7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 08:36

http://www.var.fr/documents/35004/38319/carte-canton-2015/f89d1e10-ff28-4f40-926a-9ec0553da813?t=1389049200000Dans un peu plus de trois mois, les Seynois devront élire leurs représentants au futur Conseil départemental, nouvelle assemblée appelée à succéder au vieux "Conseil général", institution créée, sous le terme de "Conseil général de département", sous la Révolution de 1789, supprimée, puis rétablie, ayant connu divers statuts au fil de son histoire. On pourra d'ailleurs s'étonner que le terme de "conseil départemental" ait été choisi par le Législateur de 2013, si l'on se souvient que c'est sous cette désignation que la vénérable assemblée a fonctionné, de façon bien peu démocratique, sous le régime de Vichy, à partir de 1942, avec des membres non pas élus, mais nommés par le gouvernement pétainiste dont Laval était le chef...

Ça devrait inciter les Seynoises et les Seynois à faire l'effort de se rendre aux urnes, d'autant que, désormais, l'évolution législative permet d'assurer une représentation paritaire des hommes et des femmes, ce qui constitue une première dans cette assemblée.

 

AUTANT D'HOMMES QUE DE FEMMES SERONT DÉSORMAIS ÉLUS

Dans chacun des cantons varois, dont le nombre a été ramené de 43 à 23, on désignera ainsi un homme et une femme, ainsi que deux suppléants, également de chaque sexe. Il y aura donc quatre noms sur chaque bulletin de vote.

De quoi présenter aux suffrages des électeurs un joli choix de personnes de diverses sensibilités d'un même "camp" politique, d'âges, de métiers, de quartiers et d'origines variés, reflétant la riche diversité des habitants d'un territoire. Et je réitère mon vœu que la Gauche sache se rassembler, à commencer sur les deux nouveaux cantons de La Seyne (*), comme elle sait le faire avec son équipe majoritaire municipale plurielle.

 

SI LA GAUCHE NE DEVAIT FIGURER AU 2ème TOUR, CE SERAIT BALLOT...

Chaque parti, selon ses propres calendrier et modalités, désigne ainsi ses candidats. Mon souhait le plus cher est que, ensuite, certains s'éclipsent pour permettre le rassemblement de tous afin de constituer des équipes unies bien lisibles, et que nos concitoyens aient à se prononcer en faisant leur choix dans la clarté entre une équipe de gauche, une équipe de droite, et, même si ce n'est guère réjouissant, une équipe d'extrême-droite, les trois tendances que nous avons connues lors du deuxième tour de l'élection municipale.

Dans le camp républicain, qu'ils soient de droite ou de gauche, j'espère que les partis auront relevé que, pour figurer au second tour, il faudra avoir recueilli 12,5% des électeurs inscrits, ce qui impose, surtout si l'abstention bat encore des records, que la raison de l'unité prévale sur les postures propres à chaque sensibilité. Dès lors que deux listes d'un même "camp", voire plus, se concurrenceront, ce serait le recalage assuré pour le second tour. Je ne crois pas que la gauche doive ça à celles et ceux qui lui font confiance...

Et je ne pourrais donc pas apporter mon accompagnement et mon soutien à des listes rivales portant chacune les couleurs de composantes de l'équipe municipale majoritaire unie que j'anime. Franchement, ce serait ballot.

 


 

(*) : La Seyne 1 : environ 51000 habitants du nord de la commune - La Seyne 2 : le reste de la commune, plus les villes de Saint-Mandrier et de Six-Fours

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 06:58

http://www.lechroniqueur.fr/fr2/artpublic/bibliotheque/Image/POLITIQUE/GREVES/front-populaire-2.jpgIl n'y a pas d'autre solution. La menace de l'extrême-droite dans certains départements et régions est réelle. Les plus récentes élections l'ont montré : le Var en fait partie. Les modes d'élections, à la proportionnelle avec prime majoritaire pour le scrutin régional, et l'obligation de réaliser 12,5% des électeurs inscrits au premier tour pour figurer au second pour le vote départemental, doivent conduire les états-majors des organisations politiques à vite et bien réfléchir.

Bien sûr, les avis des diverses sensibilités de la gauche et de l'écologie divergent sur la politique nationale et, parfois, sur certains volets des enjeux et projets régionaux et locaux. Mais il est des lieux et des temps où, lorsqu'on sait, ensemble, discuter, analyser, concéder, synthétiser, sans que quelque groupe ne revendique quelque volonté hégémonique, on parvient non seulement à faire de la force de l'unité un vecteur d'obtention de la confiance d'une majorité de concitoyens, mais aussi on réussit, malgré les vicissitudes des temps en matière de moyens, à assurer une gestion utile, de bon sens, dynamique et prospective.

La Seyne ne veut pas s'autoriser à fanfaronner. Mais force est de reconnaître que, depuis sept années, avec patience, méthode, esprit de coopération, de travail et de respect mutuel, son équipe communale permet à la ville d'avancer. Démocrates sans engagement partisan, radicaux, républicains-citoyens, socialistes de diverses sensibilités, écologistes, régionalistes, communistes, anti-capitalistes, y parviennent.

Ça autorise son maire à lancer un appel à toutes les instances varoises des partis de la gauche et de l'écologie : parlez-vous, parvenez à une plateforme concertée d'objectifs pour le Var, répartissez-vous les missions de porter celle-ci auprès des Varois dans chacun de la vingtaine de cantons, avec des équipes de quatre candidats (un titulaire de chaque sexe et un suppléant de chaque sexe) dont les compositions peuvent bellement illustrer cette nécessaire union, garantissez aux citoyens de notre département qui ne peuvent se satisfaire d'une alternative droite - extrême-droite qu'ils pourront compter sur vous, avec, partout, des listes uniques reflétant nos diversités. Et faites ce qu'il faut, dans le même esprit, pour l'élection régionale, avec vos homologues des cinq autres départements de Provence Alpes Côte d'Azur.

L'intelligence commande le rassemblement. En urgence.


Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 11:03

http://www.franceculture.fr/sites/default/files/imagecache/ressource_full/2010/04/24/1535381/440120956-photo.jpgOn se souvient tous du coup de 2004 du traité pour une constitution européenne, qui n'a pas pu entrer en vigueur car les peuples de deux pays, la France et les Pays-Bas, ne l'ont pas ratifié en 2005, suite à des référendums organisés dans ces deux nations. Mais, qu'à cela ne tienne : on a élaboré le traité de Lisbonne qui, en 2007-2009, a repris une bonne part des dispositions du précédent, et a été adopté puis ratifié par tous les pays européens... sans référendum, sauf en Irlande.

Pourquoi abordé-je ce sujet ? Simplement parce qu'il fait écho à une autre situation du moment. Que j'explique aux visiteurs de mon blog : moi, plus on peut faire démocratique et respectueux des règles, plus ça me convient. Et ça vaut aussi pour mon parti.

 

LES STATUTS DU PS PRÉVOIENT UN CONGRÈS À MI-MANDAT PRÉSIDENTIEL

Les statuts du Parti socialiste prévoient ainsi explicitement que son Congrès se réunit, d'une part dans les six mois qui suivent une élection présidentielle, et d'autre part, une nouvelle fois... à mi-mandat... Et on y est, à mi-mandat.

C'est pourquoi on se demande quelle raison peut bien pousser la direction du PS à ne pas avoir commencé à prévoir l'organisation de ce Congrès, même si des " États généraux" sont en cours, mais ceux-ci ne sauraient remplacer un Congrès, espace et temps officiels de décisions.

Il me semble, ne serait-ce qu'à entendre ce que nos concitoyens nous disent de la politique que nous menons, qu'on a tout de même plein de choses à discuter et à établir, par des choix démocratiques des militants qui, à l'issue des votes du Congrès, s'imposeront à tous les socialistes, que ce soit termes d'évaluation de notre action internationale, européenne, nationale, territoriale, ou de définition d'orientations pour les prochaines échéances, à commencer par celles de 2015, les élections départementales et régionales.

 

UN PS NE RESPECTANT PAS SES PROPRES RÈGLES, C'EST PAIN BÉNIT POUR L'EXTRÊME DROITE

Et je ne suis pas le seul à me poser la question. Une fédération départementale du PS, celle de la Nièvre, a saisi notre "Haute autorité", une sorte de "conseil constitutionnel du PS" qui "dit le droit du parti". Et cette instance confirme bien (cliquez pour l'agrandir et le lire sur l'avis ci-dessous qu'elle a rendu) qu'il faut que nous nous réunissions en Congrès.

Donc, il n'y a plus qu'à ! Sinon nos détracteurs ne manqueront pas de se gausser publiquement de notre incohérence, même si le camp de la droite donne un spectacle assez déroutant par les temps qui courent. Et je crains fort que, non seulement, l'érosion des militants recensée dans beaucoup de nos sections et fédérations, n'aille qu'en s'aggravant, mais, de plus, que nos concitoyens nous témoignent encore moins leur confiance. Et, moins de confiance dans une des composantes de la gauche, c'est moins de confiance dans toute la gauche.

Et, comme ils ne témoignent pas plus de crédit à la droite républicaine, suivez mon regard... c'est vers l'obscurantisme que les leurs - de regards - ne vont pas manquer de se tourner, surtout lorsque les acteurs de l'extrême-droite servent tels des camelots bonimenteurs des solutions simplistes à tous les problèmes du temps. Si ce n'est déjà fait.

Je trouverais ça très moyen, pour le pays qui a éclairé le monde de ses Lumières. Donc, il faut qu'il ait lieu, ce Congrès !


141111_avis_congres_ps.JPG


Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 06:48

http://www.marisoltouraine.fr/wp-content/uploads/2012/01/image002.jpgOn se souvient sûrement du moment que rappelle cette photographie. C'était en 2012, lors de la visite à la cité Berthe de François Hollande, alors candidat, et Marisol Touraine, devenue ministre de la santé et des affaires sociales, dans le cadre de la campagne des élections présidentielles. Par leur mobilisation, les habitants de nos quartiers populaires ont permis à François Hollande de devenir Président de la République. Et, deux ans plus tard, aux élections municipales, généralement, ils se sont abstenus ou n’ont pas voté pour la gauche, ce qui n'est pas certes pas si vrai à La Seyne, mais notre ville est un peu comme une exception qui confirme la règle.

Aujourd’hui, frappés plus durement que les autres par la crise, les habitants des quartiers populaires ont disparu des « radars médiatiques » sauf lorsqu’il faut les montrer du doigt et les transformer un jour en apprentis djihadistes, le lendemain en dealers, le surlendemain en fraudeurs d’aides sociales.

 

INQUIÉTUDE POUR LES QUARTIERS POPULAIRES

 Je fais partie de ces socialistes travaillant ou ayant travaillé avec et au service des habitants de ces quartiers populaires qui ne pouvons nous résigner à cette situation. Nous n’idéalisons pas ces quartiers. Nous les connaissons. Nous avons conscience des dégâts commis par l’économie souterraine et les risques provoqués par la montée du fondamentalisme. Nous mesurons à leur hauteur les problèmes rencontrés : absence de qualification des jeunes, chômage, insécurités, violences faites aux femmes, relations difficiles avec la police, stigmatisations en tous genres, montée des actes antireligieux… Nous avons vu, petit à petit,  s’installer le désert économique dans les quartiers populaires situés en périphérie des grandes agglomérations.

Mais nous savons aussi la volonté de ces quartiers, l’ingéniosité, la créativité et l’envie d’entreprendre de leurs habitants. Chaque jour, des élus, des responsables associatifs, de simples citoyens se battent pour refuser la ghettoïsation physique, culturelle ou ethnique de leur quartier, pour prôner une autre idée de la ville plus mixte, plus ouverte, plus juste, plus solidaire.

 

RECONQUÉRIR LES CITOYENS DES QUARTIERS

 Le gouvernement de gauche a fait voter la loi sur « la Ville et la cohésion urbaine » à une immense majorité. Loi cadre, loi de programmation structurelle, elle était nécessaire pour refondre la politique de la Ville. Mais elle n’est pas suffisante pour redonner espoir à ceux dont nous ne nous résignons pas à ce qu’ils quittent la gauche.

Aujourd’hui, il faut repartir à la reconquête de ces citoyens qui sont parties intégrantes de notre Nation. Nous voulons que pour eux, l’énoncé des valeurs de notre République ne soit pas que des mots mais une réalité qui se construise au quotidien.

Nous ne renonçons pas. Nous ne nous résignons pas à laisser à d’autres ce terrain qui est au cœur de notre idéal socialiste.

 

UNE ASSOCIATION DE SOCIALISTES POUR "FAIRE LOBBY" AU PS

 C’est pourquoi nous avons décidé de créer « Socialistes pour les quartiers populaires », association de réflexions, de propositions, d’actions, au sein du Parti Socialiste, pour combattre les fractures urbaines quels que soient les territoires et les quartiers de relégation, pour que les habitants des quartiers populaires restent plus que jamais au cœur de notre combat pour l’égalité des droits et la justice sociale.

J'étais ce dernier mardi à Paris pour l'annonce du lancement de cette association, autour de François Lamy, député de l'Essonne et ancien ministre délégué à la Ville, avec Annie Guillemot, députée-maire de Bron (Rhône), François Pupponi, député-maire de Sarcelles (Val d'Oise), Pierre Cohen, ancien maire de Toulouse (Haute-Garonne), Stéphane Troussel, président de la Seune-Saint-Denis, ou encore Kamel Chibli, ancien adjoint de Lavelanet (Ariège), chargé au PS de la lutte contre les exclusions.

On l'aura compris, nous ambitionnons de créer une sorte de "lobby des quartiers populaires" au sein du Parti socialiste. Il y en a bien besoin.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 05:33

http://blogs.lexpress.fr/jeunes-politiques/wp-content/blogs.dir/861/files/2011/09/senat-palais-du-luxembourg_96.jpgSi les professionnels de la communication s'y mettent aussi, ça ne va pas être simple. Il faut avoir le regard acéré pour voir que le titre d'un article paru sur le site Internet d'un quotidien local est encadré de guillemets. Et ce qui apparait comme une information attestée, à défaut d'être vérifiable, et donc vérifiée, ça fait tout de même un peu froid dans le dos : "Des grands électeurs UMP et PS ont voté FN dans le Var".

Alors, évidemment, en lisant l'article, on découvre dans son chapeau que, finalement, l'information du titre est passée au conditionnel, et, bien plus bas dans le corps du sujet, que c'est un responsable du parti d'extrême-droite qui l'affirme : "plusieurs élus UMP et même PS" ont voté FN. Il le sait comment, lui ? Il était dans l'isoloir ? Le fait qu'il l'assure suffit-il à ce que la rédaction d'un journal le laisse entendre aussi ? Dans quel but ?

 

MATHÉMATIQUEMENT, LE RAISONNEMENT NE TIENT PAS LA ROUTE

 Mathématiquement, c'est sûr, le FN a réalisé le double du score auquel on pouvait s'attendre. C'est donc vrai que d'autres que les élus et délégués d'extrême droite ont voté pour la liste du Front national, avec la conséquence que l'on sait, plaçant une fois de plus le Var sous les feux des projecteurs du pays. Mais qui sont ces deux centaines de votants ? Qu'est-ce qui permet d'affirmer qu'il y a des élus de droite et des socialistes, et pourquoi pas des écolos, des NPA, des communistes ?

Car, moi, ce que, tout aussi mathématiquement, j'observe aussi, c'est que la liste de gauche de Pierre-Yves Collombat, a priori en posture compliquée à la suite des élections municipales, disposant de moins de supporters qu'en 2004, a tiré son épingle du jeu, et que ça aurait plutôt tendance à attester que les grands électeurs de gauche, y compris probablement pas mal de communistes, et malgré la liste des Verts, ont voté pour leur camp.

 

SI LA Vème RÉPUBLIQUE PERMET ÇA, IL FAUT PASSER À AUTRE CHOSE

 Tout aussi grave à mon sens que le fait que les Varois ont envoyé siéger à la Haute Assemblée un sénateur FN, je dois donc me risquer à en conclure que c'est entre la droite et son extrême que s'est exercée la porosité de vote. Donc d'adhésion, fût-elle passive, à des idées. Pourquoi les auteurs de l'article n'ont-ils pas conduit la même analyse que moi ?

Mais le plus préoccupant de tout ça, c'est que, soit ils n'ont rien compris de leur rôle, soit c'est délibérément que ces quelques deux cents grands électeurs ont trahi ceux des peuples de leurs communes qui leur ont confié la charge de désigner en leur nom des parlementaires, c'est-à-dire des citoyens qui constituent avec les députés la représentation nationale et ont en charge, via le vote des Lois, d'organiser la vie des soixante millions de Français.

Là, je me pose la question des institutions de la Vème République qui auront permis ça. Peut-être est-il temps de passer à une VIème ?...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 06:14

140921_fete_rose.JPGJ'estime à plus de 300 le nombre de socialistes qui avons fait ce dimanche le déplacement à Correns pour la "fête de la rose" qui y était organisée par la fédération du Var du Parti socialiste. Nous étions une bonne douzaine de Seynois, parmi lesquels sept élus municipaux et régionaux. Une journée studieuse et conviviale qui aura permis de doper les militants de tous nos coins du Var. Et ça n'aura pas été du luxe, après la raclée des élections municipales que nous avons subie, à de rares exceptions près...

Chacun aura sans nul doute été conquis par l'excellente animation de Bernard Giner, secrétaire fédéral chargé de la formation, qui a lancé les travaux varois de nos "États généraux des socialistes", mobilisant pour ce faire une douzaine de militants de tous horizons géographiques et de diverses sensibilités pour animer des ateliers thématiques où, franchement, mes camarades ont "brassé de l'idée".

 

DES ÉTATS GÉNÉRAUX, C'EST TRÈS BIEN, MAIS UN CONGRÈS, C'EST MIEUX

 Même les plus dubitatifs a priori, dont je suis, qui réclament quand même que se tienne un véritable congrès d'orientation conformément aux statuts de notre parti, auront sûrement reconnu que le PS a engagé là une démarche de relecture de la situation économique et sociale, et de son positionnement politique. Espérons que ça aboutira, début décembre, lors d'un temps fort à Paris, à avoir dessiné un vrai beau projet de gauche... qui ne devra pas être rangé au fond d'un tiroir, et notamment pas méprisé par l'exécutif du pays...

Profitant de la présence de nombre de nos élus locaux, départementaux et nationaux, nous avons aussi, avec Mickaël Latz, notre hôte maire de Correns et président de l'Union départementale des élus socialistes et républicains (UDESR 83), fait un tour d'horizon de notre association d'élus majoritaires ou minoritaires, abordant notamment les questions cruciales de la formation et de l'intercommunalité.

 

DES SEYNOIS ANIMATEURS DE L'UNION DES ÉLUS SOCIALISTES DU VAR

 Et, souhaitant passer la main de ma fonction de premier vice-président de l'association pour mieux me consacrer à celles que j'occupe à l'Association des maires du Var et à l'association nationale des maires "Ville et banlieue", je suis ravi que deux de mes collègues seynois, Marie Bouchez et Jean-Luc Bigeard, se soient portés volontaires pour prendre leur part dans l'animation de l'UDESR.

Ce dimanche aura tranché avec la façon dont semble s'organiser en ce moment la vie politique dans le camp d'en face, avec la surmédiatisation théâtrale du "retour" d'un ancien Président de la République, sans autre projet apparent que sa propre personne. Et, je le répète, même si le PS ne doit pas faire l'économie d'un congrès, son secrétaire national Jean-Christophe Cambadélis semble donner corps à son propos : "Les militants ont droit à la parole". Il faut aller jusqu'au bout.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 06:23

http://www.collombat-py.fr/portals/pyc/images/619-33-GB.JPGCe jeudi soir se tenait à la Bourse du travail une rencontre des "grands électeurs" désignés par les conseils municipaux autour de deux des six candidats de la gauche à l'élection sénatoriale varoise, celui qui mène la liste, le sénateur sortant Pierre-Yves Collombat, et Marie Bouchez, conseillère régionale chargée des parcs naturels, adjointe à La Seyne, et conseillère communautaire de Toulon Provence Méditerranée.

Dans l'impossibilité d'être présent, j'ai demandé qu'on lise un propos d'accueil que j'avais préparé. Regrettant que l'union de toute la gauche ne se soit réalisée, je veux en effet peser, autant que je le puisse, pour que tous les "grands électeurs" qui ne veulent ni d'une UMP quasi omnipotente dans le Var ni, a fortiori, de l'extrême-droite, au-delà de leurs diversités, mesurent que le seul vote possible est celui en faveur de l'équipe "de la gauche varoise" qu'anime Pierre-Yves Collombat.

Donc, mon discours...


"Chers invités des candidats de gauche aux sénatoriales,

"Vous ne m’en voudrez pas de n’être pas des vôtres ce soir.

"Au moment où seront lues ces lignes, je serai dans un train vers la capitale. Je dois en effet, demain matin suffisamment tôt pour avoir été contraint de partir la veille, plaider la cause de notre complexe cinématographique seynois devant la commission nationale d’aménagement commercial.

"L’enjeu est d’importance pour la poursuite de la redynamisation économique, sociale et culturelle de La Seyne, et même, au-delà, de l’Ouest varois et du tour de la Rade.

"Vous vous souvenez peut-être des conditions dans lesquelles ce projet de neuf salles de cinéma, s’inscrivant dans celui de la rénovation et mise en valeur patrimoniale de l’ancien atelier mécanique de nos chantiers navals, avec un hôtel, des commerces de loisirs et de culture, des espaces de mémoire et des lieux associatifs, a été repoussé il y a sept mois par ceux-là même que l’équipe de Pierre-Yves Collombat veut empêcher de lui ravir le siège qu’il occupe à la Haute Assemblée." (...)

 

LA POLITIQUE POLITICIENNE CONTRE L'INTÉRÊT DES TERRITOIRES

 (...) "Car, après m’avoir chacun assuré de son soutien avant la réunion de la commission départementale devant donner son feu vert à ce programme de cinéma, ce sont bien la représentante UMP de l’agglomération, le représentant UMP du syndicat du schéma de cohérence territoriale, le représentant UMP du conseil général du Var, par ailleurs candidat face à moi aux municipales de mars, et le représentant UMP des communes des alentours, qui ont reçu ordre, je ne sais de qui, quoique j’en ai une petite idée, de voter contre cet élément majeur de la requalification de notre territoire. Avec un seul but manifeste : à quelques semaines des élections municipales de mars, laisser penser à mes concitoyens que nous étions des amateurs ayant présenté un dossier mal ficelé.

"On connaît la suite en forme de boomerang pour ces apprentis sorciers : le projet a été rejeté et doit être soumis demain à la commission nationale siégeant en appel ; on aura fait perdre sept mois à un projet majeur pour l’économie, l’emploi, l’accès à la culture et aux loisirs, et à la structuration du territoire ; mais les électeurs, outrés par cette manœuvre politicienne de laquelle ils n’ont pas été dupes, ont infligé un cinglant revers au camp de la droite locale.

"Et ces gens-là, à qui « on » a demandé de penser clan politique tandis que nous pensons œuvre égalitaire républicaine, prétendent être les seuls représentants du Var au Sénat ! Ce n’est pas acceptable.

"Bien sûr la gauche, ici comme ailleurs, a connu récemment de réels revers, mais pas vraiment chez nous. Et les grands électeurs se doivent de garantir la représentation des territoires. Les citoyens qui lui font confiance dans le Var littoral occidental, à La Seyne, Signes et La Cadière bien sûr, mais également, même minoritaires, dans nos autres communes du Sud-Ouest du Var, existent bel et bien. Il ne serait pas acceptable pour la démocratie que les douze parlementaires varois soient tous issus du seul camp de la droite. Et encore moins, naturellement, que le Var se singularise en envoyant siéger le premier sénateur de l’extrême-droite de l’histoire du Sénat." (...)

 

MES AMIS LES VERTS JOUENT AVEC LE FEU

 (...) "Bien sûr les partis de gauche auraient pu et dû mieux se parler, comme nous le faisons à La Seyne où nous avons une nouvelle fois prouvé que, lorsqu’elle est unie sur un projet concerté, la gauche recueille la confiance.

"Car je suis à la fois ravi, parce que c’est un honneur pour La Seyne, et triste et inquiet, parce que chaque voix comptera, que deux de mes adjointes, femmes de valeurs, et même de valeurs très proches, soient candidates sur deux listes concurrentes ( ).

"Il ne faudrait pas que les précieuses voix de grands électeurs s’éparpillent car, après le renouvellement des conseils municipaux, la gauche en a perdu beaucoup. Et il en faut environ 400 pour conserver notre sénateur. Je sais que les communistes, radicaux et républicains-citoyens de La Seyne ne sont pas étrangers aux décisions des instances départementales de leurs partis de ne pas présenter de listes. Je veux saluer cet esprit de responsabilité, tout en déplorant qu’ils aient été un peu contraints de l’exercer devant le fait accompli.

"Mais les choses sont ce qu’elles sont. C’est fait. N’y revenons plus.

"Pour l’heure, je le dis, tout en respectant l’initiative des Verts, c’est simplement mathématique, la seule liste varoise pouvant assurer la présence au Sénat d’un représentant de la gauche, c’est celle de Pierre-Yves Collombat. Ne jouons pas avec le feu !

"Donc, bienvenue à tous à La Seyne, et excellente soirée d’échanges !"

 


) : outre Marie Bouchez, l'adjointe socialiste seynoise aux sports, quatrième sur la liste de la gauche varoise, l'adjointe seynoise au développement durable du territoire, conduit hélas une liste présentée par les Verts...


 

> le site de Pierre-Yves Collombat

> les grands électeurs du Var (site de la préfecture)

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 04:25

http://1.bp.blogspot.com/-BOB9SM8GLjc/TmlXyZCoL4I/AAAAAAAAAnc/WwN9yoSzqsM/s1600/cooperative.gifJe l'évoquais dans un récent article : la ville a été invitée au 30ème anniversaire de la caisse seynoise d'une banque mutualiste et coopérative. Le propos que j'ai prononcé à cette occasion...

"Je joins mon souffle d’élu d’une république laïque et d'ancien militant associatif solidaire à celui de vos « sociétaires-clients » et acteurs du mouvement mutualiste réunis ce soir pour éteindre les trente bougies de la caisse locale seynoise du Crédit Mutuel. Eteindre ces trente bougies, ce soir, c’est aviver, raviver et célébrer toujours l’esprit et le mouvement que porte votre banque qui fonde son identité.

"Je suis heureux d’être à vos côtés aujourd’hui, parce qu’il est important, si ce n’est primordial, de garder en vie l’âme de notre société fragile, de partager l’esprit de solidarité, d’entraide, d’entreprise et de fraternité qui font qu’une république, qu’une démocratie, qu’une société humaine ne vacille pas sur ses bases, n’oublie pas son histoire et surtout ne résume pas le progrès à l’obséquiosité d’une fausse prévenance uniquement technologique.

"Aujourd’hui dans un paysage politique dévasté, dans une situation internationale pour le moins chaotique, dans un environnement médiatique où le spectaculaire à tout prix réduirait l’information à une forme de divertissement, il est bon de rappeler toujours, en ces temps de rentrée, que c’est vous, nous, nous tous, qui bâtissons l’espoir et qui préservons la dignité de tous les hommes et les femmes.

"Je suis de ceux qui considèrent que l'argent est un outil, un simple outil, et qu'on l'oublie trop souvent. L'argent est au service (devrait être en tout cas) au service des femmes et des hommes, des entreprises, surtout les petites, moyennes, et de taille intermédiaire, et des associations, des coopératives, des groupes du faire ensemble…

"L'argent devrait être du lien social et commercial. C'est hélas trop souvent devenu, et de manière dominante, un objectif de puissance, une fin en soi, un instrument de domination dans des rapports sociaux marqués par la violence, la compétition à tout va…

"C'est pour cela qu'il est bon, pour un élu, républicain, un maire qui essaie d’être attentif au sort de ses concitoyens, de venir saluer ce monde que vous voulez représenter, qui porte ce qu'il y a d'humain et de sain dans la dynamique de développement local.

"Les témoignages que vous avez recueillis, les participants à cet événement, la contribution bien modeste et très enthousiaste de la municipalité à l'organisation de votre manifestation… cela démontre votre enracinement dans la réalité locale.

"Merci et bravo aux cadres, aux agents, aux bénévoles bien sûr.

"Je vous le répète, je suis heureux de vous accueillir ici, dans ce fort construit sur les vestiges d'une redoute conquise puis utilisée par les révolutionnaires, en 1793, sur les vestiges, surtout, de l'un des lieux de combat déterminants pour la survie de notre jeune République à la fin du XVIIIe siècle.

"Je me fais porte-parole de toute l’équipe de la majorité municipale pour vous souhaiter un très bon anniversaire et souhaiter à votre caisse locale, comme au mouvement mutualiste, une longue vie."

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 03:31

http://www.actuacity.com/medias/cpa/83/21715.jpgOn pourra toujours se dire que ce n'est pas le conseil municipal de La Seyne qui fera reculer les négociateurs de la commission européenne, mandatés par nos gouvernements pour discuter avec les États-Unis d'un accord de libre-échange, et que la décision proposée par le groupe communal écologiste, votée - sans voix contre, mais avec des abstentions de la droite et de l'extrême-droite locales - au début de l'été, de déclarer La Seyne "territoire hors partenariat transatlantique pour le commerce et l'investissement" a peu de chances de se traduire par la réouverture de "l'octroi" à nos entrées de ville (cliquez sur la photo pour la visionner dans sa taille originale sur l'excellent site "actuacity").

Mais, si de nombreuses communes, régions et autres collectivités d'Europe manifestent leur inquiétude, peut-être que ça donnera un peu à réfléchir avant de supprimer les obstacles commerciaux entre l'Union européenne et les USA. La Région Provence Alpes Côte d'Azur a d'ailleurs fait comme la commune de La Seyne en février dernier, sur proposition du groupe régional "Front de gauche".

 

LES RÉGLEMENTATIONS EUROPÉENNES DÉMANTELÉES POUR LE PROFIT

Le sujet est d'importance. Ce qui se profile à l'horizon de 2015, c'est d'abord le démantèlement de réglementations européennes pour ne pas gêner les échanges commerciaux et l'investissement. N'oublions pas que les États-Unis sont bien loin de s'imposer les contraintes que, nous, en Europe, et surtout en France, nous nous sommes données, dans le cadre du droit international, en matière d'obligations écologiques, sociales et culturelles.

Ce traité, ce serait immanquablement pour nous un nivellement par le bas en matière de de normes sociales, de droit du travail, de régulation économique, de protection sanitaire, culturelle et environnementale. Car on peut toujours rêver de voir les USA s'aligner sur le modèle social français...

Mais ce serait aussi une évolution négative des moyens de règlement des différends d'ordre économique entre les entreprises et les États. Aujourd'hui, ce sont les justices des pays qui traitent, suivant les règles en vigueur sur leurs territoires, les questions de protection écologique, de droits sociaux, de propriété intellectuelle des créateurs, de patrimoine culturel, de protection des données privées. Demain, ce pourrait bien être une juridiction supranationale "privée" qui jugerait et imposerait selon ses propres règles. Et on devine lesquelles, au regard de la puissance du lobbying des multinationales, qu'elles soient américaines ou européennes...

 

ÇA CONCERNE CHAQUE COMMUNE ET ÇA BAFOUE LA VIE DÉMOCRATIQUE

Tout ça peut paraître très éloigné des préoccupations communales et locales. Qu'on se détrompe : les collectivités et les territoires sont bien évidemment directement concernés. Plusieurs points des négociations nous touchent de plein fouet. Imaginons la situation terrible de concurrence qu'auront à subir, pour les marchés d'achats et de travaux de la moindre commune, les petites et moyennes entreprises locales, régionales et nationales, face aux grandes sociétés transnationales, d'Europe comme d'Amérique... et les conséquences sur l'économie locale et l'emploi... Imaginons le risque pour nos services publics communaux, garants de l'équité républicaine, remparts contre les impacts inégalitaires de la crise, en concurrence dérèglementée avec les multinationales et leurs puissants lobbies, alors même que c'est de la Région PACA, à l'initiative du président Vauzelle, qu'est partie la pétition nationale visant à "sanctuariser en les constitutionnalisant" nos services publics...

Et tout ça est d'autant plus inquiétant que les négociations se déroulent dans une parfaite opacité. Ni les parlements nationaux et européen, pourtant émanation des citoyens, ni, a fortiori, les citoyens européens eux-mêmes, ne sont informés et consultés. C'est un vrai déni de démocratie, d'autant plus inquiétant pour un maire qui s'attache à ce que la commune soit le lieu, chaque fois que possible, d'une pratique démocratique, ainsi que nous nous y employons depuis plus de six ans.

On le voit, ce n'est pas un point de détail pour la vie locale. Même nos collègues élus de droite et d'extrême-droite doivent s'en inquiéter, puisqu'aucun n'a voté contre notre proposition de faire de La Seyne une "zone hors TAFTA (*)" !

 


 

(*) : TAFTA : TransAtlantic Free Trade Area

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 14:04

http://images.telerama.fr/medias/2013/07/media_100090/1913-jean-jaures-a-l-assemblee-nationale-la-guerre-et-l-impot,M116166.jpgJ'avoue ne pas bien comprendre la logique qui prévaut dans la tête - ou l'entourage conseilleur - du Chef de l'État.

Je me souviens bien sûr de Chevènement, en 1983, quittant le gouvernement car en désaccord avec "la parenthèse libérale" en indiquant : "Un ministre, ça ferme sa gueule, et, si ça veut l'ouvrir, ça démissionne".

Dans cette logique, qui vaut ce qu'elle vaut, parce que, dans une équipe, on peut aussi discuter, il aurait été compréhensible que Montebourg et Hamon soient priés par le Premier Ministre de remettre leurs démissions après les critiques et propositions alternatives qu'ils ont formulées ce week-end en matière économique.

Mais, là, la démission du gouvernement dans son ensemble, suivie de la désignation instante, dans la foulée, de Valls pour former une nouvelle équipe, m'interroge.

Je crains que ce ne soit interprêté comme un signe de refus de se poser, comme nous, les élus locaux, et n'importe quels animateurs conduisant des projets, le faisons régulièrement, pour faire le point, analyser, faire des choix, réorienter si nécessaire, ou conforter une voie si c'est celle qui semble être la meilleure, ou "le moindre mal", ou la plus consensuelle. Il n'y a de honte ni à revoir nos options, ni à suer pour convaincre nos concitoyens de leurs utilités, sous réserve qu'on soit à leur écoute et dans l'échange, plutôt que d'exiger qu'on "la ferme", et que ça roule. L'injonction "Je ne veux voir qu'une seule tête !", c'était bon lors de mon service militaire.

Cette démarche d'analyse constante, c'est ce que, dans nos communes, nous faisons en permanence, pour essayer de coller aux besoins de notre peuple qui est bien malmené par nos politiques économiques et sociales européennes. Et par leurs traductions nationales. Où est le crime de lèse-majesté que de pointer que la voie allemande chrétienne-démocrate du moment n'est peut-être pas la plus pertinente pour les Européens ?

Alors, bordel médiatique pour bordel médiatique, qui sera vite oublié car surgi à un moment où nos concitoyens sont plus préoccupés par les difficultés de la rentrée - notamment celles de leurs enfants écoliers... -, j'ai le sentiment qu'on va manquer une occasion de trouver une voie utile, de reparler avec nos partenaires de la gauche et de l'écologie, de prendre le pouls des besoins des Français, et de trouver les compromis de gestion socialiste des temps difficiles que nous traversons.

En nous rappelant que, à partir du milieu du XVIIIe siècle, c'est la France du progrès qui a montré la voie aux pays de l'Europe et du Monde, certes non sans souffrance, mais avec une belle détermination, mais aussi avec ses maladresses et même avec ses horreurs, qui fait que, deux siècles et demi après, on en parle encore...

Ce serait dommage de gâcher ça. Et un congrès du Parti socialiste dans l'immédiate foulée, ce ne serait pas non plus du luxe...

Mais, bon, je ne suis qu'un tout petit maire socialiste d'un tout petit bout de France. Et ce que j'en dis...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

CLIQUEZ POUR SIGNER
LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE