14 mai 2022 6 14 /05 /mai /2022 03:47

Un journaliste de Var-Matin rappelle dans un article récemment paru que « l’unité au sein du “pack” intercommunal s’est toujours solidement affichée » et, expliquant que, « depuis plus de vingt ans que Toulon Provence Méditerranée existe, on n’avait jamais assisté à pareille situation », se questionne sur la façon « d'afficher une cohésion lorsqu’on soutient des candidats différents ».

 

Il y a en effet aujourd’hui quatre des maires de notre métropole, dont son président, qui, en conformité avec leurs convictions de droite, soutiennent le projet libéral de M. Macron, les autres demeurant fidèles à celui des Républicains.

 

Mais ce n’est pas la première fois qu’une situation de pluralité existe depuis la création de notre intercommunalité en 2002. Et avec des maires aux visions politiques bien plus opposées entre elles qu’entre celles des Républicains et celles des “Renaissants”

 

 

N’oublions pas, en effet, que des maires de gauche de La Seyne et du Pradet ont siégé comme vice-présidents de TPM, avec des délégations de responsabilités, depuis sa fondation jusqu’en 2020 : trois maires du Pradet, Roland Joffre (2002-2008), Claude Mesangroas (2008-2012), Bernard Pézery (2012-2014), et moi-même de 2008 à 2020.

 

 

DES DÉSACCORDS POLITIQUES QUI N'ONT MIS AUCUNE COMMUNE AU BAN DU TERRITOIRE

 

Nos divergences politiques avec nos collègues de droite ne nous ont jamais empêchés d’œuvrer pour le territoire et ses habitants. L’intelligence collective permet, dans un exercice démocratique respectueux, de trouver des consensus.

 

Et, lorsque nous n’en avons pas trouvé, comme sur le mode du transport collectif devant relier La Garde à La Seyne pour lequel je préférais le tramway au « super-bus », sur le Programme local de l’habitat (PLH) que je trouvais trop frileux dans la réponse aux besoins de logement, sur la création d’une ligne de bateaux-bus assurant du cabotage autour de la Rade que je considère essentielle, ou sur des démarches de dénonciation des contraintes de la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) imposant 25 % de logements sociaux à nos communes, que j’estime depuis toujours fondée et indispensable, nous respections la majorité mais faisions connaître publiquement nos points de vue divergents, sans que ça n’ait jamais entrainé de rupture, ni de mise au ban, ni de sanction pour les habitants de nos communes.

 

Et ce n’était pas seulement parce que le président Falco est un habile vieux routier de la politique tenant à afficher pour la postérité une hauteur de vue républicaine...

 

 

LA SEYNE ABANDONNÉE AU PROFIT DE TOULON ?... NON !

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

Je ne suis pas certain que la solidarité ait été aussi solide entre lui-même et certains autres maires pourtant de la même famille politique que lui. Et qu’elle le soit aujourd’hui avec certains vice-présidents de la Métropole, dont les deux Seynois, Mme Bicais et M. Colin, qui n’ont eu de cesse naguère de la fustiger un peu trop publiquement sur l’air récurrent d’une intercommunalité abandonnant soi-disant La Seyne au profit de Toulon... 

 

Sous mes mandats, La Seyne a obtenu de TPM une implication financière et logistique constante pour la création du parking-relais de Tamaris, la mise en service des lignes de bus 70, 71, 72 et AB88, l’achèvement de son Programme de rénovation urbaine (PRU) de Berthe, pour la mise en route de son Nouveau programme national de rénovation urbaine (NPNRU) de son centre ancien que sa maire peut aujourd’hui mettre en œuvre en inaugurant la place Germain-Loro, comme elle peut donner à croire que c’est à elle que les Seynois devront la rénovation de la corniche de Tamaris pour laquelle j’ai obtenu un engagement de TPM à hauteur de plus de 30 millions d’euros, ou la réfection du port de Saint-Elme.

 

 

... EN TOUS CAS PAS PARCE LA SEYNE S'ÉTAIT DONNÉ UNE ÉQUIPE DE GAUCHE 

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

Je peux encore citer la préservation et la valorisation du Domaine de Fabrégas que nous avions entamée avant que TPM n’en prenne le relais, le prolongement du tracé du transport en commun en site propre jusqu’à Bois Sacré avec la création d’un embarcadère intermodal de bateaux-bus, la mise en chantier d'un autre pôle multimodal à notre gare SNCF, autant de réalisations en cours ou à venir obtenues lorsque j'étais vice-président et dont ma successeure coupera les rubans inauguraux. Et naturellement nos zones d’activités économiques de Brégaillon, des Mouissèques, de Camp Laurent et des Playes qui ont permis à La Seyne de retrouver, avant le drame que connaissent CNIM et ses sous-traitants le même nombre d’emplois salariés qu’avant la fin de la construction navale.

 

Si La Seyne a demain quelque chose à perdre de la Métropole, ce ne sera sûrement pas du fait que ses actuels vice-présidents seynois ont soutenu Mme Pécresse tandis que M. Falco soutenait le président de la République sortant. Il faudra chercher les causes beaucoup plus à portée de canon de chaque rive de la Rade...

Partager cet article

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Var et intercommunalité

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

CLIQUEZ POUR ACCÉDER
LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE