31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 05:25

http://www.la-seyne.fr/joomla/images/stories/laseyne/sortir/occitan-sortir.jpgDeux jours de fête enchantée au Fort Napoléon autour de rencontres, notamment musicales, mais aussi picturales et artisanales, à l'initiative du conseiller municipal Miquèu Tournan, délégué à la culture provençale et occitane, où divers groupes se sont retrouvés, certains venus de Corse et de Bretagne.

Je les ai accueillis samedi en fin de matinée. Je ne traduis pas en français mon propos que j'ai prononcé en provençal ; vous verrez, amis visiteurs, même si vous ne pratiquez pas notre langue, avec un brin d'attention et le "bain linguistique et culturel" dans lequel nous vivons sans nous en rendre compte, vous en comprendrez l'essentiel...

"Bònjorn en totei,

"Siam pas de "Mohicans" e sabem bèn çò qu'es lo monde de uei.

"E es bèn per çò que aquèu monde devèn "un", valènt-a-dire "globalisat", que, d'aici vò d'aila, lei "pitchòts", coma siam nautrei, revendicon son identitat.

"Es per çò que, dins nòstrei relargs, lo patrimòni istoric e culturau es ric que lo fau defendre, promòure e desvolopar.

"Aguer una lènga, de musicas, de dansas e bancaus regionaus, tot aquò afortis una mèna de sentiment d'ufana d'apertener a-n-una tradicion. E quora viu, aquela tradicion, es pus vertadierament una tradicion : es una cultura !

"Siam pas segur de çò que sarà l'avènir. Ara descriu pus gaire de lendemans amé de pantais, mai una vida qu'esvoluda radicalamènt. Sembla mèns mau-eisat d'emmaginar la fin dau monde qu'un cambiamènt, fuguesse-ti tout pitchòt, de nòstre sistem economic.

"E en fàci de la brutaletat de la logica comerciala, nos dison qu'avem gaire d'autre biais que solamènt si demandar coma faire per omanir lo capitalisme am'un pauc mai de solidaritat ò, coma aici, de sostèn ai drechs per lei minoranças.

"Verai, dins aquèu monde "globau", desomenenc, monte i a pas rèn que compta que lo profiech, totei lei resistencis son bònas, fugesson simbolicas ! E subretot aquelei que son simbolicas !

"Gardem nòstreis identitats !

"Benvengut aqui à La Seina a-n-aquelei que li son venguts, d'unei que l'ia, lo sabi, de pron luenh. Benvenutu ais amics còrses ! Donet-Mat ai Bretons ! E gramaci a-n-aquelei qu'an engimbrat aqueu rescontre occitan.

"Jogatz et jogem nòstrei musicas, e partejem aquelei moments tant escars de convivènça."

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 16:56
http://www.theatreurope.com/img/cirque/Cirque-visuel-2010-308.jpgÇa y est. Nous avons inauguré vendredi soir "Janvier dans les étoiles" le festival du cirque contemporain qui aborde sa 11ème année à l'Espace Circoscène de La Seyne.

J'ai à l'occasion exposé quelques idées sur des transpositions que l'on pourrait faire du cirque à la "vraie vie"...

"Nous revoilà, cette année, encore sous le chapiteau de « Janvier dans les étoiles » - Onzième édition ! - C’est un festival désormais incontournable.

"Notre grande fierté, et, surtout celle des inspirateurs de ce festival, réside dans ce qu’il est un lieu de création, recherché par les compagnies du cirque contemporain, et attendu par la population de La Seyne-sur-Mer, de toute la région et d'au-delà.

"Dorénavant, « Janvier dans les étoiles » démarre en février. « Janvier dans les étoiles » est LE titre du festival. Une consultation est en cours pour définir, ou pas, un nouveau nom. Ce recul de date répond à de nouveaux impératifs techniques. Vous savez, il faut avoir le courage de bousculer les habitudes pour que l’essentiel demeure.

"L’essentiel, d'ailleurs, c'est bien cette pérennité pour laquelle je conçois quelques inquiétudes si, d'aventure, pardonnez-moi d'être un brin politicard, mais c'est pour la bonne cause, les régions et les départements se voyaient retirer, par une future loi dont on parle beaucoup, la clause de compétence générale qui les autorise aujourd'hui à soutenir la culture, notamment portée par le monde associatif.

"Oui, l’essentiel, c’est bien, comme nous, aujourd’hui, d’agir pour que le festival continue. La municipalité a signé avec Théâtre Europe une convention triennale, c’est un engagement fort.

"L’essentiel est que le spectacle, le rêve, l’émotion, la convivialité que procurent les arts du cirque, soient encore au rendez-vous pour le plus grand plaisir des petits, des grands, de vous tous.

"L’essentiel est, pour les professionnels, de trouver l’occasion de se rencontrer, d’échanger, de nourrir une réflexon, de continuer à faire vivre un art populaire.

"Les artistes circassiens sont, à plus d’un titre, porteurs d’originalité. Ils mélangent les genres, l’exploit sportif, technique, la danse, le théâtre, la musique. Ils les associent, les détournent, les adaptent et créent ainsi une nouvelle manière qui ne renie en rien la tradition. Au contraire, la tradition puise à son tour, dans ce renouveau, les arguments de son renouvellement, dans un classicisme actualisé.

"Et puis, ces artistes viennent d’horizons divers, ce sont des gens du voyage. Les nationalités, les traditions, les racines sont nombreuses, les confrontations culturelles fructueuses. La programmation 2010 ne le démentira pas avec « Rev » de la Cie Cahin-Caha – Cirque Bâtard, ou body no body du cirque Bang Bang, ou encore In vitro 09 d’Archaos.

"Le cirque est un modèle. Comprenez, je veux y voir, au risque de déplaire, une allégorie réussie de la richesse du brassage des cultures, de la richesse du partage, dans la communion, et le « vivre ensemble » : les gens du cirque ne se définissent ni par la race, ni par la religion, ni par la langue, mais par cet alliage de souvenirs communs et d’une vie partagée.

"Je n’ai pas choisi ces mots au hasard. Ce sont les mêmes, dans cette formulation, qu’utilisaient Ernest Renan, dont pourtant je suis loin de partager toutes les analyses, pour expliquer ce qu’est une nation : autre chose que la race, la religion, la langue.

"Il est légitime d’avoir des appartenances multiples. Le tout est d’en avoir une, commune, qui prime sur toutes les autres. C’est cela que nous devrions travailler et construire.

"L’identité d’une communauté, le « vivre ensemble » est une nécessité incontournable. Les communes, comme leur nom l'indique... hier, la France, sont nées de cette identité.

"Si son fondement a été, longtemps transcendant, dans l’Ancien Régime, en reposant sur la religion, l’identité des Français quitte le ciel avec la Révolution en s’ouvrant à une logique humaniste... c'est-à-dire ouverte, tournée vers l’autre.

"C’est ce que nous montre le cirque, il est porteur de cet humanisme. Il nous montre la voie. C’est la question du lien, sujet central du spectacle « le tout nous » de l’Apprentie compagnie. Le lien social. C’est la question : quel sens donner au « vivre ensemble » ?

"Nous ne sommes plus dans la gestion, elle est rendue difficile, vous le savez. Non, cela va bien au-delà. Dans ce domaine, nous sommes dans le champ des idées. Celles qui définissent une forme de société.

"Nous râlons, tous, après les impôts, mais nous réclamons, tous, la solidarité de la Nation, pour les hôpitaux, pour les écoles, pour la sécurité sociale. N’oublions pas, il n’est de richesse que dans les hommes. Ce sont les hommes qu’il convient de préserver.

"Que constatons-nous ? Dans notre quotidien de justiciable ou de citoyen, il n’y a plus d’égalité devant la Loi, devant la santé, l’éducation, l’embauche, la carrière. Où est passée la puissante machine à fabriquer des Français ? Où sont les mécanismes intégrateurs ? L’école laïque et républicaine est volontairement affaiblie, les associations perdent tous les jours des moyens.

"Redisons, avec force, que la laïcité doit être le respect de chacun. Elle est le contraire de l’exclusion, de l’ostracisme. La laïcité rassemble. Elle rassemble dans l’unicité de la République, sans étouffer le particularisme de telle ou telle communauté.

"Il est là, le vrai débat. Qu’est-ce qui nous rassemble ? Quelles sont ces valeurs dans lesquelles, chacun d’entre nous, laïques et religieux de toutes confessions, athées et croyants, nous nous retrouvons ?

"Je m'éloigne du sujet de ce soir ? Non, non. Les artistes du cirque montrent que la diversité est une richesse. C’est un début de réponse. Mieux, ils permettent aux jeunes talents d’exprimer toute leur fougue créatrice. C'est un bel exemple de résistance.

"Alors, longue vie à ce festival populaire qui, avec la Municipalité et le Département, avec le soutien du Conseil Régional et de la DRAC (pourvu que ça dure), a le mérite de s’ouvrir aux écoles, aux lycées, aux collèges, aux associations. Je suis heureux de déclarer ouvert ce festival. Soyez nombreux à venir vous émerveiller."

 
Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 07:25
port.gifVendredi soir, il m'aura fallu courir d'un bout à l'autre du port pour répondre à deux invitations concomitantes. Deux événements culturels qui offraient la particularité de n'être ni organisés par un service public, ni par une association. Ce sont en effet deux établissements... commerciaux qui accueillaient un beau public. Et faisaient acte de culture.

Je l'ai dit aux dirigeants de la Librairie Charlemagne qui arrosait son extension de 200 mètres carrés. Il y a près de 15 ans, avant que cette librairie familiale indépendante de grands groupes, installée depuis quatre générations à Toulon, fasse le pari de s'implanter dans les locaux de l'ancien cinéma Rex, sur le quai Gabriel Péri, ça gloussait dans les chaumières sur le registre "une librairie à La Seyne, ça ne marchera jamais". Et puis il y a eu une première extension, et aujourd'hui un nouveau vaste espace dédié à la littérature pour la jeunesse, aux bandes dessinées et aux mangas. Avec, notamment, un "square de l'école des loisirs", le quatrième de France. Finalement, l'accès au Livre, à La Seyne, ça marche...

Il nous restera, à nous, service public, à être à la hauteur, avec la nouvelle médiathèque municipale de Berthe dont nous poserons sous peu la première pierre, et qui sera le dernier maillon d'une chaîne de trois, comportant déjà la bibliothèque du centre-ville, qui a fêté ses quarante ans, et celle du Clos saint-Louis, au Sud. Et à soutenir les initiatives grand public visant à promouvoir la Lecture, à l'image de celle de l'équipe d'une autre librairie du centre ville, "Bulle", qui a lancé son sympathique festival BD "Bulles en Seyne" qui a connu un franc succès. Si tous ces acteurs culturels s'entendent - et il n'y a pas de raison -, on devrait vivre de beaux événements...

À l'autre bout du port, quai Saturnin Fabre, à côté de la mairie, cette fois dans un débit de boissons, la "Brasserie de la Mairie", c'était aussi la fête avec la remise des lithographies et du tableau offerts par Alain Nonn, peintre seynois de renommée mondiale, dans le cadre d'une loterie. Un espace commercial lui aussi ouvert à la culture qui accueille régulièrement des expos (en ce moment, celle de Christian Calabrese) et des journées de dédicaces littéraires, notamment de... BD, en collaboration avec le libraire d'à côté.

La boucle est bouclée. Si tout le monde s'y met, acteurs économiques et culturels, publics et privés, lucratifs et associatifs, ce sera au bénéfice de tous. Des Seynois et de nos visiteurs, surtout.

Mais d'ici à ce que ça calme ceux qui ne cessent de ressasser que notre ville se moque de la culture...


(image ci-dessus : une animation du quai Gabriel Péri entre la fin de la guerre de 1939-1945 et ces dernières années, à partir de deux photos piquées sur le site de Jean-Claude Autran) et le site web-provence, avec toutes mes excuses)
Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 10:46
Ça a démarré vendredi soir avec l'enclenchement des illuminations en ville. Cette année encore, nous poursuivons notre effort "éco-citoyen" en continuant notre programme de remplacement des ampoules à incandescence par des diodes, moins consommatrices d'énergie. Il reste quelques ajustements à opérer, par exemple au Rond-Point Kennedy, que nous avons un peu oublié...

Et samedi, après avoir, avec Miquèu Tournan, conseiller municipal délégué à la culture provençale et occitane, inauguré les fêtes calendales au Fort Napoléon, rappelant l'importance de la mémoire vivante et de la tradition active, loin d'un "folklorisme poussiéreux", j'ai participé à l'étonnante "transhumance urbaine" que nous avons renouvelée après l'essai de 2008, en suivant quelques 400 moutons et chèvres, accompagnés d'une dizaine de chevaux camarguais, dans les rues du centre ancien, puis je me suis essayé à chanter le "Noël des petits santons" avec les chorales de La Seyne, finissant dans des palabres avec mes concitoyens autour d'un vin chaud au bas du marché.

J'évoquais dans un récent article de ce blog l'investissement des bénévoles de notre ville. Franchement, ceux qui se sont mis en quatre pour le début de ces festivités de fin d'année nous ravissent. Bravo et mille mercis aux "Cigaloun Segnen" animés par Serge Bonfanti et son équipe, à "Choeurs en Seyne" qui regroupe l'ensemble des choristes de la ville, à l'instigation de Jean-Claude et Janine Pioch, chevilles ouvrières de "La Chorale de la Mer", à "GASPAR" et son président Yann le Goff, qui a fabriqué des dizaines de grosses bougies que les commerçants arborent à leurs devantures, à "Vitrines Seynoises" animées par Christophe Chabert qui ont mobilisé les commerçants. Bref, à tous les volontaires et tous les services de la commune qui nous ont ravis. Et vont le faire pendant trois semaines.


> le programme des festivités de fin d'année sur le site officiel provisoire de la Ville de La Seyne
Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 07:53
Florence Cyrulnik, adjointe à la culture et au patrimoine, Jean-Jacques Taurines, conseiller municipal, et moi avons répondu vendredi à l'invitation de l'équipe des bibliothécaires communaux à arroser les 40 ans de la première bibliothèque municipale.

Un établissement public dans la force de l'âge qui accueille aujourd'hui dans ses 160 petits mètres carrés 981 lecteurs actifs, de tous âges.

J'ai demandé à Jeannot Passaglia, adjoint à la culture de l'époque (à droite sur la photo ci-contre, lors de l'inauguration en 1969, avec le maire Toussaint Merle, quelques semaines avant sa mort, et Madame Guindon, la première bibliothécaire) de rappeler à l'auditoire la politique culturelle qui a été menée dès la fin de la guerre pour contribuer à "élever les consciences" des citoyens de la ville ouvrière d'alors.

L'accès pour tous au Livre, à la "chose écrite", s'est poursuivi avec le temps, et je pense avoir été beau joueur en reconnaissant l'impulsion donnée par Jean-Louis Respaud, adjoint UDF de Charles Scaglia, qui a promu le plan de réalisation de deux autres bibliothèques pour couvrir l'ensemble de la commune : l'une au Sud de la ville, installée au Clos Saint-Louis, et la prochaine, dont nous allons entamer dans quelques mois la réalisation, au coeur du quartier Berthe.

Il faudra ensuite peut-être songer à trouver de nouveaux espaces pour déménager notre bibliothèque quadragénaire du centre ville dans des locaux plus vastes et mieux adaptés. Peut-être avec des moyens à obtenir dans le cadre du Plan National de Rénovation des Quartiers Anciens Dégradés (PNRQAD) pour lequel je vais aller plaider la semaine prochaine à Paris...
Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 08:17
La Seyne-sur-Mer avait de quoi être comblée ce mercredi soir. Elle a été choisie pour accueillir du 10 au 25 octobre la cinquième édition de la Biennale régionale de la mémoire populaire.

Et c'est ici, pour la première fois, qu'elle s'ouvre aux arts plastiques, à la photo, à la vidéo... Des artistes, d'ici ou d'ailleurs, et des associations seynoises font de notre ville une sorte de capitale éphémère de l'image et de la mémoire.


Finalement, on a beaucoup évoqué la mémoire ouvrière de notre ville. Renouer avec les racines pour aller plus loin vers l'avenir, c'est fondamental. Mais les multiples regards que portent les artistes qui font cette biennale, offrent aussi un regard neuf, parfois décalé, un regard présent qui fait comme un lien entre passé et futur.


Pour nous, cette manière de revisiter le passé ou le geste de travail, sans nostalgie, avec un vrai respect de cette culture populaire, cela nous touche.


On a sans doute trop souvent, dans cette ville, tenu la culture éloignée des gens. Il n'y a pas d'élitisme quand l'art est vivant et partagé.


Oui, La Seyne est heureuse de se voir envahie d'images et d'oeuvres d'art. Merci à la Région, Merci à Alain Hayot, son vice-président délégué à la culture, merci à Joëlle Metzger, cheville ouvrière du projet, merci à Laetitia Talbot, commissaire de cette biennale.


Je les ai toutes et tous accueillis à la Bourse du Travail, avec d'autant plus de chaleur que ce genre d'événement fait la démonstration que la culture n'a pas seulement un droit de cité à La Seyne. Elle est, et doit être toujours davantage l'un de nos axes de développement. Elle est, et doit être toujours davantage, par le théâtre, par le cirque contemporain, la musique, l'image, une ville d'expression, de création.


Je leur ai dit : "
Ici, nous sommes, vous êtes, en terre de liberté, d'énergie et de force d'expression !"

Regard sur les chantiers navals, regard sur le travail plus généralement : cette biennale nous en met plein la vue !


Elle permet de créer une ouverture sur l'extérieur à travers le regards d'artistes, dans des lieux parfois inhabituels pour nous ou qui se révèlent comme la Criée, la Bourse du Travail (ça ne s'invente pas pour un telle Biennale), la bibliothèque du Clos St-Louis, mais aussi ou encore le centre Nelson Mandela, l'espace Tisot...


J'ai remercié les artistes. J'ai remercié les associations de La Seyne : les Amis de La Seyne Ancienne et Moderne, Les Ateliers de l'image, le Centre culturel Nelson Mandela, Les Chantiers de la Lune, Histoire et Patrimoine Seynois, les Relais de la Mémoire, les Traqueurs de Mémoire, Orphéon et le collège Henri Wallon. J'ai remercié aussi la Régie culturelle régionale, la Région Provence Alpes Côte d'Azur, l'agence Alternative, l'agglomération Toulon Provence Méditerranée, l'Institut National de l'Audiovisuel et, bien sûr, les services de la ville, en particulier la Direction Culture et Patrimoine.

 

Amis visiteurs de ce blog, cheminez en ville. Et profitez-en.

> téléchargez le programme

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 19:38

Après l'arrivée du Tour de France à la voile, la ville de La Seyne a été choisie pour être l'une des vingt étapes du "Tour de France du projet" engagé par Martine Aubry et la direction nationale du Parti socialiste.

Ce sera le mercredi 25 novembre à 18 heures, très certainement à la Bourse du Travail de La Seyne.

Afin d’élaborer son projet et de se préparer aux prochaines échéances électorales, le Parti socialiste a en effet décidé d’ouvrir un grand chantier de réflexion en collaboration avec ses militants et de nombreux acteurs de la société civile.

Une vingtaine de réunions publiques sont ainsi prévues dans toute la France en présence de responsables politiques et notamment de Martine Aubry, notre Première secrétaire. Lors de ces réunions des discussions auront lieu entre les participants et avec le public dans le but de mettre en place une base de réflexion solide pour la construction de notre projet.

Un site Internet a aussi été ouvert pour expliquer la démarche engagée par les socialistes et permettre à chaque citoyen d'apporter d'ores et déjà sa contribution, en se rendant sur...


Vous trouverez sur ce site toute l’actualité de ce Tour de France du Projet des socialistes ainsi que des espaces qui vous permettront de participer à la préparation des réunions en commentant l’actualité et les articles écrits par d’autres ou encore en rédigeant vos propres contributions pour nous faire part de vos opinions et de vos analyses.

Vous me connaissez, je suis souvent prudent, sinon perplexe, sur les exercices parfois "démagos" de "démocratie participative". Mais, cette fois-ci, je crois, franchement, que nous aurons une occasion rare de nous exprimer.

Réservez votre soirée. Je compte sur le maximum d'entre nous.
Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 11:40
Incroyable ! Lors d'une visite, au Musée de Balaguier, auprès des personnels du service municipal du patrimoine, Florence Cyrulnik, adjointe chargée de cette question, Patrick Valle, adjoint au personnel, Angélique Mazoyer et Jean-Jacques Taurines, conseillers municipaux, et moi-même, avons eu les bras coupés d'apprendre que, depuis des mois, il semble impossible d'obtenir pour ce lieu public une connexion Internet, et même un simple branchement de... téléphone ! Il reste des progrès à faire en réactivité... et, là, on ne peut pas accuser une entreprise privée...

Les visiteurs de ce blog se demanderont pourquoi j'évoque ce point de détail. C'est qu'ils ne savent pas que l'équipe "patrimoine" tente d'obtenir pour notre Fort de Balaguier le label officiel de "Musée de France". Une qualification qui reconnaîtrait le caractère d'utilité publique de cet équipement remarquable, qui prépare une expo annuelle sur les bagnards pour 2010, laquelle doit être en réseau avec le Musée de Chartres. Et qui dit "réseau", dit... Internet...

D'autant que l'équipe municipale du patrimoine travaille aussi à un projet d'exposition virtuelle à mettre en ligne.

Et tout ça ne risque pas de marcher avec un sémaphore mécanique ou des signaux de fumée...
Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 15:43

Florence Cyrulnik, mon adjointe à la culture, et moi avons reçu le directeur du Conservatoire de Musique de l'agglomération et le responsable de l'école de musique de La Seyne. Nous avons été agréablement surpris de leur volonté de développer l'éveil musical et d'ouvrir l'école à son environnement de nos quartiers populaires du centre ancien. Il faut se saisir de l'offre. Faisons avancer la culture pour tous !

Repost0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 14:20
... avant l'étape de La Seyne du Tour de France du projet des socialistes !
Nous avons besoin des avis de tous, au-delà du PS !
Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE