22 janvier 2019 2 22 /01 /janvier /2019 21:01

Il se passe de drôles de choses en ce moment. Probable effet des microbes responsables des nombreux rhumes de cerveau. Les événements publics se succèdent comme à chaque mois de janvier.

Mais la façon dont les choses se déroulent et les commentaires qu'elles suscitent me surprennent comme jamais. Je prends le parti d'en sourire. Et de faire profiter du grotesque les visiteurs de mon blog...

 

En quelques jours, j'aurai ainsi dû noter, un peu stupéfait, l'incompréhensible refus des conseillers municipaux d'un groupe d'opposition de droite d'être présents, comme c'est l'usage, sur l'estrade aux côtés de l'ensemble de notre conseil municipal, majorité et minorités confondues, à l'occasion de la cérémonie des vœux que j'ai adressés à la population. Mais j'ai aussi entendu, non moins abasourdi, des reproches sur le fait que la municipalité de La Seyne a répondu à l'invitation à une autre présentation de vœux, celle de la députée de notre circonscription. Et enfin, toujours aussi sidéré, j'ai dû subir la réprobation d'avoir été présent sur la scène du Théâtre Liberté aux côtés de mes collègues membres du Bureau métropolitain de Toulon Provence Méditerranée lorsque c'était au tour de notre intercommunalité de délivrer ses souhaits du Nouvel An.

 

CÉRÉMONIES DE VŒUX : QUE FAIT-ON DES USAGES RÉPUBLICAINS ?

Sauf si un événement constitutionnel m'a échappé, nous fonctionnons bien toujours sous le régime de la République. Et la République dispose que la démocratie s'exerce, entre autres, de façon représentative et, sauf cas d'une exceptionnelle gravité, avec une courtoisie élémentaire.

Comment, dès lors, comprendre que certains membres d'un conseil municipal se refusent d'apparaître aux côtés des autres, toutes sensibilités rassemblées, à l'occasion d'une cérémonie conviviale ?

Comment, dès lors, imaginer que l'adjoint représentant le maire – empêché par un déplacement municipal prévu de longue date – de la plus importante commune d'une circonscription législative aurait dû décliner l'invitation d'une parlementaire légitime car choisie par 56% des votants seynois, d'autant que plusieurs habitants de la commune étaient honorés par la députée de la médaille de l'Assemblée Nationale ?

Comment, dès lors, concevoir que le maire de La Seyne, qui a fait publiquement le choix de siéger au sein de l'exécutif métropolitain en assumant un rôle de vice-président, fût-il seul représentant de sa sensibilité politique parmi les 15 membres du Bureau, pour assurer la défense des intérêts de la deuxième plus grande ville du territoire, devrait s'isoler ostensiblement de ses collègues avec lesquels il trouve presque toujours des compromis utiles à la population ?

J'avoue que ces points de vue m'ont laissé pantois. Mais je n'étais pas au bout de mes surprises...

 

GILETS JAUNES, GRAND DÉBAT, DOLÉANCES : TOUT ET SON CONTRAIRE !

On m'a aussi, ces derniers jours, tour à tour reproché de ne pas recevoir les « gilets jaunes » et... de les recevoir, de refuser d'organiser de « grand débat » et... de me prêter à cet exercice, et encore de ne pas installer de lieu communal pour permettre aux gens d'écrire leurs reproches et demandes sur des « cahiers de doléances » et... de le faire !

Que les choses soient claires...

J'ai reçu à leur demande les représentants des « gilets jaunes » pour un long échange courtois et empreint de sérieux au regard des inquiétudes exprimées. 

Je leur ai confirmé que, s'ils s'organisaient avec nos quatre « conseils de quartiers », ils pourraient installer leurs « cahiers de doléances » dans chacun des quatre « relais citoyens » répartis sur le territoire communal.

J'ai renouvelé ma position quant au « grand débat », connue de tout un chacun car publiée : je n'en prendrai pas l'initiative car j'estime que l'État ouvre la discussion en y fixant des limites inacceptables, et surtout que c'est à lui de le faire (si on veut débattre, il faut être au moins deux interlocuteurs, et que celui qui en est à l'initiative soit au moins présent ou représenté, par exemple, en pareil cas, par un délégué du préfet ou d'un parlementaire de la majorité nationale). En revanche, je suis tout à fait disposé à aider à la logistique, dès lors qu'une demande sera formulée par l'État, ou un parlementaire, ou une structure disposant d'une personnalité morale (parti, syndicat, association, etc.) pouvant règlementairement signer avec la Ville une convention d'utilisation de locaux communaux ou d'occupation du domaine public, comme la loi l'exige.

Et il m'a enfin été proposé d'ouvrir une adresse de courriel spécialement dédiée, ce que j'ai accepté et qui va être fait sous peu. Je transmettrai ensuite les messages à l'État.

 

NON-INVITATION RISIBLE ET...  INVITATION LOUFOQUE

Et j'en finirai avec cette période ubuesque d'un début d'année pour le moins singulier en me demandant si on ne marche pas un peu sur la tête. Jugez plutôt de deux dernières situations tragi-comiques que j'ai vécues ces jours-ci...

La première s'est déroulée dans le collège du Sud de La Seyne. La conseillère départementale du canton y inaugurait un espace à vocation socio-culturelle. Contrairement aux usages républicains, je n'y ai pas été convié. C'est déjà étrange, mais il en faut plus pour m'offusquer. Mais les bras m'en sont tombés quand un proche ami politique de la personne invitante a trouvé à redire... au fait que je n'étais pas présent !

Et la seconde vient de m'arriver sous la forme d'une invitation qui m'a été transmise par un autre conseiller départemental, celui du Nord de la ville cette fois-ci, à participer à un « Grand débat organisé par un élu d'opposition ». Et voilà que j'ai la stupéfaction de découvrir que c'est... mon propre portrait qui illustre l'invitation ! Là, je devrais commencer à estimer qu'on dépasse un peu les bornes, la photographie utilisée pouvant laisser entendre que je serais la personne invitante. Mais, même là, franchement, je préfère en rire...

 

Oui, allons, sourions, c'est bientôt le carnaval puis le 1er avril...

 

 

PS : ceux qui sont abonnés au quotidien "Le Monde" pourront utilement lire un article intitulé « Pourquoi les quartiers populaires ne s'emparent-ils pas du grand débat », où plusieurs maires de villes populaires, de divers horizons politiques, convergent dans leurs analyses...

Partager cet article

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

CEUX QUE JE SOUTIENS POUR LES ÉLECTIONS DES 20 & 27 JUIN

ÉLECTION RÉGIONALE
CANTON LA SEYNE-NORD
CANTON LA SEYNE-SUD / SIX-FOURS / SAINT-MANDRIER
CLIQUEZ POUR VOTER PAR PROCURATION

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE