/ / /

 

DES RÉDUCTIONS CIBLÉES ET DIFFÉRENCIÉES DE DÉPENSES

 

Nous n'avons pas pour autant opté pour diminuer toutes nos dépenses dans des proportions identiques.

 

Il est des incontournables comme les denrées alimentaires pour notre restauration scolaire et périscolaire, sur lesquelles, même en privilégiant les circuits courts, on ne peut faire des économies avec un nombre constant de convives. Il est des frais, comme l'électricité, dont les tarifs ne cessent de croître, que l'on peine à réduire, même en installant des dispositifs permettant des économies, en remplaçant les ampoules et appareils par d'autres moins consommateurs, et en sensibilisant les agents.

 

Mais les contraintes ont aussi permis d'améliorer la qualité de l'offre : n'est-il pas plus éducatif, par exemple, d'organiser une randonnée-aventure de pleine nature pour un groupe d'ados plutôt que les amener « consommer »une activité très coûteuse dans un parc de loisirs commercial ?

 

Et nous avons opéré des choix avec des priorités. Il ne fallait ainsi pas, par exemple, que nos obligations de gestion ne nuisent trop à la dynamique associative, si importante à La Seyne, et tellement essentielle au vivre ensemble, à l'initiative partagée, à l'émancipation et à la régulation du climat social ; si l'on exclut l'aide de plus de 200000 euros que nous apportions à Théâtre Europe, porteur du projet du festival national de cirque, que nous avons dû supprimer à contrecœur lorsque les subventions de l'État et des autres collectivités ont disparu et que l'association porteuse a dû se résoudre à la disparition de cet événement culturel au beau rayonnement, la subvention communale ne suffisant pas à le maintenir, le montant total des aides financières aux associations seynoises n'a été réduit que de 2,3 %, passant de 2,48 millions à 2,42 millions d'euros, taux de baisse très éloigné du pourcentage global de 14 % de diminution de nos dépenses générales.

 

Et, au sein même des subventions aux association, nos diminutions ont été différenciées : ainsi, si celles dédiées aux associations intervenant dans le cadre du « contrat de ville » ont été réduites de 13 % (sachant que le Département, pourtant signataire dudit contrat, n'en a jamais alloué, que la Région a annulé les siennes en 2018, et que l'État a restreint les siennes de 9 %), celles attribuées aux associations s'occupant d'enfance et de jeunesse n'ont diminué que de 1,5 %.

 

 

 

Poursuivez votre lecture...

 

> DES DÉPENSES BIEN MAÎTRISÉES, ÉVOLUANT MOINS QUE L'INFLATION

> DES ÉCONOMIES SANS ATTENDRE LES CONTRAINTES DE L'ÉTAT

> DES RÉDUCTIONS CIBLÉES ET DIFFÉRENCIÉES DE DÉPENSES

> DE L'ÉQUITÉ ENFIN OBTENUE POUR NOTRE CONTRIBUTION AU SERVICE DES POMPIERS !

> LES VRAIS CHIFFRES DU NOMBRE ET DU COÛT DU PERSONNEL

> SUPPRIMER DES POSTES PERMET D'ÉCONOMISER... MAIS AU BOUT DE 12 ANS

> LES INDEMNITÉS ET AVANTAGES DES ÉLUS EN NETTE DIMINUTION

> LA PATIENTE MAIS RÉELLE RÉDUCTION D'UNE DETTE TRÈS IMPORTANTE

> DURÉE NÉCESSAIRE AU DÉSENDETTEMENT : DE 99 ANS À 12 ANS !

> HÉLAS, IMPOSSIBLE, POUR L'INSTANT, DE RÉDUIRE L'IMPÔT LOCAL...

> À LA RECHERCHE CONSTANTE DE NOUVELLES RECETTES

> LA CHAMBRE DES COMPTES CONFIRME NOS ANALYSES ET VALIDE NOS CHOIX DE GESTION

> UNE MÉTROPOLE EN APPUI À SES COMMUNES GRÂCE À SA BONNE SANTÉ FINANCIÈRE

> TOUS NOS EFFORTS SERONT-ILS RÉDUITS À NÉANT PAR L'ÉTAT ?...

 

 

ou... RETOUR À L'INTRODUCTION DU THÈME "FINANCES"

ou... RETOUR AU CHOIX DE THÈME

ou... RETOUR À L'ACCUEIL DU BLOG

Partager cette page

Publié par Marc Vuillemot

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 

 

Mes engagements

 

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var