13 mai 2022 5 13 /05 /mai /2022 04:12

Étrange comme les gens évoluent...

 

« La mairie, que l’on appelait autrefois “La maison pour tous” est devenue à La Seyne [sous les mandats Vuillemot] la maison de la CGT. Rien d’étonnant lorsque l’on sait que le maire [Vuillemot] a fait le choix d’aller à Toulon défiler avec les siens plutôt que d’être présent au Monument aux Morts où se déroulait la cérémonie d’hommage aux Morts pour la France lors de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie… », se scandalisait à mon propos dans Var-matin, en 2019, un conseiller municipal d'opposition de droite, me reprochant de n'avoir pas empêché le déploiement d'une banderole revendicative au fronton de l'hôtel de ville.

 

Le même élu, devenu adjoint à la maire en 2020, est désormais bien silencieux. Pourtant, la maire et la majorité municipale ont boudé la dernière commémoration rendant hommage aux morts de la guerre d'Algérie qui s'est tenue il y a deux mois. Et je ne l'entends pas plus pousser de cris d'orfraie tandis que le même syndicat de fonctionnaires territoriaux a déployé ce jeudi une autre banderole sur la façade de la mairie sociale Paul-Raybaud, qui ne doit pas revêtir pour lui le même caractère de « maison pour tous » que la mairie principale en 2019.

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

Je ne lis pas non plus dans les colonnes du quotidien régional de déclaration offusquée du responsable du groupe du Rassemblement National qui, en cohérence avec « La Coalition » regroupant des gens de droite et d'extrême-droite qui allait remporter les élections, tenait en 2019 à peu près les mêmes propos outragés au sujet de cette banderole que son collègue de la droite républicaine : « La mairie de La Seyne n’a pas vocation à être l’officine de quelconque syndicat ou parti politique ; c’est avant tout la maison du peuple. ». Il n'était d'ailleurs pas plus présent que ses collègues de droite à la récente cérémonie d'hommage aux disparus de la guerre d'Algérie.

 

Si une nouvelle banderole a flotté sur la façade d'un édifice public communal, c'est qu'un mouvement social mobilise des personnels pour leur défense.

 

Et les deux élus donneurs de leçons, en tous cas, seraient bien inspirés de s'intéresser au sort peu enviable réservé aux fonctionnaires territoriaux du Centre communal d'action sociale qui assurent le service public des aides à domicile des personnes âgées ou en perte d'autonomie, auxquels la maire refuse le dialogue pour négocier de meilleures conditions de travail et de salaire, ce qui justifie le mouvement social qu'accompagne en ce moment la CGT, comme celle-ci défendait en 2019 les retraites, les emplois, les salaires, la sécurité sociale et les services publics.

 

Et de répondre à leurs légitimes attentes. On le leur doit. Rappelons-nous : ils étaient parmi les « premiers de corvée » qu'on applaudissait tous les soirs pour leur abnégation au début de la pandémie de coronavirus...

 

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

 

 

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Devoir de mémoire Démocratie locale et communication
12 mai 2022 4 12 /05 /mai /2022 07:41

Le feuilleton des aventures la majorité municipale seynoise continue avec de nouveaux épisodes. Mais pas pour le plus grand bonheur des Seynoises et des Seynois. Les sages et vénérables commentateurs de la place Laïk, au bas du marché, qui sert d'agora à notre ville, ne manquent pas de faire des rapprochements avec d'autres événements de politique locale qui ont ébranlé de précédentes équipes municipales, fragilisant et retardant le renouveau de La Seyne depuis la fermeture des chantiers navals.

 

Ces divisions funestes n'ont jamais porté bonheur aux maires qui les ont vécues. Aucun n'a jamais été réélu. Mais, surtout, ainsi que nous le vivons aujourd'hui, ce sont des projets structurants pour la vie des Seynois qui ont été abandonnés avec les alternances revanchardes des maires et de leurs équipes, et au sein même de leurs majorités. Et voilà que ça continue avec la rupture consommée entre la maire et son premier adjoint.

 

Même si ça n'a pas valeur scientifique, j'ai tout de même posé un regard méthodique sur les changements intervenus de premiers adjoints aux maires depuis la Libération de 1945. Et il n'y a pas photo : les turbulences interviennent beaucoup plus lorsque c'est la droite qui est aux commandes de La Seyne.

 

Le tableau ci-dessous est édifiant (cliquez dessus pour l'agrandir).

 

CLIQUEZ SUR LE TABLEAU POUR L'AGRANDIR

 

 

DEPUIS 1945, SEULS 3 PREMIERS ADJOINTS SUR 15 ONT "TENU" AU MOINS TOUT UN MANDAT

 

Sur quinze premiers adjoints qui ont assisté les dix maires que La Seyne a élus depuis 1945, seuls trois ont été maintenus en fonction pendant l'intégralité d'au moins un mandat de six ans ( * ). Et ce sont tous des premiers adjoints de gauche : Philippe Giovannini, premier adjoint de 1953 au décès de Toussaint Merle en 1969,  auquel il a d'ailleurs succédé, puis Maurice Paul, premier adjoint de Philippe Giovannini de 1969 à 1978, et enfin Raphaëlle Leguen qui fut ma seule première adjointe pendant mes deux mandats, de 2008 à 2020.

 

La durée moyenne de fonction d'un premier adjoint seynois dans ces trois-quarts de siècle est de 1950 jours. Celle d'un premier adjoint de droite est largement inférieure (1152 jours), et celle d'un premier adjoint de gauche est bien plus longue (2266 jours). On est dans un rapport du simple au double entre droite et gauche. Seuls quatre des quinze premiers adjoints ont été en fonction sur une durée supérieure à la durée moyenne ( * ). Trois d'entre eux étaient de gauche : Philippe Giovannini (5864 jours), Raphaëlle Leguen (4474 jours) et Maurice Paul (2807 jours). Le quatrième était de droite : Jacques Lordet, unique premier adjoint de Charles Scaglia (droite) dont il fut un fidèle de 1984 à 1994 (3972 jours).

 

 

SEULS MANDATS SANS TURBULENCE DEPUIS 1989, CEUX DE 2008 À 2020...

 

Sur la période la plus récente, de la fermeture des chantiers en 1989 à l'élection de Nathalie Bicais en 2020, soit les cinq derniers mandats de six ans, La Seyne a connu cinq maires et huit premiers adjoints.

 

Jacques Lordet a cessé ses fonctions avec la démission de Charles Scaglia sous la pression de sa propre majorité de droite en 1994.

 

Maurice Paul, maire de 1995 à 2001, a démissionné en 1997 de sa fonction sans quitter le conseil municipal qui l'a aussitôt réélu pour contraindre, suivant la loi, au remplacement de son premier adjoint Marcel-Paul Magagnosc (gauche) par Francisque Luminet (gauche).

 

Si l'on ne tient pas compte de la démission de Gilbert Collard ( * ) non liée à la vie municipale, Arthur Paecht (droite), auquel des élus de sa majorité, dont la maire d'aujourd'hui, ont mené la vie dure, a dû faire comme Maurice Paul pour remplacer Michèle Joyan (droite) par Gabriel Jauffret (droite).

 

Je suis le seul des cinq anciens maires, accompagné de ma fidèle Raphaëlle Leguen, à ne pas avoir connu de turbulences pendant les douze années de mes mandats. Aucun de mes adjoints, sauf un pour raison personnelle professionnelle, n'a quitté le navire.

 

 

LA MAIRE D'AUJOURD'HUI EN PROIE AUX MÊMES CONFLITS QUE SES PRÉDÉCESSEURS DE DROITE

 

En moins de deux ans de mandat, cependant, la majorité revenue aux affaires seynoises en 2020 autour de Nathalie Bicais semble bien partie pour emboîter les pas de ses prédécesseurs de droite (à l'exception de François Hérisson) dont les équipes ont toutes explosé en vol, et pas forcément de leur fait, mais de celui de certains de leurs colistiers félons.

 

Ce que nous vivons aujourd'hui était hélas prévisible avec une équipe constituée d'un conglomérat friable de factions aux intérêts et visions divergents et aux sensibilités politiques allant de la droite libérale à l'extrême-droite. Trois maires-adjoints (le premier, le troisième et le septième) ont déjà été chassés de la majorité, ainsi qu'une élue d'une autre liste qui avait pourtant fait allégeance. Un groupe de vingt-deux des trente-cinq élus majoritaires s'est constitué contre la maire pour, soi-disant, se rabibocher ensuite avec elle. Avant que ça ne reparte en discordance.

 

Mesurée à l'aune de la continuité solidaire des équipes majoritaires, je me demande si les Seynois n'ont pas été trop imprudents de confier leur maison commune à cette nouvelle équipe de droite...

 

 

DES PROJETS MAJEURS QUI TOMBENT À L'EAU À CAUSE DE GRAVES MÉSENTENTES

 

C'est un spectacle pitoyable qui inquiète les élus de l'opposition des gauches et de l'écologie, pas tant parce que la coopération courtoise devrait être de mise entre élus républicains responsables, ni que le temps et l'énergie que leurs collègues de droite passent à se tirer dans les pattes pourraient être mieux utilisés pour la population, mais parce que, du fait de ces conflits violents sur fond de mensonges et de coups bas entre gens d'une même équipe, des projets majeurs pour les Seynois tombent à l'eau faute d'être gérés avec un minimum de sérieux et d'humilité.

 

Les projets de Bois Sacré et de l'Atelier mécanique, par exemple, maltraités car mal traités, avec leurs possibles conséquences financières, sont de vraies sources d'inquiétude. Les élus minoritaires progressistes du groupe "L'énergie positive" de notre conseil municipal le dénoncent dans un communiqué qu'ils viennent de publier (à lire ICI).

 

Et tout ça, ça ne réjouit personne. N'en finira-t-on jamais ?

 

 

( * ) : Il faut distinguer le cas de Gilbert Collard qui a dû mettre un terme à sa fonction de premier adjoint en 2002 après une seule année de mandat, non à cause d'un conflit avec Arthur Paecht, mais pour raisons personnelles de santé, et celui de Pierre Gouachon qui n'est entré en fonction que pour l'année de fin du mandat de 1989 à 1995, suite au remplacement de Charles Scaglia par François Hérisson, brave homme qui a tenté de sauver les meubles d'une droite alors en perdition.

Repost0
18 mars 2022 5 18 /03 /mars /2022 09:28

Ça devient un leitmotiv affligeant : selon l'actuelle équipe municipale, ses prédécesseurs ont été inactifs pendant douze ans ! Et elle pense que ça lui permet de masquer ses propres errances.

 

Le débat d'orientation précédant le vote du budget 2022 a encore été l'occasion pour la maire de ne pas répondre sur le fond aux questions soulevées par l'opposition des gauches et de l'écologie en affirmant une nouvelle fois que l'équipe que j'animais « n'a rien fait ».

 

Et ce mensonge, ayant été relayé par la presse régionale, m'a de nouveau contraint à sortir de ma réserve pour rétablir la vérité sous la forme d'un communiqué dont les journaux locaux ont bien voulu publier l'essentiel.

 

 

ET POURTANT, MADAME LA MAIRE, ON A INVESTI. ET ANNUELLEMENT PLUS QUE VOUS.

 

Il y a en fait eu au moins deux contrevérités rapportées par les journalistes qui ont été avancées par la maire lors de la séance de ce lundi du conseil municipal. Elle a d'une part affirmé que mon équipe n'aurait rien fait en matière d'investissements pour les équipements publics communaux. Le communiqué que j'ai rédigé démontre, chiffres officiels à l'appui, que non seulement il n'en est rien, mais, de plus, que l'actuelle municipalité en fait moins que la précédente...

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

Dans un souci d'objectivité, la presse a accepté de relayer ma mise au point : La Marseillaise ICI et Var-matin ICI.

 

 

ET POURTANT, MADAME LA MAIRE, ON A GÉRÉ LES DÉPENSES DE PERSONNEL. ET MIEUX QUE VOUS.

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

Mais ce n'est pas tout. Alors que, par la voix d'Olivier Andrau, élu socialiste, l'opposition de gauche a alerté sur l'accroissement des dépenses de personnel, la maire a encore usé de l'affirmation d'une inexactitude sur la gestion antérieure pour se dérober, certifiant que l'équipe que j'animais « n'a jamais obtenu le glissement vieillesse technicité à 1,7% » sur une année.

 

Le "glissement vieillesse technicité", ou "GVT", c'est l'augmentation mécanique des charges de personnel découlant de l'ancienneté acquise par les agents et de leurs montées en grade suite à des réussites à des concours.

 

Mais ce qui est à observer, c'est la hausse globale du coût des personnels qui s'établit à plus de 3% en une année 

 

Alors, en effet, du temps de notre équipe, le coût des agents n'a jamais subi une hausse limitée à 1,7%. Nous avons plutôt fait beaucoup mieux. Entre 2014 et 2019, les dépenses de personnel sont passées de 59,1 à 61,6 millions d'euros, soit une hausse de 4,18% en cinq ans, donc une hausse moyenne de 0,84% par an, soit... la moitié des 1,7% que la maire se vante de réaliser aujourd'hui, s'emmêlant les pinceaux entre le GVT et la hausse générale qui, elle est prévue de plus de 3%. Parfois, il vaudrait mieux tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler...

 

 

ET SI, MADAME LA MAIRE, VOUS PARLIEZ UN PEU FINANCES AVEC LES SEYNOIS ?...

 

Tout ça atteste d'une gestion dangereusement approximative qui risque de fragiliser des finances communales encore instables malgré douze années de prudence et d'efforts de redressement et de désendettement. Les Seynois avaient d'ailleurs l'occasion, tous les deux ans, de suivre l'avancée de la patiente remise en ordre des capacités budgétaires et financières de leur commune au cours de réunions publiques où j'exposais la situation dans le détail et répondais à leurs interrogations et suggestions.

 

Mais ça, c'était dans la vie d'avant. Maintenant, les réunions publiques de la période du vote du budget municipal sont consacrées à la présentation du « collier de perles » de la maire, tandis que la situation financière risque de tourner au vinaigre.

 

Mais attention, les perles de culture, dans le vinaigre, ça risque la dissolution...

Repost0
8 mars 2022 2 08 /03 /mars /2022 08:22

Ça y est. Après deux années de travail préparatoire, l'Annuaire des Quartiers fonctionne. Et ses animateurs seront en Provence dans une dizaine de jours  pour le faire découvrir et le promouvoir auprès des médias et des habitants.

 

C'est une initiative que, avec les maires de l'Association des maires Ville & Banlieue de France, nous avons lancée en 2019 avec de grands médias (Radio France, BFM, RMC, ...), pour permettre aux journalistes de disposer d'un annuaire d'interlocuteurs volontaires vivant ou agissant dans les quartiers vulnérables urbains et, ce faisant, de mieux traiter l'actualité de ces territoires trop souvent faussée par le prisme du sensationnel, surtout lorsque des événements graves s'y produisent.

 

Les animateurs de notre annuaire "Vu des quartiers", porté par une association que nous avons créée pour faire vivre le projet, soutenue par l'État et certaines collectivités, nous lancent une invitation que je reproduis ci-dessous...

 

« Bonjour,

 

« L’association Vu des Quartiers organise une visioconférence le vendredi 18 mars 2022 à 11 heures, pour présenter son "Annuaire des Quartiers".


 
« Nous continuons notre Tour de France et nous nous arrêtons cette fois-ci en Provence-Alpes-Côte d'Azur, en partenariat avec Cité Ressources, le centre de ressources Politique de la ville de la région.

 

« Pour vous inscrire, CLIQUEZ ICI. N’hésitez pas à relayer cet événement dans vos réseaux !


 
« L’objectif de Vu des Quartiers ? Créer un lien direct pour une couverture médiatique plus riche : vie quotidienne, engagements et initiatives associatives, faits-divers... l’actu des quartiers peut être mieux traitée avec un lien direct entre les médias et les acteurs du quotidien.


 
« Le fonctionnement de l’annuaire est simple : les personnes qui veulent témoigner et apporter un meilleur éclairage sur leur vie de tous les jours s’inscrivent sur le site, en indiquant les conditions souhaitées de prise de contact.


 
« Les journalistes professionnels peuvent utiliser l’annuaire sur demande et en respectant les règles d’utilisation. Les contacts ne sont accessibles qu’aux journalistes accrédités.


 
« Il ne s’agit pas de dire que tout va mal, ni de donner une image idéalisée ou romancée des quartiers. Il s’agit de parler plus justement et de façon plus équilibrée de ce qui se passe dans les quartiers.


 
« Responsables associatifs, bénévoles, entrepreneurs, membres de conseils citoyens ou d’amicales de locataires, habitants engagés, institutionnels : rejoignez l’initiative Vu des Quartiers !


 
« Cordialement,

 

« Clément et Manon, animateurs de Vu des Quartiers (CONTACT) »

 

Je ne doute pas que nombre de Seynois attachés à une valorisation plus objective de nos deux quartiers prioritaires, Berthe et le centre ancien, se proposeront pour figurer dans cet annuaire et devenir des interlocuteurs des professionnels des médias.
 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Démocratie locale et communication
24 décembre 2021 5 24 /12 /décembre /2021 04:37

Un "super-bus" desservant les principaux sites de La Seyne et de la métropole, c'est très bien, même si un tramway aurait été bien mieux. Il nous faut cependant espérer que le tracé proposé à la concertation publique sera amendé pour répondre aux attentes du maximum de nos concitoyens et que le scénario de réalisation soumis à la consultation sera revu pour qu'elle ne s'inscrive pas dans un calendrier qui en ferait une hypothétique chimère d'un lointain avenir.

Des pistes d'amélioration existent, tant pour le tracé que pour les échéances. Il appartient à la maire de les entendre et de les porter après de la Métropole. Mais il est d'autres sujets d'inquiétude qui sont révélés par les documents soumis à l'analyse citoyenne.

Les interconnexions entre le futur "super-bus" et les autres moyens de déplacements (bus, bateaux-bus, véhicules personnels, vélos...) méritent en effet que des exigences soient transmises par la maire à Toulon Provence Méditerranée afin de répondre aux besoins des Seynois.

 

DEUX PARKINGS-RELAIS LE LONG DU TRACÉ SEYNOIS : INDISPENSABLES !

Délaisser la voiture pour emprunter les transports collectifs est une nécessité économique et environnementale, donc civique. Dans une métropole dont la partie occidentale a une géomorphologie très collinaire, même avec les dessertes de minibus par appel-bus, l'automobile est souvent le seul moyen de rejoindre un axe structurant de transports en commun tel que le train, le bateau-bus ou le futur "super-bus". Il faut donc prévoir des parkings-relais le long du site propre dédié.

Les documents proposés à la consultation par la Métropole en situent deux le long du tracé seynois (et deux autres pour les bateaux-bus), ayant chacun une capacité de 150 à 200 places de stationnement : à la gare SNCF et aux Esplageolles.

Cela appelle deux remarques. S'agissant de la gare, cette capacité – qui est à peu près la capacité actuelle – est notoirement insuffisante ; cela signifie-t-il que la Ville a demandé à la Métropole de renoncer au projet engagé d'extension vers l'est du parking existant ? Quant aux Esplageolles, y a-t-il – et ce serait une heureuse nouvelle – un nouveau revirement et la remise à l'ordre du jour de la réalisation d'un parc de stationnement sur plusieurs niveaux, dont l'attente justifiait que l'ancienne équipe municipale n'ait pas engagé de travaux sur le site ? En tout état de cause, la maire doit obtenir de la Métropole que ces deux équipements se réalisent avant la mise en service du "super-bus".

 

LE PÔLE D'ÉCHANGES MULTIMODAL DE LA GARE DEMEURE-T-IL VRAIMENT AU PROGRAMME ?

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

Les documents présentés par la Métropole font certes apparaître sur une carte un pôle d'échanges multimodal (PEM – les endroits où d'autres modes de déplacement, individuels ou collectifs, sont connectés au “super-bus”) à la gare SNCF de La Seyne-Six-Fours, mais, contrairement à ceux de Sainte-Musse et de La Pauline, aucune présentation détaillée ni échéancier ne sont exposés.

Le programme est pourtant en partie engagé. Le pont-rail – pont-route est réalisé depuis près de dix ans. Le terrain de l'extension du parking est acquis. Mais le reste est au point mort depuis des mois. Si la cause de cette suspension de chantier est liée aux questions environnementales soulevées par des agriculteurs et des associations, il est fondamental de mettre en œuvre des solutions de préservation, de réajuster le programme et de le redémarrer de telle sorte qu'il soit réalisé avant la mise en service du "super-bus", et même avant celle du "RER toulonnais". Autour de leur maire, les Seynois doivent peser en ce sens.

 

À LA SEYNE, L'INTERMODALITÉ PASSE AUSSI PAR LA MER

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

Quoiqu'il soit étrange que, lorsqu'on est questionné au téléphone dans le cadre de l'enquête de mobilité en cours lancée par la Métropole, on s'entende répondre, lorsqu'on évoque les lignes de bateaux-bus, qu'on est hors-sujet, il est incontestable que, avec ses 25 kilomètres de littoral, dont plus de la moitié dans la Rade, et ses quatre – et bientôt six ( * ) – embarcadères de bateaux-bus, La Seyne a la chance de pouvoir compter sur un mode de transport collectif original, agréable et rapide.

Ça n'a pas échappé aux concepteurs du projet de tracé du futur "super-bus", puisque trois de ses arrêts permettront une interconnexion avec les lignes maritimes de Réseau Mistral : Hôtel de Ville, Espace Marine et Bois Sacré.

On doit dès lors se demander pourquoi la Métropole s'entête à repousser sine die la mise en service d'une desserte maritime reliant Saint-Mandrier, Les Sablettes et Tamaris au centre-ville de La Seyne, que Gilles Vincent, maire de Saint-Mandrier, et moi réclamions depuis des années. Avec la création de l'embarcadère de Bois Sacré, qui sera connecté au "super-bus", ce serait une formidable opportunité pour les habitants de nos quartiers sud de délaisser la voiture, même sans créer une ligne spécifique, l'emplacement de la station maritime de Bois Sacré permettant d'accueillir les bateaux-bus des trois lignes existantes (8M venant du centre de La Seyne, 18M venant des Sablettes et 28M venant de Saint-Mandrier).

Les Seynois qui partagent cette vision de l'intermodalité "bateau-bus / super-bus" doivent solliciter leur maire pour que, elle et son collègue mandréen, soutenus par leurs populations, obtiennent de la Métropole que cette dimension soit intégrée au projet qu'elle soumet à la concertation.

 

Avec ce quatrième article se termine ma réflexion du moment sur ce "bus à haut niveau de service" qui, bien sûr, ne remplacera jamais le tramway dont beaucoup rêvaient. Mais tâchons d'obtenir de Toulon Provence Méditerranée les bons choix pour ce "super-bus".

Que ce soit pour obtenir le meilleur trajet possible, les interconnexions les plus utiles avec les autres moyens de mobilités, et un calendrier de mise en service acceptable, la maire devrait proposer à ses concitoyens et aux associations et entreprises seynoises, par exemple via une réunion élargie du "comité des usagers des mobilités", une rencontre préalable à la séance publique de concertation à laquelle la Métropole convie notre population, afin que, exposées d'une même voix forte et cohérente, les aspirations et exigences seynoises soient entendues.

 

( * ) : Aux quatre embarcadères actuels (Les Sablettes, Tamaris, Espace Marine et Hôtel de Ville) devraient s'ajouter celui de Bois Sacré et un autre, dans l'esprit de celui desservant la Base Marine de l'Arsenal de Toulon, dans la zone de sécurité portuaire de Brégaillon.

 

Pour en savoir plus :

> L'importance de la concertation organisée par la Métropole

> Un tracé seynois à améliorer

> Un inquiétant calendrier de réalisation

> Le dossier de concertation de TPM

Repost0
23 décembre 2021 4 23 /12 /décembre /2021 03:18

Les documents soumis à l'analyse des citoyens dans le cadre de la concertation entamée par la Métropole pour le futur "bus à haut niveau de service" (BHNS) attestent de la volonté d'avancer. Ainsi, la mise en service d'un premier tronçon reliant la base d'Ollioules du Technopôle de la mer à Bir-Hakeim (ouest de Saint-Jean-du-Var) est prévue pour fin 2024.

Ce sera un peu plus long pour la partie qui ira, à l'est, jusqu'à la gare de La Garde, qui ne sera réalisée qu'à la fin des travaux d'élargissement de l'autoroute A57.

Mais à l'ouest, pour la desserte de La Seyne, c'est bien plus inquiétant : aucun calendrier n'est affiché. Et la cause en est clairement explicitée par la Métropole : c'est la faute de la mairie qui a décidé de chambouler le projet de traversée du port avec la perspective de la réalisation improbable d'un pont plutôt que l'élargissement des quais qui était programmé.

 

C'est écrit avec des mots savants et des précautions courtoises telles que l'usage du conditionnel, mais c'est très clair dans le document présentant le calendrier. Les extraits ci-dessous parlent d'eux-mêmes.

CLIQUEZ POUR AGRANDIR
CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

Nul ne sait en effet si le fameux « pont de la réconciliation » pourra voir le jour. Et donc le "bus à haut niveau de service" (BHNS) devra encore attendre pour desservir La Seyne.

 

VA-T-ON LAISSER UN CHIMÉRIQUE PONT DÉNATURER LE PAYSAGE URBAIN LITTORAL ET BLOQUER LE "SUPER-BUS" ?

C'est pourquoi il serait judicieux que l'intérêt collectif soit intégré dans la réflexion de la maire. Sauf peut-être les quelques aficionados d'un de ses adjoints qui ne semble vivre depuis des années que pour voir un hypothétique pont franchir la Rade – mais ne semble plus vraiment en odeur de sainteté depuis le schisme intervenu dans la majorité municipale –, il ne se trouverait pas grand monde pour reprocher à la maire de revenir au projet plus raisonnable d'un élargissement des quais, dont nous avions obtenu l'intégration dans les projets métropolitains comme complément du programme de rénovation du centre ancien.

À défaut, les Seynois devraient a minima obtenir de leur maire qu'elle plaide pour que la desserte de la gare SNCF et de Berthe, voire avec une boucle desservant Brégaillon, soit assurée dans la foulée de la mise en service du premier tronçon. Les infrastructures sont en grande partie réalisées : la voie en site propre existe depuis les années 90 du collège Henri-Wallon au carrefour du 8 mai 1945, le pont rail-route permettant le franchissement de la voie ferrée est construit depuis près de dix ans, et la route départementale rejoignant la Pyrotechnie dispose de quatre voies.

Portée par les Seynois après qu'elle les aurait consultés en amont de la réunion de concertation à laquelle la Métropole convie nos concitoyens, le mardi 18 janvier à 17 heures à la Bourse du Travail, la maire, faisant preuve de bon sens, pourrait obtenir ce que j'avais moi-même obtenu de Toulon Provence Méditerranée (TPM) et sur quoi son équipe semble être revenue... 

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR
CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

Pour en savoir plus :

> L'importance de la concertation organisée par la Métropole

> Un tracé seynois à améliorer

> Des pôles d'échanges intermodaux à parfaire

Repost0
22 décembre 2021 3 22 /12 /décembre /2021 08:04
CLIQUEZ SUR LE PLAN POUR L'AGRANDIR

Après avoir exposé dans un précédent article l'enjeu de la concertation ouverte par la Métropole sur le projet de "bus à haut niveau de service" (BHNS), il semble utile d'entrer un peu dans le détail et d'évaluer si les documents soumis à l'avis des habitants des cinq communes traversées, dont La Seyne, attestent toujours de la prise en compte des vœux recueillis lors des réunions publiques de 2016 qui avaient permis d'aboutir à un avant-projet assez satisfaisant.

Or le projet de tracé présenté aujourd'hui suscite des interrogations. Et pas des moindres. La Métropole ayant pour habitude de suivre les avis des municipalités de ses communes membres, la maire de La Seyne doit s'expliquer, d'autant plus qu'elle n'avait émis aucune réserve lorsqu'elle était conseillère municipale d'opposition et que ses documents de campagne sont muets sur le sujet. Et consulter les Seynois pour porter leurs vœux à la Métropole.

 

Grosso modo, la partie seynoise du tracé est conforme à l'avant-projet. En particulier, l'entrée en centre-ville, en venant de Toulon, est prévue par l'avenue Gambetta, qui sera dédiée aux modes doux. Et le terminus est bien prévu aux alentours de Bois Sacré et non au niveau du port, voire à la gare SNCF, comme cela avait été un temps envisagé. Les demandes que j'avais exprimées sont satisfaites. Mais il reste qu'une option que nous avions rejetée refait surface, et qu'un sujet important pour l'environnement ne semble pas avoir été traité.

 

BERTHE, PAS CONSIDÉRÉ COMME UN UN QUARTIER COMME LES AUTRES ? 

CLIQUEZ SUR LE PLAN POUR L'AGRANDIR

Voilà en effet qu'apparaît dans les documents soumis à concertation l'hypothèse d'une liaison qui, longeant la zone portuaire de Brégaillon par la voie départementale entre la Pyrotechnie et l'entrée du centre-ville, ne desservirait pas le quartier Berthe, voire non plus la gare SNCF de La Seyne-Six-Fours (tracé bleu sur la carte).

Il demeure certes sur les plans un tracé alternatif traversant le quartier Berthe (tracé vert sur la carte). Serait-ce à dire que certains "super-bus" auraient un trajet direct délaissant la gare, le plus grand ensemble d'habitat social du Var où vivent près de 15.000 personnes, un grand pôle commercial, un collège, des écoles et deux crèches, des équipements sociaux, culturels et sportifs, des lieux de culte, la médiathèque, l'hôpital, le commissariat de police, autant de services publics ou privés qui bénéficient à toute la population, bien au-delà de celle du quartier, tandis que d'autres “super-bus“ – mais à quelle fréquence ? – assureraient ces dessertes ?

Ça serait inacceptable, nous l'avions dit, et l'hypothèse d'un trajet direct via Brégaillon avait été écartée. Ça le serait parce que la desserte d'un quartier populaire vulnérable par un transport commun moderne et cadencé à un rythme garanti d'une moyenne de 10 minutes est un vecteur majeur de lutte contre la ségrégation urbaine, un soutien indispensable à la mobilité pour l'insertion sociale et professionnelle des habitants en difficulté qui gagneront en dignité, et une voie pertinente pour le changement positif de l'image d'un quartier en souffrance. Ça le serait aussi parce que le site propre sur lequel circulera le "super-bus" a été réalisé par la commune pour le tramway il y a vingt ans, permettant une traversée rapide du quartier ne nuisant pas au temps de trajet, et que la poursuite de son délaissement serait un gâchis des moyens publics investis.

Et, à ceux qui rétorqueraient que la desserte de la zone industrialo-portuaire de Brégaillon est nécessaire, il convient de rappeler que devait être étudiée l'hypothèse d'une liaison cadencée par bus depuis la gare et, en sens inverse, depuis le centre-ville, où existeront deux sites intermodaux (train/BHNS/bus et bateaux-bus/BHNS/bus), y compris en accédant au cœur du site portuaire sécurisé, à l'instar des trois lignes de bus internes à la Base navale militaire de Toulon.

Le sujet est d'importance pour la cohésion sociale et l'équité entre territoires et habitants. Les Seynois doivent se prononcer.

 

À LA LIMITE OLLIOULES – LA SEYNE, L'ENJEU ENVIRONNEMENTAL

CLIQUEZ SUR LE PLAN POUR L'AGRANDIR

L'autre sujet qui pose problème concerne les communes d'Ollioules et de La Seyne, aux alentours de la gare SNCF. Des agriculteurs, des associations environnementales et de promotion des mobilités propres l'ont soulevé lors d'une enquête publique. Ils exposent leurs inquiétudes dans une interview donnée à France 3 que j'invite à regarder ci-dessous.

Ils contestent le tracé, qui demeure inchangé sur les documents soumis à la concertation, proposant une alternative : à partir d'un embranchement à l'arrêt de Bon-Rencontre (repéré en violet sur le plan), la création deux lignes de “super-bus“, l'une desservant la base terrestre du technopôle de la mer à Ollioules (en orange sur le plan), l'autre empruntant la voirie départementale existante via le cimetière ouest de Toulon et Lagoubran (en bleu turquoise sur le plan). Cette hypothèse supprimerait toutefois la desserte de la zone commerciale du quartier Quiez à Ollioules (tracé en gris sur le plan).

Les préventions écologiques sont fondées. Mais demeure la même question que celle qui se poserait pour Berthe et Brégaillon, avec une alternance de “super-bus” venant de Toulon, l'un desservant le technopôle d'Ollioules, l'autre Lagoubran et La Seyne : est-il acceptable qu'un transport en commun structurant n'assure une desserte que tous les quarts d'heure aux heures de pointe et toutes les demi-heures en heures creuses ? La fréquence et la rapidité sont indispensables pour inciter à délaisser la voiture.

Là encore, les Seynois, les entreprises et associations du territoire, doivent être invités par leur maire à plancher sur le sujet avant la réunion de concertation officielle du 18 janvier.

Un tracé faisant le plus possible consensus, issu d'une démarche démocratique large, doit être proposé par la municipalité à la Métropole.

Repost0
21 décembre 2021 2 21 /12 /décembre /2021 06:20

C'est un élément déterminant de la qualité de vie à La Seyne et dans l'agglomération toulonnaise. La Métropole a lancé une concertation des habitants des cinq communes qui seront reliées à une cadence significative par ce qui est appelé « super-bus ».

C'est un projet ayant remplacé celui d'un tramway espéré depuis des décennies, mais qui n'a hélas pas été retenu par la majorité des maires de Toulon Provence Méditerranée. Mais mieux vaut tout de même un « super-bus » que rien.

Il est d'autant plus important que les Seynois se saisissent de l'opportunité que la Métropole leur offre de peser par leurs remarques, avis et exigences sur ce programme de mobilités nouvelles.

D'autant que bien des questions se posent encore. Et que de nouvelles ont récemment surgi.

 

UN TEMPS DE CONCERTATION, ÇA SE PRÉPARE DÉMOCRATIQUEMENT

Sauf à ce qu'elles revêtent désormais le caractère hermétique et confidentiel d'une caste éclairée, même en fouillant à fond dans les pages d'un quotidien local et dans les magazines et sites Internet municipaux, on ne parvient plus à trouver trace d'une quelconque invitation aux citoyens, comités d'intérêt local, acteurs économiques et associatifs, à préparer en amont avec leurs élus communaux le seul temps de concertation prévu à La Seyne ( le mardi 18 janvier à 17 heures à la Bourse du Travail ).

Il existe bien toujours cependant un “comité des usagers des mobilités” ouvert à tous et dont c'est la fonction. Celui-ci a pourtant joué un rôle déterminant pour obtenir des améliorations de l'offre de transports en commun et de mobilités propres pour notre commune. On se souviendra par exemple que le poids des Seynois, présents en nombre à la concertation organisée par SNCF-Réseau après avoir longtemps travaillé ensemble au sein de ce “comité”, a été déterminant pour l'obtention du futur “RER toulonnais” et notamment la localisation de son terminus ouest à Saint-Cyr et non à Ollioules ou La Seyne, réglant ainsi les enjeux d'encombrements routiers qui auraient résulté du choix initial. Cette démarche d'implication citoyenne qui valait pour le projet de train cadencé à 15 minutes ne vaudrait-elle pas dans l'esprit de la maire pour le « super-bus » à desserte rythmée de 7 à 13 minutes selon les moments de la journée ?

 

DES ÉCHANGES QUI DÉRANGERAIENT LES ÉLUS SEYNOIS ?...

Il est vrai que les documents proposés par la Métropole pour servir de support à la concertation révèlent des éléments nouveaux par rapport à l'avant-projet de 2016, manifestement issus d'une évolution de la vision municipale sur le sujet, qui peuvent à juste titre susciter l'inquiétude des Seynois.

Cela concerne le tracé en site propre dédié et les dessertes des quartiers, le calendrier de réalisation de la partie seynoise du futur “bus à haut niveau de service”, et les parkings-relais et pôles d'intermodalité (les endroits où d'autres modes de déplacement, individuels ou collectifs, sont connectés au “super-bus”).

J'ai eu des échanges avec certains de mes concitoyens, dont des personnes ayant pris part aux travaux de notre “comité de usagers des mobilités” qui semble bien avoir été placé en léthargie. Ils décèlent les mêmes risques d'entourloupes que moi et ne mettent pas en cause a priori la Métropole. J'invite les visiteurs de mon blog à se faire une idée dans les jours à venir, au travers de trois futurs articles thématiques que je mettrai en ligne sur la question...

 

Pour en savoir plus :

> Un tracé seynois à améliorer

> Un inquiétant calendrier de réalisation

> Des pôles d'échanges intermodaux à parfaire

Repost0
16 décembre 2021 4 16 /12 /décembre /2021 04:58

Au moment où se met en ligne ce message, il y a 282.417 personnes qui ont signé l'appel pour une Primaire Populaire, cette initiative qui rencontre chaque jour un succès grandissant. Ce sont ainsi des centaines de milliers de citoyens de plus de 16 ans qui tentent d'obtenir que les candidats et les partis politiques des gauches et de l'écologie se parlent, élaborent un projet commun, et présentent un candidat unique à l'élection présidentielle.

C'est en effet la seule chance, même si elle demeure bien mince, d'éviter d'avoir une nouvelle fois à faire un choix de second tour entre deux candidats de l'une ou l'autre des multiples droites, depuis l'extrême radicale jusqu'à la social-libérale, tant l'éparpillement des candidatures de gauche et écologistes empêchera que l'une d'entre elles parvienne à la première ou la deuxième place à l'issue du premier tour.

J'ai décidé de tout faire pour convaincre les Seynois de sensibilités sociales, humanistes et écologistes de participer à cette Primaire Populaire.

 

S'IL N'Y AVAIT QU'UNE INFIME CHANCE D'UN PROJET UNIQUE...

Gêné aux entournures par le vote interne de mon parti, la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), qui a abouti au choix – qui n'était pas le mien, mais je respecte la démocratie – de soutenir Montebourg, me voilà libéré par son appel à l'unité et sa proposition de retirer sa candidature pour aider à la réaliser.

Plutôt que plaider pour promouvoir le but ultime de la Primaire Populaire, offrir aux Français qui souffrent des politiques libérales, injustes, inégalitaires, liberticides, autoritaires et nuisibles à l'environnement et au climat, une voie vers une société plus humaine et respectueuse de la planète, j'aborde ma tentative de conviction par la fin, à savoir la méthode retenue pour l'expression des choix citoyens, qui doit avoir ses limites mais que je trouve originale et susceptible d'apporter un peu d'air frais dans l'exercice démocratique : le Jugement majoritaire.

 

LE "JUGEMENT MAJORITAIRE", OUTIL D'UNE NOUVELLE DÉMOCRATIE

CLIQUEZ POUR LIRE EN LIGNE LA BD

Je pourrais vous inviter à lire les 413 pages en anglais du livre de Balinski et Laraki, ces mathématiciens français qui ont conçu ce mode de vote, mais je préfère vous proposer la petite vidéo explicative ci-dessous et une bande dessinée, "Vous reprendrez bien un peu de démocratie ?", de Marjolaine Leray, que vous pouvez lire en ligne en cliquant ICI ou sur l'image ci-dessus de sa couverture, qui exposent très simplement comment ça marche.

Rien que ça, parce que c'est novateur et assez inédit, ça devrait inciter les plus curieux des réticents à prendre leur part dans la démarche qui, nous sommes des milliers de Français à l'espérer, dont, je le souhaite, beaucoup de Seynois, pourrait conduire à que nous retrouvions un peu d'espérance dans la vie démocratique usée d'une Vème République à dépoussiérer.

Et, si ça vous motive, signez l'appel en cliquant ICI et partagez sans modération ce message ! 

 

Le jugement majoritaire, un mode de scrutin révolutionnaire from Corinne on Vimeo.

Repost0
16 novembre 2021 2 16 /11 /novembre /2021 06:41

Le quotidien Var-matin rapporte ce mardi la présentation par la municipalité des orientations de la Métropole TPM en matière portuaire à une association de résidents d’un quartier. Ça appelle pas mal de questions.

Ce sont des interrogations sur la forme de la communication, d’abord, mais aussi et surtout des besoins de précisions sur le fond, pour répondre aux inquiétudes économiques, sociales et environnementales que suscitent les informations données par la Ville.

La Métropole, seule compétente en matière portuaire, a le devoir de s'exprimer pour confirmer ou non les annonces des élus municipaux.

 

DES INTERROGATIONS SUR LE MODE DE COMMUNICATION

On se demande pourquoi une association d’habitants est informée avant le conseil municipal, voire avant le collectif des comités d’intérêt local (CIL), jamais réuni depuis 2020. C'est une curieuse conception de la démocratie locale...

Pourquoi aussi est-ce la Ville qui annonce des choix alors qu’elle n’a aucune compétence en matière portuaire ? Les priorités exposées sont-elles vraiment celles de la Métropole TPM, seule institution responsable des ports ?...

 

DES INCIDENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

La réalisation d’une passerelle routière appelée « pont de la réconciliation » risquerait fort de ne pas… réconcilier les opérateurs économiques du secteur du nautisme, notamment ceux de l'Espace Grimaud, avec les institutions publiques. Elle imposerait en effet le transfert de 110 anneaux de petits voiliers du « vieux port » qui, du fait de la hauteur de leurs mâts, ne pourraient plus franchir la passe. Leur réinstallation annoncée le long des quais des anciens chantiers navals au tirant d’eau exceptionnel et unique dans la région grèverait les possibilités, prévues depuis des années, d’y accueillir des unités importantes en hivernage ou en attente d‘entretien et réparation dans nos entreprises locales en concurrence rude avec celles d’autres ports de Méditerranée. Cela fragiliserait gravement l’activité économique, donc l’emploi, d’une filière-phare et des activités tertiaires connexes.

On sait que ce pont est une promesse de campagne de la maire. Mais on se grandit toujours en acceptant de réorienter ses choix. Pourquoi ne pas s’en tenir à l’élargissement du quai du port actuel, ne nécessitant que la relocalisation de 40 anneaux ? La Métropole est-elle prête à prendre et assumer un tel risque économique et social ?…

 

DES CONSÉQUENCES ENVIRONNEMENTALES ET URBAINES

Renoncer à l’élargissement le long des quais actuels du « vieux port » enterrerait la possibilité d’y réaliser l’indispensable site propre du futur bus à haut niveau de service et les voies cyclables prévues. Le développement des mobilités douces est le seul moyen de relancer la fréquentation du centre-ville, de désengorger la traversée du port et de prendre notre part dans la réduction des émissions de gaz nuisibles à la qualité de vie urbaine et au climat. Sans desserte moderne et propre en proximité immédiate, stimulant la rénovation de l'habitat et de l'activité commerciale, des fresques, des animations culturelles et festives, certes bienvenues comme l'actuelle sur le thème de « l'écume de nos déchets », ne suffiront jamais à redynamiser notre centre ancien.

Le renoncement à ce projet vital d’investissement pour reporter ses financements sur un « pont de la réconciliation » risquerait fort de ne pas… réconcilier les institutions publiques avec les commerçants et services du centre-ville, avec l’hôtel Mercure cerné par quatre voies de grande circulation, avec les concepteurs du Parc de la Navale qui en détiennent la propriété intellectuelle, ni avec les gens attachés au patrimoine historique, parmi lesquels le ministère de la Culture dont on se demande s’il apprécierait qu’une autoroute urbaine vienne jouxter le monument classé qu’est notre pont transbordeur.

La Métropole, responsable du projet de rénovation urbaine du centre-ville autant que des ports, des parcs urbains, des voiries, de l'économie et des transports collectifs, suit-elle la municipalité seynoise sur cette orientation ?...

 

DES BESOINS IMPÉRIEUX DE RÉPONSES AUX USAGERS ET CITOYENS

Enfin, si l’on doit se réjouir des annonces de mises en chantier des réhabilitations, sur lesquelles nous avons travaillé avec la Métropole depuis des années, des ports de la Petite Mer et de Saint-Elme, y compris en assumant pour des raisons d’équilibre économique une extension du nombre d’anneaux de ce dernier, il reste à préciser les intentions de TPM en matière de ce que la Ville annonce comme un projet de « gestion globale » de l’ensemble des ports par le futur concessionnaire pour la désignation duquel un appel à candidatures va être lancé l'an prochain.

Les associations de plaisanciers vont-elles conserver leur place, en particulier pour le Port du Manteau dont la petite mais très active société nautique assume aujourd’hui très bien la gestion de ses espaces portuaires ?…

Tout ça fait beaucoup d’interrogations. La Métropole a le devoir de s’exprimer sur ces enjeux.
 

Repost0

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

CLIQUEZ POUR ACCÉDER
LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE