28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 16:53

Quand droite extrême et extrême-droite, avec leurs bonimenteurs, parlent de tout et de rien, façon propos de comptoir, et plutôt pas des enjeux pourtant majeurs avec les nouvelles responsabilités que la loi confie désormais aux Régions, quand on a l'impression que ce sont les sondages qui font les résultats des élections, quand certains médias "oublient" qu'il y a dix listes concurrentes et non un duel entre M. Estrosi et Mme Maréchal, et quand, depuis les camps de ces deux-là, fusent des promesses de réalisations qui sont... déjà réalisées, on est en droit de se dire que la démocratie, autour de l'élection régionale des 6 et 13 décembre, a un sacré coup dans l'aile.

 

ET SI ON PARLAIT SIMPLEMENT DES PROJETS ?

Pourtant le sujet est d'importance. C'est ce que découvrent beaucoup de gens lorsque les socialistes et leurs partenaires, présents sur les marchés, frappant aux portes, organisant de petites réunions et quelques meetings, exposent le bilan de l'équipe de Vauzelle desquelles sont issues celles de Castaner d'une part, et de Camard et Coppola d'autre part, font œuvre de pédagogie pour donner à découvrir l'importance des missions que la Région aura à gérer pour la vie quotidienne et la dynamisation économique, sociale et culturelle des territoires, et expliquent patiemment les chemins possibles, utiles, et surtout réalistes, pour que le peuple provençal et alpin tire le meilleur parti de l'institution régionale. Chapeau à eux, et surtout aux jeunes qui se seront investis avec un bel enthousiasme constant depuis leur "caravane" estivale.

 

A LA SEYNE, UN TEMPS DE CAMPAGNE PORTEUR DE SYMBOLES

Il sera un moment, à quelques jours du premier tour, qui revêtira une importance symbolique, presque en point d'orgue d'une belle et honnête campagne, celui de la réunion publique qui est prévue mardi 1er décembre, à 20 heures, à la Bourse du Travail de La Seyne.

Symbolique parce que, de la même tribune que celle d'où Jaurès harangua notre peuple seynois au début du XXe siècle, c'est sur des sujets vrais, avec des propositions réalistes, que des candidats du renouveau, vivant vraiment leur territoire (eux...), viendront dire leur vision de Provence-Alpes-Côte d'Azur, sans effets de manche, sans postures de camelots bradant une marchandise qui n'a rien à voir avec les sujets de cette élection prochaine.

Symbolique aussi, parce que c'est de cette Bourse du Travail seynoise qu'ont été annoncés des résultats, comme en 2008 et 2014, qui ont fait mentir tous les sondages... Preuve que, quand on fait de la politique simplement, en lien avec les gens, en parlant vrai, en expliquant, en écoutant, le lien gravement distendu entre les acteurs publics et le peuple se renoue.

Soyons nombreux, très nombreux, à la Bourse du Travail, mardi prochain.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 05:36

On me demande souvent, ces temps-ci, pourquoi je ne figure qu'en avant-dernière position sur la liste varoise de l'équipe régionale de Christophe Castaner, candidat de la liste de gauche pour les élections des 6 et 13 décembre prochains.

Je réponds généralement, sourire aux lèvres, que c'est parce qu'on n'a pas voulu de moi... en dernière position... précisant tout de même après avoir laissé un temps de surprise à mon interlocuteur que ça n'aurait pas été possible puisque l'alternance stricte homme-femme, à juste titre imposée par la Loi, fait que la 27ème et dernière place d'une liste dont la tête est une femme est mathématiquement occupée par une femme.

 

SOYONS COHÉRENTS : NON AU CUMUL DES MANDATS !

Plus sérieusement... une part de vérité est que je ne peux pas prôner le non-cumul des mandats électifs et ne pas me l'imposer à moi-même. Alors pourquoi figurer tout de même sur la liste ? Sans fanfaronner, je sais bien que, si l'on m'a sollicité, c'est au regard de ce qu'incarne la deuxième (après Avignon) plus importante ville de Provence Alpes Côte d'Azur animée par une équipe de gauche unie et élargie.

Accepter de remplir un rôle de symbole, "poussant" la liste en étant assuré de ne pas être élu, était un bon compromis ; il faudrait en effet un miracle pour notre équipe, avec un score aux alentours de 97%, à la mode nord-coréenne, pour que l'avant-dernier soit appelé à siéger. Impossible donc, même si, comme j'en suis certain, nous ferons mentir les funestes sondages... mais sûrement pas dans de telles proportions.

 

PLUTOT CONTENT QUE LA SEYNE PRENNE SA PART DANS LE RENOUVEAU

L'autre part de vérité est que, s'il faut limiter la concomitance de plusieurs mandats, il faut aussi, au nom de l'exigence démocratique, en limiter l'accumulation dans la durée. Il est temps de promouvoir des jeunes talentueux appelés un jour à prendre le relais, sans pour autant qu'ils soient des sortes de "dauphins" sous tutelle d'une vieille garde.

Mais je ne cache pas une certaine fierté à relever que les deux premiers de la liste varoise, Cécile Muschotti, 28 ans, et Olivier Andrau, 36 ans, ont fait leurs premières armes d'élus locaux au sein du conseil municipal de La Seyne, la première au sein de mon équipe de 2008, le second depuis 2014. Et de noter qu'un autre jeune élu seynois, Anthony Civettini, 36 ans, figure sur la liste EELV-FG avec laquelle nous serons appelés à nous retrouver entre les deux tours.

Ceux qui ont œuvré à la constitution des équipes ont bien fait. Il faut valoriser cet engagement citoyen d'une jeune relève aussi audacieuse que sérieuse et courageuse, qui donne à toutes les générations confiance en l'action publique, tellement nécessaire par les temps qui courent.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 04:49

Evidemment, quand certains sondages instillent l'idée que c'est perdu d'avance, quand des dirigeants haut placés freinent les élans de conviction en envisageant publiquement, des semaines avant le premier tour, une retraite pure et simple pour le second, quand les adversaires détournent le sujet en parlant de tout sauf des enjeux régionaux, quand ceux d'un même camp laissent pantois leurs supporters en ne parvenant pas à s'unir, la pente à remonter est rude et glissante.

Mais, à La Seyne, on en a vu d'autres, des situations soi-disant désespérées. Et des outsiders unis autour d'un projet fait de "plus grands dénominateurs communs" ont créé la surprise.

Alors, bien sûr, il est des choses dont on parle peu dans les médias ces jours derniers, mais, de ce que j'entends en ville, qui ont fait des ravages qui pourraient être durables si on n'y coupe pas court nettement. Et notamment cette histoire d'absence délibérée de la gauche au deuxième tour de l'élection régionale, envisagée y compris par certains de sa propre sensibilité, qui me turlupine d'autant plus qu'elle ne se fonde sur rien.

 

ATTENTION AUX LECTURES SIMPLISTES DES SONDAGES !

Nous ne sommes pas invités dans une quinzaine à l'élection du Président de la République, seul vote en France où il ne peut y avoir au second tour que les deux candidats arrivés en tête au premier ; le scrutin de décembre est une élection à la proportionnelle, c'est-à-dire que la composition du conseil régional reflètera les divers courants de pensée qui auront recueilli au moins 5% des voix, même si, pour gérer, la "prime majoritaire" de 25% des sièges prévue par la Loi sera attribuée à la liste qui sera arrivée en tête le 13 décembre.

Prenons donc le pire des sondages pour la gauche provençale et alpine, celui de l'IPSOS de ces derniers jours. L'extrême-droite gagnerait l'élection avec 41% des voix, la droite et la gauche recueilleraient respectivement 34 et 25% des voix. Le FN aurait donc environ 55% des sièges, les LR-UDI 26% et la gauche 19%.

 

RIEN N'EST JOUÉ : PAS DE DÉFAITISME PRÉMATURÉ !

C'est entendu, vu comme ça, on serait parti pour six années de calvaire économique, social et culturel. Mais ce que les médias ne titrent pas, ce sont les autres enseignements de l'enquête d'opinion : le fait que 28% des sondés n'ont pas arrêté leur choix, que seuls 33% considèrent que la victoire du FN serait "une bonne chose", que seulement 3% des voix de gauche iraient à la droite au second tour pour contrer l'extrême-droite, et qu'il ne se dégage pas une majorité pour pronostiquer un succès du parti des Le Pen. Ça change complètement la donne. Et ça maintient ouvertes toutes les perspectives.

Pourquoi alors faudrait-il rendre les armes avant d'avoir combattu, surtout pour les offrir à une droite aux accents plus extrêmes que républicains dont le sondage révèle qu'elle est en chute d'intentions de vote depuis le précédent ?

Alors, faisons comme d'habitude, avec détermination. Faisons notre patient devoir de rencontres, d'échanges, de promotion du bilan de l'équipe sortante de Vauzelle, d'éducation citoyenne sur le rôle du conseil régional, de promotion de propositions réalistes, égalitaires, solidaires, et de rayonnement de Provence Alpes Côte d'Azur, région majeure pour la dynamique économique de l'Europe et de la Méditerranée, à la convergence des espaces de tous les enjeux de fraternité internationale que la France meurtrie doit absolument continuer à promouvoir.

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 05:47

C'était notre choix. Nous n'allions pas leur laisser penser qu'ils faisaient peur à La Seyne.

Alors, bien sûr, on a pris des précautions, avec l'appui de la police municipale et d'autres services communaux, de la police nationale, et la compréhension de leurs organisateurs, mais les événements publics prévus à La Seyne depuis le triste et effroyable 13 novembre ont bel et bien été maintenus.

 

RECUEILLEMENT MAIS AUSSI CONVIVIALITÉ

Hormis le traditionnel accueil convivial des nouveaux Seynois, prévu quelques heures à peine après les attentats, alors que nous étions sous le choc, depuis la soirée festive à "l'Alsace sur mer" jusqu'aux concerts des 25 ans de la Chorale de la mer ou de la Philharmonique "La Seynoise" à l'occasion de la Sainte-Cécile, en passant par le mémorable match de rugby où La Seyne affrontait le premier de sa poule, celui de handball face à Aix, le vide-grenier ou la dégustation de Beaujolais nouveau des comités d'intérêt local du sud-ouest et des Mouissèques, le colloque d'Histoire et patrimoine seynois comme l'inauguration de l'expo de jouets traditionnels du Cèucle occitan, ces temps de rencontres et de convivialité ont même été l'occasion d'évoquer le contexte tragique dans lesquels ils se déroulaient, et d'opposer aux terroristes, si besoin était, notre attachement au faire-ensemble, au vivre-ensemble, aux valeurs de la culture, du sport, et de loisirs solidaires, comme autant de moyens de "faire République".

Et nous avons tenu, en plein air, en trois lieux différents de la ville, avec des centaines de concitoyens, des moments de recueillement dans le cadre du deuil national qui a été décrété.

 

ILS N'ABATTRONT PAS LA VIE DÉMOCRATIQUE

De leur côté, les candidats au vote régional ont suspendu leurs campagnes électorales. Ils les reprennent cette semaine, parce que les barbares seraient sûrement bien ravis d'avoir réussi à mettre un coup d'arrêt à la vie démocratique.

Plus que jamais, l'occasion est donnée de prouver leur attachement à la vie républicaine à ceux de nos concitoyens qui, dans l'inquiétude de lendemains austères, le doute quant à l'efficience de l'action publique, et la défiance vis-à-vis des acteurs politiques, seraient tentés de laisser passer l'occasion de prendre part au choix de leurs destinées régionales pour les six années à venir.

L'élection des 6 et 13 décembre, comme certains médias et instituts de sondage, et même certains propos politiques du plus haut niveau, pourraient le laisser croire, n'est pas jouée d'avance. Même en Provence Alpes Côte d'Azur.

La Seyne, en particulier, commune populaire où, aux élections municipales de 2014, on a enregistré le plus faible taux d'abstention des villes de banlieue de toute la France, peut et doit relever le défi : se singulariser encore une fois en prouvant sa capacité à se mobiliser pour la démocratie.

Nous pouvons le faire. Nous le ferons.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 07:38

Délaisser La Seyne pour un moment d'unité nationale, ou pas ? Je n'ai pas réfléchi bien longtemps et j'ai fait le choix de prendre part au rassemblement des maires de France, ce mercredi à Paris, pour témoigner de l'attachement de mes concitoyens à ces valeurs de la République que nous défendons et essayons de faire vivre. Comme président de l'association des maires "Ville et banlieue", aussi, tant, peut-être plus qu'ailleurs, l'enjeu est d'importance dans nos 1500 quartiers populaires de métropole et d'outre-mer. 

De ces quelques heures dans un palais des congrès bondé d'hommes et de femmes, à l'unisson, ceints de leurs écharpes tricolores, je retiendrai notamment, parmi nos échanges qui ont précédé un propos grave du Président de la République, ceux autour des questions de la fraternité, l'une de ces valeurs républicaines qu'on ne peut décidément plus réduire au seul synonyme de solidarité, et de la laïcité, "condition du vivre ensemble et puissant facteur d'émancipation de l'être humain", ainsi que l'ont ensemble qualifiée François Baroin, président (LR) de l'Association des maires de France (AMF), et André Laignel, premier vice-président (PS).

 

OUVRIR LE CHANTIER SEYNOIS DE LA LAÏCITÉ

Parce que, peut-être plus que d'autres élus, les 36.000 maires et quelques 500.000 élus communaux, présentés par François Hollande comme "avant-garde nationale", sentaient au quotidien l'importance de la question laïque, un chantier avait été ouvert, il y a un an, bien avant les tragiques événements de janvier et de ces derniers jours. Hasard funeste, une sorte de "guide de bonne conduite laïque", issu de plusieurs mois de travaux d'élus de toutes les sensibilités républicaines, a été publié ces jours derniers.

Il nous engage à réfléchir, dans chaque coin de France, aux choix que nous faisons en la matière dans nos gestions communales. La Seyne n'échappera pas à l'obligation de s'interroger. Je souhaite que nous le fassions dans la même unité républicaine que celle qui a prévalu ce mercredi à Paris, non seulement entre élus municipaux, mais également avec les forces vives de notre territoire. Je vais, très vite, faire des propositions en ce sens. Pour que, chez nous comme ailleurs, pleinement et sans la moindre faille, vive la République.

 

Ci-dessous, en vidéo, la clôture du rassemblement (BFMTV)...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 11:05

La réception conviviale trimestrielle d'accueil des nouveaux Seynois a naturellement été reportée. Recevant toutefois les personnes qui avaient répondu à notre invitation, je leur ai fait part du communiqué de La Seyne suite au drame effroyable de la nuit de ce vendredi...

Aujourd’hui, la France et la communauté internationale sont en deuil.

Aujourd’hui, nous tous, en mémoire des victimes de la tragédie d’hier, et par devoir pour l’avenir de nos enfants, des enfants de notre République, de tous les enfants, nous entrons une nouvelle fois en résistance.

Je veux, au nom de toute La Seyne, commune de la République Française, comme en ma qualité d’homme libre, de père, de maire, témoigner d’une solidarité sans faille aux proches de toutes celles et ceux à qui on a volé la vie, ou gravement blessés, cette nuit du 13 novembre, et condamner sans appel toutes formes d’exactions terroristes.

Ne pas céder à la peur, c’est ne pas la léguer à nos enfants, c'est ne pas se désunir au delà de l’horreur.

Ce qui s’est produit à Paris, c’est l’abomination, c’est la tentative d’établir un état de guerre en nous touchant au cœur, c’est la volonté d’instaurer l'épouvante pour avenir et de nous arracher notre liberté et notre conscience de femmes et d’hommes libres par les armes, le crime, le meurtre aveugles.

Nous tous, citoyens, habitants de La Seyne et de tous les territoires de la République, avons le devoir commun de nous battre pour la paix.

Nous tous, ici, sans discrimination aucune, entamons avec fermeté, dans l’unité absolue requise par la situation, dans l’état d’urgence décrété par le Président de la République, un travail patient et incessant de vigilance et de sécurisation renforcée de notre vie quotidienne.

Nous tous préparons aujourd’hui la victoire de l’humanité sur la barbarie.

Nous tous, aujourd’hui, devons faire le serment de nous tenir debout, en garants de notre liberté, car c’est ensemble que nous ferons face et que nous maintiendrons le flambeau de l’humanité, de la liberté, de la fraternité.

Nous tous sommes l’édifice de notre République dont nos enfants sont les citoyens de demain.

Aujourd’hui, encore une fois, tenons bon la barre.

Je réitère notre profonde pensée pour toutes les victimes de ces attentats atroces, j’adresse les condoléances de La Seyne à toutes les familles touchées, et j’en appelle à la décence de tous ceux qui verraient là l’opportunité d’une récupération morbide.

Je sais pouvoir compter sur la solidarité de l’ensemble de mes concitoyens, et sur les forces de notre République.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 06:25

Après presqu'un mois et demi de silence, je peux enfin réactiver ce blog qui, avec près de 1000 messages mis en ligne depuis 2009, avait, semble-t-il, atteint sa capacité maximale. J'ai pu obtenir de la mémoire et je reprends donc la publication de mes billets.

Je le fais tandis que, rentrant d'une journée à Paris où les maires des quartiers populaires étaient conviés à la présentation des modalités de montage des dossiers du nouveau programme national de rénovation urbaine, dans lequel sera inscrit le projet de requalification de notre centre ancien seynois, j'ai acheté un album de bandes dessinées pour occuper mon voyage en train.

Un album que son éditeur, Les arênes BD, qualifie de "glaçant, d'un réalisme implacable". Et, de fait, on ne sort pas indemne de la lecture de ces 160 pages à faire frémir n'importe quel républicain.

François Durpaire, le scénariste, qui est un historien universitaire, et Farid Boudjellal, le dessinateur, usant de la technique de l'uchronie, projettent le lecteur dans une France d'après 2017, si à vingt heures pile, le dimanche de mai de cette année-là, soir du second tour de la prochaine élection présidentielle, apparaisait sur les écrans de télévision le visage de la dirigeante du parti d'extrême-droite dont on assiste à l'inquiétante progression.

 

AVEC CETTE FRANGE DROITIÈRE DE LA DROITE QU'ON CONNAÎT CHEZ NOUS

Les auteurs démontrent, dans ce qui pourrait malheureusement ne pas être une fiction si la démocratie, mise à mal sur fond d'austérité, ne se ressaisit pas, comment, en quelques mois, de façon tout à fait légale dans le cadre offert par les institutions de la Vème République, tout pourrait basculer, avec la complicité de cette partie extrême de la droite se ralliant à l'extrême-droite fasciste, et faisant sombrer le pays, à commencer les plus humbles de ses habitants, dans un indicible chaos aux relents des pires époques de notre histoire.

Une lecture édifiante. Qui donne d'autant plus la chair de poule en Provence Alpes Côte d'Azur, où certains leaders de l'ancienne UMP, et non des moindres dans la course au conseil régional, tiennent des propos périlleux, comme ce Niçois, copain d'une ethnologue de renom de la droite, qui a naguère évoqué une "cinquième colonne" ou, tel ce Toulonnais ayant tenté en vain sa chance à La Seyne, ont fricoté il y a encore peu avec des mouvements sulfureux comme le M.I.L., lequel soutient sans ambage la nécessité de "réaffirmer la prééminence de nos traditions, de nos mœurs, de nos pratiques culturelles, sans tolérer qu'elles soient altérer [sic] par des pressions externes".

À lire, franchement. Après, comme le met en exergue l'éditeur... "vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas". Et, prenez-le venant d'un acteur politique local ayant toujours appelé à voter à droite lorsque le danger du FN s'est fait sentir... même sans jamais être payé de retour - ça vous prémunira de céder à toute tentation soi-disant bien pensante de quelque fusion ou retrait contre-nature à l'occasion de tel ou tel deuxième tour...

 

> Un article sur la BD dans le Nouvel Obs

> la fiche de la BD sur le site non marchand BDovore.com

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 22:06

Voici la position arrêtée ce lundi par la majorité municipale seynoise au regard de la question des réfugiés...

"L’accueil des réfugiés, fuyant la mort, la répression ou la misère, est une urgence.

"La France, comme chacun des États de l’Union européenne, doit organiser la solidarité pour empêcher que les réponses à ces drames ne fassent ici ou là le lit de clivages purement partisans.

"Chaque composante de la puissance publique (services de l’Etat, régions, départements, intercommunalités, communes, établissements publics) a le devoir républicain de prendre sa part dans les dispositifs d'accueil.

"L'action est nécessaire mais elle ne peut reposer sur le seul volontariat. L’Etat est le garant de la cohésion, de l’égalité et de la solidarité entre les territoires. Il doit très vite indiquer qui doit faire quoi, en intégrant les possibilités propres à chacun des maillons de l'organisation territoriale de la République.

"Et, au-delà des moyens contraints de la puissance publique, l'État et l'Europe doivent aussi imposer, pour apporter des réponses utiles, la mobilisation dans chaque nation d'une part de ressources du capital et de la finance.

"Dans ce cadre, La Seyne qui, des réfugiés italiens du XIXe siècle aux fugitifs des dictatures et aux enfants de Sabra et Chatila du XXe, a toujours été terre d'accueil, fera évidemment son devoir."

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 16:24

"Maudit soit le rapporteur et l'homme à double langue, a dit l'Esprit-Saint ; car ils en ont perdu beaucoup qui vivaient en paix !" (Ecclésiaste, 28,3). Avec "Si c'est oui, c'est oui ; si c'est non, c'est non" (Matthieu, 5,37), "La langue qui ment est abominable devant Dieu" (Proverbes, 11,22), et d'autres phrases des textes sacrés de leur religion, ça confirme le huitième Commandement du Dieu des chrétiens catholiques : "Tu ne mentiras pas".

Pourtant, à propos de l'université catholique d'été du diocèse de Toulon, qui a fait l'objet de mon billet d'avant-hier, il y a bien eu mensonge ! Et mensonge qui laisse clairement penser que sont bien invités à débattre devant un parterre de dizaines de participants, de façon tout à fait équitable entre sensibilités politiques, des gens d'extrême-droite, de droite, et... du Parti socialiste !

C'est du moins ce que rapporte Var-matin, citant M. Guitton, un des curés organisateurs de cette manifestation, qui indique que "la présence du socialiste Simon Renucci ne pose pas problème".

Sauf que ledit Simon Renucci, ainsi que je l'indiquais moi-même, n'est pas socialiste *... Et qu'il n'y a donc pas de socialiste invité à cette tribune. D'autant moins que Bernard Giner, secrétaire fédéral du Parti socialiste du Var, m'a confirmé qu'aucune invitation n'était parvenue au PS.

 

ÉQUILIBRE POLITIQUE RESPECTÉ : MENSONGE !

Alors, de deux choses l'une. Ou bien c'est Simon Renucci, présenté comme élu chrétien par ledit curé, qui a menti en faisant croire à l'évêché qu'il émarge au PS. Ou bien c'est le curé lui-même qui a menti, et a fait mentir Var-matin ** qui, du coup, titre mensongèrement, mais à son corps défendant : "Equilibre politique respecté".

Mon œil ! Dans les deux cas, l'un ou l'autre desdits chrétiens s'est assis allègrement sur le fameux huitième commandement. Et il va falloir qu'il use ses genoux sur le prie-dieu du confessionnal pour obtenir rédemption !

Parce que je ne peux pas imaginer une seconde que ce soient les autorités épiscopales varoises qui, en connaissance de cause, aient pu ourdir quelque plan foireux visant à favoriser auprès de leurs ouailles un parti ouvertement raciste et pronant l'exclusion, la ségrégation, et la préférence locale ou nationale, entre autres belles valeurs pas franchement chrétiennes, à ce que j'en sais.

Quoique ce n'est pas ce que m'a dit un copain catholique seynois ce matin qui, lui, pense que c'est délibéré. Mais qui doit être un de ceux qui voient le mal partout... Vade retro, Satanas !

 

: il l'a été, jusqu'en 1996, année où il participe à la fondation du mouvement corse social-démocrate

** : et d'autres médias, comme France 3 (JT régional Provence Alpes du 27 juillet à 19 heures)

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 11:32

"Les positions du FN touchent au respect de la dignité humaine.". Ça, c'était il y a presque vingt ans, dans la bouche du cardinal catholique qui présidait alors la Conférence épiscopale. Le même parlait du Front national quelques mois plus tard, dans une déclaration qu'il co-signait avec d'autres, comme d'un "parti qui n'a jamais caché ses thèses racistes, xénophobes et antisémites".

De l'eau semble avoir coulé sous les ponts, à moins que les autorités catholiques varoises ne se singularisent vis-à-vis du reste de l'Église de France, puisque l'évêque de Toulon a choisi d'inviter ce samedi Madame Maréchal-Le Pen à participer à un débat, dans le cadre d'une université catholique d'été qui se tient dans le Var, à la Sainte-Baume. Une première dans notre pays, à en croire un article du journal "La Vie".

Oh, certes, la députée frontiste du Vaucluse n'est pas la seule conviée à discuter sur le thème "politique et médias" lors de ce rassemblement, puisqu'une parlementaire "Les Républicains" de Marseille est également annoncée, et, pour représenter la gauche, un ancien édile ajaccien, présenté à tort comme socialiste par l'un des curés organisateurs, mais en fait fondateur du très important et très rayonnant parti... "Corse social-démocrate".

Les croyants font bien ce qu'ils veulent, mais je ne peux m'empêcher d'avoir une pensée pour certains d'entre eux de mes amis qui auront sûrement moyennement apprécié.

D'autant que, même si les activités religieuses relèvent de la sphère privée, les invitées provençales de droite et d'extrême-droite qui bénéficient là d'un public d'une centaine de personnes sont, pour l'une, tête de liste à l'élection régionale, et, pour l'autre, possible candidate. Toujours bon à prendre à quatre mois du scrutin, et peu importe qu'il n'y ait qu'une très relative égalité de traitement entre les diverses sensibilités politiques.

Au-delà, je suis tout de même curieux de savoir si le denier du culte est comptabilisable dans les comptes de campagne.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE