20 novembre 2021 6 20 /11 /novembre /2021 05:43

« Et les jeunes dans tout ça ? » était le thème mis en débat, lors du Salon des Maires qui se tient traditionnellement à Paris en parallèle au Congrès annuel de l'Association des Maires de France, par trois associations nationales très préoccupées par l'impact de la crise sanitaire sur l'enfance et la jeunesse des quartiers urbains fragiles : l'Association des Maires Ville & Banlieue de France (AMVBF), l'Association de la Fondation Étudiante pour la Ville (AFEV), et l'Association Nationale des Conseils d'Enfants et de Jeunes (ANACEJ).

De nombreux maires, adjoints et conseillers municipaux chargés de ces thématiques dans les communes concernées s'y sont donné rendez-vous pour partager leurs constats de situations, leurs inquiétudes, les solutions imaginées et leurs analyses des impacts mitigés des mesures mises en œuvre pour leurs jeunes concitoyens. 

Pas ceux de La Seyne. Dommage.

 

ENFANTS ET JEUNES GRAVEMENT VICTIMES DE LA CRISE SANITAIRE ET SOCIALE

C'est un fait, les mineurs et les jeunes adultes des 1514 sites populaires urbains prioritaires payent un lourd tribut à la pandémie de coronavirus. Suroccupation des logements dans les périodes de confinement, rupture scolaire par manque de moyens logistiques pendant les temps d'enseignement à distance, décrochages des activités socio-éducatives, culturelles et sportives, difficultés psychosociales résultant des mesures imposées, gestion sanitaire difficile entraînant une plus grande transmission du virus, graves difficultés économiques des familles allant jusqu'à de dramatiques reculs des réponses aux besoins élémentaires vitaux, insertion professionnelle freinée par l'impact de l'épidémie sur le tissu économique, les réalités partagées sont édifiantes. Dans les quartiers populaires, la crise sanitaire est bien plus violente qu'ailleurs pour les jeunes générations.

C'est bien pourquoi les élus locaux des territoires vulnérables, en première ligne, ont besoin de se retrouver pour échanger, imaginer ensemble des pistes se fondant sur leurs expériences, et plaider la cause de leurs habitants en détresse auprès de pouvoirs publics pas toujours à la hauteur.

Comme président honoraire demeurant actif à la demande de mes anciens collègues de « Ville & Banlieue », j'ai encore une fois pu mesurer combien il est utile, face à de pareilles difficultés, de se serrer les coudes et de construire des partenariats entre communes, mais aussi avec des associations de niveau national telles que l'AFEV et l'ANACEJ, co-organisatrices de ces échanges, qui fédèrent beaucoup d'expertises.

 

SORTIR LES QUARTIERS DE LEUR ÉTAT DE RELÉGATION

M. MACRON À L'ÉCOUTE DES MAIRES

C'est d'autant plus nécessaire que le Président de la République, pourtant interpellé solennellement par l'Association des Maires de France sur les enjeux des quartiers prioritaires (lire ICI), a balayé avec suffisance les attentes des territoires en déshérence dans son allocution de clôture du Congrès des Maires, estimant outrageusement que le nécessaire était fait.

Or on en est très loin. L'exemple de la jeunesse est édifiant, le défi de l'égalité républicaine demeure d'une cruelle actualité. Les avancées obtenues, parfois de haute lutte, par les maires et leurs associations ("cités éducatives", "quartiers d'été", "colos apprenantes", "Micro-Folies", "cités de l'emploi", "bataillons de prévention", budget accru de la rénovation urbaine, ...), dont bénéficie d'ailleurs La Seyne, sont bien trop insuffisantes. Il faut poursuivre les efforts de persuasion.

 

LA SEYNE DEVRAIT DEMEURER AU COMBAT AVEC LES AUTRES

Le nouveau président de l'Association des Maires de France, M. Lisnard (Les Républicains), dont je suis pourtant très loin de partager les idées politiques, l'a exprimé clairement à M. Macron : « Et ce ne sont certainement pas de grands discours, souvent caricaturaux, qui feront sortir nos banlieues de l’état de relégation dans lequel elles sont plongées. Là encore, les espoirs qui avaient été suscités ont été déçus et le sabordage du "rapport Borloo" justifie la mobilisation de nos collègues maires de quartiers prioritaires de la politique de la ville. »

Et c'est pourquoi je persiste à penser que La Seyne a tort de s'isoler des autres communes populaires de France qui œuvrent ensemble, au sein de « Ville & Banlieue », pour peser fortement pour que les quartiers difficiles, dont notre centre-ville et notre quartier Berthe, sortent, justement, de leur « état de relégation ».

En ce 20 novembre, journée mondiale de l'enfance, puisqu'on évoque les mineurs des quartiers de relégation, ça pourrait être un joli signal que la maire revienne sur son choix d'esseulement de notre commune...

Partager cet article

Repost0

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE