7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 13:04

http://www.marisoltouraine.fr/wp-content/uploads/2012/01/image001.jpgMonsieur le Président,

C’est le maire, certes le maire engagé, qui, vous ayant accueilli candidat, vous félicite à présent avec un profond respect pour votre victoire, au terme de longs mois d’une belle campagne de conviction.

Le changement, c’est donc maintenant. La Gauche est enfin à nouveau aux commandes d’un État qui n’a eu de cesse de reculer et de démissionner pour se fissurer gravement. Vous en prenez aujourd’hui la responsabilité. Mes vœux de réussite vous accompagnent. Nous en avons tous besoin. Les peuples et les élus de nos communes de « la France des territoires » placent leur espoir en vous. Et au premier chef ceux des villes connaissant les plus lourdes difficultés structurelles, comme ici, à La Seyne-sur-Mer.

Il y eut dans votre campagne un grand réalisme et une vraie absence de démagogie. Les Français peuvent d'ores et déjà vous en être reconnaissants. Car ce réalisme s'est doublé d'un salutaire appel à un sursaut républicain contre toute dictature des marchés qui menacent, en France et en Europe, d'envahir définitivement notre système et nos rapports sociaux. Vous portez donc une réserve d'espoir, dans laquelle les élus locaux que nous sommes et nos concitoyens puiseront, j'en suis certain, de la force pour se battre.

Nous avons tant souffert du délitement des valeurs de la République.

Inutile de vous dire, Monsieur le Président, que, si ma volonté ne faillira pas pour poursuivre mes efforts de maîtrise et de rigueur dans la gestion de ma commune, la population de celle-ci a besoin de vous. Besoin d’une République forte et présente sur cette terre varoise, hantée par la menace frontiste et complaisante dans les compromissions.

Dans ce paysage, La Seyne veut être votre porte-étendard. Elle l’est depuis 2008, où je n’ai eu de cesse de dénoncer la politique du pire de la Droite dont la population seynoise souffre face à une pratique publique en rupture avec les fondements républicains : casse des services publics de proximité, « financiarisation » des finances locales, intercommunalité caporaliste, protection quasi outrageante par l’État du système de gouvernance locale contre la revendication du droit de la République, iniquités arbitraires et partisanes. Les exemples concrets ne manquent pas. Vous en trouverez quelques-uns en annexe à ce propos.

Monsieur le Président, je vous confirme qu’une grande partie de notre population vous apporte sa confiance et croit aux valeurs fondatrices de la Gauche sociale et progressiste telles que vous les défendez. Dans un Var où, sans complexe, le bulletin Sarkozy a copieusement recyclé le suffrage d’extrême-droite pour donner au Président sortant près des deux tiers des voix, le peuple de La Seyne, deuxième ville du département, vous a permis de faire presque jeu égal avec votre adversaire, à notre sensibilité d’y réaliser son meilleur score parmi les plus importantes communes varoises, et à l’écart Droite-Gauche d’être ramené chez nous de 15% en 2007 à 8% aujourd’hui.

Ma population se bat chaque jour contre le recul de la solidarité nationale, celle des services publics, voire contre la remise en cause de la notion même de Service Public. Ce peuple lutte contre les agressions d’un système inégalitaire, et souvent à mains nues.

Je crois surtout que le changement, maintenant, c’est, pour nous, Varois et Seynois, le sentiment d’être renforcés dans nos convictions et dans nos justes combats.

Manifestant le souhait d’une audience, je vous prie de croire, Monsieur le Président, en mes plus sincères et plus cordiales salutations, à tout le respect dû à votre haute fonction, ainsi qu’à mes plus chaleureuses félicitations.

Marc Vuillemot

Maire de La Seyne-sur-Mer

 

ANNEXE

QUELQUES MÉFAITS D’ÉTAT SUBIS PAR LA POPULATION DE LA SEYNE... 

Je veux témoigner auprès de vous, Monsieur le Président, de quelques-uns, symboliques, des méfaits d’État que la population de La Seyne a vécus ces dernières années.

>  Il y a deux ans, classé premier par la commission d’instruction du Programme National de Rénovation des Quartiers Anciens Dégradés (PNRQAD), le projet de redynamisation du centre-ville vétuste, insalubre et paupérisé de La Seyne-sur-Mer a été purement mis au rebut par choix politicien du Secrétaire d’État au Logement, au profit de ceux de deux villes amies du pouvoir, pourtant non retenus par ladite commission (Aix-en-Provence, Nice).

>  Depuis trois ans, au mépris de ses engagements pourtant gravés dans le marbre de la contractualisation pluriannuelle, l’État n’assure plus toute sa part de financement du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) de ma ville ; celui-ci doit pourtant garantir les nécessaires mesures d’accompagnement social, éducatif, et d’insertion, dues solidairement aux plus humbles résidents du plus grand ensemble d’habitat social du Var.

>  Sur ce même territoire populaire dont vous avez pu mesurer in situ la démarche intégrée de réhabilitation, la Caisse des Dépôts et Consignations, « LA banque de l’État », engagée par sa signature dans la convention de notre Programme de Rénovation Urbaine (PRU), traîne des pieds pour accorder les prêts à taux préférentiels qu’elle est supposée allouer à la ville pour la mise en œuvre d’un des plus importants et des plus avancés PRU de France.

>  Alors que plus de 12000 logements sociaux font défaut dans l’agglomération toulonnaise, seules deux communes du territoire, dont La Seyne-sur-Mer, sont en règle avec la Loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain (SRU). D’autres, largement hors-la-loi, refusent non seulement de se mettre en conformité avec la règle des 20% de logements sociaux, mais également de contribuer à la simple reconstitution de l’offre de logements découlant des démolitions programmées de nos barres et tours, alors même qu’elles s’y sont engagées à travers la signature du PRU seynois par la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée (TPM). Et l’État semble s’interdire, non seulement de sanctionner, mais même de jouer son rôle incitatif et républicain.

>  À peine la campagne présidentielle lancée que, faisant fi des avis des élus de tout l’Ouest du Var, notre service public hospitalier de gynécologie et d’obstétrique a été fermé dans l’urgence et en catimini par une Agence Régionale de Santé (ARS) arrogante et sans scrupule, contraignant désormais les parturientes, en danger vital, à des trajets de plus d’une heure pour se rendre à la maternité toulonnaise la plus proche. Le supermarché de la naissance est ouvert...

>  À trois jours du scrutin de dimanche, dernier coup bas en forme de politique de la terre brûlée dans la débâcle : alors que notre exercice budgétaire est engagé depuis plus de quatre mois, une nouvelle baisse de 10% de la Dotation Nationale de Péréquation (DNP) a été notifiée à ma commune, la plus pauvre du Var.

>  Tout dernièrement encore, la campagne électorale ne laissait-elle enfin pressentir le changement, que, par manœuvre, le Conseil Général du Var et deux Communautés d’Agglomération se précipitaient dans la création d’une nouvelle structure intercommunale. Ce nouveau bastion institutionnel porte la marque d’une Droite varoise certes en repli, mais toujours-là, combative, suffisante, prédatrice. Ce sauve-qui-peut, lancé avant l’heure, est en effet porté sur les fonts baptismaux de la Réforme Territoriale par une représentation de l’État qui a pourtant déjà maille à partir avec des maires très critiques envers la politique intercommunale varoise.

Partager cet article

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE