4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 04:06

Ce vendredi soir, il nous sera interdit par la Loi de prolonger la campagne pour les élections régionales de ce dimanche 6 décembre. Avant de faire une pause des publications de ce blog, je tenais, pour ceux qui n'ont pas pu assister à la réunion publique que l'équipe "Alliance de la gauche" de Christophe Castaner a tenue à La Seyne, à mettre en ligne le discours qu'a prononcé à cette occasion notre jeune et talentueuse tête de liste varoise, Cécile Muschotti.

Un discours dense qui a bien situé les enjeux. Un propos un peu long lorsqu'il s'agit de le découvrir en le lisant, mais qui a porté fort l'autre soir lorsqu'il fut prononcé. Pour "l'aérer" un peu pour une lecture à l'écran, j'y ai placé des intertitres en vert, qui sont donc de moi, et non de sa rédactrice, et dont j'assume la responsabilité.

À lire, tranquillement, au chaud, avant de prendre le chemin des bureaux de vote...

 

"C’est, vous vous en doutez, avec beaucoup d'émotion que je prends la parole ce soir, devant vous.

"La Seyne-sur-Mer c'est une ville que j'ai à cœur depuis toujours. La Bourse du Travail, c'est tout un symbole, toute une histoire, en tout cas, ce soir, c'est l'histoire de la Gauche qui s'y écrit encore.

"Quand les omnibus appelés « diligences » s'ébranlaient en direction de Toulon, ils arboraient des drapeaux rouges en papier, et quand des adversaires de la classe ouvrière lançaient des propos railleurs : « Ils ne flottent guère ces drapeaux rouges ! », les militants leur répondaient : « Oui ! mais au moins ils ne font pas de plis ». Et l'Internationale retentissait avec force sur les lieux du départ. Elle était reprise en traversant les agglomérations, par les poitrines enthousiastes de militants catéchisés, loin de se douter que l'accession des travailleurs au pouvoir devrait passer par les théories du fascisme, du nazisme, par les guerres mondiales, les massacres de populations innocentes, les déportations.

"Autre temps certes, mais mémoire ancrée dans ce peuple varois, ce peuple de gauche de La Seyne, qui s'est toujours tenu debout. Alors continuons debout, mes amis, face à la droite extrême, face à l'extrême droite. Debout, debout, résistons. Ré-sis-tons !...

 

LE SENS D'UNE CANDIDATURE

"C'est aussi avec beaucoup de fierté que je m'adresse au peuple républicain à cinq jours d'un premier tour crucial. Je suis candidate avec Christophe pour ces régionales, mais fondamentalement pourquoi ?

"Candidate pour le changement : oui, je considère que le politique doit évoluer pour agir avec davantage d'efficacité et de lisibilité. Candidate pour la solidarité : oui, faire de la politique c'est agir prioritairement pour les plus fragiles. Candidate pour l'égalité et la fraternité : oui, je ne peux pas m'investir dans la sphère publique sans l'imaginer fraternelle et égalitaire pour tous. Candidate socialiste et fière de l'être : oui, les socialistes et la Gauche dans son ensemble sont les remparts naturels contre les ennemis des valeurs qui font lien.

 

ÊTRE CITOYEN LIBRE, ÇA NE MÉRITE PAS LA MORT

"Pour autant, depuis le 13 novembre, nous sommes bien évidemment profondément touchés, dévastés, attristés par ces terribles attaques barbares, qui ont frappé nos peuples et nos jeunesses. Le terrorisme est une idéologie mortifère que nous devons anéantir. Le droit à la sécurité, à la paix, est un principe universel qui ne saurait être bafoué par les ennemis des Lumières. Les actes perpétrés à Ankara, Beyrouth, Bamako et Paris ont été commis par des fascistes. Boire un verre entre amis, participer à une manifestation pour la paix, aller au stade ou voir un concert ne sont pas des actes audacieux. C’est l’expression même de la vie, dans un pays libre avec des citoyens libres, et heureux de l’être, et cela ne mérite pas la mort !

"Ce que nous avons subi, ce n’est pas l’Humanité. C’est sa négation ! Désormais, il nous faut être vigilants. Le piège de Daesh est sournois et tend à opposer les Français. Cette organisation criminelle rêve d’une guerre civile. Nous ferons en sorte que ce rêve devienne pour eux un véritable cauchemar. Notre Président de la République, François Hollande, s’y emploie à chaque heure de sa responsabilité. Malgré la douleur et l’effroi, notre engagement est plus que jamais nécessaire, il prend un sens renforcé. A travers nos rencontres, nombreux sont celles et ceux qui saluent la détermination et la lucidité de notre Président de la République et aussi nombreux sont ceux qui se sentent rassurés par Bernard Cazeneuve pour sa sobriété, sa fermeté et son engagement. Imaginez, chers amis, si nous avions en cette période, un ministre de l'intérieur agité du bocal, qui par une gesticulation médiatique et des phrases à l'emporte pièce, aurait rajouté de la confusion à l'angoisse... Et nous en avons connu des ministres de l'intérieur de ce style. L'un d'entre eux est même devenu Président de la République... Alors, merci, Bernard Cazeneuve, merci aussi à toi, Stéphane [Le Foll], où, en tant que porte-parole du Gouvernement, tu fais preuve chaque jour d'un grand sens des responsabilités. Et nous pouvons tous ensemble saluer ton exigence pour donner du sens, toujours du sens à l'action du Gouvernement, merci Stéphane.

"Les actes qui rythment notre République, comme cette prochaine élection régionale, doivent être les symboles d'une victoire de la démocratie sur toute forme d'obscurantisme. Oui, le 6 et le 13 décembre prochains, nous agirons ensemble, pour le triomphe de la démocratie française. Alors, à nouveau merci pour votre mobilisation.

 

UNE RÉGION DÉFRICHEUSE D'AVENIR POUR TOUS LES SIENS

"C’est ce chemin exigeant mais passionnant que nous avons parcouru ces derniers mois à travers le département, ensemble, territoire par territoire, ville par ville : tous les candidats varois mobilisés, tous les militants, sympathisants qui ont pris de leur temps pour porter Le Projet Castaner, le projet de la réussite. Parce que notre Région, c’est une école de La Seyne-sur-Mer. Parce que notre Région, c’est une cité des quartiers de Toulon. Parce que notre Région, c’est un lycée de Draguignan. Parce que notre Région, c’est un village et un clocher à Ginasservis, au pied duquel les jeunes ont l’impression que personne n’aura jamais l’idée de s’intéresser à leurs vies, à Marseille, à Nice, à Paris, dans les médias ou dans les assemblées. Parce que notre Région, ce sont aussi des artistes qui saisissent les mots, les lignes et les sons pour sublimer toutes les envies et toutes les colères. Ce sont leurs créations qui rendent la vie plus belle. Parce que notre Région, c’est le slam, le jazz et la musique classique, c’est le graff et la peinture, c’est la poésie et les musiques électroniques, notre Région, c’est tout ce que veulent en faire ceux qui la vivent ! Une Région qui est à la fois forte de son histoire et de ses traditions, fière de ses savoir-faire, et tournée vers demain, défricheuse d'avenir pour tous les siens.

"Et Christophe Castaner, il vit dans cette Région. Sa candidature nous propose un vrai modèle, qui renouvelle l’engagement citoyen dans le processus politique. Pour moi, la politique ce n'est pas un métier, ce n'est pas une profession, c'est à un moment de sa vie donner de soi pour s'occuper des autres. Trois grands principes sont devenus nos manières d'agir : la transparence, la proximité et la modernité. Ces trois piliers sont les fondations du Projet pour notre Région, du Projet Castaner !

 

DANS LA PROXIMITÉ, FORTS D'UN BILAN, PORTEURS D'UN PROJET

"La proximité, il l'a entendue comme l'attention aux citoyens : écouter les médiateurs sociaux, les commerçants, les industriels, les chefs d'entreprise, les syndicats, les associations, tous les citoyens. Oui, le projet de Christophe Castaner, notre projet, n'est pas une liste de courses, c'est un projet ancré dans la réalité quotidienne, c'est le fruit de récoltes citoyennes, c'est un projet de réalité et d'efficacité. Avec le bilan porté par Michel Vauzelle, il s'agissait non pas de faire plus pour "la frime" mais d'être ambitieux pour faire encore mieux ! "Nous avons parcouru le département, à la rencontre des maires des villages du Haut Var notamment : chacun d'entre eux nous faisait part de sa peur d'être oublié, de son angoisse d'être abandonné. Parce que La Région, ils en ont besoin!

"Amis, camarades, citoyens, dans cinq jours nous allons à la rencontre du suffrage universel. Nous allons proposer à notre département, en votant pour notre liste, de répondre avec audace et détermination aux défis inouïs que ce moment si particulier que rencontre l’histoire humaine et notre patrie républicaine.

"Les Varois veulent l’accès aux transports et à la mobilité : Ils l'auront en votant le 6 et le 13 décembre pour des transports régionaux « triple A » : A l’heure, Assis et Avertis, 100 % équipés en vidéosurveillance. Les Varois veulent favoriser l’accès à l’emploi, l’innovation et le développement économique : ils l'auront en votant le 6 et le 13 décembre pour la garantie de l’accès au crédit et l'accompagnement de 8.500 entreprises par an. Le 6 et le 13 décembre, vous voterez pour l'accompagnement à l'économie sociale et solidaire, vous voterez pour préserver l'agriculture avec une agence régionale de l'innovation agricole. Vous voterez pour sanctuariser le budget de la culture et continuer à le développer. Le 6 et le 13 décembre, vous voterez, chers amis, pour conserver et développer les plannings familiaux de notre Région !!! Et je pourrais continuer un moment à vous détailler ce que feront de notre Région, ce que feront de notre Département, vos bulletins de vote le 6 et le 13 décembre prochain...

 

ESTROSI, REPART RÉPUBLICAIN CONTRE LE PEN ? IMPOSSIBLE !

"A moins que vous vous laissiez tenter par le bulletin Estrosi ? Ce candidat qui a multiplié les dérapages dans des eaux marécageuses et nauséabondes où flottent les idées du Front National. Ce candidat qui, quand il ne fait pas des propositions d'actions qui existent depuis Vauzelle au pouvoir, se lance dans des promesses intenables frôlant le ridicule financier. Il y a quelques semaines, Nadine Morano disait « je ne suis pas raciste parce que j'ai une amie noire, Tchadienne ». Hier, Christian Estrosi disait « je ne suis pas islamophobe, j'ai des amis musulmans ».

"Moi, j'ai lu ce qu'a dit Linda Boudjellal, la femme de Mourad Boudjellal, le Président de notre cher RCT, dans le journal Le Monde : « il n'y a aucune différence entre Le Pen et les idées estrosiennes. Ce mec méprise les Arabes ». Vous avez raison, Madame Boudjellal !

"Alors oui "faire république" avec les républicains, évidemment, mais "faire république" avec Estrosi ?...

"Quand j'entends certaines voix qui disent qu'Estrosi pourrait être un rempart face au FN, je vous avoue que je ne comprends pas, que je ne comprends plus... Rappelons-nous quand Michel Vauzelle a été élu la première fois : oui, il y a eu alors des républicains à droite (Léotard, Mattei, Giran) ; eux, ils s'étaient battus contre Estrosi qui voulait faire un accord avec le Front National et Jean-Marie Le Pen lui-même ! Estrosi / Le Pen, c’est le Schengen de la politique régionale : il n’y a plus aucune frontière !

 

ET VITEL ? MÊME CONCLUSION !

"Et puis, parlons de Vitel, ou plutôt de LA - et je dis bien LA - proposition de programme de Philippe Vitel, je cite à nouveau, permettez-moi : « je propose pour économiser l'eau et protéger notre environnement de faire pipi dans vos douches ! » Fin de citation, fin de proposition, fin d'intervention de Philippe Vitel. Sérieusement, il aurait plutôt du vérifier ce que disait de son côté sa colistière Maud Fontenoy qui faisait la promotion des gaz de schiste, en faisant donc la promesse de détruire notre Région... Et puis Vitel, c'est aussi et rappelons-le, celui qui disait dans Var-matin qu'il était le mieux placé pour... représenter et défendre les idées du Front National ! Vitel, c'est un ancien du MIL, le Mouvement Initiative et Liberté, le successeur du SAC de triste mémoire. Le SAC, une officine de barbouzes, spécialiste des coups tordus de la Vème République, dissout en 81 après la tuerie d'Auriol. Les positions politiques défendues par le MIL sont pour le moins radicales, plus proches du FN que du discours officiel du parti Les Républicains. Voilà qui est le bras droit d'Estrosi pour le Var ! A La Seyne, plus qu'ailleurs, vous aviez bien compris qu'avec Vitel, il faut E-LI-MI-NER !

"Nous savons pourquoi nous avons besoin d’une gauche qui ose et qui transforme. Nous savons que, si nous gagnons dans les urnes, nous n’avons pas forcément conquis les têtes et les cœurs. La place que prend le Front National dans le débat public nous prouve jour après jour qu’un affrontement politique a lieu, et que la République elle-même est en jeu. Tant de débats ont fait le lit de l’extrême-droite. A chaque fois qu’un fait divers est exploité, à chaque fois qu’un bouc-émissaire est désigné, à chaque fois qu’une religion est stigmatisée, c’est l’extrême-droite qui progresse et la République qui recule. Et la droite, alors qu’elle n’a eu de cesse de nous parler de frontières, abolit chaque jour un peu plus celle entre le camp des républicains et ceux qui menacent la République.

 

DÉBATTRE, TOUJOURS, ET SURTOUT AVEC LES PARTISANS DU FN !

"Être républicains pour deux, alors qu’eux-mêmes le sont de moins en moins, telle serait notre charge. Ce qui compte au fond, ce qui est le plus important, c’est de parler aux citoyens. Il n’y a aucun électeur de notre département à qui nous n’avons rien à dire. Y compris, et je veux même dire surtout, aux électeurs du Front National. Je vous propose de parler à chaque Varois qui a voté, un jour, Front National. Bien sûr, il y en a qu’on ne convaincra pas. Mais je veux que nous allions parler à celui qui a voté FN. Il ne doit avoir aucun citoyen interdit de débat. Allons-y, débattons. Faisons connaître nos bonnes propositions. Il y a une bataille idéologique à gagner pour convaincre nos concitoyens que la pluralité et la diversité sont des grandes richesses de la République. Il y a une bataille idéologique à gagner pour faire comprendre à tous nos concitoyens que les quartiers populaires sont des diamants à l’état brut.

 

MARÉCHAL-LE PEN : MÊME PAS PEUR !

"Je n’ai pas peur de Marion Maréchal-Le Pen et il n’y a pas besoin d’aller chercher son grand-père pour faire tomber son masque. Marion Maréchal-Le Pen, elle qui prétend incarner la respectabilité face aux attaques du système, a-t-elle le courage de porter elle-même les calomnies et les attaques racistes proférées par les sites Internet glorieusement anonymes qu'elle gère en sous-main ? Elle qui n’a plus que le mot "laïcité" à la bouche pour attaquer par l’Islam tous ceux qui viennent d’horizons trop exotiques pour elle, où était-elle quand nous dénoncions les atteintes à la laïcité opérées par Sarkozy ? Marion Maréchal-Le Pen, elle est finalement comme l’a toujours été sa famille politique : lâche et menteuse, incapable d’affronter les problèmes du monde. Et pour le moment elle n'a fait qu’une chose de sa vie : relooker cette lâcheté et ces mensonges. Madame Maréchal-Le Pen nous propose le Puy-du-Fou... nous lui opposons le rassemblement des peuples de la Méditerranée.

"De tous ces Varois dont les pères, les grands-pères et arrière-grands-pères sont venus de notre Méditerranée : Espagnols, Italiens, Tunisiens, Portugais, Grecs, Algériens, Maltais, Arméniens [oups, là, Cécile, révise ta géo... - note affectueuse], Israéliens, Turcs, Marocains. Oui, vous êtes nous, nous sommes vous, tous ensemble debout et fiers ! Nous devons prendre les débats de face avec le FN, avec le parti Les Républicains, mais en étant exigeants sur chaque mot.

 

JUSQU'AU BOUT, UN MESSAGE DE JUSTICE ET DE LIBERTÉ À PARTAGER

"Nous pouvons construire une nouvelle histoire de progrès et un nouveau cycle social et écologique : nous ne lâcherons rien dans les cinq jours qui sont devant nous. Non, non, nous ne lâcherons rien ! Alors, mes amis, debout, tous ensemble, debout : nous avons un défi devant nous. Nous allons le relever. Nous allons le faire. Nous allons gagner le 13 décembre prochain avec toute la gauche et les écologistes rassemblés au deuxième tour. Avec Christophe Castaner, rien ne sera impossible si nous le décidons, rien ne s’arrêtera si nous nous mobilisons. Dès dimanche, vous direz non à l'extrême-droite, non à la droite extrême, mais oui à une Région forte, fière et solidaire, avec Christophe Castaner ! Alors, tous ensemble, allons chercher chaque Varoise, chaque Varois, pour partager notre message de justice, d’égalité et de liberté.

"Le 6 décembre et le 13 décembre, rappelons-nous d'où nous venons : de ce Var si attaché à la République, de ce Var résistant, de ce Var occitan, de ce Var ouvert sur la Méditerranée, de ce Var rouge, rose, vert, ce Var du peuple de gauche, ce Var de la gauche rassemblée, ce Var qui en 1940 a refusé les pleins pouvoirs à Pétain, ce Var notre fierté, avec Christophe Castaner... vive le Var, vive la République !"

A lire avant le vote... le propos de Cécile Muschotti, numéro 1 du Var

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM