10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 23:04

http://education.francetv.fr/media/ressources/objets/vignettes/Justice.jpgLa commune de La Seyne, comme la société Joa, chargée de la réalisation et de l'exploitation du casino de la ville, n'y sont pour rien. C'est l'État qui est attaqué en justice. Pourtant, comment me désintéresser de l'agression en règle ourdie contre le casino de La Seyne, quand je dois imaginer les conséquences funestes qui peuvent découler de cette folle procédure juridique ?

Le problème du casino de La Seyne soulevé par la saisine du tribunal administratif n’est, en droit, qu’un problème de méthode : celle du ministère de l’Intérieur, qui est contestée par un concurrent du délégataire du casino seynois. Le ministère n'aurait ainsi pas indiqué sur l'arrêté d'autorisation de fonctionnement du casino qu'il a évalué la situation de concurrence économique entre établissements de jeux en prenant en compte l'ensemble du territoire ouest-varois !

Et pourtant, ça a été fait. Pour avoir, avec le directeur de notre délégataire Joa, été entendu au ministère de l'Intérieur par la commission nationale des jeux, composée aux trois quarts de hauts fonctionnaires et d'un quart d'élus, lors de la demande d'autorisation initiale, je me souviens parfaitement que Joa a été questionné sur ce point et que, d'ailleurs, cette commission avait choisi de traiter le même jour les demandes des casinos de Sanary et de La Seyne. Alors, oui, peut-être le ministère a-t-il oublié de le mentionner sur son arrêté. Mais de là à ce que ça pose un problème de fond !

On croit rêver, même si le rapporteur public paraît favorable à l’interprétation faite par le fameux concurrent qui a saisi la justice contre l'État à ce motif.

Alors, bien sûr, les juges se détermineront. Mais, de grâce, qu’ils évaluent en connaissance de tous les enjeux pour La Seyne et l'agglomération !

Car, s’ils concluaient à l’annulation de l’autorisation des jeux donnée par le ministère, les conséquences seraient extrêmement lourdes pour notre territoire.

 

SURTOUT, QUE NE PRÉVALE PAS UN INTÉGRISME RÉGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE !

Ça signifierait qu’un différend d’ordre méthodologique dans la rédaction d’un arrêté ministériel serait susceptible de produire des effets désastreux, d’abord sur les finances de l’État qui prélève sa part sur les sommes engagées par les joueurs, ensuite sur celles de la commune qui perdrait 60 millions d’euros sur 20 ans, se trouvant ainsi lourdement handicapée pour amorcer une baisse de la fiscalité locale, et surtout sur l’emploi (des dizaines de salariés mis au chômage, aussitôt pour ceux du casino qui fonctionne déjà aux Sablettes et pour ceux des entreprises qui construisent le casino définitif sur le site des anciens chantiers navals), sur la dynamique économique, et sur la structuration du développement d’un quartier et de tout un territoire.

Si ces éléments majeurs n’étaient pas mis sur la balance par les juges, je n’hésiterais pas à porter comme commentaire que - et je pèse mes mots - l’intégrisme juridique serait tout aussi condamnable que les autres intégrismes, religieux, politiques ou philosophiques, ceux-là mêmes qui mettent le Monde à feu et à sang.

On assisterait à un curieux combat entre le monde réel et le monde du Droit, d’autant plus étonnant que la proximité d’établissements ne choque personne en matière de concurrence économique du côté d’autres territoires où des casinos se côtoient, comme à Fréjus/Saint-Raphaël, ou La Ciotat/Cassis, ou pour le casino de Menton pour lequel, du fait des frontières d’états, on ne se pose même pas la question de la proximité concurentielle de ceux de Monte-Carlo ou de San Remo !

Donc, je suis très surpris par le motif justifiant cette saisine de la justice administrative, surtout dans le contexte de libre concurrence que nous vivons, soi-disant panacée universelle économique dont on nous rabat sans cesse les oreilles.

Car, dans la situation difficile dans laquelle La Seyne se trouve, avec les enjeux que nous connaissons, une annulation de l’autorisation des jeux de notre casino serait une vraie catastrophe. Et un vrai scandale.

 

LA VILLE N'Y EST POUR RIEN, MAIS JE VAIS DÉFENDRE PIED À PIED SES INTÉRÊTS !

Qu’on se le dise : je suis donc d’ores et déjà déterminé à défendre la Ville, le territoire économique de la Rade de Toulon, et leurs citoyens.

Et j’ai donc décidé plusieurs choses.

Je soutiens évidemment notre délégataire, le groupe Joa, et j’agirai avec lui en vrai partenaire, comme je l’ai toujours fait.

Je vais ainsi faire « entrer la commune dans l’instance ». Autorité déléguante, la Ville aurait en effet dû être appelée à la barre du tribunal. Or elle ne l’a étonnamment pas été. Je vais donc envisager de me constituer « tierce opposition » pour défendre les intérêts de notre territoire si le jugement lui était défavorable.

Et, si le jugement ordonnait par malheur l’annulation de l’autorisation des jeux, je défendrais les intérêts de la commune en étant obligé d’attaquer l’État en responsabilité pour faute lourde. Pour un arrêté mal rédigé !... On marche sur la tête !

Enfin, en cette période, j’en appelle à l’esprit de hauteur et de responsabilité de tous mes concurrents à l’élection municipale, puisque, si les juges suivaient le rapporteur public, l’un de nous serait en charge de gérer une des situations les plus catastrophiques qu’aurait eu à connaître la commune, non seulement en tant que collectivité, mais surtout pour son activité économique, pour son emploi, pour sa redynamisation, et pour l’ensemble de sa structuration urbaine.

Là, franchement, on ne rigole plus !

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Économie - tourisme et commerce
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 06:28

131128_deconstruction_bateaux.jpgGrand merci à la Marine Nationale, aux services civils de l'État, et aux entreprises, dont la seynoise FOSELEV-Marine, qui coopèrent à Brégaillon pour le démantèlement de trois vieux navires de la flotte militaire française. La promesse faite lors d'une réunion publique a été tenue. Avec Gilles Vincent, conseiller général et maire de Saint-Mandrier, et surtout président du contrat de baie, avec Raphaëlle Leguen, première adjointe déléguée à la mer, avec les responsables des comités d'intérêt local de défense des quartiers littoraux de la Rade, des dirigeants d'associations de protection de l'environnement, et de la presse locale et spécialisée, nous avons touché du doigt et nous avons été plus que convaincus. Tout est vraiment mis en œuvre pour éviter quelque diffusion de produits dangereux (amiante, plomb, hydrocarbures, particules, etc.), que ce soit dans la mer ou dans l'air.

 

UN PROCESS INNOVANT, SÉCURISÉ, ET TRANSFÉRABLE DANS LE MONDE ENTIER

 J'ai pourtant cru un moment qu'on nous avait roulés dans la farine lorsque, au lieu de nous conduire sur le site de la déconstruction, on nous a menés... dans le salon d'un hôtel pour nous présenter... un diaporama ! Mon sang n'a fait qu'un tour ; j'ai haussé le ton, annoncé que je ne me prêterai pas à une mascarade, me suis levé pour quitter les lieux, suivi du président du contrat de baie, déplorant vivement qu'on puisse ainsi se moquer des bénévoles des associations présentes qui prennent de leur temps pour défendre l'intérêt sanitaire de nos concitoyens !

Il suffisait pourtant de le dire d'entrée : la visite sur place était prévue dans un second temps ! Et elle a bien eu lieu, longue, complète, détaillée, très pédagogique, avec les dirigeants et les employés des entreprises d'une totale disponibilité pour expliquer et répondre aux questions, qui disposent chacune d'une part d'un savoir-faire pointu, d'une expérience avérée, d'une capacité d'imagination de solutions concrètes, et qui, ensemble, conçoivent et réalisent, dans une démarche de recherche-action coopérative haut-de-gamme, un process de déconstruction totalement sécurisé, tant pour les opérateurs du chantier que pour l'environnement marin et les quartiers voisins.

 

UNE VISITE COMPLÈTE, AUCUNE ZONE D'OMBRE, DES RÉPONSES À TOUT

 Nous avons tout vu : les méthodes de partage du bâteau en secteurs traités chacun en fonction de sa spécificité, les dispositifs de confinement avec des aspirations constantes quatre fois supérieures aux normes, les sas de désamiantage où toutes les normes légales sont au moins doublées, les circuits sécurisés des morceaux découpés pollués, puis ceux des matériaux traités et des déchets dangereux, la robotisation inventée pour l'occasion afin que les opérateurs travaillent à distance, les espaces à double ou triple épaisseur de confinement, les moteurs de secours et systèmes d'alarmes, les circuits de déshabillage et lavage des personnels et de destruction des combinaisons de protection, la haute protection des lieux de vie des agents, les relevés, minute par minute, des actions des ouvriers, les enregistrements vidéo constants des manoeuvres réalisées, les états des contrôles effectués par les entreprises elles-mêmes, par une société spécialisée, et par les services de l'État. Tout. Vraiment tout. Et on a répondu à toutes les interrogations.

Je l'affirme : il faudrait vraiment une attaque de Martiens, une bombe atomique ou un tsunami pour qu'un incident survienne. Mon copain - bien qu'adversaire politique - Robert Durand, responsable d'une association de défense de l'environnement, et ingénieur écologue de métier, qui est pourtant un champion toutes catégories de la suspicion, me l'a dit : c'est parfait. Les dirigeants des entreprises et les personnels, des ouvriers aux ingénieurs, peuvent être fiers de leur chantier. Et la Marine Nationale d'avoir fait le bon choix... et d'avoir accepté notre exigence citoyenne de toucher nous-mêmes du doigt la réalité des choses, tant l'amiante, à La Seyne, est un sujet brûlant, avec ses milliers de malades, morts ou en sursis.

 

UNE FILIÈRE MAJEURE POUR L'ÉCONOMIE ET L'EMPLOI DU "GRAND TOULON"

 Et c'est tant mieux. Parce que cette filière est un vrai atout pour la Rade. C'est une activité industrielle propre, novatrice, s'appuyant sur les savoir-faire historiques de La Seyne constructrice de navires pendant des siècles, ingénieuse et capable de concevoir des process transférables en tous points du globe pour éviter que, dans certains pays, des hommes et même, hélas, des enfants meurent faute de technicité et d'obligations de sécurité.

Il y a matière à développement économique durable, sans aucun doute. Il y a des milliers de navires en fin de vie en France et dans le Monde. Je ne sais si FOSELEV et Topp-Decide voudront poursuivre en répondant à de futurs appels d'offres, ni si DCNS, autre acteur économique majeur de la construction navale dans la Rade de Toulon, dont l'État est actionnaire majoritaire, réalisera enfin qu'il y a là un potentiel de dynamisation économique et de maintien et développement de l'emploi technologique et industriel, mais il est désormais vital que la puissance publique pose un regard sur cette filière où l'ingéniosité française est avérée.

Quoi qu'en disent plusieurs de mes concurrents prompts à s'effaroucher et à brandir l'étendard du risque écologique, on ne peut et on ne doit pas compter que sur le tourisme, le loisir, l'immobilier et les services à la personne pour que nos concitoyens de La Seyne et du Grand Toulon aient, tous, quels que soient leurs niveaux de formation, droit à ce qui fait les hommes libres et debout : un travail, garantie un vrai statut social.



 

> J'ai "chipé" la photo d'illustration de cet article sur l'excellent site Internet "Mer et marine" ; je peux la retirer sur demande, naturellement.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Économie - tourisme et commerce
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 05:24

http://tourisme.bienpublic.com/local/cache-vignettes/L300xH150/3_5_3_perspecti.60153145812.w300-fc754.jpgJe n'ai pas pu m'empêcher d'être un peu espiègle, en toute amitié ! Lors du propos que j'ai tenu ce mercredi à l'occasion de la pose de la première pierre du casino de jeux qui, dans dans une vingtaine de mois, ouvrira ses portes sur le site des anciens chantiers navals, j'ai félicité les représentants présents de la droite locale de faire preuve de fair-play en reconnaissant par leur présence à la cérémonie, après avoir rudement dénigré notre choix, qu'il constituait finalement une bon parti pris de redynamisation urbaine et économique. Chacun peut se tromper ; il est bien de le reconnaître et honnête intellectuellement de faire évoluer ses points de vue.

 

UNE PIÈCE D'UNE DÉMARCHE REDYNAMISANTE D'ENSEMBLE

 Un nouvel élément de la réappropriation de cet espace majeur de la recomposition de notre centre ville est donc sur les rails. Il s'inscrit dans une démarche globale où chaque investissement fait sens, dans une démarche de continuité républicaine dont notre commune a tant besoin, après avoir connu pendant plusieurs décennies les affres d'alternances génératrices de ruptures et les vicissitudes de valses hésitations, notamment sur la propriété des anciens chantiers, de la ville au département pour revnir à la ville, et sur les modes de gestion, d'une société d'économie mixte à des investisseurs et à la puissance publique.

Mon prédécesseur a réalisé un parc urbain, peut-être un peu trop fermé avec le règlement qui lui était appliqué, mais désormais largement approprié par notre population et nos visiteurs, grâce à un règlement que nous avons totalement remanié et aux événements culturels, commerciaux ou sociaux que nous y autorisons ou que nous organisons.

Il a aussi fondé une démarche de mémoire de l'époque industrielle navale que nous avons poursuivie avec le fonctionnement du pont levant, les aménagements de la porte principale, et le chemin de la mémoire des chantiers qui se poursuit désormais vers le cœur historique. Il aurait certes sûrement pu mieux réguler les constructions d'immeubles face au site, très densifiés et générateurs de difficultés de circulation et de stationnement, mais c'est chose faite, on ne revient pas sur le passé, on regarde devant nous, et il nous faut maintenant aller au bout de l'aménagement urbain et de l'accompagnement en "qualité de ville" de ce nouveau quartier des Mouissèques. Nous nous y employons.

 

AVEC DE LA PATIENCE ET DE LA PUGNACITÉ, ON Y ARRIVE

 On aura peut-être relevé, parmi les invités à la pose de cette première pierre, la présence des opérateurs des autres chantiers qui vont bientôt démarrer : le port de plaisance de 600 anneaux et l'équipement des ateliers de mécanique. Avec les 20 millions d'euros investis sur fonds propres par le groupe Joa qui construit et va exploiter le casino, avec les 40 millions qui seront engagés pour la réalisation du port et autant pour les ateliers de mécanique, avec les 15 millions que la société Monaco Marine va investir pour l'implantation d'une entreprise de nautisme dédiée à la plaisance de haut de gamme, les acteurs économiques nous renvoient l'image d'une Seyne porteuse d'un potentiel exceptionnel que, parfois, nous, les Seynois, ne mesurons pas à sa juste valeur.

Ces opérations structurantes que nous lançons les unes après les autres, ce seront plusieurs centaines d'emplois directs et, sans nul doute, beaucoup d'emplois indirects et un vecteur de relance de l'activité économique existante dans notre centre ville, sans compter le soutien au secteur du bâtiment et des travaux publics qui le mérite bien en cette période de crise, et quoi qu'en disent certains qui instillent l'idée que ces projets ne verront pas le jour et prennent le risque d'annoncer à nos concitoyens leur volonté de revenir dessus.

Avec le chantier du casino qui démarre, la preuve est apportée, concrète et indubitable, de la faisabilité de notre parti pris de dynamisation économique, urbaine, sociale et culturelle sur cette partie majeure de la commune. Tout ça aura pris du temps, mais notre pugnacité commence à payer, dans l'intérêt de toute la ville et de tout le littoral urbain de la Rade de Toulon.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Économie - tourisme et commerce
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 14:37

http://i.dailymail.co.uk/i/pix/2010/06/08/article-0-09F0B700000005DC-543_634x286.jpgDe mémoire, les premiers contacts entre La Seyne et l'entreprise "Monaco Marine" datent des années 90, lorsque Maurice Paul présidait aux destinées de notre ville. Si l'affaire a paru un moment enterrée (ou immergée !) par nos prédécesseurs UMP à la mairie qui avaient une vision moins "technico-industrielle" que la nôtre de la dynamisation économique locale, notre détermination est demeurée intacte. Mais il aura fallu au moins quinze ans et un regain de pugnacité de La Seyne, depuis cinq ans, pour qu'un accord se concrétise. Et c'est fait. C'est à l'extrémité Est de la zone d'activité économique Grimaud que va voir le jour un chantier naval dédié à la plaisance de luxe. "Monaco Marine" l'a annoncé ce jeudi à l'occasion du "Monaco yacht Show".

 

UN FORMIDABLE OUTIL ÉCONOMIQUE, ALIMENTÉ PAR LES FORTUNES DU MONDE

Et nous nous investissons sans vergogne ni état d'âme pour tirer parti de la ponction d'une part des fortunes des archi-milliardaires propriétaires de luxueux bateaux géants pour soutenir la dynamisation économique de notre ville.

Les dates sont arrêtées. Une convention de partenariat public-privé va être signée et la livraison est prévue pour le deuxième semestre de 2015. Les chiffres sont éloquents. Plus de 15 millions d'euros d'investissements, dont une partie supportée par les collectivités... mais pas la commune. Un chiffre d'affaires prévisionnel de six millions d'euros d'ici trois ou quatre ans. Une capacité d'accueil d'une quinzaine de super-yachts le long de quelques centaines de mètres de quais et d'environ trois hectares de site terrestre. Des dizaines d'emplois, sinon près d'une centaine, au vu des 500 emplois générés par cette même activité à La Ciotat, dont une partie pourrait être issue des formations dispensées à l'Institut de formation aux métiers de la mer (IPFM). Un soutien naturel à l'activité économique nautique des autres entreprises spécialisées du site et, naturellement, au reste de l'activité du cœur de ville.

 

UN ÉLÉMENT MAJEUR DU SITE DES CHANTIERS, À INTÉGRER AVEC HARMONIE

C'est un nouvel élément du puzzle que, patiemment mais hardiment, nous construisons, avec notre pôle de compétitivité "mer" à vocation mondiale de Brégaillon, les aménagements économiques du site des anciens chantiers (casino, port de plaisance, quais d'accueil de la grande plaisance, activités hôtelières, commerciales, de culture et de loisirs des "Ateliers mécaniques"...), et la redynamisation urbaine du centre historique de la commune.

Quoi qu'en disent les grincheux de mauvaise foi qui croient malin d'affabuler en laissant croire que La Seyne ne tire pas suffisamment parti de la coopération intercommunale, les faits sont là, les chiens aboient mais la caravane passe. Sur ce projet, Christiane Hummel, sénatrice-maire UMP de La Valette et vice-présidente de TPM chargée de l'économie, et moi, avons besogné, sinon cravaché, main dans la main, avec l'engagement constant de Philippe Mignoni, notre adjoint à l'économie, et de Raphaëlle Leguen, notre première adjointe déléguée à la mer, pour décrocher un accord. Et nous l'avons fait avec la Chambre de commerce et d'industrie du Var et avec l'autorité portuaire, "Ports Toulon Provence" (que je sais blâmer lorsqu'il en est besoin, mais qui, sur le coup, a bien joué le jeu), qui sont les signataires du contrat.

Il nous reste à accompagner la réalisation de cet équipement d'envergure, notamment dans son intégration urbaine, sur une friche industrielle à l'abandon, pour que les futurs espaces s'inscrivent harmonieusement comme trait d'union entre le site des anciens chantiers et la zone de protection du patrimoine urbain et paysager qui commence à son extrémité orientale, vers le fort de l'Éguillette, pour se poursuivre vers la corniche de Tamaris et Les Sablettes.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Économie - tourisme et commerce
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 06:00

http://www.galerie-com.com/grand_img/0932232001192475186.jpgJ'ai été un peu surpris, il y a quelques jours, de lire un article dans la presse locale dressant un état comparatif des possibilités de stationnement en période estivale dans les diverses communes balnéaires de l'Ouest toulonnais. C'est vrai que le sujet relève chaque année du casse-tête dans l'ensemble des stations de notre littoral...

Ce n'est pas tant le contenu de l'article qui m'a étonné. On y décrit une réalité que nous connaissons bien ; dans toutes les communes, divers systèmes ont été en place au fil des années, permettant de répondre, bon an mal an, aux besoins des résidents et des vacanciers. Le parking payant est un peu fustigé, mais on y explique avec objectivité qu'il constitue un moyen d'assurer une rotation utile aux usagers comme aux commerces, et de percevoir des ressources qui peuvent contribuer à l'amortissement et l'amélioration des places de stationnement. La question est une constante d'actualité à laquelle les équipes municipales apportent des réponses variées.

 

LA SEYNE, OUBLIÉE DES SITES BALNÉAIRES OUEST-VAROIS ?

 Non, ce qui m'a rendu perplexe, c'est que deux communes du territoire ouest-varois ont été oubliées dans le tour d'horizon : Saint-Mandrier et La Seyne. Deux communes où, justement, sur les sites balnéaires, on se gare parfois non sans peine, comme ailleurs, mais gratuitement. Or l'article décline la liste des villes où existe au moins un parc gratuit : Saint-Cyr, Sanary, et Six-Fours. Et nous, où TOUTES les places sont gratuites ?

Et pas un mot non plus sur le fait que, à La Seyne, 200 nouvelles places gratuites ont été livrées pour cet été 2013, ainsi que je le rapportais dans un précédent article de ce blog. Ça laisse tout de même un petit goût amer, non pas tant qu'il faille nous glorifier d'avoir essayé de renforcer la batterie des solutions utiles, mais parce que ça donne l'impression que la vocation de tourisme balnéaire de notre ville n'est pas encore bien perçue par les observateurs.

 

NON, ET ÇA ENGAGE À POURSUIVRE NOS EFFORTS

 Pourtant, il y a aussi des jours "avec". C'était le cas ce dimanche, de la part du même journal local, rapportant la superbe animation qu'a été "La Sagno tradition", avec ces magnifiques "pointus", ces bateaux de tradition colorés dont les propriétaires rassemblés (dont celui-ci qui livre une réflexion que je me suis aussi faite...) ont émerveillé une affluence de visiteurs qui m'a impressionné. Je cite : "Vous voyez, il n'y a pas qu'à Sanary ou Bandol que les pointus attirent la foule".

C'est le meilleur des encouragements à ce que toutes les forces vives de notre cité, puissance publique, acteurs commerciaux et artisanaux, associations, continuent à valoriser nos atouts littoraux, naturels, historiques, urbains et technologiques. Toute l'économie locale ne repose pas sur le tourisme et l'évènementiel, loin de là, - et nous nous battons suffisamment aux côtés des industriels comme des syndicats des acteurs du pôle Mer pour en attester -, mais notre potentiel d'exploitation de l'économie des temps libres est bien réel. Et ça sa sait. Et ça se dit.



 

> J'ai "emprunté" l'image qui illustre cet article (toile "Pointus à l'amarrage" d'Alain Benedetto) au très bon site de galerie virtuelle WeoneArt que je vous invite à visiter. Je peux évidemment la retirer sur demande. 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Économie - tourisme et commerce
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 04:34

http://media.paperblog.fr/i/240/2402042/bateaux-plaisance-chantier-reparation-dessin--L-1.jpegDans un article paru en avril dernier sur le site Internet « Info économique », il est rapporté que la société Monaco Marine, une holding qui réalise plus de 40 millions d’euros de chiffre d’affaires «  s’apprête à investir bien davantage, entre 8 et 10 millions d'euros, pour la création d’un nouveau chantier à La Seyne-sur-Mer, sur un site situé entre l'espace Grimaud et le Bois Sacré, où un ancien établissement très dégradé a fermé ses portes en 2009. Il serait destiné aux unités de moins de 300 tonnes et de 42 mètres. »

 

LE PROJET EN ATTENTE DE DÉCISIONS

Le lecteur y découvre également ce que nous savons déjà, ici, à La Seyne, à savoir que « le projet est en cours de discussion entre les édiles et les institutions concernées : TPM, la CCI du Var, Ports Toulon Provence »…

Et l’article poursuit : « Quant à l’échéance… La négociation a commencé en 2010 et tout le monde semblait très pressé alors de favoriser la création de 25 à 30 emplois chez Monaco Marine et de 100 à 120 chez les sous-traitants. Les palabres ne sont pas terminées. Le directeur administratif et financier du groupe, Pierre Lesluyes, reste donc très prudent : "Cela dépend des élus… Je suis donc bien incapable de vous dire quand ce chantier se fera… ni même s’il ne tombera pas à l’eau." »...

 

UN PROJET QUI A TOUT SON SENS

Pour nous, cette dernière hypothèse ne serait pas acceptable. Cette installation a tout son sens, aux côtés des entreprises de nautisme de l’Espace Grimaud, à proximité du futur port, lui-même proche des quais dédiés à la grande plaisance. Nous l’avons dit aux partenaires institutionnels cités dans l’article et nous suivons au jour le jour l’avancée du projet. Des bruits me parviennent qui me disent que ça avancerait...

Bien sûr, la commune n’a plus compétence depuis 2002 en matière de développement économique, ni, depuis 2005, en matière d’autorité portuaire, mais, comme nous avons accompagné d’autres entreprises seynoises pour « mettre de l’huile dans les rouages » avec bien des institutions, nous avons le devoir de continuer à aider à maintenir le dialogue. On doit y arriver. Mais, franchement, le "temps de l'institutionnel" a parfois bien du mal à se marier avec "le temps de l'entreprise" !

 

LE SITE DES CHANTIERS CRÉE DE L’EMPLOI

Car, bon sang, avec plus de 15% de chômeurs chez nous, soit 3% au-delà de la moyenne départementale, on ne peut se priver d’aucune opportunité. Et, franchement, avec 110 emplois au casino de jeux, 150 à l’atelier mécanique, une vingtaine au port de plaisance et autant à l’hôtel Kyriad, et la trentaine annoncée par Monaco Marine, les dizaines de formateurs du centre des apprentis des métiers de la mer, sans compter les dizaines d’emplois induits et ceux existant déjà à l’Espace Grimaud, en quelques années, le site des anciens chantiers, bien que nous soyons très loin des milliers de travailleurs des « chantous », aura pris sa part dans le combat que l’on doit mener avec constance pour l’emploi du plus grand nombre.

 


 

> L'image illustrant cet article est un dessin de "Masmoulin" trouvé sur les pages "Talents" du site paperblog. Je peux le retirer sur demande, naturellement.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Économie - tourisme et commerce
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 12:34

http://depannage-informatique-pau.com/theme/moderne/img/academie-entreprise.jpgOn peut parfois utilement poser un regard sur les chiffres (qu'on devrait appeler nombres, car, les chiffres, ce sont les signes de 0 à 9 qui servent à composer les nombres), même s'ils sont bruts et méritent d'être finement analysés, interprétés et placés dans leur contexte. C'est un peu ce que l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) nous donne à découvrir. Et, souvent, à digérer...

On entend ainsi bien souvent que la situation économique seynoise est dans un complet marasme, bien pire qu'ailleurs. On ne va pas sauter au plafond de joie, mais, au lieu de se flageller sans cesse, ça vaut parfois le coup de comparer ce qui est comparable et de constater que La Seyne n'est pas dans une situation plus catastrophique qu'ailleurs, à parrtir d'un document téléchargeable sur le site de l'INSEE.

 

LA SEYNE, C'EST DANS LA MOYENNE DE L'AGGLO

 Entre 2008 et 2012, pour 1000 habitants, ce sont 44,78 entreprises qui ont été crées à La Seyne, dont 12,47 la dernière année du décompte. Ça place La Seyne en 5ème position sur les 12 communes de TPM sur la période, au-dessus de la moyenne de l'agglomération (42,41), et en 4ème position la dernière année, là aussi au-dessus des 11,41 de moyenne de TPM.

Début 2012, toujours pour 1000 habitants, il avait 32,4 entreprises en activité depuis plus de 5 ans, ce qui place La Seyne en 7ème position sur les 12 communes de TPM et au-dessous la moyenne de l'agglomération (34,88). Mais c'est un progrès par rapport au nombre d'entreprises en activité depuis plus de 10 ans pour 1000 habitants, où La Seyne, avec 19,85, est 10ème sur 12, très en dessous de la moyenne de 22,97 de TPM.

 

EN PROGRÈS... PERSÉVÉRONS

 Et cette progression se confirme si l'on relève, toujours pour 1000 habitants, qu'il y a à La Seyne 28,47 entreprises en activité depuis moins de 5 ans, ce qui place la commune en 6ème position sur les 12 de TPM, en approche de sa moyenne de 27,88.

De 10ème à 7ème puis à 6ème, on le voit, sans dire que la situation économique s'améliore fortement et structurellement, un dynamisme vers la durabilité est enclenché.

Ce n'est donc aujourd'hui à La Seyne ni mieux, ni pire, qu'ailleurs, mais simplement dans une moyenne de résultats, avec un effet manifeste de dynamique d'entrepreunariat si l'on apprécie l'évolution au cours de la période. Raison de plus pour que la puissance publique continue à l'accompagner.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Économie - tourisme et commerce
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 04:53

http://idata.over-blog.com/4/61/87/44/Outils/voilier.gifDans deux précédents articles (ICI et ICI), je me réjouissais de la signature, lundi dernier, du contrat de réalisation du futur port de plaisance « Michel Pacha ». Ce contrat, c’est bien sûr un des éléments de la reconquête du site des anciens chantiers, avec les réalisations de nos prédécesseurs, telles que le centre de formation aux métiers de la mer au temps où Maurice Paul était maire, le pont levant ou le parc sous le mandat d’Arthur Paecht, et les nôtres : le chemin de la mémoire, le changement d’usage du parc urbain littoral, l’aménagement des quais et formes pour la grande plaisance, le casino de jeux et l’atelier mécanique.

 

UN PROJET ALLIANT TECHNOLOGIE ET ÉCOLOGIE

C’est un élément structurant du développement économique de la Rade qui fixe de manière durable l’économie maritime dans notre bassin.

C’est un projet moderne qui, dans l’esprit de ce qui se joue en face, sur l’autre rive seynoise, celle de notre pôle de compétitivité Mer, en matière d’innovation technologique, va développer des dispositifs novateurs comme la technologie NFC avec le système Port’Pass dont nous ont parlé lors de la signature les partenaires qui le mettront en place.

C’est un projet qui prend en compte la protection de l’environnement et le développement durable. Il s’inscrit ainsi dans le dispositif « ports propres ».

 

NOUS SOMMES PARTISANS DE PROJETS COMMUNS SUR UN TERRITOIRE EN PARTAGE

Et ce projet, c’est enfin un projet global de Rade, car ce site marin et littoral exceptionnel que la nature a modelé est le bien commun de ses 450.000 riverains. Et, nous, nous sommes des partisans des projets communs.

Et les institutions que les collectivités républicaines ont créées pour favoriser la cohérence et la coopération utiles à notre communauté doivent s’atteler à accompagner les projets qui permettent d’en tirer parti pour le bien de tous : l’outil commun Ports Toulon Provence (PTP) est ainsi saisi dans le cadre d’un dispositif d’appel à projet du Conseil général pour la remise en valeur et la réhabilitation de notre petit port du Manteau. Tout comme PTP, ainsi que l’agglomération et le département qui sont ses géniteurs, devront être partenaires, à l’instar d’autres, tels l’AUDAT (Agence d’urbanisme de l’agglomération toulonnaise) qui s’y investit avec passion, pour le projet de la corniche de Tamaris.

 

Merci à tous ceux, élus de la commune, de la communauté, du département, de l'autorité portuaire, aux cadres et agents des collectivités et de leurs établissements, qui ont dépassé leurs doutes et cravaché pour avancer, et aux partenaires privés qui y croient. Et bien sûr à l’État, et sa plus haute autorité locale, qui a si bien su mettre de l’huile dans les rouages pour que nous parvenions, enfin, à cette signature.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Économie - tourisme et commerce
30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 04:54

http://www.clipart-fr.com/data/clipart/bateaux/bateau_106.gifDans un précédent article, je rappelais combien il avait fallu être opiniâtre pour parvenir - enfin ! - à la signature de la délégation de service public pour le futur port de plaisance de La Seyne. La Seyne, c’est un territoire et des compétences, soit exercées en propre par la commune, soit en partenariat avec d’autres. La Seyne c’est donc une identité, une réalité historique - le nom de Michel Pacha donné au futur port le rappelle - autant qu’une réalité institutionnelle incontournable dans la Rade et l’agglomération.

 

FAIRE VALOIR NOS ATOUTS, POUR LA SEYNE ET POUR LA RADE

Une certaine idée de La Seyne, c’est l’énergie que nous y mettons pour faire valoir les atouts de notre territoire, pour nous-mêmes, bien sûr, mais aussi pour toute la Rade.

Une idée de La Seyne, c’est considérer notre cité, non comme le fin fond marécageux et insalubre de la Rade qu’elle n’est plus depuis 300 ans, mais comme sa Rive Sud. C’est d’ailleurs ainsi qu’a été bâti le projet de la corniche de Tamaris.

 

POUR UNE UTILISATION OPTIMALE D’UN LITTORAL PRÉCIEUX

Une idée de La Seyne, c’est dire que ses côtes n’ont pas vocation à accueillir n’importe quoi. On se souvient des préventions fondées des uns et des autres quant à l’installation de l’entreprise de traitement des boues et des sédiments de la Rade, ou du site de déconstruction des navires de la marine nationale, deux projets sur la sécurité desquels notre population a obtenu des assurances de l'État.

La vigilance doit être constante pour l’utilisation optimale d’un littoral précieux. Je crois ainsi que, passé le temps de l'affinement des process industriels, c'est dans l'Arsenal militaire que devrait être développée une vraie filière durable de démantèlement des bateaux, ou que les quais et formes des anciens chantiers méritent d'être mieux aménagés pour accueillir encore plus de yachts de grande taille en hivernage, productifs de ressources pour la commune elle-même et pour l'activité des commerces et des entreprises de chantiers navals.

Comme je crois aussi que notre rivage de Brégaillon n’a pas à accueillir les ferries de liaison avec la Corse ; je le disais ce lundi à Laurent Cayrel, préfet du Var, qui a honoré de sa présence la cérémonie de signature du contrat : « Je voudrais me tromper, mais je crains que nous mesurerons ensemble, Monsieur le Préfet, à l’automne, à l’occasion de la Tall Ship Regata, l’impact complexe sur la circulation du regroupement de ces ferries, du Ro-Ro et des autres mouvements de voitures et camions. »

Par contre, une idée de La Seyne c’est travailler intelligemment et en bonne entente pour le bien des Seynois et de tous les habitants du Grand Toulon. C’est favoriser le développement économique de la Ville et de tout le territoire, avec l’accompagnement d’institutions compétentes, au service des enjeux partagés entre nos communes. J’y reviendrai dans un prochain article...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Économie - tourisme et commerce
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 15:19

http://www.clipart-fr.com/data/clipart/bateaux/bateau_102.gifLe contrat de délégation de service public pour la construction et l'exploitation du futur port de plaisance est signé depuis ce lundi. Je l’avoue, avec les élus et les fonctionnaires qui ont travaillé sur le sujet depuis cinq ans, nous n’étions pas peu fiers d’y être parvenus. Et la satisfaction des chefs d’entreprises qui étaient présents à ce moment était réelle. Pas seulement ceux qui prennent part au projet, mais aussi ceux qui attendent cet investissement avec impatience, comme moyen de doper l’activité économique de la plaisance, depuis les entreprises « voisines » installées sur l’Espace Grimaud jusqu’à ceux qui promeuvent cette dynamique à l’échelle régionale autour de Riviera Yachting Network, qui nous disaient combien ce lancement allait avoir un effet "boostant" très au-delà du littoral seynois et combien La Seyne contribue à redonner confiance en matière d'emploi.

 

MALGRÉ LES EMBÛCHES, ON N’A JAMAIS BAISSÉ LES BRAS

On revient de loin. Rappelons-nous les atermoiements depuis 2006 : un projet de nos prédécesseurs, plutôt pas mal sur le fond, mais mal ficelé sur la forme, un délégataire défaillant et qui a donné lieu à un contentieux que la Ville a gagné, une nouvelle autorité portuaire qui semblait surtout vouloir, justement, affirmer son... autorité, le tout dans un contexte bureaucratique lourd : les procédures sont longues et complexes.

Mais nous nous sommes accrochés car c’est un projet qui intéresse au premier chef la ville, tandis que d’autres le dénigrent. J’ai d’ailleurs entendu dire qu’un des candidats toulonnais à la mairie de La Seyne considérait que c’était là un mauvais projet et qu’il aurait mieux valu écouter telle institution qui, disait-il, aurait préféré y voir des bateaux de croisière…

 

POUR AVOIR, IL NE SUFFIT PAS DE VOULOIR, IL FAUT SE BATTRE

Il faut parfois le dire à l’occasion de moments solennels comme celui de ce lundi afin de nous améliorer collectivement : nous avons pu parfois douter de la pertinence des positions de certaines instances dans la conduite des projets de développement : on se souvient sûrement de ces retards et reports pour la base marine du pôle de compétitivité Mer, comme on mesure aujourd’hui l’impatience qui croît chez les entrepreneurs de Monaco Marine pour leur installation sur la partie orientale du site des chantiers, bien qu'on me dise qu'on devrait voir le bout du tunnel. Mais chacun a droit à l’erreur d’appréciation, et je formule le vœu que ces temps d'hésitations soient révolus, qui pouvaient laisser croire qu'on en voulait à La Seyne.

Tout cela montre qu’il ne suffit pas de proposer pour avoir. Pour avoir, il faut se battre en continu sur le long terme et c’est ce que nous avons fait depuis cinq ans, et plus encore depuis sept mois, parfois sans concessions ; sept mois, c’est le temps qu’il a fallu pour que l’autorité portuaire rende son avis alors même que le président de Toulon Provence Méditerranée, Hubert Falco lui-même, était convaincu de notre projet et le disait haut et fort.

 

CE CONTRAT, C’EST UNE CERTAINE IDÉE DE LA SEYNE ET DE LA RADE

Tout ça a été du temps perdu, du temps joué contre les Seynois et contre tous les habitants du tour de la Rade par des institutions qui ont pourtant été fondées pour être à leur service. C’est parfois à n’y rien comprendre !

Mais tout ça est derrière nous. Regardons devant. C’est ce que je proposerai dans deux prochains articles aux visiteurs de ce blog, car ce contrat, c’est une certaine idée de La Seyne (voir l'article 2/3). Et c’est un projet de La Seyne, pas seulement pour elle-même, mais pour La Seyne dans l'ensemble de la Rade.



 

> Sur le sujet, un article du Figaro

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Économie - tourisme et commerce

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE