25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 10:22

Il est toujours aisé, lorsqu'on n'est pas en situation de gestion, de porter des jugements définitifs sur les actes et paroles de ceux qui le sont, surtout lorsque, de part et d'autre, aucun argument factuel tangible ne les corrobore. J'en ai trop souffert pour ne pas m'y risquer aujourd'hui.

Ainsi, la question de l'image qu'on cherche à accoler à tel ou tel groupe social est prégnante dans la stratégie politique de notre temps. Ça a été le cas lors d'une récente réunion de notre conseil municipal au sujet d'une catégorie de notre population que certains globalisent sous le vocable de « jeunes musulmans », notamment ceux qui résident dans nos quartiers vulnérables.

Mais, de plus, l'image de ces quartiers, où vivent six millions de nos concitoyens, déjà altérée par des tacticiens faisant flèche de tout bois, l'est aussi par nombre de médias qui ont une fâcheuse tendance à n'évoquer ces territoires de la Nation que lorsque s'y déroulent des événements dramatiques.

Permettre d'objectiver leur réalité a été le chantier auquel se sont attelés ensemble des élus locaux et des journalistes de toute la France. Le projet est sur le point d'aboutir. Nos habitants et nos acteurs locaux, vivant ou s'investissant dans nos quartiers prioritaires, devraient s'en emparer. Nos élus devraient le promouvoir.

 

Préoccupés depuis longtemps par l'image dénaturée et dégradante de ces « morceaux de France » qui nuit à l'accomplissement de la promesse républicaine d'Égalité entre tous nos habitants, avec des maires de toutes sensibilités politiques (sauf bien sûr ceux qui érigent la ségrégation discriminante en finalité sociétale...), nous avons eu de nombreux échanges sur la question, notamment chaque fois que des dégradations ou violences urbaines survenaient ici où là en France, enflammant indifféremment l'une ou l'autre de nos communes, faisant parfois tâche d'huile ailleurs, donnant du grain à moudre aux rédactions avides de sensationnel, et, au bout du compte, entrainant une stigmatisation infamante de nos villes et de leurs habitants dont la quasi-totalité est pourtant étrangère aux causes de ces drames qu'elle subit et vit sur fond d'impuissance dans la souffrance, la terreur et la honte.

 

ÉLARGIR LA FOCALE DU REGARD POSÉ SUR LES QUARTIERS POPULAIRES

Tant et si bien que, en plus des nombreux sujets dont l'Association des Maires Ville & Banlieue de France (AMVBF) s'empare en permanence pour obtenir de la Nation qu'elle aide les élus locaux à faire vivre les valeurs républicaines sur leurs territoires, nous avons aussi décidé de passer à l'action en direction des médias qui, faisant certes leur travail, aggravent souvent en la ternissant l'image de nos populations et leurs lieux de vie ou de travail, au-delà même des quartiers fragiles eux-mêmes.

Nous avons ainsi chargé l'un des vice-présidents de l'Association des Maires Ville & Banlieue de France (AMVBF), mon copain Driss Ettazaoui, vice-président MoDem de l'agglomération Évreux–Porte de Normandie, de remuer les méninges du monde de la presse sur les dangereuses conséquences de l'exercice de leurs missions d'information. Nous avons organisé un colloque sur le sujet en mars 2019 à Évreux, où nous avons brassé de l'idée entre élus, pouvoirs publics et monde des médias.

Une idée simple : bien sûr, il faut montrer la réalité des événements, mais il faut aussi donner à découvrir ce qu'il y a de bien dans nos quartiers paupérisés. On ne parlait par exemple jamais du centre culturel de haut de gamme et d'intérêt national destiné aux arts de la scène de Chanteloup-les-Vignes, en banlieue parisienne, mais les images de son incendie criminel ont tourné en boucle sur les écrans. Comme on ne communiquait que peu sur l'école nationale de cuisine du grand chef Thierry Marx implantée au cœur d'une cité de Grigny (Essonne), de la biennale de la danse de Vaulx-en-Velin (Lyon-Métropole), ou de la labellisation nationale de la médiathèque Andrée-Chedid de La Seyne, mais les noms de ces communes étaient – et demeurent – indissociables, dans la représentation collective, de meurtres sur fond de trafics, de rodéos urbains, de violences, de dégradations, voire de fantasmes d'infiltration islamique radicale et terroriste généralisée à toute une population (même si, hélas, il serait insensé d'en nier le danger) ...

 

DU DÉLIT DE « DIFFAMATION TERRITORIALE » À UN APPUI AUX JOURNALISTES

Des pistes intéressantes ont surgi de ce colloque, dont certaines ambitieuses, à l'instar de la demande de création d'un délit de « diffamation territoriale » permettant de saisir le médiateur des droits. Mais des solutions pragmatiques, en forme de « boîte à outils » au service des journalistes, ont aussi été imaginées.

Et c'est ainsi qu'une équipe composée de journalistes de BFMTV et RMC (eh oui...), immédiatement passionnés, comme leur rédaction, par le sujet, et d'élus et collaborateurs de Ville & Banlieue, s'est attelée à la conception d'un annuaire numérisé permettant aux acteurs des médias d'identifier et contacter des personnes ressources, sur chacun des 1500 « quartiers prioritaires politique de la ville », habitants ou agissant sur place, volontaires pour être interviewés, pour les mettre en relation avec d'autres personnes ressources, disposés à les aider à se faire une idée objective des situations, des causes, des enjeux, des solutions éventuelles, et situer les événements particuliers dans un cadre global, urbain, économique, social et culturel.

L'instrument est prêt. Il s'appelle « Vu des quartiers ». Sa création a obtenu le soutien de l'État. Nous le présentons sur le site Internet qui lui est dédié. Il reste à l'alimenter de suffisamment de contacts pour pouvoir activer son ouverture. J'invite donc tous les Seynois, du quartier Berthe, du centre-ville, ou d'ailleurs, qu'ils soient habitants, ou qu'ils connaissent bien notre environnement urbain pour y agir dans le monde associatif, électif ou professionnel, et qui pensent pouvoir apporter leur contribution à une lecture réelle et objective de nos sites fragiles par les rédactions régionales et nationales, à s'y inscrire pour être sollicités lorsque les médias auront à couvrir tel ou tel événement de notre territoire. Je précise que le respect des lois et règles de déontologie, de confidentialité et de protection des données personnelles est garanti. Seuls les journalistes professionnels accrédités y auront accès. Sans cela, l'État n'aurait évidemment pas validé et soutenu le projet.

 

On peut toujours râler et s'insurger lorsqu'est dénaturée la réalité de notre vie urbaine compliquée. On peut aussi être acteur de l'émergence de la matérialité et la vérité des faits, des choses et des gens. C'est un acte politique différent, pas « politicien » mais utile. C'est une réponse concrète à ceux qui se font un devoir de stigmatiser pour mieux diviser. Et je ne doute pas que nos édiles seynois, comme le font leurs homologues de communes si semblables à la nôtre, qu'ils soient de droite, du centre ou de gauche, auront à cœur de promouvoir ce projet « Vu des quartiers » déjà unanimement salué...

 

VOUS SOUHAITEZ DEVENIR UN CONTACT POUR LES JOURNALISTES ?

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE CI-DESSOUS...

 

22 septembre 2020 2 22 /09 /septembre /2020 15:15

Mes dernières responsabilités liées à mes anciens mandats de maire de La Seyne et de vice-président de la métropole toulonnaise sont derrière moi depuis ces derniers jours. Me voilà libre de mes mouvements après avoir cédé à des successeurs les ultimes responsabilités que les règlements et statuts me conféraient encore, au-delà de l'élection et des installations des conseils municipal et métropolitain. Mon activité publique sera désormais différente...

 

QUARTIERS VULNÉRABLES : CONTINUER À DÉFENDRE L'ÉQUITÉ TERRITORIALE

Le 16 septembre, j'ai en effet transmis le flambeau de la présidence de « l'Association des maires Ville & Banlieue de France » à Thierry Falconnet, maire socialiste de Chenôve et vice-président de la métropole de Dijon, lors de la réunion, à l'hôtel de ville de Paris, de l'Assemblée générale annuelle de cette association indépendante et volontariste, réseau actif d'élus de toutes sensibilités politiques républicaines, de tout le territoire national, force de propositions se fondant sur sa démarche d'échanges et de bonne pratiques, en dialogue constant avec les institutions de l'État et les autres associations de collectivités locales (dommage, d'ailleurs, que la mairie de La Seyne, membre actif de l'association depuis la mandature d'Arthur Paecht, pour la première fois depuis 2004, n'ait pas été représentée par un de ses élus à cette réunion annuelle...).

À la demande de mes amis maires membres du Bureau de « Ville & Banlieue », je demeurerai toutefois, comme les autres anciens présidents, une sorte de « consultant bénévole » de l'association.

 

DROIT CONSTITUTIONNEL AU LOGEMENT POUR TOUS : POURSUIVRE, TOUJOURS...

Et puis, ce dernier lundi, 21 septembre, c'est la présidence de l'office métropolitain d'HLM « Terres du Sud Habitat », que j'assumais au nom de la métropole Toulon Provence Méditerranée, qui a été dévolue à Nathalie Bicais, en sa qualité de vice-présidente seynoise de l'intercommunalité.

Je lui souhaite bonne chance pour poursuivre la mission, initiée à la Seyne il y plus de 70 ans, de production et de gestion de ces logements sociaux de plus en plus nécessaires à nos concitoyens dont les niveaux de vie ne cessent de baisser, situation qui va s'aggravant avec la crise sanitaire et économique qui s'ensuit (7 sur 10 des foyers varois sont éligibles à l'habitat à loyer modéré...), et à laquelle il est impératif de répondre en se battant pour obtenir de l'État des moyens accrus pour assurer une meilleure gestion, et en projetant de nouvelles constructions dans l'ensemble des communes de l'aire toulonnaise, qui sont toutes hors-la-loi, hormis La Garde, et y compris la nôtre.

 

VERS DES ALTERNATIVES SOCIALES ET ÉCOLOGIQUES POUR ICI, POUR LA NATION ET POUR LE MONDE...

Libéré de ces passionnantes obligations, je vais pouvoir me consacrer, après 27 ans passés au conseil municipal, à d'autres formes d'implication. Dont une partie sera politique.

Les choses sont claires, s'il en était besoin : la politique française d'aujourd'hui, soi-disant « ni-ni », est ultra-libérale assumée. Et on ne peut pas se résigner à une telle situation, mortelle pour les plus humbles et les classes moyennes.

Or la porosité entre l'extrême-droite et une partie de la droite est de plus en plus banalisée (on l'a vu chez nous, avec l'intégration de personnes élues sous l'étiquette du Front National dans la nouvelle coalition municipale, ou avec les propos de tel élu, que je croyais centriste, que le groupe municipal du RN a trouvés « fondés », stigmatisant dangereusement par leur globalisation l'ensemble des « jeunes musulmans »).

Les gauches écologistes et sociales ont le devoir de se mettre en chantier pour construire et proposer des alternatives pour les échéances nationales, mais aussi, alors que leurs sensibilités n'ont plus aucun élu, pour les élections régionales et départementales. Je suis de ceux qui, sans aucune velléité de nouvelle implication élective et avec le souci de ne pas gêner les jeunes engagés qui sont notre avenir, veulent apporter leur pierre à cet ouvrage vital d'éducation populaire.

 

OUI, L'AVENIR EST INQUIÉTANT. RAISON DE PLUS !

J'invite mes concitoyens à ne surtout pas se résigner.

Aux jeunes notamment, pour lesquels ce qui s'est passé il y a près d'un siècle est bien lointain, mais aussi à certains plus anciens qui ont un peu trop la mémoire courte, je dois expliquer que j'ai trop vu, au cours de mon périple d'été en camping-car qui m'a conduit du camp de concentration du Struthof en Alsace à celui d'extermination d'Auschwitz 2-Birkenau en Pologne, en passant par Dachau en Allemagne, Mauthausen en Autriche, et Auschwitz 1, à quelles folies abominables a conduit la réalité sociale, économique et politique des années 1920 et 1930 dans notre Europe, similaire en bien des points à celle que nous connaissons aujourd'hui.

À ceux qui l'auraient oublié ou qui l'ignoreraient, je livre ci-après quelques photos de vacances...

 

Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
Besoins de futurs : il y a du pain sur la planche...
29 juillet 2020 3 29 /07 /juillet /2020 03:06

Avec leurs habitants les plus pauvres du Var, victimes de plein fouet de la crise sanitaire et économique, avec les inquiétudes qui planent sur le devenir de CNIM, le plus important groupe industriel du département, et de ses sous-traitants implantés chez nous, et par voie de conséquence l'ensemble de l'économie bénéficiant du pouvoir d'achat de leurs salariés, avec les incertitudes qui inquiètent les activités du tourisme, de la croisière, du loisir et de la culture, comme celles de l'activité portuaire du fret, La Seyne et la métropole, malgré la formidable dynamique économique qu'elles connaissent depuis une dizaine d'années, pourraient ne pas échapper à de sérieuses difficultés économiques et sociales.

Des réponses préventives et curatives existent. Elles supposent une grande bifurcation l'échelle du pays et une véritable stratégie de rebond et de redressement.

Le mouvement politique auquel j'appartiens, la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), formule des propositions en ce sens, qui passent par une rupture avec le libéralisme.

Profitez des vacances pour feuilleter ce petit livret...

12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 14:05

Il est un nouveau ministère dont le titre a échappé à beaucoup de monde : celui de... la Transformation et de la Fonction publique. Je me méfie toujours des libellés abscons. Ce qui m'inquiète, c'est que le « et » qui relie les deux champs de compétences de la ministre Amélie de Montchalin s'évapore très vite.

Et, même si le « et » demeure, ce qui me questionne et me préoccupe, c'est ce que pourrait receler cette perspective de « transformation »...

 

C'est le président de la République qui a fixé la ligne dans son discours du 14 juin faisant le point sur la pandémie du coronavirus. On aura retenu la réouverture des bistrots, des écoles et des frontières européennes, mais beaucoup moins le concept de « nouveau chemin » duquel a découlé un discret ordre de mission pour le gouvernement et le Parlement : « L'organisation de l'État et de notre action doit profondément changer ».

En tous cas, nous y sommes. Un ministère est fondé pour s'atteler à la tâche. Avec une titulaire du portefeuille qui n'a sûrement pas été choisie au hasard. Championne du management privé de grands groupes économiques, fière d'avoir créé « deux start-up » pour gérer sa campagne pour la députation puis son mandat de parlementaire, coordonnatrice du groupe des députés En marche choisie pour ses aptitudes managériales de « whip » (en anglais, ça veut dire « fouet », tout un programme...), la ministre pourrait bien mettre tout son talent néolibéral au service du démantèlement des services publics, sur fond des propos entrainants de M. Macron : « Libérons la créativité et l'énergie de terrain »...

La crise sanitaire a pourtant révélé, s'il en était besoin, combien les agents et l'organisation du service public, de l'État, des hospitaliers, et des collectivités locales, est indispensable. La crise économique et sociale qui s'accélère va nécessiter que la nation, plus que jamais, prenne soin de nos populations. Fragiliser la fonction publique serait périlleux.

Ça le serait chez nous au moins autant qu'ailleurs, après les changements politiques intervenus à La Seyne. Les propos de certains élus de la nouvelle majorité municipale, alors qu'ils siégeaient dans l'opposition, dont l'un, aujourd'hui adjoint au maire, estimait qu'il était possible de réduire de 400 le nombre de nos fonctionnaires territoriaux, pourraient résonner en écho aux perspectives funestes que laissent entrevoir les mots présidentiels et la création d'un ministère s'affichant « transformateur » de la fonction publique...

Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
3 juin 2020 3 03 /06 /juin /2020 07:22

C'est chose faite. On n'aura guère eu de mal à croiser les projets des deux équipes de la gauche et de l'écologie que Luc Patentreger d'une part, et Cécile Jourda et moi d'autre part, animions pour le premier tour de scrutin, pour en faire émerger une synthèse devenue une perspective partagée.

C'est bien sûr humainement un peu plus difficile de constituer une liste de 49 coéquipiers à partir de 98 volontaires engagés pour le premier tour. Les aspirations individuelles, les représentativités de sensibilités, les diversités d'âges, de quartiers et de métiers, la parité de genre, sont autant d'ingrédients d'une émulsion complexe à réaliser. Mais le sens des responsabilités a prévalu. Grand merci à ceux qui se sont employés à cette mission et à ceux de chaque équipe qui ont accepté de céder leur place.

Voici le communiqué que nous avons publié en commun ce mardi soir...

 

 

 

29 décembre 2019 7 29 /12 /décembre /2019 06:30

Plusieurs visiteurs de mon blog se sont étonnés que, depuis près de trois mois, je n'y ai rien publié. Ce n'est pas que la vie seynoise et métropolitaine s'est arrêtée ni que je n'ai rien à dire ou à commenter, loin de là. C'est juste que j'ai mis à profit les temps que je consacre presque au quotidien depuis plus de dix ans à écrire pour annoncer, expliquer, faire le point, évaluer, répondre à des avis, avancer des idées et réflexions, pour m'employer à un autre exercice dont je mettrai en ligne les conclusions dans les jours à venir.

Mais un an nouveau va s'ouvrir à notre avenir partagé, qui justifie que je fasse une trêve dans... ma trêve de publications.

À tous mes concitoyens de La Seyne et de la métropole Toulon Provence Méditerranée, aux tout-petits, aux jeunes, à ceux qui sont dans la force de l'âge et aux seniors, aux femmes et aux hommes, aux résidents de tous nos quartiers, à ceux qui connaissent la misère et aux plus aisés, aux nouveaux venus chez nous et aux habitants « de souche », j'ai envie, en me gardant d'être donneur de leçons et en me le proposant à moi-même, de suggérer la méditation, dans la perspective des temps qui suivront l'aube de 2020, d'un message du pasteur américain Martin Luther King : « Grâce à notre génie scientifique et technologique, nous avons fait de ce monde un quartier. Et maintenant, par notre engagement moral et éthique, nous devons en faire une fraternité. Nous devons tous apprendre à vivre ensemble en tant que frères, sinon nous périrons ensemble en tant qu'idiots. »

Bel, heureux, solidaire et fraternel an neuf.

Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
13 août 2019 2 13 /08 /août /2019 15:39

« Chaos, panique. C'est ainsi depuis toujours. On se rue vers le salut, coûte que coûte, en abandonnant sa terre. L'exil, toujours, jusqu'à la fin des temps... ». Ce sont des mots de Patrick Grainville, de l'Académie Française, dans son roman « La falaise des fous ».

Nous, Seynois, qui depuis toujours sommes habitants d'une terre d'accueil au point que c'est des gens venus d'ailleurs sans l'avoir choisi que s'est construite notre identité communale, ne pouvons, depuis notre Cap Sicié, la péninsule française la plus avancée vers le sud dans l'immensité de notre Méditerranée, rester plus longtemps insensibles à la détresse de ceux qui meurent pour tenter de vivre, ni à celle de ceux qui s'efforcent, contre vents naturels et indicibles marées politiques, de leur porter secours.

 

Je viens ainsi de lancer un appel, que je me suis autorisé à signer au nom de nous tous, les Seynois, pour que les cités portuaires du littoral méditerranéen français, de l'Italie à l'Espagne, comme sur le pourtour de la Corse, se mettent en projet partagé de solidarité humanitaire, et que les unes et les autres de nos communes littorales qui le pourraient et le voudraient demandent au gouvernement de notre Nation des Droits de l'Homme d'être aidées à, simplement, agir pour que survivent ceux qui fuient leurs pays de misère, de guerre ou de sinistre évolution climatique. Juste en permettant aux bateaux humanitaires de trouver un havre sûr de débarquement que d'autres villes portuaires ne peuvent plus leur assurer, du fait d'ignobles choix politiques de leurs gouvernants ou par impossibilité matérielle ou logistique.

Voici donc le courrier que je viens d'adresser à mes collègues maires de nos communes littorales françaises, de la Ligurie à la Catalogne, en passant par la Provence, le Languedoc, le Roussillon, et la Corse...

Prenez connaissance des deux pages de ma lettre ci-dessous, ou CLIQUEZ ICI pour la lire au format pdf.

 

Je me suis permis d'utiliser une photo illustrant un article de "Nouvel Obs" pour cet article. Je peux la retirer sur simple demande, bien sûr.

11 juillet 2019 4 11 /07 /juillet /2019 13:18

Scoop ! Ce jeudi midi, une quinzaine de fonctionnaires territoriaux, d'enseignants (pourtant en vacances), de responsables, employés et bénévoles associatifs, et le coordonnateur national interministériel du plan « cités éducatives », ont déjeuné « à l'œil », sur le compte de la commune, avec une conseillère municipale et moi-même, au restaurant d'insertion « Le Petit Prince » du quartier Berthe, qui remet le pied à l'étrier des gens en butte sévère avec les difficultés de  parcours vers la formation professionnelle et l'emploi.

Scandale ? Gabegie ? Que quiconque s'amuse à venir me le reprocher !!!

 

Ça a été une vraie chance de pouvoir, toute une matinée, mettre autour d'une même table d'échanges un haut représentant de l'État qui nous a honorés de sa présence et ces acteurs du quotidien de l'éducation de nos 0 à 25 ans, qui, malgré les vicissitudes budgétaires des temps d'austérité que la Nation impose à ses territoires, ne comptent jamais, ni leur temps, ni leur énergie, ni leur bienveillance, ni leur propre argent, pour créer les conditions utiles, chacun avec son métier, de principal ou professeur de collège, d'animateur culturel ou socio-éducatif, d'éducateur de rue, d'éducateur sportif ou de bibliothécaire, ou son engagement de bénévole associatif, à l'élévation des consciences, l'éducation et l'émancipation des futurs adultes citoyens de notre ville.

Ce fut un moment d'air frais dans la canicule ambiante, qui aura permis au représentant de l'État de mesurer le travail conséquent de tous ceux qui placent l'Enfant au centre d'un dispositif éducatif territorial global, cohérent, complémentaire, concerté, coopératif. Et de témoigner les encouragements de la Nation à tous ces gens engagés sans compter sur le terrain pour les tout-petits, les enfants, les ados, les jeunes, les jeunes adultes, et l'accompagnement de leurs familles à la fonction parentale. Et de leur laisser entrevoir quelques moyens d'État complémentaires pour soutenir leurs actions et leurs futures initiatives innovantes...

 

SCANDALE : VIN DE TABLE ET BISSAP DE FONCTION !

Alors, oui, maître du cadenas de la tirelire collective communale que nous emplissons de nos contributions fiscales locales, j'ai invité tout ce vraiment beau monde de « pros » et d'engagés au service de l'égalité républicaine à poursuivre les échanges, tenus dans la médiathèque Andrée-Chedid, autour d'un buffet au restaurant d'insertion « Le Petit Prince ». Ça aura coûté 17 euros par convive, vin, bissap et thé à la menthe compris. Il faut dire qu'il n'y avait ni homards géants ni grands crus de Bordeaux. Mais c'était délicieux et ça aura servi d'exercice formatif à une dizaine de personnes en précarité assurant la confection et le service.

Ceux qui, à l'instar de l'ancien président de l'Assemblée Nationale, aujourd'hui ministre d'État, se sont laissé aller, si l'on en croit la presse, à la gabegie qu'entraîne, sûrement inconsciemment, l'exercice du pouvoir dans les hautes sphères, peuvent, certainement sans le vouloir, nuire à l'image de tous les acteurs de la vie publique.

 

GABEGIE : RENAULT CLIO ET SCOOTER DE FONCTION !

Oui, j'ai donc déjeuné « gratis » ce midi. Mais je pense que personne ne viendra me reprocher d'avoir remplacé la Peugeot haut de gamme qu'était le véhicule de fonction dédié au maire par une Renault Clio, ni de ne pas avoir remplacé mon chauffeur après son départ à la retraite – j'ai le permis B et mes 12 points –, ni de mettre à profit, tout au long de l'année, le temps du déjeuner, en moyenne un midi sur deux, pour travailler autour d'un plat du jour, à mes frais propres, avec plusieurs de mes collaborateurs ou partenaires, ni d'avoir réduit de 30% les indemnités des élus, à commencer par la mienne, dont nous reversons, selon nos appartenances politiques, de 30 à 100% à nos partis respectifs, ni d'avoir supprimé l'indemnité mensuelle de 500 euros que mon prédécesseur s'était fait allouer – tout à fait légalement – par le conseil municipal pour, entre autres, subvenir à ses besoins de garde-robe, ni d'avoir supprimé tous les véhicules de fonction de la commune, à l'exception, je le confesse, du mien – la Clio précitée – et... du scooter mis à disposition du Directeur général des services municipaux.

Et j'ai une pensée pour mes valeureux collègues maires des petites communes, aux indemnités ridicules, disponibles 24 heures sur 24, taillables et corvéables à merci, sans cesse sous l'épée de Damoclès que peut constituer un accident dû à un arbre mal taillé d'une place publique ou à un trou mal rebouché sur un trottoir, qui ne renoncent jamais à servir.

Il ne faudrait pas que les faux-pas de quelques rares hauts responsables de l'État jettent le discrédit sur les plus de 500.000 Français qui se consacrent à la vie publique de leurs territoires.

23 juin 2019 7 23 /06 /juin /2019 03:04

Plusieurs de mes concitoyens m'ont demandé comment faire pour réclamer que se tienne le référendum d'initiative partagée (partagée = sur demande conjointe d'au moins 20% des parlementaires et d'au moins 10% des électeurs français, soit un peu plus de 4,7 millions de personnes) qui doit permettre aux Français de se prononcer sur l'idée de vendre ou pas au privé les aéroports de Paris.

 

AU-DELÀ DES AÉROPORTS D'ÎLE-DE-FRANCE, L'ENSEMBLE DES SERVICES PUBLICS

S'ils me questionnent, c'est que, au-delà de la question des structures aéroportuaires de la région parisienne, ils ont bien mesuré qu'un refus de leur privatisation exprimé par la majorité de notre population serait un signal fort pour réaffirmer l'attachement du peuple de France, de toutes ses sensibilités républicaines, à l'ensemble de ses services publics, locaux comme nationaux. Et qu'ils ne doivent pas être des objets de marchandisation.

Tout est indiqué sur le site officiel du Gouvernement, mais mon amie sénatrice (GRS) Marie-Noëlle Lienemann a eu la bonne idée de mettre en ligne un guide tutoriel sous forme d'une vidéo réalisée alors qu'elle même faisait, en quelques minutes devant son ordinateur, la démarche pour apporter son soutien à l'idée que cette consultation inédite soit organisée.

Je pense utile d'en faire profiter les visiteurs de mon blog qui peuvent la visionner EN CLIQUANT CI-DESSOUS...

 

CLIQUEZ POUR ACCÉDER À LA VIDÉO EXPLICATIVE

 

22 juin 2019 6 22 /06 /juin /2019 02:37

Élus et citoyens de divers horizons, même si, souvent, c'est la gauche qui en prend l'initiative, nous dépassons fréquemment à La Seyne les clivages politiques lorsqu'il s'agit de défendre les services publics, gages de la promesse républicaine d'égalité territoriale. 

Nous l'avons fait, ces dernières années, avec plus ou moins de succès, pour notre maternité publique et nos urgences hospitalières, pour la poste de Tamaris, celle de Berthe et le guichet des entreprises de celle des Plaines, pour des moyens de police renforcés, pour l'implantation locale de Pôle Emploi et celle de l'Agence des finances publiques, pour le maintien et les ouvertures de classes, pour la création et le développement à La Seyne de l'institut de formation des enseignants, pour éviter que le Domaine de Fabrégas ne soit cédé à un promoteur privé, et dernièrement pour la relance de l'activité universitaire de l'Institut Michel-Pacha et le guichet de la gare SNCF de La Seyne.

Mais de nouveaux enjeux nous attendent...

 

UN RASSEMBLEMENT EN SOUTIEN AUX URGENTISTES EN LUTTE POUR NOUS TOUS

Dans toute la France, l'inquiétude croît dans les services d'urgences hospitalières et les SAMU. Chez nous, comme dans 130 autres sites en France, au Centre hospitalier intercommunal de Toulon - La Seyne (CHITS), les médecins, les infirmiers, les personnels soignants et autres, toutes catégories et grades confondus, considèrent avec raison que les annonces du ministère de la Santé sont notoirement insuffisantes et ne règleront en rien ni leurs situations de travail, ni les conditions d'accueil de la population.

C'est tellement vrai que ce sont les personnels de tous les services de nos hôpitaux de La Seyne (George-Sand) et de Toulon (Sainte-Musse), accompagnés par certains de leurs syndicats, qui optent pour prêter main forte au mouvement de leurs collègues des urgences et du SAMU pour qu'ils obtiennent de leur tutelle d'État les moyens d'assurer leurs missions si indispensables, et parfois vitales, à la population de notre métropole.

Une nouvelle fois, j'estime qu'il est du devoir des élus locaux et de nos concitoyens d'accompagner ce mouvement. La présence, a minima, des élus des communes de la métropole aux côtés des personnels lors du rassemblement qu'ils prévoient le jeudi 27 juin à 11 heures à l'hôpital Sainte-Musse serait un signe de soutien pouvant aider à faire pencher la balance.

 

POUR UN REFERENDUM SUR LA PRIVATISATION – OU NON – DES AÉROPORTS

Dans le même ordre d'idées, la perspective de privatisation de la Française des Jeux, de Engie et des Aéroports de Paris inquiète nombre de nos gens. Le lancement, par 250 députés et sénateurs, d'une procédure législative relative à l'organisation d'un référendum d'initiative partagée pouvant bloquer la vente au privé, pas forcément français, de nos aéroports, qui sont de vrais fleurons stratégiques qui assurent l'égalité des territoires et constituent notre première frontière, est un enjeu d'importance pour tous les Français, fussent-ils très éloignés des aéroports d'Île-de-France comme le sont les Seynois.

Comme des centaines de milliers de Français l'ont fait en quelques jours, j'ai ainsi apporté ma signature pour que nous parvenions en neuf mois à ce qu'au moins 4,71 millions de citoyens de notre nation obtiennent l'organisation de ce référendum.

Là encore, je suis convaincu que, au-delà des opinions de chacun, une majorité de nos concitoyens doivent s'emparer de ce processus démocratique inédit, sans précédent sous la Vème République, qui obligera l'État à les questionner sur la perspective de protéger le service public.

Tous les Seynois qui considèrent qu'ont encore du sens les orientations du programme du Conseil National de la Résistance affirmant la nécessité de « défendre l'indépendance politique et économique de la nation » par la gestion par l'État « des grands moyens de production monopolisée », mises en œuvre dès 1945 par le Général De Gaulle, président du Gouvernement Provisoire, en créant l'établissement public chargé des activités aéroportuaires de la région parisienne, auront à cœur de réclamer l'organisation de cette consultation démocratique.

Chaque électeur peut apporter son soutien à l'initiative de proposition de loi référendaire en se rendant sur le site Internet officiel ouvert en ligne par le Gouvernement en application de la loi.

 

 

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 

 

Mes engagements

 

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var