14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 20:40

http://img.over-blog.com/640x480/2/61/24/40/1-a-new-photos-2/i6007.JPGEn ce moment, on me tire dessus à boulets rouges. D'une droite à une certaine gauche extrême. Motif : je me battrais pour le "tracé des métropoles" de la Ligne à Grande Vitesse de Provence Alpes Côte d'Azur. Égoïstement, en plus, car ça me permettrait de plaider pour que la gare de l'agglomération toulonnaise soit implantée à La Seyne.

Alors, je veux préciser quelques points...

Le premier se résume dans le titre d'un récent article de mon blog par lequel j'expliquais que j'envisageais de faire voter une motion par le Conseil Municipal de La Seyne réclamant la gare TGV du Grand Toulon sur ma commune : "SI LE TGV DOIT DESSERVIR NOTRE AGGLOMÉRATION, saisissons notre chance". Mes lecteurs auront bien lu la première partie de la phrase, en rouge, en gras, en italique et soulignée ! Et commençant par un SI... Où quelqu'un a-t-il lu que je me bats pour le "tracé des métropoles" ? Ma position n'a jamais changé : lisez ce que j'écrivais en octobre 2009.  Et je n'étais pas seul, comme en atteste un autre article... Que disent les autres aujourd'hui ?...

Le second, c'est que SI il devait en être ainsi, OUI, je voudrais que la gare soit à La Seyne. Et j'attends avec impatience de débattre avec tous ceux qui estimeraient, contrairement à moi, que ce ne serait pas une chance pour le développement et la dynamisation économiques, sociaux, urbains et même culturels, de la ville la plus pauvre du département du Var, celle qui assume la quasi totalité des efforts de l'agglomération en matière d'égalité républicaine face aux droits, à commencer par celui au logement, facteur de dignité humaine, par exemple. Ce serait un juste retour des choses pour le peuple seynois, au nom d'un principe gravé dans notre Constitution, qui s'appelle la fraternité.

Le troisième, c'est qu'il est des combats que je comprends, que je soutiens, que j'initie parfois, et auxquels je participe. Mais la décision du tracé a été prise. Elle remonte à l'été 2009. Elle est publique depuis cette époque. J'ai même émis des réserves au moment où l'idée se faisait jour, préférant une modernisation et un doublement du réseau existant là où c'était nécessaire à la création d'une ligne LGV, hyper coûteuse et objectivement massacrante pour les zones traversées. Je comprends qu'on puisse se réveiller un peu tard pour entamer une lutte : rien n'est inéluctable. Mais que ceux qui me cherchent aujourd'hui se souviennent de ma posture initiale qui n'a pas varié, au lieu de me dire qu'ils ne comprennent pas qu'un homme de gauche ne soit pas à la pointe du combat du jour ! Et les élections nationales approchent... ils commencent à avoir le soutien des gens de droite... de quoi se plaint-on ?

Le quatrième, c'est que je suis persuadé que l'on ne peut pas se laver les mains de la question des déplacements entre Marseille et Nice. Très honnêtement, je me moque un peu de savoir que les passagers vont gagner une heure, ou plus, de trajet entre Nice et Paris avec un TGV. Moi, ce qui me préoccupe depuis le début, et chaque jour un peu plus, c'est de savoir comment faire pour régler, d'une part, la question des déplacements entre La Ciotat et Marseille comme entre Bandol et Hyères, parce que la mobilité est un facteur majeur de l'insertion sociale et professionnelle, et, d'autre part, le problème du transport des marchandises dans la partie provençale de l'arc méditerranéen de Barcelone à Gênes, parce que les millions de camions qui empruntent l'autoroute A8 polluent et génèrent des risques d'accidents sur des autoroutes toujours plus surchargées. Préfère-t-on aux solutions ferroviaires un doublement de l'A8 et une réduction à néant des efforts si coûteux réalisés pour la traversée souterraine de Toulon ? Qui s'est élevé contre la création de nouvelles voies autoroutières sur l'A50 en chantier entre La Ciotat et Bandol ?

Comment, sans élargir demain les voies ferrées, pourra-t-on gagner en fluidité et en possibilités de dépassements des TER par les inter-cités et les trains grandes lignes sans générer des retards et des suppressions de trains, et développer les liaisons régionales et intra-agglomérations ? Et comment pourra-t-on favoriser le fret ferroviaire pour limiter le fret routier, si l'on ne gagne pas de la place pour faire de nouvelles voies sur des espaces, qu'ils longent le tracé existant ou qu'ils soient spécifiquement dédiés ?

Je le sais, ce n'est pas simple dans un territoire en partie très urbanisé et en partie très protégé ou dédié à des activités économiques agricoles et viticoles. Mais c'est là qu'il y a un chantier de réflexion et de concertation à ouvrir.

Je veux bien qu'on soit contre. Mais il faut aussi être pour quelque chose. Qui fera aussi du dégât. Sinon, on fera comme nos TER. On restera en gare ou on arrivera toujours en retard. En regardant passer le train du développement. Qui peut être raisonnable et raisonné.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Transports régionaux et nationaux
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 09:04

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcScB8XdkEsodseqIOnJw61NARHR7MPIxFDDGF0ERXqv2ZegDS9ZLe mois de décembre verra le terme de la phase de la concertation engagée par l'État et Réseau Ferré de France (RFF) pour la définition du "scénario de desserte et du fuseau de passage" de la future ligne à grande vitesse (LGV) devant relier Marseille à l'Italie, via l'agglomération de Toulon, ainsi que le programme d'aménagement du réseau actuel.

Les avis sur l'opportunité de cette ligne de TGV sont très divers. Tous se comprennent et se respectent, y compris ceux des citoyens qui n'en veulent pas. Pour autant, il semble que, sauf si les très importants moyens financiers nécessaires ne sont pas trouvés, l'État, la Région, les Départements et les grandes agglomérations souhaitent que cet équipement se réalise pour une mise en service en 2023, c'est-à-dire... demain.

Pour ma part, au regard des coûts pharaoniques et de l'impact environnemental, j'étais réservé. Mais il semble que la décision soit prise, l'État ayant même arrêté en 2009 le principe d'une ligne desservant les pôles urbains littoraux, dont celui de Toulon.

Alors ma posture a évolué vers une acceptation du principe, me disant que, tant qu'à faire, il faut que nos populations tirent le meilleur profit de la dynamique économique, urbaine, écologique, sociale, voire culturelle, qu'une LGV bien adaptée et complétée par une amélioration significative du réseau ferroviaire régional pourrait apporter.

Et, puisque concertation il y a, je souhaite que les visiteurs de mon blog, nos concitoyens, les associations, les partis ou les autres groupes constitués, fassent connaître leurs points de vue. Il faut le faire très vite : tout est déjà bien avancé !

Un site Internet dédié est en service. J'invite chacun à le consulter pour connaître l'état du projet et les modalités de la concertation.

De mon côté, je proposerai au conseil municipal de La Seyne de voter une "motion" expliquant pourquoi, si une gare TGV doit être prévue pour l'agglomération Toulon Provence Méditerranée, il faut qu'elle soit installée à La Seyne, et non pas pour le seul intérêt de ma ville, mais bien celui de tout le "Grand Toulon". Je livre "en avant-première" ce projet de "motion" exposant mes arguments, que l'on peut télécharger (format pdf) en cliquant ici... 


Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Transports régionaux et nationaux
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 06:31

http://www.regionpaca.fr/typo3temp/pics/38eab02303.jpgZou ! C'est le nom que nous avons donné à la carte qui, pour 15 euros, va permettre, dès le premier septembre, aux jeunes de moins de 26 ans, collégiens, lycéens, apprentis, stagiaires de la formation professionnelle, de bénéficier de la gratuité du trajet de leur domicile à leur lieu de formation, et de 50% de réduction sur n'importe quel autre trajet dans la région Provence Alpes Côte d'Azur, par Train Express Régional (TER), ou car des Lignes Express Régionales (LER), ou Chemin de Fer de Provence (le pittoresque "Train des Pignes" qui relie Nice à Digne).

Je dis "nous" parce qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien en se satisfaisant d'avoir réussi à concrétiser l'un des engagements de campagne du Président de Région, Michel Vauzelle. La commission "Transports et éco-mobilité" que je préside au Conseil Régional a donné un avis unanime, toutes sensibilités politiques confondues, à cette initiative que les services ont traduite dans les faits, sous la houlette de l'infatigable Jean-Yves Petit, vice-président écologiste de la Région.

Je dis "nous" parce que ce n'est pas la SNCF ni la Société des Chemins de Fer de Provence qui font un cadeau aux jeunes provençaux, alpins et azuréens. C'est bien la Région PACA qui prend en charge ce coût de plusieurs millions d'euros, car les entreprises de transport continuent naturellement à facturer le coût réel à la Région qui, du fait de la décentralisation (ce qui est très bien) et malgré la baisse énorme des aides de l'État, est Autorité Organisatrice de Transports sur son territoire et "achète" ce service aux sociétés ferroviaires.

Nous avons présenté jeudi ce nouveau service favorisant une mobilité écologique. Et, franchement, nous sommes assez fiers de nous. Et, dès le 1er juillet, les jeunes pourront retirer dans les gares le formulaire de demande de cette carte "Zou".

Et nous poursuivons notre travail sur d'autres chantiers : ouverture de nouvelles lignes de trains régionaux, harmonisation des tarifs entre les TER et les LER, amélioration du service et de la ponctualité, acquisitions de nouvelles rames modernes que nous mettons à disposition de la SNCF, négociations avec les départements, les intercommunalités et les communes pour avancer vers des "tickets uniques" permettant d'utiliser les liaisons régionales, les cars départementaux et les transports urbains...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Transports régionaux et nationaux
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 19:07

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRi4_rg6Q4cHW1MQl5GdWI7S6oiHOtENHJQPDyU0HibqDDxPCiTJe m'exprime rarement sur mon mandat de conseiller régional de Provence Alpes Côte d'Azur. Il est vrai que mon implication régionale est largement moindre que celle de maire de La Seyne. Je ne suis ni vice-président de Région (l'équivalent régional d'un adjoint au maire chargé de piloter une thématique), ni même conseiller régional délégué (l'équivalent régional d'un conseiller municipal à qui un maire confie un secteur de compétence). Je suis, pourrait-on dire, un conseiller régional... "de base".

Outre le suivi des politiques régionales et de dossiers publics ou associatifs des communes de l'Ouest Var, la seule responsabilité qui m'a été confiée - et c'est bien assez ! - est la présidence de la commission régionale des transports et de l'éco-mobilité.

Avec Jean-Yves Petit, vice-président (Europe Écologie - 13) de la Région chargé des transports, les deux vice-présidents de la commission que j'anime, Bernard Jaussaud (PS - 05) et Alain Bolla (Front de Gauche/PCF - 83), et les personnels "top niveau" du service régional des transports et des grands équipements, nous ne chômons pas. Pour être juste... surtout les autres que j'ai cités... plutôt que moi, tant mon travail de maire est prenant.

Beaucoup de nos concitoyens l'ignorent, mais la Région est "Autorité Organisatrice des Transports" et c'est donc elle qui "pilote" la SNCF pour que celle-ci rende le meilleur service possible aux usagers des trains régionaux. Et il y a du travail ! On ne comptait plus, il y a quelques mois encore, les trains en retard ou carrément supprimés, au grand dam des voyageurs.

Et voilà que, ô surprise, vendredi dernier, lors de la réunion plénière du Conseil régional, nous avons été publiquement et nommément félicités par notre collègue Yannick Chenevard, porte-parole de la minorité régionale UMP-Nouveau Centre sur les questions de transport !

Il faut reconnaître que le travail mené au quotidien sous la conduite de Jean-Yves Petit pour contraindre la SNCF à respecter les obligations que nous lui assignons porte ses fruits. Les résultats des trois derniers mois en attestent : de plus de 25% en 2010, le taux de "non-conformité" (irrégularités et suppressions de trains) est ramené à 10% ! Et le trafic a connu une augmentation moyenne de 2,3% sur l'ensemble des lignes ! Nous devons persévérer.

Autre sujet de satisfaction : l'engagement pris pendant la campagne électorale régionale de 2010 de revoir la tarification, et notamment vers la gratuité en faveur des jeunes, s'est traduit par une délibération importante qui a été soumise ce vendredi à l'approbation des conseillers régionaux. C'est un pas en avant essentiel pour favoriser l'usage des transports collectifs, facteur déterminant de la mobilité de tous et de la préservation de l'environnement de notre région.

Il me reste à souhaiter pouvoir, à mon tour, féliciter dans les meilleurs délais celui, fût-il d'un autre camp politique que le mien, qui a tenu des propos élogieux à notre endroit à l'assemblée régionale, et qui lui-même est en charge des transports collectifs de l'agglomération toulonnaise. Puissions-nous voir rapidement l'ouverture des nouvelles lignes annoncées de bateaux-bus qui constituent un vrai "TSCP maritime" (Transport en Commun en Site Propre), l'arrivée du "TCSP terrestre" à La Seyne, même s'il s'agit d'un "BHNS" (Bus à Haut Niveau de Service, prioritaire et cadencé sur un couloir dédié) et non d'un tramway sur rail, et une avancée vers une tarification concertée, sinon unique, entre les trains régionaux, les lignes départementales de cars et les transports urbains.

L'avenir de notre planète, autant que les besoins d'égalité républicaine de mobilité, le justifient amplement.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Transports régionaux et nationaux
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 06:21
Et de cinq.

Après Patrick Martinenq, conseiller général (PS) de La Seyne, Jean-Sébastien Vialatte, député-maire (UMP) de Six-Fours, et moi-même, Var-matin nous apprend qu'Arthur Paecht, conseiller municipal (UMP) de La Seyne, et Olivier Lesage, président de "Stop TGV Coudon", sont aussi favorables, puisque (ou si...) LGV il doit un jour y avoir, à ce que la gare TGV de l'agglomération soit implantée sur le vaste domaine foncier des alentours de l'actuelle gare de Six-Fours-La Seyne, déjà futur pôle multimodal TER-TCSP-bus-parkings.

Une idée de simple bon sens qui fait son chemin... Et, puisque l'avenir se construit au présent, j'ai chargé un cadre de la mairie de travailler cette question essentielle pour une structuration urbaine qui bénéficiera à toute l'agglomération, au développement économique du technopôle de la Mer et à la requalification de nos quartiers populaires voisins.
Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Transports régionaux et nationaux
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 17:55
Bilan de la saison à l'Office de Tourisme des Sablettes, vendredi dernier. Tous les personnels du S.I.V.U. (Syndicat Intercommunal à Vocation Unique... en l'occurence la promotion touristique des trois communes partenaires : Ollioules, La Seyne et Six-Fours) sont présents, et la plupart des élus concernés aussi.

Pour La Seyne, je m'y suis rendu avec Philippe Mignoni, adjoint au maire chargé de l'économie, et Christiane Jambou, conseillère municipale déléguée au tourisme, tous deux également membres de la commission "tourisme" de l'agglomération TPM.

Après une série d'échanges attestant d'une réelle vitalité de notre Office Intercommunal et d'une bonne saison estivale, parole est donnée aux deux maires présents, Jean-Sébastien Vialatte pour Six-Fours, et moi-même, la ville d'Ollioules étant représentée par son Premier Adjoint, Jean-Michel Huguet.

Nous sommes tous trois d'accord pour travailler à la création d'un espace d'accueil de nos visiteurs vers la sortie de l'autoroute, sur l'une ou l'autre de nos communes, en entrée de l'Ouest Toulonnais. Ce n'est pas une surprise, tant il est vrai que, au-delà des divergences politiques que nous pouvons avoir, nous avons une même volonté de promouvoir notre développement économique en nous appuyant, entre autres, sur notre riche potentiel touristique.

Ce qui a été une heureuse surprise, par contre, ça a été d'entendre mon collègue six-fournais partager mon analyse sur le fait que ce serait une hérésie de ne pas utiliser l'immense foncier dont dispose R.F.F. (Réseau Ferré de France) aux abords de la gare SNCF La Seyne - Six-Fours pour y installer, puisque Ligne à Grande Vitesse (LGV) il y aura... la future gare TGV de l'agglomération toulonnaise ! *

Ajoutons à ça que Gilles Vincent, maire de Saint-Mandrier, plaide depuis longtemps, comme nous, pour une troisième voie SNCF permettant de réaliser une liaison de type RER entre l'Ouest et l'Est de Toulon (disons, de Bandol, voire La Ciotat, jusqu'à Hyères et son aéroport), avec de nouvelles gares, comme celle envisagée au quartier toulonnais de l'Escaillon, et nous pourrions disposer de beaux outils de transports, à la fois à grande vitesse et de liaisons inter et intra-urbaines.

Il ne resterait plus qu'à considérer l'urgence de la réalisation de la partie Ouest du TCSP (Transport en Commun en Site Propre : tramway sur rail ou à guidage optique), pour lequel La Seyne a déjà réalisé une bonne part du tracé, et d'un pôle multimodal (TGV, RER, TCSP, bus, parkings) autour du noeud que représenterait le site de la gare La Seyne-Six-Fours, et on avancerait vers un joli projet de mobilité "pile poil développement durable".

Si tous les élus du coin trouvent tout ça logique et utile, pourquoi cela n'avancerait-il pas ?

Et, franchement, s'il n'y a que ça pour que l'idée chemine, je me moque que la gare de La Seyne soit débaptisée pour s'appeler... gare Toulon-TGV. Pas vous ?


* point de vue également partagé par Patrick Martinenq, conseiller général de La Seyne
Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Transports régionaux et nationaux

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE