7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 09:02

Le président de la métropole Hubert Falco a décroché la timbale. Sur les 162 projets de transport en commun et pôles intermodaux (lignes de métro, de tramway ou de bus à haut niveau de service, pôles d'échange) auxquels l'État va apporter sa contribution financière, Toulon Provence Méditerranée a obtenu avec seulement six autres intercommunalités la plus haute subvention possible : 40 millions d'euros.

L'obtention de cette opportune aide gouvernementale mérite d'être saluée. Pour les Seynois, ça suppose désormais d'obtenir de la métropole et de la commune des choix pertinents, nécessitant peut-être, des efforts de conviction et d'amicales pressions.

 

Il faut en effet maintenant, sans tarder, à défaut de mettre sur les rails le projet de tramway, définitivement enterré par cet appui de l'État explicitement dédié à un bus à haut niveau de service (BHNS), faire avancer le programme d'un transport en commun moderne sur des voies dédiées entre La Garde et La Seyne.

Il devra être de grande capacité, à énergie propre, rapide, prioritaire aux carrefours, passant par des pôles d'interconnexion modale (futur RER du Grand Toulon, lignes de bus et bateaux-bus, parkings-relais de voitures et de deux roues, ...), et desservant autant les sites structurants de la métropole que la plupart des quartiers urbains fragiles à désenclaver (Sainte-Musse, centre de Toulon, La Beaucaire, Berthe, centre de La Seyne).

 

LE DIALOGUE AVEC LA MÉTROPOLE A DÉJÀ PERMIS D'AMÉLIORER LE PROJET POUR LA SEYNE

C'est dans le dialogue fructueux avec la métropole que nous avons pu tour à tour obtenir que, plutôt que d'avoir un terminus ouest à la base terrestre du Technopôle de la Mer à Ollioules, le futur BHNS aille jusqu'au terminal maritime de Bois Sacré, via la gare SNCF de La Seyne-Six-Fours, que le tracé emprunte la partie desservant Berthe des 4,5 kilomètres de voies du site propre que la commune a réalisé dans la perspective de l'arrivée du tramway depuis la fin des années 1990, et que le projet d'élargissement du quai Saturnin-Fabre, sur le port, pour permettre le report des voies routières et dégager de l'espace pour les modes doux, dont le BHNS, soit pris en compte par la métropole en complément du programme de rénovation urbaine du centre ancien.

 

UN APPEL À LA VIGILANCE DE LA MUNICIPALITÉ SEYNOISE

L'annonce par la métropole d'une mise en service en 2024 du tronçon reliant l'Université de Toulon (Bir-Hakeim) à la base terrestre du Technopôle de la Mer (Ollioules) doit interpeller la municipalité. Il était acquis que la première phase aurait la gare de La Seyne pour terminus ouest.

Pour ne pas ignorer les difficultés environnementales justifiant les remarques, estimées en bonne partie fondées par la justice administrative, d'associations pour la réalisation du tracé dans ce secteur, il est possible d'avancer en reportant le site propre sur un tracé direct de l'ouest de Toulon vers La Seyne, et en réalisant un "Y" permettant aussi de desservir le Technopôle d'Ollioules. Dans tous les cas, il appartient à la maire d'engager un dialogue constructif avec la métropole pour ne subir ni retard ni recul pour la desserte de La Seyne.

 

À LA COMMUNE D'ÉVITER DE FREINER LA VOLONTÉ MÉTROPOLITAINE

Il ne faudrait donc pas non plus que le projet de "pont de la réconciliation" dont rêve la maire vienne perturber le programme et surtout le calendrier. Est-il en effet raisonnable d'espérer une réalisation de cette étrange infrastructure d'ici à 2028, année retenue par la métropole pour la mise en service du deuxième tronçon prolongeant le TCSP jusqu'à Bois Sacré ?

Combien d'années faudra-t-il pour obtenir les autorisations de la Chambre de commerce et d'industrie, concessionnaire du port, qui devra relocaliser (où ?) les anneaux des bateaux amarrés ?

Combien d'années faudra-t-il pour obtenir les autorisations de la Marine nationale qui est très réservée sur la réalisation d'un tel projet dans la rade militaire ?

Combien d'années faudra-t-il pour obtenir les autorisations du ministère de la Culture qui ne voit pas d'un bon œil un tel ouvrage à proximité du pont levant classé à l'inventaire des monuments historiques ?

Combien d'années faudra-t-il pour obtenir les autorisations des ministères en charge de l'équipement et de l'écologie perplexes quant à la réalisation de voies nouvelles d'accès au pont en périmètre classé "zone d'aléa de submersion marine" ?

Combien d'années faudra-t-il pour obtenir les autorisations du groupe de paysagistes et urbanistes qui détient la propriété intellectuelle du Parc de la Navale que traverseraient les voies à grande circulation d'accès au pont ?

Et enfin combien d'années faudra-t-il pour obtenir la décision de la métropole qui, seule compétente en matière d'équipements de voirie, pourrait n'être pas vraiment disposée à financer un investissement plus coûteux que l'élargissement des quais du port ?...

 

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Marc Vuillemot - dans Mobilités et stationnements

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE
LE SITE DE MANON AUBRY, DÉPUTÉE EUROPÉENNE VAROISE

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE