11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 23:44

À La Seyne comme dans les quatre autres communes de l'Ouest-Var, et dans tout le département et bien des endroits du pays, la gauche s'est pris une branlée monumentale.

Toutes sensibilités confondues, elle avoisine les 15 à 16 % dans notre 7ème circonscription et les 21 à 23 % dans notre ville, loin derrière les "violets" (pas les "microcosmus sabatieri", les "figues de mer", ces bestioles marines à la chair jaune au goût si iodé sans nul autre pareil, mais les "ni rouges ni bleus", donc les "ni gauche ni droite", ou les mélangés de rouge et de bleu, c'est-à-dire, au fond... les bleus qui veulent nous la jouer mauve).

Loin aussi, chez nous, derrière l'extrême-droite et la droite si elle n'avait pas été divisée.

 

LA GAUCHE N'A À S'EN PRENDRE QU'À ELLE-MÊME

La gauche ne récolte que ce qu'elle a semé : elle n'avait qu'à mener une politique de gauche quand elle était au pouvoir entre 2012 et 2017, et s'unir pour offrir en 2017 une perspective aux Français au lieu de se déchirer sur fond de revanches protohistoriques entre ses divers courants. Ce n'est pas faute de l'avoir prévenue.

Donc, nous y voilà. Si les capitalistes savaient déjà, eux qui ont forgé M. Macron, que les "violets" n'étaient en rien des "rouges", ceux-ci ont habilement manœuvré pour laisser croire aux couches populaires qu'ils n'étaient pas non plus des "bleus". Entre l'élection présidentielle et ce premier tour, ils ont finement joué du balai pour cacher sous le paillasson leurs projets de déréguler exponentiellement le droit du travail (Myriam El Khomri, on va te regretter !!!), de privatiser l'action publique et affaiblir les collectivités locales et leurs services protecteurs de l'égalité, d'attenter gravement et durablement aux libertés individuelles au prétexte du danger du terrorisme, ou — et ça, ça devrait parler aux Seynois — de diluer la "politique de la ville", si nécessaire aux 4,8 millions d'habitants en souffrance de nos quartiers populaires, dans une pseudo approche de "cohésion des territoires" vide de sens. Autant de choses qu'ils ont données à entrevoir dans leur campagne présidentielle, puis cachées à nos yeux le temps des législatives, et — j'en mets ma main à couper — qu'ils vont se hâter de nous ressortir demain.

Ils l'ont fait, usant et abusant des outils de communication d'aujourd'hui, anesthésiant les consciences des braves gens, et en les "enfumant" avec un projet de "moralisation de la vie politique"... que certains d'entre eux seraient bien inspirés de s'appliquer à eux-mêmes, si on en croit les sujets qui font les unes de la presse.

 

MALGRÉ TOUT, ENTRE ILLUSIONNISTES ET ENNEMIS DE LA RÉPUBLIQUE, IL N'Y A PAS PHOTO

Mais c'est fait. La petite partie du peuple — ce qui devrait inquiéter nos gouvernants pas plus sensibles à l'éducation populaire que les autres, depuis trente ans, ne l'ont été — qui, plaçant encore quelque espoir dans l'institution républicaine, ne s'est pas abstenue, a tranché.

Ceci étant, chez nous, entre ces illusionnistes qui n'auront de cesse de fragiliser l'équilibre républicain pour servir les intérêts du capital financier qui, lui, se moque bien de la République, et les autres, de cette extrême-droite qui se nourrit sur le terreau des idées nauséabondes de l'État Français vichyssois collaborateur du nazisme, fussent-elles démagogiquement apprêtées pour paraître digestes aux gens d'aujourd'hui, qui ont franchi en deuxième position la ligne d'arrivée, un démocrate ne doit pas tergiverser : je ne veux clairement pas des seconds.

Et j'explicite : dussé-je être en première ligne pour me battre demain contre les exactions anti-sociales que pourra commettre la nouvelle majorité, il n'y a aucune place pour le doute : j'invite mes concitoyens à battre le FN, et donc à voter au second tour, fut-ce à contrecœur comme je le ferai, en utilisant, dans notre 7ème circonscription du Var, le bulletin portant les noms de M. Moginot et Mme Guérel. Et ça ne veut pas dire que je les soutiens, comme le laisse croire abusivement cette dernière dans une vidéo publiée par Var-matin !

Et, pour la suite, la balle est dans le camp de la gauche. Si ses diverses sensibilités se décident à se parler dans l'intérêt du "peuple populaire", des classes moyennes, de ceux qui entreprennent dans le champ économique, social ou culturel, il y aura toujours un espoir.

Reste à voir si la magistrale mandale sera bénéfique...

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM