27 novembre 2021 6 27 /11 /novembre /2021 04:17

Vous avez été nombreux à vous prêter au petit jeu de devinette que je vous ai proposé ce vendredi dans un article de ce blog que je consacrais au rappel à l'ordre des élèves seynois coutumiers du non-respect de l'obligation scolaire.

À la question "qu'est-ce qui cloche dans la photo de 2021 ?", plusieurs d'entre vous ont trouvé la bonne réponse.

Et le premier ( * ) à me l'avoir transmise est... Philippe Cogordan !

Bravo à lui. Il gagne la considération de tous les visiteurs de mon blog !

 

ALORS, LA BONNE RÉPONSE EST...

L'adjoint au maire qui sermonne le collégien et rappelle à sa maman la loi sur l'obligation scolaire a commis une erreur.

Il ne porte pas correctement l'écharpe tricolore qui constitue l'attribut de sa fonction et contribue à conférer de la solennité à ce moment de rappel à loi.

L'article D.2122-4 du code général des collectivités territoriales stipule en effet que, pour être distingué d'un député ou d'un sénateur, un élu communal (maire ou adjoint au maire) doit porter l'écharpe de telle sorte que le bleu soit positionné vers le col (le rouge vers le col est strictement réservé aux parlementaires !). Une publication du ministère de l'Intérieur expose dans le détail ces règles protocolaires.

Et ça ne rigole pas ! Le code pénal précise dans son article 433-14 que « le port illégal d'un insigne règlementé par l'autorité publique est puni d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende » !

 

EST-CE UN SIGNAL AU CANDIDAT OFFICIEL DÉSIGNÉ PAR "LES RÉPUBLICAINS" ?...

Il est certain que l'adjoint au maire a commis une faute d'inattention lors qu'il s'est ceint de son écharpe. Ça nous est tous arrivé.

Mais il pourrait se trouver des esprits malins ou farceurs pour badiner un peu et gloser sur le fait que, militant du même parti "Les Républicains" que Romain Vincent, élu de Saint-Mandrier et candidat officiel déclaré aux élections législatives de juin 2022, cet adjoint au maire se rêve déjà en parlementaire à la place de celui qui a été désigné pour porter les couleurs de leur parti commun dans la course à la succession de notre actuelle députée...

Je suppose en tous cas que personne n'avait relevé cette étourderie et j'espère sincèrement qu'en avoir fait le sujet d'une petite distraction ludique n'entrainera aucune conséquence funeste pour l'adjoint au maire. Ce n'est pas le cas partout et certains sont prompts à se saisir de la moindre inadvertance pour régler des comptes politiciens. En atteste une petite vidéo périgourdine (ci-dessous en fin d'article) relatant la mésaventure judiciaire survenue à mon ancien camarade socialiste Germinal Peiro, président du conseil départemental de Dordogne.

Là bas, certains opposants aigris font vraiment flèche de tout bois. Une chose qui, bien sûr, ne saurait se produire chez nous...

 

 

( * ) : En réalité, la toute première à avoir résolu l'énigme, dès vendredi à 7h04, est trop proche de moi pour être autorisée à concourir. Un autre, ayant donné la bonne réponse à 8h08, n'a pas souhaité que son nom apparaisse. Et il y en a eu quatre autres, à 7h25, 8h11, 8h19 et 8h47, mais ceux-ci sont ou ont été fonctionnaires territoriaux ou adjoints au maire et le règlement du jeu à consulter ici interdit formellement leur participation (trop facile pour eux !...). Donc, c'est le suivant, Philippe Cogordan, qui a gagné à 9h06. Plusieurs autres ont donné la réponse exacte plus tard.

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

En outre, plusieurs joueurs ont relevé un détail qui m'avait échappé, montrant qu'on est vraiment entré dans une nouvelle ère à La Seyne, que l'un des participants, Joan-Jaume Murat, a exposé en ces termes : « Quora regardetz la fòtò, Mariana, l’un dei simbòles de la Republica Francesa, Mariana l’Occitana, nascuda a Pueglaurens au mes d’octòbre dau 1792, es passada de la man seneca a la man drecha dau sèti dau cònsol… ».

Après le déboulonnage de la plaque de la "Place des services publics", le changement est en marche à La Seyne jusque dans l'aménagement de la salle du conseil municipal...

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Civisme - prévention et sécurité
26 novembre 2021 5 26 /11 /novembre /2021 05:04

C'est parfois une satisfaction bien humaine que de constater qu'un dispositif original qu'on a imaginé fait ses preuves et perdure par delà les alternances politiques. Celui du rappel à l'ordre solennel des jeunes coutumiers de l'absentéisme scolaire – et de leurs familles – que nous avons instauré en coopération avec l'État à partir de l'année scolaire 2016-2017 en fait partie.

La Seyne a été pionnière varoise pour cette action s'inscrivant dans le programme de notre Conseil local de sécurité et de prévention la délinquance (CLSPD). Elle porte ses fruits. La plupart des adolescents en lourd décrochage scolaire prennent l'engagement de retourner à l'école. Et s'y tiennent.

Mais, comme je ne peux m'empêcher d'être toujours un peu espiègle, je m'autorise sous forme d'un petit jeu à émettre une amicale réflexion critique après la lecture d'un article paru ce jeudi dans Var-matin sur le sujet...

 

Quatre années se sont écoulées entre les deux photos qui illustrent des articles exposant le dispositif. Sur chacune, on voit des représentants de l'Éducation nationale, de la Police et de la Justice entourant ceux de la mairie.

Sur celle du haut, extraite d'un article de l'automne 2017 de l'ancien magazine municipal "Le Seynois", ce sont les adjoints au maire d'alors, Claude Astore, chargé de la sécurité, et Jean-Luc Bigeard, chargé de la prévention, qui sont à la manœuvre pour sermonner un jeune "décrocheur". Sur celle du bas, illustrant le récent article de Var-matin, c'est l'actuel adjoint à la maire, chargé de la politique de la ville et de la prévention, qui remplit le même rôle auprès d'un autre jeune en rupture scolaire. Continuité républicaine de bon aloi. Ça fait toujours plaisir.

 

UN PETIT JEU D'OBSERVATION POUR SE DÉTENDRE...

Mais, même sur un sujet sérieux, on a droit d'un peu se distraire. Venons-en donc au petit jeu que j'évoquais. Observez bien la photo du bas, celle de 2021. Il y a quelque chose qui cloche. À vous de trouver l'erreur. Le premier des visiteurs de mon blog qui trouvera la bonne réponse gagnera... la considération de tous les autres.

Pour me transmettre votre réponse, cliquez ICI.

Et rendez-vous demain, sur mon blog, pour connaître le gagnant (s'il autorise la publication de son nom) et surtout la bonne réponse !

 

Repost0
11 novembre 2021 4 11 /11 /novembre /2021 05:42

Avec mes anciens collègues de l'Association des maires Ville & Banlieue de France et les médias du groupe de BFM et RMC, nous avons créé un outil au service des journalistes pour leur permettre de disposer d'un annuaire de contacts d'habitants et d'acteurs de la vie des quartiers urbains vulnérables de métropole et des outremers.

 

La Seyne est évidemment concernée, avec ses deux quartiers en « politique de la ville » de Berthe et du centre-ville. J'invite leurs habitants et acteurs économiques, sociaux, culturels et associatifs qui y agissent à s'emparer de cet instrument qui, après un an de rodage expérimental, sera officiellement lancé dans les prochaines semaines.

 

UN ANNUAIRE DE CONTACTS POUR FAIRE ÉMERGER LES RÉCITS URBAINS

L'idée de « Vu des quartiers » est de permettre aux médias de disposer de sources locales, dans chacun des 1514 sites urbains prioritaires, sans remplacer la voix des quartiers, ni l'information institutionnelle, ni le travail d'investigation et de croisement des informations que les journalistes recueillent.

On le constate trop souvent, les réalités de nos grands ensembles d'habitat social et nos centres anciens dégradés apparaissent au travers du prisme des seules dégradations, violences ou trafics. Tout ne va pas pour le mieux, loin de là, et il ne faut pas donner « une image idéalisée ou romancée » de nos quartiers en difficulté. Mais on peut les évoquer « plus justement et de façon plus équilibrée ».

Pour y parvenir, les journalistes ont besoin d'interlocuteurs souhaitant leur parler et raconter ce qui se passe chez eux. C'est tout le sens du projet de cet annuaire de médiation entre les professionnels de la presse et les gens vivant ou agissant sur nos territoires vulnérables.

 

AUX ÉLUS LOCAUX DE PROMOUVOIR L'ANNUAIRE « VU DES QUARTIERS »...

Ayant répondu favorablement à la sollicitation des maires de l'association « Ville & Banlieue » de continuer à m'y investir bénévolement bien que je ne sois plus maire, je me dois de promouvoir ce nouvel instrument que nous avons imaginé et co-construit avec des rédactions de grands médias nationaux.

Et je souhaite que les maires des 856 communes françaises abritant des quartiers prioritaires, dont ceux de La Seyne, Hyères et Toulon, s'emploient de leur côté à relayer par leurs moyens de communication institutionnelle le projet « Vu des quartiers » auprès de leurs concitoyens pour que ceux qui le souhaitent deviennent des « contacts » pour les journalistes afin de rééquilibrer les images de leurs lieux de vie.

 

Pour en savoir plus, et peut-être accepter de devenir interlocuteur de la presse pour votre quartier, cliquez ICI ou sur la bannière ci-dessous...

CLIQUEZ POUR EN SAVOIR PLUS

 

Repost0
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 09:56

Décidément, le temps de la campagne électorale est propice aux racontars en tous genres. C'est notamment vrai en matière de sécurité, sujet qui est au cœur des préoccupations de nos concitoyens et conduit des candidats à la surenchère. Certains doivent se dire que plus c'est gros, plus ça passe, et plus ça permet d'engranger des voix, en tirant profit de l'inquiétude des citoyens qui ne prennent pas le temps de vérifier la véracité des faits ou la faisabilité des engagements.

Après M. Muselier, Républicain-Marcheur, qui chasse sur les terres de l'extrême-droite, c'est naturellement cette dernière et son guide régional, M. Mariani, qui s'érigent en champions de la lutte contre les malandrins qui est leur fonds de commerce.

Sauf que la plupart de leurs promesses sont irréalistes, voire illégales...

 

UNE POLICE DES TRANSPORTS, C'EST DE LA COMPÉTENCE DE L'ÉTAT

En s'engageant sur la création d'une « vraie police régionale des transports, sous l'autorité du préfet de police », M. Mariani enfume les électeurs. Il l'écrit lui-même en annonçant placer ce service sous la responsabilité d'un représentant de l'État qu'est un préfet : la police des transports résulte d'une décision d'un gouvernement et non d'un conseil régional. Un article d'un site informatif sur les métiers de la police et la gendarmerie l'explique dans le détail.

Si une commune (ou une intercommunalité dont les membres l'auraient décidé) a, de par la loi, la possibilité d'exercer un pouvoir de police, ce n'est pas le cas d'une collectivité régionale. En promettant cette création, M. Mariani rêve de jouer le rôle de celui qui commande une tournée générale et laisse le soin à un autre, au bout du comptoir, de régler l'addition.

 

GÉRER LES MURS ET LA LOGISTIQUE DES LYCÉES N'AUTORISE PAS À SE MÊLER D'ÉDUCATION ET DE PRÉVENTION   

Mais M. Mariani ne s'embarrasse pas plus du ministère de l'Intérieur que de celui de l'Éducation nationale. Son serment de recruter « des agents de sécurité qui interviendront dans le cadre d' « Unités Mobiles de Sécurisation des lycées » est tout aussi irréaliste que son engagement pour une police des trains régionaux.

Ce n'est pas comme ça que ça se passe. La responsabilité de la prévention et du règlement des incivilités et méfaits des lycéens canailles relève des chefs d'établissements scolaires, et pas « d'agents de sécurité ». C'est pour ça qu'il existe dans l'Éducation nationale des métiers dédiés, ceux d'assistants d'éducation (les anciens "pions") qui s'exercent sous la conduite de membres de l'équipe de direction d'un lycée, les conseillers principaux d'éducation (les CPE, qu'on appelait jadis les "surveillants généraux" ou "surgés"). M. Mariani prend ses désirs pour des réalités : ce n'est pas parce que la Région a la responsabilité de la construction, l'entretien et la logistique des lycées que ça l'autorise à se mêler de leur fonctionnement qui demeure heureusement une compétence régalienne que se réserve l'État.

 

LE "3919" EXISTE. ON N'A PAS BESOIN D'UN NOUVEAU "22 À ASNIÈRES" !

M. Mariani, se voyant déjà supplantant le ministère de l'intérieur et celui de l'Éducation nationale, assure aussi se substituer à la ministre déléguée chargée des Droits des femmes qui exerce la tutelle du "3919", le service téléphonique pour les femmes victimes de violence.

En faisant briller la création d'un « numéro gratuit régional dédié pour l'écoute et l'assistance aux femmes victimes de violence », M. Mariani réinvente l'eau tiède, mais surtout ajoute de la confusion dans un contexte où les victimes n'ont pas besoin d'être plus déboussolées par un nouveau numéro d'appel que ce qu'elles sont du fait de leur dramatique situation.

 

ET BIEN SÛR LE SEMPITERNEL COUPLET "ÉTRANGER = DÉLINQUANT"

Enfin, entonnant le refrain habituel de l'extrême-droite populiste reliant accueil des réfugiés et aggravation de l'insécurité et la délinquance, M. Mariani fait serment de s'opposer « aux relocalisations de migrants dans nos villes et villages ». Et là encore il a tout faux et ment aux Provençaux. C'est, sous la tutelle du ministre de l'Intérieur, la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté qui a compétence pour le suivi du Schéma national d'accueil des demandeurs d'asile et d'intégration des réfugiés et en aucune façon un président de Région. Il y a et il y aura des centres d'accueil répartis sur l'ensemble du territoire national sur décision du gouvernement, quoi que dise ou fasse M. Mariani, si par malheur les Provençaux lui font confiance.

Quant à ceux des migrants qui sont des mineurs isolés, ce sont les Départements et non les Régions qui en ont la responsabilité au titre de la compétence que leur impose la loi en matière d'aide sociale à l'enfance. M. Mariani a peut-être trop lu les "professions de foi" de ses amis candidats d'extrême-droite aux élections départementales, dont l'essentiel du projet consiste à affirmer qu'eux seuls « mettront un terme au scandale » de l'accueil et l'accompagnement des enfants ayant fui les misères et les drames de leurs pays d'origine, qui, eux aussi, mentent comme des arracheurs de dents car cette mission humaniste d'assistance est obligatoire par la loi.

 

FACE AUX SURENCHÈRES INEPTES, DES PROPOSITIONS RÉALISTES ET DE BON SENS

La droite et l'extrême-droite n'ont pas le monopole de la tranquillité publique et de la sécurité. Et les acteurs des gauches et de l'écologie ne sont pas des bisounours doux-rêveurs. Les maires issus de ces courants de pensée le prouvent chaque jour partout en France, en soutenant les acteurs de la prévention, en faisant vivre leurs conseils communaux de sécurité et de prévention de la délinquance et des radicalisations, en formant en continu et équipant leurs polices municipales, mais aussi en se battant pour obtenir de l'État qu'il assume sa responsabilité pour leurs territoires, pour que les policiers et gendarmes disposent de plus de moyens humains et logistiques, et pour que les sites les plus fragiles soient encore plus et mieux dotés dans le cadre des dispositifs de Brigades spécialisées de terrain, de Zones de sécurité prioritaire ou de Quartiers de reconquête républicaine.

Mais la gauche et l'écologie se refusent à faire des promesses intenables, parfois contraires à la Loi, pour une Région. Celles que formule dans son programme l'équipe du "Rassemblement écologique et social" de Jean-Laurent Felizia sont réalistes et de bon sens...

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Action régionale Civisme - prévention et sécurité
3 juin 2021 4 03 /06 /juin /2021 16:47

On aurait pu penser que le refus de l'État de voir la Région engager certaines dépenses pour la sécurité, mission qui ne relève pas de sa compétence, allait servir de leçon. Mais il n'en est rien.

Après la présentation d'un bilan 2015-2021 où les questions de sécurité figurent en n°1 des réalisations de M. Muselier, loin devant l'économie et l'emploi, le défi environnemental et les mobilités, la course effrénée engagée avec l'extrême-droite ultra-sécuritaire se poursuit sur le terrain du projet pour 2021-2027.

Une fois encore, on affiche des perspectives qui n'ont rien à voir avec les missions d'une Région. C'est une sorte de mépris pour des citoyens qui, pour beaucoup, l'ignorent du fait d'un grave déficit français en matière d'éducation civique. Quelques exemples...

 

Déclinant ses 4 priorités dans son dépliant-programme, M. Muselier ne dit pas un mot sur l'amélioration des transports collectifs, ni sur la construction de nouveaux lycées et centres d'apprentissage, ni sur la restructuration urbaine, ni sur le monde rural, ni sur l'aménagement du territoire régional, autant de sujets majeurs qui, eux, relèvent des compétences obligatoires que la Nation confère aux Régions.

En revanche, on lit avec stupeur quelques engagements qui, si ce n'était si grave, prêteraient à rire. Deux exemples...

Il n'aura pas suffi à M. Muselier de se confronter au refus de l'État de lui permettre de s'arroger une sorte de statut de "ministre régional de l'Intérieur". Il persévère en proposant dans son nouveau projet les mêmes choses que celles dont il déplorait dans son bilan qu'il n'ait pas le droit de les mettre en œuvre ! La preuve en comparant deux extraits des documents qu'il communique en ce moment...

 

 

Mais ce n'est pas tout. M. Muselier se rêve en super-ministre régional cumulant à la fois le portefeuille de l'Intérieur et celui de la Justice. Un autre dépliant-programme indique « Objectif 100% des peines exécutées : construire 1500 places de prison ». Après avoir été remis à sa place par l'État pour se mêler de ce qui ne le regardait pas en matière de police, voilà qu'il récidive en annonçant que la Région a l'ambition de faire le boulot dévolu au Garde des Sceaux.

Lequel s'y emploie d'ailleurs puisque le « plan immobilier pénitentiaire » de l'État prévoit l'ouverture de 15.000 places de prison entre 2022 et 2027.  Dont, la carte ci-dessous le confirme, à peu près... 1500 places en Provence Alpes Côte d'Azur (1576 exactement).

Tiens, tiens, ne seraient-ce pas ces 1500 places qui ne lui coûteraient rien mais dont M. Muselier s'arrogerait la paternité ?... Ce n'est pas beau de faire de la récup' du travail des autres...

 

 

À moins, bien sûr, que M. Muselier ne se mélange les pinceaux dans le calendrier électoral. Il est vrai que la tambouille du rapprochement entre "Républicains" et "Marcheurs" ayant abouti à la liste macroniste de droite qu'il conduit pour l'élection régionale de juin 2021 n'a pas dû être cuisinée sans arrière-pensées en vue de l'élection présidentielle de mai 2022.

Peut-être M. Muselier s'imagine-t-il déjà, en cas de victoire de son nouvel ami M. Macron, détenteur du portefeuille d'un ministère régalien de l'Intérieur, remettant des gilets pare-balles aux policiers provençaux, ou de la Justice, inaugurant la nouvelle maison d'arrêt du Muy ?...

Mais, pour l'heure, les Provençaux seraient bien inspirés de se méfier des candidats, de droite comme d'extrême-droite, qui surfent sur leurs méconnaissances des institutions et sur leurs angoisses face à l'avenir dans un monde d'inégalités et d'injustices, et leur formulent des propositions que la Loi leur interdira de mettre en œuvre.

Le projet de la liste du « Rassemblement écologique et social » que conduit Jean-Laurent Felizia n'est pas de la poudre aux yeux prospérant sur les émotions. Elle ne fait que des propositions ambitieuses s'inscrivant dans les strictes compétences d'un conseil régional.

Un projet dont vous pourrez suivre la présentation en direct ce vendredi 4 juin à 18 heures, en cliquant sur l'image ci-dessous...

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR LA PRÉSENTATION DU PROJET

 

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Action régionale Civisme - prévention et sécurité
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 17:58

L'État-arbitre a dû siffler pour le rappeler à M. Muselier. La course qu'il engagée avec ses pseudo-adversaires d'extrême-droite pour apparaître comme le champion de Provence de la sécurité ne lui rapportera aucune médaille. Ce sport n'est pas homologué par la loi pour les J.O. politiques régionaux.

Bien sûr la tranquillité publique, la sécurité des biens et des personnes et la justice constituent une part des garanties de liberté que doit assurer une nation républicaine. Mais c'est bien pour cela qu'il s'agit d'une compétence que l'État ne délègue pas aux collectivités et se réserve d'assumer.

Malgré ce, de même que « rétablir la sécurité » est l'une des « 5 priorités » du projet régional de l'extrême-droite de M. Mariani, le tout premier chapitre du bilan de M. Muselier est consacré à son plan... « Région Sûre ». Hors sujet...

 

UNE SITUATION PLUS PRÉOCCUPANTE QUE DANS L'ENSEMBLE DE LA FRANCE

Nul ne peut nier que la situation est préoccupante pour nos concitoyens. Elle l'est même plutôt plus en Provence que dans l'ensemble de la France métropolitaine. En attestent les derniers chiffres mis en ligne par le ministère de l'Intérieur d'où sont extraits les éléments ci-dessous.

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

Hormis pour les violences sexuelles, notre Région connaît en effet plus de faits d'infractions, délits et crimes, rapportés au nombre d'habitants, que la moyenne de la France métropolitaine. Et si, sauf pour les violences intrafamiliales et sexuelles, le nombre de faits diminue dans l'ensemble du pays, y compris en Provence, cette baisse n'est significativement plus importante chez nous que dans la moyenne française que pour 5 types d'infractions sur les 13 recensés par le ministère.

 

DES INITIATIVES-GADGETS NE RELEVANT PAS DES COMPÉTENCES D'UNE RÉGION

On passera vite, le sourire tout de même en coin, sur les termes utilisés par M. Muselier dans son bilan, qui sont de la poudre aux yeux sémantique pour des citoyens auxquels on ne cesse de ressasser qu'ils doivent trembler à toute heure du jour et en tous lieux : « garde régionale forestière », « garde régionale des lycées », « garde régionale des transports », « pass sûreté », « détection des signaux de radicalisation », « criblage total des associations », « comparaison faciale », etc.

On passera aussi sur l'épisode grotesque des fameux « portiques de sécurité » installés dans certaines gares (pas n'importe lesquelles : à celle de La Seyne, par exemple, ville populaire, donc forcément repaire de malandrins, mais pas à celles de Bandol, d'Ollioules-Sanary ou de Toulon, communes exemptes de forbans coupe-jarrets, ainsi que ça a été relaté dans un article de ce blog puis un autre). Ça a bien fait rigoler, puisque ces engins détecteurs qu'on pouvait contourner ne servaient à rien, mais il aura fallu attendre plusieurs mois pour que M. Muselier réalise qu'il jetait l'argent par les fenêtres et qu'il mette fin à cette mascarade.

 

UN PARTI PRIS POLITICIEN DE CHASSE SUR LES TERRES DE L'EXTRÊME-DROITE

Alors, pour des missions qui ne sont pas de sa compétence, mais de celle de l'État, afficher que la Région a consacré « plus de 100 millions d'euros » à ce « plan Région Sûre » illustre que M. Muselier n'a pas lésiné sur les moyens pour son « ambition ». Mais surtout pour chasser sur les terres de l'extrême-droite totalitaire, stigmatisante et liberticide, et caresser dans le sens du poil ceux de nos concitoyens qui se convainquent qu'ils vivent dans un contexte criminogène et, quitte à perdre des libertés, rêvent de voir durcir les surveillances, les répressions et les châtiments.

C'est d'autant plus pitoyable que ce n'est pas l'ensemble des brigands qui est visé dans le bilan de M. Muselier, mais « les islamistes », « la délinquance en provenance des pays de l'Est » ou encore ceux qui blessent les forces de l'ordre « lors des manifestations » !

 

DES MESURES DONT L'EFFICIENCE NE SAUTE PAS AUX YEUX

Mais soyons objectifs. Regardons de près les types d'infractions qui concernent principalement les champs de compétences de la Région, notamment les lycées, les centres d'apprentis, les zones d'activité économique et les transports collectifs. Ce sont essentiellement des coups et blessures, vols, dégradations et destructions, et il faut se rendre à l'évidence : quelles qu'aient été les mesures engagées par la Région, à coups de millions d'euros, la situation s'est largement moins améliorée chez nous que sur l'ensemble de la France métropolitaine !

De l'argent de la collectivité gaspillé en pure perte, donc ? Rien de toute cette analyse n'est très scientifique, mais il n'empêche qu'on doit se demander si la Région n'aurait pas mieux fait de consacrer ses moyens aux missions qui sont les siennes. L'État le lui a d'ailleurs rappelé en lui interdisant d'aller plus loin dans ses projets ultra-sécuritaires qui ne sont pas du ressort régional : systèmes de comparaison faciale à l'entrée des lycées, achat de véhicules, caméras embarquées et autres gilets pare-balles pour la police d'État, ou de vidéosurveillance pour les communes.

 

UNE RÉGION DISPOSE DE LEVIERS DE PRÉVENTION, ENCORE FAUT-IL LES ACTIVER

Au lieu de cela, M. Muselier aurait pu mieux soutenir l'économie sociale et solidaire, celle des travaux publics et de la rénovation de l'habitat, de la gestion des déchets, des "ressourceries" ou des énergies propres, celle des filières de proximité, toutes facteurs d'emploi, notamment pour les personnes non qualifiées qui comptent hélas au nombre de ceux qui, désespérés, peuvent être tentés d'emprunter de mauvais chemins. Il aurait pu se garder de supprimer les aides régionales à l'accompagnement social et éducatif des habitants fragiles des quartiers populaires urbains, notamment des jeunes vulnérables, à la formation professionnelle, à la réinsertion de ceux qui ont été en rupture. Là, il aurait agi dans le cadre des compétences d'une Région. Et il aurait pris sa part dans la prévention des déviances et de l'insécurité.

Et il aurait pu être aux côtés des maires et présidents d'intercommunalités qui se battent sans cesse pour que l'État assume ses responsabilités en matière de police et de justice pour leurs territoires, et qu'il dote les casernes de gendarmerie, commissariats de police, tribunaux et services d'éducation judiciaire et de probation, de ressources humaines qualifiées et en nombre suffisant, et de moyens matériels et logistiques efficients pour accomplir leurs missions républicaines régaliennes.

 

Tout peut changer pour plus de pertinence et d'efficacité. Le "Rassemblement écologique et social" qu'anime Jean-Laurent Felizia ne participe pas au championnat de sécurité de façade auquel se livrent MM. Mariani pour l'extrême-droite et Muselier pour la droite. Il ne nie pour autant pas les problèmes, mais il se propose d'apporter sa contribution de fond à leur résolution par l'accès à l'emploi résultant d'une nouvelle dynamique économique régionale compatible avec les enjeux environnementaux et par le soutien à toutes les initiatives, notamment associatives, concourant à la prévention, l'insertion, l'éducation et la citoyenneté en plaçant l'Humain au cœur. Et en luttant avec les élus et les habitants des territoires pour que l'État républicain assume partout ses propres responsabilités de police et de justice.

 

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Action régionale Civisme - prévention et sécurité
20 avril 2021 2 20 /04 /avril /2021 12:40

À chacun ses responsabilités à assumer : à l'État l'Éducation nationale, la sécurité publique et la Justice ; aux collectivités locales l'accompagnement de l'éducation, l'action socio-éducative préventive et la lutte contre les incivilités.

La décision du gouvernement de répondre en partie aux attentes de La Seyne en matière de moyens humains pour la police nationale doit aider à remettre dans le bon sens les répartitions des champs de compétence respectifs de la Nation et de notre territoire seynois et varois. Chacun son métier, ce qui n'interdit pas les coopérations et la complémentarité.

 

Le moment est venu. Après que j'ai obtenu au cours de mes mandats de maire les classements de certains quartiers seynois en Zones de sécurité prioritaire, puis en Quartiers de reconquête républicaine, et une Brigade spécialisée de terrain, ayant apporté quelques moyens en ressources humaines et logistiques, il restait à les conforter. L'annonce récente de 25 policiers d'État supplémentaires pour notre commissariat, s'ils ne servent pas qu'à compenser des départs en retraite non remplacés, et s'il s'agit de fonctionnaires assez aguerris, doit permettre de lever des ambiguïtés qui s'éternisent trop.

 

UNE POLICE MUNICIPALE, OUI, MAIS PAS POUR FAIRE LE TRAVAIL DE CELLE DE L'ÉTAT

On doit donc en finir avec les annonces démagogiques promettant sans cesse de renforcer les polices municipales, sans se préoccuper des coûts induits, d'autant que leurs statuts ne leur permettent pas de remplir certaines missions que seule la police d'État peut accomplir. En revanche, on a le devoir d'assumer ses responsabilités locales : bien sûr, la coopération avec la police d'État en y apportant un appui, mais surtout celles de l'éducation périscolaire, le sport, la culture, la prévention de la délinquance, l'appui à la fonction parentale, le droit à la santé et au logement, ou l'insertion sociale et professionnelle.

 

PRÉVENTION : À CHACUN D'ASSUMER SES PROPRES MISSIONS

Il n'est pas normal que le Conseil régional de Provence se soit désengagé des mesures d'accompagnement social de nos quartiers prioritaires et nos chantiers d'insertion, tout en dépensant des sommes non négligeables pour d'éphémères opérations spectaculaires de sécurité dans les gares ferroviaires.

Il n'est pas normal que le Conseil départemental du Var n'ait pas réglé la question des secteurs de scolarisation des collèges, dégradant autant les conditions d'apprentissage par des classes surchargées de ceux qui sont en sureffectif que, par des fermetures abusives de postes d'enseignants, celles de ceux qui manquent d'élèves. Il n'est pas normal que le Département du Var se soit désinvesti depuis des années du soutien aux associations de terrain qui font œuvre de “prévention naturelle” pour les enfants et les jeunes désœuvrés.

Il n'est pas normal que la Commune de La Seyne ait, en une année, réduit de 27% les aides qu'elle apportait aux associations s'occupant de l'accompagnement de la scolarité, la prévention spécialisée de la délinquance, l'animation des temps libres des mineurs, l'appui aux familles et à la vie sociale.

 

SI L'ÉTAT S'IMPLIQUE ENFIN, IL FAUT EN FINIR AVEC LA SURENCHÈRE LOCALE

Car la prévention des déviances, notamment des enfants, des jeunes et des jeunes adultes, ça passe d'abord par l'éducation familiale, scolaire et périscolaire, les activités émancipatrices des temps libres, et les perspectives d'insertion sociale et citoyenne par des dispositifs aidant à mettre le pied à l'étrier vers des formations qualifiantes et une perspective professionnelle. La crainte de la répression policière et de la sanction de la justice, si elle est nécessaire, ne peut en aucun cas être suffisante.

Et on est là dans des champs de compétence de collectivités locales qui, chez nous, faillissent gravement à leurs devoirs : la Région, le Département, et désormais la Commune. L'appui bienvenu de l'État à ses propres services de police doit inciter la maire et les présidents du Département et de la Région à cesser de se détourner de leurs responsabilités et à en finir avec leurs constantes annonces sécuritaires en forme de surenchère, à qui aura le plus de policiers municipaux ou de vigiles contrôlant les usagers du rail devant passer sous des portiques de détection. Il est temps de revenir aux fondamentaux des missions préventives.

Que chacun, État et divers échelons du territoire, s'emploie à assumer ses propres tâches.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Civisme - prévention et sécurité
10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 06:04

Je me suis toujours gardé de porter quelque jugement sur la gestion de l'épidémie de coronavirus par les autorités de l'État. Face à une situation inédite, leur place n'est pas enviable.

En revanche, ne pas vouloir juger ne signifie pas se refuser de demander à savoir et à comprendre. Si j'admets que, d'un jour à l'autre, les indicateurs varois ont évolué au point d'atteindre le seuil de déclenchement par le préfet de l'avancée du couvre-feu à 18 heures, la méthode pour annoncer cette nouvelle privation de liberté individuelle et publique est inadmissible dans une démocratie républicaine. Les Varois sont en droit d'exiger des explications. Le préfet – et éventuellement les élus qui auraient été sollicités pour avis – ont le devoir absolu de les leur fournir.

 

Dans le département voisin des Bouches-du-Rhône, les élus locaux n'ont pas attendu que leur préfet leur demande leur avis. De Martine Vassal, présidente "Les Républicains" du département et de la métropole d'Aix-Marseille, à Michèle Rubirola, première adjointe écologiste au maire de gauche de Marseille, les élus de toutes sensibilités politiques et de toutes les collectivités bucco-rhodaniennes (ça veut dire "du 13"...) ont fait connaître publiquement leur opposition à cette mesure. Et les raisons de leur courroux.

 

LES ÉLUS ONT-ILS VRAIMENT ÉTÉ SOLLICITÉS ? SI OUI, QUELS MESSAGES ONT-ILS PORTÉS ?

Dans le Var, sauf à ce que la presse se soit refusée à relayer les avis des uns et des autres de nos élus (pourquoi l'aurait-elle fait ?...), c'est le silence intégral. Le préfet, dans son communiqué annonçant sa décision, a-t-il menti en indiquant avoir « consulté les élus du département » (pourquoi l'aurait-il fait ?...) ? S'il a réellement recueilli leurs avis, le peuple varois est en droit d'exiger de les connaître. Qui a été sollicité ? Des parlementaires ? Des maires ? Des élus départementaux ou régionaux ? Tous ? Certains ? Pourquoi ceux-là ? Et, surtout, quels sentiments ont-ils fournis au représentant de l'État ? Ont-ils été favorables ou non à cette nouvelle mesure liberticide ? Pourquoi telle position ?

Si les élus varois sollicités par le préfet ne prennent pas eux-mêmes l'initiative de faire connaître à la population les avis qu'ils ont donnés au représentant de l'État, celui-ci a le devoir de le faire à leur place.

 

LA LIBERTÉ DE SE DÉPLACER, UN DROIT FONDAMENTAL DANS NOTRE RÉPUBLIQUE

En France, la liberté d'aller et venir est un droit fondamental, garanti par la loi constitutionnelle. On peut entendre qu'une situation exceptionnelle justifie une mesure très provisoire y dérogeant, et encore, sous l'œil vigilant des Sages du Conseil constitutionnel. Mais il serait très grave d'imposer aux citoyens de n'en pas connaître ni comprendre les raisons. Et d'autant plus si les élus, émanation du peuple, se muraient dans le silence.

Les Varois ne sont pas des veaux. Ils veulent savoir. Ceux que je côtoie sont nombreux à ne pas saisir l'intérêt d'une avancée à 18 heures du début du couvre-feu : au travail dans la journée, ils ne pourront plus faire leurs achats de biens ou de services en fin d'après-midi, et voilà qu'ils vont devoir s'entasser les week-ends dans les grandes surfaces ! Quel sera le gain en matière de prévention sanitaire, sans compter le nouveau sale coup fait aux petits et moyens commerces de proximité ? C'est aussi obscur comme choix que celui d'expliquer, comme le dédaigneux et hautain ministre Blanquer, que, en France, il n'y a aucun risque de contamination à l'école, alors que les pays voisins ont fermé leurs établissements scolaires...

 

QUESTIONNONS SOLENNELLEMENT LES ÉLUS DE NOTRE TERRITOIRE DE VIE !

Je questionne donc – et j'invite chaque Seynois à m'imiter – les 49 conseillers municipaux seynois, dont les 12 élus métropolitains, les 2 conseillers départementaux de mon canton de résidence La Seyne 1, les 2 élus régionaux seynois, et la députée de la 7ème circonscription du Var, dont fait partie La Seyne ( * ) : « Avez-vous été sollicités par le préfet du Var pour lui donner un avis sur le couvre-feu à 18 heures ? Si oui, avez-vous recueilli des avis de citoyens et/ou de spécialistes pour forger le vôtre ? Si oui, lesquels ? Et qu'avez-vous répondu au préfet ? »

Que l'État veuille nous faire prendre des vessies pour des lanternes, on peut l'entendre, sans pour autant l'accepter, tant nous sommes habitués à l'invocation à tout bout de champ de « la Raison d'État », mais que les représentants élus de la population, sur un sujet touchant aux libertés fondamentales, fassent le dos rond, serait inacceptable dans une démocratie.

 

 

( * ) : voici les élus auxquels s'adresse ma sollicitation, et dont je publierai les réponses sur mon blog : les 36 élus de la majorité municipale, dont 9 élus métropolitains (droite et extrême-droite – liste ICI), les 13 élus des minorités municipales (8 gauche et écologie, dont 2 élus métropolitains, 5 droite et extrême-droite, dont 1 élue métropolitaine – liste ICI), les 2 conseillers départementaux du canton La Seyne 1 (Mme Sanchez et M. Guttierez - Front National), les 2 conseillers régionaux seynois (Mme Torres et M. Colin - Les Républicains), et la députée de la 7ème circonscription du Var (Mme Guérel - La République En Marche).

Repost0
10 décembre 2020 4 10 /12 /décembre /2020 10:33

Le jour même où le premier adjoint de La Seyne faisait distribuer son bulletin de va-t-en-guerre-civile dans les boîtes aux lettres de nos concitoyens, une autre édile d'une commune populaire à la population vulnérable, de la même sensibilité politique que lui, exposait sur une chaine nationale tout le contraire de ce que notre élu seynois décline dans sa publication.

Elle, au moins, pointe la juste cause des risques de ce qu'on qualifie aujourd'hui de « séparatisme ». Pour elle, que M. Colin aurait du mal à traiter de « gauchiste », ce ne sont ni les habitants qui sont intrinsèquement fautifs et mauvais, ni les associations qui constituent une « cinquième colonne » au service d'une idéologie nauséabonde, ni les élus qui sont laxistes pour des raisons démagogiques ou électoralistes. C'est l'État républicain qui n'est pas à la hauteur de sa mission, dans un contexte de crise dont nos habitants sont gravement victimes et où il a obligation de les protéger, et de garantir leur émancipation sociale, professionnelle et culturelle.

 

Mon amie Catherine Arenou est maire de Chanteloup-les-Vignes, dans la banlieue parisienne. Elle n'est pas de ma sensibilité politique (ancienne LR, aujourd'hui Divers Droite). Je ne suis pas toujours d'accord sur tout avec elle mais, confrontés à des difficultés similaires, nous avons œuvré ensemble, et avec des centaines d'autres maires de toutes opinions, pour plaider la cause de nos habitants fragiles, dans le cadre notamment de l'Association des Maires Ville & Banlieue de France dont elle est toujours première vice-présidente et dont j'étais président.

La maire de La Seyne, dont je prends acte que, suite à l'interpellation des élus de la minorité municipale des gauches et de l'écologie, elle « se désolidarise » de son premier adjoint – mais est-ce suffisant au regard de la gravité des propos de ce dernier ?... –, pourrait d'ailleurs s'inspirer de ces élus des villes populaires pour lesquels échanger entre eux, coopérer pour rechercher des solutions, interpeller l'État et exiger de lui la bienveillance qu'il doit aux cinq millions de miséreux qui vivent dans nos cités et nos centres-villes dégradés, n'est pas du temps perdu.

La Seyne et notre métropole sont adhérentes de cette association d'élus courageux. Leurs édiles y ont toute leur place pour apporter leur pierre à la réflexion partagée et ajouter leur poids aux efforts de conviction pour secouer un État qui abandonne 10% de ses citoyens. Seront-ils présents, ceints de leurs écharpes tricolores, avec leurs collègues de droite et de gauche, venus de toute la France au rassemblement de maires et d'associations organisé jeudi prochain, 17 décembre, devant l'Assemblée Nationale, et aux autres temps prévus pour exiger du gouvernement qu'il assume ses responsabilités fraternelles et égalitaires ?... 

Mais je laisse les visiteurs de mon blog écouter la maire de Chanteloup-les-Vignes, dont, pour ce qui me concerne, je ne partage pas tout le propos, mais dont j'approuve l'essentiel...

Repost0
12 novembre 2020 4 12 /11 /novembre /2020 11:11

Ils récusent fermement les accusations de complicité des communautarismes, parfois expliquées à des fins électoralistes. Et ils ont bien raison. Les maires des communes qui, comme La Seyne, abritent des quartiers populaires vulnérables en ont marre des mauvais procès qui leur sont faits, alors même qu'ils n'ont de cesse, depuis des décennies, de dénoncer les mal-être socio-économiques qui fragilisent leurs habitants plus que les autres et engraissent le terreau sur lequel les intégrismes peuvent se développer.

Et ils le clament dans une tribune. Ce sont des élus des droites, du centre et des gauches. Ceux de notre commune n'ont peut-être pas pris part à sa rédaction – d'autant moins que l'un d'entre eux a naguère joint sa voix au concert des accusateurs – mais je ne doute pas que, les tensions et envolées des périodes de campagne électorale à présent apaisées, ils feront leur son contenu et que, avec leurs collègues de toutes sensibilités, ils réaffirmeront leur attachement au contrat social et laïque de notre République...

Je livre à tous cette tribune dont je trouve la teneur puissante...

 

 

Repost0

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE