depuis une quinzaine d'années. Il faut souhaiter qu'elle continue dans cette voie.

 

UN RAPPORT-GUIDE SUR LES MOYENS DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOCIALE

C'est à l'occasion de la réunion annuelle de l'Assemblée générale de l'Association des maires Ville & Banlieue de France, au sein de laquelle mes anciens collègues m'ont demandé de continuer à m'investir bien que je n'exerce plus de mandat électif, que nous avons rendu public un rapport sur le financement de la transition écologique et sociale dans les villes de banlieue, élaboré par l'Agence France Locale (AFL), la banque des collectivités locales, avec l'appui de notre association d'élus locaux et de dix de ses communes adhérentes.

L'intégralité de ce rapport est disponible en ligne sur le site de l'AFL en cliquant ICI ou sur l'image illustrant cet article. Pour ceux qui voudraient le survoler, une présentation synthétique est aussi disponible en cliquant ICI.

il est regrettable que la municipalité de La Seyne ait choisi le repli sur elle-même en quittant en 2020 l'association Ville & Banlieue. Elle aurait pu participer à cette étude, valoriser ses réalisations, tant au quartier Berthe que dans son centre ancien (et ailleurs aussi, mais le sujet de l'étude est centré sur les quartiers prioritaires), pour en porter témoignage et faire des émules.

 

LA SEYNE AURAIT PU VALORISER SON ACTIF ÉCOLOGIQUE ET SOCIAL

Entre autres projets aboutis que notre commune peut mettre à son actif depuis le milieu de la première décennie du millénaire et qui auraient pu trouver leur place dans le rapport d'étude désormais diffusé auprès des 35000 communes de France, on se remémorera quelques éléments d'une liste loin d'être exhaustive : les jardins partagés, les plantations en ville, la création de la ferme municipale du Domaine de Fabrégas fournissant nos cantines scolaires en produits bio, l'énergie produite par notre réseau de chaleur de l'usine d'incinération des ordures ménagères, par notre centrale d'échanges thermodynamiques de l'eau de mer, par les dispositifs photovoltaïques des HLM et espaces publics, l'isolation thermique lors des rénovations des HLM et des opérations d'amélioration de l'habitat du centre ancien, la tarification écologique et sociale de l'adduction d'eau potable, de l'électricité et du gaz, l'accroissement de nos zones naturelles et agricoles, les voies piétonnes et cyclistes, la réalisation anticipée d'une partie du tracé pour le futur transport en commun en site propre, l'engagement des élus pour obtenir le futur RER toulonnais, les clauses d'insertion de nos marchés publics, le soutien aux structures d'insertion sociale et professionnelle par la production, aux chantiers d'insertion, au "repair'café" et au "SEL" (système d'échange local) associatifs, la dynamique de nos conseils de quartiers, de nos conseils citoyens et autres comités d'usagers de nos services publics...

 

LA SEYNE DOIT POURSUIVRE DANS LA VOIE OUVERTE IL Y A QUINZE ANNÉES

Et il y a encore tant à faire, ce que, d'ailleurs, notre équipe avait proposé en 2020 à nos concitoyens de mettre en œuvre en leur présentant "Nos 30 engagements pour la transition" qui ne sont pas protégés par quelque droit d'auteur et que mes amis élus écologistes et de gauche siégeant aujourd'hui dans l'opposition municipale gardent à l'esprit pour formuler de façon constructive des suggestions utiles à la majorité communale.

Car il faut continuer dans ces voies écologiques, sociales et citoyennes, avec nos habitants, à commencer par les plus en rupture sociale, sanitaire et économique qui représentent plus du quart de notre population, comme avec nos entreprises et nos associations. Puisse le rapport en forme de guide utile sur le financement de la transition écologique et sociale que nous venons de publier ouvrir des pistes pour l'actuelle équipe municipale...

 

PRÉSENTATION DU RAPPORT LORS DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE "VILLE & BANLIEUE" À L'HÔTEL DE VILLE DE LYON LE 23 SEPTEMBRE 2021

 

Repost0
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 06:51

Une amie proche de la majorité régionale de droite m'a dit que j'exagérais en affirmant dans un article de ce blog que le Conseil régional que préside M. Muselier avait abandonné les habitants vulnérables des quartiers populaires urbains.

En appui à son propos, elle m'a rappelé la forte implication de la Région dans le financement des opérations de rénovation et reconstruction de l'habitat, de requalification ou création d'équipements publics, de voiries et d'espaces extérieurs, que mènent les intercommunalités, les communes et les bailleurs sociaux.

C'est vrai, sauf que...

 

LES FINANCEMENTS ONT ÉTÉ DÉCIDÉS PAR LA GAUCHE RÉGIONALE

Sauf que, dans le cadre du Programme national de rénovation urbaine (PRU), les conventions prévoyant les financements respectifs de l'État, des diverses collectivités et établissements publics, ont toutes été signées entre 2005 et 2011, c'est-à-dire sous les mandats de M. Vauzelle, socialiste qui présidait la Région avec une majorité composée des gauches et de l'écologie. Sauf à déclencher bon nombre de tempêtes locales, il aurait été difficile à MM. Estrosi et Muselier, élus en 2015, de revenir en arrière sur les engagements de leur prédécesseur.

En revanche, ce sont bien ces deux présidents successifs de droite qui sont signataires des protocoles concernant la deuxième vague d'opérations de rénovation s'inscrivant dans le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU). Les accords de financements partagés sont en effet intervenus entre décembre 2015 et novembre 2019.

 

LA DROITE RÉGIONALE, C'EST PRÈS DE 30% D'ENGAGEMENTS EN MOINS DANS LES PROTOCOLES DE PRÉFIGURATION

Et, si l'on compare le taux d'implication budgétaire de la Région dans les opérations qui ont concerné ou concernent aujourd'hui les quartiers fragiles des trois métropoles régionales, Marseille, Nice et Toulon, entre les derniers mandats de M. Vauzelle (2004-2015) et celui de MM. Estrosi et Muselier (2015-2021), on constate à l'aide d'une simple feuille de calcul d'un tableur (voir ci-dessous), que l'engagement régional en appui aux territoires a été réduit de 27,7 %, ce qui n'est pas rien !

 

Ce ne sont pas seulement les résidents des grands ensembles des d'HLM et centres anciens dégradés qui ont à souffrir de ce frein. Tous les habitants des métropoles profitent des nouveaux équipements éducatifs, culturels et sportifs, des espaces de "nature en ville", des voiries restructurées et du désenclavement, ou de la redynamisation artisanale et commerciale, qui résultent de ces opérations. Ce sont aussi des milliards d'euros investis par la puissance publique dans l'économie du bâtiment et des travaux publics, qui servent la dynamique des territoires et l'emploi.

Mais il n'est jamais trop tard pour se racheter de ses erreurs. On n'en est qu'aux "protocoles de préfiguration", c'est-à-dire aux dispositifs "en modèle réduit" qui précèdent les signatures des conventions NPNRU définitives prévoyant les opérations d'ampleurs semblables à celles de la première vague de rénovation (PRU). Une nouvelle majorité régionale des gauches et de l'écologie peut toujours redonner une nouvelle impulsion à une politique républicaine qui, en période de crise, sert les intérêts de toute une population. Le "Rassemblement écologique et social" s'y engage.

 

 

MÉTHODOLOGIE DE COMPARAISON

Les données rassemblées dans le tableau ci-dessous sont extraites du site Internet de la très officielle Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), organisme gérant la rénovation urbaine pour le compte de l'État. Toutes les conventions concernant les métropoles provençales y figurent avec leurs plans de financement. Seule la convention relative aux quartiers marseillais de Saint-Antoine – La Savine n'apparaît pas, le plan de financement mis en ligne étant illisible. Pour le PRU de 2004, il y avait des conventions établies quartier par quartier. Pour le NPNRU, les conventions sont globales à l'échelle d'une intercommunalité. Pour l'heure, seuls les "protocoles de préfiguration" du NPNRU sont signés pour ce qui concerne les trois métropoles régionales. La comparaison des taux de financement des interventions régionales se fait donc entre les conventions PRU et les protocoles NPNRU.

 

Repost0

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

CLIQUEZ POUR ACCÉDER
LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE