19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 06:06

Ce dernier vendredi, notre Bourse du travail seynoise accueillait quelques 150 personnes, venues de toute la région, issues de toute la gauche et l'écologie.

Ces gens répondaient à l'invitation des trois jeunes responsables politiques qui ont lancé l'appel "Debout la gauche" que je relayais dans un précédent article de ce blog.

J'ai eu le plaisir de les y accueillir par le propos que je livre à mes visiteurs...

 

"Aucun député et un seul sénateur, socialiste mais ne siégeant pas avec les socialistes, sur douze parlementaires représentant plus d'un million d'habitants.

"Plus aucun un élu régional. Plus aucun un élu départemental.

"Dix maires de gauche, dont seulement cinq élus "sur leur étiquette" (2 au PS, 2 au PCF et 1 au MRC) pour les 67 communes de plus de 3000 habitants. Un seul dans les 24 communes de plus de 10000 habitants où vit 70% de la population.

"Voilà le tableau bien sombre de l'état de la représentation de la gauche et de l'écologie dans le Var qui vous accueille ce soir.

 

UN SOMBRE TABLEAU VAROIS. ET UNE PROVENCE GUÈRE MIEUX...

"Et la situation n'est guère plus brillante dans la Région Provence Alpes Côte d'Azur, hormis dans les départements alpins où la gauche reste ancrée, mais qui ne représentent que 6% des habitants, et dans les Bouches-du-Rhône où les élus locaux historiques et les acteurs d'une vie politique tout de même un peu... "atypique" rattrapent un peu la sauce.

"Seulement 24 maires, dont 15 des Bouches-du-Rhône, sur les 90 villes de plus de 10000 habitants ; 24 parlementaires sur 63, dont 15 des Bouches-du-Rhône ; 68 élus départementaux sur 252, dont 28 Alpins et 24 des Bouches-du-Rhône ; un seul département, les Alpes-de-Haute-Provence, dirigé par la gauche.

"Et bien sûr la gauche désormais absente de l'assemblée régionale... du fait du choix hasardeux de sa seule composante socialiste...

"Et, du coup, des élus de l'extrême-droite comme nulle part ailleurs en France : 67 sénateurs, élus régionaux, départementaux, et maires de communes importantes...

"Je m'en arrêterai là. On a atteint le fond. Et la droite républicaine continue inexorablement, elle aussi, à se déliter, chez nous plus qu'ailleurs.

 

UNE PROVENCE DE NANTIS ? DÉLAISSÉE PAR LA RÉPUBLIQUE ? REPOUSSOIR ?... NON !

 "Serait-ce à dire que les presque 5 millions de Provençaux sont devenus à ce point des nantis qu'ils votent désormais pour la très radicale droite de chez nous et son extrême qui, de tous temps, et partout dans le monde, ont fait cause commune avec la finance internationale et les oppresseurs des plus humbles ? Non, nous le savons bien, notre taux de chômage est au-dessus de la moyenne nationale, nous plaçant en 3ème position des régions françaises.

"Serait-ce à dire que la Région souffre plus que d'autres d'un délaissement de la République ? Non, une publication parue ces derniers jours en atteste : hormis l'Île-de-France, aucune Région française n'offre un meilleur accès que la nôtre aux services et équipements publics de l'État, de la fonction hospitalière et des collectivités - et d'ailleurs aussi aux offres privées.

"Serait-ce à dire que notre territoire est un invivable repoussoir ? Non, notre Région a vu sa population presque doubler en 50 ans et tripler en 150 ans. Elle connaît la croissance démographique la plus dynamique du pays. Et les bases de données de l'INSEE fourmillent d'autres indicateurs qui devraient engager notre peuple à l'optimisme, à l'entreprise, à l'ouverture, au vivre-ensemble, au lieu de le conduire à écouter le chant des sirènes enragées qui invitent au repli sur soi, à la peur et la haine de l'autre, à la compétition dérégulée plutôt qu'à la coopération solidaire.

"Je crois plutôt que c'est en nous-mêmes, les acteurs de la vie publique qui nous référons à la gauche et l'écologie, supposés être les meilleurs porteurs des valeurs républicaines et démocratiques, qu'il faut rechercher les causes de nos échecs, des pertes de confiance, de l'accélération de notre incapacité à donner à espérer dans les lendemains.

 

&CHANGER AVEC LA PROVENCE DES VILLAGES ET DES QUARTIERS URBAINS

"Alors, arrêtons de parler de droite extrême et d'extrême droite, de fustiger, blâmer, anathémiser. Parlons simplement aux gens, écoutons-les. Ils nous interpellent sur la formation, l'insertion et l'emploi, sur le droit au logement, sur l'insécurité ressentie, sur les enjeux du développement durable. Ils ont des idées, ils sont critiques, peut-être un peu plus grincheux et tapageurs qu'ailleurs, mais riches de leurs allants pour l'échange et la confrontation. Nourrissons-nous des cris exigeants de notre peuple.

"Ça, les trois porte-paroles de la gauche socialiste, radicale et républicaine de décembre dernier, eux qui ont animé la campagne de terrain de leur liste régionale dans les rues des villes et sur les places des villages, ils l'ont bien compris. Ils nous invitent à nous remettre debout. Et ils ont choisi La Seyne, peut-être pas tout à fait au hasard, pour le faire.

"Ça honore notre petite parcelle de la République. Je leur souhaite une belle aventure de redynamisation. Ils en ont le talent et la niaque.

"Et, qu'ils le sachent, jamais en reste pour participer à la bousculade, il se trouvera du monde à La Seyne pour approuver, j'en suis certain, tous ceux qui remuent pour faire avancer, si ça crée les conditions de l'unité de la gauche, voire au-delà, pour que vivent, au concret, les valeurs laïques, égalitaires, de liberté, et de fraternelle solidarité."

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM