17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 07:12

http://www.fol83.laligue.org/images/images_site/vieasso/ESS2010/fly-visu-ess-2010.jpgOn le sait, je suis très attentif au développement économique de notre ville et, au-delà, de notre agglomération. Je convie d'ailleurs les chefs d'entreprises tous les deux ou trois mois pour un petit déjeuner d'échanges et de réflexions. Depuis les dirigeants des très grandes sociétés, comme CNIM, Ifremer, CIEL ou France Telecom Marine, jusqu'aux commerçants de notre centre-ville.

J'ai besoin de les informer de nos projets, nos difficultés, nos succès, nos fonctionnements, et d'entendre leurs avis sur les grands enjeux de la ville, ceux qui touchent directement à l'activité industrielle, artisanale ou commerciale, bien sûr, mais aussi beaucoup d'autres sur lesquels leurs sentiments me sont précieux. Notre politique du logement, par exemple, les intéresse car, lorsqu'on veut développer un nouveau projet, on a besoin d'ingénieurs et de techniciens, parfois jeunes sortis de formation, qui peinent souvent à se loger et, de ce fait, risquent de décliner les offres d'emploi pour aller vendre leurs savoir-faire ailleurs. J'aborderai aussi bientôt avec eux, comme avec le monde associatif, les conseils de quartiers et, plus généralement la population, les questions relatives aux finances communales, aux ressources des collectivités, à la fiscalité locale ; là encore, les entrepreneurs sont attentifs au fait que leurs personnels ne soient pas étranglés par l'imposition, mais aussi trouvent leur compte dans une "qualité de ville" : offres de services pour eux-mêmes et leurs familles, en matière de restauration scolaire, de modes d'accueil des enfants, de loisirs, d'accès au sport et la culture, d'espaces et de temps de détente et de festivités, d'environnement urbain et naturel, de circulation, de stationnement.

Certains se gaussent. Vuillemot-le-Mélenchoniste se commet avec les forces du capital ! Hé hé..

C'est vrai. Mais les "forces du capital", comme ils disent, ce sont celles qui nourrissent mes concitoyens. Un rien...

D'ailleurs, je suis aussi de très près l'activité de l'économie sociale et solidaire. D'Envie Var La Seyne à Pro-Jeunes, en passant par Tremplin ou l'ASPI, les structures d'insertion sociale et professionnelle par la production doivent être soutenues, et le devenir de certaines d'entre elles est inquiétant. Le monde associatif, remplissant souvent des missions de service public, au sens de "au service du public", notamment quand le "vrai" service public ne peut ou ne veut pas faire, est une autre pépinière d'emplois. Malgré les difficultés, nous nous devons de l'accompagner. Nous travaillons aussi avec le monde des mutuelles, que ce soit pour nos propres personnels pour la protection desquels nous avons négocié un "contrat global", ou pour des services publics comme le projet de "Maison de la Santé" dont nous nous efforçons de construire le programme avec les Mutuelles de France. Nos services recherchent également les moyens d'intégrer la dimension "commerce équitable" dans les marchés de denrées alimentaires, par exemple pour la restauration publique communale.

Bref, ce champ de"l'économie sociale et solidaire" est au coeur de mes préoccupations. C'est pourquoi, avec Philippe Mignoni, adjoint à l'économie, et Olivier Durand, adjoint au maire du Pradet, ce fut ce mardi avec bonheur que nous avons accueilli à la Bourse du Travail de La Seyne, la 4ème Rencontre de l'Économie Solidaire et Sociale, organisée par la Ligue de l'Enseignement du Var.

Le propos que j'ai tenu à l'ouverture de cette journée d'échange et de promotion :

"Je vous souhaite la bienvenue à la Bourse du Travail pour les 4èmes rencontres de l’Economie sociale et solidaire, la deuxième édition en terres seynoises. Merci à la Ligue de l’Enseignement et à tous les partenaires de cette initiative. Et merci d’avoir, à nouveau, choisi d’honorer La Seyne de votre présence studieuse.

"L'économie sociale et solidaire, c'est une autre façon de concevoir l’économie !

"Économie dit entreprise, au sens "d’espace où on entreprend" : coopératives, mutuelles, associations, structures de l'insertion par l'activité économique, fondations... et c’est vous aujourd’hui.

"Vous vous distinguez par un mode d’organisation et une finalité. 
Vous avez établi depuis plus d'un siècle des règles du jeu originales : 
vous rassemblez des personnes motivées par la mise en œuvre d’un projet,
 vous conciliez objectifs d'intérêt collectif et activités économiques,
 vous intégrez dans vos organisations et dans vos fonctionnements, démocratie, innovation et développement durable.

"Vous êtes présents sur tous les secteurs d’activités, de la banque à la culture, en passant par le commerce équitable.

"Et nous avons bien besoin de cet esprit d’innovation que vous portez. Non que vous soyez seulement une alternative à des financements publics qui deviennent peau de chagrin. Mais il faut aujourd’hui plus qu’hier développer les moyens d’atténuer le désengagement de l’État. Faute de mieux, me direz-vous ? Non, il faut inverser ce choix politique qui méprise la société civile, dénigre les initiatives, menace l’espace public de mort, reste sourd à la pensée sociale et fait fi d’un avenir en dehors de toutes formes de compétition, de compétitivité, de rentabilité du capital, d’évaluation chiffrée et « critérisée »...

On entend murmurer aujourd’hui «  l’éducation coûte cher, essayez donc l’ignorance », mais ce n’est encore qu’un murmure qui, en attendant de gagner de la voix, ne surpasse pas ce qui se produit sans slogan : le démembrement de la sphère publique, ce qui fait les fondements du vivre ensemble.

"Moi-même, à la tête de la deuxième ville du Var, j’explique aux associations que, pour que la ville puisse remplir ses compétences obligatoires, elle doit réduire la voilure de ses financements au tissu associatif qui pourtant assume une part non négligeable du travail que l’État devrait faire.

"Cela me fait d’autant plus mal au cœur que l’essentiel de ma carrière s’est déroulée dans le grand quartier populaire de cette ville, dans les séjours de vacances collectives, les mouvements d’éducation populaire, les tout premiers projets d’insertion sociale et professionnelle par la production qui ont vu le jour à La Seyne, avant même que n’existent les statuts d’aujourd’hui, et que ma mission fondamentale, mon crédo, ma vocation, appelez cela comme vous voudrez, aura été et est toujours l’accompagnement vers l’autonomie, le développement de l’esprit critique et l’émancipation des femmes et des hommes.

"C’est là qu’on mesure le désengagement absolu qui se traduit dans le retrait de troupes sur le terrain et dans la suppression simultanée des moyens : je parle de financements publics qui sont alloués comme une reconnaissance de la mission d’utilité publique rendue sur un territoire.

"Alors, vous me voyez ravi de vous accueillir, de permettre, rien qu’en vous prêtant la salle historique de la Bourse du Travail, que s’ouvre un espace et un instant de partage, de connaissance, d’entraide et d’échange de bonnes pratiques,  autant pour l’innovation que pour la survie d’une économie sociale, souvent portée sur un mode associatif, coopératif ou mutuel, vitale pour notre cohésion sociale.

"Dois-je pointer, en effet, que près de 90% des établissements pour personnes handicapées sont gérés sur le mode associatif ? que 60% des organismes complémentaires assurant au plus grand nombre une couverture sociale sont le fait de mutuelles ? que plus de 14 millions de Français sont bénévoles dans une association, parmi le million et plus d’associations que compte notre pays ? Et je n ‘oublie pas les coopératives, les entreprises d’économie sociale et solidaire ni le boom des entreprises et des associations de service à la personne.

"Vous, les acteurs de ces innovations sociales et économiques, êtes aussi les tenants d’une résistance active. Partagez vos pratiques, ici, aujourd’hui et ailleurs. Il faudrait que l’on commence réellement à entendre haut et fort cette alternative.

"J’espère pouvoir vous redonner rendez-vous, comme je l’ai fait l’an dernier, pour les années à venir, vous conviant à faire grandir le mouvement, à donner de la voix à vos pratiques partagées, à, en fin de compte, donner matière et chair à un vrai «  bouclier social » dont nous avons tant besoin.

"Je vous souhaite une excellente journée de travail et de réflexion."

 

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Économie - tourisme et commerce

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM