27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 05:16

"Rassurez-vous, Monsieur le maire, nous sommes loin de tous penser la même chose que lui des institutions de la République !". Si je n'avais pas croisé ce jeudi, dans le train, un chef d'entreprise de ma connaissance, j'aurais eu du mal à ne pas rester sous le choc des propos que j'avais entendus la veille dans la bouche de M. Gattaz, le dirigeant du Medef, invité à honorer de sa présence la présentation du "Top 500" des entrepreneurs varois au cours de la cérémonie annuelle organisée par l'Union patronale du Var.

Si je ne m'attendais pas à ce que le "patron des patrons" loue les bienfaits de la lutte des classes ou la planification économique à la mode du XXe siècle, j'ai presque été rassuré que mon interlocuteur me dise que plusieurs dirigeants d'entreprises varoises, à l'issue de la présentation du palmarès 2015 des belles initiatives économiques varoises, s'en soient ouverts entre eux et aient été eux-mêmes troublés par la dureté et l'intransigeance des propos de M. Gattaz.

 

DES PROPOS SUFFISANTS EN FORME DE DÉCLARATION DE GUERRE À L'ÉTAT

Moi, en tous cas, j'ai été abasourdi par la violence de la charge contre l'institution publique, accusée de tous les maux, qu'elle soit, d'ailleurs, animée par des élus de droite ou des élus de gauche. Depuis les années 80, les élus de la République seraient donc tous à mettre dans le même sac, cause funeste des "Trente Piteuses".

Leitmotiv d'un propos ultra-libéral sans concession, la puissance publique de la France a été pointée tout le discours durant comme la cause de tous les maux du pays. Le modèle socio-économique de notre République a été vilipendé par tous les angles d'attaque : droit et durée du travail, dépenses publiques, dialogue social, contributions fiscales et sociales, fonction publique inutile, formation inopérante, etc. Aux yeux de M. Gattaz, hors les seuls "héros" que sont les patrons, il faut tout jeter. Et, louant les vertus de la mondialisation, de citer à maintes reprises la Chine ou Singapour comme modèles de sociétés !

 

LA SEYNE SERAIT-ELLE UNE ENCLAVE TERRIENNE D'UNE EXOPLANÈTE ?

Je me suis demandé si La Seyne est une enclave terrienne d'une quelconque exoplanète. Car ce n'est pas du tout le mode de relation que j'entretiens avec le monde des chefs d'entreprises de chez nous, qu'ils soient commerçants, artisans, patrons de PME ou d'ETI, ou de leurs institutions consulaires, comme la Chambre de commerce et d'industrie, et même l'Union patronale du Var.

Chez nous, la relation est faite de respect mutuel, de coopération, d'échanges alimentant les réflexions des uns et des autres pour la recherche des meilleures réponses possibles aux besoins du territoire.

Car, enfin, sans parler des dispositifs publics de l'État et de l'Europe, qui, si ce n'est la puissance publique locale, intercommunale, départementale et régionale, aide les entreprises à bénéficier de zones d'activités aménagées et desservies en accès, transports et en très haut débit ? Qui accompagne les associations de commerçants, l'installation de paysans, l'économie numérique, l'appui des artisans à la commercialisation, la promotion touristique, les pôles de compétitivité ? Qui se bat pour le maintien de l'emploi technologique et industriel ? Qui, en faisant réaliser des chantiers publics comme celui de la rénovation de notre quartier Berthe ou du casino de jeux, soutient les entreprises du bâtiment et des travaux publics ? Qui développe les délégations de service public et les partenariats public-privé ? Qui est à la manœuvre pour la formation professionnelle ? Qui co-finance les projets d'innovation, de recherche et développement ? Qui, par les aides publiques locales, régionales et nationales, entraîne les appuis financiers européens ? Qui accorde des prêts d'honneur, met en place des "plateformes d'initiative locale" ou des fonds de garantie de prêts bancaires ? Et la liste pourrait encore être déroulée.

 

MAIS LA "MACHINE À CLASH" N'ÉBRANLE PAS MES CERTITUDES CONFIANTES

Moi, je crois au cercle vertueux des partenariats, chacun à sa place, publics et privé conduisant leurs efforts et projets respectifs, et de l'huile qu'on met dans les rouages pour que les missions de chacun profitent à tous.

A La Seyne, c'est un engagement permanent, dans l'échange constant, la reconnaissance mutuelle, l'entraide, qui conduit au maintien et au développement de l'emploi, l'attractivité du territoire, le développement des services, l'implication des entreprises dans la vie locale, et pas seulement sous la forme d'un mécénat toujours bienvenu pour la dynamique associative.

Et, heureusement, ce n'est pas la prestation inquiétante de celui qu'un journaliste a affublé du sobriquet de "machine à clash" qui nous fera changer d'avis.

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Économie - tourisme et commerce

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM