/ / /

 

SÉCURITÉ ET HYGIÈNE DES QUARTIERS D'HLM : UN ENJEU MAJEUR

Sur le premier de ces problèmes, nous connaissons les contraintes de la puissance publique d'État, sa volonté de faire cesser les trafics, ses réussites réelles suite à des interventions d'envergure. Mais, pour nos populations, c’est un fait, elle est perçue comme cette horloge qui indique l’heure et en sonne une autre. Les arrestations n’arrivent pas à cacher l’impuissance constatée à stopper définitivement le narcotrafic, l’occupation des appartements par des dealers, les tirs à l’arme de guerre.

 

Avec les nouveaux moyens que nous avons obtenus pour elle, nous formons le vœu que la police d’Etat saura très vite donner au citoyen l’assurance qu’il peut entrer et sortir de chez lui en toute sécurité, même à une heure avancée de la nuit. Les premières opérations d'intervention globale, sur le trafic, sur les épaves de voitures, sur les occupations illicites d'appartements, sur l'hygiène, semblent porter leurs fruits. Les faisant accompagner par notre police municipale et nos services communaux, nous avons insisté auprès de la police nationale et de notre office d'HLM Terres du Sud Habitat (TSH) pour qu'elles soient reconduites le plus souvent possible. Ce n'est qu’avec la mobilisation et l’action constantes et répétées de tous les acteurs que ces dérèglements, ces intimidations, ces violences, peuvent être bannis. Ou du moins réduits.

 

L’hygiène, enfin, second problème relevé, est devenue depuis quelques années un souci majeur. Les rats prolifèrent, les cafards aussi. Cela découle, affirment les spécialistes, des négligences de trop de résidents. On ne cesse de le répéter : il faut ne rien jeter par terre et surtout pas de la nourriture ! Les cafards, c’est vraiment une affaire qui relève du comportement de chacun. D’abord, en période de crise de prolifération, il est impératif d'autoriser l’intervention des techniciens : un seul appartement non traité dans un immeuble suffit à anéantir les efforts de tous. Nous avons triplé le nombre annuel d'interventions. Ensuite, au quotidien, c’est l’affaire de tous : nettoyer régulièrement, ne pas laisser traîner de nourriture, de miettes… ainsi les cafards ne proliféreront pas ! Comme l'a écrit il y a longtemps le savant maghrébin Ibn-Khaldûn (1332-1406),  « [comme il n’y a rien à manger], il n’y a pas d’insectes dans les maisons des pauvres ».

 

Quant aux rats, c’est plus délicat. Cependant les mêmes règles sont valables : ne pas laisser de nourriture, jeter ses ordures dans des sacs fermés mis dans les containers à poubelle dont on doit refermer les couvercles pour éviter que les mouettes ne les en extraient et les déchiquètent sur le sol. Çà, c'est de la responsabilité individuelle. Mais il faut que les conteneurs existent, suffisamment nombreux et en logettes : nous avons exigé une vigilance et une promptitude de remplacement lorsque, malheureusement, certains sont incendiés. Le rat est un animal intelligent. Il faut réduire son territoire pour que lui-même régule sa population. On a indiqué que la prolifération de ces bêtes s'arrêterait à la fin des chantiers de rénovation urbaine. On y est depuis des mois, et les rats demeurent. En réalité, nos spécialistes soupçonnent que les conduites du réseau de chaleur installé il y a quelques années sont une autoroute pour les muridés ! Si c’est le cas, agressés d’un côté, ils se transportent de l’autre… et ressortent en un autre lieu. Les empêcher d'y pénétrer réduirait le périmètre et rendrait plus efficaces les traitements. Il semble que les techniciens en charge du réseau de chaleur refusent pour l'instant la fermeture des accès. Nous avons été clairs dans notre exigence : il n'est pas imaginable que la situation ne soit pas prise à bras-le-corps.

 

Toutes ces difficultés auxquelles nous avons demandé à TSH de s'atteler plus et mieux que jamais ne doivent pas masquer la réalité qui atteste tout de même que, plus que dans bien des communes voisines, nous sommes engagés dans le maintien et le développement de l'offre locative sociale pour laquelle les besoins sont immenses dans une région où le locatif privé est hors de prix.

 

Autant que l'accès aux mobilités, l'accès à un logement abordable est vital pour que les employés, ouvriers et techniciens ne désertent pas La Seyne dont la dynamique économique exceptionnelle doit être confortée par des salariés issus du territoire qui, autant que le patronat, doivent pouvoir tirer profit des emplois qui se confortent et se créent. 5500 familles bénéficient de nos logements sociaux et c'est encore largement insuffisant. Il faut poursuivre nos constructions, judicieusement réparties à La Seyne et dans nos communes voisines, pas seulement pour ne plus être redevables de « l'amende », mais parce que des besoins criants existent. Et, d'ailleurs, pour boucler le cercle vertueux dans lequel nous sommes engagés, la construction du logement social, c'est en soi del'emploi... non délocalisable : chaque logement construit ou rénové, c'est 1,8 emploi maintenu dans les entreprises du bâtiment et des travaux publics...

 

Ce n'est donc sûrement pas pour rien que La Seyne a été honorée ces dernières années de la « Marianne d'or » pour l'action sociale, urbaine et environnementale que mène son bailleur historique TSH, institution vieille de 70 ans, dont la collectivité de rattachement est désormais métropolitaine, et que la Loi va contraindre à fusionner en 2021 avec son « cousin » toulonnais « Toulon Habitat Méditerranée » (THM), dans une démarche à laquelle nous nous investissons avec une grande attention, pour que TSH, plus petit que THM, ne soit pas « absorbé », mais que la future entité bénéficie du meilleur des expériences de chacun des deux offices et, surtout, que la relation de proximité entre le bailleur et ses locataires ne se délite pas...

 

 

Poursuivez votre lecture...

 

> ASSURER – ET ASSUMER – AVEC RAISON LA MIXITÉ SOCIALE DANS TOUS LES QUARTIERS 

> LES SITES DE LOGEMENT SOCIAL GANGRÉNÉS PAR LES TRAFICS CRIMINELS

> L'ÉTAT FREINE NOS AMBITIONS EN MALMENANT LE LOGEMENT SOCIAL

> LA VOLONTÉ D'AMÉLIORER LA RELATION AUX LOCATAIRES SOCIAUX

> SÉCURITÉ ET HYGIÈNE DES QUARTIERS D'HLM : UN ENJEU MAJEUR

 

 

ou... RETOUR À L'INTRODUCTION DU THÈME "LOGEMENT"

ou... RETOUR AU CHOIX DE THÈME

ou... RETOUR À L'ACCUEIL DU BLOG

Partager cette page

Publié par Marc Vuillemot

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 

 

Mes engagements

 

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var