26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 03:31

http://www.actuacity.com/medias/cpa/83/21715.jpgOn pourra toujours se dire que ce n'est pas le conseil municipal de La Seyne qui fera reculer les négociateurs de la commission européenne, mandatés par nos gouvernements pour discuter avec les États-Unis d'un accord de libre-échange, et que la décision proposée par le groupe communal écologiste, votée - sans voix contre, mais avec des abstentions de la droite et de l'extrême-droite locales - au début de l'été, de déclarer La Seyne "territoire hors partenariat transatlantique pour le commerce et l'investissement" a peu de chances de se traduire par la réouverture de "l'octroi" à nos entrées de ville (cliquez sur la photo pour la visionner dans sa taille originale sur l'excellent site "actuacity").

Mais, si de nombreuses communes, régions et autres collectivités d'Europe manifestent leur inquiétude, peut-être que ça donnera un peu à réfléchir avant de supprimer les obstacles commerciaux entre l'Union européenne et les USA. La Région Provence Alpes Côte d'Azur a d'ailleurs fait comme la commune de La Seyne en février dernier, sur proposition du groupe régional "Front de gauche".

 

LES RÉGLEMENTATIONS EUROPÉENNES DÉMANTELÉES POUR LE PROFIT

Le sujet est d'importance. Ce qui se profile à l'horizon de 2015, c'est d'abord le démantèlement de réglementations européennes pour ne pas gêner les échanges commerciaux et l'investissement. N'oublions pas que les États-Unis sont bien loin de s'imposer les contraintes que, nous, en Europe, et surtout en France, nous nous sommes données, dans le cadre du droit international, en matière d'obligations écologiques, sociales et culturelles.

Ce traité, ce serait immanquablement pour nous un nivellement par le bas en matière de de normes sociales, de droit du travail, de régulation économique, de protection sanitaire, culturelle et environnementale. Car on peut toujours rêver de voir les USA s'aligner sur le modèle social français...

Mais ce serait aussi une évolution négative des moyens de règlement des différends d'ordre économique entre les entreprises et les États. Aujourd'hui, ce sont les justices des pays qui traitent, suivant les règles en vigueur sur leurs territoires, les questions de protection écologique, de droits sociaux, de propriété intellectuelle des créateurs, de patrimoine culturel, de protection des données privées. Demain, ce pourrait bien être une juridiction supranationale "privée" qui jugerait et imposerait selon ses propres règles. Et on devine lesquelles, au regard de la puissance du lobbying des multinationales, qu'elles soient américaines ou européennes...

 

ÇA CONCERNE CHAQUE COMMUNE ET ÇA BAFOUE LA VIE DÉMOCRATIQUE

Tout ça peut paraître très éloigné des préoccupations communales et locales. Qu'on se détrompe : les collectivités et les territoires sont bien évidemment directement concernés. Plusieurs points des négociations nous touchent de plein fouet. Imaginons la situation terrible de concurrence qu'auront à subir, pour les marchés d'achats et de travaux de la moindre commune, les petites et moyennes entreprises locales, régionales et nationales, face aux grandes sociétés transnationales, d'Europe comme d'Amérique... et les conséquences sur l'économie locale et l'emploi... Imaginons le risque pour nos services publics communaux, garants de l'équité républicaine, remparts contre les impacts inégalitaires de la crise, en concurrence dérèglementée avec les multinationales et leurs puissants lobbies, alors même que c'est de la Région PACA, à l'initiative du président Vauzelle, qu'est partie la pétition nationale visant à "sanctuariser en les constitutionnalisant" nos services publics...

Et tout ça est d'autant plus inquiétant que les négociations se déroulent dans une parfaite opacité. Ni les parlements nationaux et européen, pourtant émanation des citoyens, ni, a fortiori, les citoyens européens eux-mêmes, ne sont informés et consultés. C'est un vrai déni de démocratie, d'autant plus inquiétant pour un maire qui s'attache à ce que la commune soit le lieu, chaque fois que possible, d'une pratique démocratique, ainsi que nous nous y employons depuis plus de six ans.

On le voit, ce n'est pas un point de détail pour la vie locale. Même nos collègues élus de droite et d'extrême-droite doivent s'en inquiéter, puisqu'aucun n'a voté contre notre proposition de faire de La Seyne une "zone hors TAFTA (*)" !

 


 

(*) : TAFTA : TransAtlantic Free Trade Area

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 14:04

http://images.telerama.fr/medias/2013/07/media_100090/1913-jean-jaures-a-l-assemblee-nationale-la-guerre-et-l-impot,M116166.jpgJ'avoue ne pas bien comprendre la logique qui prévaut dans la tête - ou l'entourage conseilleur - du Chef de l'État.

Je me souviens bien sûr de Chevènement, en 1983, quittant le gouvernement car en désaccord avec "la parenthèse libérale" en indiquant : "Un ministre, ça ferme sa gueule, et, si ça veut l'ouvrir, ça démissionne".

Dans cette logique, qui vaut ce qu'elle vaut, parce que, dans une équipe, on peut aussi discuter, il aurait été compréhensible que Montebourg et Hamon soient priés par le Premier Ministre de remettre leurs démissions après les critiques et propositions alternatives qu'ils ont formulées ce week-end en matière économique.

Mais, là, la démission du gouvernement dans son ensemble, suivie de la désignation instante, dans la foulée, de Valls pour former une nouvelle équipe, m'interroge.

Je crains que ce ne soit interprêté comme un signe de refus de se poser, comme nous, les élus locaux, et n'importe quels animateurs conduisant des projets, le faisons régulièrement, pour faire le point, analyser, faire des choix, réorienter si nécessaire, ou conforter une voie si c'est celle qui semble être la meilleure, ou "le moindre mal", ou la plus consensuelle. Il n'y a de honte ni à revoir nos options, ni à suer pour convaincre nos concitoyens de leurs utilités, sous réserve qu'on soit à leur écoute et dans l'échange, plutôt que d'exiger qu'on "la ferme", et que ça roule. L'injonction "Je ne veux voir qu'une seule tête !", c'était bon lors de mon service militaire.

Cette démarche d'analyse constante, c'est ce que, dans nos communes, nous faisons en permanence, pour essayer de coller aux besoins de notre peuple qui est bien malmené par nos politiques économiques et sociales européennes. Et par leurs traductions nationales. Où est le crime de lèse-majesté que de pointer que la voie allemande chrétienne-démocrate du moment n'est peut-être pas la plus pertinente pour les Européens ?

Alors, bordel médiatique pour bordel médiatique, qui sera vite oublié car surgi à un moment où nos concitoyens sont plus préoccupés par les difficultés de la rentrée - notamment celles de leurs enfants écoliers... -, j'ai le sentiment qu'on va manquer une occasion de trouver une voie utile, de reparler avec nos partenaires de la gauche et de l'écologie, de prendre le pouls des besoins des Français, et de trouver les compromis de gestion socialiste des temps difficiles que nous traversons.

En nous rappelant que, à partir du milieu du XVIIIe siècle, c'est la France du progrès qui a montré la voie aux pays de l'Europe et du Monde, certes non sans souffrance, mais avec une belle détermination, mais aussi avec ses maladresses et même avec ses horreurs, qui fait que, deux siècles et demi après, on en parle encore...

Ce serait dommage de gâcher ça. Et un congrès du Parti socialiste dans l'immédiate foulée, ce ne serait pas non plus du luxe...

Mais, bon, je ne suis qu'un tout petit maire socialiste d'un tout petit bout de France. Et ce que j'en dis...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 06:57

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSCPO638eBWrp1mK0xaJ3NXq-3q11YCb6f19egdRqzRRVO-_CrwvHQZc_SbwwDiverses difficultés m'ont conduit à interrompre plusieurs semaines les publications sur ce blog. Lorsqu'elles ont été réglées, le rythme ayant été perdu, je me suis dit que je redémarrerai la publication de mes billets à mon retour d'une quinzaine de congés, qui serait aussi celui de pas mal de mes lecteurs. Ça ne semblait de toute façon pas troubler mes visiteurs et abonnés à ma "newsletter" qui ne se sont pas offusqués de mon silence.

Nous y voilà donc toutefois, mais à une période qui est encore un temps de vacances pour nombre d'entre nos concitoyens, ayant en tête leur détente personnelle et familiale, et où les événements locaux méritant communication sont somme toute relativement rares.

Je n'évoquerai pas La Seyne dans ce premier billet de rentrée. J'ai en effet reçu une lettre de Luc Carvounas, sénateur-maire d'Alfortville, un socialiste proche de Manuel Valls. Moi, je ne suis pas souvent d'accord avec Valls, ce n'est un secret pour personne. Mais, là, j'ai envie de soutenir l'initiative de son camarade. De quoi s'agit-il ?...

 

UNE ALLIANCE CONTRE-NATURE UMP-PS

Nos concitoyens sont bien loin d'être préoccupés par le sujet sur lequel s'affaire Luc Carvounas, tant ils sont "à la ramasse" avec les conséquences de la "politique de l'offre" et le "pacte de responsabilité" que l'exécutif, Président et gouvernement, infligent à notre peuple, sans même que les militants du PS n'aient été invités à donner leur avis - et donc leur aval - pour ce faire, et quand bien même la droite, du temps de Sarkozy-Fillon, avait annoncé bien pire. Mais, si nos habitants ont d'autres chats à fouetter, la question est pourtant d'importance pour nos presque 37000 communes, et donc, par voie de conséquence, leurs habitants.

En effet, le sujet abordé par Luc Carvounas est celui de la présidence de l'Association des maires de France (AMF), qui doit être renouvelée à l'automne. Une structure très importante qui porte auprès de l'État les demandes, requêtes, suggestions, et, si besoin, protestations, des élus locaux. Un espace de vie démocratique à ne donc pas négliger. Surtout par les temps qui courent où les collectivités locales ne sont pas épargnées par les politiques nationales et européennes !

Eh bien, figurez-vous qu'il s'est tramé, là encore sans débat entre socialistes, un accord contre-nature UMP-PS au titre duquel les maires PS, certes affaiblis par la débâcle des élections municipales, ne présenteraient pas de candidat à la présidence de l"association des maires, laissant le champ libre à François Baroin, maire UMP de Troyes, en contrepartie d'une place de vice-président pour le socialiste André Laignel !

 

JE SOUTIENS L'IDÉE D'UNE CANDIDATURE SOCIALISTE

 On croit rêver, en pleine réforme des territoires et des services publics locaux, en période d'élections sénatoriales - prévues le 28 septembre -, et alors qu'il est évident qu'un soutien socialiste à Baroin, figure nationale de l'UMP, candidat unique à la présidence de l'AMF, troublerait un peu plus le jeu dans la perspective de la présidentielle de 2017 ! J'en connais, à la droite extrême, qui ne manqueront pas de se frotter les mains sur le registre "UMPS"... Et quelles seront conséquences sur la nécessaire unité de la gauche, si le PS, sans en avoir discuté ni en son sein, ni avec ses partenaires traditionnels qui constituent avec lui des majorités et des minorités dans des milliers de conseils municipaux, ne s'empare pas du problème ?

Luc Carvounas réclame une nouvelle procédure d'appel à candidature. Et il a raison. Il faut de son côté que le premier secrétaire du PS s'empare de la question. Les maires socialistes et des autres sensibilités de la gauche doivent pouvoir s'exprimer, même si les chances sont nulles de voir l'un des leurs présider cette importante association.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 06:32

http://ec56229aec51f1baff1d-185c3068e22352c56024573e929788ff.r87.cf1.rackcdn.com/attachments/large/9/3/3/002280933.jpgAlors bien sûr, après la dérouillée de dimanche à laquelle les républicains seynois n'ont pas échappé, même s'ils ont un peu amorti le choc par rapport à d'autres, il se trouve des commentateurs avertis pour tourner les chiffres dans tous les sens et, en fonction de l'analyse qui intéresse leur propre stratégie, mettre en avant telle ou telle lecture des résultats.

 

ON POURRA TOURNER LES CHIFFRES DANS TOUS LES SENS...

 On pourra toujours se dire que, en râclant les fonds de tiroirs et cumulant les voix de toutes les listes de la gauche et de l'écologie, on totalise 33,83% des exprimés, ce qui est singulier dans le Var où les mêmes ne récoltent que 26,18%, qu'on devance la droite républicaine seynoise qui, toutes composantes additionnées, plafonne à 30,63%, il n'en reste pas moins que l'extrême-droite affiche chez nous un score de 34,75%, comme ailleurs dans le département.

On pourra feindre de se rassurer du fait que, tout de même, les démocrates représentent les deux tiers de ceux qui ont choisi, ou ramener les chiffres au fait que l'abstention a été telle, avec 38,52% de votants, que le résultat ne veut pas dire grand chose, il n'en reste pas moins que plus de 6000 Seynoises et Seynois ont assumé de voter pour le parti dont l'ancien chef, tête de liste dans notre région Sud-Est, a indiqué à deux reprises que les chambres à gaz des camps d'extermination nazis ne sont qu'un "détail de l'histoire"...

 

SOYONS NOMBREUX, CE SOIR, POUR COMMÉMORER LA RÉSISTANCE

 http://img.over-blog-kiwi.com/0/41/21/12/201305/ob_9cc464a6b451434a37c38c306a65756c_blog6.jpgJ'écris ça le matin même du jour où est commémoré, partout en France, et chez nous, ce mardi soir à 18 heures, devant notre monument aux morts, le 71ème anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance.

Il faut que les démocrates et républicains de La Seyne s'y retrouvent plus nombreux que jamais, dans la solennité, manière de dire non à ceux qui banalisent les "détails de l'histoire".

Vraiment, je nous invite, citoyens engagés dans la vie économique, sociale, culturelle, sportive, associative, syndicale, politique, de la droite, du centre, de la gauche, à nous retrouver ce soir autour de la stèle symbole des luttes contre tous les obscurantismes pour lesquelles nos pères ont versé leur sang.

 

MAIS ÇA NE POURRA SUFFIRE...

 Mais il ne faudra pas en rester là. Plus que jamais, ainsi que je l'écrivais hier, le message doit être entendu, l'action politique doit changer de cap, la gauche doit se rassembler autour d'un projet de rupture avec le libéralisme.

Et, dans nos communes, nous avons la responsabilité d'élever les consciences, de faire acte d'éducation populaire, pour mieux nous connaître, nous reconnaître, nous comprendre, nous respecter, et apprendre à faire ensemble, pour protéger nos enfants de ce que le monde a connu de pire.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 01:44

http://dico-santequotidien.e-monsite.com/medias/images/ALERTE.jpgIls ont tous l'air d'être des braves gens, mes concitoyens seynois croisés au cours de cette journée de dimanche d'élection, avec lesquels j'ai échangé des poignées de main, des bises, et des propos sur tel ou tel sujet de leur quotidien. Plutôt de bons citoyens, même, puisqu'ayant été 5% de plus qu'en 2009 à avoir voté pour ce scrutin européen, même si La Seyne est à 4% en dessous de la moyenne nationale des votants, surtout dans nos quartiers populaires. Ce qui, d'ailleurs, est loin d'être réjouissant et mérite d'être spécifiquement réfléchi.

Il n'en reste pas moins que, contrairement à l'élection municipale d'il y a un peu moins de deux mois, car ils ont suffisament de sens politique et de connaissance des institutions, et savent distinguer les enjeux locaux des questions nationales et supranationales, les Seynois ont manifesté par leur vote que, vraiment, ça ne tourne pas rond, et que ça ne peut pas durer. En Europe, donc aussi chez nous.

 

UNE RACLÉE À LA SEYNE !

 Là, on ne rigole plus. À La Seyne, l'extrême-droite - parce que c'est bien de ça qu'il s'agit, certes pas des fascistes ou des nazis, mais en tout cas plus de simples droitiers populistes - était à moins de 11% il y a cinq ans ; elle frôle les 35% aujourd'hui. La droite perd huit points. Et la gauche presque autant si on exclut le vote "Nouvelle Donne", mais encore 4% de plus si on intègre le vote d'extrême-gauche.

Alors, bon, le premier ministre Manuel Valls, relayé par Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, explique avec une emphase de dramaturge qu'il mesure bien qu'il s'agit d'un vrai séisme. Mais il embraye en disant qu'il faut continuer la même politique. Et même lui donner un coup d'accélérateur.

Ça, c'est eux qui le disent. Moi, je veux juste livrer quelques-unes de mes réflexions, sans les juger, d'autant qu'ils appliquent la ligne majoritaire du PS, même si je pense qu'ils nous conduisent droit dans le mur.

 

NE POUVAIT-ON EXPLIQUER L'ENJEU : BATTRE LA DROITE EUROPÉENNE ?

 La première, c'est que La Seyne est une chose, la France aussi, mais que le sujet du jour, c'était le Parlement européen et la présidence de la commission. La droite européenne en sort gagnante, d'après les estimations du soir, et continuera donc, après dix ans d'exactions sociales, à conduire ses politiques dont nos 28 peuples feront les frais, pour le plus grand bonheur des ultra-capitalistes qui jouent de leurs marionnettes qui sont à la barre européenne.

Et mon propre parti en porte une responsabilité : avec son slogan de baratineur de tête de gondole de supermarché, "Choisir notre Europe", qui ne veut rien dire, et en tout état de cause illustre son incapacité à expliquer clairement à nos concitoyens que nos maux ne viennent pas de l'Europe elle-même, mais des choix politiques assumés de ses gouvernants de droite, et que l'enjeu était bien de faire basculer l'Europe à gauche, le PS n'a porté aucun propos d'espoir de changement. D'ailleurs, Vincent Peillon, notre porte-drapeau régional, devant moi, à La Seyne, et devant la presse locale, l'a lui-même déploré !

 

UN RETOUR DE MANIVELLE MÉRITÉ APRÈS AVOIR MÉPRISÉ LE VOTE POPULAIRE

 La deuxième, c'est qu'il faut arrêter de mépriser le peuple. Il y a neuf ans, en 2005, on lui a demandé de se prononcer sur le traité constitutionnel européen. Il a dit explicitement non, parce que pas assez social et trop dérégulateur. C'était clair. Mais les partis au centre des jeux politiques de la Vème République, l'UMP et le PS, ont décidé, au mieux d'être sourds et aveugles, au pire de s'asseoir sur le vote démocratique.

Et le peuple vient de leur rappeler que nos anciens n'ont pas versé leur sang pour que les citoyens, en république, puissent décider de leur devenir et que les délégataires de leurs choix n'en tiennent aucun compte. Eh oui, le seul hic, c'est que le peuple n'a pas la mémoire courte, et qu'il a manifesté une vraie défiance en l'acte démocratique - puisqu'il a été vécu comme ne servant à rien - en donnant ses voix à ceux qui, justement, et tant qu'à faire, jouent contre la démocratie.

 

IL Y A URGENCE : UN PLAN ROUGE POUR LE SOCIALISME

 La troisième, et je ne peux m'empêcher de faire des comparaisons avec une autre récente élection, c'est que, quand les sensibilités de gauche se parlent, et qu'elles parviennent à l'unité autour d'un projet commun, elles gagnent la confiance du peuple. Et même au-delà de leur camp, et nous, Seynois, sommes bien placés pour le savoir.

Oui, le mépris entre partenaires se paye tôt ou tard. Pas de la part des partenaires proscrits par le supposé plus fort d'entre eux, mais de celle des électeurs. Quand on joue la carte de l'union, fût-ce avec ses nécessaires compromis, on défie les lois des mathématiques, et 1 + 1 + 1 + 1 n'égale pas 4, mais beaucoup plus !

Alors, en ce petit matin blême d'un lendemain d'un grave tsunami, je veux dire aux miens - ceux de mon parti, bien sûr, et aussi ceux des mouvements politiques avec lesquels on peut et on doit avancer vers un nouveau front populaire - qu'on a atteint le niveau du déclenchement de l'alerte générale. Et qu'il est plus qu'urgent de mettre en branle le plan rouge.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 03:21

http://1.bp.blogspot.com/-dYB9KdGMMlY/U2BuIVK-P5I/AAAAAAAAYyw/5C8ZryiIXyU/s1600/Affiche2014MacifProvenceWeb.jpgCe dimanche se tenait, sur l'Esplanade Marine, le quatrième pique-nique pour les droits et la citoyenneté qu'il m'a été demandé d'accueillir. Je reproduis plus bas le propos que j'ai prononcé à l'occasion de l'ouverture de cette manifestion.

Ses organisateurs ont probablement été un peu déçus de la baisse du nombre de participants, en partie sûrement due au fait que les deux précédentes éditions avaient été gâchées par le mauvais temps, en partie peut-être aussi par le nombre des autres manifestations parallèles, mais peut-être surtout par une sorte de résignation, alliée au repli sur soi, que chacun sent bien aujourd'hui, même chez les plus engagés, ce qui est chaque année inquiétant, alors même que les combats à mener contre les inégalités croissantes sont toujours plus d'actualité.

 

PEUT-ÊTRE MIEUX ANCRER "MAI CITOYEN" SUR LA VIE ASSOCIATIVE LOCALE ?

 Peut-être faut-il aussi rechercher les causes d'une désaffection dans le fait que les mouvements organisateurs semblent moins en prise avec les lieux seynois d'action solidaire et d'éducation populaire qui conduisent leurs propres activités pour tenter de répondre aux urgences du quotidien ?

Comment, en effet, ne pas faire le lien entre les quelques dizaines de participants au "Mai citoyen" et les centaines de personnes présentes, à deux cents mètres de là, dans "l'Espace Solidarités", à la rencontre fraternelle et festive pour la connaissance et la reconnaissance mutuelles des gens issus de toutes les parties du monde qui vivent chez nous ?

Peut-être - c'est une modeste suggestion - faudrait-il que les diverses structures associatives ancrées sur notre terroir et les mouvements porteurs de luttes travaillent pour l'avenir à des rapprochements permettant, un peu dans l'esprit de fêtes comme celle que le quotidien "La Marseillaise" a organisée une semaine avant, alliant stands, débats et temps festifs, de rassembler au-delà des militants très engagés dans tel ou tel combat ?

La commune, en tous cas, continuera autant que faire se pourra à accompagner de ses moyens logistiques l'organisation de telles manifestations si utiles à l'éveil des conciences.



 

> Le propos que j'ai prononcé...

Chers amis de la Ligue des Droits de l’Homme et du collectif « Mai citoyen » et sa trentaine d’organisations, chers amis seynois et chers visiteurs qui honorez de votre présence La Seyne et ce lieu emblématique des anciens chantiers navals,

Merci, cette année encore, d’avoir choisi de déballer vos paniers de pique-nique à La Seyne.

Je suis à la fois joyeux et grave d’être invité à ouvrir cette journée que je vis comme un heureux et utile moment d’éducation populaire qui, je l’espère, redonnera l’envie à tous de construire ensemble un avenir plus digne.

Et il y en a bien besoin, si on ouvre les yeux sur la montée des injustices, des périls, et la domination toujours plus prégnante des marchés financiers au détriment de la souveraineté des peuples.

Cette année est celle de votre quatrième pique-nique, mais c’est aussi celle du 71ème anniversaire de la création du Conseil national de la résistance, et donc du 70ème de l’adoption de son programme « Les jours heureux », que nous célèbrerons dignement à La Seyne samedi prochain, à 18 heures, la veille de cette élection européenne aux enjeux majeurs, et j’en profite pour nous inviter à y venir nombreux.

Des moments comme celui d’aujourd’hui, il en faut plus que jamais.

D’ailleurs, dans une quinzaine, nous serons plusieurs Seynois, comme chaque année, à prendre part au 8ème rassemblement « Paroles de résistances », sur le plateau des Glières, en Haute-Savoie, autour d’un autre pique-nique rassemblant des résistants d’hier et d’aujourd’hui, là où chaque année Stéphane Hessel et d’autres grands noms des luttes contre l’oppression venaient donner en partage leurs témoignages avec ceux qui se battent aujourd’hui contre les injustices et l’horreur, chez nous et dans le Monde.

Figurez-vous que les organisateurs avaient imaginé célébrer l’anniversaire du Conseil national de la résistance en regroupant autour d’une même table les représentants actuels des partis, syndicats et mouvements qui le constituaient en 1944.

Eh bien, ils ont dû renoncer devant le peu de disponibilité des représentants politiques et l’incompréhension que cette proposition a pu susciter.

C’est vous dire que la route demeure longue et pleine d’embûches. Et que rien n’est jamais gagné.

Vous, nous, ici, dans la convivialité autant que dans la dignité, cette année encore, nous allons modestement écrire une petite page de plus d’un indispensable projet vers de nouveaux « jours heureux ». Et, ça, c’est drôlement bien.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 05:38

dbe6ffdb.Dans une quinzaine, le dimanche 25 mai, on votera pour désigner nos députés au Parlement européen. Je veux juste exprimer quelques petites choses aux visiteurs de ce blog.

À côté de la liste socialiste que conduit Vincent Peillon dans notre circonscription du Sud-Est, il y en aura d'autres de gauche, dont celles du Front de gauche de Marie-Christine Vergiat et celle des écologistes de Michèle Rivasi. Des listes d'extrême-gauche et des régionalistes seront aussi dans la course. Tous ceux-là ne sont pas nos ennemis, même si, une fois de plus, et même si je la comprends, je regrette la division de nos sensibilités.

Mais, en face, il y aura, entre autres mais surtout, les listes de la droite de Renaud Muselier et celle de l'extrême-droite de Jean-Marie Le Pen.

 

COMME AUX MUNICIPALES, NE PAS SE TROMPER D'ÉLECTION

Ce que je veux dire, c'est qu'il ne faut pas se tromper d'élection. Les Seynoises et les Seynois l'ont compris lors du scrutin municipal ; ils ont voté pour un projet communal et, contrairement à ce qui s'est joué dans d'autres grandes et moyennes villes, ils n'ont pas été très nombreux à utiliser l'élection du maire et de son équipe, qui n'ont pourtant pas caché leurs appartenances politiques, pour sanctionner une politique nationale.

Le 25 mai, je formule le vœu que cette même lucidité, témoignage d'une conscience politique mature de mes concitoyens, se retrouve pour la désignation des députés du Sud-Est français au Parlement européen.

 

DEPUIS DIX ANS, L'EUROPE, C'EST LA DROITE

Car c'est bien là l'occasion de chasser des instances européennes cette droite qui les gouverne depuis dix ans. Et qui a à son actif le fameux "pacte de stabilité", contraignant les budgets des états membres à contenir leurs déficits publics à moins de 3% du produit intérieur brut, qui est tout de même la cause de l'impossible et austère effort exigé de nos collectivités locales et de nos concitoyens.

L'Europe d'aujourd'hui, c'est celle que l'UMP, membre du Parti populaire européen, soutient et accompagne depuis une décennie, celle dont le candidat à la présidence de la Commission européenne est Juncker, favorable à l'évasion fiscale, la modification de la directive détachement, la dérégulation, et opposé à la taxe sur les transactions financières.

Quant à l'extrême-droite, comment croire qu'elle infléchirait quoi que ce soit, puisque, de l'Europe, elle n'en veut carrément pas.

 

SEYNOIS, SOYONS CITOYENS : FAISONS AUSSI BIEN QU'AUX MUNICIPALES

Et l'abstention, on sait à qui elle profite...

Et je m'autorise un peu à rêver que, dans deux semaines, La Seyne, comme elle l'a fait lors des élections municipales, se montre citoyenne plus que jamais, et vise une nouvelle fois le palmarès des villes populaires bénéficiant des dispositifs de "politique de la ville", de rénovation urbaine et d'accompagnement social des quartiers qui comptabilisera le plus grand nombre de votants.

Chiche, on essaie de renouveler ?

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 04:43

http://www.la-seyne.fr/1er-Conseil-municipal-06-04-2014/album/slides/20140406LF0285.JPGJ'ai choisi. Ça aura pris quelques jours, mais c'est fait. J'ai réparti entre les élus de la majorité les délégations que je confie à chacun, qu'ils soient adjoints ou conseillers municipaux. L'attente a paru longue à certains, notamment aux nouveaux élus, qui constituent tout de même les deux tiers de l'équipe, et dont beaucoup, dans les starting-blocks, manifestaient leur hâte à s'investir dans leurs nouvelles fonctions. Je ne veux décourager personne, et au contraire stimuler cet enthousiasme, mais peut-être que, dans quelques semaines, confrontés aux dures réalités de la gestion de plus en plus complexe d'une collectivité qui voit chaque année ses ressources décroître, certaines ardeurs commenceront à s'étioler. Mais on n'en est pas là...

 

UNE VOLONTÉ DE PARTAGE ET DE COOPÉRATION POUR UNE VISION GLOBALE

 Pour l'heure, j'ai pensé nécessaire d'innover dans les contours des responsabilités de chacun. L'objectif est de permettre, bien sûr, que les missions au service des Seynois soient assurées, mais aussi que la diversité des sensibilités ne soit pas un obstacle résultant de confrontations mais une richesse soutenue par l'addition et la synthèse des approches bigarrées des uns et des autres.

Et je me devais de favoriser aussi la coopération, non seulement parce qu'elle est facteur de formation des plus novices par les plus expérimentés, mais également pour que personne ne s'enferme dans un secteur de la vie communale et se construise plutôt une vision politique d'ensemble des enjeux, du projet, de sa mise en œuvre, de son évaluation constante, et de sa promotion.

Je n'oublie pas que ce mandat, je l'ai annoncé au cours de la campagne électorale, sera le dernier que j'assumerai, car le cumul, ce n'est pas que la juxtaposition de mandats mais aussi leur succession, et qu'il faudra bien que, de cette équipe, se dégage... la relève, parmi des citoyens de valeur, devant avoir une approche d'ensemble de la gestion communale.

 

DES ÉLUS "THÉMATIQUES" ET DES ÉLUS "TRANSVERSAUX"

 C'est pourquoi il y a deux types de délégations. Celles, traditionnelles, plutôt "thématiques", qui me permettent de confier à un adjoint ou un conseiller municipal l'impulsion et le suivi d'un secteur de la vie municipale : éducation scolaire, sport, culture, voirie... Et celles, moins fréquentes à ce qu'on m'en dit, qui m'amènent à déléguer une responsabilité plus "transversale", touchant à un type de public ou un enjeu particulier, visant à mobiliser l'ensemble des délégués "thématiques" pour que des réponses soient apportées aux besoins particuliers.

Ainsi, l'élu en charge de la jeunesse aura à cœur de concerner plusieurs de ses collègues aux problématiques des jeunes et des jeunes adultes : par exemple ceux en charge des infrastructures urbaines, du logement, des mobilités, de la santé, de la sécurité, de la formation, des loisirs, de l'accès au sport et à la culture, de l'insertion sociale et professionnelle.

De même, l'élu délégué au centre historique de la ville devra mobiliser divers autres élus pour qu'ils s'investissent autour des enjeux du cœur de ville : ceux s'occupant de l'habitat, des équipements publics, des aménagements urbains, de la dynamisation commerciale, ou encore de l'animation sociale et culturelle.

J'invite les visiteurs intéressés de mon blog à consulter sur le site officiel de la ville les délégations des adjoints et celles des conseillers municipaux.

L'équipe est en place. Maintenant, au travail !

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 03:19

http://img3.grazia.fr/var/grazia/storage/images/societe/news/mairie-de-paris-anne-hidalgo-met-au-defi-nkm-sur-la-parite-et-sa-moderni-544108/9992645-1-fre-FR/Mairie-de-Paris-Anne-Hidalgo-met-au-defi-NKM-sur-la-parite-et-sa-modernite_exact780x1040_p.jpgAujourd'hui, on jouerait à retourner à l'école...

Commençons par un exercice de cours de français...

Imprégnez-vous bien de la consigne...

Lisez le texte ci-dessous, puis répondez aux trois questions...

 


 

> LE TEXTE

 « Mon rôle de maire de [Paris] exige que je fasse valoir les besoins et les attentes des [Parisiens]. C'est d'eux que je retire ma légitimité. Je leur dois donc une absolue fidélité. Certes, j'ai une famille politique, j'ai envie que Manuel Valls réussisse. Il a mis beaucoup d'énergie et de volonté dans son discours de politique générale et je partage la lucidité de son diagnostic. Mais, dans mon rôle, je suis extrêmement {attentive} aux intérêts de mes administrés, que je défendrai en étant aussi {directe, franche}, libre, vis-à-vis de la politique du gouvernement que je l'ai été par le passé.

« Il est très important que le gouvernement n'entrave pas la capacité d'investissement des collectivités. L'investissement à [Paris] génère [30.000] emplois par an. Je demande que l'on reconnaisse cela. Nous avons besoin de garder notre capacité à investir pour tenir notre rang dans la compétition mondiale. Si ce n'était pas le cas, cela aurait des répercussions sur le pays tout entier. Je compte le rappeler fermement. »

 

 


> LES TROIS QUESTIONS

1°) remplacez chacun des termes entre crochets [aaa] du texte ci-dessus par l’un des termes parmi ceux proposés ci-dessous :

- Seynois

- 800 à 1.200

- La Seyne

2°) transposez au masculin les adjectifs féminins entre accolades {aaa} du texte proposé ci-dessus

3°) choisissez, parmi les trois propositions ci-dessous, celle qui, pour remplacer la proposition de phrase en italique et soulignée (aaa) du texte ci-dessus, vous semble le mieux convenir au maire de La Seyne pour exprimer son sentiment :

- mais c’est normal, il est d’origine méditerranéenne comme moi

- mais je regrette qu’il ne partage pas mon diagnostic d’une attente sociale forte exprimée par les Français

- et ça ne m’étonne pas, car il n'y a d'avenir pour notre peuple que dans le "blairisme" social-libéral à la française

 

 


> POUR VOUS AIDER

Sachez que ce texte est un extrait d’une interview d’Anne Hidalgo, maire socialiste de Paris, au quotidien « Le Monde », parue ce dimanche sur le site du journal. Et que le maire de La Seyne est aussi socialiste. Et, à l'exception de l'assertion faisant l'objet de la question n°3, qu'il partage, comme beaucoup d'élus socialistes, le sentiment de la maire de la capitale française...

Ce qui ne devrait pas être trop ignoré...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 04:21

http://www.la-seyne.fr/1er-Conseil-municipal-06-04-2014/album/slides/20140406LF0362.JPGJe termine aujourd'hui la mise en ligne, commencée lundi dernier (ICI), du propos que j'ai prononcé à l'occasion de l'installation du conseil municipal de La Seyne...

" (...) J’évoquerai à l’occasion d’une autre séance du conseil municipal les orientations que nous assignerons à notre participation à la communauté d’agglomération de Toulon Provence Méditerranée. L’enjeu au cours de ce mandat sera majeur car le législateur a abaissé à 250.000 habitants le seuil de création des communautés urbaines, auxquelles doivent être transférées des compétences capitales, comme l’urbanisme, jusqu’à ce jour exercées par les communes.

"Je veux, pour terminer, dire toute ma gratitude à l’équipe précédente qui a fondé de belles bases au renouveau de notre ville, toute ma confiance en ma nouvelle équipe, mon respect pour les élus minoritaires, et féliciter ceux qui viennent d’être élus adjoints, auxquels je confierai leurs délégations avant la fin de la semaine prochaine.

"Et j’ai une pensée particulière pour ceux d’entre vous dont les parents ont, ou qui avez vous-mêmes, rejoint notre France, terre d’accueil, dont je lis dans la gravité des regards l’honneur et la légitime fierté d’être aujourd’hui, enfants de la République française, en charge des affaires de la deuxième ville du Var, la 8ème de Provence Alpes Côte d'Azur, la 80ème de France.

"C’est comme ça qu’on l’aime, La Seyne. Et c’est tellement bien.

"Je vous remercie et nous invite, après la clôture de cette séance, à nous rendre au Monument aux morts, pour honorer la République et la mémoire des Seynois morts pour elle."

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE