30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 20:05
http://www.meretmarine.com/objets/500/15588.jpgPendant que nos camarades engagés autour de Michel Vauzelle, ce samedi, s'employaient sur le marché de La Seyne à diffuser à nos concitoyens le document faisant le bilan de la mandature régionale qui s'achève, Raphaëlle Leguen, première adjointe chargée, entre autres, des questions liées à la Mer, Patrick Valle, adjoint délégué, aussi entre autres, aux relations avec la Marine Nationale, et moi-même, participions à la cérémonie d'installation, dans le cadre enchanteur du Fort Saint-Elme, de la Préparation Militaire Marine que la Ville de La Seyne parraine.

L'occasion pour moi de faire partager aux jeunes volontaires, et, du même coup, à la centaine de personnes présentes, leurs familles et amis, les cadres de la Marine Nationale, et les anciens combattants, quelques réflexions sur les enjeux de la défense nationale.

Certains l'oublient trop souvent : si La Seyne est depuis toujours une terre d'accueil de travailleurs, de retraités et de visiteurs de tous les coins de France et d'ailleurs, elle l'est aussi pour les milliers de personnels de la Marine Nationale qui s'y installent, ne serait-ce que le temps de leur affectation dans l'une ou l'autre des bases d'alentour. Ce sont pour moi des familles de citoyens qui comptent.

Donc, voilà, ci-dessous, les quelques mots que j'ai prononcés à l'adresse de ces jeunes gens et jeunes filles...

"La préparation militaire est un engagement personnel, une décision importante. Dans cette préparation, le mot
militaire
interroge…

"Oh ! Je sais que nombre d’entre vous ne souhaitent pas obligatoirement se destiner à une carrière professionnelle ou même une activité de réserviste.  Mais il restera, j’en suis sûr, une première expérience instructive et enrichissante.

"Le terme militaire, ça demande un supplément d’explication. En effet, dans l’esprit de beaucoup, spontanément, on pense d’abord à la guerre et aux armes.

 

"Or les forces armées, depuis Valmy et la proclamation de la République le lendemain de la célèbre bataille qui s'y déroula, sont une émanation du peuple souverain. Les forces armées protègent et défendent la démocratie, les forces armées promeuvent les valeurs de partage ; ainsi, la force ne doit être qu’un ultime recours.

"C’est pourquoi, en France en particulier, un lien indéfectible unit Armée et Nation.

"Nous vivons dans une France au sein d’une Europe à 27 pays membres. Du coup, la question de la Nation, donc celle de la Nationalité, - moi je ne parle jamais... d'identité nationale -, ces questions se posent dans des termes nouveaux.

"Les frontières physiques n’arrêtent plus depuis longtemps les idées.

 

"Dans ce nouveau monde où les technologies de l’information sont omniprésentes,

"...où l’économie est mondiale, dans une société où les lignes bougent sans cesse,

"... dans un monde où le mur de Berlin est tombé voilà plus de vingt ans, où la République Populaire de Chine joue dans la cour du capitalisme, où les conflits classiques territoriaux cèdent aux conflits interethniques, - en véhiculant de façon la plus détestable la notion de Nation -,

"... dans un monde où intervient un nouveau rapport du faible au fort avec son cortège d’agressions aveugles, d’attentats, de prises d’otages,

"... où le terrorisme est désormais un danger majeur,

"... dans ce nouveau monde, nous devons nous interroger : « Que défendons-nous ? ». C'est d'ailleurs à l'ordre du jour de votre formation, sous l'intitulé "les enjeux de la défense".

"La question est d’importance. Et, même en temps de paix, elle influe sur notre quotidien. Le budget de la défense est conséquent, près de quarante milliards d’euros ! Le troisième budget de l’Etat.

"Et je voudrais ici vous dire en quoi, selon moi, ce mot militaire, dans ce nouveau contexte, est bien plus complexe que sa réduction à l’art de la guerre.

 

"La construction européenne éclaire donc d’un jour nouveau les relations entre Armée et Nation.

"La France est membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU et, longtemps, elle a milité pour que les Européens assurent leur défense indépendamment des Etats-Unis.

"Or, en 2009, elle a fait volte face et réintégré le commandement militaire de l’OTAN. Sa position est désormais de créer un pilier européen au sein de l’organisation atlantiste.

"Les nouvelles données géopolitiques, la fin de la guerre froide et les guerres du Golfe, des Balkans, du Rwanda, ou d'ailleurs, ont conduit à de nombreuses revisites du rôle de l’armée française. Et même de son organisation.

"À cela il faut ajouter la suppression du service militaire en 1996. Le pays a souhaité une armée de professionnels. De 300.000 hommes on passera en 2014 à 100.000, dotés d’équipements performants et onéreux.

"Dans cet environnement, je rêverais d’une Europe qui parle d’une seule voix. Elle essaie de se doter d’institutions qui iraient dans ce sens. Mais on a vu les soubresauts pour arriver au récent traité de Lisbonne, pour finalement accoucher d’un exécutif à trois têtes qui déclenche, en plus, par le choix des personnes, le plus grand scepticisme des commentateurs les plus modérés.

 

"Sur le plan militaire, je vois mal partie l’unification européenne. Bien sûr, la démarche volontariste franco-allemande de l’Eurocorps et d’un Conseil de défense commun est louable, mais les mêmes causes produisent les mêmes effets.

"Chaque pays de l’Union continue d’obéir à une logique propre, créant de puissantes contradictions, et on l’a vu avec la guerre en Irak ou la stratégie à adopter en Afghanistan.

"Dans le même temps, le vrai paradoxe est que les militaires sont employés, le plus souvent, à tenter de maintenir la paix ou de créer les conditions de son établissement ! Mais, pour une part du peuple afghan, par exemple, nos troupes sont perçues comme des forces d’occupation et plusieurs de nos soldats y ont laissé la vie. Ça, c'est une réalité.

"Lorsque l'on sait, en plus, que depuis les Romains, les stratégies de domination s’appuient sur trois axes : le militaire, mais aussi le culturel et l’économique. Aïe ! Ça devient plus compliqué…

"Quelle va être la dimension culturelle dans l’implication des armées ? Quelles valeurs vont-elles véhiculer ? Quel rapport de force vont-elles instituer ? La question militaire rejoint un choix de civilisation.

"Vous voyez, ce mot, militaire, est porteur d’un sens qui va au-delà de marcher au pas, de manipuler des armes et d'entretenir sa forme physique et mentale pour accomplir une mission.

"Et, du coup, vous comprenez aisément que le lien primordial que j’évoquais au début de cette intervention est, finalement, le seul qui me préoccupe.

 

"Le rapport entre le citoyen et le soldat. Il est d’une importance capitale : l’un, le soldat, est forcément subordonné à l’autre, le citoyen, dans une nation démocratique.

"Tous nos actes ont un sens.

"Le fait de s’engager dans la préparation militaire, ici la préparation militaire marine, et de ne pas vouloir être forcément militaire, n’est donc pas une contradiction. Elle marque, au contraire, la volonté d’un engagement citoyen au bénéfice des autres.

"Dans un esprit de responsabilité, de mesure, vos instructeurs cherchent à fortifier votre quête de justice plutôt que la recherche de la force.

"Vous avez choisi de vous former en citoyens actifs, de mettre en pratique un esprit de civisme, de solidarité, de camaraderie. Ce sont ces valeurs militaires qui importent.

"J'en suis sûr, vous quitterez cette préparation plus respectueux d’autrui, plus sensibles à la sécurité des biens et des personnes, titulaires d’une attestation de premiers secours, informés de l’organisation générale de la défense, et de bien d’autres choses.

"C’est donc en défenseurs de valeurs démocratiques, dans le maintien des libertés, - une défense pour vivre ensemble, sans repli - que vous poursuivrez votre vie civile ou… pour certains, que vous embrasserez une carrière militaire, si c’est votre choix.

"Vous vous installez dans ce cadre magnifique qui doit vivre, ne serait-ce que pour continuer à préserver son environnement exceptionnel, qui prouve par lui-même ce lien ouvert entre l'armée et le peuple de notre pays, avec les activités qui y trouvent place depuis des années : les loisirs des temps libres des enfants, les chantiers d'insertion par l'activité économique de l'association Tremplin à côté, et vous aujourd'hui.

"Vous garderez, j’en suis certain, un souvenir fort de cette aventure structurante.

"Et il me reste à vous remercier, ainsi que les Autorités de la Marine, de votre présence constante lors des cérémonies commémoratives qui se déroulent à La Seyne, participant, là encore, au travers du devoir de mémoire, à renforcer ce lien qui doit demeurer indéfectible entre l'armée et notre peuple souverain.

"C'est beau. Et ça, c'est la République qu'on aime."

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM