28 mars 2020 6 28 /03 /mars /2020 13:11

Avec huit de mes collègues maires de communes abritant des quartiers populaires (  1  ), nous nous sommes entretenus ce vendredi pendant plus d'une heure et demie avec Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement. Il est vrai que les plus démunis de nos habitants rencontrent des difficultés particulières en cette période difficile, notamment économiques en matière d'approvisionnement alimentaire et produits de première nécessité.

En partageant nos problèmes spécifiques entre nous et avec le gouvernement, nous avons pu avancer quelques pistes utiles à La Seyne...

 

Parmi les sujets abordés, la question de l'approvisionnement alimentaire des familles à très faibles revenus commence à se poser avec acuité un peu de partout dans les quartiers fragiles du pays. Comment, en effet, alors que la restauration scolaire, grâce aux efforts municipaux via les centres communaux d'action sociale (CCAS), propose le midi des repas aux alentours de 1 euro aux plus démunis, une famille très modeste peut-elle préparer un déjeuner s'il lui faut acheter des denrées pour assurer un repas équilibré et en quantité suffisante à plusieurs enfants ?

 

UN APPROVISIONNEMENT DES FAMILLES LES PLUS DÉMUNIES

C'est le cas à La Seyne, où j'ai demandé à nos services communaux d'envisager un avitaillement des familles en lourde difficulté socio-économique, et le ministre nous a indiqué que l'État sera aux côtés de nos CCAS pour nous aider à mener à bien cette mission vitale.

Elle est d'autant plus importante que les associations solidaires et caritatives assurant des fonctions de banques alimentaires se trouvent elles aussi en difficulté de fonctionnement, et que les familles suivies par les unes et les autres des organisations publiques ou associatives ne sont pas toutes répertoriées par les CCAS. Et vice-versa.

 

MARCHÉS ALIMENTAIRES POUR LES COMMUNES POPULAIRES : PAS POUR LA SEYNE

Dans le même esprit, nous avons aussi, entre autres, plaidé pour que, dans la perspective d'un assouplissement de l'interdiction nationale des marchés forains, il soit considéré que les familles les plus humbles y trouvent dans certaines villes un moyen d'acquérir des denrées à un prix abordable. Et que, donc, les communes urbaines abritant des quartiers prioritaires supposant un accompagnement social de leurs habitants soient considérées comme pouvant bénéficier d'une dérogation préfectorale au même titre que les communes rurales n'ayant pas de magasin de proximité, sous réserve bien sûr que soit prévue une organisation garantissant une précaution sanitaire parfaite. Le ministre a approuvé notre sollicitation et nous a indiqué que les préfets devront être attentifs à ces réalités.

Déjà sollicités par des concitoyens seynois qui ont peut-être interprété trop rapidement et extensivement les récentes mesures de souplesse dont le gouvernement a fait état, nous avons donc étudié cette éventualité pour La Seyne et, fût-ce en week-end, nos services et Anthony Civettini, notre adjoint en charge du commerce et de l'économie, ont évalué la situation avec les commerçants, non au travers du prisme de la situation économique des forains, qui est pourtant une préoccupation réelle, mais au travers de celui de la réalité de la difficulté avérée qu'auraient certaines familles à s'approvisionner, l'ayant bien pesée à l'aune des risques de contamination encourus et de notre capacité matérielle et logistique à les prévenir. Pour l'instant, leurs recommandations ont été au maintien de la fermeture de nos marchés.

La commune, toutefois, promeut les commerces de proximité en publiant une liste de ceux qui sont ouverts, avec leurs horaires, sur une page dédiée du site du magazine municipal « Le Seynois ».

 

NOTRE IMPLICATION NATIONALE AU SERVICE DU LOCAL

Moins directement liée à celle des difficultés économiques des familles les plus modestes, la question de la vente directe des producteurs, en grave souci d'équilibre économique de leurs exploitations, aux consommateurs est aussi une de nos préoccupations.

De même que ma fonction de président de l'Association nationale des maires Ville & Banlieue de France me permet de plaider la cause des quartiers fragiles auprès du gouvernement, celle de notre première adjointe, Raphaëlle Leguen, investie dans la direction de l'Association nationale des élus du littoral et du Comité national des pêches lui a permis d'obtenir du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation que la vente directe des produits de la pêche, la pisciculture et la conchyliculture par les producteurs eux-mêmes, comme cela se fait en bordure de quais ou au « mas aquacole » des Sablettes, puisse faire l'objet d'une dérogation préfectorale à l'interdiction des marchés. Les Seynois amateurs de produits frais de la mer ne s'en plaindront pas.

 

PRODUCTEURS-CONSOMMATEURS : L'INITIATIVE ORIGINALE D'UNE FONCTIONNAIRE COMMUNALE DE LA SEYNE

Je dois enfin saluer l'initiative de Karine Introini, une employée communale seynoise, comme beaucoup de ses collègues confinée à son domicile, mais qui, déjà très investie dans la vie associative locale (Plurielle83), a imaginé un dispositif Internet de mise en relation entre producteurs et consommateurs, permettant d'acheter des produits frais par contact physique, ou par un système de type drive, ou par livraison, dans tous les cas dans des conditions sécurisées.

En quelques jours, via le réseau social Facebook, plusieurs milliers de personnes se sont appropriées cet outil. La Ville, de son côté, comme elle n'a ni l'intention ni la prétention de « réinventer l'eau chaude », mais a vocation à jouer un rôle de « facilitateur », ainsi qu'elle l'a fait pour le centre de consultation du coronavirus, a opté pour soutenir cette initiative bénévole en proposant la mise en relation de cette fonctionnaire avec ses collègues pouvant lui apporter un appui technique à la transformation de sa page Facebook en site Internet plus performant et en lui proposant la promotion de son projet par les moyens communaux de diffusion et de communication.

Son site Internet vient d'être mis en service à l'adresse suivante : http://vardrivelivraison.fr

 

On le voit, en combinant une assistance publique aux plus démunis, une saisie des opportunités offertes par les règlements nationaux, les stratégies et savoir-faire des producteurs et commerçants eux-mêmes, alliés à ceux des fonctionnaires territoriaux, et l'initiative de Seynois imaginatifs et dévoués, on doit pouvoir assurer, sauf évolution encore plus dramatique de la situation, une diversité de l'offre qui pourrait répondre à l'ensemble des besoins des Seynois d'approvisionnement alimentaire et de première nécessité.

 

 

( 1 ) : La conférence téléphonique a réuni, avec le ministre et son cabinet, neuf maires de diverses régions et de toutes sensibilités politiques : Caroline Cayeux (Beauvais, Hauts-de-France - Divers droite), Frédéric Cuvillier (Boulogne-sur-Mer, Hauts-de-France - Parti socialiste), Meriem Derkaoui (Aubervilliers, Île-de-France - Parti communiste français), François Garay (Les Mureaux, Île-de-France - Divers gauche), Marc Goua (Trélazé, Pays de la Loire - Parti socialiste), Xavier Lemoine (Montfermeil, Île-de-France - Parti chrétien démocrate), Guy Malandain (Trappes, Île-de-France - Parti socialiste), Karl Olive (Poissy, Île-de-France - Divers droite), et moi-même (La Seyne, Provence-Alpes-Côte d'Azur - Gauche républicaine et socialiste).

25 mars 2020 3 25 /03 /mars /2020 16:57

La dynamique associative seynoise est très forte et très dense. Des centaines d'associations culturelles, sportives, environnementales, éducatives, solidaires, mémorielles, et bien d'autres, activent chez nous le « vivre ensemble » tout au long de l'année en direction de milliers de nos concitoyens de tous âges et de tous quartiers.

Ce n'est donc pas un hasard si nombre de Seynois me demandent comment ils peuvent se rendre utile en cette période troublée. ​​​​​Tout en prenant les précautions d'usage en matière de sécurité sanitaire, il est possible de le faire dans un cadre organisé...

 

La Seyne et les villes adhérentes de l'association des maires Ville et banlieue de France, dont je suis le président national, ont travaillé (à distance, bien sûr !) avec le ministre de la Ville Julien Denormandie et ses services. Nous avons débouché sur la création d'une plateforme Internet, mise en service ce lundi, permettant aux associations ou aux mairies de proposer des « missions » dans lesquelles des citoyens, « volontaires civiques », peuvent s'investir. Ils constituent la « réserve civique », en complément des réserves de sécurité ou réserves sanitaires dans lesquelles s'impliquent des spécialistes, professionnels en formation ou retraités.

 

UNE PLATEFORME INTERNET POUR PROPOSER DES "MISSIONS" ET OFFRIR SES SERVICES

Cette plate-forme est accessible sur le site spécialement dédié : www.jeveuxaider.gouv.fr

Les offres de « missions » qu'un organisme public ou associatif peut mettre en place et proposer, et auxquelles peuvent répondre les citoyens bénévoles, sont essentiellement de quatre ordres :

> de l'aide alimentaire et d'urgence à distribuer aux plus fragiles et plus démunis

> de la garde exceptionnelle d'enfants de soignants ou d'une structure d'aide sociale à l'enfance

> du maintien du lien (téléphone, vidéo, etc.) avec des personnes isolées, malades, âgées, fragiles, etc.

> de la solidarité de proximité (courses pour des voisins empêchés, etc.).

 

UN DISPOSITIF SEYNOIS COORDONNÉ PAR LE SERVICE "VIE ASSOCIATIVE" COMMUNAL

J'ai adressé ce mardi une lettre à toutes les associations seynoises pour inviter celles qui le peuvent à s'impliquer dans la démarche (ci-dessous). Notre service « vie associative » est en astreinte pour coordonner les offres de « missions », en vérifier la faisabilité, éviter les doublons ou les offres inutiles, accompagner leur mise en œuvre dans les conditions de sécurité requises, en fournissant aux « volontaires civiques » de ces associations les protections voulues.

Je demande donc aux associations de ne proposer une « mission » sur la plateforme qu'après être entrées en contact et avoir obtenu le feu vert de notre service « vie associative », par courriel à vieassociative@la-seyne.fr

Je remercie par avance les bénévoles et personnels associatifs et communaux qui acceptent de se mobiliser pour cette œuvre solidaire essentielle, de même, bien sûr, que tous nos concitoyens qui répondront aux appels à cette mobilisation civique.

 

MA LETTRE AUX ASSOCIATIONS SEYNOISES

 

11 mars 2020 3 11 /03 /mars /2020 10:44

Après deux premiers jeux de quizz portant sur la ville durable puis sur les services publics locaux, je propose aux visiteurs de mon blog un troisième moment de détente, portant cette fois sur le bilan et les projets concernant deux volets importants de la vie communale : la démocratie participative et les actions solidaires pour une ville inclusive de tous.

 

Pour répondre aux dix questions de ce quizz, il est utile de consulter « Le Journal, l'énergie positive » en le feuilletant. Pour cela, cliquez ICI ou sur l'image illustrant cet article.

Le quizz est en train de charger depuis Quizity.com, le site pour créer un quiz, veuillez patienter...


10 mars 2020 2 10 /03 /mars /2020 09:40

Des centaines de mesures ont été prises par l'équipe municipale sortante pour le respect de l'environnement, en faveur des énergies propres, de la qualité de l'air et des eaux, et du maintien de la biodiversité.

D'autres projets sont en cours, et d'autres encore vont pouvoir démarrer. On peut les retrouver sur le document « Le Journal, l'énergie positive » qui est accessible sur le site Internet de la liste unie des gauches, de l'écologie et du régionalisme.

Je propose aux visiteurs de mon blog d'en prendre connaissance en cliquant ICI ou sur l'image illustrant cet article, et, pour se détendre un peu, de répondre aux questions du quizz ci-dessous...

Le quizz est en train de charger depuis Quizity.com, le site pour créer un quiz, veuillez patienter...


4 mars 2020 3 04 /03 /mars /2020 05:10

Ça a été un peu long en négociations et surtout en atermoiements entre temps de pourparlers. Mais ils y sont parvenus.

Les employés de la société chargée par la Métropole de l'enlèvement des ordures ménagères et de la propreté urbaine ont obtenu satisfaction et ont voté la fin de leur mouvement social.

 

Il aura fallu plusieurs jours de grève pour qu'un protocole de sortie de crise soit ratifié entre les salariés et leur direction. Les points de désaccord portaient essentiellement sur une volonté d'en finir avec des méthodes d'un autre âge de « management vigoureux » des équipes, de gagner en équité de salaire entre agents de la société effectuant le même travail mais sur des sites différents, et d'obtenir pour les salariés-parents d'enfants l'octroi d'une certaine priorité pour la prise d'une partie de leurs congés payés en période de vacances scolaires.

Avec mes collègues maires de la métropole, dont Hubert Falco, sans nous immiscer dans les relations au sein de l'entreprise, nous avons tout de même tenté d'appeler la direction à la raison  et aux échanges constructifs. Et essayé d'aider à ce que les liens du dialogue ne se rompent pas.

Il me faut saluer l'esprit de responsabilité qui a prévalu chez les salariés, toujours conscients du fait que le service public qu'ils accomplissent est vital à la qualité de vie urbaine, notamment aux conditions sanitaires des espaces publics de nos communes. Je remercie également les responsables syndicaux locaux, notamment les Seynois, et départementaux qui, forts de leur expérience, ont bien accompagné les personnels, impulsé une solidarité entre ceux des différents sites, et prévenu autant que faire se pouvait des débordements causés par des personnes extérieures à l'entreprise, dans un contexte social général d'autant plus « chaud » que l'annonce du passage en force gouvernemental sur la réforme des retraites n'est pas de nature à minorer les sentiments d'injustice. Et il a enfin été appréciable que la direction de la société, même si ça a été un peu long, ait fait preuve de raison.

Les choses rentrent dans l'ordre. Les employés sont rassurés et sauront d'autant mieux accomplir leurs missions, la société n'est pas mise en péril par les avancées obtenues. Les institutions publiques donneuses d'ordre et les organisations de salariés ont joué leurs rôles de médiation. Le service public dû à nos concitoyens est sauvegardé. C'est bien.

Publié par Marc Vuillemot - dans Vie sociale et ville pour tous
3 mars 2020 2 03 /03 /mars /2020 05:05

Les droits des femmes constituent un enjeu à l'international mais aussi au local. C'est dans la voie conjuguant temps forts de convivialité, de rencontres et de réflexions communes, et action concrète permanente, tant pour une ville toujours plus inclusive des genres que pour l'accompagnement social des femmes en difficulté, que nous proposons aux Seynois de poursuivre.

 

Comparez les projets en ce domaine de ceux qui se proposent de présider aux destinées de La Seyne. Loin de nous l'idée de faire des procès de non-intention car c'est peut-être par manque de place dans leurs documents de campagne, mais certains n'abordent même pas le sujet. L'équipe « La Seyne 2020, l'énergie positive » s'appuiera quant à elle sur son expérience, héritée de l'action de pionnières seynoises, comme Solange Andrieu, première élue varoise à laquelle a été confiée en 1995 une délégation intitulée « femmes dans la ville »...

 

 

Dès 2010 La Seyne s’est en effet engagée dans un plan local de lutte contre les discriminations, celles liées à l'origine, avec, notamment, les actions s'inscrivant dans le cadre de la « politique de la ville », mais aussi celles découlant du handicap.

 

 

POUR UNE SEYNE INCLUSIVE POUR TOUTES

 

Nous avons aussi considéré, sous l'impulsion de Bouchra Reano, que l’égalité femme–homme est un défi qu'une collectivité locale se devait de relever et, outre les actions du quotidien, dans nos propres services, dans l'accès aux services publics, aux activités associatives, au sport, à la culture, à la citoyenneté, l’idée a mûri de mobiliser le territoire sur la question des droits des femmes en organisant en 2015 une première journée « droit des femmes » sur le Parc de la Navale autour d’échanges et de débats ayant réuni des dizaines de participants de tous quartiers.

 

Cette première édition a amorcé un questionnement sur le sens de cette journée, les messages véhiculés, ce qui restait des combats féministes et comment lutter contre les régressions des droits des femmes. Souhaitant engager tous les services dans cette démarche, une équipe projet pluridisciplinaire, constituée de plusieurs cadres de la Ville, a été créée pour structurer les actions autour de cette question.

 

 

DU TRADITIONNEL 8 MARS À UNE SEMAINE POUR LES DROITS DES FEMMES

 

En 2016, la Ville a décidé de ne pas se limiter à une journée qui ne peut suffire pour permettre à un territoire entier de s'approprier les questions de la condition des femmes, mais d’y consacrer une semaine entière d'animations, d'expositions, de débats et de conférences en laissant la parole à des femmes connues qui s'engagent pour d'autres femmes, avec une thématique différente chaque année au mois de mars. Il s'est agi d'afficher notre engagement pour l'égalité femme–homme pour inviter tous les acteurs du territoire à se mobiliser, à se questionner et à agir.

 

Durant ces périodes annuelles, afin de cibler tous les publics, tous les acteurs municipaux et associatifs ont proposé des programmations en lien avec la thématique annuelle retenue; les samedis matin étant généralement consacrés à la mise à l'honneur de huit Seynoises qui ont été valorisées pour leurs engagements dans la vie quotidienne.

 

Ce sont plus de trente acteurs qui se sont mobilisés chaque année autour de cette programmation pour permettre à tous les Seynois d’être sensibilisés à la cause des femmes en France mais aussi dans le monde. Depuis cinq ans, et chaque année, la programmation de la semaine des droits des femmes a proposé sur plusieurs jours à plus de 1000 personnes des ateliers d’information et de débat, des conférences, des expositions, des séances de sport–santé, des ateliers créatifs, proposés par les services de la ville et de nombreux partenaires associatifs.

 

En 2017, cette programmation a été complétée par une opération « Place aux femmes » par l’installation de supports géants sur différentes places de la ville, présentant chaque année des femmes qui ont fait ou font avancer la cause des femmes en France ou dans le monde.

 

En 2018, une priorité a été faite à la jeunesse qui construira le monde de demain, et la programmation a été renforcée d’actions en sa direction dans les différentes structures éducatives de la ville et par un concert.

 

 

DES ÉVÉNEMENTS D'UNE SEMAINE À UNE ACTION PERMANENTE D'ÉGALITÉ DE GENRE

 

Notre engagement ne s'est pas limité à ces semaines de temps forts, mais a fait l’objet d’un travail toute l’année, menés par différents services municipaux : le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), la politique de la Ville, la direction des 0/25 ans.

 

Le CLSPD s'est mobilisé autour de la question des droits des femmes, notamment en lançant, dès 2011, le réseau des acteurs des violences conjugales en fédérant les associations, les institutions et les travailleurs sociaux autour d’un protocole seynois.

 

Une plaquette d’information a été construite autour des lieux ressources de soutien aux femmes victimes de violences conjugales. Et ce travail a été complété par l'ouverture d’un logement d’urgence à destination des femmes victimes de violences.

 

La direction 0/25 ans pilote le plan de lutte contre les discriminations et inscrit dans tous les projets éducatifs enfance et jeunesse, la question de l’égalité femme–homme comme une priorité.

 

Au fil des années, le CLSPD, le service politique de la ville et la direction 0/25 ans ont accompagné le développement d’actions sur le territoire en accueillant de nouveaux partenaires associatifs comme le Centre d'information des droits des femmes et des familles (CIDFF), ou l’Association d'aide aux victimes d'infractions du Var (AAVIV), qui sont venues conforter les actions déjà portées depuis de nombreuses années par l’Association Vivre en famille (AVEF) autour de la famille des auteurs de violences. Un soutien a également été apporté aux opérateurs associatifs intervenant auprès des femmes de la ville qui œuvrent à l’émancipation et à l’insertion des femmes.

 

Avec ses 24 femmes, dont 15 nouvelles, l'équipe « La Seyne 2020, l'énergie positive », hommes et femmes, aura à cœur de redoubler d'efforts et d'imagination pour mobiliser tout le corps social local afin de garantir à toutes les Seynoises – et à nos visiteuses – toute leur place dans la ville et faire progresser leurs droits vers l'égalité.


 

 

24 énergies positives féminines, pas seulement autour de la Journée des droits des femmes...

Cliquez sur la photo pour l'agrandir (il manque Corine, Marie, Martine, Samar et Vanessa)

Publié par Marc Vuillemot - dans Vie sociale et ville pour tous
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 16:20

Comme on pouvait le craindre, ceux qui s'acharnent depuis des années contre notre projet de cinémas, d'hôtels, de commerces de bouche et de loisirs dans « l'Atelier mécanique » de nos anciens chantiers navals, non contents d'avoir déjà fait perdre un temps précieux au programme en ayant tour à tour saisi le tribunal administratif de Toulon, puis la Cour administrative d'appel de Marseille, lesquels ont confirmé en tous points la validité du permis de construire du projet, ont déposé un nouveau recours auprès du Conseil d'État, la plus haute juridiction administrative du pays.

 

Je livre aux visiteurs de mon blog le communiqué que j'ai adressé à la presse après cette funeste nouvelle. Fort heureusement, les opérateurs n'entendent pas désarmer et m'ont confirmé leur volonté aussi intacte que la mienne de mener à bien ce projet. Mais on peut, à juste raison, se demander quel est le but de ces acharnés qui semblent ne pas vouloir que les Seynois bénéficient enfin de ce qui leur est dû. Et s'il n'y a pas des intérêts contraires à la Ville à la manœuvre pour inciter à un tel entêtement nuisible à notre territoire...

 

 

24 février 2020 1 24 /02 /février /2020 08:02

Assez imprudemment à mon sens, certains des candidats à l'élection du mois prochain promettent la lune à nos concitoyens. C'est en particulier vrai en matière d'urbanisme et d'aménagement du territoire. Car il ne suffit pas de proclamer « stop au béton » pour que, d'un coup de baguette magique, plus aucune construction ne sorte de terre.

Sinon, il ne nous aurait pas fallu 12 ans pour parvenir, en trois étapes, à réduire de 65% les surfaces super-urbanisables (de 400 à 140 hectares), de 76% celles d'urbanisation future, et accroître de 40% nos terres agricoles et de 8% nos espaces naturels.

Au moins trois raisons expliquent en effet qu'on vend du rêve en promettant de décréter la fin de toute construction. Explications et engagements...

 

La Loi, d'une part, protège les propriétaires quant à la valeur de leur patrimoine. Il est interdit, sauf compensation financière à la hauteur de la perte de valeur de leur bien, de décider qu'un terrain constructible ne le serait subitement plus, donc pourrait voir son prix à la revente divisé par 3 ou 400.

 

NE PAS PROMETTRE L'IMPOSSIBLE EST UN IMPÉRATIF ÉTHIQUE  

Dans le Var, en effet, la valeur moyenne d'un bien agricole s'établit à 12.700 euros par hectare (source Terre-net), soit 1,27 euros le mètre-carré, et c'est même un tiers moins cher pour un terrain naturel (source JDN). Or, à La Seyne, le prix moyen du terrain constructible est de 504 euros par mètre-carré (source Terrain-construction), soit 396 fois plus cher qu'un bien agricole non constructible.

Acquérir seulement 10% des 140 hectares seynois demeurant super-urbanisables (zones UA) ou les déclasser en zone agricole pour les protéger de la construction coûterait à la commune plus de 70 millions d'euros, soit la totalité de 6 à 7 budgets annuels d'investissement. Et, s'il fallait les acheter tous, plus aucune réalisation ni chantier d'entretien des équipements et espaces publics communaux ne pourrait être prévu pour près de trois-quarts de siècle...

 

FRAGILISER LES FINANCES COMMUNALES N'EST PAS ACCEPTABLE

La Loi, d'autre part, oblige les communes de plus de 3.500 habitants à disposer de 25% de logements sociaux d'ici à 2025. La Seyne en compte moins de 19%. Le programme local de l'habitat de la métropole toulonnaise, document d'objectifs commune par commune imposé par l'État, a ainsi obligé La Seyne à produire avant 2018 1458 logements en résidences principales, dont 460 logements sociaux en production neuve et 120 en logements conventionnés, et dont 140 dans les quartiers Sud.

Et, comme nous n'avons, en partie délibérément, pas respecté nos obligations, nous subissons une « réfaction », c'est-à-dire une « amende », qui croît chaque année et a atteint 320.000 euros en 2018 et 408.000 euros en 2019. Est-ce le devoir d'un maire, devant gérer « en bon père de famille » les deniers de ses concitoyens, de ne pas respecter la Loi et leur imposer de consacrer une part du budget commun à payer une amende, surtout dans une ville où 2.700 foyers sont en attente d'un logement social ?...

 

FAIRE MINE D'IGNORER LES COMPÉTENCES COMMUNALES N'EST PAS CORRECT

La Loi, enfin, certains font mine de l'ignorer, a transféré la compétence de l'urbanisme à la métropole. Il est facile de s'engager à la place des autres. Désormais, en effet, pour modifier le Plan local d'urbanisme, devenu intercommunal, il faut entreprendre une révision concernant les 12 communes de Toulon Provence Méditerranée, donc obtenir l'aval de leurs 12 maires. Même si les relations, au-delà des sensibilités politiques de chacun, sont plutôt bonnes, ce n'est pas gagné a priori...

 

S'ENGAGER SUR DU CONCRET RÈGLEMENTAIRE ET RÉALISTE EST UN DEVOIR

Alors, plutôt que de tirer des plans irréalistes sur la comète, surtout de la part de ceux qui incarnent la Droite seynoise qui fut la cause de tous nos maux d'aujourd'hui en ouvrant, par le Plan local d'urbanisme qu'elle a voté en 2004, des centaines d'hectares de notre territoire communal à une urbanisation effrénée, nous, nous préférons continuer à mettre en œuvre par des moyens légaux et financièrement responsables, tout ce qu'il est possible de faire pour gagner peu à peu en moindre urbanisation et en meilleure qualité de vie dans une ville durable et solidaire.

C'est ce que nous proposons de continuer à faire, au travers de nos 30 engagements pour la transition, déclinant ainsi pour La Seyne les orientations du Pacte pour la transition, que l'on peut découvrir en feuilletant notre document ci-dessous (cliquez sur le carré blanc en haut et à droite pour le visualiser en plein écran). 

 

POURSUIVRE DANS LA VOIE OUVERTE AVEC NOUS PAR NOS ÉLUS ÉCOLOS

Et c'est bien la moindre des choses de la part d'une équipe dont, depuis 2008, font partie des élus d'EE-Les Verts, à commencer par Denise Reverdito qui a impulsé du bon travail en ce sens en sa qualité de maire-adjointe en charge de l'urbanisme et du développement durable, travail que nous proposons de prolonger et d'amplifier avec une autre de ces élues, qui pour 2020 est l'une de nos deux « co-têtes de liste », Cécile Jourda, forte de son engagement depuis plus d'une décennie au sein du principal parti écologiste de notre pays...

9 février 2020 7 09 /02 /février /2020 09:47

À La Seyne, la population des tout-petits de 0 à 3 ans représente 2259 enfants. Ce samedi, le 4ème forum de la petite enfance a été l'occasion de faire le point sur une compétence non obligatoire d'une commune mais qui, chez nous, se décline en une kyrielle de structures et d'actions, dans une démarche volontaire globale portée à la fois par la puissance publique et par de nombreux partenaires associatifs et privés...

 

Cette politique publique en faveur des familles est portée par un service public fort, qui a organisé un bel événement avec la 4ème édition du forum de la petite enfance, inscrit aujourd’hui dans les grands rendez-vous de la ville et qui a accueilli des centaines de familles. Cette année, une attention plus particulière a été portée aux jeunes enfants en proposant encore plus d'activités ludiques (structure gonflable, sculpture de ballons, et ferme pédagogique et balades à poney et en calèche), s'ajoutant aux des ateliers d'animation (lecture, motricité, chants et éveil musical, activités manuelles,...). Et les parents et professionnels ont pu se promener parmi les stands proposé, rencontrer les institutions et les structures d’accueil, assister à des conférence sur l'enfance et son développement.

 

LE PREMIER MAILLON DE  LA « CITÉ ÉDUCATIVE », LABEL NATIONAL ATTRIBUÉ À LA SEYNE

Que tous les organisateurs en soient sincèrement félicités et remerciés. Ce forum a été un temps fort qui illustre à merveille l'une des raisons pour lesquelles La Seyne est la seule commune du Var à avoir obtenu le label national de « cité éducative » pour son œuvre en faveur des 0 à 25 ans, de la naissance à l'insertion professionnelle et citoyenne des jeunes adultes.

Depuis les années 1950, la Ville s'est en effet attachée à permettre à tous les parents de concilier vie professionnelle et vie personnelle et familiale, en proposant des modes de garde diversifiés et adaptés aux besoins des familles. Mais il s'agit aussi d'offrir au jeune enfant les conditions d’un développement équilibré et adapté à l’évolution de ses besoins, de contribuer à l’intégration de tous les petits à besoins spécifiques comme le handicap, de favoriser l’égalité des chances et lutter de façon précoce contre les inégalités, tout en soutenant la fonction parentale dès le plus jeune âge.

Dans cette dernière décennie, la municipalité n’a cessé d’interroger sa politique de la petite enfance. Cela s'est fait en mobilisant les partenaires institutionnels de la Ville comme la Caisse d'allocations familiales et la Protection maternelle et infantile.

 

+ 22 % DE PLACES CRÉÉES EN CRÈCHES MUNICIPALES ...

Ces efforts d'évolution ont permis de maintenir et de développer l’offre d’accueil, en accroissant de 22 % le nombre de places en crèches collectives publiques. Mais ils ont également permis de créer un relais d’assistantes maternelles qui bénéficient toute la semaine à une centaine d'entre elles, pour accompagner l’accueil individuel, permettre aux assistantes maternelles de se rencontrer et d’échanger, mais aussi pour permettre également aux familles d’être aidées dans leurs démarches d’employeurs.

Les dernières années ont aussi conduit à diversifier les offres d’accueil, en proposant des solutions d’urgence, des réponses à des besoins occasionnels, ou des modes de garde à visée d’insertion. Et les familles sont désormais associées à la définition, au suivi et l'évaluation des missions des diverses structures, à travers la mise en place de conseils de crèches.

En fédérant tous les acteurs publics et privés de la petite enfance autour d’un projet partagé, en soutenant tous les projets de nouvelles crèches, on est maintenant parvenu à garantir plus de 1200 places d’accueil du jeune enfant, grâce aux contributions de tous les acteurs : nos 6 crèches collectives municipales, les 4 crèches collectives associatives, les 13 micro-crèches et les 180 assistantes maternelles participant au réseau territorial.

 

MAIRIE, ASSOCIATIONS, ASSISTANTES MATERNELLES, UNIES EN UN PROJET GLOBAL

Toutes ces structures sont soutenues pour leurs projets éducatifs par les services municipaux des sports et de la culture, et par des associations œuvrant dans le domaine socio-éducatif, de la santé et du bien être des tout-petits et de leurs familles (handicap, troubles du comportement, aide à la parentalité…), parmi lesquelles l'Association Vivre en Famille, le Moulin à paroles, l'association P'tits bouts douces heures, ou encore Rêve Lune.

Et tout ce beau monde de passionnés de l'éducation de nos plus jeunes concitoyens, bénévoles comme professionnels fonctionnaires et privés, était là, en week-end, hors temps de travail, pour promouvoir cette formidable diversité des offres. Bravo et merci.

7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 09:56

Plus de sept sur dix des foyers varois sont éligibles au logement social. Et, on le sait, peu de nos communes sont en règle avec la Loi qui stipule que chacune de celles de plus de 3500 habitants doit disposer de 25 % de logements sociaux.

Un récent fait d'actualité, rapporté par le quotidien Var-matin, illustre, si besoin était, notre regrettable carence dans la grande aire urbaine littorale des alentours de Toulon...

 

N'est-il pas en effet désolant qu'il soit difficile de répondre à la situation douloureuse que connaît cette habitante dont notre journal local expose la détresse ? Ce qui y est expliqué concerne notre grande ville voisine, mais des cas de la nature de celle objet de l'article de presse existent trop souvent partout dans notre territoire. Et La Seyne en connaît très régulièrement. D'ailleurs, il suffirait de changer quelques mots à l'article pour illustrer la détresse que connaissent certains Seynois, ainsi que l'a imaginé un ami qui a réalisé le montage ci-dessous que je livre aux visiteurs de mon blog...

 

Seule la ville de La Garde fait en effet figure de bon élève dans notre métropole. Du fait qu'elles abritent les plus grands ensembles d'HLM du Var, beaucoup pensent que La Seyne et Toulon disposent du nombre légal d'habitats sociaux, mais, hélas, il n'en est rien, même si d'autres communes sont beaucoup moins bien dotées qu'elles.

Nous devons tous nous remonter les manches pour rattraper notre retard, à commencer bien sûr par les communes les plus en carence. Dans notre département méridional où le logement privé affiche des loyers extrêmement élevés, l'égalité d'accès à un toit que prévoit la loi républicaine justifie un effort partagé pour que toutes les communes de notre territoire, de la limite des Bouches-du-Rhône à l'est toulonnais, comblent leur retard.

Ce n'est pas toujours et partout facile, car il faut combiner la construction, parce que les acquisitions-rénovations d'habitat existant ne suffisent pas, avec la préservation et le développement de la qualité de vie, notamment environnementale, sanctuarisant et confortant les espaces naturels et agricoles et les espaces d'activité économique propre. Difficile équilibre à trouver. Mais enjeu majeur des années à venir...

 

 

Publié par Marc Vuillemot - dans Vie sociale et ville pour tous

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 

 

Mes engagements

 

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var