21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 05:34

Comme j'en ai pris l'habitude depuis que, sauf pour certaines obligations liées à ma fonction, je suis en situation de « télé-maire »​​​​​​​, j'essaie d'apporter quelques informations, recommandations et suggestions via de petits films vidéo que je réalise depuis mon domicile.

​​​​​​​Je rappelle dans celui-ci les contraintes qui s'imposent à nous quant à la forêt communale, aux plages et espaces verts de détente. J'invite aussi ceux qui veulent se rendre utiles auprès des plus fragiles à découvrir l'initiative de notre office d'HLM « Terres du Sud Habitat »​​​​​​​ de promouvoir le projet solidaire de l'association « Voisins solidaires », et à s'en emparer, y compris dans les résidences et lotissements qui ne sont pas du logement social.

​​​​​​​

Repost0
20 mars 2020 5 20 /03 /mars /2020 10:53

Ce sont des personnels de notre office d'HLM « Terres du Sud Habitat » qui ont eu l'idée. Et qui ont commencé à la déployer auprès des 5.000 familles locataires de nos logements sociaux. L'idée est d'aider nos habitants, grâce à un « kit » proposé par l'association « Voisins solidaires », à mettre en place de petits dispositifs du quotidien de nature à s'entraider dans les circonstances présentes, en particulier lorsque des personnes âgées, malades, fragiles, vivent dans notre voisinage.

 

Certes, je sais que, déjà, beaucoup de Seynois n'ont pas attendu cet accompagnement logistique pour faire preuve de solidarité auprès de ceux de leur environnement qui en ont besoin. Mais, avec le soutien des associations de locataires, de quartiers, conseils citoyens, l'initiative peut trouver un bel élan supplémentaire.

 

Et se décliner aussi hors du parc de logement social, dans n'importe quelle résidence, lotissement ou lieu-dit de La Seyne...

 

 

L’association VOISINS SOLIDAIRES, que l'on connaît bien chez nous car elle est l’origine de la Fête des Voisins (10 millions de participants en 2019, dont plus d'une centaine de rendez-vous conviviaux de dizaines de personnes dans nos quartiers et résidences de La Seyne) et regroupe plus de 150.000 réseaux de voisins partout en France, se mobilise face à l’épidémie due au Coronavirus. Le « confinement » de la population a des conséquences qui impactent très fortement la vie quotidienne de nombreux Français.

 

Si les travailleurs sociaux, les aides ménagères, l'ensemble des divers « aidants » sont débordés, ne peuvent se déplacer ou sont absents, qui va s’occuper de la personne âgée confinée chez elle ? Qui va pouvoir aller à la pharmacie proche chercher les médicaments ? 

 

Des questions simples mais qui risquent vite de rendre la vie quotidienne de nombreux Français très difficile. Les pouvoirs publics risquent d’être débordés par des demandes d’aide qu’ils ne pourront satisfaire.

 

La société civile, les citoyens, les entreprises, veulent aider les pouvoirs publics à faire face à cette situation d’urgence. Ils sont prêts à se mobiliser ! Ils sont prêts à être solidaires ! Les habitants et le voisinage offrent un gisement formidable de générosité et de ressource gratuite. 

 

Un voisin peut en effet aller faire les courses pour la personne âgée. Des familles peuvent à tour de rôle garder les enfants des familles voisines pour éviter une absence trop longue au bureau. On peut tous préparer un repas ou aller chercher des médicaments pour la personne dépendante ou handicapée, mutualiser l’achat des courses…

 

Autant de gestes simples de solidarité qui font du bien et permettent une « continuité de vie » et de parer au plus urgent et au minimum vital.

 

Pour aider les Français à se mobiliser, l’association VOISINS SOLIDAIRES, le ministère de la Cohésion des Territoires et des relations avec les collectivités territoriales, l’Espace de réflexion éthique de la région Ile-de-France, AG2R LA MONDIALE et les partenaires de son engagement sociétal, leur proposent un kit gratuit « Coronavirus : et si on s’organisait entre voisins ? ». Il a pour objectif d’aider les habitants à organiser l’entraide (affiche, tract, annuaire des voisins, panneau des voisins). Un mini-guide de conseils face au coronavirus, élaboré par des professionnels de santé, viendra compléter le dispositif.

 

Il est diffusé par le réseau de l’association : 1.400 mairies, dont celle de La Seyne, et bailleurs sociaux, dont le nôtre, « Terres du Sud Habitat », les 150.000 réseaux de VOISINS SOLIDAIRES, et celui des partenaires d’AG2R LA MONDIALE, avec leurs réseaux de salariés et de bénévoles. Ce « kit » est téléchargeable sur le site de l’association : www.voisinssolidaires.fr.

 

L'esprit de responsabilité et de solidarité qui, les faits en attestent une fois de plus en cette période délicate, anime les Seynois, me donne à penser que, avec ou sans le « kit », nombre de nos concitoyens se sont déjà naturellement engagés dans de telles démarches fraternelles. Mais ne nous privons pas d'une opportunité supplémentaire pour, malgré l'isolement, faire un pas de plus vers le vivre ensemble. Et merci aux personnels de « Terres du Sud Habitat » d'avoir eu cette initiative vertueuse.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Civisme - prévention et sécurité
20 mars 2020 5 20 /03 /mars /2020 08:04

De l'avis de nos policiers municipaux, et de ce que j'ai pu moi-même constater en allant faire quelques courses – muni de mon attestation de déplacement dérogatoire ! –, les Seynois s'astreignent plutôt sans rechigner au respect des consignes de confinement, même si, pour l'heure, il est encore nécessaire d'expliquer les choses à certains. Il ne faut pas relâcher sa vigilance préventive. On le fait pour soi-même et, avec fraternité, pour tous les autres. 

 

LA RÉOUVERTURE DES MARCHÉS FORAINS ALIMENTAIRES SE PASSE BIEN

Le marché du Cours Louis-Blanc a réouvert avec parcimonie ses étals. Les forains ont été exemplaires de sérieux et de pédagogie envers leurs clients. Les policiers ont veillé à ce que ces derniers aient bien avec eux leur attestation de déplacement : aucun n'était en défaut. Les chalands ne se sont pas attardés comme à l'ordinaire pour refaire le monde sur la placette Laïk. Ce vendredi, c'est celui des Sablettes, avec cinq ou six étals alimentaires sur la place Édouard-Lalo, qui tentera l'expérience. Ensuite, viendra celui de la place Saint-Jean, à Berthe.

Il se trouve bien sûr sur les réseaux sociaux, me dit-on – car je ne les fréquente pas moi-même –, certains qui font flèche de tout bois pour hurler au risque inconsidéré que je ferais prendre en permettant le fonctionnement des marchés. À ceux-là, je répète que nos villes voisines ont d'autant plus pris le même parti que La Seyne que le gouvernement, pourtant pas du tout décidé à déroger à sa règle stricte de prévention, recommande que les marchés se tiennent, le ministre de l'agriculture étant lui-même plus impératif en indiquant que « les marchés alimentaires de plein vent ou les halles doivent rester ouverts ».

 

LES PLAGES INTERDITES D'ACCÈS ET LES SORTIES EN MER PROHIBÉES

Au cas où cela aurait échappé à certains, je rappelle que l'État a dû se résoudre à interdire la fréquentation des plages car elle était prétexte à de trop nombreux rassemblements de personnes.

Nos services communaux et métropolitains, que je ne remercierai jamais assez de leur disponibilité en cette période, en leur recommandant à nouveau la prudence, ont donc installé des balisages d'interdiction partout où cela s'est avéré possible, notamment aux accès les plus utilisés.

Comme l'a rappelé un préfet d'une zone littorale, « une promenade à pied ou une sortie en bateau ne sauraient constituer une exception au confinement au motif de la pratique de l'exercice physique ». Et cette interdiction doit être interprétée pour tout le parc Fernand-Braudel des Sablettes, dont une partie est sur le domaine public maritime.

Alors, même si l'on n'aperçoit pas de barrière d'interdiction, nul ne saurait ignorer la loi : le message que j'ai délivré ce mercredi pour la forêt de Janas vaut pour tout notre littoral. Il faut vraiment faire effort de respecter les consignes sanitaires : ce jeudi, même s'il a été relevé deux fois moins de voitures garées que la veille sur les parkings d'entrée de zone forestière, encore trop de gens, par groupes de plusieurs personnes, se promenaient, certains pendant près de deux heures, en forêt communale et nous avons dû verbaliser.

 

UNE SEYNE INÉDITE À EN RÊVER

La ville est d'un calme et d'une propreté impressionnants. Pour nous permettre d'en profiter un peu à distance, j'illustre cet article des photos prises par un journaliste du service de communication municipal – dont la profession l'autorise à se déplacer, même s'il doit le faire avec grande prudence – qui donnent à chacun de nous, isolé à son domicile, une vision inédite de notre commune.

Tout comme la vidéo ci-dessous, réalisée par un autre responsable de ce service, qui nous permet de rêver un peu à une ville inhabituelle où le bruit du ressac et les chants des oiseaux auraient reconquis leurs droits de cité. À méditer pour nos usages urbains lorsque le fléau épidémique sera derrière nous...

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Civisme - prévention et sécurité
19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 07:13

Tandis que je mettais en ligne sur ce blog l'article « La commune aux côtés des soignants et acteurs de la prévention », était achevé le montage d'une petite vidéo que j'ai réalisée ce mardi qui reprend les grandes lignes de l'article.

Je vous la livre...

Repost0
19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 06:30

Ce n'est pas parce que nous appliquons les consignes de l'État – que, d'ailleurs, le bon sens nous avait, pour beaucoup, amené à anticiper – qui conduisent à un arrêt presque total des activités communales, que nos personnels et nos élus sont inactifs.

Ils s'efforcent notamment d'accompagner les acteurs de la santé et de la sécurité préventive avec les ressources dont dispose la commune...

 

UN CENTRE DE CONSULTATION COVID-19 ET DU GEL HYDROALCOOLIQUE POUR LES SERVICES

Sur proposition de notre adjoint à la santé et aux solidarités, Olivier Andrau, nous avons ainsi décidé d'aider le médecin animateur de la « communauté professionnelle territoriale de santé » à mettre en place un centre de consultation Covid-19 afin d'éviter l'engorgement du service des urgences de l'hôpital George-Sand de La Seyne et aider la médecine de ville. Deux salles de consultation et un bureau sont ainsi mis à sa disposition dans les locaux de l'ancienne école maternelle Amable-Mabily. Les autorités sanitaires prévoient l'ouverture de ce centre en début de semaine prochaine.

Nous accompagnerons cette mise à disposition de celle de tables de soins et mobiliers nécessaires. En outre, lorsque nous les aurons reçus, sauf imprévu dans les tout prochains jours, nous fournirons au centre les doses de gel hydroalcoolique et lingettes qui auraient été dévolues aux bureaux de vote du deuxième tour de l'élection municipale. Le surplus de ces produits protecteurs sera mis à la disposition de l'association des infirmiers libéraux qui pourra les remettre à ses adhérents qui en manquent cruellement.

On comprendra que la commune n'a pas vocation à fournir en gel et lingettes chacun de ses concitoyens. D'ailleurs, le voudrait-elle qu'elle ne le pourrait pas, tant la pénurie est bien réelle, et qu'elle doit prioritairement garantir, en leur permettant d'être protégés du virus, la pérennité des services des soignants qui vont avoir un travail de plus en plus rude et intense à accomplir, ainsi que ceux, dont la continuité est indispensable ou obligatoire pour la communauté locale, de ses propres agents (personnels de l'État Civil et du service population, des foyers-résidences de personnes âgées, de la police municipale, des accueils d'enfants de soignants, etc).

 

UN ACCUEIL EN CRÈCHE ET EN TEMPS PÉRISCOLAIRE POUR LES ENFANTS DE SOIGNANTS

Pour faciliter l'exercice de leurs professions par les personnels soignants qui ont des enfants mineurs, outre l'accueil de ces derniers dans les établissements scolaires qu'assure l'Éducation nationale dans les temps d'école, nous assurons la garde de leurs enfants de 0-3 ans dans notre crèche municipale « Le Petit Monde », l'accueil périscolaire de leurs enfants de maternelle et d'élémentaire avant et après l'école et sur le temps d'interclasse de midi dans quatre écoles communales, ainsi qu'un centre de loisirs du mercredi pour les 4-6 ans et un autre pour les écoliers du CP au CM2.

Je précise bien qu'il s'agit exclusivement de services offerts aux enfants des familles dont l'un des parents est mobilisé pour lutter contre l'épidémie, tous les autres devant s'appliquer les règles de confinement édictées par le gouvernement.

 

UNE CELLULE D'ÉCOUTE PSYCHOLOGIQUE

Pour répondre aux éventuels besoins de personnes inquiètes ou angoissées du fait de la situation sanitaire ou du confinement pouvant générer des troubles résultant du vécu de l'isolement ou l'enfermement, dans le cadre du partenariat que la commune a avec l'association spécialisée AVEF, une cellule d'écoute téléphonique est mise en place du lundi au vendredi de 9 heures à 17 heures (07 66 53 56 83).

 

LA RÉOUVERTURE DES MARCHÉS FORAINS AVEC UN DISPOSITIF SÉCURISÉ

Comme dans les communes voisines, et suivant les recommandations du gouvernement, un dispositif sécurisé permet la réouverture des trois marchés de la commune (centre-ville, Les Sablettes, Berthe) afin d'assurer l'approvisionnement des familles et éviter une grave perte de chiffre d'affaires aux commerçants. Seuls les forains de produits alimentaires sont autorisés. Des dispositifs évitant le contact rapproché entre clients et entre clients et forains sont obligatoires. Il n'est notamment pas question de retrouver les moments de convivialité et de palabre si prisés des Seynois sur la place Laïk du bas du marché du Cours Louis-Blanc. La police municipale sera déployée à cet effet. Les chalands devront présenter leur attestation de déplacement dérogatoire, avec la case « déplacements pour des achats de première nécessité » cochée. On comprendra qu'aucune tolérance ne sera admise.

 

UNE AIDE À LA RÉDACTION DE « L'ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE »

Pour prendre en compte la réalité de la fracture numérique, de l'illettrisme et de « l'illectronisme », plus patente à la Seyne que dans d'autres communes, de nombreuses familles ne possédant ni ordinateur ni imprimante, ne sachant naviguer sur le net, ou ne sachant lire et écrire, le bureau de la police municipale est ouvert pour aider les personnes en difficulté. Je remercie également très sincèrement les commerçants de proximité qui ont accepté de remplir ce rôle solidaire et qui vont donc peu à peu déployer ce service dans tous les quartiers de la ville. Je rappelle que la présentation de cette attestation à un contrôle policier est obligatoire et que les contrevenants s'exposent à une amende de 135 euros.

 

LA FORÊT DE JANAS EST CONCERNÉE PAR LES PRESCRIPTIONS DE CONFINEMENT

La dérogation de déplacement « pour une activité physique individuelle » s'entend explicitement, selon les textes officiels, comme « à proximité du domicile ». Quoi que chacun en pense, il n'est donc pas acceptable aux yeux de la règlementation que l'Office national des forêts ait relevé, en une seule heure ce mardi après-midi, plus de cent véhicules stationnés dans notre massif forestier de Sicié, dont la moitié sur le parking de Janas. J'avertis donc nos concitoyens qui ne seraient pas résidents immédiats de notre forêt communale qu'ils sont susceptibles d'être verbalisés, ainsi qu'il est exposé dans le communiqué ci-dessous publié par le préfet du Var.

 

J'en appelle une nouvelle fois au civisme et à la coopération solidaire de chacun. La collectivité s'efforce de remplir son rôle préventif, fût-ce par la réprimande voire la sanction, tout en assurant la continuité des services publics indispensables, et en apportant toute la contribution qu'elle peut en soutien aux services de santé. Il faut que chacun assume avec patience et sérieux sa propre responsabilité. Je sais que nous, les Seynois, fussions-nous pour beaucoup de nature un peu rebelle, savons aussi être, chacun de nous, les maillons sensés et avisés d'une belle chaine fraternelle.

 

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Civisme - prévention et sécurité
10 mars 2020 2 10 /03 /mars /2020 06:21

De surenchères en solution imaginaires, de recettes de tolérance triple zéro en exagérations inquiétantes de la situation, la course à celui des candidats qui se présentera comme le plus shérif de La Seyne est ouverte.

 

Il faut savoir raison garder. Et, pour ce faire, le nouveau petit film réalisé par notre colistier Jimmy Coste apporte en deux minutes quelques éléments permettant de juger par soi-même de la réalité de la situation en matière de tranquillité publique, de prévention des incivilités, de maintien de la sécurité et de lutte contre la délinquance...

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Civisme - prévention et sécurité
3 mars 2020 2 03 /03 /mars /2020 14:02

La Seyne est pour l'instant épargnée par le coronavirus, mais demain sera peut-être un autre jour. On a le devoir de ne pas écarter cette hypothèse. Anticipons donc, autant que faire se peut, pour éviter une éventuelle propagation, sans céder à quelque panique qui n'a, nous l'affirment les spécialistes, pas lieu d'être. Pour peu que nous respections un minimum de règles...

 

L'Agence régionale de la santé (ARS) de la Région Provence transmet aux communes en temps réel toutes les recommandations nécessaires. Nos fonctionnaires les mettent en œuvre. La plupart du temps, nos services communaux, dont je salue l'implication et le savoir-faire, ont anticipé. À titre d'exemple, même s'il est chaque jour plus difficile de se procurer du gel hydroalcoolique pour l'hygiène des mains, en trois jours, ils sont parvenus à fournir les lieux accueillant du public, à commencer par les écoles, en produits nécessaires. Une cellule de veille est en place à la mairie. Merci à eux.

Dans la perspective d'une prise en charge d'éventuels malades, j'avais, le 25 février dernier, saisi le directeur de l'ARS provençale par le courrier ci-dessous. Les réponses sont rassurantes : le Centre hospitalier intercommunal de Toulon – La Seyne (CHITS) est opérationnel pour faire face.

Et, bien qu'enclin, comme tout Méditerranéen, à serrer des mains et faire des bises, je m'astreins à respecter les conseils de prudence. Et j'invite chacun de mes concitoyens à faire de même. On pourra se rattraper lorsque l'épidémie sera derrière nous !...

J'ai trouvé intéressante cette petite vidéo mise en ligne sur le site Internet du quotidien Le Figaro, proposant une « recette » pour fabriquer soi-même un gel hydroalcoolique si, d'aventure, nos pharmaciens seynois venaient à se trouver en rupture de stock. On y accède en cliquant SUR CE LIEN. Et, si besoin d'en savoir plus, on peut utilement se rendre sur le site de l'​​​​​Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a publié un mode d'emploi bien complet.

Pas d'inquiétude particulière, donc, chers Seynois, mais prévention. Si chacun de nous s'y astreint, on y arrivera.

 

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Civisme - prévention et sécurité
27 janvier 2020 1 27 /01 /janvier /2020 08:26

À en croire certains, La Seyne se singulariserait du reste du Var et de la France par des chiffres affolants de l'évolution de l'insécurité et de la délinquance.

Vols avec ou sans violence, avec ou sans arme, cambriolages, destructions et dégradations, coups et blessures volontaires, s'accroîtraient dangereusement chez nous.

Comparons donc les réalités officielles, celles que publie chaque année le ministère de l'Intérieur...

 

Tous types de faits constatés, sur les quatre dernières années, La Seyne a connu une baisse de 14,29 %, passant de 2231 événements en 2016 à 1912 en 2019, avec une décroissance continue d'année en année.

À La Seyne, les vols liés aux véhicules ont diminué de 20,84 % sur la période, tandis qu'ils régressaient de 14,81 % en France.

Les cambriolages ont décru de 17,58 % chez nous, tandis que leur nombre baissait de 2,5 % dans l'ensemble du pays et progressait de 3,35 % dans le Var ( * ).

Les destructions et dégradations ont diminué de 18,71 % à La Seyne et de 5,76 % en France.

Les coups et blessures volontaires ont hélas progressé chez nous, de 8,6 %, mais c'est malheureusement aussi vrai pour le département du Var (+ 6,23 %), et surtout pour tout le pays, où leur nombre a augmenté, mais de manière bien plus significative, avec 22,86 % de plus de faits constatés.

 

LES EFFORTS PORTENT LEURS FRUITS

Les Seynois ne sont donc pas plus mal lotis, et même plutôt mieux dans l'ensemble, que les autres Français. Alors que la question de l'insécurité et de la délinquance surgit en cette période électorale, comme si les manifestations de méfaits résultaient des politiques municipales, on doit bien sûr déplorer les près de 2000 faits constatés l'an dernier, mais aussi faire preuve d'objectivité en regardant les évolutions en face.

L'État, puisque la sécurité est de sa responsabilité, par la police nationale, est bien efficace chez nous. L'effort du Département pour maintenir ses appuis aux services de prévention spécialisée a sûrement apporté sa pierre à l'édifice. La police municipale, dont les effectifs ont progressé de 20 %, a certainement aussi contribué par son déploiement préventif et par ses interventions. Les services communaux et les associations ont assurément également pris leur part, notamment pour l'éducation des plus jeunes par le sport, la culture et l'action socio-éducative.

 

L'EMPLOI, UNE CLEF MAJEURE POUR LA PRÉVENTION

Et, je suis en ce sens bien d'accord avec l'un de nos concurrents pour les élections prochaines, Philippe Le Sausse, qui annonce que « la première réponse à l'insécurité, ce ne sont pas la police ou les caméras, mais bien l'emploi », il faut se satisfaire des efforts conjugués des établissements et organismes de formation, dont notre Centre de formation d'apprentis des métiers de la mer, de notre Mission locale MIAJ, et en particulier de ses tuteurs bénévoles qui accompagnent les jeunes vers l'insertionde Pôle Emploi, avec son travail du quotidien et ses opérations événementielles grand public telles que la « Place de l'emploi et de la formation » qui se déroulera ce mardi après-midi sur la place de Berthe, avec un appui municipal constant, et naturellement des chefs d'entreprises très sensibilisés à l'insertion par l'emploi. Les chiffres en attestent...

Depuis 6 ans, on relève 987 entreprises de plus à La Seyne (+ 26%) [source INSEE]. L'emploi seynois est en croissance constante : de 19323 en 2006 à 22535 emplois en 2016 (+ 18%) [source INSEE]. En dix ans, on est passé de 1200 à 1500 entreprises et de 12000 à 17000 emplois (+ 40 %) dans nos zones d'entreprises (Les Playes, Brégaillon, Camp Laurent, La Millonne, Quiez, etc.) [source ADETO]. Et les derniers chiffres de l'emploi à La Seyne sont bien meilleurs que la moyenne du Var : de 2018 à 2019, baisse de 1,7 % du nombre total de demandeurs d'emploi (hausse de 0,3 % dans le Var), dont une baisse de 4 % chez les moins de 25 ans (Var : hausse de 0,3 %) et une baisse de 3,2 % chez les 25-49 ans (Var : baisse de 0,6 %) [source Pôle Emploi]. Ceci explique peut-être aussi cette régression de la délinquance...

 

DES MOYENS CONTRE LA CRIMINALITÉ ORGANISÉE

En revanche, avec le surgissement, depuis deux à trois ans, du banditisme criminel des narco-trafiquants dans l'aire toulonnaise, le sentiment d'insécurité s'est accru exponentiellement. C'est bien pourquoi je me suis battu auprès de l'État pour que notre territoire pour que des moyens exceptionnels soient déployés : brigade spécialisée de terrain, dispositifs de zone de sécurité prioritaire et de quartiers de reconquête républicaine.

Des moyens ont été obtenus. Peut-être encore et toujours insuffisants, mais les policiers font leur travail dans de meilleures conditions et avec efficience, les saisies de drogue, les arrestations et les condamnations en attestent. La tâche est longue et difficile pour éradiquer cette situation qui, se régénérant telle une hydre, gangrène nos quartiers, mais, avec les efforts de tous, nous y parviendrons.

 

: pour le département du Var, la comparaison n'est effectuée que de 2016 à 2018, et seulement pour les faits dont les données sont accessibles.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Civisme - prévention et sécurité
18 janvier 2020 6 18 /01 /janvier /2020 06:28

Quand on sollicite mon avis, je m'efforce de le donner. C'est ce que j'ai fait en réponse à ce qu'a entrepris le Premier ministre en confiant aux préfets des départements le soin de recueillir, en ligne, les avis des citoyens sur leur perception de la sécurité et la sûreté publiques, ainsi que des services d'État en charge de les assurer. De là, doivent être dégagées des « orientations de sécurité intérieure pour les années à venir ».

Moi qui indiquais il y a plusieurs années, dans un article du magazine municipal « La sécurité ? Une priorité ! », bien avant l'automne 2019 où un candidat à l'élection de mars prochain me plagiait en affichant « Ma priorité : la sécurité ! », je pense utile de faire partager aux Seynois les réponses que, comme citoyen, j'ai apportées à ce questionnaire. Il serait bien que tous ceux qui sont, comme moi, acteurs publics locaux ou qui aspirent à le devenir, communiquent aussi les avis qu'ils ont formulés. S'ils l'ont fait...

 

Si, à la question « À quelle forme d'insécurité ou de délinquance êtes-vous confronté ? », j'ai, parmi les réponses proposées, coché entre autres deux d'entre elles (occupations des halls d'immeubles et incivilités dans la rue), ayant en tête la prégnance de la délinquance, voire de la criminalité, du narcotrafic dans les parties communes résidentielles et les lieux publics, je passerai sur mes réponses aux autres "questions fermées", de style "questions à choix multiples" ou "oui/non/peut-être", ni très intéressantes sur le fond, ni très engageantes, pour porter à la connaissance des visiteurs de ce blog ce que j'ai répondu à deux invitations à rédiger un avis...

 

LE LIEN POPULATION – FORCES DE SÉCURITÉ

À l'item « Avez-vous des propositions ou des suggestions pour améliorer le lien entre la population et les forces de sécurité intérieure ? », j'ai formulé huit idées :

« 1/ Nécessité d'une présence visible, à pied ou à vélo, statique et non statique, aux heures et endroits utiles (susceptibles de varier en fonction des saisons ou des événements), de petites patrouilles de policiers nationaux pouvant intervenir en tant que de besoin mais allant surtout au devant des citoyens, des commerces, des services, pour échanger, rassurer, expliquer, prévenir, dans l'esprit des missions des anciens "îlotiers"

« 2/ Nécessité d'interventions construites avec les enseignants et éducateurs en direction des enfants, adolescents et jeunes, dans les établissements scolaires et de formation professionnelle et lieux dédiés aux activités des temps libres, pour expliquer la place et le rôle de la police

« 3/ Nécessité de rendez-vous "grand public" autour des enjeux de prévention, de tranquillité publique, et de sécurité

« 4/ Nécessité d'explications données lorsqu'un service n'a pas pu être rendu, ou pas correctement ou totalement rendu (impossible de déposer une plainte, ou impossibilité d'intervenir en temps réel, etc)

« 5/ Nécessité de conforter les formations à l'accueil et à l'échange avec les citoyens pour ceux des policiers qui peinent à exercer cette fonction touchant "l'humain", notamment "l'humain désorienté et victime"

« 6/ Possibilité de patrouilles communes avec la police municipale pour lutter contre le sentiment de deux missions divergentes (prévention ≠ répression)

« 7/ Nécessité de développer les opérations "coup de poing" visibles par la population, donc concourant à lutter contre le sentiment d'abandon de la puissance publique : Comités opérationnels départementaux anti-fraude (CODAF) en direction de commerçants peu scrupuleux, voire carrément auteurs de faits délictuels (insalubrité des espaces et des produits, travail dissimulé, fraude au droit du travail, de la fiscalité ou de l'assurance maladie, etc.), opérations en direction des acheteurs de stupéfiants, opérations de sécurisation avec des forces mobiles après les événements urbains violents ou les actes criminels terrorisant l'environnement, etc.

« 8/ Donc nécessité de renforcement des ressources humaines et logistiques des circonscriptions de police !!! »

 

LE CITOYEN ACTEUR DE LA SÉCURITÉ COLLECTIVE ? OUI, MAIS...

À l'item « De quelle manière [si vous le pensez], considérez-vous que les citoyens doivent participer activement à la sécurité collective et à la paix publique ? », j'ai répondu :

« Participation au partage d'informations sur les situations inquiétantes ou préoccupantes, anonymement ou non, via, entre autres, les moyens numériques mis en place par la police nationale, mais aussi via les élus et fonctionnaires territoriaux, dont les polices municipales, peut-être plus aisément abordables, qui doivent être en lien direct avec les circonscriptions de police. Mais ce impérativement sous réserve d'un code de processus "éthique" prévenant les délations ! »

 

 

 

Voilà. Vous savez l'essentiel de ma contribution. La sécurité publique est une affaire de l'État, même si rien n'interdit aux collectivités d'apporter leur contribution, ce que nous faisons avec constance à La Seyne, en collaboration avec la police nationale, et en ayant privilégié, dans les recrutements de personnels, alors même que les finances ne nous permettent plus de remplacer tous les départs à la retraite, les développements des ressources humaines de seulement deux de nos services communaux : celui de la jeunesse pour l'éducation préventive, et celui de la police municipale pour la prévention et le rappel à l'ordre, voire, si besoin, la répression.

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Civisme - prévention et sécurité
11 janvier 2020 6 11 /01 /janvier /2020 17:24

De notre concitoyen François Grosso, 94 ans, vétéran de la Première armée française libre, tout jeune engagé volontaire auprès de celui qui n'était encore “que” général, avant d'être élevé à la dignité de maréchal, Jean de Lattre de Tassigny, libérateur de La Seyne en août 1944, aux 45 jeunes Seynois et Ouest-Varois de 16 à 21 ans, filles et garçons, qui consacrent volontairement leurs temps libres de l'année scolaire à une découverte de la Marine nationale, formés aux savoirs, savoir-faire et savoir-être par de dévoués militaires réservistes, dans le cadre de la Préparation militaire marine “Amiral Trolley de Prévaux” dont la ville de La Seyne est la marraine, en passant par la rencontre conviviale avec les bénévoles de  notre Réserve communale de sécurité civile, si actifs en prévention des incendies de forêt, et en appui aux service de secours lors des feux, de la canicule, des inondations et de tous les incidents qui jalonnent notre vie locale, ce samedi aura été riche de belles rencontres avec des Seynois de tous âges, de toutes conditions, de tous quartiers, ayant comme point commun une vraie volonté de se rendre utiles.

Je ne peux qu'encourager le maximum de nos concitoyens à faire comme ces Seynois dont l'altruisme constitue un exemple à saluer.

 

 

 

 

Repost0

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE