23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 06:50

Les visiteurs de mon blog vont sûrement rigoler. Car il y a indubitablement d'autres sujets plus importants que celui qui fait l'objet de cet article et d'une délibération du conseil municipal de ce mardi.

Pourtant nous voilà beaux : une envie pressante dans une rue de La Seyne, et plus moyen de l'assouvir moyennant une pièce de monnaie à introduire dans une fente !

(au fait, une pièce de combien ? plus ou moins que le prix d'un pain au chocolat de M. Copé acheté au Prisunic du quartier de M. Juppé, avec la monnaie du prix du ticket de métro de Mme Kosciusko-Morizet, acheté grâce au salaire du 3ème ou 4ème CDD renouvelé de Mme El Khomri ?... )

Mais revenons au sujet qui me préoccupe.

Car voilà où nous mène la contrainte budgétaire qu'exige de nous cet État, pourtant animé par mes copains, braves gens de gauche, avec la baisse de ses dotations aux collectivités, histoire de les obliger à concourir sans discuter à la réduction du déficit public au-dessous de la barre des 3% du produit intérieur brut (PIB), pendant que les actionnaires des boîtes anonymes supranationales se gavent du partage de leurs dividendes issus des fruits du capital financier et non des produits du travail !

Eh oui, en effet, d'une mesure de réduction imposée des coûts de fonctionnement du service public communal à une autre, après avoir "esquiché", comme on dit en Provence, tous les budgets de nos services municipaux, me voilà contraint de ne pas renouveler le contrat qui lie la commune à un prestataire de services de "sanisettes". C'est affligeant, non ?

Nos sept "pissotières" automatiques privées assurant une mission de service public républicain de vidange de vessie et d'intestin coûtent en effet aux alentours de 70.000 euros annuels au budget communal.

Et, budgétairement, nous ne pouvons plus nous le permettre. Le contrat s'arrête donc. Un sou est un sou. Fini les Vespasiennes publiques.

Ainsi, à La Seyne, retour au XIXe siècle, et même avant, en prenant garde de ne pas nous mettre hors-la-loi, puisque nous n'avons plus le droit - heureusement - de pisser n'importe où dans la rue.

Ça, c'est du progrès, sur un morceau de terroir de la France, sixième puissance économique mondiale !

Partager cet article

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM