27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 04:02

http://www.tshabitat.fr/img.ashx?u=http://www.tshabitat.fr/ODMS/OpenData/Medias/88/88_634944650448503359.jpg&w=576&h=324&r=cropOn saura, je l'espère, ces prochaines semaines, la cause de l'incendie qui a ravagé vendredi dernier le sous-sol d'un immeuble seynois, entre le Gai Versant et le Pays Bleu. Toutes les hypothèses sont étudiées par les spécialistes de la police nationale et, si d'aventure le sinistre relève d'un acte malveillant, tout le monde espère que le ou les coupables pourront être identifiés et interpellés comme il se doit.

Si j'évoque cet événement qui, sans avoir connu d'issue dramatique pour quiconque grâce à l'intervention rapide et efficace de nombreux sapeurs-pompiers ayant circonscrit le feu au garage de la résidence, complique tout de même la vie de plusieurs familles seynoises pour quelques temps, ce n'est pas tant pour lui-même, car ce qui s'est passé arrive malheureusement un peu partout. C'est plutôt pour évoquer les réactivités comparées, en la circonstance, des services publics et des gestionnaires privés. Sans faire de généralité, naturellement, mais pour remettre les choses au point, sur ce fait-là et uniquement sur celui-là, au regard des critiques hâtives sur l'intervention de la puissance publique que, comme d'autres, j'ai pu entendre... au point qu'elles sont arrivées aux oreilles de la presse télévisuelle...

 

"TERRES DU SUD HABITAT", UN COPROPRIÉTAIRE PARMI LES AUTRES

 Car, contrairement à ce que certaines personnes ont pu raconter, sûrement de bonne foi, il s'agit bien d'une résidence privée. Et non d'un ensemble d'habitations propriété de l'établissement public "Terres du Sud Habitat". Un certain nombre d'appartements, 71 pour être précis, ont certes été acquis par notre office de logement social pour être proposés à la location, sur un ensemble de 175 logements. Nous sommes donc là dans une copropriété de droit privé, gérée, comme c'est très généralement le cas, par un syndic. "Terres du Sud Habitat" n'est que l'un des nombreux copropriétaires.

En pareille circonstance de sinistre, c'est donc bien vers le syndic privé que se tournent les victimes pour que les mesures d'urgence soient prises, surtout lorsque ce sont les espaces collectifs, en l'occurence les garages, qui ont été rudement touchés, entraînant pour les résidents des appartements qui les dominent un arrêt de l'adduction de l'eau et du gaz, et une impossibilité d'utiliser les équipements raccordés au réseau d'assainissement. Difficile de vivre dans de telles conditions.

 

LES CADRES ET AGENTS PUBLICS ONT BEL ET BIEN REMPLI LEUR MISSION

 Eh bien, le syndic, lorsqu'on a pu le joindre à l'autre bout de la France, on a attendu longtemps qu'il prenne les choses en main. Et, lorsque ce fut le cas, ça a été pour s'entendre dire que quasiment rien ne pouvait être fait... pour cause de week-end.

Les services de la commune et de "Terres du Sud Habitat", eux, cadres et agents, étaient bien là. Soirée, nuit, week-end, ou pas. Sans compter leur temps ni leur énergie. Le deuxième adjoint au maire, Anthony Civettini, élu d'astreinte de la semaine, a été sur place pendant des heures, me tenant au courant en temps réel, prenant avec nos collaborateurs des décisions de relogement d'urgence, de fourniture d'eau potable, de règlement de chaque cas particulier. Yves Gavory, conseiller municipal et président de "Terres du Sud Habitat", avec des cadres et employés de l'office public d'HLM, ont de leur côté pris les mesures les concernant, au-delà même de leurs compétences de copropriétaire, en lieu et place du gestionnaire privé. Moi-même me suis rendu sur place à plusieurs reprises les jours suivants.

Je ne blâmerai pas tous les syndics du monde. Ni même celui-là, qui a pu avoir une difficulté occasionnelle à réagir comme il se doit. Je veux juste indiquer que, en la circonstance, les cadres et agents du service public ont fait, et bien fait, leur travail. Pas pour les en féliciter particulièrement, car ils ont agi comme c'était leur devoir, mais pour couper court aux viles rumeurs que certains, sûrement par méconnaissance, ont pensé malin de faire circuler...

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Services publics et personnels communaux
25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 19:08

http://www.fondation-condorcet.org/wp-content/uploads/2011/03/comite-fonction-publique.jpgC'est ainsi tous les soirs de Noël et du Nouvel An. Depuis six ans. En début de nuit, avant de rejoindre les miens, je fais une tournée des services d'urgence de la commune, pompiers de Peyron et de Mauvèou, policiers municipaux et nationaux, personnels des urgences hospitalières, qui vont passer la nuit à veiller à la quiétude de nos concitoyens et, si besoin, répondre aux besoins de soins ou de sécurité. Mon coffre se vide au fur et à mesure de mes étapes où je leur apporte quelques boissons et grignotages, histoire de leur témoigner la reconnaissance de la puissance publique pour leur disponibilité et leur efficacité, même si je sais bien que ces nuits de garde là ne sont pas, pour eux, différentes de toutes les autres.

 

QUELS "PLANQUÉS" ? QUELS "FAINÉANTS" ?

Et, en ces fêtes de fin d'année 2013, ces rencontres et les échanges qu'elles génèrent m'ont une fois de plus conforté dans ma conviction que le service public est bien souvent mal jugé par nombre de concitoyens, trop désinformés, il faut le dire, par certains courants politiques et par certains médias, qui ne se lassent pas d'instiller, par des insinuations trop souvent mensongères ou tendancieuses, des idées fausses sur les "planqués", les "fainéants", et autres "pistonnés", qu'ils voudraient laisser entendre que sont les fonctionnaires.

Non, comme tous les travailleurs, quel que soit leur employeur, les agents de la fonction publique font leur travail. Et, puisqu'on en est à la période des vœux, je formule celui que la France, qui en a mandat de son peuple, ait la force et le courage de résister à la pression des libéraux européens qui n'ont d'autre objectif que de démanteler, pour les confier aux acteurs de l'économie de marché, ces missions de l'État, des hôpitaux et des collectivités qui sont en grande souffrance, alors qu'elles doivent s'inscrire dans les orientations qu'on voudrait intangibles de ce Programme du Conseil National de la Résistance que des républicains d'horizons divers, des gaullistes aux communistes, ont su élaborer et mettre en œuvre aux pires heures du XXe siècle.



 

(Et j'avais écrit, à la fin de mon article d'hier, qu'à minuit, je mettrais le Petit Jésus dans la crèche.

Voilà la preuve. C'est fait...)

photo8.JPG


Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Services publics et personnels communaux
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 06:29

http://cdn.pratique.fr/sites/default/files/articles/arret-travail.jpgJ'attendais avec une certaine impatience les éléments chiffrés quant aux absences des fonctionnaires territoriaux. Je savais bien que les données que j'avais lues ça et là, sur tel ou tel document de propagande comme il s'en publie pas mal en cette période où les coups volent bas, ou répandues en ville à la suite d'une communication de tel ou tel détracteur, étaient exagérées au-delà du possible, avec un sommet de la désinformation atteint par une affirmation publiée de 21% de taux d'absentéisme et de 300 à 350 fonctionnaires quotidiennement en arrêt ! Mais je voulais en avoir le cœur net. Les vrais chiffres sont là, établis jusqu'en 2012, et arrêtés au 31 octobre pour l'année 2013.

Et ils attestent que La Seyne est une commune comme les autres, et comme l'ensemble des services publics, avec certes plus d'arrêts de maladie que dans le privé. Elle est non seulement tout à fait dans la moyenne nationale, mais, de plus, en baisse constante, contrairement au reste du pays.

 

À LA SEYNE, IL N'Y A PAS PLUS DE MALADES QU'AILLEURS. ET ÇA BAISSE...

 Le taux d'absentéisme seynois en 2012 était de 8,68%, soit quasiment à la moyenne nationale de 8,43% (étude Sofcap juin 2013). La projection 2013, établie sur les dix premiers mois, le ramènera à 8,46%. Et il est en constante baisse depuis quatre ans, de 3,35% en moyenne annuelle, alors que, sur les cinq dernières années, il a progressé de 14% au plan national.

Même si on ajoute les accidents de travail et maladies profesionnelles, ainsi que les congés de maternité et paternité, le taux seynois, toutes formes d'absentéisme confondues, était de 10,19% en 2012 (prévision 2013 : 9,93%), pour une moyenne nationale 2012 de 10,01%. 

Avec les taux maximum ci-dessus, on parvient pour 2012 (10,19% des 1374 employés) à une moyenne journalière de 140 absents, et à un peu moins pour 2013. Bien loin de la moitié des chiffres que certains assènent sans apporter de preuves de leurs dires !

 

LES FRUITS D'UN CHANTIER PARITAIRE SUR LES RESSOURCES HUMAINES

 Au-delà des chiffres, ce dont on doit se réjouir, c'est que la dynamique des projets de services, la valorisation du travail accompli par les agents auprès du grand public, la démarche engagée dès 2008 sur le bien-être au travail, la convention de partenariat intervenue avec une association spécialiste de la prévention et de la régulation des violences au travail, les rencontres constantes avec les syndicats et les représentants du personnel, l'effort d'ergonomie du travail, d'hygiène et de sécurité, l'affinement des dispositifs d'évaluation, les protocoles négociés pour la résorption de l'emploi précaire, l'équité des régimes indemnitaires et l'application stricte par l'autorité municipale des préconisations votées par les commissions paritaires, tout cela crée assurément des conditions plus favorables à une meilleure motivation, une moindre fatigabilité, et à la prévention de l'absentéisme. Et il y a encore tant à faire !

Les partenaires sociaux s'impliquent bien avec l'administration communale, chacun à sa place. Le chemin est long, mais les chiffres attestent que c'est sur celui-ci qu'il faut poursuivre. Plutôt que, comme certains s'y sont récemment risqués, en vilipendant sans nuance les fonctionnaires sur des registres sémantiques aux accents de populisme.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Services publics et personnels communaux
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 05:24

131110_arms.JPGÀ quelque chose malheur est bon. On se souvient peut-être que, il y a plus d'une dizaine d'années, il avait été relevé que le CASC, à savoir le "Comité d'action sociale et culturelle, sportive et de loisirs, communale", l'équivalent pour les personnels communaux d'un comité d'entreprise, après avoir été contraint par la législation de ne plus assurer certaines prestations pour les agents municipaux, ne pouvait réglementairement plus conduire ses missions en faveur des retraités de la fonction publique territoriale. Puis les actions sociales du CASC avaient, par décision municipale, dû être grandement réduites, la commune ayant choisi de confier au Comité d'organisation sociale Méditerranée la charge d'offrir services et prestations à ses agents. Mais c'est là un bref retour sur l'histoire, et ce n'est pas le cœur du sujet...

 

L'ASSOCIATION DES ANCIENS AGENTS COMMUNAUX

 Le sujet, c'est que, dans cette tourmente des changements imposés par choix politiques, pour ne pas dire politiciens, les anciens employés de la commune n'ont jamais baissé les bras pour, au terme d'une vie de travail, continuer dans la convivialité à vivre des temps de rencontre, de sorties, de voyages, d'animations, d'activités culturelles, de pleine nature ou d'initiation aux technologies de l'information et la communication.

Un moyen de prévenir l'isolement dans lequel on peut toujours sombrer avec le délitement de l'indispensable lien social qu'assurait l'activité professionnelle, entre collègues et avec les publics. Un moyen aussi continuer à exercer des activités culturelles, physiques, et de loisirs, contrecarrant avec bonheur les effets du vieillissement.

Il y a eu dix ans que, prenant leurs destins de retraités à bras le corps, nos anciens créaient, pour conduire ces diverses activités, l'ARMS, l'Association des retraités municipaux seynois.

 

DIX ANS DE BELLE ŒUVRE POUR PRÉVENIR LES EFFETS DE L'ÂGE

 Et, tout récemment, ils me conviaient à la Bourse du travail pour souffler avec eux les bougies de cet anniversaire décennal. Après Lucienne Polidori et Marius - alias Lucien - Don, c'est au tour de Bernadette Lopez d'assurer la présidence de cette dynamique association qui permet à ces hommes et femmes qui, pendant des années, ont rendu avec compétence et dévouement ce service public de qualité que la commune doit à ses administrés, de demeurer des citoyens actifs, ouverts aux autres, riches de leurs expériences et savoir-faire, véritables mines de souvenirs de cette petite histoire des communaux seynois qui détiennent bien souvent les clefs de la compréhension de la grande histoire officielle locale.

Et je ne suis pas fâché que notre équipe municipale ait mesuré l'importance de l'ARMS et fait le choix de soutenir cette association.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Services publics et personnels communaux
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 03:10

http://simplifierpourdurer.files.wordpress.com/2010/06/douche.jpgIl n'y a pas que dans les services communaux que, à La Seyne, on s'efforce "d'internaliser", c'est-à-dire de faire gérer des missions directement par les personnels du service public, à la double condition que le service rendu soit au moins identique et qu'il soit moins coûteux. L'office d'HLM "Terres du Sud Habitat" (TSH), établissement public, vient de son côté, de conduire une étude au terme de laquelle il décide de ne plus acheter au privé certaines prestations de plomberie, en l'occurence pour l'entretien courant et la rénovation des logements.

 

INVESTIR POUR MIEUX CONSOMMER

 Dès la mise en place du nouveau dispositif, prévue début janvier 2014, c'est une économie de 80.000 euros annuels qui sera ainsi réalisée. Il ne s'agit pas de dépenser moins pour dépenser moins, mais de réinvestir les gains réalisés au bénéfice des locataires.

Ainsi, 30.000 euros annuels seront consacrés aux remplacements des colonnes montantes, c'est-à-dire les adductions d'eau des immeubles, qui ont l'âge de ceux-ci, cinquantenaires pour certains, travaux qui, faute de budget, n'avaient pu être intégrés dans le Programme de rénovation urbaine (PRU). Ce travail sera réalisé sans incidence pour les locataires autre qu'une meilleure gestion de la consommation d'eau, par la prévention et la réparation de fuites parfois importantes.

 

ADAPTER LES SALLES DE BAIN AU VIEILLISSEMENT

 Les 50.000 autres euros économisés seront affectés à un programme de remplacement par des bacs à douche des baignoires, avec leur robinetterie et leur faïence, pour les personnes vieillissantes ne pouvant bénéficier des subventions du Pact-arim prévues à cet effet, soit parce qu'elle disposent de revenus trop élevés ne leur permettant pas d'y avoir droit, soit parce qu'elles n'y sont pas éligibles car leur état de santé n'est pas assez dégradé. Ces économies nouvelles permettront d'accroître cette offre, en direction toutefois des foyers à jour de leurs loyers et ne posant pas de problèmes récurrents de voisinage. Le dispositif sera mis en place en coopération entre TSH et le Centre communal d'action sociale (CCAS) de la commune qui mène une action volontaire pour les seniors dans le cadre du label "Bien vieillir, vivre ensemble" obtenu par la ville de La Seyne (voir ICI et ICI).

Ce ne sont pas des sommes considérables qui sont en jeu, mais la moindre économie résultant d'un effort de gestion, alliée à une mobilisation du savoir-faire des personnels du service public, peut, dans une démarche de bon sens, contribuer à améliorer le quotidien. Merci à "Terres du Sud Habitat" et à notre CCAS d'y apporter leurs pierres.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Services publics et personnels communaux
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 04:39

130820_espaces_verts.jpgC'était, dans le temps, une grande entreprise de chaudronnerie mécanique qui travaillait, entre autres, comme sous-traitante des chantiers navals. En trente années d'existence, jusqu'au milieu des années 80, beaucoup ont connu cette société qu'on appelait "La Provençale", sur la route de la gare, à Brégaillon. Ses immenses nefs ont ensuite abrité, des années durant, la fabrication, dans le cadre d'ateliers d'insertion, des chars du carnaval de La Seyne qu'organisait l'association Gaspar, elle aussi disparue il y a quelques années. Puis ce fut l'entreprise de collecte des ordures ménagères et de nettoyage de la ville qui s'y installa. Le renouvellement du marché, en 2012, stipulait que la commune ne mettrait plus cet espace à disposition de l'entreprise. Et une nouvelle vie s'ouvre à lui...


DES LOCAUX ADAPTÉS POUR D'IMPORTANTS SERVICES COMMUNAUX

Revenu dans le giron communal, cet ancien bâtiment industriel fait l'objet depuis quelques mois d'une réhabilitation dans le but d'y installer deux services municipaux d'importance : l'évènementiel et les espaces verts. Ces services, en plein développement avec la prise en charge en gestion publique de missions que nos prédécesseurs confiaient antérieurement à des entreprises privées, fonctionnaient dans des conditions devenues difficiles, voire inacceptables, dans divers locaux peu pratiques, éloignés les uns des autres.

Le service de l'évènementiel et des festivités a commencé à s'y installer, avec des bureaux et salles de réunions neufs, et de grands espaces sécurisés de stockage et d'entretien de leurs matériels et vehicules : podiums, sonorisations, mobiliers, etc. Le service des espaces verts, qui depuis deux ans a la charge de tout le territoire communal, tandis que, jadis, la moitié était gérée par le privé, va bientôt l'intégrer, de même, probablement, que le service chargé des illuminations urbaines, lui aussi désormais assuré par des personnels communaux.

 

MUNICIPALISER, MAIS PAS À N'IMPORTE QUELLE CONDITION

Remunicipaliser des services est un choix que notre équipe a fait, non par dogme doctrinaire, mais par souci de gestion. Dès lors que les personnels communaux disposent des compétences requises, que les budgets permettent les acquisitions des matériels nécessaires, et que, in fine, le service rendu est au moins aussi bon, sinon meilleur, pour un coût moindre pour la collectivité et les usagers, nous nous efforçons d'y procéder.

Ça suppose de créer les facteurs de la motivation des personnels qui s'y investissent. Leur installation dans des conditions de travail dignes fait partie de ces facteurs. Merci aux agents des services qui se prêtent au jeu, et à leurs collègues chargés des bâtiments communaux qui font tout - et fort bien, de ce que j'en ai vu ces jours derniers lors de ma visite de ce chantier - pour que les installations se fassent dans les meilleures conditions de fonctionnalité et de confort professionnel.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Services publics et personnels communaux
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 08:59

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQNbqlZ3UIpMquTL8BCA9v74djt96xvJlgEa9JfK_JL-F0jddF9F-gmEhrgRapprocher les citoyens des services communaux. Et vice-versa. C'est un leitmotiv bien souvent entendu. Et une volonté fréquemment exprimée par les élus comme par les usagers. Et, petit à petit, des choses avancent et des initiatives sont prises. À La Seyne, les exemples ne manquent pas.

Certains sont anciens, tels le service de portage de repas à domicile pour les personnes âgées ou handicapées, ou la "Maison des services publics" désormais redynamisée. D'autres plus récents, mis en œuvre au cours de notre mandat. Ce fut l'installation d'une antenne du service de l'État Civil au sein même de la maternité de l'hôpital de La Seyne, pour permettre aux mamans de prendre part avec les papas aux déclarations de naissances... hélas disparue avec le service d'obstétrique. Ce fut la création il y a trois ans des "guichets uniques" décentralisés dans les quartiers de la commune pour l'inscription des enfants aux écoles, mais également des petits comme des grands aux activités de loisirs, de culture, ou de sport. Ce fut la remise en service d'un "bibliobus" qui avait disparu il y a quelques années, qui apporte les livres dans le moindre recoin de la commune.

 

DES POINTS DE COLLECTE DES DÉCHETS VERTS AU "BUS INFO MAIRIE"

Et on continue. Depuis quelques semaines, tous les samedis matin, on peut voir s'installer dans l'un ou l'autre de nos quartiers résidentiels pavillonnaires, une équipe de fonctionnaires des services communaux de la propreté, des espaces verts, de la prévention des risques et de "Allô La Seyne", accompagnés de personnels du syndicat intercommunal des ordures ménagères (SITTOMAT), qui assure une collecte des déchets verts, et le broyage en vue de leur valorisation par transformation en compost, mais également prodigue des conseils de jardinage, de gestion écologique des déchets, et assure même une information ou recueille des doléances sur bien d'autres sujets.

Depuis à peu près le même temps, les mardis et jeudis, on voit s'installer ici ou là, sur les lieux de passage et de rencontre excentrés de la commune, le nouveau "Bus Infos Mairie" et l'équipe des agents communaux du bien nommé pôle "proximité", dont l'équipe de la démocratie locale "Allô La Seyne", qui répondent aux sollicitations, orientent pour des démarches, ou recueillent des demandes.

 

DU "STAND NOMADE" DES CONSEILS DE QUARTIERS AUX "AGENCES DE PROXIMITÉ HLM"

C'est aussi, depuis 2012, le "Stand nomade" des Conseils de quartiers, qui permet, jusqu'aux endroits les plus reculés, de faire connaître aux habitants les conseillers de quartiers, leurs travaux dans les instances de démocratie participative, entendre leurs avis et doléances, et les inciter à saisir à la fois leurs concitoyens impliqués dans le conseil de leur quartier et les services de la commune.

C'est le même esprit de rapprochement des usagers qui a guidé l'office communal d'HLM "Terres du Sud Habitat" pour créer trois "agences de proximité" où les personnels du logement social peuvent rencontrer à la fois les gestionnaires d'immeubles, les opérateurs des services techniques, ou les "chargés de clientèle".

 

PROCHAINE INITIATIVE : LA "BIBLIOTHÈQUE DE LA PLAGE"

Et, dès cet été, l'installation d'une "bibliothèque de la plage" à la base nautique municipale de Saint-Elme, à l'usage des résidents comme des vacanciers, pour des prêts gratuits de 6 livres, magazines, CD, ou DVD pendant une quinzaine de jours, viendra compléter ce maillage d'une présence du service public communal au plus près des lieux de vie ou de villégiature.

D'autres projets, modestes mais utiles, sont dans les cartons. Ainsi, lorsque les connexions Internet sécurisées le permettront, on pourra imaginer que, en certains de tous ces points mobiles de la présence publique communale, comme dans les espaces publics communaux existant dans les quartiers, on puisse accomplir des démarches administratives comme, par exemple, celles ayant trait à l'État Civil.

Ainsi, tandis que certains évoquent la création de mairies annexes, sans dire avec quels hypothétiques financements ils compteraient en réaliser les lourds investissements nécessaires, nos personnels communaux, qualifiés, pragmatiques, imaginatifs, connaissant la commune et les besoins de ses habitants, poursuivent leur travail patient d'amélioration des offres de services, de rapprochement des lieux de vie, de gestion rigoureuse et à peu de frais pour les contribuables. Ils donnent là une belle image de ce service public qui assure l'égalité républicaine.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Services publics et personnels communaux
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 06:31

http://www.artmajeur.com/files/henryabramowicz/images/artworks/650x650/5280481_La_technicienne_de_surface___46x38___2008.JPGLes mercredis se suivent et se ressemblent. Après une journée de travail des agents spécialisés des écoles maternelles, c'était au tour de ceux du service propreté des bâtiments communaux de se retrouver au centre de loisirs de La Dominante pour une journée d'échanges entre eux et avec leur hiérarchie. L'occasion de faire le point, avec Guy Santangelo, conseiller municipal, et les cadres de la mairie, dont Claude et Jean-Marc, en charge de ce secteur, sur l'avancée de la professionnalisation des personnels de ce service remunicipalisé nécessaire à de bonnes conditions de travail de l'ensemble des fonctionnaires et à un accueil de qualité de l'ensemble des publics, à commencer par les enfants de nos écoles.

 

UN SERVICE RENDU À LA FONCTION PUBLIQUE

On commence en effet à bien mesurer les effets de la démarche de réorganisation totale engagée il y a trois ans par le pôle "Ressources et moyens", visant à améliorer à la fois l'efficience du service et les conditions de travail des agents. Le métier est en effet souvent peu valorisant et, en particulier avec l'âge, sa pénibilité s'accroît, générant un nombre important d'arrêts de maladie. Ce n'est certes pas une spécificité seynoise, puisque notre ville était dans la moyenne régionale, mais il était difficile, avec les contraintes budgétaires qu'elle connaît plus que les autres communes, de pourvoir aux remplacements. Et la qualité de vie autant que l'hygiène de certains espaces communaux pouvaient parfois laisser à désirer. C'est probablement ce qui avait motivé nos prédécesseurs à privatiser un large pan de ce service, préférant sûrement exiger un résultat d'une entreprise que gérer une équipe et un projet.

 

MOYENS HUMAINS, ERGONOMIE DU TRAVAIL, PERSPECTIVES DE CARRIÈRES

Car c'est bien un projet global avec une démarche d'objectifs et d'évaluation qui a été impulsé, accompagné par trois stratégies concomitantes. D'une part, on a choisi une remunicipalisation totale pour un projet de service unique et une globalisation des ressources humaines, avec, outre les embauches des salariés volontaires de l'entreprise privée, un plan, formalisé de façon solennelle par une délibération unanimement votée par le conseil municipal, de renforcement progressif des effectifs aujourd'hui achevé, et la nomination de responsables de secteurs animant l'organisation du travail et améliorant la relation à la hiérarchie et la remontée des besoins. Parallèlement, on travaille sur l'ergonomie du travail, formant aux bonnes postures, et dotant petit à petit les agents de matériels modernes et adaptés aux points physiologiques occasionnant fatigue et souffrances chroniques. Et, enfin, on met peu à peu en œuvre une démarche d'incitation à la formation permanente continue, à la qualification, et à la préparation aux examens et concours, pour offrir aux agents des chances, à un moment de leur vie professionnelle, d'accéder à un deuxième métier, plus et mieux choisi. Les résultats sont tangibles, avec une baisse notable des arrêts de maladie, et une quasi disparition des récriminations des utilisateurs des espaces communaux. La route sera encore longue, mais la voie est tracée.

 

UN VRAI RÔLE DE SERVICE RÉPUBLICAIN

Et on s'éloigne ainsi petit à petit de l'état d'esprit qui prévalait dans les décennies passées : un service qui permettait certes, souvent à des femmes seules sans aucune qualification, d'avoir un salaire, mais sans se préoccuper d'une démarche de projet, évaluées sur le simple résultat attendu. Or, en management, on sait faire aussi, dans la fonction publique territoriale. Rien que ça, je le leur ai dit ce mercredi, crée les conditions d'une légitime satisfaction de ces agents de prendre toute leur part dans ce qui est l'un des derniers remparts contre les inégalités croissantes : l'offre publique équitable de services de qualité à tous nos concitoyens. Grand merci à eux !



 

> J'ai "emprunté" la photo illustrant cet article au beau site Internet Art majeur ; il s'agit de "La technicienne de surface", une oeuvre d'Henri Abramowicz, peintre français installé en Savoie, dont j'invite les visiteurs de ce blog à découvrir le site. Je peux naturellement la retirer sur demande.

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Services publics et personnels communaux
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 03:59

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQM6dwfMtU7jsMXBgqLibR6T2-AP7nu_S_1KAVC-wFc_MSdOiDdYQjvvYwkLes fonctionnaires territoriaux de La Seyne, comme l'ensemble des salariés du public et du privé, les artisans et commerçants, beaucoup de dirigeants de petites, moyennes et même importantes entreprises, et, naturellement, ceux qui sont sans emploi, s'inquiètent de la diminution de leur pouvoir d'achat. Il n'y a guère aujourd'hui que les très gros actionnaires qui ne voient pas l'avenir en sombre. Si tout le monde est inquiet, le mouvement social des personnels de la mairie de La Seyne a fait l'objet de diverses remarques de concitoyens plus ou moins réfléchies. Je laisse les visiteurs de ce blog imaginer le genre de commentaires lorsqu'il s'agit d'agents de la fonction publique...

Moi, je comprends les inquiétudes et, autant je veux contribuer à ce que l'activité économique locale se dynamise parce qu'elle génère ou protège les emplois et les salaires, autant je ne dois négliger, sous prétexte qu'ils ont pour une majorité une relative sécurité de l'emploi, celles et ceux qui assurent un service public pour tous, peut-être plus nécessaire aujourd'hui que jamais pour compenser les inégalités croissantes. Bien sûr, les contraintes budgétaires et financières de la commune sont rudes pour pouvoir répondre aux attentes. Mais il faut ouvrir des portes. Voici le courrier que j'ai adressé au lendemain de leur grève aux fonctionnaires de la commune, après une journée d'échanges avec leurs représentants élus...

"Mesdames, Messieurs,

"De même qu’elle s’inquiète des difficultés de ses concitoyens, cadres, salariés, chômeurs, artisans ou commerçants, la municipalité comprend les attentes de ses fonctionnaires territoriaux en matière de pouvoir d’achat.

"Répondant à votre sollicitation, j’ai tenu avec vos représentants syndicaux et la direction générale une journée de travail pour rechercher des solutions.

"Vous le savez, la résolution du problème ne peut hélas pas passer par un accroissement de la dépense communale de frais de personnels, qui entraînerait une augmentation de l’imposition locale ou une diminution de l’offre de service public.

"Comme vous, vos représentants sont conscients des difficultés financières et budgétaires de la commune, qui n’offrent qu’une marge de manœuvre étroite. Les stratégies de redressement engagées depuis cinq ans, auxquelles vous participez dans chacun des services, ne peuvent être freinées. Il faut à la fois continuer à réduire les dépenses de fonctionnement, infléchir la courbe des coûts de personnels, assumer les charges financières de la dette, régler les participations aux partenaires extérieurs à la commune (pompiers, centre d’action sociale, caisse des écoles, associations), dégager de l’autofinancement pour diminuer le recours à l’emprunt et réduire la durée de désendettement pour réaliser les investissements indispensables.

"L’esprit de responsabilité prévaut et a permis de dégager des orientations qui autoriseront de tendre vers un confortement pluriannuel progressif du pouvoir d’achat, dans une démarche transparente de plus grande équité bénéficiant à tous.

"Cela se fera à budget constant, en agissant sur les heures supplémentaires, les avantages en nature, le mieux-être au travail et les contrôles limitant les arrêts de maladie, le recours aux emplois saisonniers, les départs à la retraite, ou une gestion plus fine des engagements d’achats de matières et de services.

"Deux pistes, modestes mais constituant un progrès, sont définies. Après que vos organisations syndicales vous auront consultés sur laquelle est à retenir, un protocole interviendra. Il comprendra une clause de revoyure annuelle permettant de lier les réponses aux possibilités budgétaires réelles du moment. Une délibération du conseil municipal fixera les orientations de cette démarche.

"Le dialogue social se poursuit en parallèle avec la création ou l’activation de groupes de travail paritaires permettant d’affiner et imaginer des solutions utiles.

"Le service public communal, auquel je vous sais très attachés, ne peut que sortir gagnant de cette démarche, dans l’intérêt de l’ensemble des concitoyens seynois.

"Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, le témoignage de ma confiance et mes sentiments les meilleurs."

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Services publics et personnels communaux
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 04:40

http://media.communes.com/images/thumbs/provence-alpes-cote-d-azur/var/la-seyne-sur-mer_83500/400x1000/la-seyne-sur-mer_65353.jpgEntre 2007 et 2012, la population légale communale de La Seyne a augmenté de 9,6 %. Cela représente 5300 nouveaux Seynois auxquels on se doit de rendre les mêmes services qu'aux autres.


DE NOUVEAUX ESPACES ET SERVICES COMMUNAUX...

Dans la même période, on a créé une cuisine centrale de restauration collective avec des cuisines-satellites dans les écoles et le service du "guichet unique" pour les inscriptions à la cantine et autres services culturels, sportifs et des temps libres, on a développé la prévention et la sécurité, on a ouvert deux espaces intergénérationnels, une médiathèque et un bibliobus, une maison du logement, une maison du patrimoine et de l'image, une bibliothèque théâtrale, le pont levant, deux espaces accueil jeunes, un accueil pour personnes handicapées, un espace sportif à Léry (escalade, ping-pong, lutte, etc.) et deux centres de sport. Autant de nouveaux lieux qui sont utilisés au maximum par nos concitoyens et qui doivent fonctionner avec du personnel et être entretenus.

On a créé les services de la gestion de proximité "Allô La Seyne", de la démocratie participative pour faire fonctionner les conseils de quartiers prévus par la loi, des passeports biométriques, des énergies et du développement durable, des chantiers culturels de jeunes, de l'accompagnement des jeunes adultes de 16-25 ans en difficulté. On a repris en gestion communale publique le Domaine de Fabrégas antérieurement à l'abandon, les voiries, places et espaces publics du quartier Berthe qui, avant, étaient gérés par l'office d'HLM, et, parce que ça coûte moins cher, des services qui étaient auparavant assurés par plusieurs dizaines d'employés d'entreprises privées : le parking Martini, l'éclairage public et les illuminations de Noël, la vidéosurveillance des bâtiments, la création et l'entretien des espaces verts et équipements sportifs, le ménage et l'entretien des bâtiments communaux et de toutes les écoles, la communication communale, certaines prestations de restauration et de protocole.

 

UN ACCROISSEMENT DES USAGERS BÉNÉFICIAIRES...

Le nombre des écoliers de maternelle, nécessitant de par la loi des assistantes communales, a progressé de 8%, celui des accueils dans les crèches a augmenté de 50%, celui des repas servis aux enfants des écoles de 4% et des centres de loisirs de 10%, celui des inscrits à l'école municipale des Beaux-Arts de 20%, celui des bénéficiaires des bibliothèques de 340%, de la maison socio-culturelle Jean-Bouvet de 250%, des activités pour les seniors de 47%, des animations du service jeunesse de 260%, des stages de personnes en insertion et de détenus en fin de peine de 80%, des actions d'éducation à la sécurité de 80%, des activités du service de santé de 40%, des aides techniques à la rénovation du logement de 71%, des utilisateurs des sites sportifs de 20%.

Et aussi, en vrac, on a doublé le nombre d'événements festifs annuels organisés par nos services avec, notamment, la création de festivals et la renaissance de la fête de la ville, on a relancé les jumelages, on a mis en place le "pédibus" pour les écoles, on a mis à disposition de l'office de tourisme des personnels communaux polyglottes pour l'accueil des croisiéristes.

 

AVEC UNE GESTION MAÎTRISÉE DES EFFECTIFS

Tout cela n'aurait pas pu se faire sans une mobilisation de toutes nos ressources humaines. Et, naturellement, au regard de l'augmentation significative de la population, de l'offre de services publics communaux et des bénéficiaires, il a fallu compléter nos effectifs. Toutes catégories et filières confondues, titulaires et non titulaires, les effectifs ont en effet évolué entre 2007 et 2013, ainsi qu'en attestent les délibérations sur les états des personnels votées unanimement par la majorité et la minorité du conseil municipal. Mais seulement... de 8,5 % ! Moins que notre population...

Alors, merci, vraiment, à nos 1374 employés statutaires, qu'épaulent 130 stagiaires, vacataires, occasionnels, saisonniers, apprentis et remplaçants. Car, ça, ce sont les vrais chiffres... qui représentent 52% du budget communal, soit exactement le pourcentage national moyen des 36700 communes françaises *...

 

 


 

 

* : Voir le rapport de l'Observatoire des finances locales (pdf - page 12)

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Services publics et personnels communaux

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE