24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 07:30

http://www.frequence-sud.fr/admin/transfert/data/16381.jpgDécidément, la semaine seynoise est culturelle. Après l'inauguration de la nouvelle médiathèque Andrée-Chedid, ce mardi, ce jeudi soir verra le lancement de la quinzième édition du festival de cirque contemporain "Janvier dans les étoiles", précieusement labellisé cette année "Marseille Provence 2013, capitale européenne de la culture".

Je tiens à ce que l’année soit rythmée de nombreux événements festifs et culturels, facteurs de détente, bien sûr, mais également d’appropriation de faits culturels et de participation conviviale et collective entre Seynois de tous les quartiers. Et voisins et visiteurs, naturellement.

Avec des finances très contraintes, j’ai non seulement pu faire perdurer les événements existant avant mon élection, même s’il a fallu les gérer de façon plus serrée, mais aussi en créer d’autres. Outre « Janvier dans les étoiles », de nombreux ont été poursuivis, portés le plus souvent par des associations très actives et soutenues par la ville, ou menés par la ville avec la participation d’associations. Il est ainsi des animations et festivités d’été, naturellement, revues avec de nombreux spectacles et animations en cœur de ville et sur le Parc de la Navale que je veux toujours plus ouvrir (et dont j’ai d’ailleurs revu en ce sens le règlement intérieur qui faisait de cet espace vert une sorte de sanctuaire !). Mais aussi le festival cubain « Bayamo », le festival de jazz, le festival de cinéma « Portraits de femmes », le festival « La poésie est dans la rue » qui avait été supprimé par mon prédécesseur, le festival des chorales « Chœurs en Seyne », « Faites du sport » élargi à « Ports en fête », les bains de Noël et du printemps, ainsi que de nombreuses manifestations spectaculaires sportives, en particulier autour d’événements nautiques.

Mais, depuis quatre ans, d’autres ont vu le jour. Ce sont des animations commerciales comme « Venise en Seyne », « L’Alsace sur Mer », le salon « L’esprit du vin et de la gastronomie », ou le marché de Noël. Ce sont des animations culturelles comme le festival de la bande dessinée « Bulles en Seyne », le festival de culture scientifique « Village de la science », les concerts de grande musique de « l’Académie Internationale de Musique », le festival de musiques actuelles « Couleurs urbaines », ou le festival solidaire de jeunes talents « Omaseyne ». Ce sont des animations autour du sport et de la mer comme l’arrivée du « Tour de France à la voile » ou la « Coupe des Lyons ». Ce sont des animations citoyennes comme « La fête des voisins » ou « Les balcons fleuris », ou plus engagées, comme la journée « Les Glières-sur-Mer » de rencontres festives autour des droits et de la citoyenneté.

Et, bien sûr, le retour de ce qui n’existait plus depuis des décennies dans notre ville : la fête de La Seyne, le dernier week-end de juin, moment fort d’animations et de spectacles, mais aussi de rassemblements conviviaux autour du patrimoine industriel et ouvrier, avec son désormais traditionnel « franchissement de la Porte », organisé avec l’Association pour la Maintien des Intérêts des Anciens de la Navale de La Seyne (AMIANS) et d’autres associations très engagées pour la préservation mémorielle.

Et j’en oublie sûrement.

La seule manifestation que j’ai dû supprimer avec regret est la « Semaine du fantastique » que la ville organisait avec la Marine Nationale qui ne dispose malheureusement plus des moyens de sa participation.

Certains me disent parfois qu’il n’est peut-être pas si pertinent que ça de mobiliser les ressources du service public communal pour une pratique culturelle et événementielle - qu'est-ce qui est culture et qu'est-ce qui est animation ? - si présente et diversifiée alors qu’il y a d’autres urgences et que beaucoup de Seynois sont dans la difficulté, pour l’accès au travail, à un pouvoir d’achat minimal, ou au logement.

Je réponds que, justement, l’éveil des consciences pour s’en sortir en "citoyen debout" passe aussi - et peut-être surtout - par la culture et le vivre ensemble. Et je dis aussi que cette dynamique concourt à la valorisation de l’image d’une ville qui, malgré les vicissitudes, avance et veut montrer son potentiel exceptionnel de développement. Et c’est pour cela également que j’ai voulu que La Seyne relance son activité à l’international. Mais j'en parlerai une autre fois...


Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 04:17

http://la-seyne-berthe-se-transforme.fr/media/k2/items/cache/73608782f50eb6af17bb69bdcd662692_L.jpgNous avons donc inauguré mardi soir notre nouvelle médiathèque Andrée-Chedid, en présence de François Lamy, ministre délégué à la Ville, de Robert Alfonsi et Mireille Peirano, représentant Michel Vauzelle, président du Conseil régional PACA, d'Ange Musso, vice-président de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée, de Patrick Martinenq, conseiller général de La Seyne, et de bien d'autres élus, personnalités associatives, fonctionnaires, et citoyens. Le discours que j'ai prononcé à cette occasion...

"Vous n’allez rien y comprendre, mais c’est la deuxième fois que faisons une inauguration en ce lieu. Que je vous explique : la Médiathèque Andrée Chedid est une opération qui s’inscrit dans l’objectif de la ville et du bailleur social communal, « Terres du Sud Habitat », de réaliser un ensemble mixte alliant un équipement public à des logements. Et ce sont les logements que nous avons inaugurés naguère.

"Si, en matière culturelle, nous ne devions avoir qu’une seule ambition, ce serait - mais ça n’a rien de nouveau - la culture de tous, pour tous. Cet équipement, lieu à usages multiples, pour les gamins autant que les seniors, de l’immeuble de la rue d’à côté comme des pavillons des communes balnéaires voisines, a pour vocation de faciliter l’échange, la sociabilité, la rencontre, l’accès et l’apprentissage au savoir, et les loisirs.

"Il n’est dès lors pas anodin d’appeler cette médiathèque Andrée Chedid. Et je veux saluer M. Louis Chedid qui nous fait l’honneur d’être des nôtres. Son épouse, Andrée Chedid, romancière, nouvelliste, dramaturge, et surtout poète, avait des origines orientales et a su exprimer sa tendresse en mots anglais autant qu’arabes et français. Elle était née en Egypte et vous avez vécu tous les deux au Liban.

"Andrée Chedid est l’incarnation d’un multiculturalisme fécond. Son œuvre est une quête d’humanité, un questionnement sur la condition humaine, en particulier dans le monde méditerranéen. Elle est un trait d’union entre les générations, les cultures savantes et populaires. Elle a offert de magnifiques chansons à son petit-fils Matthieu, plus connu sous son nom de scène de -M-.

"Dans cette veine, développer l’accessibilité aux lieux de culture au plus grand nombre est un souci partagé par l’architecte Jean-Louis Duchier qui a pensé cette belle médiathèque, son intérieur comme sa grande façade vitrée qui s’illumine à la nuit.

"A La Seyne, désormais, on accède toute l’année au bibliobus et à nos trois bibliothèques : l’historique, celle du centre-ville que nous appelons Pierre Caminade ; celle du Clos Saint-Louis, dans le sud ; et la médiathèque Andrée Chédid, ici, au nord.

"Ces bibliothèques ont chacune leur spécificité, ce qui fait que toutes sont dédiées à l’ensemble de la ville et des alentours et que chacun, où qu’il réside, viendra chercher ici ce qu’ils ne pourra trouver près de chez lui, et vice versa.

"Et, rassurez-vous, il y aura des livres partout.

"Un mot de remerciement aux différents financeurs : TPM (9%), le département (8%), et l’État, ça, c'est du rarissime... 78%, dont 17% du ministère de la culture et 61% de l’ANRU. Ce qui ramène la part communale à... 5%. Je le dis juste histoire de faire taire ceux qui se gargarisent de ressasser que « dans le budget de la ville, il n'y en a que pour Berthe »...

"Pour l’équipement, 900.000 € sur 3 ans : la ville contribue pour 700.000 € et la DRAC pour 200.000 €. On trouvera sur 1.000 m², 20.000 livres, 7.000 CD et 5.000 DVD. Je vous renvoie au dépliant « Bibliothèques, mode d’emploi ».

"Gratitude aussi pour l’équipe d’Annick qui mouille la chemise depuis des mois pour que ça marche. Pour l’équipe de Pierre, celle de Joël et celle de Marcel-Paul. Pour celle de Caroline, et Philippe, et Boris. Et pour Anne qui a mis autant de liant que d’huile dans les rouages. Et pour tous les besogneux enthousiastes * qui ont travaillé au projet.

"Alors, oui, la République qui se respecte a des rêves. Celui, par exemple, où la culture fait partie intégrante de l’éducation au même titre que les notions de liberté et de justice sociale. Parce que la culture est l’une des réponses à la quête de lien social.

"Or les mutations technologiques, l’accroissement des loisirs développés par une industrie qui excelle à alimenter le désir... plutôt que combler l’écart, assoient la distinction.

"Il n’est certes pas du pouvoir des communes de pallier toutes les insuffisances d’un système éducatif et culturel pour le plus grand nombre. Cette problématique reste, avant tout et malheureusement, conditionnée par l’héritage familial, le milieu social d’origine, et le niveau scolaire.

"C’est pourtant dans la commune que le citoyen aspire à trouver des réponses à un ensemble diversifié de besoins. Et c’est bien la destination très concrète de cet équipement.

"Il s’inscrit dans un tout simple autant que vaste et ambitieux programme de rénovation urbaine : redonner enfin à Berthe sa dimension de « morceau de ville ». Il s’agit de transformer ce qui était devenu un « non lieu » en un territoire où il y a de la résidence, du commerce, de l’économie, du service. De la vie, quoi.

"Requalifier les espaces publics, construire du neuf et du beau et démolir de l’insalubre et de l’invivable, réhabiliter, « résidentialiser » comme on dit, jusqu’à dénommer les rues et les résidences dans le cadre de comités participatifs. Et je dois dire que nombreux ont été les habitants à se passionner pour ce dernier projet. Ils ont dû parfois se pencher sur le passé des lieux, sur les personnalités, les familles qui les ont fait vivre avant, pendant et après qu’ils ne soient devenus dans les années 60 une... Zone à Urbaniser en Priorité.

"La tâche de la reconquête urbaine est parfois très triviale : évacuer systématiquement les épaves, réparer tout de suite les dégradations, assurer une propreté quotidienne, rechercher l’appui et le concours des habitants, adapter un éclairage public satisfaisant, entretenir et embellir les services communs, les espaces verts, les places publiques.

"C’est aussi profiter de la rénovation pour offrir des mesures alternatives à la sanction, animer des dispositifs d’insertion, favoriser les initiatives locales de réparation et redynamisation. Toutes mesures qui ont existé, qui ont disparu, et qui, Monsieur le Ministre, ré-existent petit à petit sous notre action conjointe.

"Je ne saurais trop remercier les associations, les bénévoles, les agents des services publics, de la commune et de l’État, qui s’investissent souvent sans compter. Ils contribuent, ô combien, au mieux vivre à Berthe.

"La mise en place d’une Gestion Urbaine de Proximité, d’un juste équilibre entre constructions publiques et privées, la réorganisation de l’espace public, participent à ce renouveau que j’appelle de mes vœux.

"Mais le changement ne sera durable que dans l’appropriation et dans l’Education. « C'est dans le gouvernement républicain que l'on a besoin de toute la puissance de l'éducation », écrivait déjà Montesquieu. L’enjeu est, dans ces conditions difficiles, de construire une politique culturelle et éducative qui permette, surtout à notre jeunesse, de trouver les ressources de son autonomie, de sa responsabilisation - résister à la frustration, accepter les contradictions, trouver les priorités.

"Nous voulons que cette Médiathèque en soit l’instrument pour comprendre le monde dans lequel nous vivons, respecter notre environnement, permettre le libre-arbitre, et inciter à s’associer pour chercher ensemble le bien commun.

"Oui, La Seyne affirme son ambition de promouvoir une politique d’accueil, d’éducation, de formation, globale et transversale.

"Vous le savez, nous sommes tributaires du contexte sociétal. La promesse du tout, tout de suite, a accouché d’enfants impatients, exigeants. Les petits abandons successifs, la montée des individualismes, la recherche d’une réalisation immédiate des moindres désirs, met en jeu des phénomènes qui menacent la cohérence sociale.

"Ces difficultés conduisent à faire appel à de multiples formes extrascolaires d’apprentissages. Ce sont elles qui mettent en jeu l’ensemble des relations de la famille, de la profession, de la cité, des groupes sociaux, des communautés professionnelles et spirituelles. Ici, des structures comme le Centre Mandela, le Foyer Wallon, la MAEFE, l’APEA, Nouvel Horizon, l’OMASE, Les enfants de la Teranga, Femmes dans la Cité, Le Petit Prince, les clubs sportifs, les équipes de Tisot et de Renard, et beaucoup d’autres, sont indispensables.

"Le Contrat Urbain de Cohésion Sociale se doit de continuer à les soutenir. Et ce partenariat repose sur la conviction qu’il est possible d’apprendre les uns des autres, et que tous et toutes peuvent être des agents de changement.

"Et nous ne pouvons favoriser l’équité républicaine qu’en favorisant les regards croisés, à l’opposé d’un repliement catégoriel. Alors, cet équipement, qui, d’ores et déjà, va conventionner avec les bibliothèques des écoles, ainsi que - je le souhaite mais j’y mettrai mes conditions de co-éducateur public qui a son mot à dire sur le territoire - le centre de documentation du collège voisin, cet équipement, donc, est et sera un nouveau facteur d’égalité devant le savoir.

"C’est en proposant à l’enfant des activités, en permettant au jeune d’en vivre, que l’on découvre ce qu’il peut donner, ce qu’il peut faire, ce qu’il peut devenir… et que lui même, en s’emparant de ces découvertes, parvient à « faire œuvre collective ».

"J’ai des convictions fortes. Je suis pour une culture ouverte sur l’altérité et porteuse d’universalité. Je suis pour favoriser les échanges, les rencontres de jeunes – j’ai relancé les échanges internationaux et les jumelages avec nos villes étrangères amies, assoupies depuis des décennies - Je suis pour la lutte contre le crétinisme médiatique, mais je n’oublie pas que les nouveaux médias jouent un rôle déterminant dans la vie des jeunes, et même des ainés. Je suis pour le projet réalisé et non pour le miroir aux alouettes. Je suis pour la compréhension des difficultés sociales, mais je n’excuse pas les déviances.

"Au-delà de son offre d’objets de culture et de savoir, cette médiathèque est un équipement structurant qui contribuera à la cohérence et la continuité territoriale de la commune. Et de l’agglomération.

"Cette médiathèque, elle est simplement républicaine. Belle vie à elle."



* : Au risque d'en oublier, je pensais à tous ceux, d'hier et d'aujourd'hui, qui ont voulu que nous y parvenions : depuis Jean-Louis Respaud, puis Luc Patentreger et Gilles Triquet, adjoints à la culture, qui avaient fixé le cap des 3 bibliothèques de la ville, en passant par ceux qui se sont succédé au service municipal de la culture, et notamment aux bibliothèques (Bernadette, Françoise, Julie, etc.), ceux qui ont intégré le projet dans le Grand projet de ville, puis dans le PRU, ceux qui ont monté et suivi les dossiers au DSU, puis au GIP, puis au service en charge de la quête des ressources financières, et tant d'autres...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 05:46

http://www.la-seyne.fr/joomla/images/stories/laseyne/accueil/mediatk.png

Avec mes collègues Renaud Gauquelin, maire de Rillieux-la-Pape (Rhône), et Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), nous étions reçus ce mercredi soir, au nom de l’association des maires de France « Ville & banlieue », au cabinet d’Aurélie Filipetti, la ministre de la culture et de la communication.

Nous y avons plaidé pour un effort culturel en faveur des populations de nos grands quartiers d’habitat social, à partir des propositions que nous avions formulées aux divers candidats à la Présidence de la République.

Si, comme nous nous y attendions, nous n’avons pas eu d’heureuse surprise avec l’annonce, dont on pouvait [toujours] rêver, de moyens d’État particuliers, nous avons été tout de même satisfaits de relever que nos objectifs restent très concordants avec ceux de la ministre.

Comme nous, elle souhaite impliquer les artistes dans le portage des politiques socio-culturelles et de rénovation urbaine, sensibiliser les populations des quartiers, celles qui sont les plus éloignées de la culture au sens des institutions, doter les territoires de conseils locaux de promotion des pratiques culturelles, réunissant tous les acteurs culturels des institutions et du terrain, et renforcer la culture vivante dans les cursus scolaires, car l’École est le « passage obligé » de tous les enfants de la République.

Sur ce dernier point, la position du ministre de l’Éducation nationale est bien cohérente avec celle de sa collègue chargée de la Culture, et la nôtre. Il veut jouer sur trois leviers d’action : le partenariat entre l’Education nationale et les collectivités locales pour « mettre en synergie leurs capacités et leurs savoir-faire, dans  leurs champs de compétence respectifs » ; la complémentarité des intervenants en présence : enseignants, artistes, chercheurs, intervenants éducatifs et culturels ; l’optimisation et la mutualisation des ressources présentes dans les territoires. Il faut développer un véritable parcours culturel de l’école au lycée : un parcours qui intégrerait cette fois-ci l’enseignement et la pratique artistiques, et chercherait à prendre en compte les publics ayant le moins accès aux œuvres et aux pratiques culturelles.

Comme mes collègues maires de « Ville et Banlieue », je suis évidemment favorable à cette évolution visant la démocratisation de l’enseignement et des pratiques artistiques et culturelles. Mais notre association d’élus de terrain recommande aussi pour les enfants des milieux populaires l’action et l’expérience concrètes, et l’échange vécu : il faut par exemple, de notre point de vue, multiplier les échanges culturels et les rencontres avec les cultures dites « d’origine », avec la culture contemporaine, avec la culture européenne à partir des échanges scolaires.

À La Seyne, on est plutôt bien avancés dans la réalisation de ces objectifs, nous appuyant sur des expériences historiques et des volontés partagées. Il y en aura eu pour tous les quartiers et toute la ville au terme de notre mandat, avec des équipements communaux dont les fonctionnements vont peu à peu tous dans le sens d’une appropriation par tous, d’activités ouvertes aux élèves, et d’artistes en résidence.

Au nord, l’inauguration, demain mardi, en présence de François Lamy, ministre délégué à la Ville, de la nouvelle médiathèque Andrée-Chédid, fait suite à celle du centre social et culturel Nelson-Mandela entièrement rénové, et précède le lancement des travaux de rénovation du centre culturel Henri-Tisot.

Au sud, l’installation d’un deuxième chapiteau et l’obtention du label « pôle national des arts du cirque » pour Théâtre Europe au Chapiteau de la Mer a suivi de près l’extension de la Maison culturelle de quartier Jean-Bouvet, tandis qu'est mis en valeur le patrimoine historique agricole du Domaine de Fabrégas et peu à peu reconquis celui, architectural, du village Pouillon des Sablettes.

Au centre ville, l’ouverture de la Maison du patrimoine et de l’image a précédé celles de la Bibliothèque théâtrale Amand-Gatti, de la galerie d’arts « Le Pressing », ainsi que la réalisation du "Chemin de la mémoire de la Navale" et des aménagements urbains « Le musée est dans ma rue », et sera suivie de la mise en service, avec le casino du Parc de la Navale, d’une salle de spectacles pouvant accueillir jusqu’à 700 personnes, et de la réfection de la salle « La Criée ».

Et, bien sûr, arpentant jusqu'au moindre recoin de la commune, notre nouveau bibliobus !

Et je n’évoque ici que les équipements, nouvaux ou rénovés. Je reviendrai un autre jour sur les actions permanentes et les événements qui auront vu le jour au cours des cinq dernières années.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 05:02

http://external.ak.fbcdn.net/safe_image.php?d=AQAcNV3ANZctq85t&url=http%3A%2F%2Fi1.sndcdn.com%2Fartworks-000021794381-qkewog-t300x300.jpg%3Fd408275&jq=100Lorsque l'association Culture Plus est venue trouver la ville, il y a presque cinq ans, je me demandais ce que ça allait donner et comment ça allait être reçu, ce projet de festival de musiques actuelles. Pourtant, je ne pouvais pas ne pas répondre favorablement. Comme, d'ailleurs, je l'ai fait pour d'autres événements : l'Académie Internationale de Musique classique au mois d'août ou le Festival des jeunes créateurs Omaseyne début juillet.

Et l'équipe prépare aujourd'hui sa cinquième édition de Couleurs Urbaines pour le printemps 2013. Au-delà des "pointures" des musiques d'aujourd'hui qui ont attiré à La Seyne des milliers de spectateurs (40000 en quatre ans...). C'est le constat que nous faisions, hier lundi à la mairie, avec Nabil Chaouch, directeur de Culture Plus, et les élus et personnels des services de l'événementiel et de la jeunesse.

Ça n’a pas été facile, et ça ne l’est toujours pas complètement sur le plan financier pour l’association. La ville a toujours apporté un soutien financier régulier de 15000 euros, y compris en aidant à flécher des financements privés. Mais les autres susbides sont à la baisse...

Je sais aussi que l’association a fait un travail remarquable et opiniâtre auprès de nos quartiers et avec les associations et formations musicales existantes. Des liens forts se sont tissés au fil des éditions.

Couleurs Urbaines est désormais une attente et, en se faufilant entre les éventuelles gouttes de pluie et les possibles coups de vent de nos printemps, Couleurs Urbaines s’est frayé un vrai succès populaire à La Seyne et dans les alentours de l’agglomération, portant l’identité de la ville au delà de la commune même.

Chaque année, ce sont des milliers de personnes venant de tous horizons qui choisissent parmi les très belles têtes d’affiches qui, durant trois jours, se produisent sur l’Esplanade Marine.

Au-delà des vedettes de renom, je suis particulièrement sensible à ce qui a été conçu et inventé avec Beebish, notre star de la dance hip-hop, et récemment de la chanson, ce lien matérialisé par la "battle" (pour les vieux ignares comme moi, un[e] "battle" est une confrontation d'improvisation entre deux ou plusieurs rappeurs) qui a pris racine dans l’arène de la Bourse du Travail et qui constitue une entrée extraordinaire dans l’univers des cultures urbaines.

Et je suis sensible aussi à l’esprit d’ouverture du festival et au travail avec les "chantiers culturels" présidé par l’esprit d’échange, de troc, de service et d’implication des jeunes de la commune sur un événement désormais implanté notoirement sur la commune. Il faut en effet souligner le travail au long cours que le Service municipal de la jeunesse réalise dans cette aventure avec ces "chantiers culturels" qui permettent aux jeunes Seynoises et Seynois de découvrir des facettes du travail événementiel et de s’impliquer en touchant un peu à tous les aspects de la chaine des métiers du spectacle. Une quarantaine d'entre eux ont pu en bénéficier sur Couleurs Urbaines ou sur Les Voix du Gaou, mais aussi bientôt, m'a-t-on dit, dans le cadre de Marseille Provence 2013, capitale européenne de la culture. C'est un principe simple, fondé sur l’échange et la réciprocité : je donne un peu de mon temps pour aider à la technique et, en retour, j’assiste à des concerts, je côtoie les artistes jusque dans les coulisses. Une très belle initiative des fonctionnaires communaux de l'animation qui ont imaginé cette action éducative, culturelle et festive.

Au regard de ce que Couleurs Urbaines apporte chaque année, en soutenant la consommation dans les commerces du centre ville, en offrant un accès à la culture et à la fête à des milliers de nos jeunes (et moins jeunes...) concitoyens et visiteurs, en promouvant l'image dynamique de la commune, les riverains du quartier des Mouissèques pardonneront sûrement volontiers les trois soirées annuelles où les basses et les décibels viennent troubler leur quiétude, non ? C'est ça, La Seyne intergénérationnelle qu'on aime.

 

> Le site Internet de Couleurs Urbaines

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 14:12

http://www.danilodemarco.it/website/wp-content/new_uploads/2011/08/001-armand-gatti291.jpgJ'ai inauguré ce samedi la Bibliothèque Théâtrale Armand Gatti au cœur de notre centre ancien. À l'issue de mon propos, que je vous livre ci-dessous, j'ai été interpellé - entre autres - par un jeune homme du quartier qui réclamait du boulot et moins de descentes de flics, par deux représentants des forains du marché communal qui se plaignent des choix municipaux conduisant, selon eux, à la mort inexorable de leur activité économique, par trois de mes concitoyens, plus très jeunes, qui m'ont adressé une vibrante supplique pour que leur petite nièce accède à un emploi, et par deux habitants qui n'en peuvent plus de la violence urbaine, en paroles comme en actes.

Fallait-il, dès lors, au regard de la dureté de la vie et des urgences sociales, que la puissance publique engage de vrais moyens pour une... bibliothèque théâtrale ?

J'ai souvent des moments de doute. Mais, là, si, il fallait le faire ! Mon propos du moment tente d'expliquer pourquoi...

Il y a, en apparence, un paradoxe à inaugurer une belle bâtisse, superbement rénovée, devant accueillir une compagnie théâtrale et surtout une bibliothèque de théâtre, en un centre ville où les difficultés sociales sont bien réelles, cuisantes, pour celles et ceux qui les vivent...

La vie de bien de nos concitoyens, ici et ailleurs, est dure, et cela n'a rien d'une fiction.

Paradoxe, donc (apparent, je le répète), qu'en dépit des difficultés financières d'une ville comme la nôtre, les chantiers et les réalisations jalonnent ces derniers mois et ces dernières années le développement de  ce cœur historique de La Seyne.

Je veux parler bien sûr de la place Bourradet, de la maison du patrimoine et de l'image, de la maison de l'habitat, de la rénovation, en cours, de l'îlot Martini...

Je veux parler d'un cœur de ville qui bat fort, puis qui ralentit, qui défaille parfois, sous les difficultés que j'évoquais à l'instant. Des commerces qui ferment, d'autres qui ouvrent, certains qui peinent, d'autres qui prospèrent...

Bref, un cœur de ville un peu à l'image de La Seyne avec tout à la fois ses cicatrices et ses atouts architecturaux et naturels, avec sa vie, son dynamisme, avec ses difficultés et ses avancées...

Un centre historique qui bat au rythme des fêtes de Noël bientôt, avec, pour la première fois depuis longtemps, un vrai marché de Noël. Les vendredi et samedi 23 et 24 décembre, toute la journée, de 8 heures à 17 heures, je vous y invite, je vous y incite...

Un cœur de ville qui l'an dernier a connu la réorganisation de son marché forain, ce qui a donné lieu à des animations... dont un spectacle de rue, d'ailleurs, drôle et un tantinet provocateur, avec la compagnie de Claudine Herrero... Tiens... du spectacle... vivant... Là aussi...

J'y reviendrai, bien sûr.

J'y reviendrai, mais auparavant je veux insister, pardonnez-moi de prendre quelques minutes pour le faire, mais je le dois bien à mes concitoyens : je veux insister sur les agressions dont les structures publiques sont victimes aujourd'hui.

Et lorsque j'évoque un paradoxe, je n'exagère en rien.

Oui, nous inaugurons là une belle œuvre collective, d'intérêt général. Mais au même moment, aujourd'hui comme jamais, les puissances de la finance ont emprise insupportable sur la République. Sur LES républiques, pourrait-on dire.

Jamais elles n'ont autant gouverné aux élus, donc aux peuples ; jamais, depuis les heures noires des  dictatures politiques en France et en Europe - et je pèse mes mots -, une dictature aussi implacable n'a soumis - ou tenté de soumettre - les forces de vie, les gens, vous et moi, les habitants de cette planète, de ce continent, de ce pays, de cette ville, de ce quartier !

Il faut tout de même que vous le sachiez, Mesdames, Messieurs. Aujourd'hui, un représentant de l’État, comme ce fut le cas du Préfet de Var, encore récemment, peut féliciter des élus locaux comme ceux de La Seyne, pour la rigueur - pourtant hélas bien souvent impopulaire - à laquelle ils s'astreignent pour gérer intelligemment et préserver le service public ; oui, un représentant de l’État peut saluer les efforts d'une commune comme la nôtre.

Eh bien, Mesdames, Messieurs, les grands financiers n'en ont cure ! Au moment où je vous parle, notre ville est menacée de cessation de paiement faute de prêts. Pourtant, nos budgets sont équilibrés et nos concitoyens payent une contribution fiscale importante. Pourtant, nous avons, les services de l’État le reconnaissent, assaini les finances et réalisé chaque année d'importantes économies.

Mais si on ne nous prête pas - comme c'est le cas de bien des collectivités bien sûr -, c'est parce que nous sommes en difficulté, voilà tout. On ne prête qu'aux riches !

C'est une grande première !

Avec quel aplomb nous dit-on : « Désolé, on ne vous prête pas ! Vous n'êtes pas viables, vous n'êtes pas rentables ! » !

Voilà, Mesdames, Messieurs, comment on traite aujourd'hui les pays, les États, les collectivités ! Les fameux trois A, pour moi, pour nombre de mes collègues élus locaux, ont une seule signification : "Assez, assez, assez !"

Alors, oui, j'ai employé le mot de "paradoxe" apparent. Parce qu'en réalité, embellir, animer, et relancer ce centre historique, c'est l'une des chances de notre commune.

Car cette maison, que nous inaugurons aujourd'hui, est un lieu de culture ouvert.

La bibliothèque de théâtre comptera des milliers de livres, bien sûr, mais elle sera un lieu vivant, avec ses artistes en résidence. Florence Cyrulnik [adjointe à la culture et au patrimoine, intervenant avant moi] l'a largement évoqué, mais il s'agit d'un aspect important à mes yeux pour que j'y revienne.

Ce lieu, fonctionnant en complémentarité avec des structures culturelles comme la Maison du Patrimoine  et de l'Image, la bibliothèque du centre ville, l'école des Beaux-Arts ou le Conservatoire de Musique, et, je l’espère, le monde associatif culturel intense de notre ville, vise à créer en centre ville un pôle d'attractivité culturelle.

Un pôle répondant aux besoins de publics variés : enseignants et publics scolaires, compagnies de théâtre, amateurs et professionnels, élèves du conservatoire, grand public... Et j'y insiste : la Proximité du Théâtre Liberté à Toulon, du pôle national des arts du cirque aux Sablettes, tout cela attirera un public de chercheurs, d'écrivains, de metteurs en scène, cherchant matière et références.

C’est tout l’intérêt de La Bibliothèque de Théâtre "Armand Gatti". On l’a vu, elle a été créée en 2000 et elle renaît ici à La Seyne.

C’est une bibliothèque associative de prêt, de consultation et de conservation, créée par la compagnie "Orphéon Théâtre intérieur".

Équipement culturel unique dans le Var et le Rectorat de Nice (la bibliothèque a développé un partenariat avec l’Éducation nationale), la bibliothèque est la maison des auteurs de théâtre, des compagnies de théâtre professionnelles et amateurs.

Alors, permettez-moi de remercier les collectivités et institutions partenaires de cette réhabilitation, et ceux qui participeront à son fonctionnement : l'Europe, l'État, la Région, le Département...

Je tiens également à saluer le travail que mènent mes collègues élus, en particulier Florence Cyrulnik, qui s'est battue avec passion pour ce projet, mais aussi Claude Astore, Rachid Maziane, ainsi que toutes les équipes de la Ville, qui font un boulot remarquable. Et je salue aussi l'excellent travail de la SAGEM, des entreprises, et bien sûr de l'architecte Véronique Wood, qui dirige cela avec talent !

Ce lieu, que nous inaugurons avec vous aujourd'hui, Armand Gatti,- et je vous remercie sincèrement, au nom des Seynois, de votre présence -, portait déjà votre nom, depuis 2000, le voici donc nommé à nouveau.

Je ne vais pas faire semblant : je ne suis ni un lecteur ni un spectateur assidu de théâtre. Je sais... ce n'est pas bien. Mais en tout cas, je sais à quel point l'homme et l'artiste que vous êtes, la vie, la destinée et les choix qui ont été et sont les vôtres, illustrent à quel point la culture ne doit pas être un sanctuaire coupé de la vie.

Je sais que, pour vous, l'écriture et le théâtre sont des actes ; des actes de vie, de lutte, de résistance et de conquête pour les humains que nous sommes !

Je parlais de paradoxe apparent. Il n'est qu'apparent, c'est certain, car en réalité, le développement d'une société, d'une ville, l'occurrence, et d'un quartier, est à la fois culturel ET social.

Indissociablement.

Donc nous sommes fiers d'avoir ouvert ce lieu vivant d'écriture, de parole, de théâtre, ce lieu de rencontres et d'échanges, un lieu ouvert sur l'agglomération et au-delà, mais aussi sur le quartier : nous y tenons beaucoup, et je m'adresse à vous, Madame Françoise Trompette, dont je veux aussi saluer le talent et l'obstination, ainsi que touts les membres de votre association, de votre compagnie, pour que cette ouverture soit une vraie réalité.

Voilà, pour conclure, je dirai ceci :

il est bon, il est très bon qu'à quelques encablures d'ici, de l'autre côté de la rade, ait été construit le Théâtre Liberté, qui tire son nom, comme chacun sait, de la place éponyme.

Et il est tout aussi bon. Très bon. Et très rassurant, finalement, et enthousiasmant, qu'ici, de ce côté-ci de la rade, à La Seyne, nous ayons désormais fait toute la place à... la liberté du théâtre !

 

(j'ai piqué la photo d'Armand Gatti sur le site d'un photographe italien, Danilo De Marco. J'espère qu'il me pardonnera)

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 07:46

http://a4.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/380561_2166054600789_1529385276_31719354_1778113187_n.jpgJ'ai inauguré hier samedi, dans le cadre prestigieux du Fort Napoléon, la nouvelle édition des fêtes calendales, lancées il y a 26 ans par l'association des Cigaloun Segnen avec la complicité de Marc Quiviger, alors adjoint au maire.

Je ne saurais trop inviter mes visiteurs à y faire un tour, d'ici au 22 décembre (mercredis, samedis et dimanches après midi jusqu'au 11 décembre, puis tous les jours à partir du 15). Deux expositions du Musée des Arts et des Traditions Populaires de Draguignan, sur la transumance et le patrimoine perché, ont été habilement mises en scène par le responsable du centre culturel communal, Jean-Christophe Vila, avec l'appui de Patrick Serre et du service d ereprographie communal, et même des lingères municipales. De nombreux exposants proposent des santons, des denrées traditionnelles, et divers objets d'art de Provence. La magnifique crèche animée de M. Ferrero vaut qu'on s'y extasie comme chaque année. Et une série d'animations rythmeront les samedis et dimanches. Merci encore aux Cigaloun Segnen, au Ceucle Occitan de La Senha, aux fonctionnaires de la ville, et aux élus en charge de la culture, dont Miquèu Tournan, inlassable promoteur de la culture provençale et occitane.

J'ai remis à cette occasion la médaille de la ville à Serge Bonfanti, infatigable animateur des Cigaloun Segnen, qui vient de laisser sa place de président de l'association à Nicole Diverger.

D'abord charpentier de marine au chantier de son beau-père, puis comptable dans une célèbre société d'apéritif anisé, avant de poursuivre et achever sa carrière, toujours comme comptable, aux chantiers navals, il a toujours conduit une activité utile à la "provençalité". "Enfant spirituel" de l'abbé Comte, fondateur de l'Escolo de la Souco, il a succédé dans les années 80 à Augustin Tinteri à la présidence des Cigaloun dont il a su ranimer la flamme avec d'autres, dont la regrettée Mme Ferrero. Jusqu'à ces derniers temps... mais il demeure présent. Et bien présent.

L'honneur que la ville a tenu a lui rendre rejaillit naturellement sur l'ensemble des Cigaloun, qui fêtreont dans deux ans leur 80ème anniversaire, et dont Marius Autran, historien de La Seyne dont le fils Jean-Claude a pris le relais (avec un site Internet de grande qualité que je ne me lasserai jamais de visiter), parlait en ces termes des Cigaloun : "L'année 1933 reste mémorable pour les vieux provençaux qui applaudiront à la naissance des Cigaloun Segnen, association à caractère folklorique qui pratiquait surtout les danses provençales en costumes de l'époque mistralienne, au son des tambourins et du galoubet. Pendant longtemps, les jeunes danseurs et danseuses que nous considérons aussi comme sportifs, se manifestèrent pendant les festivités locales sous la conduite d'André Garro, le fondateur du groupement suivi de Augustin Tinteri, ancien musicien de La Seynoise."

 

(la photo est dérobée à Jean-Claude Autran... qui me pardonnera !)

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 04:41

http://www.la-seyne-sur-mer.fr/joomla/images/stories/laseyne/sortir/bibliobus-avoir.jpgLe plan remonte à 1973. Il aura été confirmé comme objectif d'importance par chacun des sept maires qui se sont succédé depuis Philippe Giovannini. Sa mise en œuvre aura pris près de quarante ans mais, fin 2011, début 2012, on y sera parvenu, avec l'ouverture de la grande médiathèque de toute la ville, à l'avenue Jules-Renard, au quartier du Germinal.

Le plan en question, c'est la couverture de l'ensemble des quartiers de la commune par des espaces dédiés au Livre. Et, plus récemment, à d'autres médias d'aujourd'hui. Après l'installation en 1969 de la bibliothèque municipale au rez-de-chaussée du siège de l'Office des HLM, rue François Croce, puis la mise en service en 1975 d'un premier bibliobus sous la forme d'un petit semi-remorque dont les Seynois se souviennent sûrement, admis à une retraite bien méritée il y a quelques années, ce fut la transformation en bibliothèque des quartiers Sud de la propriété historique du Clos Saint-Louis engagée par Jean-Louis Respaud, adjoint à la culture de Charles Scaglia, et inaugurée après dix-sept longues années de difficultés techniques et juridiques par Arthur Paecht. Et, décidément, le Livre Public seynois en aura connu, des vicissitudes, avec, il y a quelques mois, l'accident survenu à un nouveau bibliobus qu'il a fallu mettre au rebut... le jour même de sa livraison ! Malgré ce, lentement mais sûrement, on y arrive...

Avant-hier, mardi, avec Florence Cyrulnik, adjointe au maire chargée de la culture et du patrimoine, Jean-Jacques Taurines, conseiller municipal délégué aux littératures, toute l'équipe des bibliothécaires animée par Julie Peugeot depuis la retraite méritée de Bernadette Sandrini, et les responsables du service du Parc Autos Municipal, nous avons eu le plaisir de présenter le nouveau bibliobus, arrivé sans anicroche à bon port, celui-là, qui permettra de desservir les résidents des quartiers éloignés des deux - et donc bientôt trois - bibliothèques de proximité. Il propose en accès direct 1.500 documents pour tous les publics et pour tous les âges, fréquemment renouvelés. Et un service de réservation permet l'accès à l'ensemble des 120.000 ouvrages du réseau des bibliothèques seynoises.

La surface réduite de cette structure itinérante favorise la communication entre le personnel et les usagers. Ce service offre au public une approche plus conviviale des œuvres. Au-delà de sa mission de diffusion de la culture, le bibliobus se révèle comme un vrai élément de cohésion sociale.

 

L'occasion m'est donnée de faire un point sur l'offre importante que trop de mes concitoyens ignorent...

Des chiffres...

 Le réseau met à la disposition de tous les publics des collections très variées, pour tous les âges, niveaux et goûts : 120.000 documents imprimés, 161 abonnements, 3.828 DVD, 287 CD-Rom. En 2010, les bibliothèques ont ainsi prêté 160.555 documents. Des postes informatiques avec accès à Internet sont à la disposition des usagers.

Des animations...

Les bibliothèques offrent également aux Seynois une large palette d’animations culturelles, sous forme de rendez-vous réguliers ou de manifestations ponctuelles : Prix littéraire des jeunes lecteurs, Heures du conte, « Racontines »,  Semaine de la Presse, « A vous de lire », Cafés littéraires, ateliers d’écriture, « Paroles de lecteurs », Club-lecture ados, projections cinématographiques, conférences, rencontres avec des auteurs, ateliers informatiques, expositions. Les bibliothécaires se déplacent également hors les murs, en direction des établissements scolaires et associations notamment, pour proposer différentes activités : lectures et jeux autour du livre, présentation du fonctionnement d’une bibliothèque, dépôts de livres. Ce travail partenarial permet aux bibliothèques d’aller à la rencontre des différents publics.

Merci et bravo aux élus et fonctionnaires qui, avec enthousiasme et savoir-faire, contribuent patiemment et avec efficience à rapprocher chacun de nos concitoyens de... la Chose Écrite.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 06:26

jessyliaEn ce moment, ils sont nombreux à se révéler, les jeunes talents artistiques et créatifs de notre ville. Après ceux, déjà bien connus, qui ont pu monter sur scène auprès des "grands", lors du festival "Couleurs Urbaines", ceux qui ont ravi l'Esplanade Marine lors du festival "OMASeyne", ceux dont j'ai parlé aujourd'hui même dans un autre article qui ont lancé "Radio Haide", je me devais de vous faire découvrir... Jessylia.

Jessylia, 22 ans, est une jeune Seynoise bien connue pour d'autres talents artistiques, professionnels ceux-là, que celui de chanteuse qu'elle nous a donné à découvrir récemment avec la sortie de son tout premier album.

Quinze titres dont elle est l'auteure, que je vous invite à découvrir sur son blog ! 

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 15:31

http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/hs624.ash1/27397_100000831187118_2434_n.jpgIls avaient un peu les traits tirés, les animateurs de l'OMASE (Office Mutuel de l'Animation Sociale et Educative), à qui j'ai rendu visite en ce début d'après-midi de dimanche, au cours de leur "pique-nique républicain" qui clôturait trois jours de leur festival "Omaseyne", point d'orgue d'une action "Jeunes talents" développée depuis des mois.

Deux soirées étonnantes sur l'Esplanade Marine, de concerts de tout ce que La Seyne compte de collégiens, apprentis et lycéens amateurs (mais aux talents confirmés) de divers styles musicaux, des animations d'initiation aux Sablettes, des films... Plusieurs centaines de visiteurs et spectateurs ont répondu à leur invitation.

Le tout couronné d'un beau geste humanitaire avec le versement de leurs bénéfices à l'association "Sourire" qui oeuvre pour les enfants du Sénégal atteints d'hydro-encéphalie.

Chapeau aux ados, aux jeunes, aux animateurs associatifs, aux parents, aux copains, et aux personnels des services communaux qui ont accompagné l'initiative.

À reconduire l'an que vèn !... si le monde associatif, sans lequel tout ça ne pourrait avoir lieu, n'a pas mis le genou à terre avec ce que les pouvoirs publics lui font subir comme pertes de moyens...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 10:16

fete_seyne_10.JPGPoignant, sincère, chargé de sens, amical, fraternel, convivial, simple. Je pourrais en aligner bien d'autres, des qualificatifs pour refléter cette deuxième Fête de La Seyne du week-end dernier. Par milliers, nous nous sommes retrouvés, comme par besoin. Mon propos au moment d'inaugurer le "chemin de la Navale"...

"Je veux bien sûr respecter ce moment de fête, de retrouvailles et de rencontre, et ne pas le troubler par un discours trop long.

"Mais le moment est solennel. Ce que nous ouvrons ce soir, c'est un chemin bien plus long et plus important qu'on pourrait le croire à première vue.

"Un chemin qui va de la Porte Principale au Pont, un chemin qui va de nos mémoires vers nos lendemains, un chemin que nous empruntons ensemble, associations, conseil municipal, spécialistes d'histoire et de patrimoine, citoyens et visiteurs... Un chemin qui ne fait que lancer concrètement une démarche qui se prolongera, j'y reviendrai d'un mot dans un instant.

"Ce chemin de la Navale, il commence à combler un vide. Entre Porte et Pont, on pouvait se dire qu'une aventure humaine avait été engloutie, je ne vais pas dire "niée" ou pire, "reniée", ce serait sans doute exagéré et un rien injuste. Et pourtant...

"Et puis, je veux regarder avec vous vers l'avenir. C'est cela qui compte.

"Ce parc, donc, ne laissait affleurer que deux grands repères. L'un de pierre, la Porte ; l'autre de métal, le Pont, rénové par nos prédécesseurs, et que nous avons fêté comme il se doit l'an dernier à cette même date.

"Deux repères visuels de notre passé industriel et ouvrier, mais sans lien entre eux, un peu solitaires et muets, sibyllins, en tout cas sans explications pour le visiteur non initié...

"Le chemin de la Navale commence à poser sur ce silence des images et des mots ; il donne du sens, à tous les sens du terme...

"Au nom de la municipalité - et même davantage : au nom de la Ville, je veux sincèrement remercier et féliciter les associations, l'AMIANS, le Centre de recherche sur la construction navale (CRCN), Histoire et Patrimoine Seynois (HPS), elles qui attendaient depuis longtemps que l'on ouvre concrètement cette voie, et qui ont malgré tout travaillé dans un délai très court... Mais ce n'est qu'un début.

"Je veux aussi remercier la Direction de la Culture et du Patrimoine de la mairie et, bien sûr, ma collègue et amie, notre adjointe à la Culture et au Patrimoine, Florence Cyrulnik, dont je salue une nouvelle fois la connaissance approfondie, et la passion qu'elle nourrit pour le patrimoine de La Seyne...

"Cette ville te devra beaucoup, ma chère Florence, c'est d'ores et déjà un fait établi. Mais je tiens à te dire combien je suis heureux de travailler avec toi. Ce n'est pas toujours un fleuve tranquille, nous le savons tous deux, mais je crois que cela vaut la peine. Un chemin, même s'il n'est pas bordé que de roses, ce n'est pas une impasse. Et c'est toujours ça, n'est-ce pas ?

"Et vous... Vous les anciens des chantiers, vous les chercheurs ou les pédagogues, les citoyens amoureux de votre ville, investis dans ce travail, vous les fonctionnaires, vous les intervenants, concepteurs et réalisateurs de ce chemin...

"Chapeau d'avoir mis tout cela en place, chapeau d'avoir entamé un travail commun qui n'est, je le répète, que le commencement d'une démarche de mise en valeur de notre patrimoine industriel détruit.

"Là où, au moins du point de vue de la mémoire et de l'histoire, il n'y avait qu'un "no man's land", vous avez apporté de l'humain et du sens, tant pis si je me répète.

"Et dans tout cela, il faut insister, vous avez été altruistes, avant tout. Et ce que je trouve juste et intelligent dans votre démarche, c'est que vous n'opposez pas le passé à l'avenir, la culture à l'économie, l'approche scientifique au tourisme, la création artistique au sens de la fête...

"Non... Ce que nous avons entrepris, ensemble, et que nous inaugurons aujourd'hui, peut finalement se résumer en quelques mots : redonner dynamisme et attractivité à notre ville en partant de ce qu'elle est, en partant de sa vraie personnalité, de sa véritable identité.

"C'est cela que les visiteurs de ce site, qu'ils arrivent par mer ou par terre, qu'ils passent ou qu'ils vivent ici, auront plaisir à rencontrer : c'est une histoire, des histoires, des femmes, des hommes...

"Et la grande aventure de la Navale, sans mythifier ni mystifier, est en elle-même un lien entre nous et avec les autres, un trait d'union.

"Nous ouvrons un chemin, et nous rendons un hommage large, ouvert, humaniste, à tous ceux et toutes celles qui ont fait cette histoire.

"Comme l'a souhaité l'AMIANS, par la voix de Lucien Conac, une stèle, une sculpture métallique plutôt, sera élevée ici l'an prochain. Cette année, nous en découvrons la maquette et, surtout, nous prenons connaissance des mots que vous avez écrits, et qui accompagneront cet hommage laissé pour les générations à venir.

"Croyez-moi, j'apprécie chaque phrase, j'admire la simplicité mais aussi le souffle que vous avez su donner à ces quelques mots.

"Décidément, vous toutes et vous tous donnez beaucoup à votre ville, et aujourd'hui, on vous rend un hommage... Ce n'est qu'une part de reconnaissance, ô combien infime, face aux blessures qui vous ont été infligées au cours de la vie des chantiers et avec leur fermeture, puis avec leur destruction.

"Des blessures parfois mortelles, des mesures venues d'ailleurs, des conditions de vie qui ont parfois été tueuses d'hommes.

 "En ces temps a-sociaux, en ces temps de destruction appliquée, systématique, meurtrière, du sens collectif ; en ces temps de négation des misères réelles, des injustices insupportables, en ces temps de reniement de tout esprit de résistance et de la Résistance....

"... eh bien oui, la vie a repris ses droits. Elle n'est pas plus facile que celle d'antan, elle est même pire par bien des aspects.

"Oui, le temps a passé et passera encore. Mais rien ne saurait justifier que l'on efface la mémoire. Ce serait une manière d'effacer le vivant.

"Aujourd'hui, nous recréons donc quelques traces. Et nous allons poursuivre.

"Nous avons le projet, déjà, de le compléter, entre la Grande Forme et le môle d'armement, sous la forme d'un "boulevard culturel"...

"Enfin, je ne sais pas si ce sera son nom définitif, mais le projet, si je l'ai bien compris, est de jalonner un parcours plus culturel, plus touristique, où le visiteur pourra même trouver des informations sur la vie culturelle et festive de la ville, pourquoi pas sur des événements, des manifestations...

"Nous inaugurons donc aujourd'hui la "première tranche", en quelque sorte, d'un vaste projet visant à restituer à ce parc son identité. En écrivant son nom, Parc de la Navale, à l'entrée, en baptisant l'entrée la plus proche du port "Porte de la Rotonde"... vous travaillez à la valorisation et à la lisibilité d'un patrimoine disparu.

"Au-delà de tout cela, il y aura bien sûr un véritable Centre d'interprétation de la mémoire, auquel nous ne renonçons pas, bien au contraire et ce qui se passe aujourd'hui nous y encourage encore...

"Et puis, le patrimoine et notre histoire ne s'arrêtent ni à ce parc ni à la Navale, et je tiens beaucoup, comme vous, à ce qu'un chemin soit ouvert - et il le sera - vers notre centre historique, qui cache bien des richesses insoupçonnées ou en tout cas méconnues et peu valorisées.

"Voilà... Il y a 121 ans jour pour jour, un 26 juin 1889, un obscur fonctionnaire, bien loin d'ici, donnait un énergique coup de cachet sur un document, un décret auparavant paraphé par un ministre...

"Bref, daté de ce jour-là, un extrait du bulletin des lois attestait que La Seyne, était devenue... La Seyne-sur-Mer.

"Eh bien, c'est cette date, celle d'un acte administratif... (Ah, ce n'est ni Marignan ni Austerlitz, mais c'est une date symbole), c'est cette date qui justifie bien, je pense, qu'on l'aie choisie comme repère calendaire pour une fête populaire, culturelle, artistique, désormais annuelle.

"Oui, La Seyne-SUR-MER, et La Seyne-sur-Mer est fière, et heureuse de l'être !

"Encore une fois, merci et bravo, au nom de toute l'équipe municipale. Bonne fête de la ville !"

Et vivement le 26 juin 2011 !

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE