23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 08:08

Des maires de petites, moyennes et grandes communes, de toutes les régions françaises, pas seulement socialistes, ont lancé un appel pour trouver "une issue solidaire et humanitaire pour sortir [du] drame qu'est la jungle de Calais.

J'ai joint ma signature à celle de ces collègues. Il me semble qu'il faut qu'on le sache...

 

Monsieur Sarkozy, écoutez l'Appel de plus de 100 maires de France !

 

Plus de 100 maires de toute la France ont, en moins d'une semaine, signé l'Appel des Maires solidaires. Un Appel qui souligne l'importance de trouver une issue solidaire et humanitaire pour sortir de ce drame qu'est la jungle de Calais, appelant a éviter les postures politiciennes et les débordements extrêmes.

Pendant ce temps des élus "Les Républicains" poursuivent leurs discours de haine, de repli sur soi et de rejet des autres.

En déplacement à Calais, Nicolas Sarkozy s’est inscrit dans l’extrême droite ligne des propos de Wauquiez et Estrosi.

On attendait un peu plus de hauteur et de responsabilité de la part d’un ancien chef d’Etat qui a donné naissance à la jungle de Calais en signant les accords du Touquet en 2003.

Il est vrai que Nicolas Sarkozy est avant tout un candidat et prêt à tout pour se faire réélire.

Comment peut-on être capable devant une telle tragédie humaine de tenir des propos aussi méprisants qu’irresponsables ?

Vous retrouverez, ci-dessous, l'Appel des maires solidaires ainsi que la liste des maires signataires à ce stade.

 

 

Appel des Maires solidaires

 

A l’heure où la situation dramatique de la jungle de Calais peut enfin trouver une issue solidaire, certains font le choix de jouer le jeu de la peur, de la division, de l’extrémisme. C’est un jeu dangereux qui porte atteinte aux valeurs de la République. Ce choix funeste reviendrait à faire divorcer notre pays de son histoire, de sa culture, de la voix que les peuples du monde ont appris à aimer d’elle.

La crise migratoire résulte des désordres du monde, que nul n’ignore, et contraignent à l’exil des milliers de femmes et d’hommes qui fuient les guerres et les persécutions. Elle concerne l’Europe entière. La France, 5ème puissance mondiale, prend ses responsabilités.

Plus d’1,2 million de femmes, d’hommes et d’enfants ont franchi les frontières extérieures de l’Union européenne au péril de leur vie. La France agit au plan européen, et prend sa part de l’indispensable effort d’accueil des personnes en besoin de protection. Elle démantèle les filières de passeurs qui prospèrent cyniquement sur la détresse des êtres humains. Notre politique migratoire est maîtrisée : la demande d’asile en France, qui s’établit à 65 000 en moyenne annuelle ces dernières années, atteindra 100 000 en 2016. Faire croire à une prétendue invasion migratoire en France est un mensonge dangereux et indigne.

L’Etat agit depuis des mois pour le démantèlement de la jungle de Calais. Il est dans son rôle lorsqu’il organise et finance un accueil digne et maîtrisé des réfugiés et demandeurs d’asile. Et alors que les Français attendent une sortie de crise honorable, le chef de file du parti « Les Républicains », Président de Région Auvergne - Rhône-Alpes et son compère de la Région PACA s’exonèrent honteusement de leurs responsabilités et du devoir de solidarité. Ils ne peuvent se comporter ainsi en chef de Baronnies, incitant les Maires à s’opposer à l’Etat républicain.

Les faits sont têtus : en dépit des contrevérités proférées, l’immense majorité des migrants présents à Calais ne sont pas des migrants économiques irréguliers ; ce sont des hommes, des femmes et d’enfants qui fuient la guerre et les persécutions. La différence est majeure. La France a vocation à leur donner asile. Mensonge également que de soutenir que les migrants économiques irréguliers ne sont pas reconduits : la France reconduit ceux qui n’ont pas vocation à être réfugiés ; cela a été le cas depuis Calais pour plus de 1 300 personnes en situation irrégulière depuis le début de l’année 2016.

Mensonge, enfin, lorsque les mêmes parlent de « mini-Calais ». Depuis neuf mois, 161 Centres d’Accueil et d’Orientation ont été créés en France, dans un dialogue systématique avec les maires de toutes sensibilités politiques [l'association France Terre d'Asile assure un de ces centres à La Seyne, avec l'appui d'API Provence, depuis plusieurs mois]. Intégralement financées par l’Etat, ce sont des petites structures, très encadrées, dans lesquelles les associations accompagnent les migrants vers la demande d’asile. D’ores et déjà, ils ont permis l’accueil de 5 500 personnes dans des conditions positives. Qui peut soutenir qu’un grand pays comme le nôtre, 65 millions d’habitants, ne peut dignement accompagner vers l’asile 9 000 personnes en détresse ? Au nom de quel égoïsme la ville de Calais aurait-elle vocation à être abandonnée ? Nous sommes solidaires de Calais, et nous sommes plus nombreux que ceux qui défient la solidarité nationale.

Les mensonges à répétition ne font pas une vérité. Ils créent de la peur, de la division, de la haine. Nous ne pouvons laisser installer une situation de tension dans notre pays qui a besoin de rassemblement et de raison. Nous voulons que la France demeure fidèle à ses valeurs. C’est là son honneur.

Nous, Maires solidaires, appelons au respect de la République dans les paroles et dans les actes.

 

Les 100 premiers signataires :

 

François Rebsamen, Maire de Dijon,

André Laignel, Maire d’Issoudun,

Nathalie Appéré, Maire de Rennes,

Dominique Gros , Maire de Metz,

Martine Aubry, Maire de Lille,

Olivier Bianchi Maire de Clermont- Ferrand,

François Cuillandre, Maire de Brest,

Nathalie Nieson, Maire de Bourg-de-Péage,

Marc Gricourt, Maire de Blois,

Noël Mamère, Maire de Bègles,

Laurent Cathala, Maire de Créteil,

Roland Ries, Maire de Strasbourg,

Jean-François Debat, Maire de Bourg-en-Bresse,

David Samsun, Maire de Saint-Nazaire,

Guy Férez, Maire d’Auxerre,

Pierre Mathonier, Maire d'Aurillac,

Norbert Meler, Maire de Foix,

Luc Carvounas, Maire d’Alfortville,

Olivier Dussopt, Maire d’Annonay,

Sylvine Thomassin, Maire de Bondy,

Jean-Pierre Bouquet, Maire de Vitry-le-François,

Christophe Rouillon, Maire de Coulaines,

Jean-Michel Morer, Maire de Trilport,

Bernard Moraine, Maire de Joigny,

Hélène Burgat, Maire de Mondeville,

Mickael Vallet, Maire Marennes,

Dominique Gambier, Maire de Deville-lès-Rouen,

Wilfried Schwartz, Maire de La Riche,

Michael Weber, Maire de Woelfling-lès-Sarreguemines,

Claire Delande, Maire de Gagnac-sur-Cère,

Henri Valès, Maire de La Charité-sur-Loire,

Gérard Nicastro Maire d'Obersteinbach,

Pierre-Alain Roiron, Maire de Langeais,

Pascal Margerin, Maire de Blancafort,

Denis la Mache, Maire de Saint-Sigismond,

Marc Goua, Maire Trélazé,

Jean-Louis Pascal, Maire de Laborel,

Bernard Lalande, Maire de Montendre,

Alain Néri, Maire de Beauregard-l'Évêque,

Erik Pilardeau, Maire de Bogny-sur-Meuse,

Eric Houlley, Maire de Lure,

Alain Fauconnier, Maire de Saint-Affrique,

Marc Vuillemot, Maire de La Seyne-sur-Mer,

Gérard Coignac, Maire de Treignac,

Jean-Yves Lalanne, Maire de Billère,

David Lazarus, Maire de Chambly,

Bernard Vauriac, Maire de Saint-Jory-de-Chalais,

Xavier Cadoret, Maire de Saint-Gérard-le-Puy,

Claudette Rigollet, Maire de Chalandray,

Antoine Homé, Maire de Wittenheim,

Philippe Antoine, Maire de Larnaud,

Jean-Paul Vinchelin, Maire de Neuves-Maisons,

Henri Bellegarde, Maire de Bedous,

Gilles Strappazzon, Maire de Saint-Barthélemy-de-Séchilienne,

Marc Tournabien, Maire de Saint-Julien-Montdenis,

Marinette Mitriot, Maire de Chezal-Benoît,

Denis Linglin, Maire de Sergy,

Guy Magnin-Feysot, Maire de Levier,

Joël Bigot, Maire de Les Ponts-de-Cé,

André Beville, Maire de Saint-Jean-de-Thouars,

Dominique Bailly, Maire d’Orchies,

Jean-Marie Rougier, Maire de Rochechouart,

Martine Finiels, Maire de Vernoux-en-Vivarais,

Jean Boutry, Maire de Cran-Gevrier,

Jean-Claude Hourcq, Maire de Baliros,

Olivier Husson, Maire de Voinsles,

Jean-Paul Fénot, Maire de Gouaix,

Thérèse Corompt, Maire de Condrieu,

Serge Fauve, Maire de Marboué,

Raymond Cacan, Maire de Vergt,

Michel Ricart, Maire de Lognes,

Jean-Jacques Chatel, Maire de Mainvilliers,

Sylvie Couchot, Maire de Vauréal,

Yves Blein, Maire de Feyzin,

Jacques Dellerie, Maire de Sandouville,

Christian Cibier, Maire de Verneuil-l’Etang,

Alain Duran, Maire d'Arnave,

Françoise Mesnard, Maire de Saint-Jean-d'Angély,

Bernard Bros, Maire de Carbonne,

Philippe Coulon, Maire de Saint-Ours,

Line Magne, Maire de Moissy-Cramayel,

Philippe Le Goux, Maire de Pléguien,

Pierre Plouzennec, Maire de Plozévet,

Gilles Desnouveaux, Maire de Reynel,

Thierry Cozic, Maire d’Arnage,

Christophe Dourthe, Maire de Bussac-sur-Charente,

Thierry Sieffer, Maire de Ranrupt,

Monique Delessard, Maire de Pontault-Combault,

Luce Pane, Maire de Sotteville-lès-Rouen,

Philippe Coulon, Maire de Saint-Ours,

Sylvain Fournier, Saint-Jean-de-la-Motte,

Denis Schoefs, Maire de Sceaux-sur-Huisne,

Marinette Mitriot, Maire de Chezal-Benoît,

Daniel Calame, Maire de Saint-Plantaire,

Alain Cousquer, Maire de Bias,

Thierry Savigny, Maire de Montberon,

Jean-Yves Caullet, Maire d’Avallon,

Jeanny Lorgeoux, Maire de Romorantin-Lanthenay,

Sébastien Guillot, Maire de Gimeaux,

Christian Guyon, Maire d'Amboise,

Gérard Gavillon, Maire de Servas,

François-Régis Valette, Maire d'Auzeville-Tolosane,

Benoît Sonnet, Maire d’Haybes,

Christophe Lubac, Maire de Ramonville Saint-Agne,

Bertrand Kern, Maire de Pantin,

Guy-Michel Chauveau, Maire de La Flèche

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 17:12

Comme maire, mais aussi comme président de l'association nationale des maires de banlieues, je ne peux pas me taire.

Vilaine image, en effet, que donnera des médias le parti pris de M. de Tavernost, président-directeur général de la chaine M6...

Je me suis autorisé à le dire via le communiqué ci-contre (cliquer dessus pour l'agrandir)...

 

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 05:23

Il n'est pas dans mes habitudes de reproduire des articles de presse. D'ailleurs la Loi relative au droit d'auteur l'interdit, même si c'est généralement toléré. Mais beaucoup de personnes n'ayant pas pu prendre part à la marche organisée ce mercredi par les divers cultes seynois ayant invité leurs fidèles, les athées et les agnostiques de chez nous à se retrouver pour un tour de ville silencieux m'ont demandé "comment ça s'était passé".

Et les articles parus dans la presse locale me semblent bien refléter l'état d'esprit général de ce jour-là. On peut cliquer sur les images qui illustrent cet article pour les agrandir.

Il s'est bien trouvé quelques-uns de mes concitoyens pour s'étonner, voire déplorer, que le laïque obstiné que je suis ait pris l'initiative de réunir à la mairie, il y a une quinzaine de jours, les représentants des sensibilités religieuses de La Seyne. Mais, après les terribles attentats, à entendre des propos inquiétants de braves gens se laissant aller au moins à des commentaires irraisonnés, sinon à des invitations, sans retenue ni morale ni pénale, à la stigmatisation, la globalisation, voire la haine, je ne pouvais pas rester bras ballants, risquant de ne pas prendre ma part dans la prévention de la rupture de l'harmonie que j'essaie de maintenir et développer entre nos concitoyens, dans une ville dont les diversités humaines sont tout autant facteurs de richesse que de fragilité.

Déjà accru par l'annulation imposée par l'État, et que je déplore, d'événements festifs conviviaux si propices à la connaissance et la reconnaissance mutuelles entre personnes de tous quartiers, de tous milieux, de toutes origines, de toutes croyances ou sans croyance, le risque de dissociation sociale était fort palpable. Il fallait faire quelque chose. Les religieux ont opté pour une marche commune. Je les ai approuvés et aidés. Nombre d'élus de la majorité communale y ont pris part, affichant sur leurs épaules les couleurs de notre République que l'article 1er de sa Constitution assied comme "indivisible, laïque, démocratique et sociale". Je ne le regrette pas.

Et je remercie les centaines de mes concitoyens qui ont pris part à ce moment, et ceux qui, outre les responsables cultuels, ont assuré sa parfaite organisation : les policiers nationaux et municipaux, et les services de la mairie, sous la houlette de Pierre Poupeney, conseiller municipal qui anime la commission organique dédiée à la laïcité que l'assemblée communale, presque unanime, a décidé de constituer il y a quelques mois.

 

> L'invitation à la marche relayée par "La Marseillaise" le 9 août, renvoyant à la page du site Internet du quotidien...

L'invitation à la marche relayée par "La Marseillaise" le 9 août

> L'éditorial et les interviews des divers responsables des cultes par Var-matin le 11 août (on peut cliquer dessus pour les agrandir)...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 14:34

A l’initiative des cultes seynois, des non-croyants, des courants laïques, et de la Ville, une marche silencieuse et symbolique aura lieu ce mercredi en hommage aux victimes des attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Rassemblement à 19 h le mercredi 10 août

devant l’église protestante unie

1 rue Taylor – derrière la mairie

cliquez sur l'image ci-contre pour localiser sur Google Maps.

Le cortège passera ensuite devant les lieux de culte et se terminera à la Maison communale.

 

Voici la déclaration commune :

« A l’issue de notre réunion en date du mercredi 27 Juillet tenue à l’Hôtel de Ville suite aux drames de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray,

« Nous, les croyants seynois des trois paroisses catholiques, de la synagogue, de la mosquée, du temple, avec les non-croyants, voulons porter un même projet de vie respectueux des lois de la République. Ce projet prône l’écoute, le partage, la communion, l’unité.

« Nous voulons trouver le temps d’une réflexion partagée, gage de compréhension et d’acceptation des différences.

« Nous nous engageons à ne pas nous en tenir à un premier échange, mais nous continuerons à nous concerter au moins une fois l’an, dans un esprit d’échanges et de concorde.

« Devant les violences, nous ne nous résignerons pas, nous activerons au contraire nos convictions afin de promouvoir ce qui " fait Société " : être, dans l’espace public, pleinement respectueux, citoyens, lucides, responsables, vigilants.

« Nous proposons aux fidèles de nos confessions et d’autres, aux non-croyants, aux agnostiques, aux personnes de bonne volonté, à tous les républicains, une marche symbolique et silencieuse qui, partant du temple de l’église protestante unie, 1, rue Taylor (derrière la mairie), passera devant les lieux de cultes et se terminera à la Maison communale, le mercredi 10 août à 19 heures.

« Rassemblons-nous pour porter haut et fort les valeurs qui font "notre France" ».

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 14:35

Les parlementaires ont voté une prolongation de l'état d'urgence. Dont acte : c'est à eux que notre peuple a donné mandat, dans notre système de démocratie représentative, de décider de ce qui est bon pour les citoyens de notre république.

Premier résultat de cet état d'urgence renouvelé : d'un côté de notre territoire du "Grand Toulon", à l'est, par exemple, dans certaines communes aisées, on peut maintenir les événements qui font du "vivre ensemble", de la convivialité, du partage, que sont les soirées de festivals ou de feux d'artifice, toutes choses qui sont la vie estivale de nos contrées littorales balnéaires ; et à l'ouest, à La Seyne, pour prendre un autre exemple, on ne le peut pas.

 

UN FEU D'ARTIFICE SÉCURISÉ ? NON, TU N'ES PAS ASSEZ RICHE, VA VOIR AILLEURS !

Pourquoi ne le peut-on pas ? Parce que, dans certaines communes, on peut budgétairement et financièrement s'offrir ce que les circulaires de l'État imposent, à défaut de disposer de suffisamment de forces de l'ordre communales ou nationales, à savoir les services de personnels de sociétés privées agréées, auxquelles on achète — très cher, et en tous cas au-dessus des moyens de La Seyne — un service d'ordre commercial, pour, par exemple, assurer la fouille obligatoire de tous les spectateurs.

L'état d'urgence, déjà état d'exception, donc philosophiquement moyennement acceptable pour le républicain que je suis, supposé être activé provisoirement (or le provisoire dure...), non seulement foule du pied nos fondamentaux, mais de plus en rajoute en rupture accrue de valeurs républicaines. Hélas sans même régler ou prévenir le problème, l'atroce actualité en atteste.

Il refoule la Fraternité, par exemple celle qui se vit dans les temps de convivialité que sont nos événements festifs et culturels estivaux, au second rang des objectifs que nous tous, républicains, devrions avoir en partage.

Il contraint les Libertés individuelles, mais aussi celles des collectivités acquises grâce à la (vraie) gauche des années 80, qui a promu leur libre administration, en leur imposant un diktat de droit ou de non-droit de la part du préfet de maintenir tel ou tel événement.

Et il aggrave la perte d'Égalité, créant les conditions d'une impossibilité, pour les communes pauvres, d'un maintien de leur dynamique économique, sociale et culturelle, que les festivités estivales, chez nous, apportent aux petits et grands acteurs économiques du tourisme et du commerce, par la consommation désormais muselée des citoyens et des vacanciers, de toutes conditions sociales et économiques, de toutes confessions, de tous quartiers, de toutes origines.

 

HONTE D'ÊTRE UN ÉLU D'UNE RÉPUBLIQUE QUI CÈDE AUX PRESSIONS D'UN ORDRE DUR

Il ne suffit pas d'annoncer qu'on va vaincre la barbarie dans le cadre du droit républicain. Il faut se rappeler que, au-dessus du Droit, qui n'est jamais qu'un outil, existent les Valeurs, qui, elles, sont une finalité. Le Droit, et ses traductions réglementaires, ne doivent jamais saper la prééminence des Valeurs. Or ce qui se passe chez nous en ce moment terrible est une funeste illustration du désintérêt républicain de l'État.

J'ai honte d'être un élu de cette république-là que liquéfient les parlementaires, majoritairement de ma sensibilité socialiste, cédant démagogiquement aux pressions abjectes des tenants d'un ordre dur, pourtant minoritaires dans notre France.

Et j'ai une pensée respectueuse pour la mémoire des maires de 1939 et des années suivantes qui, avant d'être relevés de leurs fonctions, ont eu le courage, les 11 novembre de ces années-là, malgré la déferlante de l'occupant nazi, d'organiser les cérémonies — et, en divers lieux du pays, les festivités — de la commémoration de l'Armistice de 1918. Et qui, pour certains, l'ont chèrement payé.

Ça me donne envie de considérer que je n'ai pas reçu les circulaires enjoignant aux maires de courber l'échine. Mais on risque encore d'accabler les postiers...

 

________________________________________

J'ai capturé l'image illustrant cet article sur le blog de Joseph Coutant ; je peux la retirer sans problème s'il me le demande

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 22:01

Nous sommes mardi 19. Il est zéro heure et une minute. Le deuil national de trois jours a pris fin il y a quelques instants. Je m'autorise donc à livrer, parce que la vie continue, et le doit, quelques réflexions après les événements dramatiques du 14 juillet à Nice.

Il y a eu beaucoup d'indécence et d'outrance. De la part de nombre de simples gens, comme les lecteurs de ce blog et moi-même le sommes, qui ont livré des images atroces qui se sont diffusées comme des trainées de poudre grâce aux moyens modernes de communication, des commentaires hâtifs, déplacés, des propos, que je veux croire irréfléchis, parfois punissables, pouvant inciter à la haine ou la stigmatisation. On dira que c'est la nature humaine...

 

INDÉCENCE ET OUTRANCE DE SIMPLES GENS, MAIS PAS SEULEMENT...

Mais il y a eu pareille impudicité et semblable démesure dans certaines images télévisées de chaines grand public, ou dans certains écrits de commentateurs professionnels. Il a eu des présentations de faits suggérant telle ou telle cause, à partir d'un simple infime élément d'éventuelle preuve objective, en prenant bien soin d'user du conditionnel mais en exposant un propos entre guillemets et en italique pour donner à croire à sa véracité, quoique sans citer son auteur... On peut être rassuré : la formation technique et éthique de certains professionnels de l'information n'est pas parvenue à les déconnecter de la nature humaine...

Pas plus que certains acteurs de la vie politique, et pas des moindres, eux aussi prompts à tirer parti, sans pudeur ni dignité, de l'indicible atrocité. Certains d'entre eux, seynois, n'ont pas échappé à la tentation, comme telle élue départementale allant jusqu'à s'attribuer sur un réseau social le mérite de m'avoir demandé de reporter les festivités de la fête nationale, ce qui n'intéresse personne et, de plus, est faux. Nature humaine, quand tu nous tiens...

Tout ça tranche avec la réserve et la gravité affichées par l'immense majorité de notre population seynoise.

 

RÉSERVE ET GRAVITÉ DES SEYNOIS. ET APPEL À LA... RÉSERVE

Ceci étant, j'ai écouté et analysé avec attention la demande de Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, de renforcer la réserve opérationnelle, cette formation de volontaires susceptible d'apporter quelques jours par an un renfort aux corps d'armées ou à la gendarmerie. Je suppose que cet appel vaut aussi pour la réserve civile de la police nationale et aux réservistes locaux à la jeunesse et la citoyenneté.

Et, ça va surprendre du monde, j'y crois. J'y crois parce que ça peut être utile et ça ne peut être que bénéfique au renforcement du lien entre armée et nation qui s'est tant délité avec la disparition du service national, et parce que le volontariat est une des valeurs formatrices de la citoyenneté active qui fait tant défaut pour aiguiser son esprit critique et ainsi prévenir les dérives radicales. Et je formule le souhait que les Seynois-e-s prêtent attention à cet appel et y répondent nombreux.

 

UNE RÉSERVE POUR LA SÉCURITÉ, MAIS AUSSI POUR L'INSERTION

Mais je crois aussi dur comme fer que c'est par l'éducation, celle de la famille, mais aussi celle de l'école et celle des temps libres, et par la formation professionnelle et l'accès à l'emploi, qu'on pourra agir sur le fond pour prévenir les ruptures sociales et affectives qui aspirent certains individus dans cette atroce spirale qui les mène à l'irréparable.

Or, malgré des efforts gouvernementaux, réels mais insuffisants, et l'implication sans faille des enseignants, l'école souffre de l'inadaptation de ses moyens, les services publics et le monde associatif du péri-scolaire, du sport, de la culture, de la solidarité, sont à la peine avec les baisses des dotations de l'État, les organismes de formation professionnelle, les chambres consulaires des métiers, du commerce, de l'artisanat, de l'industrie, déplorent la dichotomie entre offres de qualifications et besoins d'emplois, les missions de médiation entre les populations les plus fragiles, les plus éloignées du travail, et les acteurs économiques, manquent de moyens. Tous les ingrédients sont réunis pour laisser des habitants du pays sur le bord de la route vers la citoyenneté et l'appartenance à la communauté nationale.

 

À LA SEYNE, COMME AILLEURS, IL Y A MATIÈRE À AGIR. SANS RÉSERVE...

Dans tous ces domaines, il y a matière à agir. Des dispositifs existent. Le service civique, la réserve citoyenne de l'Éducation nationale, et d'autres, méritent d'être mieux connus, largement plus activés, et dotés de moyens publics de l'État accrus. Il faut en imaginer d'autres, centrés sur l'insertion dans le monde du travail, mobilisant les services publics de l'emploi, les corps consulaires, et les entreprises, en contrepartie obligée des appuis que leur apporte la puissance publique.

Et, parce qu'on le doit à la mémoire de ceux qui ont été fauchés et à leurs proches, je me conforte dans l'idée qu'il faut agir, encore et toujours. Et, pendant que certains s'agitent en exigeant avec démagogie des réponses radicales toutes plus excluantes et, au fond, sans effet, que les autres, je m'autorise à rêver que La Seyne pourrait être une sorte de site-pilote de l'engagement citoyen volontaire de ses habitants si généreux, de ses acteurs économiques et sociaux, de ses fonctionnaires de tous corps, dans quelque domaine que ce soit : prévention, sécurité, éducation, sport, culture, solidarité, environnement, insertion professionnelle... Quel pied-de-nez ce serait à la face des barbares !

Un grand événement mobilisateur dans ce sens, entre l'automne et le printemps prochains, ça aurait de la gueule, non ? Qui me suivrait ?...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 09:35

 

Le Président de la République, François Hollande, a décrété un deuil national de trois jours.

Jusqu'à lundi 18 juillet inclus, le préfet du Var a confirmé, par circulaire, pour l'ensemble des communes du département, l'initiative que j'avais prise, dès samedi à la première heure, de supprimer toutes les festivités.

J'invite nos concitoyens seynois et nos vacanciers à répondre unanimement à l'appel de la nation à respecter, demain lundi 18 à midi, une minute de silence à la mémoire des victimes du carnage de Nice.

Ci-dessous, une vidéo de notre rassemblement solennel de samedi matin...

Et un lien vers l'article qu'a mis en ligne le quotidien "La Marseillaise" pour relater ce moment de dignité.

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 10:00

Voici le discours que j'ai prononcé ce samedi matin, sur le Parc de la Navale, avant que de nombreux Seynois et vacanciers n'observent une minute de silence en hommage aux victimes de l'acte monstrueux de Nice...

 

« Il y a deux jours, lors des cérémonies du 14 juillet, devant notre Monument aux morts, nous nous efforcions de contribuer à maintenir les consciences en éveil, en évoquant Victor Hugo qui, en 1869, considérait que la Nation - je le cite - « sera plus que nation, elle sera civilisation » et que celle-ci, après le XXe siècle, « s'appellera l'Humanité, nation définitive ».

« Et nous méditions sur les façons de prévenir les fautes de ceux qui, par leurs visions contraires aux idéaux républicains, créent, comme le disait Jean Jaurès, « chez tous les peuples un parti pris d'aveuglement, d'infatuation, d'injustice et de violence ».

« Et nous disions, un siècle et demi après Hugo, un siècle après Jaurès, en notre XXIe siècle, que la route est encore bien longue. Et nous nous invitions à ne pas ralentir notre allure et à marcher debout, droits et déterminés, vers une société de liberté et de solidarité.

« Je sais que le peuple fraternel de La Seyne trouve déplacé, voire indécent, au lendemain de l'horreur, de s'interroger sur le fait que l'acte indicible soit le fait d'un dément, ou d'un désespéré, ou d'un meurtrier fanatique, ou que des mesures préventives ont ou n'ont pas été prises comme il convenait.

« Car l'heure est à la seule dignité qui doit nous conduire à l'empathie, au sentiment que chacun est un autre moi-même et que, quoi qu'il lui advienne, moi aussi, je suis concerné.

« C'est cette conscience qui fait société. Et qui devra encore la faire, lorsque, espérons-le, au terme de ce nouveau deuil funeste, on se décidera enfin à aborder les chapitres essentiels, ceux des injustices du Monde d'ici et d'ailleurs qui sont le ferment des désespérances et le terreau des barbaries, et ceux des actes humains qu'il faudra bien enfin poser pour guérir en profondeur de ses maux cette Humanité que nous avons en partage, dont nous ne sommes que dépositaires, et qu'il ne nous sera pas permis de léguer en pareil état à nos enfants. »

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 04:06

 

 

J'invite aujourd'hui, samedi 16 juillet, notre population et nos estivants à se rassembler dans l'unité, la dignité et la compassion, au Parc de la Navale, pour rendre un hommage solennel aux victimes de la tuerie de Nice.

Le rassemblement est prévu à 10 heures 30.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 07:59

Le cœur des Seynois et de leurs visiteurs n'est pas à la fête.

 

Je viens de prendre la décision, en commun avec le maire de Six-Fours, d'annuler les festivités de notre fête nationale que nous avions reportées à cause du vent violent.

 

J'invite en revanche notre population et nos estivants à un rassemblement silencieux de recueillement, demain, samedi 16, à 10 heures 30, sur le Parc de la Navale.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE