14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 04:54

Ce mardi a eu lieu la pose de la première pierre de la rénovation, et pour partie la reconstruction, du collège des Sablettes, à l'initiative du Conseil départemental du Var. L'occasion m'a été donnée de rappeler l'histoire de cet établissement scolaire public et de situer les enjeux de l'éducation dans la société d'aujourd'hui...

« Bienvenue à La Seyne qui est honorée de la visite du Président du Département sur son terroir.

« Près de 50 années se sont écoulées entre le moment où Madame Dravet, la première directrice-adjointe, a accueilli dans des préfabriqués, installés à côté de l'école Léo-Lagrange des Sablettes, moins de 300 élèves des quartiers sud de notre commune.

« Directrice-adjointe, car ce n'était alors que l'annexe d'un collège, dirigé par M. Exertier, collège lui-même annexé au lycée Beaussier, installé au 4ème étage de ce dernier, en plein centre ancien de La Seyne, bien loin des lieux d'habitation des adolescents qui le fréquentaient, venant de nos quartiers sud en plein développement, qui s'y rendaient en empruntant les bus bleus et gris de la compagnie des cars "Étoile", ou, pour les plus grands, les mobylettes orange, grises ou bleues, les Ciao ou les Peugeot 103... naturellement sans casque.

« On était loin du dispositif de service scolaire de bus que le Département, après une belle concertation avec les usagers, a mis en place pour conduire nos jeunes Seynois du sud jusqu'à leur collège provisoire, tout au nord de notre commune, le temps des travaux dont nous célébrons le démarrage.

« Mais revenons aux années 70. Il aura alors fallu sept longues années de bagarres des élus, des enseignants, des parents, alors face à l'État qui, avant la décentralisation, gérait ce qu'on appelait les CES, pour que soit déclenché le projet de construction d'un établissement digne de ce nom.

 

JEAN L'HERMINIER, UN BEAU SYMBOLE DE LA RÉSISTANCE À L'EXTRÊME DROITE

« Et la détermination a payé. Le collège Jean-L'Herminier est sorti de terre, prévu pour accueillir 900 de nos jeunes concitoyens.

« On évoque peu les noms donnés aux équipements publics. J'ai questionné quelques ados qui fréquentent L'Herminier, et aussi quelques parents.

« Peu savent qui était l'homme, certains vaguement qu'il fut un officier de marine. Encore moins qu'il méritait qu'on honorât son nom en le donnant à un collège, bien sûr pour l'ensemble de ses faits d'armes au cours de la 2ème guerre mondiale, mais spécialement parce que, en 1942, dans des circonstances extrêmes, et en urgence, il a su analyser une situation, en peser le pour et le contre, les risques et les avantages, puis décider et, grâce à son savoir-faire professionnel, et surtout une belle idée de l'honneur et de la résistance, opter pour fuir la Rade de Toulon à bord du sous-marin Casabianca qu'il commandait, au lieu de simplement saborder son bâtiment pour qu'il ne tombe pas entre les mains de la marine nazie, ainsi que l'ordonnait Vichy, voire pire, d'obéir à l'État collaborateur et le remettre à l'occupant.

« Une bien belle image de l'enjeu d'apprentissage de la citoyenneté, du libre-arbitre, du courage, que représente l'éducation. Bien sûr, il faut acquérir des savoirs et des savoir-faire, mais aussi des savoir-être, pour construire de futurs hommes et femmes debout, conscients des déterminismes sociaux et économiques, et capables d'agir sur eux dans le sens utile à une société de gens libres, égaux et solidaires.

 

UN COLLÈGE DE LA RÉPUBLIQUE SUR UNE TERRE DE CALOTINS

« En ce sens, l'Éducation nationale, l'école publique, l'école de la République, constitue un formidable atout, et je ne peux me passer, un peu espiègle hussard noir retraité, de rappeler - ou apprendre à certains d'entre vous - que je ne suis pas fâché que le collège L'Herminier ait été érigé sur une ancienne terre de calotins obscurantistes, le Domaine de l'Évescat, qui, comme son nom occitan l'indique, était propriété des évêques de Fréjus-Toulon qui en avaient fait leur résidence d'été, y ayant notamment érigé au temps de Louis XIV une chapelle dédiée à Saint-Louis, aujourd'hui incluse dans la médiathèque publique voisine qui, elle aussi, comme vecteur d'éducation populaire, concourt, à côté de l'école et de la famille, à l'éveil des consciences par l'indispensable accès à la culture.

« J'en terminerai en vous disant que la communauté scolaire d'ici me semble bénéficier de plusieurs chances.

 

L'AUSTÉRITÉ CONDUIT À FAIRE CONSTRUIRE DES ÉCOLES PUBLIQUES PAR LE PRIVÉ

« La chance que, par un partenariat public privé sur le principe duquel j'aurais à redire pour un équipement scolaire, mais ce n'est ni le lieu ni le moment, la chance, donc, que le Département ait su contourner l'obstacle budgétaire et financier que, depuis deux décennies, les politiques publiques d'austérité imposent aux collectivités locales et territoriales, au risque de fragiliser et saper les fondements républicains.

« Et la chance aussi que le projet architectural ait été confié à Marie Parente, avec et grâce à qui, de 1995 à 1999, j'ai pu vivre l'une des plus belles aventures de ma carrière d'enseignant, celle de la conception du nouveau collège Henri-Wallon où je travaillais, à laquelle ont été associés tous les corps de métiers du collège, les familles, les jeunes, et même les associations partenaires. Avec une formidable réussite à la clef. Le nouveau Wallon aura bientôt 20 ans, et il demeure un merveilleux instrument de formation et d'égalité vers l'insertion professionnelle, donc sociale et citoyenne, formidablement respecté par ses élèves, pourtant pas toujours faciles.

« Je gage qu'on pourra dire dans 20 ans la même chose de L'Herminier, dernier des quatre collèges seynois réhabilités ou reconstruits par le Département, qui aura ainsi consenti avec constance un remarquable effort pour l'école républicaine, malgré les vicissitudes des temps.

« Merci donc à tous, et en premier lieu au Département. J'ai hâte de vous retrouver pour que nous coupions le ruban tricolore de l'inauguration. »

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Éducation - enfance - jeunesse

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM