27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 05:09

Mes concitoyens sont nombreux à me le reprocher : ils ne comprennent pas et déplorent les annulations successives, depuis le terrible 14 juillet niçois, de diverses manifestations conviviales, sportives, culturelles.

Dernières funestes décisions en date prises par les organisateurs : les renoncements aux organisations de la course pédestre des 10 kilomètres de Tamaris que la section athlétisme du club omnisports CSMS anime avec brio depuis des années et le salon de l'automobile que l'association des commerçants des Sablettes décline également depuis plusieurs saisons.

Les Seynois le regrettent d'autant plus qu'il leur semble que, dans d'autres communes, les règles édictées par la préfecture du Var dans le cadre du dispositif décidé par le ministère de l'intérieur pour prévenir les attentats ne s'appliquent pas avec autant de rigueur qu'à La Seyne.

 

LA RÈGLE EST LA MÊME POUR TOUS. PAS LES MOYENS DE L'APPLIQUER...

Ce n'est pas ça. La règle républicaine est la même pour tous, heureusement. Mais il se trouve qu'ailleurs, on a les moyens d'acquérir ou louer les matériels nécessaires pour le barriérage et la fouille des visiteurs ou de s'offrir les services de sociétés de surveillance privées, ce qui, on le sait, n'est hélas pas le cas chez nous.

Cette application des règles sans discernement de situation économique des territoires n'est pas sans poser question car elle rompt l'égalité d'accès des citoyens à des événements qui, surtout dans une ville aussi diverse que La Seyne, belle des différences d'origines, de culture, de situations sociales et économiques de ses habitants, a, peut-être plus que d'autres, besoin de ces temps propices aux rencontres, au vivre ensemble, aux échanges, aux connaissance et reconnaissance mutuelles, à la confrontation sportive fair-play, au rêve partagé ou à l'éveil des consciences.

Entre deux maux, il faut choisir le moindre. Dussé-je me faire rappeler à l'ordre par l'État, je ne peux plus accepter de contraindre mes concitoyens à l'enfermement sur eux-mêmes en annulant les uns après les autres des événements publics conviviaux, et donner ainsi raison, au fond, à ceux qui haïssent le faire-ensemble que propose la République. Et qui, du coup, auront gagné.

 

AU NOM DE L'ÉQUITÉ RÉPUBLICAINE, C'EST À L'ÉTAT D'ASSUMER

La Seyne est, depuis trois ans, comme Toulon, zone de sécurité prioritaire par décision gouvernementale. La Ville continuera à assurer sa part de sécurité préventive avec les moyens dont elle dispose, comme elle l'a toujours fait, mais il appartient à l'État d'y assurer lui-même la sécurité des manifestations suivant les critères exceptionnels qu'il édicte, s'ils supposent un apport de moyens logistiques, matériels et humains dont la commune ne peut se doter.

Supprimer les événements est facile, mais dangereux à terme pour l'équilibre social du territoire.

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Civisme - prévention et sécurité

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM