9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 04:17

Il faut le souligner : pas une des 49 voix du conseil municipal de La Seyne n'a manqué pour voter une déclaration de soutien au quotidien "La Marseillaise" que j'ai présentée ce jeudi à notre assemblée.

Deux ans après une première alerte, le journal connaît en effet de nouvelles turbulences qui risquent de conduire à sa disparition.

Notre conseil municipal, toutes sensibilités politiques confondues, a été à la hauteur en votant la déclaration ci-après...

« Attaché à une presse régionale dans sa diversité, le conseil municipal de La Seyne manifeste son inquiétude quant au devenir du quotidien "La Marseillaise", témoigne sa solidarité avec l'entreprise et ses salariés, et se tient disponible pour aider à des initiatives pouvant concourir à la sauvegarde de ce journal. »

Merci, sincèrement, à tous les groupes politiques de notre assemblée qui ont fait preuve d'une vraie vision démocratique de l'information.

Repost0
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 06:43

Ce dernier samedi a été lancée au Fort Napoléon la trente-et-unième édition des Fêtes calendales, manifestation culturelle initiée par la dynamique association Lei cigaloun segnen, valorisant les traditions, la culture, la création et la langue de la Provence et de La Seyne.

Avec Cécile Jourda, conseillère municipale déléguée à l'identité provençale et occitane, nous avons remercié l'ensemble des partenaires associatifs et publics qui s'investiront jusqu'aux fêtes de Noël pour offrir à nos concitoyens et visiteurs un beau panel de spectacles, conférences, visite de crèche animée, et autres découvertes de produits de tradition. Et nous invitons le maximum de personnes à y passer un moment, tant nous sommes certains qu'elles ne le regretteront pas.

Dans mon propos inaugural - en langue régionale - j'ai rappelé la volonté municipale de soutenir de telles initiatives, mais aussi de promouvoir l'usage du provençal dans « la vida vidanta », c'est-à-dire la vie de tous les jours.

L'occasion m'est donnée de publier le courrier que j'ai adressé à Philippe Vitel, député LR du Var et vice-président du Conseil régional de Provence Alpes Côte d'Azur chargé des traditions et de l'identité régionale, pour solliciter l'appui de la collectivité régionale pour que nous poursuivions nos efforts en ce domaine...

 

« Monsieur le Député - Vice-président,

« Ainsi que je vous l'ai exposé à l'occasion d'une rencontre peu de temps après votre installation dans vos fonctions de vice-président de la Région Provence Alpes Côte d'Azur délégué aux traditions et à l'identité régionale, je souhaite formaliser par la présente ma demande d'un partenariat financier régional pour faire vivre notre langue locale dans la vie courante de la commune de La Seyne-sur-Mer.

 

LA SEYNE FAVORABLE À LA CHARTE EUROPÉENNE DES LANGUES RÉGIONALES

« Depuis 2008, nous essayons en effet de mettre en œuvre, à l'échelon local, au moins deux des 98 paragraphes de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, que la France a signée en 1999 mais certes pas ratifiée à ce jour :

« - l'emploi ou l'adoption, le cas échéant conjointement avec la dénomination en français, des formes traditionnelles et correctes de la toponymie dans les langues concernées ;

« - à encourager et/ou à faciliter la publication d'articles de presse dans les langues concernées, de façon régulière.

« Nous avons ainsi d'ores et déjà pu, par exemple, en matière d'identité linguistique et culturelle :

« - soutenir par des subventions et mises à disposition de locaux les initiatives associatives de cours de langue, l'un avec un support graphique provençal mistralien porté par Lei cigaloun segnen, l'autre avec un support de graphie dite "classique" de l'occitan provençal porté par Lo cèucle occitan dau païs de La Senha ;

« - obtenir l'accord du Rectorat de l'Académie de Nice pour la réouverture d'un cours de langue régionale au lycée Beaussier ;

« - conforter, développer ou créer des initiatives permanentes et événements de promotion de la langue et la culture, comme le festival Rescontre, le rassemblement de bateaux La Sagno tradition ou les Fêtes calendales, ainsi que la réalisation de petits films mettant en valeur par exemple en valeur notre activité portuaire provençale.

 

PROMOUVOIR L'OCCITAN PROVENÇAL DANS LA VIE QUOTIDIENNE

« Mais nous nous efforçons également de faire vivre la langue dans la vie courante, comme vecteur de développement du sentiment d'appartenance à une communauté sociale et culturelle, dans une commune que vous savez riche de sa diversité d'origines, et nous avons ainsi pu :

« - publier dans chaque numéro du magazine municipal et sur le site Internet de la ville une page rédigée en occitan provençal, en alternance en graphie classique et en graphie mistralienne, traitant de sujets d'intérêt général ;

« - diffuser des informations bilingues sur les panneaux lumineux d'information locale ;

« - doubler la signalétique de l'entrée de zone agglomérée, des lieux-dits et des noms de rues du centre ancien de La Seyne par des plaques, indiquant dans les deux graphies leurs noms actuels ou anciens en occitan provençal.

« C'est pour accroître et développer ce dernier volet de nos initiatives que je souhaite obtenir un soutien financier régional, destiné à couvrir tout ou partie du surcoût de réalisation de plaques signalétiques routières directionnelles dans la langue nationale et la langue régionale, ainsi que cela existe en d'autres endroits, à l'image de la photographie ci-jointe prise en Bretagne.

« Notre conseillère municipale déléguée à l'identité provençale et occitane, Cécile Jourda, et moi-même demeurons à votre disposition pour évoquer avec vous cette requête, et vous remercions de la bienveillante attention que vous pourrez y prêter.

« Je vous prie d'agréer, etc... »

 

 

Repost0
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 14:41

C'est une sorte de "Sénat" européen de "sages". Européen non pas au sens de l'Union et de ses 28 États, mais à celui du Conseil de l'Europe, qui en regroupe 47 et leurs 820 millions d'habitants.

Marie Bouchez, notre adjointe déléguée à la politique de la ville et à l'habitat, élue régionale pendant deux mandats, fait partie depuis quelques semaines des 18 élus locaux français qui, parmi quelques 324 membres de la Chambre des pouvoirs locaux du Congrès du Conseil de l'Europe, représentent la France auprès de cette institution garante de la démocratie territoriale sur notre vieux continent.

Plutôt que me lancer dans un long développement sur les missions d'évaluation et de promotion de la démocratie locale de cette institution trop méconnue, j'invite les visiteurs de mon blog à visiter le site du Congrès.

C'est un réel contentement pour notre ville qu'une de ses élues ait été choisie pour siéger au sein de cette organisation. De nos conseils de quartiers à l'Europe dans sa plus grande réalité géographique, la question démocratique, si fragile mais si essentielle, a mille et une façons de se décliner.

Qu'une Seynoise engagée soit appelée à une telle fonction de vigilance populaire nous oblige d'autant plus à poursuivre nos efforts de démocratie locale.

Repost0
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 04:51

L'équipe des personnels communaux du service des solidarités et Olivier Andrau, notre élu délégué, entre autres missions, aux questions de santé, peuvent afficher une vraie fierté.

Voilà, grâce à eux et un partenariat exemplaire avec les équipes de psychiatrie publique, que La Seyne va être la première commune de notre secteur à installer, pour la période 2007-2020, un Conseil local de santé mentale (CLSM).

Sous l'égide de l'État, et notamment de l'agence régionale de la santé (ARS), associant les services du Centre hospitalier intercommunal de Toulon-La Seyne (CHITS), ceux du pôle Santé-handicap-seniors de la commune, des associations d'usagers, d'aidants et d'intervenants dans le champ de la santé mentale, d'habitants, de professionnels, le conseil local visera, par un travail partenariat constant, à définir et mettre en œuvre des actions concrètes en faveur des personnes ayant besoin de prévention ou de soins psychiatriques.

 

UNE PLACE POUR TOUS ET POUR CHACUN DANS UNE CITÉ ACCUEILLANTE ET AIDANTE

Il s'agit, dans une véritable démarche de citoyenneté, de concourir à l'autonomisation des usagers, de les aider à décider par et pour eux-mêmes, et de faciliter leur rétablissement. Une sorte de mobilisation de l'ensemble des partenaires du territoire communal, pour que les personnes qui ont besoin d'une aide en matière de santé mentale ne soient pas stigmatisées et trouvent ou conservent toute leur place dans la cité.

La Seyne est et veut demeurer un espace urbain accueillant, où chacun, quelle que soit sa réalité économique, culturelle, et donc psychosociale, doit trouver sa place et enrichir la communauté territoriale de ce qu'il est.

Repost0
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 08:09

C'est passé inaperçu lors de la réunion du conseil communautaire de l'agglomération Toulon Provence Méditerranée (TPM), même si le Président Hubert Falco l'a brièvement commenté en indiquant que chaque commune désigne les représentants qu'elle souhaite. Je veux parler de la constitution de l'instance dirigeante du futur "Office Intercommunal de Tourisme Provence Méditerranée" créé pour répondre aux obligations de la loi NOTRe qui impose au 1er janvier prochain le transfert de nouvelles compétences communales à l'intercommunalité : le tourisme, donc, mais également la gestion portuaire, le logement social, et la collecte et le traitement des ordures ménagères.

Les statuts de ce nouvel établissement ont fixé à trente-et-un le nombre d'élus communautaires constituant son comité directeur, répartis en fonction des "poids économiques" du tourisme dans les trois grands pôles de l'agglomération : l'est (les cinq communes de Hyères à La Garde), le centre (les trois villes autour de Toulon), et l'ouest (Ollioules, Saint-Mandrier, La Seyne et Six-Fours). 

 

UNE PLACE POUR NOTRE MINORITÉ MUNICIPALE

La Seyne y dispose de trois représentants. Et ce qui n'a été relevé par aucun observateur est que notre équipe municipale a choisi de proposer les noms de deux membres de notre majorité de gauche élus à TPM, Anthony Civettini et Raphaële Leguen, mais aussi d'un élu de notre minorité seynoise, Jean-Pierre Colin, appartenant au groupe "Les Républicains - UDI" de notre conseil municipal.

Rien ne nous obligeait à le faire et, d'ailleurs, aucune des autres communes dont des représentants des minorités locales siègent au conseil de TPM ne l'a fait. Mais c'est pour nous une question de respect des choix démocratiques des citoyens-électeurs.

Et le comité directeur du tourisme n'est pas la seule instance de gouvernance où La Seyne se distingue des autres villes en matière d'ouverture aux élus minoritaires. Elle avait déjà, dès 2014, proposé une place au conseil d'administration de son office d'HLM "Terres du Sud Habitat" (TSH) à une élue de droite, en l'occurrence l'actuelle première adjointe au maire d'Ollioules, Nicole Bernardini. Et se prépare à le faire un peu plus pour début 2017, lorsque TSH sera rattaché à l'agglomération et non plus à la commune, en proposant non seulement de reconduire cette élue dans sa fonction, mais encore de proposer une autre place à un conseiller municipal de droite du Revest. 

 

À CHACUN SA VISION DE LA REPRÉSENTATION DÉMOCRATIQUE

Chacun sa façon de voir. On m'objectera qu'Hubert Falco n'était en rien contraint de demander aux maires de désigner eux-mêmes leurs représentants. Ni d'ailleurs de me proposer, dès 2008, de devenir l'un des douze vice-présidents de TPM, tant la gauche est ultra-minoritaire au sein de notre agglomération. Mais il aurait été étrange que la deuxième plus importante ville du territoire ne puisse prendre part à l'exécutif de la communauté.

Et cette même lecture des réalités démographiques de TPM aurait pu l'amener, la semaine dernière, lorsqu'il a été décidé de porter de douze à quatorze le nombre de vice-présidents de TPM, d'aller jusqu'à un quinzième ainsi que la loi le permet, et de proposer, au nom de l'équilibre territorial, à un deuxième Seynois d'intégrer le Bureau de l'agglomération qui, désormais, compte un président et deux vice-présidents de la première ville, Toulon, et deux vice-présidents de Hyères, qui n'est "que" la troisième plus importante commune.

Ceci étant, TPM fait tout de même mieux que les deux grandes métropoles voisines, Aix-Marseille-Provence, qui ne compte qu'un Aixois pour cinq Marseillais, et un seul vice-président de gauche pour vingt membres de l'exécutif, et surtout que Nice Côte d'Azur, où le très "républicain" Christian Estrosi n'a proposé aucune vice-présidence à un élu de gauche...

Repost0
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 05:38

La toute nouvelle secrétaire d'État en charge de la ville, Hélène Geoffroy, n'a pas trainé. Quelques jours à peine après avoir été appelée au gouvernement, celle qui est en train de transmettre le relais de ses fonctions de députée du Rhône, de maire de Vaulx-en-Velin et, en conséquence, de membre du conseil d'administration de l'association des maires Ville & Banlieue de France que je préside, m'a invité à une première rencontre informelle.

Ça a été pour elle l'occasion de rappeler son intention de poursuivre la relation de ses prédécesseurs avec notre association d'élus de communes accueillant sur leurs sols des quartiers prioritaires de la "politique de la ville", pour travailler à la cause de nos habitants.

L'échange a permis de lister un bon nombre de sujets de préoccupations, donc de chantiers à poursuivre, concernant l'ensemble des communes d'habitat social et de centres anciens dégradés. Autant de sujets qui parlent aux Seynois...

 

ÉDUCATION PRIORITAIRE ET DÉMOCRATIE DES PROJETS

Très préoccupée par les questions éducatives, la ministre a souhaité que notre association "fasse remonter" dans un très bref délai un état des lieux du sujet dans nos communes. Il reste en effet des incohérences à gommer, par exemple avec une géographie des réseaux de l'éducation prioritaire (REP et REP Plus) ne cadrant pas avec celle des quartiers prioritaires de la "politique de la ville", comme c'est d'ailleurs le cas à La Seyne, puisque les écoles accueillant les enfants de notre centre ville, site de rénovation urbaine, ne bénéficient pas du classement en REP Plus comme celles du quartier Berthe.

La question des "conseils citoyens", prévus par la loi pour associer les habitants aux projets de renouvellement urbain, est aussi un sujet de préoccupation partagée : il ne faudrait pas que nos concitoyens qui ont manifesté la volonté de s'y impliquer, et qui se sont formés à cet effet, se découragent face à la complexité et la lenteur de mise en œuvre du Nouveau programme national de rénovation urbaine (NPNRU).

 

SOLIDARITÉ NATIONALE ET TERRITORIALE

Les problèmes des ressources financières des communes populaires prioritaires seront également l'objet de travaux communs au ministère, aux parlementaires et à l'association des élus de banlieue, tant les mécanismes de la péréquation, de la dotation de solidarité urbaine et de la dotation politique de la ville, ne permettent pas toujours de constater que s'exerce une réelle solidarité nationale ou intercommunale en faveur des quartiers pauvres de nos communes. La Seyne en sait quelque chose, puisque les projections 2016 en ce domaine laissent penser que la baisse de l'appui de l'État à notre commune, même si elle ne sera réellement connue qu'au printemps, pourrait bien être encore plus forte qu'en 2015...

L'accès, enfin, prioritaire et renforcé, à l'ensemble des services publics de l'État pour nos concitoyens les plus fragiles, n'apparaît pas toujours comme une évidence, malgré les conventions signées en 2013 entre le ministre de la ville et une douzaine de ses collègues s'engageant à mobiliser prioritairement leurs moyens de droit commun sur les sites en difficulté. Pour nous, Seynois, la dernière inquiétude en date, et pas des moindres, concerne le devenir du service des urgences de notre hôpital George-Sand, dont j'ai récemment fait état sur ce blog, aggravée par une information apportée il y a quelques jours par un responsable de l'Association des médecins urgentistes de France...

On a donc encore du pain sur la planche.

Repost0
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 04:20

Je sais, parce qu'il est honnête homme, qu'il n'a voulu offenser ni les élus, ni les fonctionnaires, ni les usagers des ports, mais notre collègue élu de la minorité de droite Jo Minniti a pour le moins été un peu maladroit lors d'une de ses interventions au cours de la réunion du conseil municipal de mardi dernier. Affirmer, en substance, que la Ville ne serait pas capable de donner suite à sa propre demande, permise par la loi NOTRe, d'être gestionnaire à partir de 2017 de ses espaces portuaires, a tout de même choqué du monde.

Je le répète, cette bien belle chose qu'est la démocratie républicaine permet à tout un chacun, disposant de ses droits civiques, d'être candidat et élu. On ne lui demande pas de faire le travail des fonctionnaires, agents et cadres, et il n'est donc pas nécessaire qu'il possède toutes les qualifications requises pour tous les métiers de la fonction publique. C'est bien pour ça qu'existent les personnels de l'État, des collectivités et des hôpitaux, qui sont compétents dans leurs domaines respectifs, et qui assurent les gestions que les élus leur confient, dont, en l'occurrence, celle des ports.

 

PAS BESOIN D'ÊTRE MAÎTRE DE PORT OU DOCKER POUR ÊTRE GESTIONNAIRE

Robert Cavanna, élu toulonnais, vice-président du département, et actuel président de l'autorité portuaire de chez nous, assume fort bien sa tâche en étant certes un éminent juriste, mais aucunement directeur ou capitaine de port, ni consignataire, ni inspecteur de sécurité, ni remorqueur, ni garde-côte, ni pilote, ni docker... Quant à Jacques Bianchi, de son métier entrepreneur dans le domaine des véhicules industriels, il assume fort bien sa mission de président de la Chambre de commerce et d'industrie du Var (CCIV), concessionnaire de six ports de la rade de Toulon, grâce, lui aussi, à ses équipes de personnels qualifiés.

S'il le font, avec les quinze élus du conseil syndical de Ports Toulon Provence pour l'un et les 79 membres de l'assemblée de la CCIV pour l'autre, et avec l'appui de dizaines de professionnels, les élus seynois et moi pouvons tout aussi bien l'assumer avec les personnels ad hoc.

 

LE "PLUS" DU PROJET SEYNOIS : UNE AUTOGESTION CITOYENNE DES PORTS

Et les usagers, que ce soient les entrepreneurs des ports de commerce et d'industrie ou les amateurs de nautisme des ports de plaisance, sont tout à fait à même de réfléchir collectivement à leurs besoins d'équipements portuaires, aux modes d'accès et de fonctionnement, aux règles de bons usages à instaurer et faire respecter dans l'intérêt général, aux moyens d'assurer les équilibres budgétaires et, notamment, de couvrir les dépenses portuaires, de prévoir les investissements et leurs amortissements, bref... de participer à la gestion, dans les cadres légaux et réglementaires, et au sein de comités d'usagers œuvrant, dans une démarche de vraie démocratie participative, sans démagogie artificielle, avec les élus et techniciens portuaires.

Nos concitoyens seynois le font déjà dans d'autres domaines, telle la gestion du parking Martini. Ce serait leur faire injure que de penser le contraire. Et c'est, en particulier, ce "plus" là, qui n'a rien d'un gadget, mais est au contraire porteur d'investissement citoyen, que l'État républicain serait bien inspiré de mesurer lorsqu'il prendra la décision d'attribuer la compétence portuaire à l'une ou l'autre des collectivités qui la réclament.

Nous, à La Seyne, qu'on se le dise, nous sommes déterminés à plaider en ce sens. Il ne faudrait pas que la belle unanimité du conseil municipal relevée en décembre s'effrite du fait d'élus locaux revenant sur leurs votes, peut-être instrumentalisés de l'extérieur, ou plaçant une perspective d'échec de l'originale démarche seynoise au-dessus des intérêts du territoire pour des raisons politiciennes de court terme...

Repost0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 04:19

Ils sont tous là à s'offusquer que des nouveaux élus de Corse aient utilisé la langue de leur région le jour de leur prise de fonction. L'article 75-1 de la Constitution stipule pourtant que « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France. » Alors, pourquoi s'en priver, hors actes officiels, surtout à l'occasion d'une élection territoriale, quand, de surcroît, ce sont des régionalistes qui l'ont remportée ? J'ai du mal à imaginer que ça pourrait mettre en péril l'unité de la République.

La question que les jacobins heurtés devraient se poser serait plutôt de savoir pourquoi est restée lettre morte la proposition de François Hollande, en 2012, qui annonçait [qu'il ferait] "ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires". Comme si on anticipait un échec lors d'un vote du Congrès du parlement pour rendre notre Constitution compatible avec cette démarche que la plupart des autres pays du continent ont menée à bien. Et alors ? Ça coûte quoi, de faire fonctionner la démocratie, quitte à essuyer un revers ?

Plus on débat, plus on échange, plus on confronte les idées, plus on rivalise d'audace et d'imagination pour associer les gens à leur propre destin, au contraire, la démocratie et la République en sortent grandies. Et ça aide à éloigner d'autant du pouvoir les non-républicains. 

 

POUR DES EXPÉRIENCES DE GESTION CITOYENNE PARTICIPATIVE

C'est ce que nous essayons de faire à La Seyne en animant divers conseils de quartiers et comités d'usagers des services publics, dont certains se sont vu confier, en lien avec les élus et services municipaux, de véritables espaces de gestion participative.

Ainsi en est-il du comité des usagers des transports et mobilités, composé d'habitants, commerçants, personnes travaillant en centre-ville, parents d'élèves, chargé de concevoir les grilles tarifaires et abonnements du parking Martini que nous avons réintégré du privé en gestion publique, et qui parvient chaque année à proposer au conseil municipal un mode de fonctionnement assurant un meilleur remplissage, un équilibre budgétaire et une économie annuelle de 200.000 euros.

 

CE QUI VAUT POUR LE STATIONNEMENT DOIT VALOIR POUR L'AMARRAGE

C'est à l'analyse de cette expérience de participation citoyenne réussie que les élus municipaux unanimes ont suivi notre proposition de répondre favorablement à la requête constante des associations d'usagers de nos ports de plaisance, réclamant, ainsi que la Loi le permet désormais, que la Ville se porte candidate à la gestion de ses espaces portuaires à la place du syndicat regroupant le département et l'agglomération, afin de permettre aux plaisanciers seynois de participer eux-mêmes à leur administration. Je salue cette volonté d'engagement citoyen et l'accueil favorable que, dans une belle "alliance portuaire", toutes les sensibilités politiques de l'assemblée communale lui ont réservée.

C'est cette parole que nos élus relaieront ce lundi au conseil communautaire de l'agglomération Toulon Provence Méditerranée, également candidate à cette gestion, en espérant que l'État, dont  c'est le rôle, tranchera dans le sens de la plus grande proximité. Ce qui n'empêchera pas de coopérer avec les autres communes littorales dans le cadre du grand projet de la Rade de Toulon.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Démocratie locale et communication
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:39

La gauche et l'écologie ne sont plus dans la course de l'élection régionale, mais le rendez-vous démocratique aura lieu. Dimanche, il faut que les opérations de vote se déroulent dans les meilleures conditions possibles.

Nos anciens se sont trop battus, ont trop versé de larmes et de sang, pour que les hommes et, beaucoup trop tard, les femmes de notre République, à l'exception, hélas, de certains qui pourraient y avoir droit pour les élections locales, aient la possibilité de choisir leurs destins en glissant des bulletins dans des urnes.

C'est pourquoi je demande à tous les conseillers municipaux, quelle que soit leur sensibilité, et sauf situation personnelle exceptionnelle, d'assumer leur obligation légale de présider les bureaux de vote.

 

ATTENTION : PAS D'ASSESSEUR, PAS D'OUVERTURE DE BUREAU !

Je demande aussi aux mandataires des deux listes restant en présence (FN et LR-UDI) de désigner, avant vendredi, pour chacun des 47 bureaux de vote de la commune, deux assesseurs (un titulaire et un suppléant), et autant de scrutateurs chargés d'assurer le dépouillement des votes.

J'attire l'attention de l'ensemble de mes concitoyens sur le fait que, légalement, si les bureaux de vote ne peuvent être constitués faute de ces désignations par les mandataires des listes (FN et LR-UDI), dûment enregistrées par les services communaux, les lieux de vote ne pourront pas ouvrir tant que des citoyens ne se seront pas portés volontaires pour suppléer les assesseurs devant être désignés par les candidats.

 

L'EXERCICE DÉMOCRATIQUE, C'EST L'AFFAIRE DES CITOYENS EUX-MÊMES

C'est pourquoi je ferai un point public de l'avancée de ces désignations vendredi à midi, afin que des citoyens volontaires puissent se manifester en cas d'éventuelle défaillance des mandataires des candidats.

La vie démocratique est l'affaire des citoyens eux-mêmes. La puissance publique, dont le rôle se limite à l'appui matériel et logistique aux opérations de vote, ne saurait être tenue pour responsable des manquements éventuels à l'implication des candidats et de leurs soutiens.

Mais j'ai confiance en leur sens des responsabilités.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Démocratie locale et communication
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 07:07

La "migration", comme on dit, de mon blog vers le nouveau système dont s'est doté son hébergeur a provoqué quelques dysfonctionnements.

 

Le menu horizontal, notamment, ne remplit plus toutes ses fonctions.

 

L'hébergeur a été alerté. J'espère que les réparations seront rapidement effectuées. Toutes mes excuses à mes visiteurs.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Démocratie locale et communication

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

CLIQUEZ POUR SIGNER
LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE