25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 16:01

S'il n'était qu'une mesure qui puisse séduire un maire dans le projet que porte Benoît Hamon, ce serait bien celle-ci : croiser le fer avec les institutions européennes pour en finir avec la contrainte imposée aux États membres de contenir leur déficit public en dessous de 3% du Produit intérieur brut (PIB) !

On en sait quelque chose, dans les Régions, les Départements, les Intercommunalités et les Communes, de l'effort qu'on nous contraint à accomplir pour contribuer, par une baisse de 11 milliards d'euros en trois ans des dotations que l'État alloue aux collectivités locales et territoriales, à la réduction de 55 milliards des dépenses publiques que l'Europe inflige au pays... et que le concurrent de Benoît Hamon au second tour de l'élection primaire citoyenne n'a même pas tenté de négocier à la baisse ou d'étaler lorsqu'il dirigeait le gouvernement, et qu'il affirme aujourd'hui vouloir poursuivre lorsqu'il indique, le 10 janvier sur France Info, qu'il « propose de garder ce rythme, de rester à 3% ».

 

MOINS DE SERVICES ET L'EMPLOI EN DANGER

Comment, dès lors, parvenir à boucler nos budgets locaux sans démanteler l'offre de services et les investissements urbains que nous devons à nos concitoyens ? Et je ne parle pas des conséquences induites sur l'économie, notamment du bâtiment et des travaux publics, et leurs répercussions sur l'emploi...

Depuis que cette mesure nous est imposée, à La Seyne, notre dotation de fonctionnement a fondu comme neige au soleil. Jugez plutôt : malgré une hausse moyenne de 1% par an de la population seynoise, on est passé de 11,8 millions en 2013 à 11 millions en 2014, 9,3 millions en 2015, et 7,4 millions en 2016. Près de 40% de baisse au bout de quatre ans. Et on nous annonce que ce n'est pas fini !

 

ET SI TOUS LES ÉLUS LOCAUX VOTAIENT HAMON ?

De toutes sensibilités politiques, les maires protestent. « 60.000 à 80.000 emplois sont menacés dans le secteur des bâtiments et des travaux publics dans les trois ans qui viennent », ce n'est pas moi qui l'ai dit mais... François Baroin, président "Les Républicains" de l'Association des maires de France, en septembre 2015, qui ajoutait que 2.500 communes pourraient se trouver « en situation potentielle de faillite ».

Alors, pour détendre un peu l'atmosphère, ça pourrait être amusant que les 520.000 élus régionaux, départementaux et locaux de France franchissent le seuil des bureaux de vote de l'élection primaire du PS ce dimanche pour glisser dans l'urne un bulletin « Hamon »...

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM