22 juin 2019 6 22 /06 /juin /2019 08:39

Les échanges étaient indispensables. Beaucoup d'habitants du sud littoral de notre commune se faisaient des idées fausses générant des inquiétudes après la décision concertée du Département du Var et des services de l'État, civils et militaires, d'utiliser un bâtiment de la Marine Nationale situé dans l'enceinte de la pinède du Fort Saint-Elme pour y faire organiser un accueil de 39 mineurs non accompagnés par l'historique fondation catholique des « Apprentis d'Auteuil ».

J'ai donc salué, ce vendredi, l'initiative utile du Comité d'intérêt local des Sablettes et de sa présidente Patricia Dey, qui a invité les riverains plus ou moins proches de Saint-Elme à une rencontre d'information et d'échanges avec Frédéric Baudot, directeur du futur centre d'accueil de ces malheureux adolescents, accompagné du responsable de la formation professionnelle de l'organisme.

Les choses sont désormais plus claires. J'ai vu évoluer avec plaisir, par leurs réactions au fur et à mesure de la réunion, les états d'esprit des gens des Sablettes et des alentours qui, de très réticents ou inquiets au début pour beaucoup, voire farouchement opposés pour certains, ont peu à peu révélé leur grand cœur...

 

QUAND ON NE SAIT PAS, ON PEUT TOUT IMAGINER

Il est vrai que, lorsqu'on ne connaît pas les tenants et les aboutissants, la porte s'ouvre à toutes les interprétations, surtout lorsque les craintes sont attisées par certaines personnes publiques.

J'avais bien essayé, en avril puis en mai 2018, lorsque le préfet m'avait informé par courtoisie du projet des « Apprentis d'Auteuil », mandatés par le Conseil départemental au titre de sa responsabilité en matière d'aide sociale à l'enfance, de rassurer mes concitoyens, mais, le sujet ayant été exploité un peu trop politiquement, il était difficile de faire entendre une voix apaisante.

 

« MIEUX VAUT T'OCCUPER D'EUX, SINON C'EST EUX QUI S'OCCUPERONT DE TOI ! »

Ces adolescents, eussent-ils dû fuir leurs pays d'insécurité ou de misère, sont des mineurs de 12 à 18 ans, sans famille, comme le sont d'autres enfants natifs de notre pays. La loi s'applique à tous : le Département a le devoir d'assurer leur protection. Et il vaut mieux le faire dans un centre de vie adapté, avec l'encadrement d'éducateurs, travailleurs sociaux, formateurs en « français langue étrangère », tous qualifiés et expérimentés dans cette mission. Faute d'un nombre suffisant de places dans ces centres, trop de ces jeunes sont livrés à eux-mêmes en étant hébergés dans des hôtels de nos villes, avec seulement un éducateur qui se déplace de l'un à l'autre, dans la difficulté d'assurer un accompagnement éducatif et social permanent.

Les habitants de nos quartiers Sud l'ont bien compris, après que, au cours des échanges, ils ont perçu que ce sera « une sorte d'internat comme les autres », que les 12-15 ans seront scolarisés dans les mêmes collèges que les jeunes Français et que les 16-18 ans, selon leur niveau scolaire, leur degré de maîtrise de la langue, et leurs aspirations, iront au lycée ou bénéficieront, soit dans le centre lui-même, soit ailleurs, d'une formation professionnelle. Et que, à défaut de parents, ce sont les « Apprentis d'Auteuil »  qui assureront la responsabilité de leur tutelle, par délégation officielle de la puissance publique.

 

LA SEYNE GÉNÉREUSE ET FRATERNELLE À NOUVEAU RÉVÉLÉE

En outre, en créant dans le centre d'accueil de Saint-Elme un restaurant d'application, la fondation chrétienne veut ouvrir ses espaces aux voisinage et à l'ensemble des Seynois, qui pourront venir y prendre le repas et, au passage, mieux connaître les jeunes et leurs encadrants, ainsi que, si besoin, évoquer d'éventuelles difficultés de voisinage. Comme dans l'environnement de n'importe quel orphelinat, établissement avec internat, ou centre de jeunesse.

Et, lorsque certains participants à la réunion ont trouvé qu'on « a beaucoup à apprendre et s'enrichir les uns des autres », puis que d'autres ont demandé ce qu'ils pouvaient faire, bénévolement, pour se rendre utiles et accompagner cette œuvre humanitaire, et qu'ils ont été applaudis par la salle, j'ai été conforté dans ma conviction : contrairement à ce que certains voudraient faire croire, le mot républicain de « fraternité » n'a pas été rayé de la vie des habitants de nos beaux quartiers littoraux et balnéaires.

 

LA PRESSE ÉTAIT PRÉSENTE ET A RAPPORTÉ LA RENCONTRE (VAR-MATIN)

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Vie sociale et ville pour tous

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

2022 OU JAMAIS ! SIGNEZ POUR UN CANDIDAT UNIQUE DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE