14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 09:59

Vous l'aurez peut-être lu ce samedi dans le quotidien Var-matin (ci-dessous), il me semble important, à La Seyne peut-être plus qu'ailleurs, que ceux de nos concitoyens qui se lancent dans la course à l'élection législative pour notre 7ème circonscription varoise (Bandol, Saint-Mandrier, Sanary, La Seyne et Six-Fours) aillent au fond des choses quant aux projets qu'ils porteront.

Je considère de mon devoir de maire de favoriser le questionnement et l'information de mes concitoyens seynois afin qu'ils soient le plus nombreux possible à s'emparer en toute connaissance de cause d'un bulletin de vote pour choisir quelle politique ils veulent pour la France, et donc pour La Seyne, et non en fonction de simples slogans, d'affirmations de « vérités » qui peuvent ne pas toujours en être, de belles stratégies de communication, voire pire, du « look » de tel prétendant ou de la tonalité de la campagne de tel ou tel d'entre eux...

C'est pourquoi, après avoir recueilli auprès nombre de mes concitoyens leurs attentes, inquiétudes ou suggestions, j'adresse, dès à présent, pour ceux qui ont déclaré leur candidature, ou dès qu'ils l'auront fait pour les autres, une lettre par laquelle je leur demande, au nom de l'indispensable vie démocratique citoyenne, d'apporter des réponses sur sept thèmes majeurs pour la vie locale : les services publics, l'égalité territoriale, l'éducation, l'économie et l'emploi, le logement, le développement soutenable, et la coopération intercommunale.

Et je leur propose de faciliter la communication de leurs réponses auprès du plus grand nombre de Seynois, citoyens, acteurs économiques, associatifs et sociaux.

J'invite chacun à lire ce courrier en cliquant sur l'image ci-contre. —> —> —> —> —> —>

7ème circonscription législative... 7 questions pour La Seyne aux candidats
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 07:55

Je rappelle à nos concitoyens l'invitation d'élus de notre majorité à prendre part à un « forum citoyen » ce mercredi soir, de 18 heures 30 à 20 heures, à la Bourse du Travail, avenue Gambetta, à La Seyne.

Un certain nombre d'élus de l'équipe municipale, de diverses sensibilités de la gauche et de l'écologie, en quelques phrases, exposeront leurs visions respectives du vote qu'il conviendra d'émettre dimanche prochain, à l'occasion du second tour de l'élection présidentielle. Les personnes présentes pourront ensuite donner, à tour de rôle, dans le respect et l'écoute mutuels, leurs propres avis, brièvement, pour que chacun de ceux qui le souhaiteront puisse s'exprimer.

 

LA MUNICIPALITÉ N'A INVITÉ AUCUN REPRÉSENTANT DE M. MACRON !

Il ne s'agit aucunement d'une réunion publique en faveur de M. Macron et de son projet, contrairement à ce que pourrait le laisser penser un article paru ce jour dans le quotidien Var-matin, mais une initiative s'inscrivant dans la démarche de démocratie citoyenne à laquelle la majorité municipale est attachée.

La municipalité n'est à l'origine, ni de l'initiative de la venue annoncée par le quotidien local d'un représentant de M. Macron pour exposer le programme de celui-ci, ni, a fortiori, de la communication de cette information que la presse a relayée.

Ce serait d'ailleurs tout à fait illégal qu'une collectivité locale le fasse au regard du droit électoral.

Dans l'impossibilité de faire paraître cette précision dans la version imprimée du journal, puisque la rencontre a lieu ce soir même, je remercie les visiteurs de mon blog de relayer cette nécessaire mise au point, que je demande tout de même à Var-matin de bien vouloir publier sur son site Internet.

1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 03:48

Comme pour le premier tour de l'élection présidentielle, j'ai relancé un appel aux citoyens volontaires pour assurer, ainsi que la Loi le prévoit, le fonctionnement des bureaux de vote en s'y impliquant en qualité d'assesseurs des présidents.

On trouvera tous renseignements en allant sur le site Internet de la commune que l'on peut rejoindre en cliquant ICI ou sur l'image ci-contre.

Mais j'ai également adressé le courrier ci-après aux délégués de Mme Le Pen et M. Macron pour que leurs organisations désignent chacune 94 assesseurs (un titulaire et un suppléant pour chacun des 47 bureaux de vote seynois). On en était très loin, pour ces candidats-là, au premier tour.

Ce ne devrait pourtant pas être très compliqué de mobiliser moins d'une centaine de citoyens lorsqu'il y en a eu, dans notre commune, 9869 pour l'une et 6131 pour l'autre qui ont accordé leurs suffrages aux deux candidats restant en lice pour le second tour. J'espère que mon appel sera entendu.

 

« Messieurs les délégués,

« Je me permets d'attirer votre attention sur l'absolue nécessité de me proposer avant le samedi 6 mai (règlementairement le jeudi 4) la liste des personnes s'engageant à remplir les fonctions d'assesseurs représentant les candidats dont vous êtes délégués pour les 47 bureaux de vote de la commune à l'occasion du second tour de l'élection présidentielle fixé au 7 mai prochain.

« Les bureaux de chacun des 47 sites où se déroulera le scrutin doivent en effet être composés a minima de quatre personnes (un président, deux assesseurs et un secrétaire.

« Comme pour le premier tour, les élus du conseil municipal et certains citoyens de la commune assureront le rôle de présidents des bureaux, mais, vous le savez, il appartient aux candidats de se faire représenter par des assesseurs, à raison de deux personnes par candidat (un titulaire et un suppléant) et par bureau, permettant ainsi d'assurer une présence minimale de deux membres du bureau tout au long de la journée, notamment lorsque certains d'entre eux doivent s'absenter, à tour de rôle, pour aller eux-mêmes voter ou se restaurer.

« J'ai, certes, relancé un appel aux assesseurs proposés par les candidats éliminés à l'issue du premier tour, mais il est à craindre que beaucoup fassent défaut.

« J'ai également relancé un appel à l'implication de citoyens volontaires non représentants de candidats (cf. Var-matin du 26 avril et le site Internet la-seyne.fr), mais, là aussi, je dois craindre, à l'instar du premier tour, que trop peu de nos concitoyens acceptent de se mobiliser.

« Il est donc indispensable que les candidats du second tour mobilisent eux-mêmes des citoyens pour faire vivre l'acte démocratique qu'est le vote, depuis un quart d'heure avant l'ouverture du scrutin prévue à 8 heures jusqu’au terme des opérations de dépouillement. C'est la garantie d'une organisation fluide et de l'impartialité des opérations.

« Je ne voudrais pas que le président de tel ou tel bureau, comme la loi le stipule au cas où, à l'ouverture, celui-ci ne pouvait être constitué de 4 personnes, se retrouve dans la situation où il devrait réquisitionner des électeurs présents, qui ne peuvent se dérober à leur devoir (sauf s'ils ne savent ni lire ni écrire), ce qui ne manquerait pas de nuire à l'image de la démocratie.

« J'espère pouvoir compter sur votre implication et je vous en sais gré. Notre service communal des élections se tient à votre disposition pour toute information à ce sujet.

Veuillez agréer, etc... »

26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 05:25

On la reçoit depuis une semaine sur le canal 30 de la TNT. Elle s'appelle Var Azur TV. Et, pour ceux qui, comme moi depuis dix-sept ans, ont fait le choix de ne plus avoir de téléviseur chez eux, on peut revoir certaines de ses émissions sur son site Internet varazur-tv.fr. Je lui souhaite une belle et longue vie.

Depuis deux jours, et pendant toute la semaine, deux de ses animateurs, Morgane Las Dit Peisson et Philippe Salciccia — un de mes anciens élèves du collège Henri-Wallon — mettent La Seyne à l'honneur chaque jour au travers d'une de l'un des programmes de la chaine, « La grande émission », d'une durée quotidienne d'une demi-heure, à partir de 18 heures 30.

 

LA SEYNE À L'HONNEUR TOUTE LA SEMAINE SUR LA TÉLÉVISION VAROISE

J'ai eu l'honneur et le plaisir d'être convié, avec Chantal Lemetayer, dirigeante de l'entreprise navale « Monaco Marine », en cours d'implantation sur notre littoral du Bois-Sacré, à participer la toute première de la série consacrée à notre ville, diffusée il y a deux jours.

J'invite les visiteurs de mon blog à passer un moment devant leur écran pour découvrir ce média local qui, à n'en pas douter, concourra dans la durée à la promotion de notre département du Var, comme le font pour nos voisins les deux "grandes sœurs" de Var Azur TV, gérées par la même société, celle qui couvre les Alpes-Maritimes (Azur TV) et celle qui est diffusée dans les Bouches-du-Rhône (Provence Azur TV).

Gageons que Var Azur TV ne m'en voudra pas — c'est pour la bonne cause de sa promotion —  de donner à voir en replay l'émission qui nous a si aimablement accueillis...

 

25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 04:31

Le premier tour de l'élection présidentielle s'est plutôt bien passé à La Seyne.

Il s'est certes déroulé avec quelques difficultés d'organisation découlant du nouveau découpage géographique des bureaux de vote, rendu obligatoire par la loi. Malgré les nombreuses informations diffusées par le service municipal des élections, notamment sur le site Internet de la commune, et l'expédition de nouvelles cartes d'électeurs comportant l'adresse précise du lieu de vote de chacun, nombre de nos concitoyens ont peiné à trouver l'endroit où ils pouvaient exercer leur droit et accomplir leur devoir électoral. En outre, quelques rares incohérences dues aux moyens techniques ont compliqué la tâche. Ces problèmes ont ralenti le déroulement des opérations de vote dans les bureaux, mais le scrutin a pu se dérouler tout à fait normalement.

 

UNE BONNE PARTICIPATION DES ÉLECTEURS DANS TOUS LES QUARTIERS

Je veux ainsi remercier les électeurs seynois qui ont souvent dû faire preuve de patience et qui ont permis de limiter le taux d'abstention à 23,8 %, proche de la moyenne départementale de 21,8 %, et inférieur à la moyenne nationale des communes abritant des quartiers défavorisés où la participation est hélas généralement moindre, et où a été relevée une abstention moyenne de 26,5 % pour ce scrutin.

Nos quartiers populaires prioritaires de Berthe et du centre-ville ont d'ailleurs voté à 65,7 %, ce qui est mieux, par exemple, que les quartiers nord de Marseille, et bien mieux que les sites d'habitat social de nombre de banlieues parisiennes ou lyonnaises où l'abstention a parfois atteint près de 50 %. Il est encourageant que ceux de nos concitoyens victimes, plus que d'autres, d'une relégation sociale, économique et urbaine, aient manifesté un intérêt réel pour cette élection. Qu'ils en soient complimentés.

 

LES CANDIDATS DU DEUXIÈME TOUR DOIVENT DÉSIGNER LEURS ASSESSEURS 

Je tiens également à remercier les personnels communaux qui ont assisté les présidents, assesseurs et scrutateurs des bureaux de vote, quant à eux tous bénévoles et à féliciter pour leur engagement. La République prévoit en effet que l'organisation des scrutins repose sur l'implication de bon gré des citoyens eux-mêmes, notamment les équipes des volontaires proposées par les candidats, et des élus, majoritaires et minoritaires, qui ont tous été à leur poste.

Et j'invite les délégués des deux candidats restant en lice, Mme Le Pen et M. Macron, à s'employer à désigner pour le deuxième tour deux assesseurs pour chacun des 47 bureaux seynois, faute de quoi il est à craindre que certains bureaux pourraient ne pas ouvrir et la belle image de la démocratie que La Seyne a donnée au premier tour en serait ternie.

5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 10:24

C'est une idée des fonctionnaires communaux. Et une bien belle idée, je trouve. Pendant que certains, à l'échelle nationale, parlent et se comportent de telle façon que la démocratie risque d'en sortir bien meurtrie, des agents municipaux, conscients et consciencieux, se préoccupent de la bonne tenue des bureaux de vote des quatre tours d'élections prévus dans les prochains mois.

Et ils ont raison. Les élus municipaux ont certes l'obligation d'assurer la présidence des bureaux de vote, mais, fussent-ils tous mobilisés, leur nombre ne peut suffire à constituer les équipes, d'au moins quatre personnes, devant organiser et contrôler le déroulement des scrutins dans la cinquantaine de lieux où sont accueillis les électeurs seynois. Et il est de plus en plus difficile d'obtenir des partis politiques qu'ils proposent ne serait-ce qu'un assesseur par bureau.

 

DES VOLONTAIRES POUR FAIRE VIVRE LA DÉMOCRATIE

Comme dans d'autres villes, en France, nos fonctionnaires ont eu l'idée de lancer un appel à l'ensemble des citoyens attachés à la démocratie, prêts à consacrer bénévolement quelques heures dominicales à une présence dans les lieux de vote.

C'est à la portée de tout un chacun, même totalement inexpérimenté en la matière, d'autant qu'il ne s'agit que d'assister le président et le secrétaire du bureau, formés et rompus à l'exercice.

 

SEYNOIS, FAISONS MENTIR CEUX QUI NE CROIENT PLUS À LA DÉMOCRATIE !!!

Il suffit d'être inscrit sur les listes électorales d'une des communes de notre département et de se manifester au plus tard trois jours avant la date du scrutin auprès du service des élections de notre mairie.

Toutes les informations pratiques sont données sur le site Internet de la commune. Ce serait drôlement bien que, grâce aux citoyens seynois eux-mêmes, les élections présidentielle et législative soient chez nous de belle tenue !

30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 10:03

En déplacement à Paris, tant pour l'association « Ville & Banlieue » que pour une rencontre avec les opérateurs du projet de notre « Atelier mécanique », notamment pour évoquer la typologie des activités qui, outre les cinémas et hôtels, s'y installeront, je n'ai pas pu apporter ce jeudi ma vision de l'évolution du statut de « Toulon Provence Méditerranée » de communauté d'agglomération vers celui de métropole.

C'est notre maire-adjoint Anthony Civettini, conseiller communautaire communiste seynois, qui s'est chargé de communiquer, même s'il ne la partage pas en tous points, ma position aux membres de l'assemblée intercommunale.

J'observe ainsi au passage que, même si la majorité municipale seynoise est composée de sensibilités diverses de la gauche et de l'écologie, ayant, sur ce sujet comme sur d'autres, des visions spécifiques, tel de ses membres est à même de porter la parole de tel autre sans renier ses convictions, et tous de rechercher ensemble les compromis utiles à la population.

D'autres, à de bien plus hauts niveaux, seraient peut-être bien inspirés de faire de même, au moins pour prévenir certaines catastrophes...

Voici donc l'intervention que notre adjoint a faite en mon nom...

 

« La communauté d'agglomération "Toulon Provence Méditerranée" peut désormais changer de statut et accéder à celui de métropole.

« Si certains membres de sa majorité municipale ont des inquiétudes découlant d'une analyse critique des lois NOTRe et MAPTAM, le maire de La Seyne, retenu à Paris en sa qualité de président de l'association des maires "Ville et Banlieue" de France, est quant à lui favorable à cette mutation et m'a demandé d'en faire part au conseil communautaire.

 

UNE INTÉGRATION MÉTROPOLITAINE POUR LA FORCE ÉCONOMIQUE

« Il considère que la mondialisation économique, certes largement critiquable en ce qu'elle est au service du capitalisme financier, est une donnée hélas incontournable. La concurrence entre les territoires est rude pour garantir la dynamique économique et l'offre d'emploi. Les échanges entre les zones à enjeux de développement, notamment entre pays occidentaux et pays émergents, s'exercent désormais à des échelles qui dépassent largement les espaces communaux. Tel ainsi le champ de la coopération décentralisée.

« L’ouverture à l’international est en effet une véritable opportunité pour notre territoire. Elle participe de son rayonnement entre Marseille et Nice. Elle est en outre une opportunité réelle pour nos entreprises en termes de développement de l’emploi, de l’activité et des savoirs faire notamment industriels locaux.

« Simplement à titre d’exemple, nous sommes sollicités pour un partenariat avec la ville de Qingdao, dans la province chinoise du Shandong, comme nous en plein développement de son économie liée à la mer, pour établir des relations politiques et économiques avec l'Europe dans le cadre du programme "Chine villes d'avenir". Même chose avec la vile de Can Tho au Viet Nam (8 % de croissance) qui cherche des partenariats avec notre territoire et nos industries. Même chose encore avec Alger qui cherche des solutions pour le désenclavement de sa baie et qui a trouvé, par nos relations, que notre système de bateau bus était une réponse pertinente pour leur problématique.

« N’oublions pas donc dans notre Métropole la création cet axe de développement éminemment stratégique.

« Marc Vuillemot est de ceux qui considèrent que la "métropolisation" peut contribuer à rétablir les échelles, dans l'intérêt partagé de tout le territoire, faute de quoi ce seront les seules métropoles européennes actuelles, comme Marseille et Nice pour notre région, qui tireront parti des dynamiques économiques.

 

COOPÉRER POUR CONTRER LES DIMINUTIONS D'APPUIS PUBLICS AU TERRITOIRE 

« Par ailleurs, à l'heure où les collectivités locales sont cruellement mises à mal par un État qui diminue de manière drastique ses dotations financières, l'heure est aux économies d'échelle, à la mutualisation, et à la commande publique groupée pour obtenir les offres les plus avantageuses. L'intégration, souvent volontaire, de compétences des communes aux intercommunalités, est longue et difficile, et en tous cas dans un calendrier qui voit l'écart se creuser entre le rythme infernal des baisses des aides publiques et celui, hésitant, des regroupements intercommunaux d'intérêts partagés. Et l'amoncellement des espaces de direction et de gestion, communaux, territoriaux et départementaux, outre qu'il est coûteux, rend illisibles et conflictuelles les conduites de projets.

« La recherche des équilibres financiers communaux devient chaque année plus hasardeuse, et, notamment pour les communes historiquement en difficulté, il apparaît au maire de La Seyne que la métropole peut être une chance de contenir les dépenses pour un service public égalitaire, et, à terme, bien entendu lissé dans le temps, comme c'est le cas pour l'assainissement, de viser l'égalité de contribution citoyenne, quelle que soit la commune où l'on vit, à condition bien sûr qu'aucun gouvernant n'ait la fâcheuse idée de faire disparaître cette contribution territoriale sans la compenser à l'euro près, comme c'est trop souvent été le cas.

 

DES POLITIQUES INTÉGRÉES DES MOBILITÉS, DU LOGEMENT, ET DES SERVICES

« En outre, Marc Vuillemot évoque souvent un exemple : chacun des douze maires de TPM aura sûrement été confronté aux récriminations de tel citoyen lui reprochant des atermoiements dans la réfection d'un carrefour routier malcommode. Et, neuf fois sur dix, c'est parce que les voies qui s'y rejoignent sont pour certaines communales, pour d'autres intercommunales, et pour d'autres départementales. Le maire de La Seyne considère que la "métropolisation", confiant la gestion de toutes les voiries essentielles à l'intercommunalité, permettrait de gagner en simplicité.

« Ce serait aussi, selon lui, le cas, avec la politique du peuplement, celle du logement social qui doit être mieux réparti sur l'ensemble du territoire, celle des mobilités qui ont à gagner d'une approche encore plus intégrée, et, globalement, celles de l'ensemble des services publics.

 

FAIRE LA MÉTROPOLE AVEC SES COMMUNES ET SES HABITANTS

« Il reste que l'enjeu sera de maintenir le rôle des communes dans une logique de démocratie de proximité. L'histoire de l'organisation territoriale de notre République est ainsi faite depuis la Révolution française : nos concitoyens sont attachés à leurs communes et leurs élus de proximité. Le maire de La Seyne estime qu'il faudra faire preuve d'une extrême vigilance et d'une capacité d'imagination pour construire les modalités d'un échange dialectique entre les communes et la métropole.

« Toutes les communes n'ont pas la même histoire et la même culture. Il faudra veiller à ne pas aggraver la distension du lien entre les populations et leurs édiles, déjà gravement fragilisé.

« C'est pourquoi, si Marc Vuillemot rappelait l'été dernier qu'Hubert Falco disait il y a deux ans que "nul ne peut arrêter l'Histoire, l'avenir du Var passera forcément par une métropole toulonnaise", il ajoutait que ça ne pourra se faire qu'en engageant un débat public avec les 430.000 habitants de notre agglomération, car l'enjeu est d'une importance absolue et le risque est réel de déperdition démocratique.

« Sous ces réserves de respect des identités communales, d'association des habitants à la définition de leur devenir commun, et naturellement de vigilance vis-à-vis d'un État qui devra poursuivre durablement son incitation financière à l'intégration intercommunale, le maire de La Seyne m'a prié d'indiquer que, s'il laisse libres les groupes de son conseil municipal d'adopter la position qui leur convient au regard de leurs choix politiques, il estime pouvoir recueillir l'assentiment majoritaire de l'assemblée communale seynoise pour entreprendre la mutation métropolitaine de TPM. »

22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 06:05

Nous étions, samedi dernier, rassemblés sur la place Laïk, notre historique agora du bas de notre marché provençal où les palabres vont bon train, pour accueillir comme nouveaux acteurs de la République, les Seynoises et Seynois devenus majeurs ces derniers mois.

Il s'agissait de leur remettre à la fois dans la solennité et dans la convivialité leur « Livret citoyen » et leur toute première carte électorale.

Le propos que je leur ai tenu à cette occasion...

 

« Mesdames, Messieurs,

« Et je m'adresse an particulier à vous les jeunes qui êtes ici, bien présents - et je vous en félicite -, pour cette remise du livret citoyen.

« Pour la plupart, vous venez d’avoir 18 ans et vous accédez à la pleine citoyenneté.

« Ce n'est pas rien, cette étape de votre vie, vous en avez conscience. Ce moment, nous le passons ensemble, ici, prenant à témoin nos concitoyens, sur une place publique, la place Laïk, au coeur de notre ville.

« C'est un acte symbolique bien sûr. Mais il marque le fait que vous devenez des citoyens de la République à part entière, par votre nouveau droit : voter.

« Je le disais, nous voici sur une place publique. Pourquoi ? D'abord parce que la République a besoin de transparence, elle doit, dès qu'elle le peut, s'exprimer au milieu du peuple.

« Car elle appartient à toutes et tous.

 

LA RÉPUBLIQUE, CE N'EST PAS SE RETROUVER DANS L'ENTRE-SOI

« Publique, notre rencontre aujourd'hui est également bien réelle. Elle n'est pas virtuelle, dématérialisée. Sans critiquer les réseaux sociaux, là, on n'y est pas... Nous ne sommes pas cachés derrière une adresse IP, nous nous regardons droit dans les yeux, on se fait un signe, on se serre la main ou on se fait la bise... Bref, on vit dans le monde réel.

« Ce monde réel qui peut être terrible, difficile, hostile parfois, c'est vrai. Mais qui recèle aussi tellement de richesses, qui peut être magnifique, plein de joie et d'espoir.

« La République, ce n'est pas non plus se retrouver entre soi, de façon égoïste, et encore moins agressive ou haineuse comme c'est le cas parfois.

« L'actualité de 2016, et ces tous derniers jours à Grasse, au lycée Tocqueville, montre que la violence folle, parfois sans raison rationnelle, parfois résultat du fanatisme et du désespoir... Et la peur, qui aveugle et empêche, justement, de se parler, de se comprendre, hélas, parfois...

« Vous l'avez compris. Plus la République est forte, forte de vous toutes et tous, plus elle sait s'ouvrir sur le monde et les autres. Affirmer notre identité ? Nos identités, bien sûr ! Mais pour nous enrichir de nos différences.

« Et faire obstacle à ceux qui n'ont pas compris les mathématiques et qui ne connaissent que la soustraction et la division. Jamais l'addition, la multiplication.

« Au contraire, être citoyen, c’est se donner la capacité, chacune, chacun, de s’élever au dessus de ses seuls intérêts, pour se soucier du bien public, de l'intérêt général.

 

DES VALEURS UNIVERSELLES

« Ces valeurs, historiquement, portent une dimension morale et universelle. Dois-je rappeler qu’elles ont inspiré, et inspirent encore, nombre de peuples qui cherchent les instruments de leur liberté ?

« Une liberté de pensée, une liberté d’agir, mais une liberté relative… En effet, cette liberté est inscrite dans le cadre de règles communes. L’histoire montre que l’excès de liberté des uns tourne immanquablement en excès de servitude de tous. La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent.

« Cependant le danger serait grand de ne pas user de notre libre arbitre et de ne pas le protéger pour tous. Notre devoir, votre devoir désormais, est de permettre la liberté de conviction des autres, les minoritaires, les faibles, les fragilisés. C’est cela être citoyen, c’est cela la République… quand elle est vertueuse.

« C’est un combat ! Ce combat n’est jamais fini. C’est à vous, à nous, tous les citoyens, d’être vigilants. Vous êtes nés à la fin d’un siècle qui connut le fer et le sang ; pourtant surgissent encore les démons qui ont fait le malheur du passé : antisémitisme, racisme, xénophobie… loin, très loin, de la notion républicaine de fraternité.

« Dans notre République, la première des valeurs réside dans la communauté de destin de chacun de ses fils et filles, qu’il ou qu’elle s’appelle Pierre, Djamila ou Cali. Ni l’origine, ni l’appartenance philosophique ou religieuse, ne doivent différencier les citoyens français, ils sont égaux en droits et en devoirs. La République doit protéger le faible, et se doit d’être solidaire.

« Vous l’avez sans doute appris à l’école, la vertu républicaine réside dans la séparation des pouvoirs : l’exécutif est tempéré par une justice indépendante (je ne ferai pas de commentaires), par un législatif créatif et représentatif. Le peuple, c'est-à-dire vous et moi, en principe, a le dernier mot.

 

UNE PIERRE ANGULAIRE : LA LAÏCITÉ

« Retenez que la vigilance, c’est vous, collectivement, par le vote, qui l’exercez. C’est vous qui donnerez à la République indignité ou vertu : désintéressez- vous de la chose publique et vous aurez, au mieux, une démocratie d’élus, dont les valeurs reposeront sur leurs seules qualités d’hommes… qui restent faillibles.

« Nous devons être attentifs à combattre l’exaltation des particularismes qui séparent, qui excluent. Avec, la liberté, la fraternité, l’égalité, la République repose sur une pierre angulaire : la laïcité.

« Le principe est inscrit à l’article premier de notre Constitution. C’est pourquoi le ciment commun reste nécessairement, encore et toujours, l’école publique, laïque et obligatoire. Elle a ses défauts, des échecs, mais aussi une volonté de cohésion sociale, un humanisme universel, des règles de vie commune, une valorisation des potentialités individuelles.

« Ainsi la République des citoyens est une volonté qui agit, qui a bataillé pour la justice sociale, qui a conquis l’éducation gratuite et obligatoire, le droit de grève, la liberté syndicale, la sécurité sociale. Pourvu que ça dure…

« La République des citoyens a su tendre la main à ceux dont la naissance pouvait être un frein. C’est la singularité de notre nation, de notre drapeau, du français langue commune, même si les langues minoritaires doivent avoir droit de cité : se battre pour la paix, la justice, les droits de l’homme.

 

LA TRANSMISSION DU SAVOIR, POUR PERPÉTUER LA RÉPUBLIQUE

« Pour finir, je vous dirai que le citoyen est un sujet de droit. Il jouit des libertés individuelles, la liberté de conscience et d’expression, la liberté de s’associer – indispensable loi de 1901 - la liberté d’aller et venir, de se marier, d’être présumé innocent s’il est arrêté par la police, d’avoir un avocat pour être défendu, de participer à la vie publique, de voter et de se présenter aux élections, et bien d’autres choses…

« En revanche, il a l’obligation de respecter les lois, de participer aux dépenses collectives en fonction de ses ressources, de défendre la société, … car attention, l’incivilité est la fille naturelle du sentiment que tout est dû sans contrepartie. Nous devons, chacun à notre place, agir en pleine responsabilité.

« L’une de ces responsabilités, - vous serez sans doute parents un jour -, est l’éducation. L’éducation se fait tout au long de la vie. Le Savoir, les savoir-être, les savoir-faire, sont des biens précieux. Il convient de les protéger, de les faire croitre, et, surtout, de les transmettre. Car le pouvoir n’est pas dans sa détention mais bien dans sa transmission.

« Je forme le vœu, en vous remettant ce livret citoyen, que vous contribuiez à préserver ce droit à la connaissance, à l’éducation, seule façon de perpétuer la République. »

2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 16:45

Bernard Cazeneuve a annoncé ce mercredi aux présidents des sept intercommunalités appelées à devenir métropoles, dont le « Grand Toulon », qu'elles accèderont à ce nouveau statut dès le 1er janvier 2018.

Comme Hubert Falco, je me réjouis de voir que notre territoire va être la 14ème plus importante aire métropolitaine de France.

J'invite l'ensemble de nos élus et fonctionnaires communaux à s'engager dès à présent, avec ceux de « Toulon Provence Méditerranée » et des onze autres communes, dans la préparation active de cette transition qui devra apporter un plus en matière de dynamique économique, de développement soutenable, d'organisation urbaine, de mobilités, d'habitat, de vie culturelle et sociale, d'égalité et solidarité territoriales.

Dès que possible, je constituerai un conseil consultatif et coopératif de citoyens seynois volontaires. Ce conseil aura pour objet d'accompagner le passage vers cette nouvelle identité territoriale. Les craintes étant que nos populations soient éloignées des lieux de décision, qu'il y ait une perte d'identité, ou pire que le déficit de démocratie locale se creuse, il est indispensable d'associer les citoyens à cette mutation institutionnelle.

30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 04:11

Demain, le 31 décembre, c'est le Réveillon. Oui, nous nous y préparons tous. Mais pas que...

C'est aussi le dernier jour pour s'inscrire sur les listes électorales si l'on veut voter en 2017, pour les présidentielles d'avril-mai et les législatives de juin. Et même pour les primaires citoyennes du Parti socialiste et de ses alliés des 22 et 29 janvier.

Attention. Certains pensent qu'ils sont inscrits parce que ça s'est fait automatiquement lors d'une démarche telle que le recensement des jeunes. À vérifier. En France, on dit que, dans 15% des cas, une petite démarche complémentaire n'a pas été effectuée, et, patatras, on n'est pas inscrit.

D'autres ont déménagé, y compris sans changer de commune, en omettant de le signaler au service des élections de leur mairie. Il leur a été expédié à leur ancienne adresse une carte électorale à l'occasion de la dernière révision des listes, et celle-ci a naturellement été retournée à la mairie portant la mention "n'habite pas à l'adresse indiquée" ; il est possible que la commission électorale les ait radiés, estimant qu'ils ont quitté le territoire communal.

Certains sont nouveaux venus chez nous — et ils sont nombreux à La Seyne, dont la population a crû de 10% en douze ans ! Même s'ils n'ont pas procédé à leur radiation à la mairie de leur ancienne commune de résidence, ils peuvent s'inscrire à la mairie de leur nouveau domicile.

Vérifiez donc si vous voulez exercer votre droit — et je dirais même votre devoir — de citoyens.

Après samedi 31 décembre à 12 heures, il sera trop tard !

Pour La Seyne, vous trouverez toutes indications utiles sur la démarche à accomplir en cliquant sur ce lien du site Internet de la mairie.

Et grand merci aux agents communaux du service "élections" du pôle "population" qui vous accueilleront tandis que beaucoup d'entre nous préparerons les agapes !...

Publié par Marc Vuillemot - dans Démocratie locale et communication

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM