29 avril 2018 7 29 /04 /avril /2018 04:11

Ce samedi, comme chaque année au printemps, place Laïk, au bas du marché du cours Louis-Blanc, se tenait la très officielle « cérémonie de citoyenneté et de remise des cartes d'électeurs » aux jeunes Seynois ayant atteint l'âge de la majorité.

Il leur est remis solennellement leur toute nouvelle carte d'électeur ainsi qu'un « livret du citoyen ».

Et c'est toujours l'occasion pour moi de rappeler les valeurs républicaines qui fondent le fonctionnement sociétal de la nation française...

 

« Jeunes gens,

 

« Vous êtes désormais inscrits sur les listes électorales.

 

C’est un instant solennel : en recevant ce livret, vous accédez à la pleine citoyenneté. Et, citoyens de la République, en particulier par votre vote, vous devenez responsables, collectivement, du destin de la Nation.

 

« Plus qu’un système juridique et administratif, la République est un projet politique et social, ordonné autour des fondamentaux que sont les valeurs républicaines, celles que résume notre devise : Liberté Egalité Fraternité.

 

« Au vu des réalités de trop nombreux pays dans le monde, vous percevez que votre liberté est grande : liberté de penser, liberté d’agir. Le corollaire de cette liberté est qu’elle s’inscrit nécessairement dans le cadre de règles communes et partagées : l’excès de liberté des uns tourne immanquablement en excès de servitude de tous. La liberté est donc le droit de faire tout ce que les lois permettent.

 

« Etre citoyen, c’est la capacité, pour chacun, de s’élever au-dessus de ses seuls intérêts pour se soucier du bien public.

 

« Il y faut du discernement et de la réflexion car le danger serait grand de ne pas user de son libre arbitre et de ne pas le protéger pour tous.

 

« Notre devoir, votre devoir désormais, est de ne pas succomber à une interprétation littérale et orientée qui porterait, de façon maligne, une atteinte à la liberté de conviction des autres, les minoritaires, les faibles, les fragiles.

 

« C’est un combat ! Ce combat n’est jamais fini. C’est à vous, à nous, tous les citoyens, d’être vigilants. Vous êtes nés à la suite d’un siècle qui a connu le fer et le sang ; pourtant surgissent encore les démons qui ont fait le malheur du passé : l’antisémitisme, le racisme, la xénophobie… loin, très loin, de la notion républicaine de fraternité.

 

« Sur l’égalité, ni l’origine, ni l’appartenance philosophique ou religieuse, ni le sexe, ne doivent différencier les citoyens français : ils sont égaux en droits et en devoirs. La première des valeurs réside dans la communauté de destin de chacun des fils et des filles de la France.

 

« La République que nous aimons est celle qui protège le faible, celle qui est solidaire. Vous, jeunes citoyens, vous pouvez, vous devez, influer sur la façon dont la République exige le respect et exerce sa souveraineté. Montesquieu a montré que le pouvoir des uns doit être arrêté par le pouvoir des autres : la séparation des pouvoirs reste la marque de la démocratie.

 

« La démocratie s’exprime également dans l’expression de médias libres, libres de dire, d’écrire, de montrer les insuffisances, les contradictions. Ce sont des conditions indispensables et nécessaires. Et, là encore, l’exemple dans le monde est loin d’être partagé.

 

« Retenez que la vigilance, c’est vous, collectivement, qui l’exercez. Vous l'exercez notamment par le vote. Usez-en. C’est vous qui donnerez à la République indignité ou vertu. Désintéressez-vous de la chose publique et vous aurez, au mieux, une démocratie d’élus, dont les valeurs reposeront sur leurs seules qualités d’hommes… or les hommes restent faillibles.

 

« Nous devons aussi être attentifs à combattre l’exaltation des particularismes qui séparent, qui excluent. Avec, la liberté, la fraternité, l’égalité, la République repose sur une pierre angulaire : la laïcité. Le principe est inscrit à l’article premier de notre Constitution.

 

« Ainsi, la République des citoyens est une volonté qui agit. Vos aînés ont bataillé pour la justice sociale, ils ont conquis l’éducation gratuite et obligatoire, le droit de grève, la liberté syndicale, la sécurité sociale.

 

« La République des citoyens a su tendre la main à ceux dont la naissance pouvait être un frein. C’est la singularité de notre nation, de notre drapeau, de notre langue : se battre pour la paix, la justice, les Droits de l’Homme. Faisons ensemble que tout ça ne devienne pas un lointain souvenir d'une histoire ancienne.

 

« Vous le savez, vous le ressentez, nous vivons des moments de désarroi. Dans le monde, dans le pays, nous sommes susceptibles de subir les agressions de fanatiques.

 

« Dans certains de nos quartiers urbains, dans certaines campagnes isolées, mais pas seulement, les gens se débattent dans des difficultés quotidiennes croissantes. Les emplois sont rares, précaires, les horaires flexibles, le temps partiel, la rémunération minimale. La tentation est grande de la colère, du repli, du recours au religieux. La facilité serait de rechercher des références personnelles : la famille de pensée, les liens forts de proximité, la communauté identitaire.

 

« Nous devons être attentifs à combattre l’exaltation de ces particularismes qui séparent, qui excluent. Nous le faisons par l’école publique, laïque et obligatoire qui doit rester le ciment commun, par les services publics, par les formidables associations qui se démènent pour maintenir le lien social. La République doit les protéger et les aider.

 

« Pour finir, je vous dirai que le citoyen est un sujet de droit. Il jouit des libertés individuelles, la liberté de conscience et d’expression, la liberté de s’associer — c'est l'indispensable loi de 1901 — la liberté d’aller et venir, de se vêtir à son goût, d'aimer qui il veut, de se pacser, se marier, ou pas, d’être présumé innocent s’il est arrêté par la police, d’avoir un avocat pour se défendre, de participer à la vie publique, de voter et de se présenter aux élections, et bien d’autres belles choses…

 

« En revanche, il a l’obligation de respecter les lois, de participer aux dépenses collectives en fonction de ses ressources, de défendre la société, car, attention, l’incivilité est la fille naturelle du sentiment que tout est dû sans contrepartie. Je le répète, nous devons, chacun à notre place, agir en pleine responsabilité.

 

« Le chemin de la réussite est long et difficile, il dépend de nous tous, avec vous désormais, de l’éducation que nous avons reçue et de celle que nous transmettons.

 

« Je forme le vœu, en vous remettant ce livret citoyen, que vous contribuiez, demain, à préserver tous nos droits, avec une pensée particulière pour le droit à la connaissance, à l’éducation éveillant les consciences, une bonne façon, pour vos propres futurs enfants, de perpétuer la République. »

 

J'adresse mes félicitations aux jeunes ayant répondu à notre invitation.

 

En ces temps où beaucoup s'ingénient à dévaluer l'image de la fonction publique et des élus, je veux aussi dire mes remerciements aux adjoints et conseillers municipaux qui m'ont entouré, et surtout à l'équipe des fonctionnaires communaux des services des élections (photo ci-contre) et du protocole qui, un samedi matin, n'hésitent jamais à donner de leur temps pour assurer le bon fonctionnement de cette très officielle cérémonie.

Partager cet article

Repost0

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE