23 juin 2020 2 23 /06 /juin /2020 06:37

L'écrivaillon que je suis, guère rodé aux nouvelles technologies de l'image, ne regrette pas d'avoir dans son équipe quelques talentueux jeunes gens qui manipulent avec brio la caméra et les outils de montage. Et lorsqu'ils excellent également dans l'esprit de synthèse et l'éloquence, ils produisent des petits films vidéo qui surpassent largement en efficacité de conviction tous les longs développements écrits.

Nos jeunes coéquipiers Cassandra Verani-Laï et Jimmy Coste ont uni leurs aptitudes pour réaliser un nouveau film de trois à quatre minutes qui expose avec précision et dynamisme les grands axes de notre projet en matière d'aménagement durable de notre commune et d'actions mener pour que La Seyne, déjà labellisée premier « territoire à énergie positive pour la croissance verte » du Var, devienne, demain, la première ville de la transition écologique du bassin méditerranéen...

 

Repost0
22 juin 2020 1 22 /06 /juin /2020 08:02

On se souvient peut-être que, avant le premier tour de l'élection municipale, notre jeune colistier Jimmy Coste a réalisé quatre courtes vidéos très dynamiques pour rétablir la réalité des choses face à des approximations et contrevérités qui semaient du trouble dans les esprits de nos concitoyens, tant sur le bilan de l'équipe sortante que sur les perspectives proposées pour l'avenir.

À quelques jours du vote pour le second tour, Jimmy nous propose un ultime petit film de 4 minutes où il coupe court avec objectivité et des rappels de faits à certaines élucubrations sur quatre projets structurants pour notre territoire : le centre-ville, la corniche de Tamaris, l'Atelier mécanique, et les Esplageolles. Je le relaie ci-dessous.

Et l'occasion m'est donnée d'inviter les visiteurs de mon blog à voir ou revoir les quatre vidéos précédentes...

Et, même si elles ont été réalisées et diffusées avant que l'unité vertueuse des équipes des gauches, de l'écologie et des citoyens ne se réalise à l'issue du premier tour de scrutin, en mars dernier, je relaie ci-après les quatre vidéos précédentes.

La première traite de l'urbanisme et de l'aménagement durable du territoire, la seconde rétablit des vérités sur les finances locales (arrêtées aux comptes 2018 car on ne disposait pas alors des données 2019 qui ont fait l'objet d'un récent article de mon blog), la troisième des enjeux de sécurité et de tranquillité publique, et la quatrième de la démarche écologique seynoise.

Chacune dure de deux à trois minutes. C'est vif et dynamique. Et ça remémore des réalités indiscutables que d'autres s'emploient à faire oublier...

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Démocratie locale et communication
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 12:10

J'ai présenté il y a quelques temps l'équipe résultant de l'unité vertueuse des gauches, de l'écologie et des citoyens. Une équipe alliant jeunesse et expérience, à propos de laquelle la presse titrait il y a peu  sur ce qui résulte de la conjonction des projets de deux équipes concurrentes au premier tour, renforcés et enrichis des visions convergentes et complémentaires : « L'union apporte fraicheur et dynamisme ».

La vitalité de ce rassemblement sur le fond pour La Seyne s'illustre, grâce au savoir-faire en technologies d'aujourd'hui, de certains de nos coéquipiers, par un bref clip vidéo que je propose aux visiteurs de mon blog...

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Démocratie locale et communication
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 06:46

Je n'aime pas reproduire les articles de la presse. D'abord parce que c'est interdit sans autorisation. Et surtout parce que ça affaiblit l'économie des journaux, en particulier des quotidiens régionaux, de plus en plus en difficulté. Un journal, c'est le fruit du savoir-faire et du travail des rédacteurs, des techniciens et des distributeurs. La presse est indispensable à l'éveil des consciences et la forge de l'esprit critique.

Il m'arrive toutefois de déroger exceptionnellement à la règle que je me suis fixée. Mais je ne le fais jamais le jour même de la parution d'un titre. Je m'y autorise aujourd'hui, maintenant que le quotidien n'est plus à la vente, après la parution, ces jours derniers, d'une interview que, comme les autres candidats, j'ai donnée à Var-matin...

 

Le journaliste m'a questionné sur divers sujets relatifs à la campagne de l'élection municipale et les perspectives que l'équipe « La Seyne 2020, l'énergie positive pour une ville verte et ouverte » que j'anime. Il y présente également la composition de notre équipe résultant de la fusion de la liste des gauches et de la liste citoyenne et écologiste.

Cliquez sur l'image de la page de Var-matin pour l'agrandir...

 

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Démocratie locale et communication
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 05:41

Dans un récent article de mon blog, je regrettais que des contrevérités soient utilisées pour tout argument par des candidats d'une liste à la toute prochaine élection municipale. Et j'invitais les concurrents à s'abstenir de ces pratiques d'un autre temps, pour redorer l'image de la démocratie.

Hélas, les vilaines habitudes persistent. De mensonge en mensonge, on fait le calcul qu'on peut finir par abuser les électeurs seynois. Au lieu de parler de perspectives – si l'on en a –, il est tellement facile de tenter de salir les autres...

Exemple du jour avec une affabulation sans fondement, réitérée sans scrupule depuis quelques temps sur les réseaux sociaux par un éminent colistier de la liste de Madame Bicais, que cette dernière se garde bien de démentir...

 

Ainsi, selon le message largement diffusé par ce monsieur, l'interruption du chantier de la Place Germain-Loro, visant à requalifier cette entrée ouest du centre-ville en lui redonnant la fonction de place urbaine qu'elle avait antan, tout en améliorant la circulation et les dépôts d'élèves des établissements scolaires des alentours, et en mettant en valeur la chapelle du collège des Maristes, serait de mon fait !

Et ma supposée décision d'arrêt brutal coûterait, selon ce monsieur, quelque 3.000 euros quotidiens de pénalités à la commune !!!

 

UN SUJET, TROIS MYSTIFICATIONS, POUR GAGNER COMBIEN DE VOIX ?

D'une part, ce chantier n'est pas un programme municipal, mais métropolitain. Un prétendant à une fonction d'adjoint au maire devrait le savoir. Il n'est pas de la compétence du maire de le stopper, mais du président de la Métropole. Première tromperie !

D'autre part, le démarrage de ce chantier supposait un certain nombre de démarches et aménagements préalables, fixés sur le document officiel qu'est l'ordre de service à l'entreprise que je livre aux visiteurs de ce blog (cliquez sur l'image pour l'agrandir). Certains de ces impératifs n'étaient pas réalisés au 2 juin, essentiellement parce que la période de confinement ne l'avait pas permis : déviations non mises en place, plans des concessionnaires (fibre et fluides) non communiqués, plan particulier de sécurité et de protection de la santé post-covid non encore validé, arrêtés de fermetures de voies à reprendre car non conformes aux décisions actées, panneaux de chantier pas encore posés, et, de ce fait, report de la communication au public, et notamment aux habitants et usagers.

De ce fait, le chantier n'est pas interrompu, mais... n'a pas commencé. Les éventuelles pénalités dues ne s'appliquent donc pas. Deuxième imposture !

Enfin, quand bien même le chantier eût-il démarré et eût-il fallu l'interrompre pour une raison incombant à la puissance publique et non au groupement d'entreprises qui en est chargé ou aux circonstances épidémiques, ce ne sont pas les Seynois qui auraient eu à supporter le coût des pénalités de retard, mais l'ensemble des MétropolitainsTroisième boniment !

 

FABLES ET FOURBERIES VALENT-ELLES MIEUX QU'ÉCHANGES SUR LE FOND ?

Et puis, surtout, pourquoi aurais-je pris une telle décision aberrante de suspension d'un projet, alors que c'est là le tout premier chantier structurant du programme de rénovation du centre ancien dont je me suis battu des années durant pour qu'il devienne enfin une réalité, et pour lequel j'ai obtenu de l'État et de nos partenaires des aides à hauteur de 42 millions d'euros dont seulement une dizaine à la charge de la ville ?...

Ça, le devenir du centre-ville, c'est un sujet de fond que j'aurais bien aimé aborder « à la loyale » avec ce monsieur au cours des mois passés. Mais peut-être n'avait-il rien à redire à ce programme ? Madame Bicais, candidate tête de la liste sur laquelle il figure, conseillère départementale et siégeant à ce titre au comité de pilotage du programme de rénovation urbaine de notre cœur historique, a en effet approuvé sans réserve l'ensemble de notre projet pluriannuel. Les procès-verbaux en attestent. Difficile ensuite de le critiquer...

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Démocratie locale et communication
18 juin 2020 4 18 /06 /juin /2020 20:08

L'article 450-1 du code pénal stipule que « constitue une association de malfaiteurs tout groupement formé ou entente établie en vue de la préparation (...) d'un ou plusieurs crimes ou d'un ou plusieurs délits (...) ».

Lorsqu'on se réfère à la Loi, ça fait tout de même froid dans le dos de lire le qualificatif d'« association de malfaiteurs » utilisé par une candidate pour désigner un soi-disant cartel incongru et contre-nature qui se constituerait à La Seyne, de l'extrême-droite à toute la gauche, en passant par l'écologie, le centre et la droite républicaine, pour envisager de commettre quelques « crimes ou délits » à son encontre.

Il est de mon devoir de maire de sonner la fin de la récréation.

 

Ça suffit, chère Nathalie Bicais. Les mensonges dont vous avez usé depuis des mois sont pardonnables. Les écarts de langage de votre équipe le sont aussi. Les déferlements de collages d'affiches tous azimuts également. Mais ce qui peut être qualifié de diffamatoire l'est beaucoup moins. Car, dès lors que vous omettez – et pour cause – de démontrer que cette prétendue « association de malfaiteurs » est, ainsi que la Loi l'exige, « caractérisée par un ou plusieurs faits matériels », vous êtes dans la diffamation pure.

Vous vous réjouirez peut-être de lire la présente réaction, estimant que votre déclaration à Var-matin a été blessante, donc affaiblissante pour l'un de vos adversaires que je suis. Et peut-être même aussi estimerez-vous avec délectation que, réagissant au lieu d'ignorer votre propos comme je le fais à chacun de vos nombreux excès de langage, cette réponse corroborerait le bien-fondé de votre délire mensonger. Et y donnerait crédit auprès de nos concitoyens. Mais vous ne m'atteignez pas. Vous n'instillez pas non plus de doute dans l'esprit des Seynois qui, eux, me connaissent bien.

 

LA PERTE DE SANG-FROID EST-ELLE COMPATIBLE AVEC L'EXERCICE DE RESPONSABILITÉS ?

En revanche, vous vous discréditez un peu plus auprès de nos concitoyens et vous leur donnez le sentiment que vos propos outranciers résultent de votre fébrilité. Or assumer les responsabilités de maire suppose une maîtrise de soi constante, tant les situations difficiles et délicates, exigeant de prendre des décisions, parfois complexes et dans l'urgence, engageantes pour soi-même, une équipe, et une communauté humaine, jalonnent le parcours d'un mandat d'élu local responsable.

En proférant des contrevérités sur la réalité communale, par exemple sur nos finances, en affirmant sans preuve que mon équipe pratiquerait le clientélisme électoral ou que je me disposerais à me faire élire sans vouloir assumer mon mandat, en acceptant que vos colistiers profèrent d'odieux propos sur le président de notre métropole, pourtant de votre sensibilité politique, et autres injustes déclarations fallacieuses dont votre équipe est friande mais qui ne dupent personne, vous nuisez gravement à l'image de tous les acteurs locaux de la vie politique, y compris à la vôtre, mais surtout à ce bien précieux qu'est la démocratie.

 

FRANCHIR LA LIGNE JAUNE DE L'EXTRÊME DROITE NE CONDUIT-IL PAS À FRAGILISER LA DÉMOCRATIE ?

Car les amalgames sont si vite faits et répandus par ceux qui honnissent la démocratie, et vous le savez d'autant plus que vous avez intégré dans votre équipe des personnes qui sont élues ou porte-bannières de cette inquiétante extrême-droite qui, de toute son histoire, n'a eu de cesse de l'utiliser pour accéder au pouvoir à la seule fin de la démanteler.

Il est donc vraiment de mon devoir de premier magistrat d'inviter tous les concurrents à l'élection municipale – y compris donc ma propre équipe – à faire preuve de respect des autres et de retenue, à confronter publiquement leurs propositions plutôt qu'à jeter des anathèmes sur les adversaires, et, ce faisant, à contribuer à redonner au droit – et au devoir civique – de voter ce qu'on ne peut pas appeler ses « lettres de noblesse » lorsqu'on parle d'un acquis fondamental de la République. Mais vous m'avez compris.

 

DOIS-JE PERDRE DU TEMPS AVEC DE VILES BASSESSES OU CONTINUER MON TRAVAIL ?

Moi, je ne disserterai pas plus sur le sujet. Égal à moi-même, je m'occupe de La Seyne et des Seynois. Notre gestion de la crise sanitaire l'a encore récemment prouvé. Et je veux continuer à le faire. Avec la belle nouvelle équipe qui s'est réunie pour prendre la suite des deux belles autres équipes qui ont redressé la ville. Et il y a encore tant à accomplir.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Démocratie locale et communication
18 juin 2020 4 18 /06 /juin /2020 04:39

Dans un récent article de ce blog, j'exposais les mesures prises par la commune pour garantir une parfaite sécurité sanitaire des bureaux de vote pour le dimanche 28 juin, jour du second tour de l'élection municipale.

Pour achever de rassurer nos concitoyens, le service de communication de la ville a réalisé un petit clip vidéo qui montre, en images et en moins d'une minute, les aménagements et organisations prévus dans les 47 bureaux où les Seynois pourront, on doit l'espérer, être bien plus nombreux qu'en mars à exprimer leur choix dans quelques jours, entre 8 heures et 18 heures.

 

Je relaie cette vidéo ci-dessous et je profite de cette communication pour rappeler à tous l'adage « Aide-toi, le ciel t'aidera ». La meilleure prévention consiste en effet à continuer à se protéger soi-même et, ce faisant, à protéger les autres. La pandémie mondiale n'est pas finie, en atteste le regain inquiétant de celle-ci en Chine. Les Seynois ont été jusque là quasiment parfaits. Qu'ils ne relâchent pas leurs efforts et continuent à respecter les « gestes barrière » !

Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 08:51

J'ai été convié, ces jours derniers, à répondre aux questions des journalistes d'Info 83, l'une des télévisions par Internet de notre environnement local.

Le sujet principal, pour ne pas dire unique : l'élection municipale du 28 juin. Une bonne occasion de répondre à certaines interrogations de nos concitoyens...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Démocratie locale et communication
15 juin 2020 1 15 /06 /juin /2020 16:31

Nos fonctionnaires communaux sont efficaces, réactifs et imaginatifs. Lorsque la nouvelle de la décision, attendue par beaucoup de familles et d'entreprises, de réouverture des écoles le 22 juin pour tous les enfants est tombée ce dimanche soir, la question s'est immédiatement posée de l'organisation du scrutin du deuxième tour des élections municipales le 28 juin.

Comment, en une seule journée, celle du samedi, désinfecter et aménager les bureaux de vote dans les conditions draconiennes imposées – et nécessaires – de protocole sanitaire permettant aux citoyens d'aller voter en toute tranquillité, et, à l'issue du vote, de les remettre en état, après nouvelle désinfection, pour la reprise des cours le lendemain matin jusqu'à la fin de l'année scolaire ?

 

VOTE ET ENSEIGNEMENT : DEUX PROTOCOLES SANITAIRES CONTRADICTOIRES

« Un pauc mai, un pauc mèns... », comme on dit chez nous ! (un peu plus, un peu moins, en provençal) Ça va coûter quelques nouvelles dépenses exceptionnelles à la commune, s'ajoutant à toutes celles que nous avons engagées au gros de la crise sanitaire, mais il fallait trouver dans l'urgence des solutions à deux exigences contradictoires de l'État : celle d'aménager les bureaux de vote dans le respect d'un protocole rigoureux de prévention du virus, et celle, annoncée ce dimanche par le Président de la République, de rouvrir les écoles tout en respectant un autre protocole d'organisation des espaces scolaires, différent de celui des bureaux de vote qui, sauf exception, sont installés... dans les mêmes lieux.

En accord avec l'Éducation nationale, la plupart des communes importantes utilisant les écoles comme lieux de vote avaient dû opter pour disposer d'au moins deux jours avant et autant après le vote pour réaliser toutes les opérations nécessaires pour que les deux protocoles, très différents, soient respectés à la lettre. Ça pouvait s'envisager tant que peu d'enfants fréquentaient les établissements. Mais, avec la reprise possible et souhaitable de tous les élèves, il n'est plus question de les priver de quatre jours de classe et de contraindre de très nombreux parents salariés à chercher des solutions de garde. 

 

À PEINE ROUVERTES, LES ÉCOLES NE SERONT PAS FERMÉES !

En acceptant de travailler de nuit, nos agents, en équipes renforcées, dont je salue une nouvelle fois le volontarisme, même si le statut de la fonction publique impose, ce qui est normal, qu'ils soient rémunérés en heures supplémentaires, pourront réaliser les aménagements nécessaires, tant au vote qu'à l'enseignement, sans que nous soyons obligés de fermer les écoles concernées pendant quatre jours. Afin toutefois qu'ils disposent de suffisamment de temps pour une mission parfaite, nous sommes tout de même contraints de supprimer les accueils périscolaires du vendredi soir et du lundi matin.

Cette disposition aura un coût. Mais ni la santé ni la démocratie n'ont de prix. Surtout si l'État accepte de compenser pour les communes les dépenses imposées par ses propres protocoles sanitaires, par ailleurs justifiés...

Repost0
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 14:44

Bien au-delà des sensibilités des gauches et de l'écologie, beaucoup de Seynois ont salué avec satisfaction l'entente intervenue naturellement entre les équipes que Luc Patentreger d'une part (La Seyne verte et ouverte) et Cécile Jourda et moi-même d'autre part (La Seyne 2020, l'énergie positive) animions pour le premier tour des élections municipales.

Cet accord, formalisé par un « pacte », s'est conclu autour d'un projet commun, riche des perspectives réalistes et ambitieuses portées par les deux équipes. Et s'est concrétisé par la constitution d'une liste de candidats issus des deux groupes « concurrents » du premier tour...

 

Cette liste regroupe autant de candidats issus de chacune des deux équipes. Moins de la moitié appartiennent à l'une des huit formations politiques qui la soutiennent : 12 à l'un ou l'autre des partis de gauche, 9 à Europe Écologie Les Verts, 1 au Partit Occitan, régionaliste. Parmi les autres, on trouve des personnes de sensibilité centriste comme des citoyens ayant soutenu des projets très à gauche à l'occasion d'échéances passées. Tous sont des Seynois investis dans la vie sociale, économique, environnementale ou culturelle de la commune, résidant dans tous les quartiers de La Seyne. Cette équipe incarne le renouveau et l'expérience : sa moyenne d'âge est inférieure à 50 ans, la plus jeune a 24 ans et l'ainée est septuagénaire ; moins d'un tiers a déjà exercé des fonctions municipales. Aucun n'exerce un autre mandat, qu'il soit national, régional ou départemental : l'engagement de tous pour La Seyne et la Métropole est total.

 

 

 

D'UN CÔTÉ LES « COALISÉS CONTRE », DE L'AUTRE « L'UNITÉ CITOYENNE POUR »

Certains sont coalisés non pour offrir une alternative positive mais pour faire perdre un adversaire, ou unis par les circonstances, après d'être copieusement vilipendés pendant des années, peu regardants sur les « lignes brunes » que tout républicain, fût-il de droite, devrait s'imposer de ne pas franchir en intégrant des gens élus sous l'étiquette du Front national et des responsables locaux du parti Debout la France ayant soutenu Mme Le Pen à l'élection présidentielle.

À l'inverse, c'est sur le contenu de leurs projets respectifs que nos deux équipes se sont aisément retrouvées pour proposer aux Seynois de relever les défis qui attendent le territoire communal et métropolitain, révélés, plus que jamais depuis le covid-19, par la crise sanitaire, environnementale, économique et sociale.

Loin des catalogues de propositions vides de sens, souvent irréalistes, voire illégales, parfois déjà réalisées ou mises en œuvre depuis longtemps (nos adversaires, actuels élus minoritaires, étaient-ils, comme souvent, absents lorsque les choix ont été faits par le conseil municipal ?...), c'est autour des enjeux majeurs des transitions écologiques et socio-économiques solidaires que les 49 coéquipiers de ce qui est devenu la liste « La Seyne 2020, l'énergie positive d'une ville verte et ouverte » se sont rassemblés.

 

DE DEUX INITIATIVES VERS UN PROJET PARTAGÉ

J'invite les visiteurs de mon blog à juger plutôt par eux-mêmes de la démarche, au travers d'un des volets majeurs que constitue le « pacte pour la transition » et sa trentaine d'engagements que chacune des deux équipes avait déclinés. La résultante de l'unité est un ensemble d'orientations enrichies des idées et valeurs des uns et des autres. Cliquez ci-dessous pour accéder au « pacte » dans sa version antérieure de l'équipe « L'énergie positive » (1), aux apports de l'équipe « Europe Écologie Les Verts » (2), et au projet de synthèse final de l'équipe unie (3).

 

 

 

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Démocratie locale et communication

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE