21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 04:13

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas du tout attaché au formalisme et aux convenances protocolaires. Mais il est parfois des situations dont je remarque l'étrangeté. Deux en un jour, ça mérite tout de même que, s'en m'en offusquer, je les relève.

Ainsi, lors de la réunion du conseil municipal de ce mardi, notre adjointe chargée du développement durable du territoire, Denise Reverdito, interpellée par Nathalie Bicais, conseillère municipale et départementale à propos des espaces boisés du Fort Napoléon, propriétés du Département et confiés en gestion à la commune, s'est étonnée de n'avoir plus de nouvelles d'un intéressant projet dont le conseil départemental a eu l'initiative, en l'occurrence l'implantation d'un parcours d'initiation à la course d'orientation. Et là, surprise, l'élue départementale apprend à l'assemblée que l'inauguration du parcours sportif est prévue dans quelques jours. Sans que la Ville n'y soit conviée !

 

ÉTRANGE, MAIS PAS OFFENSANT

C'est certes une réalisation entièrement assurée par le conseil départemental, mais l'usage veut que les élus locaux soient associés au petit moment festif qu'est toute inauguration, ne serait-ce que pour leur permettre de remercier la collectivité varoise qui offre un nouveau service de loisirs à la population seynoise. Étrange... mais pas offensant pour autant.

Tout aussi curieuse, mais pas plus blessante, la découverte, à la lecture du quotidien Var-matin, de la visite effectuée à La Seyne ce même mardi par le nouveau vice-président de la Région délégué à la formation, mon collègue toulonnais Yannick Chenevard, également vice-président de notre agglomération. Il s'agissait pour lui de rencontrer les responsables du centre de formation d'apprentis que la Chambre des métiers du Var fait vivre avec une belle efficience.

La Ville ne tient certes pas à se mêler de ce qui ne la regarde pas, du moins pas directement. Mais j'aurais eu plaisir, comme cela se faisait sous le mandat régional de Michel Vauzelle, à accueillir mon collègue Chenevard sur nos terres seynoises, d'autant que, en ma qualité de vice-président de Toulon Provence Méditerranée (TPM), j'ai en charge, moi aussi... la formation.

Et ça m'aurait permis, en marge de sa visite, de lui faire découvrir les projets structurants voisins du centre de formation, tels le casino, l'Atelier mécanique, le chantier de yachts "Monaco Marine" et la résidence de Bois Sacré, porteurs de centaines d'emplois et de parcours d'insertion, pour leurs réalisations et/ou pour leurs fonctionnements. Et, accessoirement, puisqu'il a en charge à TPM la question des transports collectifs, d'évoquer avec lui, sur site, les problèmes de mobilités que vont engendrer ces réalisations et les solutions terrestres et maritimes que nous préconisons et réclamons depuis plusieurs années...

Repost0
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 07:01

Lors d'une de nos dernières rencontres, comme président de l'association nationale des maires de nos communes de la "géographie prioritaire", j'avais rappelé à Myriam El Khomri, jusqu'à hier Secrétaire d'État chargée la politique de la ville, l'importance que nous attachons à la mobilisation de tous les services de l'État, dans le cadre de leurs missions de droit commun, sur les territoires de nos quartiers populaires.

Elle-même, élue de terrain de quartiers parisiens réputés "difficiles", comme La Goutte d'Or, La Chapelle ou la Porte de Clignancourt, partageait comme membre du gouvernement ce sentiment selon lequel les dispositifs spécifiques aux sites prioritaires n'ont de sens que si la puissance publique y est naturellement présente, active, volontaire, imaginative, et très à l'écoute des habitants, pour conduire ses missions ordinaires.

 

MOBILISER TOUTE LA PUISSANCE PUBLIQUE SUR LES QUARTIERS POPULAIRES

Avec Patrick Kanner, son ministre de tutelle, elle aura pesé pour que les conventions signées par leur prédécesseur François Lamy avec douze autres ministres, de la santé à la justice, en passant par la culture, l'artisanat ou l'emploi, se déclinent dans les faits sur les sites populaires du pays.

En ce sens, je suis convaincu que, forte de son expérience, désormais Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, elle va impulser des initiatives majeures, concrètes, pragmatiques, novatrices et mobilisatrices, en faveur de l'insertion professionnelle des habitants de nos quartiers populaires, à commencer par celle des jeunes et jeunes adultes.

 

L'EMPLOI, CLEF DE VOUTE DE L'INSERTION

Les problèmes d'accès au travail sont partout ardus, mais ils le sont encore plus dans nos grands ensembles sociaux et nos centres villes paupérisés. Et leurs solutions sont la clef de voûte sans laquelle tous les résultats enregistrés grâce aux importants moyens engagés dans les sites en souffrance, sur le logement, les équipements publics, le cadre de vie ou l'accompagnement social, peuvent s'effondrer comme un château de cartes.

Le choix de Myriam El Khomri par le Président de la République est ainsi une excellente chose. Je suis d'ailleurs dépité par l'ironie, la discourtoisie, voire même le machisme, de plusieurs responsables de "Les Républicains" à l'annonce de cette nomination, pour ne retenir que cet encouragement d'un député de droite du Val-d'Oise :"Cette fille est très travailleuse. On peut avoir un dialogue très différent, à mille lieues de ce qu'on avait jusque là."

Je confirme.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Formation - emploi et insertion
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 04:43

http://www.metropolevar.fr/wp-content/uploads/2014/10/ingemedia_1-640x480.jpgJe ne vais pas faire dans la fausse modestie. Oui, je ne suis pas peu fier que nous soyons parvenus, à peu près dans le calendrier fixé, à livrer le nouvel établissement universitaire de l'ancienne "dalle des ferrailleurs", au quartier toulonnais de la Porte d'Italie.

Comme vice-président de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée (TPM), chargé de l'enseignement supérieur et de la recherche, il m'est revenu la charge d'ouvrir ce dernier vendredi la série de propos inauguraux de ce campus flambant neuf qui accueillera, lorsqu'il sera en vitesse de croisière, un ensemble de formations supérieures, essentiellement autour de l'ingénierie des médias et du numérique, mais également autour de la gestion des entreprises et du management.

 

UNE NOUVELLE PIÈCE SUR L'ÉCHIQUIER DE LA RECONQUÊTE UNIVERSITAIRE

Jouxtant la faculté de droit et la Maison des Technologies, c'est une pièce maîtresse de la conquête du champ universitaire pour notre agglomération dont on se souvient sûrement des vicissitudes qu'elle a connues ces dernières années, alors même que la - toujours discutable - réforme des universités aurait pu entraîner tout l'édifice dans une chute irrémédiable.

Le parti pris, dès 2002, de doter TPM d'une compétence en matière de formation supérieure et de recherche, en imbrication étroite avec les volontés intercommunales de redynamisation économique, a manifestement payé. Les années se suivent et se ressemblent ; après avoir mené à bien la réalisation de l'école d'ingénieurs de La Garde - La Valette que nous avons inaugurée il y a un an et qui abrite désormais la prestigieuse école Seatech, en plein développement puisque, en deux ans, elle aura accru de près d'un tiers son offre de formation accessible après concours polytechnique, après nous être battus pour sauver et conforter à La Seyne l'ancien Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM), devenu École supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) qui travaille désormais à son rattachement administratif à l'université de Toulon, et tandis que les pôles de recherche et développement s'ancrent autour des entreprises du pôle de compétitivité Mer à vocation mondiale de La Seyne et Ollioules, ce sont maintenant plus de 3600 étudiants qui accèdent à la formation au cœur de Toulon.

 

ET UN MAILLON VITAL DE LA DYNAMISATION DES DEUX RIVES DE LA RADE

Au-delà de la dimension universitaire, cette dynamique de jeunesse active aura incontestablement un effet positif sur la vie sociale, économique et culturelle du cœur de Toulon, faisant l'objet d'un programme de rénovation urbaine. Et, loin d'être jaloux, le maire de La Seyne que je suis est au contraire ravi, tant cette situation doit pouvoir profiter à l'ensemble du territoire du tour de la Rade. Il est dès lors d'autant plus indispensable que plus rien ne vienne freiner les projets structurants qui se poursuivent ou démarrent sur sa rive sud, chez nous, avec notre pôle Mer, notre casino, notre cinéma, nos hôtels, nos ports de plaisance, qui s'harmoniseront avec bonheur avec la dynamisation de la "capitale du Var".

À condition tout de même que s'active un tantinet mieux l'absolument nécessaire développement de liaisons maritimes par bateaux-bus, plus fréquentes, plus dynamiques, avec de nouvelles dessertes, plaçant chaque site de vie, économique, sociale, culturelle, et de loisirs, des rives toulonnaises et seynoises, à un quart d'heure l'un de l'autre, faisant de la mer un vrai carrefour au lieu que d'être une frontière... Ça aussi, c'est de notre responsabilité, à TPM.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Formation - emploi et insertion
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 07:43

http://tpm-agglo.fr/sites/new.tpm-agglo.fr/files/styles/highlight/public/ctimport/greatprojects/ingemedia_1.jpg?itok=NRhWgBwxAprès avoir, dans un article de ce vendredi, fait partager aux visiteurs de ce blog une mauvaise nouvelle de la rentrée universitaire, dont l'annonce n'a d'ailleurs fait qu'aiguiser ma combativité, venons-en aux bonnes nouvelles, car il y en a plusieurs, résultant totalement ou pour partie de l'engagement de la formidable petite équipe du service "formation, enseignement supérieur et recherche", animée par la courageuse et efficace Manon, qui épaule la mission de vice-président qui m'a été renouvelée après les élections de mars par Hubert Falco, président de la communauté d'agglomération "Toulon Provence Méditerranée" (TPM).

 

UNE BELLE RÉALISATION POUR LE CAMPUS TOULONNAIS

 La première des bonnes nouvelles, c'est bien sûr la confirmation d'une rentrée dans des conditions nouvelles des étudiants et enseignants du campus toulonnais de l'ancienne "Dalle des ferrailleurs", avec 12.000 mètres carrés d'espaces livrés, quasiment dans les délais initialement prévus, dans le cadre d'un programme inscrit au contrat de projets Etat-Région, et dont TPM a assuré le pilotage.

Avec le regroupement dans un espace de belle facture architecturale de l'institut Ingemedia, unité de formation et recherche en ingénierie de l'Internet et du multimedia de l'Université de Toulon, de l'unité de formation et de recherche en économie et gestion, et de l'institut d'administration des entreprises, l'agglomération conquiert peu à peu une bonne place dans l'offre de formations supérieures.

 

LA NOUVELLE ÉCOLE D'INGÉNIEURS SEATECH TIENT SES PROMESSES

 Autre sujet de satisfaction, plus à l'est, entre La Garde et La Valette, la fusion réussie pour cette rentrée des écoles supérieures d'ingénieurs, ISITV et Supméca, en un établissement polytechnique appelé Seatech. Même pour les anglophones peu avertis, le nom de cette nouvelle école d'ingénieurs, installée dans les espaces que nous avons inaugurés l'an dernier, atteste bien de la volonté d'un lien étroit entre le cursus de formation du plus haut niveau national des écoles d'ingénieurs et les entreprises de haute technologie de notre pôle mer à vocation mondiale.

Seatech est d'ores et déjà victime de son succès puisque, validée pour 50 étudiants, elle travaille à obtenir le feu vert pour en accueillir une dizaine de plus. Et j'ai d'ailleurs obtenu cette semaine l'avis favorable unanime de la commission formation de TPM pour aider à l'acquisition des matériels nécessaires. Il ne restera plus à TPM, pour que ce lien fort entre Seatech et le pôle mer d'Ollioules-La Seyne soit encore plus aisé, qu'à accélérer les liaisons de transports collectifs en site propre. Mais, ça, c'est une autre histoire...

 

DES "BOURSES AUX PROJETS ÉTUDIANTS" POUR VALORISER LE TERRITOIRE

 Et, après avoir créé l'an dernier un véritable petit service "vie étudiante" au sein de TPM, confié à Sarah qui l'anime avec brio, j'ai proposé à la commission formation que je préside de valider un projet de "bourse aux projets étudiants", visant à soutenir les initiatives de convivialité et d'activités sur le territoire des 12 communes de TPM que pourraient proposer des associations d'étudiants, notamment en partenariat entre elles, de manière à essayer de compenser un peu le déficit d'image dont notre territoire universitaire souffre en matière de loisirs et de culture pour les jeunes adultes en formation supérieure, et qui peut être de nature à soutenir le long et difficile combat que nous menons avec la présidence de l'université pour conquérir des effectifs et, un jour, parvenir à... jouer dans la cour des grands.

 

Tout ça justifie d'autant plus que les choses avancent question logement des étudiants. Et ça nous ramène à l'indignation dont je faisais part dans ce précédent article de voir le CROUS, établissement public gestionnaire de résidences universitaires, se désengager sans tambour ni trompette d'un utile projet de soixante nouveaux logements...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Formation - emploi et insertion
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 05:18

131109_pmm_fanion.JPGPréparation militaire marine "Amiral Trolley de Prévaux", je vous confie la garde de ce fanion. Sachez, par votre valeur et votre discipline, le conduire sur les chemins de l'honneur, pour votre patrie, la France”. C'est par ses paroles, une nouvelle fois, que j'ai introduit solennellement dans le canon d'un fusil d'assaut le fanion, symbole de cohésion, de solidarité et d'unité, de cette "PMM" que parraine la ville de La Seyne. La cérémonie s'est déroulée il y a une semaine, à bord du Belem, l'un des derniers grands voiliers du monde, construit en 1896, actuellement à quai à La Seyne, dans l'enceinte de France Telecom Marine.

S'inscrivant dans le lien armée-nation, la PMM, qui porte le nom de jacques Trolley de Prévaux, amiral puis, en 1942, résistant arrêté, torturé et fusillé par la Gestapo en 1944, s'adresse à des jeunes de 16 à 23 ans, garçons et filles, qui, sans forcément avoir envie de se destiner à une carrière militaire, veulent découvrir la Marine nationale et le fait maritime. Au cours d'une douzaine de temps de formation, en week-ends, complétés d'un stage d'une semaine, ils reçoivent une formation générale sur la défense, une sensibilisation théorique et pratique aux activités militaires marines, ou encore une préparation aux premiers secours et à la sécurité civile.

La ville, commune où résident de nombreux militaires, est fière d'être marraine de cette "PMM" qui renforce le lien entre armée et nation, hélas trop distendu avec la disparition du service national, et elle s'efforce d'accompagner de son mieux ce dispositif original qu'anime un dynamique officier de réserve, le lieutenant de vaisseau Arnaud Guillard, assisté de quelques instructeurs, réservistes passionnés comme lui.

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Formation - emploi et insertion
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 05:19

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ31csX5kws6pMlUtFvI9YwxK_yk5pKvVU34PQLltff631_UADDt0Ke9j2kMichel Vauzelle, président de la région Provence Alpes Côte d'Azur, ne s'est pas déplacé pour rien ce lundi dans l'aire toulonnaise. Après l'inauguration de l'école d'ingénieurs SupMéca, il a traversé la Rade pour honorer de sa présence les jeunes et jeunes adultes en formation à l'Institut de promotion et de formation aux métiers de la mer (IPFM) de La Seyne, et leurs enseignants.

Avec Jacques Montano, président de la Chambre des métiers du Var, gestionnaire de l'établissement, Christian Confortini, directeur de ce centre de formation en plein développement, mes collègues élus régionaux Marie Bouchez, Joël Canapa, Jean-Pierre Colin, Mireille Peirano et Sandra Torres, j'ai eu le plaisir, comme maire, d'accueillir sur nos terres seynoises notre président de région qui a rappelé combien un métier, un diplôme, un revenu, acquis par l'apprentissage, étaient autant de vecteurs d'une belle insertion professionnelle et sociale au sein de "la plus grande entreprise de France" : l'artisanat. Et, du coup, dans la République. Et les propos des présidents départemental et régional des Chambres des métiers ont été à l'unisson, faisant taire, si besoin était, ceux, pas bien informés ou malveillants, qui instillent l'idée que les acteurs locaux de la puissance publique "exècrent" (sic) les entreprises privées...

 

250 JEUNES EN FORMATION ?... TOUT FAUX ! ILS SONT PLUS DE 500 !

On me permettra, moi qui n'aime pas la polémique, de tout de même rappeler qu'il ne sert à rien, pour des raisons de stratégie politicienne, de diffuser des inexactitudes. La vérité vous revient tôt ou tard en pleine face. Et ça invite à l'abstention et aux votes de dépit. Je veux parler d'un élu régional toulonnais présent à nos côtés, que Michel Vauzelle a eu le fair-play courtois et républicain d'associer alors qu'il siège dans l'opposition régionale, qui est aussi un prétendant à la mairie de La Seyne, et qui a récemment asséné à la presse, donc au grand public, des chiffres qui sont des contre-vérités ; ce n'est pas moi qu'il a blessé : ce sont, justement, ceux aux côtés desquels je me bats pour la dynamisation économique du potentiel de notre territoire.

Ceux-là, ce sont les chefs d'entreprises, toutes petites ou grandes, leurs chambres professionnelles et les artisans qui y consacrent temps et énergie en plus de leur activité professionnelle, leurs centres de formation qu'ils portent à bout de bras et que que nous aidons à se développer, les écoles d'ingénieurs que nous construisons et l'université que nous aidons, les campus des métiers, la recherche et le développement que nous accompagnons. Les faits sont là ! Il n'y a pas 250 jeunes en formation à l'IPFM de La Seyne comme Jean-Pierre Colin le prétend, il y en a plus du double : 514 exactement à la date d'hier !

 

LA COMMUNE AUX CÔTÉS DES ACTEURS DE LA FORMATION ET DE L'ÉCONOMIE

Et il en viendra encore, avec les travaux d'agrandissement en cours et ceux à venir, car je confirme que c'est bien en harmonie et en partenariat avec la commune que la Chambre des métiers et de l'artisanat a créé et développe son centre de formation. C'est la ville qui a fourni le terrain initial lorsque Maurice Paul, un autre maire de gauche, la dirigeait, qui aide aux permis de construire actuels, et qui a proposé l'an dernier la cession d'une nouvelle parcelle pour une extension.

Oui, il faut qu'il y ait encore d'autres jeunes et adultes en formation initiale et continue pour arriver sur le marché de l'emploi avec leurs qualifications acquises. Et toujours plus. Nous nous y employons, avec la mission locale, avec les équipes de l'IPFM, avec les acteurs économiques qui attestent que je suis le premier maire de La Seyne à les recevoir régulièrement, par dizaines, depuis cinq ans, à l'occasion des rencontres trimestrielles que j'organise à leur intention, avec les chambres consulaires, avec ma collègue vice-présidente de TPM en charge de l'économie, avec les associations de professionnels de nos zones d'entreprises et de nos sites commerciaux que nous aidons.

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Formation - emploi et insertion
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 15:43

http://www.supmeca.fr/pdf/supmeca_toulon2.jpgEn janvier 2012, il y a tout juste 18 mois, nous posions la première pierre de l’école d’ingénieurs SupMéca, sur la colline qui sépare La Garde de La Valette. Et, avec toutes les autorités ayant contribué à sa réalisation, dont l’agglomération Toulon Provence Méditerranée qui a assuré la maîtrise d’ouvrage, nous étions ce lundi réunis pour son inauguration. Pile dans les délais prévus.

Comme vice-président de TPM chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, ce fut pour moi un grand moment de voir l'aboutissement de notre engagement, mais surtout de participer à l’accueil des étudiants et de l’équipe pédagogique, en cette première rentrée de l’école SupMéca.

 

DU TOUT BON POUR LES JEUNES, LE TERRITOIRE, ET L'ÉCONOMIE

 En effet, si TPM a choisi d’exercer cette compétence « enseignement supérieur et recherche », c’est bien parce que nous la reconnaissons comme vecteur de développement. C’est naturellement un facteur déterminant de rayonnement et d’attractivité de notre territoire. Mais soutenir les projets c’est aussi, et surtout, accompagner les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, les chercheurs, les enseignants, les étudiants, en étant attentifs à leurs projets, afin de les aider à s’adapter aux changements qui se profilent et à construire leur réussite. Anticiper, se mobiliser, et s’adapter aux besoins futurs des habitants et de l’économie de notre agglomération est une priorité.

Ils le savent : ils peuvent compter sur notre soutien, à leurs côtés, parce que nous travaillons, eux et nous, dans le même sens : offrir des perspectives professionnelles à notre jeunesse, en élevant son niveau de formation. Les objectifs des formateurs et les nôtres se rejoignent.

 

ÉTAT ET COLLECTIVITÉS ENSEMBLE, EN ACCOMPAGNEMENT DE LA FORMATION

 Autour du président Falco et des élus de TPM, la présence de Michel Vauzelle, président de la région PACA, celles du président de l’université de Toulon, du préfet du Var et du rectorat de l’académie de Nice, celles des chercheurs et des industriels, notamment de notre pôle de compétitivité "Mer", ont été des témoignages de confiance en l’avenir car elles attestent, dans un contexte économique difficile, du potentiel de notre territoire et des résultats que l’on peut obtenir en travaillant conjointement avec les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, du tissu économique, et des organismes de transfert de technologies.

Ma gratitude va aux personnels de TPM qui se sont investis dans le projet, ceux des services techniques, bien sûr, mais aussi à la petite équipe qui accompagne ma délégation à l’enseignement supérieur, autour d’Alain, puis Guy, et Manon. Des gens qui donnent une belle image des fonctionnaires.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Formation - emploi et insertion
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 03:56

http://www.ck-architectures.eu/images/refs/zoom/ecole_ingenieur_supmeca_1.jpgLa vie étudiante est au cœur de la rentrée à l'université de Toulon et dans les autres établissements de formation supérieure de l'aire toulonnaise. J'évoquais ce lundi dans un précédent article les efforts de promotion et de valorisation des atouts du "Grand Toulon" pour les jeunes auxquels prend part la délégation "formation, enseignement supérieur et recherche" dont son président Hubert Falco m'a confié la responsabilité à l'agglomération Toulon Provence Méditerranée (TPM). Mais ce n'est pas, très loin de là, le seul domaine d'intervention de notre intercommunalité...

Il nous faut apporter notre contribution de politique publique au développement de notre université, en accompagnant l'objectif de passer à terme de 9.000 à 15.000 étudiants à l'université de Toulon, difficile à réaliser avec la terrible concurrence générée par la réforme universitaire et les vicissitudes qu'a connues notre université varoise et qui n'ont pas fait grand bien à son image... Mais il nous faut aussi - et peut-être surtout - œuvrer à l'adaptation des offres de formation aux besoins économiques d'un territoire riche de son potentiel de développement.

 

DEUX ÉTABLISSEMENTS NEUFS ET 120 LOGEMENTS ÉTUDIANTS

 Nous aurons, au cours de ce mandat, agi sur les infrastructures de formation supérieure dont l'État a délégué à TPM la maîtrise d'ouvrage. Dans quelques temps, nous serons arrivés au bout de deux chantiers majeurs : la maison de la recherche euro-méditerranéenne et l'institut Ingémédia au cœur de Toulon et l'école d'ingénieurs Supméca sur le site de La Valette et La Garde. Et nous aurons aussi achevé la réalisation de 120 logements étudiants dans le cadre de l'aménagement de l'îlot Baudin en centre ville de Toulon.

Trois réalisations menées dans les délais, parce que, grâce à la maîtrise d'ouvrage déléguée, nous avons pu initier, suivre et "booster" les projets architecturaux et les phases de construction et d'aménagement. Ce qui, comparativement, me fait m'interroger sur les intentions du Rectorat de Nice qui, maître d'ouvrage de l'extension absolument nécessaire de l'Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) de La Seyne, devenu École supérieure du professorat et de l'éducation (ÉSPÉ) début septembre, pourtant prévue dans le contrat de projets État-Région 2007-2013 qui s'achève dans quelques mois, n'a pas levé le petit doigt pour qu'une amorce de réalisation n'intervienne. On aurait voulu asphyxier notre centre de formation des enseignants qu'on ne s'y serait pas pris autrement, malgré les paroles rassurantes. Mais j'y reviendrai dans quelques temps...

 

UN SOUTIEN À LA RECHERCHE ET À LA FORMATION

 Et, au-delà des engagements pour les infrastructures de formation supérieure dont TPM a assuré la maîtrise d'ouvrage, la communauté TPM aura aussi été largement présente, à hauteur de plus de 4 millions d'euros pour les équipements structurants comme Ifremer ou le CNRS sur la base marine du pôle mer à La Seyne, de plus de 3 millions d'euros pour le fonctionnement et l'équipement des établissements (Université, ISEN, Supméca, etc.), de près de 300.000 euros de soutien aux efforts de promotion dans des manifestations, salons et autres forums, de plus de 600.000 euros de soutien aux projets de recherche et développement des pôles de compétitivité, dans leurs volets "enseignement supérieur et recherche".

 

C'est bien une approche globale qui doit prévaloir sur un territoire. Formation, recherche scientifique et technologique, industrie, artisanat, structuration du territoire, transports, logement et accompagnement social et culturel de ceux qui en sont les acteurs, des étudiants aux salariés, ingénieurs, cadres, techniciens et ouvriers, en passant par les enseignants chercheurs, les chefs d'entreprises et la puissance publique. Le pôle "enseignement supérieur et recherche" de TPM et ceux qui l'animent n'ont pas à rougir. Il y prennent toute leur part.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Formation - emploi et insertion
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 04:54

http://www.etudinfo.com/image/photo/universite-du-sud-516e953dd660f.jpgJe l'évoque rarement dans ce blog, mais l'occasion m'est donnée avec la rentrée universitaire qui arrive en ce début d'automne. Parmi les responsabilités que j'exerce depuis cinq ans, il est celle de vice-président de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée (TPM) chargé de la formation, de l'enseignement supérieur et de la recherche. Une tâche rendue difficile au cours de ce mandat avec les turbulences qu'a connues l'Université de Toulon, suivie d'une phase de présidence transitoire, avant que les choses ne reprennent un cours normal, avec l'élection du président Marc Saillard en 2011, dans une université affaiblie mais forte d'un potentiel exceptionnel.

 

RECHERCHE ET FORMATION AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL

 Un potentiel que notre agglomération veut aider à transformer en réussite, tant la recherche et la formation constituent des atouts essentiels au développement économique des entreprises d'un territoire, surtout si celui-ci accueille un pôle de compétitivité à vocation mondiale centré sur la mer. Et c'est pourquoi, outre le fait que TPM s'est vu déléguer par l'État la maîtrise d'ouvrage de bâtiments universitaires dans le cadre du contrat de projets État-Région 2007-2013, la communauté d'agglomération a choisi d'apporter des aides significatives à l'Université et aux écoles d'ingénieurs de notre aire toulonnaise comme aux entreprises et centres scientifiques et technologiques qui conduisent des projets de recherche et développement.

Autant de programmes portés par le service de TPM qui est assurément le plus petit par le nombre de ses employés spécifiquement dédiés, autour des efficaces et dynamiques Jean-Alain puis Manon, mais qui fait tranquillement son petit bonhomme de chemin, au point qu'on en parle peu. Et pourtant, ce chemin est une belle course de fond...

 

LA VIE ÉTUDIANTE AU VILLAGE DE LA "TALL SHIPS REGATA"

 Le tour d'horizon des réalisations des cinq années écoulées fera l'objet d'un prochain article de ce blog, mais la fête des grands voiliers de légende me donne l'occasion de promouvoir aussi l'investissement de TPM dans l'appui à la vie étudiante, condition majeure de la redynamisation universitaire, surtout dans un territoire en concurrence avec des sites historiques comme Aix, Marseille, Nice ou Avignon.

Car un stand de la vie étudiante a trouvé sa place au cœur du village de la "Tall ships regatta", animé par des étudiants eux-mêmes avec l'appui de nos personnels très impliqués en ce long week-end, très fréquenté, qui a permis de promouvoir auprès de nombreux jeunes l'ensemble des offres, au-delà des questions de logement, restauration et autres services "para-universitaires", une kyrielle de possibilités de loisirs, de culture, de sport, de découverte, accessibles sur l'ensemble du territoire de TPM.

Une sorte d'entrée en matière de la semaine d'animations de la rentrée étudiante intitulée "Ça bouge à l'université", dont notre service de TPM est partie prenante, qui s'ouvre ce lundi sur les campus de La Garde et de Toulon, et dont j'invite les étudiants qui viendraient à lire cet article à découvrir le programme ICI.

Notre territoire, dans le monde impitoyable de la réforme universitaire, a vraiment un rôle à jouer. Dans la cour des grands.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Formation - emploi et insertion
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 08:46

http://www.grenoble-ensemble.fr/wp-content/uploads/2013/04/objectif-emploi1.jpgLorsque François Hollande, cet été, a annoncé sa volonté de doubler le nombre des « emplois francs », fixant à 5000 bénéficiaires le nouvel objectif 2013 de cette expérimentation, j’ai manifesté auprès du gouvernement ma volonté que le territoire seynois rejoigne les dix sites initialement retenus (Amiens, Clichy-sous-Bois, Fort-de-France, Grenoble, Lille-Roubaix, Marseille, Perpignan, Saint-Quentin, Sarcelles et Toulouse), tant la question du chômage des jeunes de nos quartiers populaires est un sujet de préoccupation. Et j’ai reçu il y a quelques heures un SMS de François Lamy, ministre délégué à la Ville : « On rajoute La Seyne sur les sites “emplois francs“ ». De quoi s’agit-il ?...

 

DES EMPLOIS AIDÉS POUR LES ENTREPRISES

Le gouvernement a décidé de lancer une expérimentation pour lutter contre le chômage des jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville et contre les discriminations qu’ils subissent lorsqu’ils recherchent un emploi : les « emplois francs ».

N’importe quel employeur du secteur marchand, sous certaines conditions, peut ainsi bénéficier d’une aide de l’État de 5000 euros s’il embauche en contrat à durée indéterminée un jeune adulte de moins de trente ans, résidant dans un quartier prioritaire, en recherche d’emploi au moins douze mois au cours des dix-huit derniers.

 

UNE BATTERIE D'OUTILS POUR QUE RECULE LE CHÔMAGE DES JEUNES SEYNOIS

Nul doute que le préfet du Var va promouvoir ces "emplois francs". Mais, d'ores et déjà, le sujet sera à l’ordre du jour du prochain petit déjeuner que j’organise tous les trimestres avec les chefs d’entreprises. Tous ensemble, services publics et associations, bénéficiant déjà des « emplois d’avenir », et acteurs économiques, avec ce nouvel outil d’insertion professionnelle, avec les clauses d’insertion que nous avons intégrées dans nos marchés publics, avec les contrats d’apprentissage que la mairie va renouveler, avec les « contrats civiques » que nous avons créés, avec les « chantiers d'insertion » de nos associations spécialisées, nous pouvons continuer notre mobilisation pour faire reculer le chômage de nos jeunes concitoyens.

À ces derniers aussi, accompagnés par nos structures d’insertion, de se montrer volontaires et de faire effort pour en tirer parti !

 

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Formation - emploi et insertion

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE