18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 04:07

Gentil, trop brave, Vuillemot ! Que ne l'ai-je entendue, celle-là ! Sur l'air sous-entendu de... trop couillon. Eh oui, je le suis. Mais, si gentil n'a qu'un œil, gentil a aussi une cervelle et un peu d'expérience de son usage pour comprendre et améliorer les conditions du fonctionnement harmonieux du service public dû à nos résidents. Et relever où ça coince parfois.

Ainsi — et j'espère ne pas troubler leurs congés estivaux ô combien mérités — certains, heureusement rares, acteurs de l'Éducation nationale se comportent parfois bizarrement avec la commune. Et, tout gentil que je suis, je ne peux plus l'admettre, parce que ça nuit au fonctionnement de l'École. Cette belle école de la République qui rouvrira ses portes dans quinze jours...

 

IL Y A BIEN SUR CE QUI RELÈVE DE DÉCISIONS NATIONALES 

L'académie oppose ainsi presque chaque année une fin de non recevoir aux demandes de la commune plaidant contre des fermetures ou pour des ouvertures de classes maternelles ou élémentaires, y compris dans nos quartiers prioritaires. Ça n'a hélas rien de nouveau et je ne m'en offusque pas plus que ça.

Elle impose à la commune — comme aux autres — un aménagement complexe des horaires scolaires qui n'apporte pas grand chose aux enfants et aux familles, et surtout déstabilise sans vergogne les organisations des services communaux et associatifs en charge des temps périscolaires sans que ça semble perturber quiconque dans cette institution dont je mesure aujourd'hui pourquoi un certain Allègre l'a qualifiée de "mammouth". Ça non plus, ce n'est pas neuf, et je ne m'en offusque non plus pas plus que ça.

Mais d'autres faits, locaux ceux-là, émergeant depuis quelques années, bien sûr mineurs et plutôt isolés, compliquent la sérénité d'un nécessaire partenariat.

 

DU MÉPRIS AUX INJONCTIONS AUX ÉLUS ET AUX EMPLOYÉS DE MAIRIE

Ainsi, contrairement aux usages républicains que respectent les proviseurs de nos deux lycées, les inspecteurs des deux circonscriptions primaires, et quelques directeurs d'écoles, les actuels chefs d'établissement des collèges nouvellement affectés à La Seyne, hormis celui de Paul-Eluard, ne se sentent plus tenus par les règles élémentaires de courtoisie consistant à se présenter au maire pour un contact informel lors de leur prise de fonction, permettant de faire connaissance et de "fluidifier" les relations, dans le cadre d'échanges de bons procédés, la ville pouvant rendre de menus services aux équipes des collèges. Ce n'est certes pas une obligation règlementaire, mais ça fait partie des coutumes qui, normalement, simplifient la vie entre acteurs du service public.

Ainsi, on me rapporte trop souvent des exigences péremptoires et sans délai de travaux ou de fournitures de matériels, des injonctions aux personnels communaux, du genre ouvrir et fermer les stores et volets, la porte du bloc sanitaire, nettoyer les tableaux, et autres tâches qui ne sont pas si dévalorisantes et que les professeurs, comme jadis, peuvent accomplir eux-mêmes.

Ainsi, fussent-elles difficiles à maîtriser pour qui préside un conseil d'école, je n'accepterai plus les invectives gratuites à l'endroit des élus dans certaines, certes rares, de ces instances.

Et je pourrais multiplier les petits exemples de mauvais ressentis de nos élus et nos cadres et agents communaux, quoique imputables à un petit nombre de fonctionnaires de l'Éducation et sûrement pas voulus par la majorité. Mais on ressent l'image d'une institution vécue comme hautaine, parfois avec des postures de suffisance.

 

POUR AUTANT, NOS "TERRITORIAUX" FONT LEUR TRAVAIL

Je ne m'en offusque certes pas, et nos personnels communaux, qu'ils soient en charge des bâtiments scolaires, des appuis à l'école, de l'enfance, de la culture, du patrimoine, des sports, des transports, continuent à répondre favorablement, chaque fois que possible, et très au-delà des obligations qui sont faites à une commune vis-à-vis de l'école, aux demandes des enseignants.

Un chiffre pour illustrer mon propos : notre seul service culturel communal accueille chaque année scolaire, pendant le temps d'école, dans nos équipements culturels, 3.200 enfants de primaire, soit plus de la moitié des 6.200 petits Seynois scolarisés, accompagnés de leurs enseignants qui trouvent là un appui pédagogique à leurs projets. Et je pourrais détailler de la même manière les investissements communaux en matière de classes de nature, de classes de mer, de classes technologiques, de classes de mémoire de "La Navale", de financement des coopératives scolaires, de transports d'enfants, d'appui aux événements qui rythment l'année scolaire, etc.

Et cela sans contrepartie. Ou si rarement. Voire parfois avec une forme de dédain, pour ce qui concerne heureusement certaines rares écoles, comme si les agents communaux devaient être des serfs au service d'une seigneurie académique. Moi qui suis aussi enseignant public, mais qui n'ai jamais travaillé qu'en collège, jamais je n'ai vu mes collègues déconsidérer, ainsi que le font certains enseignants primaires seynois, les personnels administratifs, techniciens, ouvriers et de service avec lesquels nous constituions de vraies équipes.

 

OU NOUS REPARTONS SUR DES BASES RÉPUBLICAINES, OU CHACUN POUR SA PEAU

Ça fait sept années que ça me tourmente et que je le dis. Je ne prends donc personne en traître. Nous sommes à deux semaines de la rentrée et ça laissera à tous le temps de méditer, à commencer par l'administration de l'Éducation nationale qui a, si besoin, le devoir de sensibiliser et former ses agents à des relations apaisées avec la commune.

S'il le faut, je demanderai aux élus de ne plus siéger aux conseils d'écoles, les réunions de cadrage entre les directeurs et nos responsables techniques municipaux devant largement suffire. Et je ferai organiser, parallèlement, des rencontres d'échanges avec les représentants des parents d'élèves, à la mairie.

S'il ne devait pas y être remédié pour la prochaine rentrée, à la discourtoisie de certains responsables d'équipes éducatives, aux injonctions abusives de quelques directeurs ou professeurs des écoles envers les fonctionnaires territoriaux et les élus, aux organisations imposées par l'État sans possibilité d'aménagements discutés, de surcroît fort onéreuses pour la commune, à l'instar de la réforme des rythmes qui coûte plus de 300.000 euros annuels à mes concitoyens contribuables, j'opposerais une posture qui pourrait aller jusqu'au retrait pur et simple des appuis financiers, matériels, logistiques et de coopération pédagogique que la commune assure volontairement depuis des années à l'École de la République, au-delà de ses obligations règlementaires, et je recentrerai ces moyens sur l'éducation périscolaire conduite par nos services et nos partenaires associatifs.

Je ne veux pas en arriver là, parce que, je ne le répèterai jamais assez, nous devons être, tous ensemble, cadres et agents de l'École, élus et fonctionnaires des collectivités, dans une démarche de franche coopération, d'égaux à égaux, avec les familles et les associations, plaçant l'Enfant au centre de nos politiques éducatives, dans tous ses temps de vie, pour plus et mieux élever sa conscience, pour lui donner les clefs de son insertion professionnelle, et, plus que jamais, faire barrage pour lui aux obscurantistes qui s'ingénient à saper les fondements de notre République qui doit pourtant viser à la construction égalitaire des futurs adultes citoyens.

Mais je sais qu'on n'en arrivera pas là. Comme dans la cour de récré, la balle est dans le camp de mes partenaires. À eux de jouer. Nos élus et nos employés communaux sont sur la brèche pour préparer une bonne rentrée. Bonne fin de vacances à tous.

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Éducation - enfance - jeunesse

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM