11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 06:52

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/Refonte_2012/89/9/logoFDS_220899.jpgDepuis plusieurs jours et jusqu'à la fin du week-end, le Parc de la Navale accueille des centaines de visiteurs sur le "Village des sciences". La Seyne est cette année encore, avec la commune de Rians, le site principal des événements varois déclinés à l'occasion de la "fête de la science", événement national qui vise à permettre à tous de découvrir le monde de la recherche dans tous ses domaines, les hommes et les femmes qui font la science d'aujourd'hui, et les enjeux autour des applications économiques qui en découlent.

Quelques extraits du discours que j'ai prononcé à l'occasion de l'inauguration...

"(…) Car il s'agit d'un événement éminemment culturel. Au sens le plus juste et donc le plus riche du terme.

"Je veux dire par là que cet événement se situe aux confins de la connaissance, bien sûr, et de l'éducation, mais aussi de l'économie, du vivre ensemble, de la rencontre, de l'échange… et qu'il contribue au rayonnement de notre commune, aux côtés de ses voisines et de ses partenaires.

"C'est bien là le sens le plus riche du mot "culture", des "cultures", c'est-à-dire, fondamentalement, ce que l'on EST, ce que l'on est devenu en grandissant, et ce que l'on FAIT de nos acquis, comment on les met en oeuvre, comment on les utilise, comment on les transmet...

"Autrement dit, ce village des sciences est un moment précieux d'intelligence conviviale. C'est l'un de ces moments où la raison joyeuse et créative prend le pas sur le repli sur soi, la xénophobie, l'intolérance, les violentes et meurtrières tartufferies obscurantistes dont nous sommes les spectateurs atterrés, en ce moment. Mais dont nous ne devons pas rester spectateurs, justement… Nous devons agir, chacun à son poste et à son niveau, chacun avec ses moyens, pour que ce monde accouche d'un autre monde…  

"Et je ne saurais donc trop vous remercier, toutes et tous, de nous permettre ce moment. Merci d'élire domicile chaque année sous ces toiles de tentes, là où fut un immense chantier naval, c'est-à-dire une formidable concentration humaine de savoir-faire, d'énergie créative et entreprenante… Une concentration humaine tellement diverse… diversité qui fait encore la richesse de La Seyne. (…)

"Et cette année, si je suis bien renseigné, ce ne sont pas moins de 18 partenaires qui sont les artisans de ce village. Il y a des Seynois (IFREMER, Planète Science Méditerranée, TREMPLIN, LPO), un Hyérois (Parc national de Port-Cros), le village des tortues de Gonfaron, des Toulonnais (Canopé, Muséum d'Histoire Naturelle, Mer Nature), l'université de Toulon, les Gardois d'Environnement et Partage mais aussi des Marseillais (Centre de Physique des Particules de Marseille, Association de Cristallographie d'Aix-Marseille, Surfrider foundation)…

"Et il n'y a évidemment aucun hasard à cela. J'ai évoqué notre passé industriel. Mais ce n'est pas un passé ! C'est bel et bien une réalité et, surtout, c'est un avenir !

"Au coeur du site maritime du Pôle de compétitivité à vocation mondiale qui se tisse peu à peu dans cette rade, la ville de La Seyne, et le bassin au coeur duquel elle se trouve, sont dotés d'un formidable potentiel industriel, de recherche, de formation et de développement.  IFREMER, l'IPFM, les CNIM, ANTARES, FIRST, DCNS, en sont des illustrations parmi les plus connues...

"Et c'est consciente de de tout cela que notre ville a voulu faire de la culture scientifique un axe stratégique, en particulier vers le jeune public. (…)"

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 06:09

http://festival-couleursurbaines.com/wp-content/uploads/2014/04/streetart-vu.jpgDans quelques semaines s'ouvrira sur l'Esplanade Marine la sixième édition du festival "Couleurs urbaines" porté par la toujours impressionnante association "Culture Plus".

Un pari un peu fou des organisateurs, autour du pugnace Beligh Guezah, qui a su concevoir au fil des années une programmation offrant des spectacles d'artistes de renommée internationale, de révélations et de bons espoirs de la scène locale, et qui a trouvé à La Seyne ce qui lui avait été refusé ailleurs : un accompagnement public logistique pour un festival accessible à tous, rassembleur, porté par des valeurs citoyennes de partage et de solidarité. Je laisse aux visiteurs de ce blog le soin d'en découvrir le programme sur le site dédié, excellemment réalisé.

 

COULEURS URBAINES JOUE LA CARTE DU CŒUR DE VILLE

 Au-delà du festival lui-même, je voudrais saluer les initiatives "colatérales" qui l'accompagnent et qui font rejaillir sa dynamique sur le cœur historique de la ville et devraient donc profiter à ses habitants et ses commerçants, pour peu que ceux-ci mesurent le parti économique qu'ils peuvent tirer de l'événement. Je pense en particulier à ce qui était jusqu'en 2013 un "battle" de hip-hop, à la Bourse du Travail, et qui devient cette année un "circle" qui draînera nombre de jeunes - et peut-être moins jeunes - dans les rues de notre centre-ville.

Mais il est une autre initiative qui est inaugurée cette année, à l'initiative de l'association "Booobz", à savoir un "street parcours", appelé "VU", à savoir un parcours artistique urbain dans le cœur historique de la ville, avec la réalisation d'une fresque collective, des ateliers d'initiation et de création.

 

AU CŒUR DE VILLE DE JOUER LA CARTE DE LA CULTURE URBAINE

 Après les réalisations engagées entre 2009 et 2013 d'animations culturelles et artistiques dans la ville historique, à l'initiative de la municipalité ou d'associations, ou conjointes, telles que les concerts au bas du marché ou rue Taylor, les vendredis musicaux sur les tréteaux Bourradet, les animations ouvertes de la Maison du patrimoine et de l'image, les aménagements créatifs éphémères qu'ont été les parapluies couvrant la rue piétonne Cyrus-Hugues, les écharpes entourant les arbres pour l'hiver, les étonnants sièges de bois et de gaines plastiques, la ville ancienne va pouvoir compter sur un nouvel événement de qualité de nature à dynamiser son attractivité et, partant, son activité commerciale.

Si tout le monde s'y met et cherche à en tirer parti en jouant le jeu. Vu ?...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 16:38

photo-2.JPG"On ignore totalement le jour, l'heure et même l'année de naissance de Jésus. On a choisi le 25 décembre à minuit tout simplement pour supplanter la fête païenne appelée Adventus solis invicti (la venue du soleil invaincu) qui marquait le solstice d'hiver, fête célébrée à Rome dans la nuit du 24 au 25 décembre".

À la lecture de ces lignes, certains croient me voir venir, moi le mécréant, libre penseur revendiqué. Eh bien non, il se trouve que ces lignes sont extraites d'un numéro spécial d'un magazine, le Guide des fêtes et saisons de l'année liturgique, fondé par... des Frères Prêcheurs, mieux connus sous la désignation de Dominicains.

Les chrétiens auraient donc chipé une fête païenne ! Mais personne ne leur en voudra. Surtout pas moi à qui, comme à tant d’autres, le jour de la naissance du Petit Jésus, ou du solstice d’hiver, ou de la fête d’Odin, ou de la renaissance de Mithra, ou des Saturnales, de toute façon jour férié officiel de la République française, donne chaque année l’occasion de sortir les santons provençaux et faire une crèche que je veux plus réussie que celle de l’an passé avant d’accueillir à ma table la famille rassemblée.

En ayant bien sûr une pensée pour les chrétiens qui puisent de la force pour leur foi dans leur communion autour de la naissance de Jésus. Comme pour tous les croyants en l’un ou l’autre des dieux des hommes. Et pour tous ceux qui, en ce jour quasiment universel de partage et de fraternité, croyants ou pas, existent en hommes et femmes ouverts et attentifs aux autres, faisant vivre ces belles valeurs de la concorde, de l’humanité et de la générosité.

Joyeuses fêtes et paix dans le Monde !

photo-1.JPG

(Et, à minuit, je placerai le Petit Jésus !)

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 09:20

http://www.ville-pezenas.fr/wp-content/uploads/2013/06/cinema.jpgComme chaque année, à la saison des marrons chauds, nous voici rendus au mois du festival de cinéma « Portraits de Femmes » que nous avons inauguré ce dernier lundi. J’aime à rappeler que la gestation et la naissance eurent lieu durant la municipalité Paul, ici à La Seyne. Je veux rendre grâce à l’association « Les chantiers du cinéma », et notamment à Loutcha Dassa, programmatrice du festival, qui en bonne marraine a porté le bébé sur les fonts baptismaux et favorisé son développement d’année en année en l’étendant aux communes voisines, de Six-Fours à Toulon, dans une approche d’agglomération.

 

DOUZE ANS DE FESTIVAL DANS UNE BELLE CONTINUITÉ

Cette continuité, à La Seyne, est due au côté pragmatique et de « bon sens » de la municipalité Paul qui l’initia, mais aussi de celles qui ont suivi, conduites par Arthur Paecht puis par moi-même, dans une continuité républicaine. L’une et l’autre ont su prolonger dans le temps les soutiens nécessaires à une telle entreprise.

Cela me permet d’insister sur un aspect très important de la vie d’une commune. Il s’agit d’inscrire les actions, les projets dans le temps long : celui de la préparation, celui du montage, celui de la réalisation et celui du fonctionnement qui entraine une réussite pérenne. Car la réussite suppose la réunion d’une suite de conditions, et parmi celles-ci, que les successeurs préfèrent le travail accompli plutôt que la table rase. Permettez ce mauvais jeu de mots : on ne rase vraiment jamais gratuit.

 

PARLER D'AMOUR, D’ATTACHEMENT... ET D’AVENIR

Le festival a choisi cette année le thème « Parlez-nous d’amour »… Chacun en redemande. Mais Loutcha, fine mouche, a bien pris le soin d’élargir le propos et montre, par sa programmation toujours très riche, internationale, que le vocable « amour » recèle de nombreuses acceptions qui permettent de parler de soi, des autres, du travail, de la vie. Cependant toutes ces visions prennent leur racine dans la belle notion d’attachement.

Évoquer ce festival, c’est aussi regarder avec émotion le théâtre Apollinaire, cet ancien cinéma « ABC » que les plus âgés d’entre nous avons connu, et qui, trop vétuste, sera bientôt supplanté par un complexe de plusieurs salles dans le cadre de la rénovation du site de l’atelier mécanique des chantiers, un projet respectant l’infrastructure patrimoniale de l’ossature métallique « Eiffel » et garde la signature de briques rouges de l’ancien bâtiment industriel.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 05:35

http://santon-de-provence.com/images/pages/personnages/personnage35.jpgCréée il y a 80 ans, l'association "Lei Cigaloun Segnen" est une société seynoise toujours dynamique pour le maintien, par la pratique, de la culture provençale dans plusieurs de ses dimensions : la langue, la danse, la musique, le chant choral. C'est elle qui, en 1985, créa une première foire aux santons qui se déroula alors dans la petite chapelle Saint-Vincent de l'ancien couvent devenu aujourd'hui le Conservatoire national à rayonnement régional de musique. Et qui, dès 1986, organisa les Fêtes calendales, d'abord dans une salle du Fort Napoléon, puis en mobilisant l'ensemble des espaces de ce lieu patrimonial d'exception.

 

VINGT-HUITIÈMES FÊTES CALENDALES

 Vingt-huit ans après, l'équipe animée par sa présidente Nicole Diverger et son ancien président Serge Bonfanti continue sa belle œuvre, dans l'esprit initié depuis le début, avec désormais le renfort d'autres associations comme "Lo cèucle occitan de La Seina", "Lou pitchoun tiatre dóu Mai", "Les tambourinaires de Magali", le musée des arts et traditions populaires de Draguignan, et, naturellement, l'appui capital de l'équipe des personnels communaux du Fort Napoléon qu'anime Jean-Christophe et l'engagement constant de notre élu à la culture provençale et occitane Miquèu Tournan.

Les "Calendales" se déclinent pendant trois semaines en un volet "foire", avec des exposants vendeurs de santons, d'accessoires de crèches, de confiseries, miels, pompes à l'huile ou à l'anis et autres produits qui ornent les maisons et tables de Noël en Provence, des expositions, comme cette année celle sur la vie de Jean-Baptiste de Villeneuve Bargemon, officier sous le Premier Empire, celle, intitulée "memòria de pescaire" sur les pêcheurs de chez nous, une autre sur l'origine provençale des noms de quartiers de La Seyne, et la traditionnelle crèche animée que Paul Ferrero installe depuis 25 ans, et un troisième volet offrant un ensemble d'animations et de spectacles : contes, sensibilisation à la langue, concerts.

 

L'IDENTITÉ PROVENÇALE SEYNOISE, VECTEUR D'INTÉGRATION RESPECTUEUSE

 Comme pour les opérations "Plus belle ma rue" que j'évoquais dans un précédent article, il s'est trouvé quelques personnes pour ironiser sur le caractère folklorique désuet qu'elles trouvent à ces "Calendales" que j'ai eu comme chaque année le plaisir d'inaugurer ce samedi en maniant notre langue régionale. Ricanez, dénigrez, chantez, beaux merles. Bèn faire, laissar dire...

Les Seynois, eux, ceux de longue date comme ceux récemment installés, savent combien la "provençalité" et l'identité cultivée de notre ville a toujours été, dans sa longue histoire de terre d'accueil, un vecteur fort d'intégration à une communauté humaine diverse, respectueuse des origines de chacun, forte de sa pluralité.

Òsca !!!

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 10:44

http://www.clipart-fr.com/data/clipart/objets/clipart_objets_243.gifIls sont peu nombreux, mais ils existent, ceux qui pensent - et ont tout de même eu l'honnêteté de me dire - que l'un ou l'autre, ou les deux, événements qui ont eu lieu ce samedi sont de "la culture au rabais", suivant les termes employés par l'un de ces fins lettrés. Je ne partage évidemment pas leur point de vue sur les traditionnelles fêtes calendales qui ont ouvert leur 28ème édition, ni sur la dernière opération de 2013 du programme "Plus belle ma rue", l'accrochage des écharpes de "tricoti-tricota".

 

"PLUS BELLE MA RUE", UNE SÉRIE D'ANIMATIONS CULTURELLES URBAINES

 Dans la lignée des 244 parapluies couvrant la rue Cyrus-Hugues, des blue-jeans servant de pots de fleurs, des bancs en gaines de chantier rouges et bleues, de la fête des chapeaux, des œuvres des artistes locaux sur les rideaux métalliques du centre-ville, des spectacles sur les "tréteaux" de la place Bourradet, du "musée dans la rue" présentant des œuvres de renom sur les vitrines inexploitées, ou de la fête du quartier historique, avec l'implication de l'association Co-op et des personnels communaux, on a ainsi "habillé pour l'hiver" 60 arbres du cœur de ville.

Après un appel aux dons de pelotes de laine au printemps dernier, des dizaines de tricoteurs ont réalisé... 615 mètres d'écharpes ! Et des créations étonnantes de qualité et de diversité, avec des torsades, des pompons, des fleurs, des petits messages, très colorées. Cette opération artistique aura permis une vraie culture du partage, pas au rabais pour deux sous, populaire, avec la reprise d'un savoir-faire à transmettre de génération en génération, entraînant une motivation, une stimulation, une valorisation, depuis la doyenne des participants, avec ses 91 ans, jusqu'à la petite Louna, 8 ans, qui a appris à manier les aiguilles pour l'occasion.

 

AU RABAIS, L'APPROPRIATION POPULAIRE DE L'ESPACE PUBLIC ?

 Moi, je ne crains pas de le dire : ça a permis de développer un art de rue poétique, une autre appropriation de l'espace public, un peu de reconquête du centre ancien comme espace d'expression populaire, de rencontres et d'échanges. Une dynamique urbaine qui ne peut qu'entraîner de positives retombées commerciales et sociales.

Pas au rabais, donc. Sauf à penser que l'acte populaire de création par tous, stimulé et accompgané du talent d'artistes volontaires, n'aurait pas sa place à La Seyne. Pas plus que les fêtes calendales dont je parlerai dans un prochain article...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 04:39

http://www.ac-grenoble.fr/action.culturelle/blogWP/wp-content/uploads/2013/05/LOGO-FDS2012-600x600.jpgPour la quatrième année consécutive, La Seyne accueille, sur son Parc de la Navale, une manifestation étonnante de promotion de la culture scientifique auprès du grand public. C'est la déclinaison locale de la Fête de la science orgnisée partout en France en cette période d'octobre, sous l'égide du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche. Et, je l'avais presque oublié, notre "village des sciences" seynois est LE "village des sciences" varois, faisant en quelque sorte office de "chef-lieu" éphémère du département en matière de vulgarisation des sciences et des technologies, même si d'autres manifestations sont prévues dans une quinzaine d'autres communes...

 

AVEC SON PÔLE MER ET SON HISTOIRE D'ÉVEIL AUX SCIENCES, LA SEYNE EN POINTE

 L'initiative est née au début de notre mandat, sous la multiple impulsion de Jo Pentagrossa, notre adjoint aux finances, qui fut, avant d'intégrer l'exécutif communal, un des piliers de la dynamique et reconnue association "Sciences technologie société" que préside un Seynois, Henri-Louis Taylor, de Christine Sampéré, adjointe à l'éducation, et de diverses associations locales ou régionales qui, depuis des années, s'impliquent sur notre territoire dans le domaine scientifique et technologique, seules ou en partenariat avec des écoles, des accueils de loisirs ou des associations d'animation. Ajoutons-y la volonté constante de l'Université de Toulon de promouvoir le travail de ses enseignants-chercheurs, et celle de nos entreprises et établissements de recherche, notamment ceux installés sur notre "pôle Mer", de donner à connaître au plus grand nombre leurs missions et leurs avancées technologiques, et tous les ingrédients d'un beau "village des sciences" sont réunis.

Cette année, autour du thème "De l'infiniment grand à l'infiniment petit", une kyrielle d'activités ludiques et d'animations pour une découverte active pour assouvir la curiosité des enfants, des adultes et des seniors, des conférences, des débats, ont commencé à impressionner plusieurs centaines d'écoliers, de collégiens et de lycéens. Le grand public est attendu tout le week-end. Nul doute qu'il sera nombreux.

 

LA CONNAISSANCE, UN BEAU REMPART CONTRE LES OBSCURANTISMES

 Merci infiniment à tous les partenaires qui conjuguent leurs efforts pour inciter à la découverte : ASTS PACA, Centre de physique des particules de Marseille, Centres regional et départemental de documentation pédagogique, Environnement et partage, Gulliver, Ifremer, Mer Nature, Muséum d'histoire naturelle de Toulon et du Var, Parc national de Port-Cros, Les petits débrouillards PACA, Planète sciences Méditerranée, Surfrider Foundation Europe, SITTOMAT, Tremplin, Université de Toulon, etc.

Et aux institutions qui soutiennent l'initiative : État, Région, Département et Commune. Non pas pour que leurs logos apparaissent sur des cartons d'invitation, mais, ainsi que le rappelait Marie Bouchez, conseillère régionale de PACA, lors de l'inauguration de ce jeudi soir, parce que, par les difficiles temps qui courent, la connaissance par l'éducation constitue un vrai beau rempart contre tous les obscurantismes qui inquiètent à juste titre les hommes éclairés...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 03:21

http://www.echange-service.com/i/echange_service.jpgLe principe est tout simple. Il suffisait que l'équipe des animateurs du service municipal de la jeunesse, dirigé par Vincent dans le cadre des orientations assignées par l'adjointe au maire Isabelle Renier, y pense. C'est une sorte de "deal vertueux" partant d'une question simple : comment accéder aux loisirs, à la culture et aux spectacles quand on est jeune et qu'on n'a ni d'argent ni de métier pour en gagner ? La réponse a germé et évolué vers un concept complet... les "chantiers culturels".

Depuis quatre ans, chaque année, une quarantaine de nos jeunes concitoyens en bénéficient. Ils donnent un coup de main aux organisateurs d'un événement culturel local, comme Janvier dans les étoiles, Les Voix du Gaou ou Couleurs urbaines, ou plus éloigné, comme Les plages électroniques de Cannes ou Les jeux de la francophonie à Nice, et, en contrepartie, ils découvrent le monde de l'organisation de spectacles avec les professionnels, bénéficient de la gratuité pour des festivals, mais aussi pour des activités municipales : sorties, séjours, etc.

Près de 130 jeunes Seynois entre 16 et 25 ans ont pu bénéficier du dispositif animé par l'efficace animateur Karim, et certains ont même été repérés par des organisateurs et se sont vu proposer des embauches. Une douzaine de partenariats ont été scellés avec des organisateurs de spectacles et festivals, qui "en redemandent" tant ils sont satisfaits, et l'idée originale a fait l'objet d'un dossier présenté pour concourir au prix "Territoria 2013". Réponse du jury à l'automne...


Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 06:27

http://p5.storage.canalblog.com/54/51/141986/65561811.jpgJe reviendrai dans quelques jours sur la rentrée scolaire qui se profile pour la semaine prochaine, avec, pour un maire, le souci qu’elle se déroule dans les meilleures conditions possibles pour les écoles maternelles et élémentaires qui relèvent de sa responsabilité, mais également pour les autres niveaux d’enseignement et les activités éducatives périscolaires conduites par la commune et nombre d’associations.


JEUNES LYCÉENS, VOUS POUVEZ DE NOUVEAU APPRENDRE LE PROVENÇAL !

 Je tiens tout de même dès aujourd’hui à faire part d’une première satisfaction, concernant le lycée Beaussier, avec la réponse favorable apportée par Claire Lovisi, rectrice de l’académie de Nice, à la demande que, relayant des sollicitations de Seynoises et de Seynois, jeunes et parents, j’avais portée courant mai auprès de l’Éducation nationale : le retour de l’enseignement de l’occitan dans sa forme provençale. On m'annonce en effet l’ouverture d’une classe de seconde intégrant cette option.

À La Seyne, qui a porté au cours de ce mandat une volonté de redynamisation culturelle et linguistique de l'occitan provençal dans la sphère publique (voir cet article de mon blog), on ne peut que se féliciter de cette bonne nouvelle.

Et j’invite le maximum de jeunes lycéens de La Seyne et de l’Ouest Var à confirmer la volonté qu’ils ont exprimée d’apprendre l’occitan provençal, dès aujourd’hui auprès de leur lycée !


MON COURRIER DE MAI À LA RECTRICE POUR LA RELANCE DE L'ÉTUDE DU PROVENÇAL

« L’enseignement de la Langue d’Oc dans sa forme provençale a toujours été un enseignement suivi comme langue 2, langue 3 et matière facultative au lycée Beaussier.

« Les professeurs suivants ont assuré cet enseignement : M. René MERLE, de 1976 à 1978 ; - M. Gérard TAUTIL, de 1978 à 1998 ; - M. Claude JUNIOT de 1998 à 2000. Ce dernier ayant été nommé au collège de Gassin, cet enseignement n’a pas eu de successeur à partir de cette date.

« Nous soulignons l’intérêt de cet enseignement sanctionné par le « CAPES d’Occitan/Langue d’Oc » depuis la fin des années quatre-vingt, notamment sous le ministère de M. Jack LANG.

« La situation actuelle de cet enseignement est en retrait tant sur l’offre que sur la demande, puisque les parents d’élèves ne sont pas informés de cette option possible comme elle l’a été pendant vingt-quatre ans.

« Conformément à ce que prévoit le Plan Académique de Développement 2010-2014 dans son troisième volet et plus précisément sa référence pour le développement et la promotion des langues et cultures régionales, nous souhaiterions, en conformité avec ce plan, que cette option puisse être proposée à l’enseignement général du lycée Beaussier.

« La mise en place de cette option permettrait d'autant plus d'offrir une continuité éducative et pédagogique avec le collège Font-de-Fillol de Six-Fours qui propose déjà un enseignement de la langue d'oc. 

« Un professeur agrégé dispense cet enseignement aux lycées Dumont d’Urville et Bonaparte, aux collèges Maurice Genevoix et Maurice Ravel.

« Je souhaite, Madame La Rectrice, trouver auprès de vous une réponse favorable à ma demande pour la rentrée 2013 et souhaite que des moyens soient dégagés en direction du Chef d’Etablissement du Lycée Beaussier. »



 

> CLIQUEZ SUR LA CARTE POUR VOIR LE CHAMP GÉOGRAPHIQUE DE LA LANGUE D'OC ET DE SA FORME PROVENÇALE EN PARTICULIER...

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 04:09

http://www.referencement-top10.fr/wp-content/uploads/2013/02/referencement-gratuit-google1.pngJ'ai reconnu, au terme de la saison estivale 2012, que l'expérience de spectacles payants ne s'est pas avérée... payante. Le principe selon lequel on pense parfois que "si c'est cher, c'est que c'est bon" ne s'était pas appliqué en la matière. Changement d'orientation, donc, pour la saison 2013, avec une programmation différente, et le choix de tenter la gratuité totale. Celles et ceux des visiteurs de ce blog qui ont été spectateurs de certains d'entre eux ont pu voir, en juillet côté pont, ou en août côté parc, que le public était cette année au rendez-vous de soirées avec des artistes peut-être moins connus, pour certains, mais de très bonne qualité, avec une réelle diversité.

Mon petit doigt me dit que certains s'offusqueraient du "tout gratuit". J'ai aussi parfois cette tentation, mais je la réserve aux œuvres sociales communales, considérant, par exemple, que, que l'on prenne un repas à la maison ou au restaurant scolaire, on acquiert des denrées, on utilise de l'énergie pour la cuisson et la vaisselle, et que la gratuité totale doit être réservée aux situations sociales les plus dramatiques. C'est ainsi que nous considérons le rôle du service public.

 

LA GRATUITÉ, ÇA COÛTE MOINS CHER À LA COLLECTIVITÉ...

Nos avons croisé le budget des festivals de cette année avec la proposition d'un prétendant à la fonction de maire qui propose une participation de principe de 3,50 euros. Elle s'avèrerait inefficace. Démonstration...

La mise en place d'une billetterie, nous en avons fait l'expérience en 2012, génère des obligations qui ont un coût : nécessité de mettre en place un espace fermé et sécurisé (estimation sur la base des spectacles payants que nous avons connus : 3150 euros), location de matériel de billetterie et de clôture (5000 euros), location de toilettes obligatoires en cas d'enceinte fermée (3600 euros), location d'un éclairage de secours et d'un point d'accès supplémentaire agréé (3000 euros), personnel supplémentaire de sécurité (3600 euros), paiement d'un régisseur pour l'encaissement (1320 euros), catering et restauration des personnels supplémentaires de régie de recettes et de sécurité (600 euros), soit un total de 20.270 euros de charges supplémentaires, par exemple pour les six soirées de "Côté Pont".

 

... ET LA GRATUITÉ, ÇA N'EXCLUT PERSONNE

 À 3,50 euros l'entrée tels que proposé, il faut donc - faisons la division (ça fera un entrainement pour la rentrée scolaire !) - réaliser 5.791 entrées pour couvrir le coût généré par la mise en place d'une billetterie, donc atteindre 965 spectateurs pour chacun des six spectacles, dont la jauge maximale est de 1000 places, nombre jamais atteint, même avec la gratuité.

Voilà. Offrir des soirées de détente et de culture, pour nos concitoyens comme pour ceux qui nous honorent de leurs visites estivales, n'est pas un luxe dans une période où sévit la crise. Pourquoi alors rajouter un coût pas forcément entièrement recouvrable ainsi qu'une simple opération d'arithmétique vient de le prouver, juste pour se donner le sentiment qu'on ne fait pas dans l'assistanat, et au risque que les plus modestes, souvent premières cibles de la publicité de consommation, ne s'excluent en préfèrant consommer 3,50 euros autrement que pour un temps de culture ou de diffusion artistique ?

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE