7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 20:37

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTNiwZuPh2tgHQGXcXlTg-M6oDVq3QDZ7RYCcj8ZwQ8EjBC8tiH5g"Ils" nous prennent vraiment pour des billes !

M. Deroubaix, Directeur de l'Agence Régionale de la Santé, l'officine parapublique chargée de mettre à exécution les lamentables décisions du gouvernement de fusiller sans sommation les services publics hospitaliers locaux, doit me rappeler. Car j'ai tenté en vain de le joindre au téléphone cet après-midi, vers 17 heures. Il est presque minuit et je crois que je ne vais pas veiller plus longtemps dans l'attente de ce que m'a promis une de ses collaboratrices : qu'il me rappelle sur mon portable dès que sa réunion sera terminée.

Diantre ! Ce doit être une réunion d'importance pour que, sept heures après, elle ne soit pas terminée !

Je crois, mais peut-être me trompé-je, qu'il n'a rien à me dire d'autre que ce qu'il m'a dit lorsqu'il m'a honoré d'une visite à La Seyne : la maternité de La Seyne va fermer. Et pourtant, il faudra bien qu'il nous entende, nous les maires d'Ollioules, Saint-Mandrier, Sanary, et La Seyne, qui ne sommes pas disposés à ce que les choses se passent ainsi. Parce que, au-delà de nos diversités politiques (je suis le seul maire de gauche des quatre), nous n'entendons pas baisser les bras.

Mais, manifestement, que nos peuples de l'Ouest toulonnais le veuillent ou non, ces messieurs s'assoient sur nos avis. Ceux des élus du peuple dont ils n'ont que faire. Portant la parole d'un peuple dont ils n'ont que faire.

Eh bien, on va les faire changer d'avis, ces gens-là qui nous ont qualifiés "d'agitateurs" dans des échanges de mails avec une députée varoise !

J'ai commencé par installer mon bureau ce midi dans le hall de l'hôpital George-Sand de La Seyne. Et j'ai bien l'intention de m'y implanter régulièrement, pour faire mon travail de maire, pour recevoir mes visiteurs, pour travailler avec mes collègues élus, les services communaux, ou des partenaires, et pour continuer, comme je l'ai fait aujourd'hui, à sensibiliser les usagers de l'hôpital et leurs visiteurs (ceux qui, il y a quelques temps, pouvaient lire des affiches mensongères indiquant que le transfert de la maternité était... une rumeur), et les personnels hospitaliers victimes d'une désinformation organisée sur fond de soi-disant sécurité sanitaire (fastoche, me l'ont indiqué des médecins hospitaliers aujourd'hui : tu fermes le laboratoire, tu expédies ailleurs les pédiatres - ce "qu'ils" ont fait - et les médecins et autres personnels se trouvent privés des moyens d'exercer sereinement leur mission d'obstétrique, avec la complicité incroyable de ce que certains ont qualifié de "syndicat maison à la botte de la direction" - je ne crois pas qu'il s'agisse de la CGT...).

Moi, ce que j'ai retenu de ma première journée dans le hall de l'hôpital, c'est que les centaines de gens, jeunes mamans et papas, futurs mamans et papas, proches des parturientes, patients de tous âges qui venaient à l'hôpital pour mille et une raisons autres qu'un accouchement, avec lesquels j'ai discuté, sont unanimement et farouchement opposés à la fermeture de la seule maternité de l'Ouest Var. Celle où se déroule le plus grand nombre d'accouchements du département. Et ce ne sont pas tous, loin de là, m'a-t-il semblé, des "agitateurs du mouvement social", comme certains voudraient le faire croire.

Alors je vais continuer. Et passer à la vitesse supérieure. Parce que c'est mon devoir.

Que les choses soient claires : j'exige, élu démocratiquement pour porter la voix de mon peuple, et au nom de celui-ci, pour l'hôpital George-Sand de La Seyne, la réinstallation d'un laboratoire et des moyens de chirurgie et de pédiatrie suffisants, avec l'assurance du maintien dans cet établissement d'un vrai service de maternité (seulement de niveau 1, n'exagérons rien !), et non les expédients proposés à grand renfort de supports coûteux de communication installés dans l'entrée de notre hôpital (pourquoi juste maintenant, tiens, tiens... ?) faisant mine de vanter les bienfaits de succédanés de service public hospitalier, genre consultations pré-natales ou néo-natales, qui ne sauraient remplacer une véritable offre de prise en compte des mères et des enfants que les 120.000 habitants de l'Ouest toulonnais sont en droit d'attendre de l'État, au nom de deux des simples valeurs de la République française : l'Égalité, et la Fraternité, celle que l'on nomme aujourd'hui la Solidarité. Et même de la troisième, la Liberté. Celle de choisir d'accoucher dans un hôpital public.

Sinon...

Partager cet article

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Santé - hôpital - maternité

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

CLIQUEZ POUR SIGNER
LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE