20 mars 2019 3 20 /03 /mars /2019 06:39

Mis en service il y a quelques semaines, le relais postal installé dans les murs de la médiathèque du Clos Saint-Louis a été inauguré ce dernier samedi. Ainsi que je l'exposais dans un précédent article de ce blog, nous pouvons être satisfaits d'être parvenus, après d'âpres mais toujours courtoises négociations, à sauvegarder le service public postal appelé à disparaître, les murs de l'ancienne poste de Tamaris devant être restitués à leurs propriétaires privés. Deux services publics se nourrissent désormais l'un l'autre.

 

Cerise sur le gâteau, grâce à une convention entre la Ville, le groupe La Poste, et le club d'entrepreneurs "Face-Var", les agents d'accueil affectés à ce service sont des personnes en situation d'exclusion qui trouvent ainsi un moyen de se former et d'entamer un parcours vers une insertion professionnelle durable.

 

Plusieurs des invités à cette inauguration m'ayant réclamé le propos que j'ai tenu à cette occasion, c'est avec plaisir que je le mets donc en ligne... 

 

 

« Nos hôtes et partenaires, que je remercie pour leurs paroles et leur présence, ne le prendront pas pour de la discourtoisie, mais je voudrais saluer pour commencer l’excellent travail que font nos bibliothèques.

 

« Leur réorganisation, qui a demandé, je le sais, beaucoup d'effort de créativité aux agents municipaux, est un succès, notamment ici, en ce magnifique lieu patrimonial dévolu désormais au thème de “l'imaginaire”...

 

 

UNE MÉDIATHÈQUE CITÉE EN EXEMPLE PAR LE MINISTÈRE DE LA CULTURE

 

« Il y a un peu plus d'en an, dans le cadre de la mission que lui avait confié le Président de la République, au côté d'Erik Orsenna, Noël Corbin, inspecteur général du ministère de la culture, se déclarait “épaté” par le travail accompli dans nos bibliothèques, qu'il définissait fort justement comme “des lieux de démocratie culturelle”.

 

« Il avait bien raison, et sur la qualité du travail des fonctionnaires, des associations, et sur l'importance de nos espaces dédiés à la lecture publique.

 

« Oh, je le sais parfaitement : les félicitations - celle de l'Etat comme les miennes - ne coûtent pas grand-chose en budget de fonctionnement. 

 

« Mais, si je les adresse, c'est justement parce qu'hélas, les moyens pour les associations, avec lesquelles vous travaillez, comme ceux accordés aux services publics de proximité, sont soumis au pain sec et à l'eau. 

 

« Et pour revenir à notre "relais postal", je n'étais pas vraiment hors sujet en revenant sur les efforts accomplis ici pour la lecture publique. C'est bien grâce à cet espace, à son réaménagement, à la capacité d'adaptation de ses agents, qu'il a été possible d'ouvrir ce service de proximité.

 

« Nous avons réalisé une sorte de figure gigogne pas si fréquente de nos jours : un service public dans un service public. 

 

 

D'UN CADRE PATRIMONIAL À UN AUTRE

 

« Une “success story” finalement, puisque tout a commencé, comme dans les histoires de fiction que l'on peut lire en ces murs, par un malheur - en tout cas un vrai problème - : la fermeture de la charmante petite poste de Tamaris construite par Marius Michel Pacha à la fin du XIXe siècle.

 

« Eh oui... Depuis la signature de nos conventions, messieurs, entre “diégèse” et “mimesis” (il faut bien placer quelques mots savants en ces lieux de loisir studieux !), entre le constat de la réussite et l'évocation des épisodes de nos négociations, se lit le récit de notre obstination municipale. Courtoise, constructive, mais ferme. A laquelle vous avez une réponse viable.

 

« Et, puisque j'évoque à la fois le service public et le patrimoine, rappelons qu'ici, dans nos quartiers sud, cet autre acte public fort qu'est la protection et la valorisation des paysages, par le classement de Tamaris-Balaguier-Les Sablettes en “site patrimonial remarquable” (SPR), qui est une servitude d'utilité publique qui a succédé à la "zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager" (ZPPAUP) mise en en place par mon prédécesseur, et à "l'aire de valorisation de l'architecture et du patrimoine" (AVAP), en 2016, qui en a étendu l’emprise.

 

 

UNE MÊME ATTENTION MUNICIPALE POUR TOUS LES QUARTIERS

 

« Qui peut prétendre que l'on se bat plus pour tel quartier plutôt que tel autre ? 

 

« Rien n'est plus faux. Comme la commune, le service public doit être un et indivisible. Ses missions sociales, culturelles, économiques, urbanistiques, ses missions de prévention et de sécurité, il doit les assurer pareillement partout. Il n’existe pas de frontière sociale ou géographique en matière de développement et de valorisation d'un territoire, avec bien sûr pour préoccupation essentielle la vie des gens tout simplement. De tous nos concitoyens, où qu'ils soient, quels qu'ils soient.

 

« Du coup, à nos yeux, il n'était pas pensable qu'à nouveau disparaisse un service public de proximité.  

 

« Et depuis deux mois d'ouverture au public, ce relais rencontre un vrai succès, vous l'avez rappelé, messieurs. C'est donc une réussite que nous inaugurons aujourd'hui.

 

« Tant pis, je serai un tout petit peu plus long, mais il faut tout de même rappeler que ce service public s'est, de surcroît, trouvé un écrin parfait : ce “Clos”, qui s'ouvre sur l'imaginaire.

 

« L’imaginaire au gré des pages et des rayons de la bibliothèque, l'imaginaire qui peuple un espace dédié désormais à l'épistolaire de tous les jours, aux lettres, aux plis, aux colis... il en existe encore, malgré tout.

 

« Et avant tout un espace de “belles lettres”, de celles qui nous transportent très loin, celles qui nous composent de belles phrases, comme celle-ci, du jeune Saint Exupéry (comment ne pas penser, à cet instant, à ce héros de l'aéropostale et de l'écriture...). Il s'emporte, en 1929, dans son premier véritable ouvrage, Courrier sud, et nous écrit : “La seule vérité est peut-être la paix des livres.”

 

 

UN LIEU CHARGÉ D'HISTOIRES... ET D'HISTOIRE

 

« Et l'imaginaire se nourrit souvent de l'histoire. Et ce lieu n'est pas sans histoire. Sans prétendre le moins du monde à l’exhaustivité, rappelons quelques enchaînements de faits, au fil des siècles :

 

« Le port du Crotton, là, tout à côté, mentionné déjà en 1070 sur le cartulaire de l'Abbaye de Saint-Victor à Marseille... 

 

« Au XVe siècle, une tour de guet est là pour prévenir des incursions de pirates...

 

« En 1520, l'abbaye de Saint Victor vend à la communauté de Six-Fours la terre appelée le “Palun” (ici à l'époque le sol hésite encore entre marais et terre ferme)...

 

« Et puis Louis Daniel, secrétaire de Louis XIV acquiert une bâtisse fortifiée du XVIe siècle : l'actuel "Clos Saint Louis''. auquel une chapelle sera consacrée en 1694...

 

« Les évêques de Toulon, qui ont certainement fait du Clos Saint-Louis leur résidence d'été, jusqu'à la révolution, d'où le nom du quartier de l'Evescat

 

« Enfin, le domaine, bien national, sera racheté en 1838 par le marquis de Pézenas de Bernardy (même pour de fervents lecteurs, je vous épargnerai l'étrange histoire de la marquise de Pézenas, tuée par un noyau d'abricot, ressuscitée, morte une deuxième fois de sa belle mort, et enterrée ici, à La Seyne, après que son mari ait été fusillé en 1793, sans doute au moment de la prise de Toulon par les armées de l'An II. Voilà ce que l'on faisait à l'époque des ennemis du service public...).

 

« Le lieu a une histoire, mais que dire de La Poste ! Elle EST histoire ! Et sujet romanesque par excellence ! En France, ce fut bien sûr la renaissance du courrier postal, d'antique tradition, avec Louis XI qui lança ses “chevaucheurs du roi” de “poste assise” en “poste assise” - car c'est ainsi que l'on a d'abord dénommé les relais postaux... créant ainsi l'un des premiers maillages territoriaux du royaume et du futur Etat français.

 

« Et comment ne pas évoquer les relais de poste, devenus souvent des auberges, après que le chemin de fer eût supplanté le courrier à cheval... Ces auberges qui hantent notre imaginaire et notre littérature et constituent, en elles-mêmes, mille sujets de conférences.

 

 

LETTRES, BELLES LETTRES ET INSERTION PROFESSIONNELLE

 

« Mesdames, Messieurs, on ne pourra pas dire que je m'égare : ici toute évasion mentale est permise et vivement encouragée. Et, ce matin, même la renaissance du service public n'est plus une fiction, c'est vous dire !

 

« Aujourd’hui, La Poste est devenue un groupe, une société anonyme à capitaux publics. C'est moins romanesque, mais bon, avec cette Poste-là, on peut encore travailler et discuter, fort heureusement. 

 

« Et c'est avec cette pensée positive à l'esprit que je remercie M. Tantot [responsable départemental de La Poste] pour sa présence aujourd'hui, ainsi que l'équipe locale, dont je sais le bon travail conduit avec nos services.

 

« Mais, avant l'imaginaire et la fiction, nous savons ce qui est bien présent et bien réel : les habitants des environs, les usagers, qui se disent déjà ravis des services apportés ici.  

 

« Comme sont bien réelles - et nous les saluons chaleureusement - ces personnes qui tiennent ce Relais avec efficacité et tracent ici leur route professionnelle, n'est-ce pas M. Cavallo [président de Face-Var] ? Merci et bravo à “Face-Var” pour son implication volontaire vers l'emploi des plus exclus (...) »

Partager cet article

Repost0

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE

 

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE