14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 10:56

Comme à l'accoutumée, en ce jour de Fête Nationale, après le défilé rehaussé par la présence des véhicules militaires historiques de l'association « Group military conservation », mais, pour la première fois, en l'absence, étonnante, remarquée et déplorée de la députée de notre circonscription, les Seynois ont été nombreux à se rassembler autour de notre Monument aux Morts.

 

J'ai auparavant salué au nom des Seynois les représentants de notre Défense nationale, leur témoignant, en ce jour symbole du lien indéfectible unissant nos armées à la nation populaire, le respect et même « l'affection » de notre population, au lendemain d'un malencontreux épisode national que j'ai trouvé « désobligeant » pour leur Chef d'Etat-Major, et donc, au travers de sa personne, envers nos soldats, des officiers généraux aux hommes du rang, y compris les jeunes volontaires de la Préparation militaire marine « Amiral Trolley de Prévaux » dont la Seyne est la marraine, et dont j'ai été fier de récompenser la major Élodie Flick-Ranucci et le vice-major de la médaille d'honneur de la commune.

 

Et donc, après avoir fait observer une minute de silence à la mémoire des victimes de l'attentat de Nice commis il y a tout juste un an et, plus généralement, de celles de tous les obscurantismes d'ici ou d'ailleurs, j'ai prononcé un discours devant notre stèle mémorielle...

 

 

« Mesdames, Messieurs,

 

« Dans notre imaginaire partagé, le 14 juillet est, comme on l'a écrit, cette "fête éternelle du genre humain"… Éternelle, façon de parler : il aura fallu près d'un siècle après la prise de la Bastille du 14 juillet 1789 pour que la loi, en 1880, instaure notre fête nationale, le jour de la fête de la Fédération du 14 juillet 1790 qui célébrait la liberté des municipalités dans le cadre nouveau de l’Assemblée Constituante.

 

« Le 14 juillet a ainsi rejoint la cocarde, le drapeau tricolore et La Marseillaise parmi nos symboles nationaux. Et il aura fallu attendre la constitution de 1946 pour que la devise républicaine s'inscrive durablement dans notre histoire française. Et tous ces symboles ont connu bien des vicissitudes, de la monarchie plusieurs fois revancharde à l'État français collaborationniste. On le voit, le temps est long de la symbolique de la Nation républicaine.

 

« On est à l'inverse de nos comportements contemporains : il y a aujourd’hui une difficulté à prendre en compte le temps, à dépasser ce qu’on est et l’instant qu’on vit. C’est le triomphe du « temps court » ! Celui de l’immédiateté et de l’impatience…

 

 

L'IRRUPTION DU PEUPLE DANS LA SPHÈRE DU POUVOIR

 

« Mais ce temps court est toujours celui des illusions, pour ne pas dire de la sottise. "Le sot ne s’instruit que par l’événement", nous a appris Homère.

 

« Donc, oui, le 14 juillet est une fête symbolique et commémorative qui marque durablement notre démocratie, par l’irruption du peuple dans la sphère du pouvoir.

 

« Ce peuple découvre le droit de s’insurger… Ainsi est fondée la nation démocratique…  et, de fait, je cite, un "homme nouveau" : le citoyen. Des doléances du printemps 1789 à l’avènement de la Première République en septembre 1792, la Révolution légitime l’aurore d’un monde de citoyens conscients de leurs droits, garants d’un nouveau contrat social.

 

« Beaucoup, malheureusement, depuis, s’oublient et l’ont oublié… ils laissent d’autres décider pour eux.

 

« Les conventionnels voulaient rendre "les hommes meilleurs que les lois". Et ils le voulaient par l'éducation populaire et par l’école voulue, déjà, obligatoire, gratuite, laïque, voire mixte, par les arts, par les institutions démocratiques.

 

 

L'EXERCICE DE LA DÉMOCRATIE S'IMPOSE À TOUS

 

« Cependant, l’individualisation de la société, instrumentalisée par ceux qui ont besoin d'exploiter un peuple asservi, sans autre contrepoids, conduit de trop nombreux citoyens à déléguer leurs fonctions politiques, donc à ne pas choisir. Nos compatriotes développent un nouveau rapport au pouvoir. L’abstention massive aux élections est le symptôme grave d’un affaiblissement du débat démocratique. Cela, nous ne devons pas l’ignorer mais, au contraire, en combattre les raisons et tenter d’y porter remède.

 

« Il faut que chacun s'imprègne du fait que, après deux siècles et cinq lustres, l'exercice de la démocratie s’impose à tous parce qu'il forge les lois de la République, et que ces lois sont la protection de chacun et de tous, dans le cadre des droits de l’homme, des libertés fondamentales et individuelles, et dans l'égalité.

 

« Et c’est d'ailleurs pourquoi aucun précepte religieux ou philosophique, aucune prescription discriminante, clanique, ou sexuelle, ne saurait déroger à la règle commune ou conduire à des exceptions dans la sphère publique.

 

« Ceci est notre histoire mais, chers amis, rien n'est jamais acquis.

 

« L’avenir, ce n’est pas du passé qui continue. Les choses peuvent changer, avancer ou régresser. Nul ne peut figer le temps, et c’est pourquoi il n’est pas de sagesse plus haute que de savoir dominer le présent en s’ouvrant à l’avenir. Cette sagesse, c'est être citoyen.

 

« Or la citoyenneté n’est pas donnée à la naissance. Elle s’acquiert, elle se cultive, elle s’entretient.

 

 

L'ÉDUCATION, INSTRUMENT DE LA CITOYENNETÉ

 

« Son apprentissage, on l’a vu depuis l’an II, est dévolu en particulier à l’Ecole. L’Ecole de la République. Son rôle dans l’avenir du pays est plus que jamais essentiel. Elle est, en effet, l’instrument de la compréhension et donc de la liberté, de la citoyenneté. L'enjeu éducatif devrait dès lors apparaître un peu plus profond que celui qu'on veut limiter à la question des horaires scolaires...

 

« Organe de la République, le service de l’Education n’est pas un service parmi d’autres. Encore aujourd’hui, il s’adresse d’abord à des citoyens : les citoyens adultes en charge du choix du présent, les citoyens à venir, enfants et adolescents, chez qui et pour qui l’Ecole doit faire advenir la citoyenneté.

 

« La Première République, dans sa Constitution de 1793 et son article 22, proclamait : "L’instruction est le besoin de tous. La société doit favoriser de tout son pouvoir les progrès de la raison publique et mettre l’instruction à la portée de tous les citoyens".

 

« L’Ecole, comme l'éducation populaire, est à la fois effet et condition de la République, parce qu’elle est le lieu où la République se forme par le combat qu’elle conduit contre l’ignorance, par le goût qu’elle inspire pour la rationalité et pour l’universel.

 

« Elle fait naître le consentement intellectuel sans lequel ce combat nécessaire serait ressenti comme une contrainte extérieure.

 

« L’intérêt général, la loi, et le droit ne peuvent prendre consistance dans les esprits que par le savoir et la réflexion méthodique. On ne devrait pouvoir gouverner que par la force des arguments et par la capacité à produire de l’avenir.

 

« Qu’est-ce, en effet, que la République ?

 

 

PENSER QUE LA LIBERTÉ NE SE RÉALISE QUE PAR L'ÉGALITÉ

 

« Négativement, c’est le refus de l’arbitraire, le refus des privilèges liés à la naissance ou à la fortune : l’arbitraire des volontés et des décisions d’un seul homme, ou de quelques hommes constitués en groupes de pression, défendant des intérêts particuliers.

 

« Et, positivement, c’est la recherche de l’intérêt général, l’attachement à l’existence de lois voulues par le peuple souverain, votées par ses représentants élus et non par quelque monarque républicain légiférant par ordonnances, et qui s’appliquent à tous.

 

« Car vouloir la République, c’est penser que la liberté ne se réalise que par l’égalité, c’est-à-dire par les lois du peuple pour le peuple.

 

« Seulement la lutte contre les inégalités – en particulier dans la répartition du savoir —, la lutte contre les privilèges et les injustices, n’est jamais achevée : elle se présente comme une tâche non seulement individuelle, mais toujours aussi collective.

 

« Nous ne pensons pas, pas une seule seconde, que le plus beau de la République est derrière nous. La formation, initiale et continue, l'accès à la culture, et la République sont indissolublement liées, car il n’y a de République que par des esprits éclairés.

 

« Le savoir et la culture n’ont pas à être octroyés par générosité, ils constituent au contraire pour chacun une revendication légitime, un droit absolu.

 

« C’est la condition pour que l’homme devienne capable de rechercher, dans la confusion du présent – contre le mode haletant et émotionnel de l’immédiateté et de l’impatience – les formes prévisibles de l’intérêt général.

 

 

PAR LA CULTURE, L'HUMAIN LIBRE ET RESPONSABLE

 

« S’il est aisé de penser le savoir dans son lien essentiel aux libertés, il est en revanche plus difficile de penser clairement les rapports entretenus avec la société.

 

« Ces rapports traduisent en effet la coexistence nécessaire, dynamique et souvent conflictuelle, de deux logiques : adaptation et culture.

 

« Toute adaptation est imparfaite car elle est liée à un présent, changeant et incertain, ou, à un futur, indéterminé et largement imprévisible. L’adaptation doit donc s’accommoder de beaucoup d’erreurs et d’incertitudes.

 

« La culture, elle, répond à une autre logique : par l’exercice du jugement et l’analyse, elle fait de l’être humain un être libre et responsable. Elle lui permet de jeter un regard critique sur le monde tel qu’il est et sur la vie telle qu’elle va. Elle est le lieu où et d’où la société pense ses conflits. Elle permet de contester la légitimité du fait, de revendiquer le droit de changer la vie et le monde, de refuser la nécessité de la simple adaptation. Elle enseigne enfin le pouvoir contestataire et subversif de l’imagination.

 

« Et c'est pourquoi il est gravement périlleux pour la République d'envisager de réduire de 75 millions d'euros les budgets de la Nation pour l'éducation, et de 50 millions ceux pour la culture, dans le but de ne satisfaire qu'une approche comptable d'une Europe au seul service d'intérêts financiers transnationaux qu'handicapent, heureusement, nos acquis de 1789, de 1848, de 1936 ou de 1944, hérités de notre siècle des Lumières et de notre Révolution.

 

 

PAS DE RÉPUBLIQUE SANS DÉMOCRATIE, PAS DE DÉMOCRATIE SANS IDÉE

 

« Je voudrais aussi rappeler que la République est la "res publica", la "chose publique". Et la chose publique est l’affaire de tous. Pas de République sans démocratie !

 

« Mais pas de démocratie sans idée ni sans critique des idées, donc sans débat. Pas de démocratie sans participation de l’ensemble des citoyens à l’élaboration de la réflexion sur les questions majeures.

 

« Et la démocratie, plus qu’une affaire d’institutions, est une question de culture. C’est pourquoi investir dans l’intelligence, c’est toujours investir dans la démocratie. Cela signifie que, pour gouverner, l’incompétence des citoyens éclairés, armés de leur jugement, doit l’emporter sur la compétence des spécialistes. Hélas, par les temps qui courent, on voudrait nous faire croire le contraire. Et c'est pourquoi il faut aller au combat.

 

« Notre combat ne doit pas se contenter de mobiliser des électeurs mais de créer des espaces de délibération.

 

« Pour que vive la République, il faut une opinion informée, éclairée par des arguments, consultée sur les orientations, voire les modalités, responsabilisée au moment des décisions, sollicitée toujours dans sa faculté d’initiative et de réflexion. C’est ouvrir le maximum de possibles pour demain.

 

« Alors, oui, seront créés de nouveaux savoirs, de nouvelles pratiques sociales, de nouvelles formes de solidarité, de nouveaux modes de vie, de nouvelles œuvres…

 

 

LA NATION, L'IDENTITÉ COLLECTIVE, LA COHÉSION CITOYENNE

 

« Alors, oui, l’humanité de demain aura tous les visages du possible compatibles avec les règles d’un Etat républicain et d’une société démocratique.

 

« Alors, oui, Français, nous confirmerons que nous sommes liés par une identité collective, et la fête du 14 juillet participe à notre cohésion car c’est la vie partagée qui élève les concitoyens.

 

« Chacun doit trouver sa nation à l’intérieur de soi, comme l’une des dimensions de sa propre identification.

 

« La nation est indissociablement une communauté de culture, un lieu de mémoire, et en même temps un projet civique.

 

« C'est tout cela le symbole de nos 14 juillet.

« Vive la France de la République, vive la France promotrice de ses principes éclairés dans l'Europe et dans le Monde. »

 

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale Devoir de mémoire

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM