25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 06:22

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQo39k_8ZhJ22dQtiMQGw1hoSpoIseutDnHoMrhSOMWTbOv_gSVJ'évoquais hier (lire la première partie) un temps de réflexion auquel j'ai pris part à La Rochelle, au séminaire annuel des élus socialistes, sur la question éducative et le rôle attendu de l'État et des collectivités locales dans le cadre de partenariats nouveaux à engager. J'ai également travaillé avec François Lamy, ministre délégué à la ville, Pierre Cohen, président de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains (FNESR), et une vingtaine de mes collègues maires de communes dont les populations, à l'instar de celle de La Seyne, justifient, souvent depuis plusieurs décennies, que soient déployés des dispositifs en faveur de leurs quartiers populaires, tant en matière de rénovation urbaine que d'accompagnement social.

Impressionnante volonté du ministre de travailler avec les élus de terrain que nous sommes ! Étonnante qualité d'écoute. Nous nous retrouverons d'ailleurs régulièrement pour avancer ensemble sur le sujet. Rien que ça, c'est du  changement, maintenant.

Pour l'heure, François Lamy a décliné un certain nombre d'orientations à la "politique de la ville" qu'il entend conduire avec nous.

Il s'agit d'abord de mobiliser l'État, au simple nom de l'égalité territoriale que prévoit la Constitution de la République française. Le ministère de l'Intérieur doit renforcer ses effectifs en matière de prévention et de fermeté pour ceux qui causent des troubles. L'Éducation nationale doit mettre des postes dans les quartiers en difficulté. Les "emplois d'avenir" qui seront créés en janvier prochain devront être prioritairement offerts aux jeunes des sites défavorisés, et des "emplois francs" devront permettre aux entreprises embauchant ces mêmes jeunes de bénéficier d'exonérations d'impôts. La banque publique d'investissement devra soutenir les créations d'entreprises dans nos quartiers. C'est déjà un bon début pour les ministères en charge de ces secteurs, et il reste à mobiliser tous les autres. Pour ma part, ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd, et je saurai rappeler aux instances locales des services de l'État quel regard attentif elles doivent porter sur nos quartiers d'habitat social et notre centre ancien seynois.

Les opérations de rénovation urbaine continueront. Les programmes ambitieux tels que celui dont bénéficie notre grand quartier Berthe seront menés à leurs termes, et prolongés par une "nouvelle génération" de projets. A l'issue de la rénovation de nos sites d'habitat social, il faudra s'attaquer, avec un même effort collectif, à notre coeur de ville qui se dégrade rudement malgré les efforts que, bien seule, la commune y déploie.

Ces opérations, actuelles et à venir, de renouvellement urbain, seront de nouveau inscrites dans une démarche de contrat entre l'État et les mairies, dans l'esprit des "contrats de ville" que la droite avait mis au rencart, regroupant à la fois les programmes de rénovation urbaine et les dispositifs d'accompagnement des personnes pour la cohésion sociale, mais également les politiques "de droit commun" (j'ai eu là une petite pensée pour l'Agence Régionale de Santé de chez nous qu'il va falloir... remettre à l'heure... pour qu'elle réimplante les services qu'elle a pris un malin plaisir à démanteler...), permettant d'élaborer de vrais projets globaux de territoires.

Ces territoires devront être constitués à l'échelle intercommunale. Plusieurs de mes collègues, minoritaires, voire isolés, dans les communautés d'agglomérations dirigées par des élus de droite, ont fait part de leurs inquiétudes, que le ministre lui-même avait pressenties. Je peux les comprendre, mais j'ai, pour ma part, indiqué que c'est là le bon niveau d'intervention, car il faut en finir avec les ghettos de pauvres gens confinés et relégués dans certaines communes, comme La Seyne et, dans une moindre mesure, Toulon, La Garde et La Valette, tandis que d'autres s'exonèrent de leurs obligations républicaines d'accueillir toutes les catégories sociales. Mais j'ai indiqué aussi que, pour que ça fonctionne, il est absolument indispensable que l'État, au travers de préfets courageux, justes, objectifs, fermes et déterminés, exerce un contrôle vigilant pour que les moyens conjugués de la puissance publique nationale et territoriale soient bien dévolus aux quartiers ciblés qui en ont besoin, et non dilués, au nom d'une supposée égalité entre communes dont certaines devraient être contraintes à engager des efforts, notamment par l'obligation de création de logements sociaux ouverts à tous, y compris aux familles les plus modestes ou les plus déstructurées, à défaut de quoi elles ne devraient non seulement ne pouvoir prétendre à aucun appui, mais même être sanctionnées et contraintes d'abonder le fonds commun de moyens dédiés aux quartiers réellement en difficulté des villes accomplissant, quant à elles, les efforts nécessaires. La "gouvernance" de ces contrats territoriaux devra également être partagée entre le préfet et les maires des communes en règle avec la Loi et appliquées à mener à bien la politique de rénovation urbaine et d'accompagnement social, fussent-ils politiquement minoritaires dans l'agglomération.

Il faut en finir avec la complaisance que la droite a délibérément laissé s'installer. Si les politiques publiques de la ville ont toujours, à peu près, depuis trente années, fait l'objet des attentions des gouvernements de droite et de gauche, l'heure est désormais, malgré et à cause de la crise dont les plus humbles sont les premières victimes, à un engagement régalien de l'État, en coopération formelle et engagée avec les élus locaux. Beau chantier à ne pas rater. Comme maire de La Seyne, ville qui n'a pas à rougir de ce qu'elle accomplit en la matière, je suis déterminé à y apporter ma pierre.


> La photo illustrant cet article a été "piquée" sur le blog de Joël Canapa ; elle rappelle l'inauguration de deux ensembles de logements à Berthe par notre office public d'HLM "Terres du Sud Habitat" (TSH), portant alors à 452 le nombre d'appartements réalisés depuis 2007... De gauche à droite : Marie Bouchez, conseillère régionale PACA, Thierry Repentin, alors président de l'union sociale pour l'habitat, désormais ministre délégué à la formation professionnelle et l'apprentissage, Rachid Maziane, adjoint à la politique de la ville et au logement, moi-même, et Joël Canapa, directeur général de TSH.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 06:09

http://chroniquesdumondealanvert.files.wordpress.com/2012/04/dsc02886.jpgÉlus socialistes locaux, départementaux, régionaux, nationaux et européens, nous sommes rassemblés depuis deux jours à La Rochelle pour un séminaire autour d'un thème : "Etat et collectivités territoriales face à la réforme : un nouveau partenariat au service de la République".

J'ai pris part avant-hier jeudi à un atelier sur l'éducation et à une réunion de travail sur la "politique de la ville" et la rénovation urbaine, avec les deux ministres concernés, Vincent Peillon et François Lamy.

Les deux ont affirmé leur volonté de réformer des systèmes qui en ont bien besoin, en indiquant que ces réformes ne pourraient se faire que dans le cadre d'un partenariat contractualisé avec les collectivités locales : mairies, départements, régions.

Sur la défensive depuis que la droite, pendant ses dix ans de pouvoir, a eu une fâcheuse tendance à se décharger d'importantes missions publiques de l'État en les transférant aux collectivités sans leur en transférer les moyens, les élus que nous sommes étions quelque peu inquiets.

Car, enfin, si tout un chacun s'accorde par exemple à dire que la France se singularise en Europe avec un nombre de jours d'école pour ses enfants bien inférieur à la moyenne (140 chez nous contre 200 en général), donc des journées scolaires surchargées, une piteuse non prise en compte des rythmes chronobiologiques, un accès inégal, en fonction des réalités sociales et culturelles des familles, aux pratiques éducatives autres que scolaires (sport, culture, art, etc.), il ne faudrait pas qu'une évolution positive sur le fond repose sur les épaules des maires pour les écoles, et des présidents de départements et de régions pour les collèges et les lycées, ni surtout sur leurs budgets et donc sur l'imposition locale... À La Seyne, entre autres et surtout, on a assez donné !

Vincent Peillon a été rassurant. On va prendre le temps, tout le temps, de la réflexion et de la concertation. Sur le sujet des rythmes scolaires et des offres de temps éducatifs périscolaires, comme sur celui d'un retour à la scolarisation des tout-petits de deux ans, si nécessaire à la préparation aux succès scolaires de ceux qui vivent dans un milieu familial peu riche culturellement, on bâtira ensemble des projets éducatifs locaux cohérents et réalistes, faisant l'objet d'un contrat, dans un cadre national qui, en particulier, devra assurer l'égalité républicaine par des dispositifs de péréquation assurant une même offre éducative, que l'on vive dans une collectivité "riche" ou dans une "pauvre".

Je dis "chiche". D'ailleurs, j'en ai parlé le soir même avec mes collègues élus seynois présents à La Rochelle et, ce qui ne devrait pas être très difficile dans une commune comme La Seyne rompue depuis longtemps à une démarche partenariale avec l'École, exceptionnelle en qualité et en qualité, je souhaite que nous nous mettions au travail le plus tôt possible après la rentrée, sans même attendre des instructions ministérielles. Enseignants, personnels communaux, et leurs syndicats, associations de parents d'élèves, associations familiales et éducatives périscolaires, y auront bien sûr toute leur place.

Mais je souhaite aussi que, à l'instar de ce que je mets en oeuvre dans d'autres domaines de l'activité communale, avec les comités d'usagers des transports, du stationnement, de la vie du coeur de ville, ou encore du "guichet unique", s'engage une vraie démarche de démocratie participative sur la question de l'éducation. On doit voir loin. Ceux qui naissent aujourd'hui connaîtront pour beaucoup le XXIIe siècle. Il est interdit de se tromper.


> Lire la suite

 


Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 08:15

http://www.brithotel.fr/userfiles/La_rochelle_de_nuit(1).jpgLa grosse semaine de vacances itinérantes que je me suis autorisée s'est terminée hier. J'ai rejoint La Rochelle où se tient le séminaire annuel des élus socialistes. J'y ai retrouvé d'autres élus seynois. Je participerai cet après-midi à un atelier de réflexion et d'échanges sur "l'éducation et la jeunese au coeur de l'action publique".

Les réformes, en cours d'élaboration par Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale, sont motivées par la réussite scolaire et, plus globalement, l'épanouissement de la jeunesse. Leur mise en oeuvre aura toutefois des impacts forts dans le fonctionnement et les investissements des collectivités territoriales, dont les mairies. Comment réussir cette nouvelle organisation en parfaite harmonie entre l'État et la Ville ? Quel rôle pourrons-nous jouer, à La Seyne, pour accompagner au mieux les politiques en direction de la jeunesse ? Autant de questions auxquelles nous avons déjà apporté bien des réponses, à La Seyne, mais que nous devons amplifier...

Mes collègues élus, de leur côté, prendront part à d'autres ateliers. Jocelyne Léon, adjointe à l'action socio-éducative, la prévention et la sécurité, planchera justement sur une thématique qui lui est chère... "Les élu-e-s et l'accompagnement des réformes en matière de justice, de prévention et de sécurité", pendant que Christiane Jambou, conseillère déléguée au tourisme, et Isabelle Renier, adjointe à l'enfance, la jeunesse et le handicap, participeront à un atelier sur le thème : "Territoire, santé et dépendance : pour répondre aux besoins sociaux et d'aménageme,nt du territoire", en présence de Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, dont nous attendons beaucoup pour La Seyne et l'Ouest Var qui risquent bien, si l'on ne rompt pas d'urgence avec les politiques antérieures, de devenir un vrai désert médical de 200.000 habitants s'agissant du service public hospitalier de santé...

Du pain sur la planche de la réflexion, donc, pour nous doper avant d'aborder la "vraie" rentrée, à La Seyne, dans quelques jours...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 16:48

http://infimusinterpares.files.wordpress.com/2011/10/jaures.jpgEn octobre prochain se tiendra le Congrès du Parti socialiste qui definira ses orientations pour les trois années à venir. Un temps nouveau s'ouvre pour mon parti, le temps de l'accompagnement d'une majorité présidentielle qui dispose d'atouts avec l'appui, inédit sous la Vème République, des majorités des deux chambres du Parlement, mais qui doit aussi exercer son action dans le contexte très difficile de la crise financière et des contraintes imposées par une Europe dont la grande majorité des États sont dirigés par des gouvernements de droite et dont les instances sont largement dominées par les tenants du capitalisme. C'est le temps de la gauche.

Un temps où il est nécessaire de donner priorité, pour notre peuple en grande souffrance, à la justice sociale bigrement malmenée par dix années de droite. Un temps où les valeurs de la République doivent être replacées au coeur de l'action publique : Liberté, Égalité, Fraternité.

Le temps de la gauche, ça doit se faire en recherchant, encore et toujours, et sans relâche, l'unité des diverses sensibilités de la gauche. Ça doit se faire dans une démarche citoyenne, en élevant les consciences par une redynamisation de l'éducation populaire, en instaurant un dialogue social permanent avec les acteurs de l'entreprise et les salariés, en faisant vivre la démocratie de proximité, en parlant vrai. Ça doit se faire en trouvant le bon équilibre entre la gestion de projet du gouvernement, l'avis et l'impulsion des parlementaires, et la parole des partis qui soutiennent la puissance publique, à commencer par celui duquel est issu le Président de la République. Ça doit se faire en coopération avec les forces progressistes des autres pays de l'Europe qui peuvent, au fil de leurs échéances électorales, donner ailleurs à leurs peuples des espoirs de majorités sociales et démocratiques.

Ce Congrès du PS, donc, a une vraie importance. Le PS ne peut être un parti de godillots. Le Président de la République le sait, lui qui fut lui-même son animateur pendant dix années, de même que son unique prédécesseur socialiste à la fonction.

Et ça n'interdit donc pas le débat. On comprendra, dès lors, pourquoi je suis signataire de quatre contributions pour ce Congrès.

Trois sont des textes de contributions thématiques dont deux touchent à un sujet qui n'a pas fini de nous occuper, ici, dans l'Ouest du Var. L'une s'appelle "Une nouvelle donne pour la santé publique" et on peut la lire ICI. L'autre, qu'on peut lire ICI, traîte de la même thématique et s'intitule "Pour sauver notre système de santé"Sur le sujet, croyez-moi, on ne lâchera rien.

Reprenant "L'Appel du Sud" qu'avait lancé Michel Vauzelle, président de la Région Provence Alpes Côte d'Azur, ce dernier en a fait une contribution thématique, tant la situation politique est inquiétante chez nous. On peut la lire ICI et j'y ai également apporté ma signature.

Et j'ai signé enfin une contribution de politique générale, appelée... "Le temps de la gauche". On peut la trouver ICI.

Maintenant, place au débat et à l'action. Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice et ancienne ministre, l'une des initiatrices du texte "le temps de la gauche", en situe l'enjeu : "Un cycle s'achève, nous devons maintenant réussir le changement".

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 20:53

http://img.over-blog.com/225x300/4/30/41/67/Internetmoquet.jpgLes habitants du canton de Brignoles ont voté dimanche, peut-être un peu usés d'avoir tant été sollicités par l'exercice de la démocratie républicaine ces dernières semaines : ils n'ont été que quatre sur dix à mettre leur bulletin dans l'urne.

Pour le second tour, ils auront à choisir entre Claude Gilardo, communiste, soutenu par les autres partis de gauche et par divers républicains, et Jean-Paul Dispard, du Front national.

Il n'y a pas photo. Bien sûr, tous les électeurs, voire certains militants et même candidats du FN ne sont pas des pétainistes bon teint. Maire d'une ville de victimes de la crise du capitalisme financier, je peux comprendre certains votes de désespoir en faveur de chimères.

Mais, rappelez-vous, amis du centre du Var, que vos aïeux, plus que partout ailleurs en France, ont versé leur sang pour lutter contre l'absolutisme et le pouvoir personnel sans partage de Napoléon III, après son coup d'État du milieu du XIXe siècle. Ils n'étaient pas tous de gauche, mais ils étaient tous républicains.

Alors, que vous soyez de gauche ou de droite, soyez républicains dimanche prochain. Il serait impensable, d'ailleurs, au regard de notre héroïque histoire départementale, que la droite républicaine varoise ne vous invite pas à voter pour Claude Gilardo, seul candidat en lice face à l'obscurantisme populiste du FN.

Oui, Claude Gilardo est communiste. Et alors ? Ça peut en gêner certains, mais que ceux-ci et que tous se rappellent que son parti est le parti des fusillés, celui de ceux qui sont morts par milliers pour que vive la France, celui de ceux que les barbares nazis voulaient tuer... et ont rendus immortels. Et celui de ceux qui ont pris part avec De Gaulle et d'autres au Conseil National de la Résistance.

Honte à la droite varoise - et à ses leaders réputés républicains - si elle se refusait à inviter nos concitoyens qui lui font confiance à voter pour les valeurs de la Nation des Lumières que, seul, dimanche prochain, incarnera Claude Gilardo !

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 15:46

LP MVAvec 44% des suffrages, la gauche et l’écologie arrivent en tête à La Seyne où leur candidat réalise un pourcentage supérieur au total de ceux recueillis par leurs candidats du 1er tour. D’autres républicains ont choisi Ladislas Polski qui est premier dans 28 des 29 bureaux de vote du nord de la ville et, à 1% près, fait jeu égal avec la droite dans le sud. Sur l’ensemble de la commune, il devance le député UMP de près de 11%. La Seyne est une nouvelle fois la ville du Var où la gauche obtient son meilleur résultat.

Ce résultat fait mentir J.-S. Vialatte - que j'ai félicité pour son succès - qui, au long de la campagne, a voulu détourner les Seynois du sujet de politique nationale en distillant des critiques sur la gestion communale. Je ne veux donc pas faire comme lui et extrapoler ces résultats vers une future échéance locale, mais il faut noter que nos concitoyens n’ont pas utilisé ce vote pour sanctionner la politique municipale. Au contraire.

J.-S. Vialatte a dit et écrit qu’il voulait demeurer député pour mieux défendre et soutenir La Seyne à Paris. Relégué dans l’opposition par le vote national, il pourra, par contre, utilement consacrer son énergie à obtenir réparation des injustices que la majorité de droite du Conseil général du Var fait endurer aux habitants de la 2ème ville du département. Je veux plutôt compter sur une attention républicaine des ministères qui, au nom de l’équité territoriale, doivent accroître leur accompagnement de la commune la plus pauvre du Var, qui a placé sa confiance en la nouvelle majorité. Ma détermination à recevoir enfin les appuis que j’ai jusqu’à lors peiné à obtenir demeure intacte.

Il reste que le vote FN, avec 23%, atteste qu’existe une vraie préoccupation de nos habitants, manifestée dans tous les quartiers sans exclusive. Et l’abstention à La Seyne est la plus importante de la circonscription, surtout dans les quartiers populaires. Il reste un travail d’éducation républicaine à amplifier.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 21:59

http://idata.over-blog.com/2/19/36/13//silence.gifConformément à la loi, je ne publie rien sur mon blog jusqu'à la clôture du scrutin législatif de dimanche 17 juin, et j'ai désactivé la fonction permettant aux visiteurs de celui-ci de déposer des commentaires.

Je ne publie rien non plus sur mon mur facebook et je remercie mes amis de ne rien y publier non plus.

À lundi 18 pour la reprise !

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 12:29

Avec Ladislas POLSKI, nous invitons toutes celles et tous ceux, républicains, qui veulent avec nous contribuer au changement... maintenant. Venez nombreux !

APÉRO BOURRADET 4

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 09:09

LP MVIl y a quelques jours, un quotidien local titrait sur "la surprise !". Mais il faisait référence à un prétendu tassement du FN, révélé par un sondage...

La surprise, aujourd'hui, c'est d'abord, hélas, le pourcentage d'abstentionnistes, notamment dans le canton de La Seyne où il dépasse les 50%.

Mais c'est aussi le score que Ladislas Polski et moi réalisons, nous plaçant en seconde position derrière le député sortant qui perd 17% par rapport à 2007.

De notre côté, nous doublons le score de celui qui nous représentait en 2007 et nous recueillons 13% de voix de plus que François Hollande en avril dernier.

À La Seyne, nous arrivons très largement en tête, avec 8% de plus que le député sortant qui, il y a quelques jours encore, croyait pertinent de centrer sa campagne sur le dénigrement de l'action de la majorité municipale. Les Seynois, en citoyens éclairés, lui ont rappelé qu'il était hors sujet.

Pour le second tour, je suis sûr que toute la gauche sera rassemblée. Mais je crois aussi que nos concitoyens, au-delà de nos sensibilités, sauront choisir ceux qui se démènent pour la simple réhabilitation des valeurs de la République dont le député sortant a cautionné la mise à mal en accompagnant la politique du précédent Président de la République. Ils connaissent nos engagements pour la Liberté, l'Égalité, la Fraternité.

Ce ne sont pas des mots. En atteste notre action pragmatique, patiente et constante, pour l'accès égalitaire aux services publics pour tous, notamment la santé, le logement, le cadre de vie, la sécurité, et l'éducation, pour la solidarité en direction de ceux de nos concitoyens qui sont à la peine avec un pouvoir d'achat en berne, et pas seulement dans nos quartiers populaires, et pour l'accompagnement public, notamment communal, de l'activité économique qui nous a enfin permis, ici, dans l'Ouest Var, de retrouver en 2011 le nombre d'emplois salariés que nous avions avant la fermeture des chantiers navals de La Seyne.

Dimanche prochain, je ne doute pas que, pour nos concitoyens, nous constituerons avec Ladislas Polski le tandem utile de candidats des valeurs de la République.

Marc Vuillemot

Candidat remplaçant de Ladislas Polski - Maire de La Seyne-sur-Mer

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 04:35

http://gallery.me.com/selvapatrick/101287/DSC_0161/web.jpg?ver=13382376590001Je rentre du rassemblement des "Citoyens Résistants d'Hier et d'Aujourd'hui" qui se tient chaque année sur la Plateau des Glières, un haut lieu de la résistance à l'occupant nazis. J'étais cette année au nombre des "invités d'honneur", appelé à témoigner de la longue et belle lutte que nous menons depuis plus d'un an pour sauver notre maternité de l'Ouest du Var. Et qui n'est pas finie...

"Bonjour à toutes et à tous !

"Vais-je vous surprendre, si je vous dis que, dans l'un des territoires les plus dynamiques du Sud, les plus prometteurs en terme de démographie, de développement, d'avenir, dans l'Ouest du Var, on est en train de priver, d'un trait de plume technocratique, douze communes, 200000 habitants, de leur maternité publique, la seule - publique ou privée - de ce territoire !

"200000 habitants. Plus que la population de certains départements français ! Un équipement hospitalier construit il y a moins de 20 ans ! Et qui plus est, situé au cœur d'un quartier populaire d'habitat social de près de 15000 habitants, où on a tant besoin du service public égalitaire ! Il faudra désormais aux parturientes faire plus d'une heure de voiture pour aller accoucher...

"Cela se passe à La Seyne-sur-Mer, 62500 habitants, deuxième ville du Var, 8ème de la Région.

"Voilà le décor. Les acteurs, c'est l'Etat, un certain Etat, et certains dirigeants... Vous savez... De ces dirigeants qui se placent d'eux-mêmes, sans qu'on ait besoin de les forcer, dans la seule perspective de serrer les dépenses d'intérêt général et de long terme, au détriment des gens. Et au profit... du profit.

http://gallery.me.com/selvapatrick/101287/DSC_0113/web.jpg?ver=13381502560001"Cette principale ville de l'Ouest Var, accolée à Toulon, est la ville dont je suis le maire. Maire de gauche, ça s'entendra sans doute un peu dans mon propos, mais qui ai fait front avec mes collègues des villes voisines, tous d'autres couleurs politiques, tous de l'autre côté...

"Et d'abord, bien sûr, avec les acteurs sociaux, les syndicats, les associations,

"Et avant tout, et surtout, avec les habitants.

"Et, d’abord, j'ai écrit, puis j'ai fait des points de presse, Sans effet. Nous avons alors manifesté, fait des flashmobs, j'ai installé mon bureau de maire dans le hall de l'hôpital, j'ai campé sur ses pelouses. J'ai tout essayé. Sans effet. En face, le silence et le mépris.

"Et puis, un jour, je me suis dit que, dans une société médiatisée à outrance, une action visible, une action lisible, devenait indispensable ; une action accomplie par un personnage regardé par ses concitoyens, un maire, le citoyen-maire que je suis, pour quelques années...

"Je me suis dit qu'il fallait tenter quelque chose en complément des autres moyens de lutte.

"Je me suis dit que, fort de ces luttes collectives, justement, les sacoches pleines de 21000 pétitions collectées en quelques semaines, le maire que je suis pouvait enfourcher une monture populaire, simple, non polluante...

"Une monture lente comme la transmission des idées et des arguments, comme la transmission de l'esprit de résistance... Une monture persévérante et patiente... un vélo.

"Bref, j'ai pensé qu'en enfourchant cette bicyclette du Sud à Paris, en me faisant accompagner de quelques copains et d'un camping-car, et en faisant des escales tout au long d'un trajet à travers la France pour aller déposer les signatures indignées de mes concitoyens sur le bureau du ministre de la santé d'alors...

"... je me suis dit qu'en faisant cela, je serais un modeste agent de liaison des gens, un agent de liaison des luttes pour ces services publics, qui ne sont rien d'autres que la marque d'une république moderne, équitable, solidaire.

http://gallery.me.com/selvapatrick/101287/DSC_0302/web.jpg?ver=13382345340001"Alors me voilà parti, avec mon équipage à travers le pays. Maillots jaunes de la course revendicative, pédaleurs quotidiens d'un périple humain, tellement humain.

"Tellement à hauteur de femme et d'homme.

"Et se sont enchaînées des rencontres... Anonymes ou amicales, de sympathie ou militantes... des complicités fugitives de commerçants ou de routiers qui me souriaient et me saluaient car ils avaient entendu parler d’un élu local du Sud pédalant pour une juste cause... Des citoyens...

"Et, partout, des élus locaux, mes semblables, aussi près de leur peuple, aussi près des gens, et qui n'ont pas eu besoin de grands discours pour comprendre que c'était un citoyen-élu, comme eux, qui arrivait là...

"Me suis-je demandé une seule fraction de seconde s'ils étaient de droite, ces élus, ou de gauche, ou du centre, du centre gauche, ou ailiers droits ou attaquants de pointe ?

"Le périple, sans être un exploit sportif, loin de là, sous la pluie ou le soleil, n'était pas toujours de tout repos...

"On a échangé, on s'est passé des infos, en direct, comme ça, d'humain à humain...

"Un jour, un prêtre anglican avec un groupe de campeurs anglais ont voulu signer notre pétition... Que trouvaient-ils d'intéressant dans cette course pour une maternité en danger ? Oh, juste une redondance de lutte contre ce que, eux, britanniques, vivent depuis des années... contre le rouleau compresseur du néo-libéralisme, contre la casse systématique, impitoyable, chez eux, comme ici, la casse de tout ce qui fait passer l'humain avant tout !

"Alors, oui, l'été dernier, j’ai fait 1000 km à vélo pour dire qu'il faut de la politique, de la vraie politique, là où trop de politiques ont pris la technocratie comme chien de garde de leurs objectifs de gestion.

"Oui, les agences régionales de la santé, les ARS, comme d'autres agences, sinistres, en leur temps, ont appliqué servilement, froidement, stupidement, habilement, avec zèle et détermination, avec une compétence proprement effrayante, une ligne de gestion politique - car s'en est une -, vidant toute vie sociale de sa substance et mettant le calcul égoïste au centre de tout.

"Lors de mon périple, j’ai mesuré, sur tous les territoires que j’ai traversés, les affres et les désastres de cette politique.

"Mais j’ai trouvé partout des foyers de lutte toujours incandescents, partout des collectifs, des mouvements solidaires, des voix à l’unisson, partout le désir de ne jamais se résigner, même dans les combats perdus

http://gallery.me.com/selvapatrick/101287/DSC_0004/web.jpg?ver=13381342630001"J'ai pris, bien humblement, la mesure des responsabilités d’un élu de la République. Je n’étais pas personnellement en danger, mes enfants sont nés et sont grands, ma vie n’était pas en cause, mais la vie des futurs bébés oui, la santé des futures mamans aussi, dont certaines, celles du quartier populaire dont je parlais, directement desservi par l'hôpital, n'ont ni voiture ni de quoi se payer le bus et se verront privées de ces rituels événements, de famille et de voisinage autour de la naissance, ces moments tellement forts affectivement et socialement dans la grisaille de leurs quotidiens,! Qui le dit, cela ? Qui le sait ?

"Et depuis elle l’est, en danger, la santé des mamans, depuis que la maternité a disparu, en mars, en catimini, dans une ultime tromperie, et, avec elle, le centre d’IVG aussi a disparu. Et, ça, c’est aussi grave, sinon plus.

"On laisse faire ?

"On laisse proposer - imposer - ça aux usagers de l’hôpital public, en échange de pseudo économies d’échelle ?

"On les laisse être exposés chaque jour, oui, chaque jour, à un danger de plus, on laisse exposer la santé des gens aux aléas des marchés financiers ? 

"On laisse réduire comme peau de chagrin un service public vital dans le maintien de l’égalité de traitement des êtres humains ? cette égalité, inscrite aux frontons de nos mairies et au préambule de la Constitution...

"On laisse progresser l'illusion que l'on aura plus en étant à chaque fois toujours un peu moins considérés, un peu moins protégés, un peu moins égaux, un peu moins libres…

"Alors voilà. C'était en été, dans un relatif désert médiatique, que j'ai entrepris ce périple à vélo. Une bonne "fenêtre de tir", comme diraient les lanceurs d'Ariane ou les publicitaires, au choix...

"Et avec tous les ingrédients d'une cause juste et humaine, le bruit médiatique a enflé, enflé... Il a couru, bien plus vite que nos vélos...

"Et, de rencontres en rencontres, au fil du parcours, mon action pour la maternité en est naturellement venue à retrouver toutes les luttes pour toutes les maternités, pour tous les hôpitaux, pour toutes les postes, tous les transports, tous les services sociaux, toutes les écoles, les crèches et les universités... Les services publics de proximité, les services publics tout court....

http://gallery.me.com/selvapatrick/101287/DSC_0274/web.jpg?ver=13382398120001"Et, après dix-sept jours, depuis mon dernier camp de base au camping du Bois de Boulogne, je suis arrivé à Paris devant le ministère de la santé, bien sûr, mais surtout au kilomètre zéro des routes de France, sur le parvis de Notre-Dame-de-Paris, avec un rassemblement chaleureux de centaines de personnes, au cours du mois d'août...

"Et durant mon périple, à trois reprises, j'ai eu la fierté, l'honneur et le bonheur d'avoir une visite de quelques Citoyens résistants d'hier et d'aujourd'hui. Et on m'a proposé de dire un témoignage ici aujourd'hui. Voilà. S'il a quelque utilité, ce témoignage, comme tous les autres, tous les vôtres, c'est celle de nourrir un immense front humain et militant, large, divers, ouvert, pour la république, pour la France et bien au-delà, même si ça fait pompeux de le dire, pour un autre monde !

"On a parlé récemment de l'Allemagne, on en parle encore, comme si c'était l'Allemagne, l'ennemie !! Quelle honte ! Comme si c'était l'idée d’Europe en elle-même l'ennemie !

"C'est de manipulations de ce genre que les guerres se sont nourries, et qu'elles ont éclaté comme la nuée portant l'orage ! Ce n'est pas en disant aux Allemands : "luttez avec nous contre un système insupportable" que l'on déclenche la guerre... Oh non, sûrement pas.

"Ce qui a déclenché les guerres et ce qui les déclenche encore, c'est l'indifférence à la souffrance des peuples, c'est l'esprit d'abandon et de fatalisme, c'est le culte des marchés tout puissants, en particulier les marchés financiers ! Et cela, ce n'est pas une affaire de petite frontière et de nationalisme étroit !

"Aujourd'hui, je veux donc tout simplement me joindre à vous pour apporter ma voix à un appel de plus à la vigilance et à l'intransigeance.

"Je le fais modestement, la suite de tous les appels à l'indignation - à l'image bien sûr, de celui de Stéphane Hessel -, contre les forces glacées d'égoïsme, contre d'énormes, de titanesques, intérêts privés d’actionnaires sans états d’âme...

"C'est à cela qu'il faut... résister.

"Vous savez, je n’ai aucune leçon à donner. Juste une parole à faire entendre, juste une parole à tenir et à porter, un fil tendu pour retrouver nos traces.

"La préoccupation des populations est-elle le seul fait des élus qui les représentent, sans quoi les gens seraient livrés à eux-mêmes ? Est-ce une nouvelle acception de la notion de solidarité ?

"Ces mêmes élus qui, devant s’extirper du spectacle quotidien d’une information qui se doit d’être palpitante au point de rejoindre, dans le grand abreuvoir, le modèle de construction des séries américaines, ces élus doivent faire plus, pour délivrer un message citoyen, sous peine d’être coupés par la pub.

"Est-ce là le reflet de la société que nous voulons ?

"Et comment un élu ne dirait-il pas un mot sur le dévoiement de la démocratie ?

"Quelle est cette nouvelle forme de courage qui veut que l’on se réfugie derrière des officines privées chargées de repousser les limites du supportable chez la grande majorité des français ? quelle est cette nouvelle forme de dialogue qui veut que l’on se taise jusqu’à l’explosion indignée, ignorée, ou réprimée ?

"A quoi servent les édiles ? quelle est cette conception de la responsabilité ?

"Alors, j’ai utilisé les moyens, les canaux, la période, les supports qui, font que dans ce grand brouhaha, on puisse enfin se faire entendre, tenter de rétablir les voies normales de l’échange.

"J’ai enfourché mon vélo, je me suis vêtu de jaune pour qu’on me voit, pour qu’on me distingue, j’ai emporté la parole des gens avec moi… et je me suis fait qualifier de pitre alors que je n’étais que porte parole...

"J’ai aussi entendu dire que ce n’était pas comme ça qu’on faisait de la politique. Certains s’attendaient à ce que je faiblisse, que j’abandonne. Et ce dont je suis assez fier, c’est que mon accoutrement, je l'ai dit, a vite cédé le pas à l’objet de cette aventure, au sens de ma démarche.

"Mais je le demande : faut-il qu’aujourd’hui, en plus de leur écharpe, que les élus, les mandataires provisoires de la parole du peuple, arborent un costume tapageur et un nez de clown ?

"Dans une société en guerre, on doit lutter discrètement, dans une société en guerre économique et sociale, dans une société médiatique, on doit au contraire avoir l'obstination tapageuse... Ce rassemblement même, personne ne l'a oublié, a connu il y a quelques années un formidable essor contre une autre forme de tapage médiatique, honteusement récupérateur, celui-là.

"Je veux espérer que le seul "bling-bling" que l'on entendra ces prochaines années, sera le son des moyens accrus accordés enfin aux femmes et aux hommes, et à l'investissement utile.

"Restons, plus que jamais, sur nos gardes."

 

> Un regard sur ce rassemblement 2012, sur la chaîne TV8 Mont-Blanc...

> Et un autre, sur la chaîne France 3...

> Et sur "Le Canard Enchaîné"...


 

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE