27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 05:19

http://parisbanlieue.blog.lemonde.fr/files/banlieue1717site.jpgSi la politique de la ville n'existait pas depuis trente-cinq ans, dans quelle situation serions-nous aujourd'hui, dans nos territoires aux quartiers populaires ? Bien sûr, elle a souvent trouvé ses limites, mais cela justifie-t-il que nombre de chroniqueurs, de politiques, de bons penseurs, jettent un peu vite le bébé avec l'eau du bain ? Ça nous a un peu froissés, avec quelques collègues maires de banlieue, de diverses sensibilités. Du coup, nous nous sommes fendus d'une réflexion partagée qui a débouché sur une "tribune" qui paraîtra, peut-être, en contrepoint, un jour, dans la presse. Ou pas. 


"Depuis les horribles actions terroristes à Charlie Hebdo, à Montrouge, et porte de Vincennes, qu'il faut condamner sans hésitation, sans ambiguïté et sans peur, tant absolument rien ne justifie un meurtre de quelqu'un en raison de "valeurs", ou de croyance, ou de quoi que ce soit d'autre, foule d'articles et d'analyses fleurissent dans la presse.

"Beaucoup, si ce n'est tous, mettent en cause les 35 ans de politique de la ville.

"Nous, maires de "Ville et banlieue" de France, au coeur de ces problématiques, confrontés au quotidien à l'accumulation des difficultés sociales des habitants de nos communes, le clamons haut et fort : si la politique de la ville n'avait pas existé, la situation serait bien pire en France.

"Mais elle n'a toujours été qu'une politique correctrice car personne n'a jamais osé se poser les bonnes questions sur les causes de cette situation de relégation d'une partie non négligeable de notre territoire, même si cela se vérifie partout à travers le monde, à plus ou moins grande échelle.

"Car finalement, est-ce que les horribles événements de Charlie Hebdo, de Montrouge et de la porte de Vincennes, ne montrent pas une faillite du système tout entier ?

"Celle d'une société à bout de souffle.

"Où compétition entre tout et tous est le maître-mot, dès l'école.

"Où est permanentela recherche effrénée de gains toujours plus importants et atteignant des sommets d'écarts de ressources indécents et jamais vus.

"Où diviser pour mieux régner, et ainsi placer l'individualisme au firmament, est l'apanage des possédants.

"Où consommer est devenu le but ultime de la vie, et même bientôt le dimanche.

"Où seul l'audimat, et donc la publicité, font les programmes de la télévision (quand un média avoue que son travail est de "préparer du temps de cerveau disponible pour vendre du Coca pendant la publicité", dès lors, il est certain que ces cerveaux disponibles sont aussi réceptifs à n'importe quel discours extrémiste !).

"Où l'on a abandonné l'éducation populaire au profit des réseaux sociaux sur lesquels tout, et surtout n'importe quoi, circule.

"Où, 60 ans après l'appel de l'abbé Pierre, tout le monde ne dispose pas encore d'un toit.

"Où l'abandon de toute maîtrise du foncier, notamment dans les villes, depuis des décennies dans des logiques libérales, a exclu les habitants aux revenus moyens dans le périurbain et les populations les plus démunies dans les banlieues.

"Où la culture a été abandonnée dans les territoires qui en avaient le plus besoin.

"Où la discrimination fait encore partie du quotidien de millions d'habitants et n'a pas été suffisamment condamnée.

"Où se soigner devient difficile par manque de médecins mais aussi de moyens financiers.

"Où toutes les décisions sont basées sur la recherche de la croissance, érigée comme un dogme, car ça serait la seule réponse à tous les problèmes, alors que les inégalités et les exclusions n'ont cessé de se creuser depuis 30 ans.

"Où l'austérité imposée par un pouvoir prisonnier du monde de la finance compromet gravement le peu de modèle social qui nous restait, comme elle met en péril de nombreuses politiques publiques mises en place dans les collectivités les plus pauvres et où elles étaient particulièrement indispensables.

"Pour résoudre les problèmes de fond, il faut oser dire que la situation que nous vivons aujourd'hui est la faillite de notre modèle de développement.

"Faillite globale, tant au niveau des conséquences sociales et sociétales dramatiques que l'on vient de vivre, qu'au niveau des conséquences environnementales et climatiques que nous connaissons et qui compromettent notre avenir à tous et encore plus les populations qui sont déjà le plus fragiles.

"Le monde, la société, sont ce que nous décidons d'en faire et ce que nous en faisons. Il n'y a pas de fatalisme.

"Alors, nous nous prenons à rêver, dans cette période de concorde nationale, que l'on osera vraiment se poser les bonnes questions, cesser de travailler sur les conséquences pour se consacrer aux causes, et pour cela vraiment remettre en cause notre modèle de société pour revenir à nos valeurs de solidarité, de fraternité et d'égalité.

"Aux valeurs de simplicité, de partage, de respect, de sobriété.

"Souvenons-nous des Minguettes en 1981 et 1983, des banlieues en 2005, de Merah en 2012, de Charlie en 2015, mais aussi des profanations de cimetières juifs, d'attaques de mosquées, d'actions homophobes...

"Combien faudra-t-il encore de ces dramatiques événements, intolérables dans le pays des Droits de l'Homme que le monde regarde, pour réagir vraiment ?

"Il est urgent de changer de paradigme.

"Cela va demander beaucoup de courage et d'audace politique mais, si nous ne touchons pas aux fondements de ces maux, la situation ne fera que se détériorer."

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM