28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 16:56
http://www.theatreurope.com/img/cirque/Cirque-visuel-2010-308.jpgÇa y est. Nous avons inauguré vendredi soir "Janvier dans les étoiles" le festival du cirque contemporain qui aborde sa 11ème année à l'Espace Circoscène de La Seyne.

J'ai à l'occasion exposé quelques idées sur des transpositions que l'on pourrait faire du cirque à la "vraie vie"...

"Nous revoilà, cette année, encore sous le chapiteau de « Janvier dans les étoiles » - Onzième édition ! - C’est un festival désormais incontournable.

"Notre grande fierté, et, surtout celle des inspirateurs de ce festival, réside dans ce qu’il est un lieu de création, recherché par les compagnies du cirque contemporain, et attendu par la population de La Seyne-sur-Mer, de toute la région et d'au-delà.

"Dorénavant, « Janvier dans les étoiles » démarre en février. « Janvier dans les étoiles » est LE titre du festival. Une consultation est en cours pour définir, ou pas, un nouveau nom. Ce recul de date répond à de nouveaux impératifs techniques. Vous savez, il faut avoir le courage de bousculer les habitudes pour que l’essentiel demeure.

"L’essentiel, d'ailleurs, c'est bien cette pérennité pour laquelle je conçois quelques inquiétudes si, d'aventure, pardonnez-moi d'être un brin politicard, mais c'est pour la bonne cause, les régions et les départements se voyaient retirer, par une future loi dont on parle beaucoup, la clause de compétence générale qui les autorise aujourd'hui à soutenir la culture, notamment portée par le monde associatif.

"Oui, l’essentiel, c’est bien, comme nous, aujourd’hui, d’agir pour que le festival continue. La municipalité a signé avec Théâtre Europe une convention triennale, c’est un engagement fort.

"L’essentiel est que le spectacle, le rêve, l’émotion, la convivialité que procurent les arts du cirque, soient encore au rendez-vous pour le plus grand plaisir des petits, des grands, de vous tous.

"L’essentiel est, pour les professionnels, de trouver l’occasion de se rencontrer, d’échanger, de nourrir une réflexon, de continuer à faire vivre un art populaire.

"Les artistes circassiens sont, à plus d’un titre, porteurs d’originalité. Ils mélangent les genres, l’exploit sportif, technique, la danse, le théâtre, la musique. Ils les associent, les détournent, les adaptent et créent ainsi une nouvelle manière qui ne renie en rien la tradition. Au contraire, la tradition puise à son tour, dans ce renouveau, les arguments de son renouvellement, dans un classicisme actualisé.

"Et puis, ces artistes viennent d’horizons divers, ce sont des gens du voyage. Les nationalités, les traditions, les racines sont nombreuses, les confrontations culturelles fructueuses. La programmation 2010 ne le démentira pas avec « Rev » de la Cie Cahin-Caha – Cirque Bâtard, ou body no body du cirque Bang Bang, ou encore In vitro 09 d’Archaos.

"Le cirque est un modèle. Comprenez, je veux y voir, au risque de déplaire, une allégorie réussie de la richesse du brassage des cultures, de la richesse du partage, dans la communion, et le « vivre ensemble » : les gens du cirque ne se définissent ni par la race, ni par la religion, ni par la langue, mais par cet alliage de souvenirs communs et d’une vie partagée.

"Je n’ai pas choisi ces mots au hasard. Ce sont les mêmes, dans cette formulation, qu’utilisaient Ernest Renan, dont pourtant je suis loin de partager toutes les analyses, pour expliquer ce qu’est une nation : autre chose que la race, la religion, la langue.

"Il est légitime d’avoir des appartenances multiples. Le tout est d’en avoir une, commune, qui prime sur toutes les autres. C’est cela que nous devrions travailler et construire.

"L’identité d’une communauté, le « vivre ensemble » est une nécessité incontournable. Les communes, comme leur nom l'indique... hier, la France, sont nées de cette identité.

"Si son fondement a été, longtemps transcendant, dans l’Ancien Régime, en reposant sur la religion, l’identité des Français quitte le ciel avec la Révolution en s’ouvrant à une logique humaniste... c'est-à-dire ouverte, tournée vers l’autre.

"C’est ce que nous montre le cirque, il est porteur de cet humanisme. Il nous montre la voie. C’est la question du lien, sujet central du spectacle « le tout nous » de l’Apprentie compagnie. Le lien social. C’est la question : quel sens donner au « vivre ensemble » ?

"Nous ne sommes plus dans la gestion, elle est rendue difficile, vous le savez. Non, cela va bien au-delà. Dans ce domaine, nous sommes dans le champ des idées. Celles qui définissent une forme de société.

"Nous râlons, tous, après les impôts, mais nous réclamons, tous, la solidarité de la Nation, pour les hôpitaux, pour les écoles, pour la sécurité sociale. N’oublions pas, il n’est de richesse que dans les hommes. Ce sont les hommes qu’il convient de préserver.

"Que constatons-nous ? Dans notre quotidien de justiciable ou de citoyen, il n’y a plus d’égalité devant la Loi, devant la santé, l’éducation, l’embauche, la carrière. Où est passée la puissante machine à fabriquer des Français ? Où sont les mécanismes intégrateurs ? L’école laïque et républicaine est volontairement affaiblie, les associations perdent tous les jours des moyens.

"Redisons, avec force, que la laïcité doit être le respect de chacun. Elle est le contraire de l’exclusion, de l’ostracisme. La laïcité rassemble. Elle rassemble dans l’unicité de la République, sans étouffer le particularisme de telle ou telle communauté.

"Il est là, le vrai débat. Qu’est-ce qui nous rassemble ? Quelles sont ces valeurs dans lesquelles, chacun d’entre nous, laïques et religieux de toutes confessions, athées et croyants, nous nous retrouvons ?

"Je m'éloigne du sujet de ce soir ? Non, non. Les artistes du cirque montrent que la diversité est une richesse. C’est un début de réponse. Mieux, ils permettent aux jeunes talents d’exprimer toute leur fougue créatrice. C'est un bel exemple de résistance.

"Alors, longue vie à ce festival populaire qui, avec la Municipalité et le Département, avec le soutien du Conseil Régional et de la DRAC (pourvu que ça dure), a le mérite de s’ouvrir aux écoles, aux lycées, aux collèges, aux associations. Je suis heureux de déclarer ouvert ce festival. Soyez nombreux à venir vous émerveiller."

 

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Culture - provençalité et festivités

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM