10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 06:04

Je me suis toujours gardé de porter quelque jugement sur la gestion de l'épidémie de coronavirus par les autorités de l'État. Face à une situation inédite, leur place n'est pas enviable.

En revanche, ne pas vouloir juger ne signifie pas se refuser de demander à savoir et à comprendre. Si j'admets que, d'un jour à l'autre, les indicateurs varois ont évolué au point d'atteindre le seuil de déclenchement par le préfet de l'avancée du couvre-feu à 18 heures, la méthode pour annoncer cette nouvelle privation de liberté individuelle et publique est inadmissible dans une démocratie républicaine. Les Varois sont en droit d'exiger des explications. Le préfet – et éventuellement les élus qui auraient été sollicités pour avis – ont le devoir absolu de les leur fournir.

 

Dans le département voisin des Bouches-du-Rhône, les élus locaux n'ont pas attendu que leur préfet leur demande leur avis. De Martine Vassal, présidente "Les Républicains" du département et de la métropole d'Aix-Marseille, à Michèle Rubirola, première adjointe écologiste au maire de gauche de Marseille, les élus de toutes sensibilités politiques et de toutes les collectivités bucco-rhodaniennes (ça veut dire "du 13"...) ont fait connaître publiquement leur opposition à cette mesure. Et les raisons de leur courroux.

 

LES ÉLUS ONT-ILS VRAIMENT ÉTÉ SOLLICITÉS ? SI OUI, QUELS MESSAGES ONT-ILS PORTÉS ?

Dans le Var, sauf à ce que la presse se soit refusée à relayer les avis des uns et des autres de nos élus (pourquoi l'aurait-elle fait ?...), c'est le silence intégral. Le préfet, dans son communiqué annonçant sa décision, a-t-il menti en indiquant avoir « consulté les élus du département » (pourquoi l'aurait-il fait ?...) ? S'il a réellement recueilli leurs avis, le peuple varois est en droit d'exiger de les connaître. Qui a été sollicité ? Des parlementaires ? Des maires ? Des élus départementaux ou régionaux ? Tous ? Certains ? Pourquoi ceux-là ? Et, surtout, quels sentiments ont-ils fournis au représentant de l'État ? Ont-ils été favorables ou non à cette nouvelle mesure liberticide ? Pourquoi telle position ?

Si les élus varois sollicités par le préfet ne prennent pas eux-mêmes l'initiative de faire connaître à la population les avis qu'ils ont donnés au représentant de l'État, celui-ci a le devoir de le faire à leur place.

 

LA LIBERTÉ DE SE DÉPLACER, UN DROIT FONDAMENTAL DANS NOTRE RÉPUBLIQUE

En France, la liberté d'aller et venir est un droit fondamental, garanti par la loi constitutionnelle. On peut entendre qu'une situation exceptionnelle justifie une mesure très provisoire y dérogeant, et encore, sous l'œil vigilant des Sages du Conseil constitutionnel. Mais il serait très grave d'imposer aux citoyens de n'en pas connaître ni comprendre les raisons. Et d'autant plus si les élus, émanation du peuple, se muraient dans le silence.

Les Varois ne sont pas des veaux. Ils veulent savoir. Ceux que je côtoie sont nombreux à ne pas saisir l'intérêt d'une avancée à 18 heures du début du couvre-feu : au travail dans la journée, ils ne pourront plus faire leurs achats de biens ou de services en fin d'après-midi, et voilà qu'ils vont devoir s'entasser les week-ends dans les grandes surfaces ! Quel sera le gain en matière de prévention sanitaire, sans compter le nouveau sale coup fait aux petits et moyens commerces de proximité ? C'est aussi obscur comme choix que celui d'expliquer, comme le dédaigneux et hautain ministre Blanquer, que, en France, il n'y a aucun risque de contamination à l'école, alors que les pays voisins ont fermé leurs établissements scolaires...

 

QUESTIONNONS SOLENNELLEMENT LES ÉLUS DE NOTRE TERRITOIRE DE VIE !

Je questionne donc – et j'invite chaque Seynois à m'imiter – les 49 conseillers municipaux seynois, dont les 12 élus métropolitains, les 2 conseillers départementaux de mon canton de résidence La Seyne 1, les 2 élus régionaux seynois, et la députée de la 7ème circonscription du Var, dont fait partie La Seyne ( * ) : « Avez-vous été sollicités par le préfet du Var pour lui donner un avis sur le couvre-feu à 18 heures ? Si oui, avez-vous recueilli des avis de citoyens et/ou de spécialistes pour forger le vôtre ? Si oui, lesquels ? Et qu'avez-vous répondu au préfet ? »

Que l'État veuille nous faire prendre des vessies pour des lanternes, on peut l'entendre, sans pour autant l'accepter, tant nous sommes habitués à l'invocation à tout bout de champ de « la Raison d'État », mais que les représentants élus de la population, sur un sujet touchant aux libertés fondamentales, fassent le dos rond, serait inacceptable dans une démocratie.

 

 

( * ) : voici les élus auxquels s'adresse ma sollicitation, et dont je publierai les réponses sur mon blog : les 36 élus de la majorité municipale, dont 9 élus métropolitains (droite et extrême-droite – liste ICI), les 13 élus des minorités municipales (8 gauche et écologie, dont 2 élus métropolitains, 5 droite et extrême-droite, dont 1 élue métropolitaine – liste ICI), les 2 conseillers départementaux du canton La Seyne 1 (Mme Sanchez et M. Guttierez - Front National), les 2 conseillers régionaux seynois (Mme Torres et M. Colin - Les Républicains), et la députée de la 7ème circonscription du Var (Mme Guérel - La République En Marche).

Partager cet article

Repost0

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

 

L'ACTION DES COPAINS

LE BLOG DES ÉLUS SEYNOIS DES GAUCHES ET DE L'ÉCOLOGIE

 

ET MES ENGAGEMENTS

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var
LE BULLETIN DE GRS-LA SEYNE

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE