5 mars 2019 2 05 /03 /mars /2019 07:25

Nombre de démocrates de la gauche et de l'écologie ont espéré une prise de conscience de l'absolue nécessité d'un projet européen commun à l'ensemble de leurs sensibilités.

Mais, il faut se rendre à l'évidence : la plupart des mouvements politiques n'y tiennent pas. Comme beaucoup, je l'ai longtemps espéré, et j'ai suivi les initiatives prises ça et là pour une convergence de projet en vue de proposer aux électeurs de mai prochain une voie commune vers une Europe sociale, respectueuse de ses peuples, de la démocratie et des valeurs universelles que les Français ont su, par le passé, promouvoir sur le « Vieux continent ».

Les jeux semblent faits. Sauf miracle, toute la gauche ne sera pas rassemblée. L'inquiétante et urgente actualité européenne et mondiale commande qu'un nouveau front populaire s'incarne désormais autour des seuls qui, rassemblés, posent les bases d'un avenir en commun.

 

La publication des programmes des listes issues des organisations politiques, aujourd'hui morcelées en une kyrielle de partis, semblait offrir une opportunité car nombre de convergences y apparaissent. Mais on n'est pas, comme à La Seyne, dans un contexte de coopération sur un projet communal. Les écologistes d'EELV ont comme toujours opté pour une participation autonome aux élections européennes. Les communistes, pour ce premier rendez-vous électoral depuis leur congrès où une majorité s'est dégagée pour une affirmation de leur identité, ont logiquement choisi de faire cavalier seul. Le PS, s'il a semblé renoncer à son hégémonie historique, infléchir son propos vers moins de social-libéralisme, dresser le bilan du quinquennat Hollande, et accueillir avec bienveillance l'initiative de Place publique, demeure montré du doigt par d'autres et se refuse lui-même à un partenariat avec la gauche la plus « radicale ». Et le leader de Génération.s a paru constater avec amertume l'impossibilité d'une union utile et a annoncé se résigner à présenter une liste.

 

« L'AVENIR EN COMMUN », UNIQUE ACTE VERS UN PROJET UNITAIRE

Cependant, des socialistes, des écologistes et le Mouvement républicain et citoyen (MRC) ont fusionné en créant ensemble un nouveau parti politique de rassemblement, Gauche républicaine et socialiste (GRS), et ce mouvement a formalisé un accord de programme européen avec la France Insoumise (FI) qui, elle-même, a imaginé une liste largement ouverte, à commencer par sa tête de liste, Manon Aubry, une Varoise, militante associative, porte-parole d'une ONG agissant contre l'évasion fiscale et les inégalités. Et cette liste est devenue la seule liste d'union à gauche, appelée « L'Avenir en commun », rassemblant FI et GRS. Et pourquoi pas d'autres demain, si l'on ne tarde pas trop ?...

Hormis celles d'EELV et de « L'Avenir en commun », chacune créditées de 7 à 8% de vote dans les sondages, les autres listes risquent de ne pas franchir la barre des 5%, seuil en deçà duquel on n'a pas d'élu, alors que la gauche et l'écologie, toutes sensibilités confondues, recueilleraient, selon les enquêtes d'opinion, y compris depuis qu'est sondée une éventuelle liste « gilets jaunes », de 26 à 28% de voix, largement devant l'extrême-droite et les « marcheurs ».

 

« L'AVENIR EN COMMUN », LA RAISON PARTAGÉE POUR LE PRÉSENT

Aujourd'hui, seules la FI et la GRS ont ouvert la voie de l'unité avec « L'Avenir en commun ». Il a été possible aux deux sensibilités rassemblées de s'entendre sur le projet d'une Europe respectant la souveraineté des peuples, sur une planification écologique pour faire face à l'urgence climatique, sur la mise au pas de la finance qui fait tant de mal, sur la lutte contre le dumping social et fiscal, sur l'importance des services publics, sur le rôle du continent pour la paix et la coopération décentralisée, sur les droits, les libertés et la question des migrants.

À moins de trois mois de l'élection européenne, la raison commande que ce soit ce projet « L'Avenir en commun » qui soit porteur d'espérance de l'unité nécessaire au changement, non seulement pour les plus humbles des citoyens européens chaque jour plus frappés par l'ultra-libéralisme, mais aussi pour les classes moyennes principalement appelées à payer pour l'accompagnement social des victimes du capitalisme financier, et, plus généralement, pour tous les républicains et démocrates qui n'ont pas digéré que l'on n'ait pas respecté le vote des Français de 2005 rejetant le traité constitutionnel et qui se désespèrent de voir la commission européenne détricoter, maille après maille, ce qui, en France, a été tissé à la fin de la deuxième guerre mondiale par le Conseil National de la Résistance, pour la paix, les libertés, la solidarité et l'égalité.

 

« L'Avenir en commun », c'est la raison partagée pour le présent. Puisse ce projet inspirer nombre de nos concitoyens.

 

> le projet européen « L'Avenir en Commun » à télécharger

Partager cet article

Repost0
Publié par Marc Vuillemot

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE